Navigation – Plan du site

Pour le commentaire d’un chapitre du libre dels Grands jorns de Jean Boudou : « Lo curat » (II, 2).
Autour de Saint-Pierre des Minimes et de Pascal

Comentari d'un capítol del libre dels Grands jorns de Jean Boudou : « Lo curat » (II, 2).
Jean-Pierre Chambon
p. 31-56

Texte intégral

  • 1 Nous citons le texte de Boudou tel qu’il a paru d’abord dans Oc 227-228 (1963), p. 64-66, mais nous (...)

1Intitulé « Lo curat1 », le deuxième chapitre de la deuxième partie du libre dels Grands jorns (II, 2) se divise, après un court préambule [1-2], en deux sections d’inégale ampleur dont les débuts sont signalés par deux phrases démarcatives en évidente corrélation : « Tot sol » [2] et « Eri pas mai sol » [20]. La première section, la plus longue [2-19], est occupée par un monologue intérieur. Elle se divise elle-même en trois sous-parties ([2-5], [6-11], [13-20]) séparées par deux attaques parallèles : « Escriure encara, escriure... » [6] et « Getar qualques pensadas sus un papièr » [13]. Ces attaques mettent en évidence le sujet qui occupe la pensée du narrateur : l’écriture. La seconde section [20-25] est centrée, en revanche, sur le personnage éponyme du chapitre : « lo curat ». C’est au préambule et à la première partie du chapitre II, 2 que nous nous intéresserons ci-dessous.

Situation

  • 2 Les Éditions du Rouergue (Bodon 1996, p. 77) fournissent au contraire un texte que hachent deux vir (...)
  • 3 Boudou voit des «flammes blanches » dans ce que le français appelle larmes d’argent.

2Les indications relatives à l’ancrage spatio-temporel du chapitre sont mises en avant dès les premiers mots par deux compléments adverbiaux construits en ordre serré, au contact l’un de l’autre : « A Sant Pèire de Jauda aquel matin i aviá de cortinas negras tot lo torn : las garnituras de dòl marcadas de croses o de flambas blancas2 » [1]. Cette phrase-paragraphe initiale rapporte immédiatement le chapitre à certains thèmes fondamentaux du livre : le deuil et la mort3, la religion (catholique).

  • 4 «Veni vai, serà lèu miègjorn. Te pagui l’aperitiu... » [25].
  • 5 II, 1 [p. 49].
  • 6 «Per azard dintrar dins un bar e l’endeman dins una glèisa. Amb aquel òme coma se nos cercàvem » (I (...)

31.1. Les circonstances de temps seront précisées par deux informations ultérieures. Au terme du chapitre, le lecteur apprendra que la scène se déroule en fin de matinée4 ; au chapitre suivant, qu’elle se situe le lendemain du jour où le protagoniste anonyme des Grands Jours a vu pour la première fois, au bar Le Club5, le curé défroqué, anonyme lui aussi, qui va devenir « lo [s]eu amic6 ».

  • 7 «E tot aquò m’aviá mes d’apetit. Es una taula d’òste que me caliá cercar » (début de I, 4 [p. 27]).
  • 8 I, 6; I, 8; I, 9.

4Il apparaît ainsi que les débuts des deux premières parties du récit (I, II) sont construits de manière parallèle. Dans la première partie : une première nuit passée dans le quartier de la gare et à l’Hôtel du Midi (I, 1 et 2), puis la découverte de l’église « Saint-Pierre de Jaude » et de la « fille verte » (I, 3), le lendemain, à la fin de la matinée7. Dans la seconde partie : la nuit du Club (II, 1), puis, le lendemain, au même moment de la journée, un retour à Saint-Pierre et le début des relations avec le « curé » (II, 2). Il est en revanche impossible de situer précisément le chapitre II, 2 dans la chronologie générale, délibérément « floutée », d’un récit dont le fil est interrompu à plusieurs reprises au cours de la première partie et entre les deux parties8.

51.2. Les circonstances de lieu doivent être construites en rétrospection par le lecteur.

  • 9 Cf. «Nòstra Dòna del Pòrt, per aquel primier jorn l’agachèri pas » (I, 3 [p. 26]).
  • 10 Ginestet (1997, p. 127) cite longuement ce passage et le commente rapidement d’une manière qui deme (...)

61.2.1. Tout le chapitre II, 2 a pour cadre l’église de Saint-Pierre des Minimes. Celle-ci a été déjà nommée et sommairement décrite au chapitre I, 3, intitulé « Sant Pèire de Jauda ». Le lecteur se souvient qu’au « premier jour9 » des « Grands jours », l’église a immédiatement séduit le héros10 (I, 3 [p. 26]). Le titre du chapitre lui permet de comprendre que cette église est, avec le Mickey-Bar (établissement éponyme du chapitre I, 4) qui se révèlera plus tard être une quasi-chapelle (II, 10 [p. 69]), l’une des plus importantes découvertes clermontoises du protagoniste. Un peu plus loin (I, 5 [p. 30]), une mention dans un passage récapitulatif confirme que l’église constitue l’un des points de repère fondamentaux du nouveau cadre de vie clermontois de ce dernier : « Tot çò que cercavi o aviái trobat : Sant Pèire de Jauda, un canton de carrièira, l’Hôtel Excelsior e lo Mickey-Bar. Que demandar mai ? Sabiái consí passariái lo temps aicí dins l’espèra... . »

  • 11 II, 3 [p. 26].
  • 12 II, 3 [p. 26].
  • 13 I, 1 et 2 ([p. 23] pour la glèisa Joana d’Arc); Chambon, à paraître.

71.2.2. Au matin du « premier jour », l’église Sant Pèire a offert un havre au voyageur, un « ostal totjorn dobert » dans lequel il a pénétré « ni per pregar, ni per adorar, per polsar solament ». Le héros a pu sans difficulté « trouver sa place » (modeste) dans l’église : à l’entrée, « al ras de l’aigasenhadièr11 ». Les murs du sanctuaire sont alors comparés à ceux d’une gare12 : après la nuit décevante du quartier de la gare, avec son indifférente et « fausse » église Jeanne d’Arc13, l’homme sans bagages est parvenu au terme provisoire de son voyage.

  • 14 Respectivement I, 3 [p. 25] (titre), [p. 26], et I, 3 [p. 27].
  • 15 L’idiolectalité de Sant Pèire de Jauda est soulignée par la forme occitanisée Jauda, calque d’occas (...)

81.2.3. Au chapitre I, 3, l’église de la place de Jaude est désignée sous les noms de Sant Pèire de Jauda et de Sant Pèire14, comme elle le sera dans la suite du récit. Or, on remarque que ces dénominations sont purement idiolectales15. Certainement connu et de l’auteur et du narrateur (cf. [19]), l’usage local est en effet Saint-Pierre des Minimes ou Saint-Pierre-les-Minimes (dénomination officielle) ou encore, le plus souvent et familièrement, les Minimes. Il s’agit du seul écart de ce genre dans un récit qui reproduit fidèlement par ailleurs la toponymie clermontoise. Ce décalage dénominatif souligne discrètement l’exil du protagoniste et indique surtout, sans annuler l’« effet de réel », qu’on a affaire à un lieu mental proprement boudounien.

Une église pascalienne

9Sant Pèire de Jauda se distingue avant tout du Saint-Pierre des Minimes ordinaire par la présence de Pascal.

102.1. On sait en effet que Clermont fournit au récit, non seulement une topographie sociale (et aussi symbolique), mais encore, de Vercingétorix à Laval, une riche matière historique en même temps que des ressources intertextuelles consciencieusement explorées ou exploitées. Comme celles qui sont faites à César et aux Commentaires ou encore à Sidoine Apollinaire, les références pascaliennes sont le plus souvent manifestes. Ce n’est toutefois pas toujours le cas.

112.2. Le récit associe immédiatement, mais de manière voilée, Pascal à l’église des Minimes.

  • 16 I, 3 [p. 26].

122.2.1. Au premier des « Grands jours », dès qu’il commence à investir son nouveau milieu de vie, le protagoniste, parvenu place de Jaude, se livre à un recensement ironique des hommes illustres de la ville : « Gem : Geminiani. Lo pus grand òme de Clarmont. Mai que Vercingetorix o Desaix, encara mai que Pascal que pesava l’aire16... »

  • 17 «Vercingetorix lo vièlh sur [sic] son caval. A l’autre cap Desaix lo general que lo guinhava del de (...)
  • 18 «A mièja faciada en gròssas letras verdas: Chez Gem. Alberga o ostalariá. A cò de Gem » (I, 3 [p. 2 (...)

132.2.2. L’évocation de Vercingétorix et de Desaix a pour support les deux statues qui se dressent place de Jaude et sont les premiers objets qui s’offrent aux regards du narrateur17. De même, l’attention du découvreur faussement naïf se fixe ensuite sur ce qu’il trouve « lo pus polit » (!) : un haut immeuble aux nombreuses fenêtres sur la façade duquel se lit l’enseigne « Chez Gem  d’un bar ouvert par le coureur cycliste Raphaël Geminiani18. Si l’évocation de Vercingétorix, de Desaix et de Geminiani ne fait que prolonger ces représentations urbaines (monumentales ou épigraphique), il n’en va pas de même de celle de Pascal, privée, en apparence, de tout support et qui n’émerge dans le récit qu’à l’occasion d’une comparaison. Figure culturelle importée par le protagoniste, Pascal, à peine son nom a-t-il été évoqué, va cependant se voir attribuer son lieu propre sur la place de Jaude. La caractérisation pince-sans-rire de l’écrivain comme un physicien « que pesava l’aire » aiguille en effet, par une métonymie cachée, le regard et les pas du héros de l’immeuble de Chez Gem à l’église toute proche (une vingtaine de mètres) de Saint-Pierre des Minimes, laquelle fait l’objet du paragraphe suivant :

Al canton de la plaça aval una glèisa. Del primièr còp m’agradèt. Anèri a ela. Solament una glèisa, pas un musèu. Las parets nusas defòra coma las d’una gara. E dedins pas grand causa a part benlèu lo còr. (I, 3 [p. 26].)

  • 19 Relation de «la grande expérience de l’équilibre des liqueurs » (Pascal, Œuvres complètes, éd. Le G (...)
  • 20 Tardieu 1870-1872, t. 1, p. 98.
  • 21 II, 4 [p. 54].
  • 22 «Esperèri pas un briu davant Sant Pèire » (II, 4 [p. 54]).

14Le jardin des pères Minimes, « qui est presque le plus bas lieu de la ville19 », fut en effet le point de départ de la célèbre expérience sur la pesanteur de l’air conduite en 1648, sur les indications de Pascal, par son beau-frère Florin Périer20. La métonymie trouve plus loin confirmation dans une allusion du curé défroqué. L’expérience de Pascal comportait, comme on sait, l’ascension du Puy de Dôme. Or, le « curé » convie le héros à une excursion au Puy de Dôme : « M’aviá dich : “[...] Te prendrai a tres oras al canton de la glèisa que sabes21...” ». L’« église que tu sais » n’est pas seulement celle où les deux hommes se sont rencontrés, mais aussi celle d’où se doit de partir toute excursion romanesque au Puy de Dôme. La devinette a été décodée par le narrateur en « davant Sant Pèire22 », ce qui indique au lecteur, introduit dans le jeu et mis lui aussi à l’épreuve, que la petite énigme soumise par le « curé » a été correctement résolue.

  • 23 Le carrefour de la rue des Minimes, de la rue Lamartine et de l’angle de la place de Jaude où se tr (...)
  • 24 I, 3 [p. 27]; I, 6 [p. 32]; I, 7 [p. 34]; III, 2 [p. 75].
  • 25 C’est toutefois à travers le souvenir de Bien-Assis qu’on peut repérer dans le texte une seconde al (...)

152.3. Avant même de pénétrer pour la première fois dans Sant Pèire de Jauda, le narrateur a donc rattaché discrètement Pascal à cette église. C’est ensuite des marches de Sant Pèire qu’il verra pour la première fois la « fille verte », « just al caireforc23 », à quelques mètres ; poussant un peu plus loin (quelques dizaines de mètres), c’est à l’Hôtel Excelsior dont les fenêtres donnent sur la nef des Minimes, de l’autre côté de la rue Lamartine, qu’il élira domicile24. La figure de Pascal plane donc sur l’étroit espace qui est au centre des Grands jours. Il aurait été difficile à l’auteur, du reste, d’accrocher ailleurs dans Clermont mieux qu’à Saint-Pierre des Minimes le souvenir de l’écrivain, puisque la maison natale de celui-ci et la demeure familiale de Bien-Assis ont été soigneusement détruites25.

162.4. Du temps s’est écoulé entre la découverte de Sant Pèire par le héros (I, 3) et le moment où nous le voyons pénétrer à nouveau dans l’édifice (II, 2). Dans le cadre étroit qu’il s’est créé, le protagoniste a vite acquis, comme il le prévoyait (I, 5 [p. 30]), des habitudes de vie routinières : « De l’Hôtel Excelsior al Mickey-Bar. Del Mickey-Bar a l’Hôtel Excelsior. Lo Mirabeau o Sant-Peire de Jauda. Al Mirabeau tot còp. Aital èra Clarmont per ieu » (I, 6 [p. 32]). De l’hôtel où il loge au restaurant où il prend ses repas, du restaurant à l’hôtel, le bar découvert lors de la première nuit clermontoise (Le Mirabeau), en face de la gare, ou l’église des Minimes, mais plus fréquemment, semble-t-il (tot còp « de temps en temps »), l’église que le bar : tel est l’emploi du temps ordinaire du protagoniste.

  • 26 «Vous voulez aller à la foi et vous n’en savez pas le chemin. Vous voulez vous guérir de l’infidéli (...)

17Le début du chapitre II, 2 confirme la fréquentation régulière de l’église toute proche de l’Excelsior, ainsi que l’habitude prise d’y occuper toujours la même place : « Coma de costuma me sesiái al meu banc, al ras del benedigièr » [2], à comparer avec « Me seguèri al ras de l’aigasenhadièr » au chapitre I, 3 ([p. 26]). Dans le contexte pascalisant de Sant Pèire, on peut être sensible à l’emploi des mots costuma et benedegièr/aigasenhadièr qui semblent suggérer que le héros, pour guérir un mal peut-être déjà confusément identifié au manque de foi, s’est conformé de manière subconsciente aux conseils donnés par Pascal dans le fragment du Pari26.

La question de la (fin de la) littérature

18« À Saint-Pierre de Jaude ce matin-là », sans doute le héros ne prie-t-il, ni n’adore-t-il ; il médite néanmoins. Cette méditation va le conduire de la « coutume » à une adhésion empathique au Christ.

193.1. Le flux de la pensée est déclenché par la vue des tentures funéraires qui ornent l’intérieur de l’église [1]. La méditation se porte aussitôt sur deux thèmes familiers au héros, sa mort et la mort de sa langue :

Per qual èron las cortinas ? Benlèu que pindolavan del mòrt de la vèlha o benlèu qu’esperavan lo mòrt del jorn...
Alara quora serián per ieu las cortinas ?... Per ieu e per la lenga d’Oc... ([2-3].)

  • 27 Rêveries du Mickey-Bar (I, 5 [p. 30-31]), du Vin de Corent (I, 6 [p. 32-34]) et de devant Chez Gem (...)

20Elle adoptera ensuite un cours fait d’ondes et de ressacs, plus sinueux et contradictoire que dans les chapitres précédents27, et elle prend dès le début une inflexion nouvelle.

213.2. Jamais en effet les deux thèmes de la mort du protagoniste et de la mort de la langue d’oc n’avaient été aussi étroitement liés. D’une expression parataxique (« Morís la lenga. Morirai lèu ») employée quand le récit rapporte la rêverie devant le néon de Chez Gem, on passe à une coordination : « Per ieu e per la lenga d’Oc... » [3]. Mais surtout, l’ordre des deux entités s’est inversé, et par conséquent l’importance respective qui leur est accordée dans le message et leur lien logique. Il ne s’agit plus de constater que la langue meurt et que le héros va mourir aussi. L’ordre adopté en [3] dit au contraire que le héros et la langue mourront ensemble, et suggère que c’est la mort du premier qui entraînera celle de la langue.

  • 28 Si les références à la littérature ne sont pas absentes des méditations ou rêveries précédentes sur (...)
  • 29 Le lecteur a appris auparavant que le protagoniste a participé au mouvement renaissantiste d’oc (I, (...)

22Par là s’insinue la question de la littérature. En effet, la pensée qui vient de se former envisage cette double mort non pas du point de vue sociologique ou démographique — auquel cas elle friserait l’absurde —, mais bien du point de vue de la littérature, au destin de laquelle est assimilé celui de la langue28. Elle suppose que le protagoniste est déjà un écrivain ayant une œuvre derrière lui29, et plus encore qu’il est le dernier auteur d’oc. Plus orgueilleusement : qu’il est le seul qui compte parmi les écrivains vivants, le seul en qui vive la langue et qui tient par conséquent entre ses mains le destin de celle-ci. C’est la génération post-mistralienne à laquelle appartient le narrateur qui est ici silencieusement jugée.

  • 30 Sur ces auteurs, v. Lafont/Anatole 1970, respectivement p. 535-543, 557-566, 593-625; sur «les Mars (...)

233.3. L’interprétation que nous donnons de la première séquence méditative est confirmée par la dénégation qu’elle suscite sur-le-champ dans l’esprit du narrateur. En effet, à peine apparue, confusément nimbée dans des implications subconscientes, presque informulée encore, l’idée émergente est aussitôt repoussée avec une rudesse véhémente par une objection en rupture de ton, qui consiste en un rabrouement trivial : « De que me cresi ? » [4]. Péché d’orgueil ! telle est la réplique du « surmoi » littéraire du narrateur : de quelle autorité envisager de sortir ainsi du rang qui m’est assigné (par mes contemporains) ? Auto-accusatrice et porteuse de l’idée d’indignité, en cela proprement mélancolique, l’objection est appuyée par l’invocation des « autres », c’est-à-dire des autres écrivains d’oc, représentés par des précurseurs et le fondateur de la renaissance : « Mas los autres ? Jansemin, Gelu e los Marselheses, Mistral benlèu mai que los autres, totes pensavan, totes cresián30 » [4]. Identifiée aux grands ancêtres (rien après Mistral), la tradition littéraire occitane de l’époque contemporaine est appréhendée non sous l’angle esthétique ou thématique, mais sous celui de la pensée et de la foi.

243.4. La question que se pose ici le narrateur n’est autre que celle de la place qu’il occupe dans l’histoire de la littérature d’oc, de sa légitimité à postuler au rang de grand écrivain et, plus incongrûment encore, celle de son rôle éminent d’ultime rédempteur potentiel de la langue. Cette question est liée aux deux thèmes de l’absence d’écoute et du mépris, thèmes présents ensemble dans la rêverie du Mickey-Bar qui occupe la plus grande partie du chapitre I, 5 ([p. 31]) :

Perqué degun m’escota pas, ni los pastres ni los sabents, es coma se parlavi pas.
[...]
Un enemic val un amic. Cadun pren l’autre per qualqu’un. Mas totes me prenián per res. Per ieu solament lo mesprètz, encara mens que lo mesprètz : l’indiferéncia sens onor.
La fin de tot. Tant val aital.

25Il paraît en effet évident que l’absence d’écoute n’est ici que l’absence de réception d’une œuvre littéraire : dans « ni los pastres ni los sabents », les allusions sont claires, d’une part, aux pâtres mistraliens du début de Mirèio (« Car cantan que pèr vautre, o pastre e gènt di mas ! ») et, d’autre part, aux savants titulaires de chaires en charge d’étudier les troubadours et des félibres (cf. « Pas solament una cadièira per estudiar los Trobadors... plan mens encara los Felibres », I, 7 [p. 35]). Avec le narrateur, c’est ici l’écrivain qu’il est qui s’exprime, et l’indifférence dans laquelle il pense être tenu est celle qui entoure son œuvre.

26L’épreuve décisive qu’affronte le narrateur à Sant Pèire de Jauda consiste donc à surmonter le mépris intériorisé et à trouver en lui la force de se concevoir — aussi au sens de « s’engendrer » — comme le dernier (grand) auteur de sa langue.

  • 31 Cf. Parayre 2003, p. 66-67.
  • 32 Courouau 2007. — Parayre (2003, p. 65) écrit peu exactement que «le narrateur occupe un rôle symbol (...)

273.5. La réflexion se prolonge par la reprise de l’idée initiale. Elle trouve alors une formulation plus ferme et plus précise : « soi lo darrièr, après ieu i aurà pas mai de lenga d’Oc31... » [4]. Le paragraphe [4] se termine sur une faible note positive (« Aquela lenga que perdura... ») : il se confirme que la question n’est pas envisagée au point de vue démographique et social. Il se confirme aussi que le problème qui occupe l’esprit du narrateur est bien celui de sa place et de sa mission dans l’histoire des Lettres d’oc : « trouver sa place » en tant qu’écrivain, comme il l’a trouvée à Sant Pèire. Une place redoutable, puisque son rôle ne peut consister qu’à achever — aussi au sens de « tuer » — une littérature. Il ne s’agit donc pas ici du « mythe du dernier locuteur32 », mais de celui du dernier écrivain, reprise terriblement radicalisée d’un thème félibréen fondamental, celui du « dernier félibre » (Martel 2007, en particulier p. 22 sqq.) ; non toutefois comme « élément structurant » du discours second des auteurs ou comme figure littéraire occasionnelle, mais au contraire comme le thème même de l’écriture et du livre. On peut noter aussi que, dans ce contexte, « [être] le dernier » signifie nécessairement être le dernier croyant (évocation d’un thème cher à Boudou).

283.6. Dans le paragraphe suivant [5], des pensées contradictoires continuent de se succéder dans un ballottement presque chaotique. Relancé à présent par la question « Alara quora serián per ieu las cortinas ? », tout le début de la méditation est une succession rapide de phases de résignation mélancolique (grasses ci-après) et de répliques où se manifeste une faible lueur d’espoir (italique ci-après) :

[3] « Alara quora serián per ieu las cortinas ?... Per ieu e per la lenga d’Oc...
[4]De que me cresi ? Mas los autres ? Jansemin, Gelu e los Marselheses, Mistral benlèu mai que los autres, totes pensavan, totes cresián : soi lo darrièr, après ieu i aurà pas mai de lenga d’Oc... Aquela lenga que perdura...
[5]Ara pr’ aquò sem a la fin. O sabi... E se m’engani tan melhor... Tan melhor, perqué ? Dins lo forfolhadís de totas las lengas del mond, qual sap que la lenga d’Oc existís ? Qual sauprà solament qu’a existit ? » ([P. 50.])

29Les répliques plus ou moins positives se font les moins nombreuses, et elles faiblissent en intensité et en conviction. À la fin du paragraphe [5], la mélancolie prend le dessus et le sujet semble entièrement retomber dans un pessimisme désabusé. L’idée que dans le « forfolhadís de totas las lengas del mond », nul ne connaît l’existence de la langue d’oc reprend l’apostrophe aux « sabents », aux « professors » — plus particulièrement sans doute aux linguistes et aux ethnologues — qu’on lit au chapitre I, 9 (v. la citation note [note34] ci-dessous).

30Tout le mouvement du passage sera dominé par cette logique cyclothymique.

  • 33 «la nòstra lenga cargada de glòria vièlha », «Mistral s’èra levat en Provença », «Nòstra lenga es m (...)
  • 34 [note34]«Amb Engels coneisserián ben lo nòstre sègle d’aur coma la primièira Renaissença » (I, 9 [p (...)
  • 35 I, 9 [p. 41].
  • 36 Cf. déjà «Tot sol encara. Tot sol » (I, 1 [p. 21, 22]); «A una taula tot sol » (I, 5 [p. 29]); «Una (...)

313.7. Ces premières réflexions ont été préparées par le bilan que le protagoniste a tiré, à la fin de la première partie (I, 9), de l’action renaissantiste à laquelle il a pris part, bilan qui s’amorce par le verbe creire : « Aviái cregut ieu, al reviscòl de la lenga d’Oc. [...]/Mistral s’èra levat en Provença. Aubanèl. E quantes, quantes encara qu’esperavan » ([p. 40-41]). Dressé dans la rhétorique même du renaissantisme le plus traditionnel33 et appuyé, à côté d’une référence à Engels, sur un solide poujadisme (ou cartiérisme34), ce bilan s’était conclu par un laconique constat d’échec de l’action collective, par le doute jeté sur l’appartenance du héros à une réelle communauté (linguistique et littéraire) d’oc et par la reconnaissance de sa fondamentale solitude : « Nosautres. La nòstra... Mas soi tot sol35... ». De fait, c’est à partir du point atteint alors par la cogitation du protagoniste, point marqué par un des « tot sol » qui jalonnent la première partie du récit36, que la méditation de Sant Pèire prend son essor, depuis une nouvelle occurrence de « Tot sol » [2]. Selon notre interprétation, le dernier chapitre de la première partie (I, 10, « La font de pèira »), conclu lui aussi par un « tot sol » ([p. 44]), avait prononcé un jugement symbolique également négatif sur la littérature félibréenne. Il avait aussi marqué in fine la résolution du héros de poursuivre seul sa route en tournant le dos à une tradition jugée pétrifiée (Chambon).

Un projet d’écriture : le dernier livre

  • 37 Sur les redoublements de verbes (généralement de mouvement) chez Boudou, «met[tant] en évidence la (...)

32Alors même qu’elle paraissait avoir touché le fond, la méditation prend un nouvel élan. Marqué par la répétition d’un même verbe à l’infinitif : « Escriure encara, escriure37... » [6], cet élan porte le protagoniste à ébaucher, sous cette forme aussi peu déterminée que possible, un projet littéraire.

334.1. L’impulsion se développe et se précise dans la phrase suivante : « Mas lo libre qu’escriurai serà lo darrièr » [6]. Celle-ci fixe, à un niveau d’exigence assez élevé, l’objectif à atteindre : écrire un livre. La reprise de escriure en escriurai confère rétroactivement aux infinitifs précédents une valeur modale d’injonctifs, et transforme l’exhortation en ferme résolution par l’emploi de l’indicatif futur. Avec la première personne verbale, l’impersonnalité des infinitifs est levée et affirmé le statut de futur auteur que le protagoniste entend à présent assumer. Enfin, la même phrase assigne au livre une place dans l’histoire littéraire : non seulement le dernier livre d’un écrivain, mais le dernier livre du dernier écrivain en langue d’oc. On est ainsi passé d’une situation (le dernier écrivain [4]) à un projet. Un livre à écrire, vite, sous la menace mortelle, et porteur d’un énorme enjeu.

344.2. Le mouvement cyclothymique de la pensée n’est pas enrayé pour autant. Les éléments constitutifs du projet n’ont été acquis qu’en dépit d’une nouvelle et prompte phase de reflux mélancolique ouverte par « Mas » [6]. L’ambiance restrictive et négative, le désabusement submergent la fin du paragraphe [6] : « degun... pas », « E mai » (+ conditionnel), « s’acaba pas », « ça que la ». Sous le couvert de cette tonalité négative, expression d’une vigilante autocensure, la question du lecteur et de la postérité fait surface : « Passat ieu degun lo legirà pas » [6]. Le problème de la réception est posé, même si c’est sous le signe du doute, pour l’œuvre naissante, quant à la « possibilité d’être lue » (Arrouye 1987, p. 182). Quant au lecteur, si son existence future est niée, la mort et l’oubli n’en passent pas moins à sa charge. Par ce déplacement du dernier auteur au dernier lecteur, le lecteur réel tient désormais entre ses mains, du seul fait qu’il lit, le destin de la littérature et de la langue. Cette implication tend l’un des plus puissants ressorts dramatiques des Grands jours.

35C’est ensuite la question de la valeur du livre à écrire qui est posée, dans les termes les plus extrêmes : « lo libre pus grand de nòstra lenga », « un cap d’òbra », même si c’est d’abord sous condition : « E mai seriá lo libre pus grand de nòstra lenga », puis sous la chape de la négation : « Una literatura s’acaba pas per un cap d’òbra » [6]. Qu’importe, le mot de cap d’òbra — nanti, dans l’univers félibréen et renaissantiste du héros, de la référence qu’il comporte nécessairement à Mirèio — a été lâché, et la tâche à accomplir réaffirmée ainsi dans toute son amplitude et sa portée : achever la littérature d’oc par un chef-d’œuvre.

36La pensée a progressé de l’écrire au dernier écrivain, puis du dernier écrivain au dernier livre et au dernier chef-d’œuvre (qui-ne-peut-pas-en-être-un).

  • 38 Il n’est pas indifférent de noter ici que dans le manuscrit du CIRDOC, «libre » porte dans le titre (...)
  • 39 Il existe d’autres signaux du fait que, malgré certaines apparences, le libre n’est pas écrit au jo (...)

374.3. Or, le caractère autoréférentiel du passage semble une donnée d’évidence : lo libre qu’escriurai désigne Lo libre dels Grands jorns. Aucun autre référent possible ne s’offre dans le récit. En outre, l’emploi du mot libre fournit l’amorce du titre38 et, voisinant avec lui, l’adjectif grand rôde dans le contexte immédiat (« lo libre pus grand » [6]), tandis que le titre sera peu après complété, à la fin de la méditation, par la première mention des « Grands Jorns » [18]. Par ce procédé de dissémination, le nom du livre est évoqué in statu nascendi dans la pensée même du narrateur et futur auteur. On peut croire en outre que l’emploi de l’adverbe réitératif encara dans d’« Escriure encara » [6] fait coïncider le futur du libre à écrire avec le présent de l’écriture du libre dels Grands jorns. L’adverbe rappelle le statut du héros, celui d’un écrivain confirmé qui s’apprête à reprendre son œuvre, mais constitue aussi une exhortation que le narrateur (l’auteur ?) s’adresse à lui-même au moment où il écrit le chapitre II, 2, c’est-à-dire, probablement, une fois la rédaction largement entamée39. Au total, on verrait doublement naître le livre dans le livre, comme projet et comme réalisation en cours. La boucle de l’écriture se bouclerait au chapitre II, 2.

384.4. Procédant ainsi à l’engendrement du libre, le paragraphe [6] occupe une place focale dans le récit. Ce segment générateur peut être caractérisé comme une mise en abyme dont la spécificité tient au fait qu’il y est question de la production (et non pas, de manière plus canonique, de la reproduction) de l’œuvre en son sein.

L’apologue de l’abbé

39Si le projet d’écrire les Grands Jours est à présent formé, il n’en demeure pas moins fragile. La résistance que la résolution qui vient d’être prise provoque de la part du « surmoi » littéraire du narrateur s’amplifie en un véritable tir de barrage proportionnel à l’ambition du projet : l’apologue des dernières paroles de l’abbé [7-10].

405.1. Par la rupture de ton qu’il comporte, ce collage abrupt évoque, mais avec une violence bien supérieure, le premier rappel à l’ordre « De que me cresi ? » [4]. Douche froide auto-administrée contre l’idée du dernier livre et en particulier contre l’idée sacrilège de cap d’òbra, l’apologue fustige cette nouvelle bouffée d’ambition. La seule moralité qui s’en dégage touche en effet le projet littéraire qui est en train de se former. Non seulement ce dernier livre ne sera pas un chef-d’œuvre, mais il est promis à une faillite grotesque et honteuse. Il sera tout aussi privé d’enseignement, tout aussi trivialement inane et tout aussi décevant pour ses récepteurs que le sont les dernières paroles du père abbé : « Voldriái far pisson... » [9].

  • 40 Il pourrait s’agir d’une hypercorrection réagissant au rhotacisme local de [l] intervocalique, phén (...)

415.2. L’abbé, du reste, doit en savoir long en de telles matières, puisque ce « saint » doublé d’un « savant » [7] assure la direction d’un établissement hautement spécialisé : un monastère du style ou monastile [7] (la forme lexicale est si étrange à tout provençalisant40 qu’elle appelle immanquablement son interprétation comme mot-valise). Figure avilie et sardonique du projet de livre et d’achèvement de la littérature d’oc, l’apologue ouvre dans la mise en abyme ([6]) un second et dérisoire double fond.

  • 41 «Es un òme a la mòrt que los cridarà? Benlèu un mot tot sol? A la mòrt » [11].
  • 42 Mirèio, chant X.

425.3. La nouvelle phase de reflux se poursuit avec les paragraphes [11] et [12]. D’abord par une réflexion, engendrée par l’apologue, sur « les darrièrs mots de nòstra lenga » [11]41, puis par une conclusion qui aboutit à la négation pure et simple, au motif du manque de lecteurs, de la résolution d’écrire prise peu avant ([6]) : « escriurai pas res » [12]. La dégringolade est complète ; la tonalité, non seulement résignée (« Lo pauc de temps que m’es comptat... » [12]), mais encore suicidaire (« Alara donc morir al pus lèu ? » [11]). Le paragraphe [11] reste toutefois marqué par l’ambivalence. D’une part, il ne peut manquer d’être lu comme une anticipation de la fin du livre (III, 10 [p. 97-98]) et d’être interprété, par conséquent, comme l’assurance que celui-ci sera bien mené à son terme. D’autre part, une première et vive affirmation de foi vient y faire irruption, en une véritable facule théologique — « Mas la mòrt es la vida. Es lo grand mot que l’òme oblida » —, remploi, comme Ph. Gardy a eu la bonté de nous l’indiquer, de deux vers de Mistral : « E lou grand mot que l’ome óublido,/Veleici : La mort es la vido42 ! ».

435.4. On remarque aussi qu’une importante modulation est introduite par la reprise de l’infinitif escriure : « Escriure en òc o en francés » [12]. Cette formulation ne peut suggérer que le français est lui aussi une langue condamnée ; elle signifie que le narrateur envisage d’écrire son livre dans cette langue. La phrase qui suit permet une nouvelle fois la désambiguïsation : « dins cent ans d’aicí degun me legirà pas ni mai ni mens » [12]. Cette surprenante hypothèse dénote fugitivement que le héros s’écarte de la conception de la littérature d’oc comme illustration et quintessence de la langue — conception qui semble consubstantielle à la tradition dont il se réclame et à laquelle il paraissait se tenir — pour envisager d’atteindre, en changeant de langue (ce qui pourrait passer pour une renégation), à la littérature tout court. On remarque au passage que le délai de la mort littéraire (l’absence de lecteur) s’est considérablement accru : cent ans, voire deux cents ! Grâce aux lecteurs, l’étau mortel (le suicide vient d’être évoqué [11]) se desserre assez largement.

Le secours de Pascal

44À peine vient-il d’être repoussé ([12]) que le projet d’écriture est repris, en tête du paragraphe [13], par un infinitif parallèle à « Escriure » [6, 12] : « Getar qualques pensadas sus un papièr per una nuèch de fèbre... » [13].

  • 43 II, 3 [p. 53]. La «nuit de feu » du 23 novembre 1654 est consignée dans le Mémorial (Pensées, éd. L (...)
  • 44 La dernière phrase du paragraphe précédent («Lo pauc de temps que m’es comptat... » [11]) pouvait d (...)

456.1. Avec les mots « pensadas » et « papièr » ainsi que par l’allusion transparente à la « nuit de feu », que le récit nommera un peu plus loin « la nuèch d’illuminacion43 », Pascal s’introduit ouvertement dans la méditation du narrateur44 et semble d’abord s’imposer comme l’agent sous-entendu de l’action exprimée par l’infinitif. Pourtant, en objectant sur un ton trivial (comme en [4] et en [9]), la phrase suivante, par laquelle s’engage l’immédiat et habituel mouvement de reflux mélancolique, oblige le lecteur à réajuster son interprétation. Dans sa vulgarité délibérée — « Qual n’eissugarà la padena d’aquel papièr, o quicòm mai... » [13] —, celle-ci ne peut en effet concerner Pascal, mais seulement, dans le droit fil de « Passat ieu degun lo legirà pas » [6] et de « degun me legirà pas » [12], le protagoniste et son projet de libre.

46Deux lectures également contraintes de la première phrase du paragraphe [13] doivent donc être superposées : l’agent implicite de getar est le protagoniste aussi bien que Pascal. L’effet d’ambivalence et de fusion est autorisé par l’usage d’une forme verbale échappant aux catégories de la personne et du temps.

476.2. En ce point du texte, l’actualisation du projet des Grands jours et l’entreprise pascalienne viennent donc à coïncider. Cette coïncidence vaut patronage et laisse entendre qu’écrire sera, pour le narrateur, suivre le modèle du Pascal des Pensées. Cela implique un assez brutal « changement de paradigme » littéraire. Les références d’oc à Jasmin, Gelu et les Marseillais, Mistral ou Aubanel se trouvent nécessairement dévaluées au profit de la plus haute littérature. Pour tenir son projet, le héros doit s’écarter des prédécesseurs cités et des « autres », et s’affranchir en quelque mesure du cadre que les Lettres d’oc peuvent lui fournir (n’avait-il d’ailleurs pas envisagé, peu auparavant, d’écrire en français ?).

48En outre, le circonstant « per una nuèch de fèbre » [13], ne pouvant échapper à la double lecture globale de la phrase, pose l’« illumination » de l’âme et la complète conversion comme condition de l’écriture, et étend par conséquent au plan spirituel le compagnonnage littéraire avec Pascal.

49Au total, il ne semble pas faire de doute que le seuil d’exigence du livre projeté s’exhausse très considérablement.

506.3. Sans doute le patronage pascalien se révèle-t-il efficace, puisque le projet du libre est désormais, dans son essentielle précarité, définitivement acquis. Produit en lieu propice à l’intercession pascalienne (Clermont, Saint-Pierre des Minimes), il se noue d’abord autour de la question de la destinée posthume d’une œuvre écrite in extremis, inachevée ou du moins menacée de l’être dès sa conception, une figure dont les Pensées fournissent l’exemple classique. Le paragraphe [14], où le nom de Pascal apparaît pour la première fois dans le chapitre, souligne cet aspect en décrivant les papiers éparpillés d’un mort, papiers dont l’avenir en tant que livre est aussi incertain que celui de l’ouvrage que le narrateur est en train de projeter. Livre en projet modèle d’un projet de livre, l’œuvre de Pascal est encore susceptible de fournir à d’autres égards un programme à ce que seront les Grands jours : une écriture au plus près de la pensée, un texte discontinu tissé d’échos et de reprises, assumant la contradiction, et dont l’interprétation restera notoirement ouverte.

Jeux pascaliens

51Sur cette lancée, les paragraphes [15] à [19] constituent une sorte de tête-à-tête entre le narrateur et Pascal.

  • 45 «Il se joue un jeu à l’extrémité de cette distance infinie, où il arrivera croix ou pile » (Pensées(...)
  • 46 «Non, mais je les blâmerai d’avoir fait non ce choix, mais un choix, car encore que celui qui prend (...)
  • 47 «Oui, mais il faut parier. Cela n’est pas volontaire, vous êtes embarqué ».
  • 48 «Votre raison n’est pas plus blessée, puisqu’il faut nécessairement choisir, en choisissant l’un qu (...)
  • 49 On se souvient du propos de Ducasse: «Je remplace la mélancolie par le courage, le doute par la cer (...)
  • 50 «La méthode de composition inaugurée ici par Lautréamont a été appliquée au moins une fois dans la (...)

527.1. Le premier s’introduit d’abord ex abrupto dans le dialogue du Pari en endossant le rôle du libertin à convertir. Reprenant les mots de Pascal (jogar et, avec un article défini de connivence, jòc45), il répond à la question ellipsée (« Que gagerez-vous ? ») par une objection : « Mas perqué donc jogar lo jòc ? » [15], qui apparaît comme une variation personnelle sur la réponse du libertin : « le juste est de ne point parier46 ». Acceptant ensuite, semble-t-il, l’injonction pascalienne à parier47, le narrateur se plaît cependant à embrouiller les termes du pari48 de telle sorte que la perte soit assurée dans tous les cas : « Se Dieu es pas ai tot perdut. E se Dieu es me perdrai ieu... » [15]. Corriger Pascal dans le sens du désespoir : le procédé pourrait-il venir du Ducasse de Poésies II, dont on sait qu’il applique avec prédilection ses retournements « dans le sens de l’espoir » aux Pensées49 ? voire de Breton et Éluard réécrivant Valéry50 ?

  • 51 Pensées, éd. Le Guern 1977, t. I, p. 161, fragment 186.
  • 52 Éd. Walzer 1970, p. 276.

537.2. La méditation se déplace alors du Pari au Roseau pensant, d’un morceau d’anthologie scolaire à un autre. « E mai lo monde m’espotiriá, saber que serai espotit, que tant valdriá non saber res... » [16] répond en la détournant à la phrase célèbre : « Mais quand l’univers l’écraserait, l’homme serait encore plus noble que ce qui le tue puisqu’il sait qu’il meurt et l’avantage que l’univers a sur lui, l’univers n’en sait rien51 ». La conclusion tient en une phrase qui ressemble à une note jetée, stylistiquement assez pascalienne, en même temps qu’elle est d’une affligeante vulgarité : « L’òme rousèl que pensa tròp » [16] ! La conclusion de Ducasse était : « L’univers ne sait rien : c’est tout au plus, un roseau pensant52 ».

  • 53 Sur le chuintement perçu comme caractéristique de l’auvergnat, v. Dauzat 1946, p. 233-234.
  • 54 Larousse du XIXe siècle (1866), s.v. Auvergne, à la section «Mœurs et coutumes de l’Auvergne », qui (...)

54La suite s’abaisse jusqu’au folklore potachique, si ce n’est à l’Almanach Vermot : « Que pensa o que penja ? Probable que’n bon Auvernhat de la lenga espessa Pascal deviá patir per trobar los s53... » [16]. Nous sommes au niveau de « Nous getions ving-te-ciche à table, ni hommes ni femmes, tous jauvergnats » ou de « L’animal qui rechemble le plus ja l’homme, chest l’Auvergnat54 ». Il faut prendre acte du caractère inane de cette plaisanterie, sans doute traditionnelle, qui joue probablement, en outre, sur la contamination des deux passages pascaliens (« mais c’est un roseau pensant » ; « mais de quel côté pencherons-nous ? »).

  • 55 II, 3 [p. 53].
  • 56 Michel Charles (1971, p. 83) commentant la réécriture du Roseau pensant par Ducasse.

557.3. La dégradation progressive du propos jusqu’à la grosse rigolade éclaire l’intention de la séquence. Son comique découle de la mise en scène, dans la gaucherie allant jusqu’à la bêtise, d’une sorte de philosophie de comptoir commentant un Pascal de morceaux choisis (« Cala-te que me vòls recitar lo libre de literatura del teu collegi », diagnostiquera le « curé55 »), mais aussi sans doute, plus finement, de la capacité ludique à « brouiller le sens du texte de l’autre56 », en particulier dans les souvenirs scolaires du lecteur.

56Sous peine de se faire considérablement « crétiniser », il serait donc vain de chercher à déceler dans ces jeux intertextuels une quelconque profondeur métaphysique. Le narrateur se tourne lui-même en ridicule. En se moquant de sa propre balourdise philosophique, il se moque de la prétention exagérée qu’il vient d’émettre à un compagnonnage intellectuel et spirituel avec Pascal. Manière de dire, encore une fois, sous une forme littérairement plus élaborée, « De que me cresi ? » [4], la séquence possède dans l’autodérision la même fonction que l’apologue de l’abbé [7-10]. En même temps, elle livre abruptement au lecteur un échantillon du désastre prévisible du chef-d’œuvre-qui-ne-peut-pas-en-être-un.

  • 57 Bodon 1986, p. 171-172.
  • 58 Un peu plus loin dans la même lettre, la fin des Grands jours est, elle aussi, annoncée sur le ton (...)

577.4. La menace de crétinisation et le plaisir que prend l’auteur à jouer ce jeu avec son lecteur sont bien réels. Dans une lettre du 2 novembre 1961, Boudou s’y exerce visiblement en avant-première auprès de Mouly57. Le disciple annonce au maître qu’il est en train d’écrire les Grands jours, une sorte de « suite de la Santa Estela », « un livre du genre de ceux qui ne plaisent à personne ». Il ajoute très sérieusement : « Ne soi a l’estudi de Pascal ». Et voici quel est l’objectif d’une telle « étude » : « per saber se parlava d’un rausèl que pensa o d’un rausèl que penja ». En effet, surenchérit Boudou : « Tot lo mond sap que Pascal èra Auvernhat e qu’en bon Auvernhat de la lenga espessa deviá patir per trobar los s. Alara i a un dobte sul sense de la frasa famosa ». Tout se passe comme si, ayant son texte sous les yeux (« Que pensa o que penja ? Probable que’n bon Auvernhat de la lenga espessa Pascal deviá patir per trobar los s... » [16]), Boudou en essayait l’effet sur le brave Mouly58.

  • 59 Pensées, éd. Le Guern 1977, t. II, p. 11, fragment 397.

587.5. Le paragraphe [17] revient au Pari. « Se ganhi pas perdrai pas res » reprend « si vous perdez, vous ne perdez rien59 ». Le narrateur semble à présent s’accommoder du pari (« En Auvernhat jogar lo jòc coma una pacha sus la fièira... ») en en profitant pour développer le stéréotype de l’avarice auvergnate triplement attribuée à Pascal : comme écrivain, comme savant et comme janséniste.

59La fin du paragraphe [17] est à mettre en relation avec un autre passage de la lettre de 1961 à Mouly citée plus haut (§ 7.4.) :

  • 60 Bodon 1986, p. 171.

Coma tanben se sap ben pro que los jansenistas pregavan Dieu davant la crotz dels braces estreches. Alara me demandi s’aquò èra pas un influència d’Auvèrnha, per esparnhar lo fust. Coma tanben, se l’argent se pòt comptar, l’aire se pòt pesar, e la gràcia se deu mesurar. Un Bon Dieu auvernhat pòt pas èsser que cuolrimat60.

60Pourtant, si le propos de l’épistolier demeure le même : illustrer auprès de Mouly, de manière mystificatoire, l’« étude de Pascal » à laquelle il serait en train de se livrer, la relation entre texte de la lettre et texte du récit n’est pas la même. Le texte du récit reprend ici différemment les éléments organisés discursivement et de manière profuse dans la lettre, et surtout, à la fin du paragraphe [17], il les soumet à une condensation poétique.

617.6. La mesure octosyllabique, qu’on croirait d’abord sans objet, se met en effet en place : « Se ganhi pas perdrai pas res./En Auvernhat jogar lo jòc/ coma una pacha sus la fièira.../Maquina de comptar l’argent/que l’argent es per lo comptar/e se l’aire se pòt pesar/la gràcia se deu mesurar » [17].

Conversion

628.1. Puis c’est un court poème qui s’élève, enjambant les paragraphes [17] et [18] :

Nòstre Sénher dels cuols-rimats
sus la crotz dels braces estreches,
benlèu per esparnhar lo fust... //
La cencha nusa sus la pèl,
los clavèls que traucan lo cuèr,
a còps de ponhs tustar dessús
per se sovenir del dever...
Paure Pascal, morir tròp lèu...

  • 61 Bodon 1975 (Sus la mar de las galèras), p. 36 (poème daté de 1973).

63La forme extérieure en est à la fois particulièrement voilée par l’absence de vers graphiques et le saut d’alinéa (//), et particulièrement bien marquée : une strophe carrée (huitain d’octosyllabes). Quant au fond, l’incongruité du premier vers, qui peut rappeler l’incipit et le titre de « Nòstra Dòna dels autocarris61 », ne doit pas égarer : cette irruption lyrique est bien une invocation au Christ. Si ce jaillissement prend son départ des réflexions qui le précèdent (1-3), il débouche au centre du poème (4-6) sur une adhésion empathique à la Passion, avant de revenir à Pascal (8). Il s’agit d’un brusque élan où la pensée fluante connaît un bref, mais décisif instant d’« illumination » devant la Croix.

  • 62 Ce n’est que plus tard que l’allusion aux Grands Jours d’Auvergne sera développée: «Aqueles jorns, (...)

648.2. Ce moment d’exaltation spirituelle est sans équivalent dans les Grands jours. Proche d’une oraison jaculatoire sans être pour autant assimilable à une prière, le passage constitue le signal de la véritable conversion et l’acmè du chapitre II, 2. Celui-ci se solde, dès lors, par la conversion du libertin et la victoire de Pascal. La condition spirituelle de l’écriture (v. ci-dessus § 6.2.) se trouvant désormais remplie, la fin du paragraphe [18] peut, en cassant la mesure octosyllabique et après la préparation que nous avons évoquée (ci-dessus § 4.3.), achever de donner le titre du livre. L’engendrement de celui-ci ne peut s’accomplir qu’au terme de la conversion. On soulignera que la remarque triviale « Benlèu s’èras demorat a Clarmont auriás coneguts los “ Grands Jorns ”... » [18] semblerait hors de propos62, si elle n’avait pas, avant tout, valeur d’autoréférence au titre du libre que médite le narrateur.

658.3. Le mouvement de retour progressif au sol se prolonge au paragraphe [19] dans lequel le narrateur reprend contact avec l’édifice concret dans lequel il se trouve. La présence de Pascal se dissipe, et l’église peut à présent être nommée du nom qu’elle porte pour tout le monde : « Sant Peire dels Minimis ». La phrase suivante, « Eri pas mai sol » [20], doit se lire, certes, en anticipation de la rencontre du « curé » qu’elle annonce, mais aussi, en définitive, comme la conclusion de la première partie d’un chapitre qui a conduit le narrateur à la rencontre du Christ.

  • 63 En outre, selon notre interprétation, la rencontre du Christ précède immédiatement celle du «curé »
  • 64 V. Chambon, à paraître.

668.4. Il ne semble donc pas de mise d’écrire avec Parayre (2003, 75) : « Le christianisme qu’il [le narrateur] rencontre en la personne du curé défroqué est invoqué lorsqu’il s’agit d’aider les prostituées [sic], mais le narrateur n’y adhère pas et cherche la foi sans jamais la rencontrer63 ». D’abord Jean64 (I, III [p. 25]), puis le Christ, puis son ministre (II, 2) et son église (II, 5 [p. 59]), celle des pécheurs et des prostituées. Telles sont les premières étapes de l’itinéraire chrétien du protagoniste.

Conclusion

  • 65 Cf., par exemple, Parayre (2003, 65): «Le sort de l’homme condamné symbolise de façon à peine voilé (...)
  • 66 Parayre (2007, 62) écrit ailleurs, un peu platement: «L’homme cancéreux du Libre dels grands jorns (...)

679.1. Au total, l’analyse du chapitre II, 2 semble inviter à entendre l’histoire des Grands jours moins comme celle d’un écrivain mourant avec sa langue (la première mort métaphorisant ou symbolisant la seconde65) que comme celle d’une langue mourante suscitant l’auto-engendrement de son dernier écrivain et de son dernier livre66. Si métaphore il y a, le métaphorisé est la situation même de l’écrivain post-mistralien. En tout cas, la littérature (d’oc) et les conditions de sa possibilité sont au centre d’un chapitre qui est aussi la matrice du livre.

689.2. Ce livre s’écrira — il s’est écrit — à condition que le narrateur, surmontant l’indifférence et le mépris, trouve en lui la force de s’assumer comme le dernier écrivain d’oc et (re)trouve la foi religieuse, deux conditions également nécessaires pour que la mort annoncée puisse être vaincue par l’écriture. C’est là tout l’enjeu du double pari que le narrateur engage en fin de compte : celui de la conversion et celui de l’écriture, l’un conditionnant l’autre. C’est aussi, au-delà des plaisanteries et des anecdotes, tout le sens de la référence pascalienne, centrale pour tout le récit.

Haut de page

Bibliographie

Arrouye, Jean, 1987. « Joan Bodon, romancier de l’exil », in Christian Anatole (éd.), Jean Boudou (1920-1975). Actes du Colloque de Naucelle (27, 28 et 29 septembre 1985), Béziers, Centre international de documentation occitane, 173-187.

Audollent, Auguste, 1912. « Après une visite à Bien-Assis (27 Avril 1912) », Bulletin historique et scientifique de l’Auvergne, 1912, 287-291.

Bodon, Joan, 1973. Lo libre dels grands jorns. Tèxte integral. Presentacion d’Ives Roqueta, Montpellier, Centre d’estudis occitans.

Bodon, Joan, 1975. Sus la mar de las galèras, Toulouse, Institut d’estudis occitans.

Bodon, Joan, 1986. Letras de Joan Bodon a Enric Mouly, Naucelle, Societat des Amics de Joan Bodon.

Bodon, Joan, 1996. Lo libre dels Grands Jorns (roman), Rodez, Edicions de Roergue.

Bonnet, Marguerite, 1988 = André Breton, Œuvres complètes, éd. Marguerite Bonnet, t. I, Paris, Gallimard.

Chambon, Jean-Pierre, à paraître. « Remarques sur le prologue du libre dels Grands jorn de Jean Boudou », in Angelica Rieger (éd.), L’Occitanie invitée de l’Euregio. Liège 1981 - Aix-la-Chapelle 2008. Bilan et perspectives. Actes du neuvième Congrès international de l’AEIO, Aix-la-Chapelle, 24-31 août 2008, Aix-la-Chapelle, Shaker.

Chambon, Jean-Pierre, 2009. « Lieux communs, intertextualité et « aventure d’une écriture ». Notes pour l’exégèse d’un chapitre du libre dels Grands jorns de Jean Boudou : « La font de pèira » (I, 10) », Revue des langues romanes 215-232.

Charles, Michel, 1971. « Éléments d’une rhétorique d’Isidore Ducasse », Nouvelle Revue française, janvier 1971, 76-87.

Courouau, Jean-François (coord.), 2007. « Le mythe du dernier locuteur », Lengas, revue de sociolinguistique, 61.

Dauzat, Albert, 1946. Études de linguistique française, 2e éd., Paris, D’Artrey.

Duplouy, Odile/Jean-Baptiste, Alain, 1996. Figures clermontoises. Gens de la ville, Clermont-Ferrand, Art’Phot.

FEW = Walther von Wartburg, Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes, 25 vol. , Leipzig, Bonn, Bâle, Schroeder, Klopp, Teubner, Helbing & Lichtenhahn, Zbinden, 1922-2002.

Ginestet, Joëlle, 1997. Jean Boudou. La force d’aimer, Vienne, Montpellier, Naucelle, Édition Praesens, Section française de l’Association internationale d’études occitanes, Société des Amis de Jean Boudou.

Jaloustre, Élie, 1912. « Bien-Assis et Pascal », Bulletin historique et scientifique de l’Auvergne, 1912, 145-157.

Lafont, Robert/Anatole, Christian, 1970. Nouvelle Histoire de la littérature occitane, 2 vol. , Paris, Presses universitaires de France.

Lafuma, Louis/Marandet, Christiane, 1964. Sur les pas de Blaise Pascal. Le château de Bien-Assis retrouvé, Clermont-Ferrand, Éditions Volcans.

Martel, Philippe, 2007. « Le dernier des félibres ? », in Courouau 2007, 13-31.

Le Guern, Michel, 1977 = Pascal, Pensées, 2 vol. , Paris, Gallimard.

Le Guern, Michel, 1998 = Pascal, Œuvres complètes, éd. Le Guern, t. I, Paris, Gallimard.

Nègre, Ernest, 1984. « Une aire de rhotacisme en Rouergue et en Albigeois », in Ernest Nègre, Études de linguistique romane et toponymie, Toulouse, Collège d’Occitanie, 39-49.

Parayre, Catherine, 2003. Jean Boudou, écrivain de langue d’oc, Paris, L’Harmattan.

Parayre, Catherine, 2007. « Maladies de la fin : La Santa Estela del Centenari et Lo Libre dels grands jorns de Jean Boudou », in Courouau 2007, 59-72.

Tardieu, Ambroise, 1870-1872. Histoire de la ville de Clermont-Ferrand, 2 vol. , Moulins (réimpression, Marseille, Laffitte Reprints, 1976).

Vayssier, Aimé, 1879. Dictionnaire patois-français du département de l’Aveyron, Rodez (réimpression, Genève, Slatkine Reprints, 1971).

Walzer, Pierre-Olivier, 1970 = Lautréamont/Germain Nouveau, Œuvres complètes, éd. Pierre-Olivier Walzer, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1 Nous citons le texte de Boudou tel qu’il a paru d’abord dans Oc 227-228 (1963), p. 64-66, mais nous avons cru bon de renvoyer entre crochets carrés aux pages de l’édition du C.E.O. (Bodon 1973), plus accessible. Nous désignons les paragraphes du chapitre II, 2 par un numéro d’ordre (de 1 à 25) placé entre crochets carrés. — Nos remerciements s’adressent à France Lagueunière, A.-R. Chambon, J. Durin et tout particulièrement à Ph. Gardy et J.-F. Courouau pour leurs remarques sur une première version de notre travail.

2 Les Éditions du Rouergue (Bodon 1996, p. 77) fournissent au contraire un texte que hachent deux virgules: «A Sant Pèire de Jauda, aquel matin, i aviá de cortinas negras tot lo torn »; cette leçon, dont on ignore l’origine (source différente de celle suivie par les autres impressions, c’est-à-dire le manuscrit conservé au CIRDOC? intervention intempestive des éditeurs rouergats?) est d’une syntaxe plus platement scolaire.

3 Boudou voit des «flammes blanches » dans ce que le français appelle larmes d’argent.

4 «Veni vai, serà lèu miègjorn. Te pagui l’aperitiu... » [25].

5 II, 1 [p. 49].

6 «Per azard dintrar dins un bar e l’endeman dins una glèisa. Amb aquel òme coma se nos cercàvem » (II, 3 [p. 52-53]).

7 «E tot aquò m’aviá mes d’apetit. Es una taula d’òste que me caliá cercar » (début de I, 4 [p. 27]).

8 I, 6; I, 8; I, 9.

9 Cf. «Nòstra Dòna del Pòrt, per aquel primier jorn l’agachèri pas » (I, 3 [p. 26]).

10 Ginestet (1997, p. 127) cite longuement ce passage et le commente rapidement d’une manière qui demeure obscure pour nous. L’«esprit » d’une «femme-église » (un thème de Serge Bec, et non de Boudou) «se retrouve[rait] dans la description de l’église Sant Pèire de Jauda ».

11 II, 3 [p. 26].

12 II, 3 [p. 26].

13 I, 1 et 2 ([p. 23] pour la glèisa Joana d’Arc); Chambon, à paraître.

14 Respectivement I, 3 [p. 25] (titre), [p. 26], et I, 3 [p. 27].

15 L’idiolectalité de Sant Pèire de Jauda est soulignée par la forme occitanisée Jauda, calque d’occasion de fr. Jaude (aocc. Jalde).

16 I, 3 [p. 26].

17 «Vercingetorix lo vièlh sur [sic] son caval. A l’autre cap Desaix lo general que lo guinhava del det » (I, 3 [p. 26]).

18 «A mièja faciada en gròssas letras verdas: Chez Gem. Alberga o ostalariá. A cò de Gem » (I, 3 [p. 26]). «En 1960, [Geminiani] arrête la compétition, devient directeur sportif et, à Clermont, décide de se consacrer au commerce... et aux copains. Le bar Chez Gem, place de Jaude, c’était à lui » (Duplouy/Jean-Baptiste 1996, p. 50). L’emplacement de cet établissement est aujourd’hui occupé par la Pharmacie mutualiste.

19 Relation de «la grande expérience de l’équilibre des liqueurs » (Pascal, Œuvres complètes, éd. Le Guern 1998, p. 431).

20 Tardieu 1870-1872, t. 1, p. 98.

21 II, 4 [p. 54].

22 «Esperèri pas un briu davant Sant Pèire » (II, 4 [p. 54]).

23 Le carrefour de la rue des Minimes, de la rue Lamartine et de l’angle de la place de Jaude où se trouve l’église (I, 3 [p. 27]).

24 I, 3 [p. 27]; I, 6 [p. 32]; I, 7 [p. 34]; III, 2 [p. 75].

25 C’est toutefois à travers le souvenir de Bien-Assis qu’on peut repérer dans le texte une seconde allusion voilée et ludique à Pascal. Au chapitre II, 3, dans lequel le «curé » et le protagoniste discutent du hasard, l’exemple choisi par le «curé », après ceux de l’accident du pont de Neuilly et de la «nuèch d’illuminacion », est celui de l’implantation de la manufacture Michelin à Clermont ([p. 54]). Cet exemple est probablement suggéré par le fait que la manufacture s’est justement développée sur les ruines du manoir des Pascal, Bien-Assis. V. Audollent (1912), Jaloustre (1912), Lafuma/Marandet (1964).

26 «Vous voulez aller à la foi et vous n’en savez pas le chemin. Vous voulez vous guérir de l’infidélité et vous en demandez les remèdes, apprenez de ceux etc. [La coutume est notre nature. Qui s’accoutume à la foi la croit, et ne peut plus craindre l’enfer, et ne croit pas autre chose], qui ont été liés comme vous et qui parient maintenant tout leur bien. Ce sont gens qui savent ce chemin que vous voudriez suivre et guéris d’un mal dont vous voulez guérir; suivez la manière par où ils ont commencé. C’est en faisant tout comme s’ils croyaient, en prenant de l’eau bénite, en faisant dire des messes, etc. Naturellement même cela vous fera croire et vous abêtira » (Pensées, éd. Le Guern 1977, t. II, p. 13-15, fr. 397).

27 Rêveries du Mickey-Bar (I, 5 [p. 30-31]), du Vin de Corent (I, 6 [p. 32-34]) et de devant Chez Gem (I, 7 [p. 35-36]), de la Grotte du Chien (I, 8 [p. 38-39]), du bar anonyme (I, 9 [p. 39-41]), du Club (II, 1 [p. 48-49]).

28 Si les références à la littérature ne sont pas absentes des méditations ou rêveries précédentes sur la langue d’oc, celles-ci privilégient le point de vue social (I, 5 [p. 30-31]; I, VII [p. 35]; I, 8 [p. 38]; I, 9 [p. 40-41]; II, 1 [p. 48-49]) et/ou historique (I, 6 [p. 33-34]).

29 Le lecteur a appris auparavant que le protagoniste a participé au mouvement renaissantiste d’oc (I, 9 [p. 40]) et qu’il est félibre (I, 10 [p. 44]), ce qui n’engage pas nécessairement une activité littéraire, mais la suggère. L’appartenance à cette mouvance est aussi connotée dès la première page par la majuscule initiale à «lenga d’Oc », signe de reconnaissance toujours maintenu ensuite.

30 Sur ces auteurs, v. Lafont/Anatole 1970, respectivement p. 535-543, 557-566, 593-625; sur «les Marseillais », p. 553-555.

31 Cf. Parayre 2003, p. 66-67.

32 Courouau 2007. — Parayre (2003, p. 65) écrit peu exactement que «le narrateur occupe un rôle symbolique, ici celui d’un homme qui se rend compte qu’il est le dernier à parler la langue d’oc » (meilleur, dans la même page: «[le] dernier écrivain d’oc »).

33 «la nòstra lenga cargada de glòria vièlha », «Mistral s’èra levat en Provença », «Nòstra lenga es mai qu’una catedrala », «la poesia maire, la lirica dels Trobadors » (I, 9 [p. 41]).

34 [note34]«Amb Engels coneisserián ben lo nòstre sègle d’aur coma la primièira Renaissença » (I, 9 [p. 40]); «Lor agrada mai d’estudiar lo barbotinament sauvatge d’una tribu de qualques negres perduts dins la forèst granda que de legir la poesia maire, la lirica dels Trobadors.../Esser de caçaires de caps o de manjaires d’òmes, alara òc, los poders prendrián totas las penas e gastarián d’argent per nos manténer dins aquela «civilizacion » originala candes de tota mèscla... » (I, 9 [p. 41]). Il est intéressant de noter que la reconnaissance et la popularisation de la linguistique de terrain et de l’ethnologie suscitent ici un écho (ces disciplines sont perçues comme une menace).

35 I, 9 [p. 41].

36 Cf. déjà «Tot sol encara. Tot sol » (I, 1 [p. 21, 22]); «A una taula tot sol » (I, 5 [p. 29]); «Una cambra per ieu tot sol » (I, 7 [p. 34]); «Mas aicí per ieu tot sol aviái una vila » (I, 7 [p. 34]); «me’n anèri, tot sol, sens me tornar virar » (I, 10 [p. 44]).

37 Sur les redoublements de verbes (généralement de mouvement) chez Boudou, «met[tant] en évidence la volonté de progresser », v. Ginestet 1997, 101-102.

38 Il n’est pas indifférent de noter ici que dans le manuscrit du CIRDOC, «libre » porte dans le titre une minuscule initiale. Nous remercions Mme Lita Maria Hubatka de cette indication.

39 Il existe d’autres signaux du fait que, malgré certaines apparences, le libre n’est pas écrit au jour le jour, mais après l’épreuve finale, par un narrateur ayant surmonté la mort: «Nòstra Dòna del Pòrt, per aquel primièr jorn l’agachèri pas » (I, 3 [p. 28]; souligné par nous); «los pissadors al lòc de s’estremar jos la tèrra se quilhavan e se quilhan encara probable, coma un monument a la vista del pòble » (I, 4 [p. 28]; souligné par nous). L’écriture est réflexive.

40 Il pourrait s’agir d’une hypercorrection réagissant au rhotacisme local de [l] intervocalique, phénomène auquel est sensible le parler de Crespin (Nègre 1984, en particulier p. 46). Pour des formes en -ir-, cf. arouerg. monestiri, aveyr. mounestire (FEW 6/3, p. 73a, monasterium; Vayssier 1879, p. 385).

41 «Es un òme a la mòrt que los cridarà? Benlèu un mot tot sol? A la mòrt » [11].

42 Mirèio, chant X.

43 II, 3 [p. 53]. La «nuit de feu » du 23 novembre 1654 est consignée dans le Mémorial (Pensées, éd. Le Guern 1977, t. II, p. 216-217, fragment 711).

44 La dernière phrase du paragraphe précédent («Lo pauc de temps que m’es comptat... » [11]) pouvait déjà évoquer les Pensées, dans le fragment qui suit le Pari: «ce peu de temps qui m’est donné à vivre » (éd. Le Guern 1977, t. II, p. 19, fragment 398).

45 «Il se joue un jeu à l’extrémité de cette distance infinie, où il arrivera croix ou pile » (Pensées, éd. Le Guern 1977, II, p. 11, fragment 397, comme les citations suivantes). — Cf. rouerg. aveyr. jougá «parier » (FEW 5, p. 39a, jocari; Vayssier 1879, p. 338).

46 «Non, mais je les blâmerai d’avoir fait non ce choix, mais un choix, car encore que celui qui prend croix et l’autre soient en pareille faute, ils sont tous deux en faute; le juste est de ne point parier ».

47 «Oui, mais il faut parier. Cela n’est pas volontaire, vous êtes embarqué ».

48 «Votre raison n’est pas plus blessée, puisqu’il faut nécessairement choisir, en choisissant l’un que l’autre. Voilà un point vidé. Mais votre béatitude? Pesons le gain et la perte en prenant croix que Dieu est. Estimons ces deux cas: si vous gagnez, vous gagnez tout, et si vous perdez, vous ne perdez rien; gagez donc qu’il est sans hésiter ».

49 On se souvient du propos de Ducasse: «Je remplace la mélancolie par le courage, le doute par la certitude, le désespoir par l’espoir » (Poésies I; Œuvres complètes, éd. Walzer 1970, p. 257); «je prends à part les plus belles poésies de Lamartine, de Victor Hugo, d’Alfred de Musset, de Byron et de Baudelaire, et je les corrige dans le sens de l’espoir; j’indique comment il aurait fallu faire » (lettre à Verboeckhoven du 21 février 1870; éd. Walzer 1970, p. 298). Par exemple: «L’homme est un chêne. La nature n’en compte pas de plus robuste » (Lautréamont, éd. Walzer 1970, p. 275-276).

50 «La méthode de composition inaugurée ici par Lautréamont a été appliquée au moins une fois dans la suite par André Breton et Paul Éluard, dans leurs Notes sur la Poésie (Paris, G.L.M., 1936 [...]) » (Walzer 1970, p. 1153). Il s’agit de la réécriture de «Notes sur la poésie » publiées par Paul Valéry en 1929 (v. André Breton, Œuvres complètes, éd. Bonnet 1988, p. 1014-1020 et 1756-1758).

51 Pensées, éd. Le Guern 1977, t. I, p. 161, fragment 186.

52 Éd. Walzer 1970, p. 276.

53 Sur le chuintement perçu comme caractéristique de l’auvergnat, v. Dauzat 1946, p. 233-234.

54 Larousse du XIXe siècle (1866), s.v. Auvergne, à la section «Mœurs et coutumes de l’Auvergne », qui cite encore «Che n’est pas que che choit malpropre, mais cha tient de la plache » (d’une vieille semelle trouvée dans un ragoût).

55 II, 3 [p. 53].

56 Michel Charles (1971, p. 83) commentant la réécriture du Roseau pensant par Ducasse.

57 Bodon 1986, p. 171-172.

58 Un peu plus loin dans la même lettre, la fin des Grands jours est, elle aussi, annoncée sur le ton le plus sérieux, comme l’«étude» (estudi) d’une importante question politique (renvoyant aux fameux débats entre Trotsky et la majorité du Parti communiste (bolchevik) de l’Union Soviétique): «Lo libre se clavarà per un estudi sus la possibilitat d’implantacion del marxisme en un sol endrech ». Or, on sait en quels termes réjouissants la question est posée dans le récit: «Lenina a causit el tanben, lo socialisme es possible dins un sol païs, perqué seriá pas possible dins una sola bòria? »... (III, 6 [p. 86]).

59 Pensées, éd. Le Guern 1977, t. II, p. 11, fragment 397.

60 Bodon 1986, p. 171.

61 Bodon 1975 (Sus la mar de las galèras), p. 36 (poème daté de 1973).

62 Ce n’est que plus tard que l’allusion aux Grands Jours d’Auvergne sera développée: «Aqueles jorns, aqueles grands jorns que n’èri lo mèstre de que ne far? Los mèus grands jorns d’Auvèrnha podiái dire » (II, 5 [p. 57]).

63 En outre, selon notre interprétation, la rencontre du Christ précède immédiatement celle du «curé ».

64 V. Chambon, à paraître.

65 Cf., par exemple, Parayre (2003, 65): «Le sort de l’homme condamné symbolise de façon à peine voilée le sort de la langue d’oc à l’agonie dans une France trop centralisatrice ». La lectrice s’étonne en outre de la prise de position naïvement axiologique de l’autrice sur les institutions politiques françaises.

66 Parayre (2007, 62) écrit ailleurs, un peu platement: «L’homme cancéreux du Libre dels grands jorns symbolise clairement le militant occitan qui assiste à la mort de sa langue »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Chambon, « Pour le commentaire d’un chapitre du libre dels Grands jorns de Jean Boudou : « Lo curat » (II, 2).
Autour de Saint-Pierre des Minimes et de Pascal
 », Lengas, 66 | 2009, 31-56.

Référence électronique

Jean-Pierre Chambon, « Pour le commentaire d’un chapitre du libre dels Grands jorns de Jean Boudou : « Lo curat » (II, 2).
Autour de Saint-Pierre des Minimes et de Pascal
 », Lengas [En ligne], 66 | 2009, mis en ligne le 02 décembre 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lengas/890  ; DOI : 10.4000/lengas.890

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals