Navigation – Plan du site

Analyse statistique des données textuelles à partir de publications de Calvet concernant les langues minoritaires

Analisi estadistica de donadas textualas a partir de publicacions de Calvet sus las lengas minoritàrias
Christian Bassac, Joan Busquets et Martine Versel
p. 57-78

Texte intégral

Introduction : démarche méthodologique

  • 1 Étude réalisée dans le cadre du programme de recherche « Langues minoritaires et marges linguistiqu (...)

1Le but de ce travail1 est de présenter quelques résultats concernant la constitution de réseaux sémiques obtenus à partir d’une analyse statistique d’un corpus de l’œuvre de Calvet à l’aide du logiciel Alceste.

2Le logiciel Alceste est un logiciel de statistique textuelle qui construit des classes variables selon la taille des corpus, auxquelles nous donnerons des étiquettes. Il s’agit donc d’une technique descriptive. Les différents contextes sémantiques sont des regroupements de fragments de textes nommés Unités de Contexte Elémentaire (dorénavant U.C.E.). En d’autres termes les U.C.E. correspondent à des phrases dans la mesure où le découpage s’appuie sur la ponctuation forte du corpus en question. Toutefois, le nombre d’occurrences à droite et à gauche est susceptible d’être réduit ou augmenté afin de vérifier la stabilité des classes issues du calcul algorithmique d’Alceste.

  • 2 La fonction du Khi-2 est de calculer le poids de pertinence de l’apparition des occurrences à l’int (...)

3C’est la proximité lexicale entre les U.C.E. constituées par le logiciel qui détermine l’appartenance des occurrences à une liste particulière. Ainsi chaque classe est alors caractérisée par une liste de formes qui est surreprésentée dans celle-ci. On la mesure à l’aide du Khi-2 coefficient d’appartenance : plus précisément, le Khi-2 mesure la liaison entre une forme et son contexte et mesure donc la probabilité qu’une forme soit par hasard associée à un contexte2. Les classes terminales établies par le logiciel sont composées des occurrences les plus représentatives et leur constitution repose sur la répétition d’occurrences moins dans la mise en discours que dans le repérage de leur simple présence/absence. On procède donc à un calcul qui produit dans un premier temps deux classes qui présentent entre elles un contraste fort. La deuxième étape consiste à prendre la classe dont l’extension est la plus élevée et à la redécouper en deux et ainsi de suite jusqu’à ne plus être en mesure de reproduire le calcul et atteindre alors une Classification Descendante Hiérarchique (dorénavant C.D.H.) stable. Il s’agit donc d’une méthode « oppositive » dans la mesure où il y a détermination des ressemblances et des différences pour procéder ensuite à un rapprochement des termes divergents et convergents.

  • 3 Selon Foucault, le notion de discours nous renvoie à « un système de dispersion, dans le cas où ent (...)
  • 4 « Cette nouvelle opération et d’interprétation (au sens que Nietzsche donnait à ce mot). Interpréte (...)
  • 5 Dupuy, R., Bordes, O., Reinert, M. (1990), « Analyse de discours en formation d’adultes. Applicatio (...)

4Nous pouvons avancer que c’est la dimension iconique du corpus qui est privilégiée dans cette méthode. C’est le contenu sémantique entendu d’un point de vue sémiotique mais aussi foucaldien ; c’est-à-dire grossièrement, l’idée que quelque chose se répète d’énoncé en énoncé, et qui constitue la trace d’une activité discursive3. En ce sens, il ne s’agit pas de mettre en lumière une organisation lexicale, mais d’en déceler les relations qui caractérisent une pratique discursive (Foucault, 1969 : 65). En outre, cette optique foucauldienne et à certains égards celle de Barthes, nous oriente dans la pratique interprétative des données fournies par Alceste4. Ce faisant, le logiciel met en évidence de façon inductive l’organisation des éléments constitutifs d’un texte en dégageant sa structure matricielle de distribution (cf. Reinart, 1993). Le regroupement d’expressions linguistiques constitue un des indices ou indications que « le locuteur privilégie l’accès à certains mondes sémantiques plus qu’à d’autres qui traduisent le choix de cadres référentiels particuliers5 ».

Notre propos avec Alceste n’est pas d’analyser la signification représentée dans un texte dans sa complexification progressive. [...] Notre propos est plutôt d’aller à contre sens, vers l’origine objective et dynamique présente dans les traces les plus immédiates, les moins pensées. Et pour cela, il faut déconstruire le texte : à chaque pas, dans le rythme de ses moments renouvelés. Ce n’est pas tant qui parle, ou ce qui se dit, qui nous intéresse mais d’où ça parle, à chaque instant ! (Reinert, 2001)

5C’est pourquoi l’établissement des classes sémantiques est modélisé par la construction d’un tableau qui place en ligne les U.C.E. et en colonne les formes réduites (mots pleins/mots outils). Alceste signifie la présence par la valeur 1 et l’absence par la valeur 0 à l’intersection ligne /colonne. L’étape essentielle pour l’interprétation des données est celle du processus de constitution de classes, la C.D.H. D’emblée, il faut noter que ce sont moins les classes en elles-mêmes que les relations des unes avec les autres qu’il est nécessaire d’analyser pour rendre compte de la dynamique sémantique d’un corpus.

6L’organisation de notre étude est la suivante : nous présentons tout d’abord (section 2) quelques éléments généraux visant à faire comprendre la méthode utilisée pour faire émerger les réseaux sémiques et les étiquettes que nous leur associons, puis nous présentons ensuite (section 3 et 4) le détail de nos analyses pour les corpus 1 et 2 respectivement. Enfin, nous exposerons les traits principaux de l’analyse sous forme de synthèse.

Présentation des résultats

Présentation du corpus

7Louis-Jean Calvet a publié diverses études sur les situations linguistiques de contact en France et en Afrique, notamment. Parmi les questions qu’il a abordées, celles qui portent sur la problématique des situations linguistiques minoritaires ne sont pas passées inaperçues, en particulier son ouvrage Linguistique et colonialisme, paru en 1979. Une analyse de contenu appliquée aux approches qu’il a développées à partir de là s’avérait ainsi utile pour étayer une recherche sur la thématique des langues minoritaires en France et en Europe. En attendant d’appliquer l’outil d’analyse Alceste à d’autres approches, dans le cas de Louis-Jean Calvet, notre choix a porté sur trois ouvrages publiés dont Linguistique et colonialisme, La guerre des langues et les politiques linguistiques en 1987, et Le marché aux langues, les effets linguistiques de la mondialisation, en 2002. Chacun d’eux témoigne à notre sens d’un état de la réflexion de l’auteur sur les effets macrosociolinguistiques des contacts de langues. Quatre articles, globalement plus récents, ont été ajoutés. Deux d’entre eux sont surtout consacrés à la France et au français, et les deux autres participent des approches que l’on retrouve dans La guerre des langues et Le marché aux langues. Si ces divers documents se complètent ou se confirment l’un l’autre, ils apparaissent dans cette étude à travers des extraits dont les choix ont été déterminés par l’emploi de notions servant à désigner des langues en situation minoritaire.

Préparation du corpus

8Nous avons établi trois corpus à partir d’un corpus initial de l’œuvre de Calvet (ouvrages et articles) sur lequel un travail d’extraction de concepts, propre au champ de la sociolinguistique, fut préalablement effectué. Sept sources différentes furent convoquées.

  • 6 L’U.C.I. correspond à l’ensemble textuel que l’on décide de repérer à l’intérieur d’un corpus à l’a (...)

9Afin de pouvoir travailler ces données avec le logiciel Alceste, nous avons constitué trois corpus qui sont composés respectivement d’une Unité de Contexte Initial (dorénavant U.C.I.6), un deuxième corpus séparant les différentes sources bibliographiques (7 U.C.I.) et enfin un troisième corpus qui divise le corpus en fonction des périodes de publications (4 U.C.I.).

Démarche interprétative

10Le logiciel classe des U.C.E. et dégage des profils sémantiques grâce à une arborescence descendante. Tout le travail interprétatif consiste pour nous à spécifier ce profil en nous appuyant sur un champ, celui de la sémantique textuelle telle qu’elle est présentée par Rastier (1994, 2001). Nous nous basons sur deux niveaux de complexité lexicale, à savoir le morphème (occurrence lemmatisées par Alceste) et la lexie composée d’un ou plusieurs morphèmes. Ces deux niveaux nous semblent particulièrement opératoires dans l’analyse de traitement automatisé du discours. Comme le rappelle Rastier, c’est à travers ces deux paliers que l’on peut accéder à un mode d’organisation du contenu sémantique d’un discours, car le mode référentiel varierait d’une mise en discours à l’autre. Ainsi, pour décrire ces classes nous identifions des traits de sens, sèmes récurrents à l’intérieur du contexte lexical de chaque classe. La recherche d’un sème commun à l’ensemble des occurrences de la classe vise moins à distinguer son caractère générique ou à proprement parler spécifique qu’à saisir le mouvement sémique qui la caractérise tout en tenant compte des afférences sémiques pouvant fléchir tel ou tel trait de sens. La connaissance du corpus, la prise en compte des segments répétés et des U.C.E. spécifiques à chaque profil de classe constitue les sources indispensables pour « ajuster » une dénomination sémantique à la classe extraite par le logiciel. Le retour au discours d’usage que nous proposent les dictionnaires aide à valuer la prégnance sémique d’une classe.

11Nous présupposons donc que les opérations que cette démarche analytique permet surtout de cerner, à travers des profils sémantiques, est un univers d’assomption qui est à la fois un réseau de présupposés et de supposés conceptuels dans le champ de la socio-linguistique telle qu’elle se donne à voir dans l’œuvre de Calvet. C’est ce que nous allons à présent tenter de mettre en lumière en étudiant les rapports d’analyse du corpus composé d’une seule U.C.I. et du corpus composé de 7 U.C.I. Nous avons choisi de ne pas présenter ici les résultats du troisième corpus car la C.D.H. montre un caractère plus instable. Les deux calculs successifs effectués par le logiciel sur la variation de la longueur des U.C.E. ont montré une distribution différente des classes. Il nous a semblé alors suffisant de nous appuyer sur les deux premières analyses du corpus car ceci marquait une stabilité constante de leur classe quelle que soit la variabilité de leurs U.C.E.

12Avant ceci nous remarquerons que malgré la petitesse du corpus qui comprend un nombre total de 7440 formes, Alceste classe un nombre satisfaisant d’U.C.E. puisque dans le corpus 1, caractérisé par une unique U.C.I., il y a 67 % des U.C.E. classées et que dans le corpus 2, dans lequel ont été construites 7 U.C.I., il y a un traitement de 62 % des U.C.E.

13De manière empirique, nous avons l’habitude de considérer une analyse exploitable s’il y a plus de 50 % des U.C.E. classées. Pour les deux corpus envisagés, il y a cinq classes discriminées et présentées par dendogramme (C.D.H.) ; elles sont identiques et stables et cela dans les deux calculs successifs effectués par Alceste. Cette stabilité des classes permet de penser qu’il existe une réelle prégnance de ces cinq classes dans ce corpus. Nous proposerons successivement l’analyse des deux corpus pour ensuite mettre en relation et tenter d’établir des corrélations entre les caractéristiques de chacun, afin de proposer une synthèse sur le mode discursif de ce corpus.

Analyse du Corpus 1 (1 U.C.I.)

  • 7 « Hapax » fait référence à l’apparition unique d’une occurence d’un terme à l’intérieur d’un corpus

14Nous rappelons que sur les 7440 formes, il y a 1718 formes distinctes et un nombre de hapax7 égal à 1040.

Lecture de la C.D.H

15La lecture de la figure 1 s’effectue de droite à gauche et on peut observer que si la classe 3, composée de 31 U.C.E. se détermine en premier, c’est que le profil de cette classe a un degré de prégnance certain dans ce corpus. Elle s’associe avec deux autres classes (classe 2 avec 23 U.C.E. et classe 1 avec 17 U.C.E.) pour s’articuler face à une deuxième « branche » composée elle-même de deux classes : la classe 5 (32 U.C.E.) et la classe 4 (17 U.C.E.).

Figure 1 Première et deuxième classification descendante hiérarchique (C.D.H.)

Figure 1 Première et deuxième classification descendante hiérarchique (C.D.H.)

Interprétation des résultats

16L’interprétation des résultats que nous proposons suit donc la lecture de la C.D.H. Nos interprétations sont élaborées à partir de la même procédure pour toutes les classes : nous effectuons d’abord un relevé des occurrences contextuelles qui nous semblent pertinentes, puis de celles qui sont répétées, et nous essayons enfin de mettre en évidence les absences d’items qui nous paraissent les plus significatives.

Classe 3

17Nous proposons pour cette classe l’étiquette d’« administration des langues ». En effet le contexte lexical de ce profil fait apparaître une présence significative des occurrences suivantes :

{national, politique, considérer, état, fait, école, poser, situation local, communiquer, africain, argument, idéologie, enseignement structure, plurilinguistique, peuple...}

Un tableau des absences significatives et la liste des segments répétés complète la lecture de la classe. Ces éléments sont nécessaires à la lecture interprétative des classes et nous relevons parmi les absences qui nous semblent pertinentes celle des items tels que :

{premier, même, anglais, France, locuteurs, exclusif...}

Parmi les segments répétés nous isolons en particulier les éléments suivants :

{langues nationales, politique nationale, état, considérer comme, à l’école, langues dominer, il falloir, pouvoir, statut des langues nationales...}

  • 8 La C.A.H. n’est pas émergente de façon systématique dans le résultat fourni par le logiciel. Il s’a (...)

18De plus, certaines classes de ce corpus permettent la constitution d’une autre donnée d’analyse, celle d’une Classification Ascendante Hiérarchique (dorénavant C.A.H.8, cf. figure 2 ). La C.A.H. permet de visualiser un degré de corrélation qui est la manifestation d’une proximité sémique entre un certain nombre d’occurrences particulièrement représentatives de la classe.

Figure 2 Classification ascendante hiérarchique (Classe 3)

Figure 2 Classification ascendante hiérarchique (Classe 3)
  • 9 Nous trouvons ce cas, par exemple, dans l’U.C.E. 30 : « Il faut cependant souligner ce fait évident (...)

19La C.A.H. oriente l’interprétation des occurrences les plus prégnantes de la classe : « situation + politique + linguistique » dans le sens ou sur la voie d’une corrélation des termes « fait + communication + locale » qui nous guide vers un ajustement plus spécifique de cette classe. En effet, on doit traiter avec quelques précautions le mouvement sémique de cette classe. Nous utilisons le terme de « molécule sémique » afin de construire une convergence autour des éléments tels que « situation politique et linguistique nationale » et de l’occurrence « État ». De plus, un retour sur les U.C.E. de la classe souligne plutôt l’association de « fait ». D’un point de vue syntaxique, cette occurrence se trouve en position argumentale9.

  • 10 1. Regarder* attentivement : contempler, observer. 2. Envisager* par un examen attentif, critique : (...)

20Nous pouvons avancer que cette classe marque l’importance de traits relevant de la dimension du politique : plus précisément celle d’un mode de gouvernement, avec la notion de règles envisagées du point de vue des objectifs, sous l’angle de « raison d’état » selon le sens classique que lui octroient les sciences politiques : (état/fait : école/enseignement). Le mode politique est aussi un trait de sens récurrent qui se révèle via des occurrences telles que « considérer » (considérer comme), qui est un trait réitéré à travers des termes tels que : « situation, poser, argument, idéologie... ». Le sens du verbe « considérer » donné par le Grand Robert dégage bien la dimension de l’examen10. Ceci peut être confirmé par la lecture de la liste des occurrences significativement absentes (cf. supra).

21Les langues, quel que soit leur statut, qu’elles soient nationales, dominées ou identitaires (cf. les segments répétés) appartiennent à un régime étatique. Ce régime étatique se manifeste par une gestion administrative permettant d’établir une situation officielle. C’est à partir de ces traits sémiques que nous avons donc émis l’hypothèse d’un contexte lexical associé à : « administration des langues ».

Classe 1

22Nous proposerons pour cette classe l’étiquette de « destitution linguistique » ou d’« a-nomination linguistique ».

23Ici le contexte lexical de ce profil permet de mettre en évidence la présence significative des occurrences suivantes :

{exclusif, lieu, superstructure, champ, dominer, je, devenir, aller, utiliser colonial, opposition, linguistique, maternel...}

24On observe que pour cette classe le Khi-2 est compris entre 45,04 % et 2,94. En ce qui concerne les occurrences dont l’absence nous semble significative nous citerons les suivantes :

{national, premier, pays, anglais, politique, pouvoir...}

Les segments répétés sont les suivants :

{langue + dominer, champ exclusif, langue + exclusif, statut + langue + exclusif, superstructure linguistique, langue coloniale, dans langue maternelle, fac + langue + exclusif, langue + maternel ; dominer + local...}

25L’itération du modificateur adjectival « exclusif » que nous retrouvons dans nombre de segments répétés ici oriente la dénomination de la classe en tant que « proscription ». Le sens même de ce concept contient bien l’idée d’un rapport de force qui va jusqu’à « renvoyer, chasser quelqu’un d’un endroit ». En l’occurrence, l’exclusion permettrait de faire l’inférence d’une « incompatibilité » entre les différents systèmes linguistiques dont un en ressortirait comme exclusif (langue de l’administration, de l’éducation, de la politique, etc.) qui relève d’une mise à l’écart d’autres systèmes linguistiques.

  • 11 L’occurrence « superstructure » dans le corpus se laisse interpréter selon une filiation marxiste ( (...)

26Il nous semble aussi qu’émerge ici une homogénéité sémique autour de la privation entendue comme l’interdiction de la jouissance d’un bien. Cette classe n’inscrit pas pour autant des traits qui porteraient des indices d’un conflit. Cela relève davantage d’un rapport statutaire (superstructure11), sorte d’état de droit qui ne souffre nulle inflexion et qui pourtant ne s’inscrit pas vraiment sous une forme régalienne. Il y a bien un rapport de domination, mais il se place sous le principe d’une quasi-incompatibilité entre langues (importance du segment : « champ d’exclusion »). Ceci explique donc la possibilité d’une co-existence malgré l’exclusivité d’une langue sur une autre. Ces remarques nous conduisent donc à proposer pour cette classe l’étiquette de « destitution linguistique » ou même d’« a-nomination linguistique ». Précisons néanmoins que dans tout rapport dominant/dominé, le premier s’attribue le rôle de « monopole » dans une situation de diglossie où différents systèmes coexistent tout en hiérarchisant les fonctions de chacune des langues en contact.

Classe 2

27Nous donnerons à cette classe l’étiquette de « souche linguistique » ou d’« implantation linguistique ». Le contexte lexical de ce profil fait apparaître la présence significative des occurrences suivantes :

{dialecte, racine, premier, trouver, inférieur, parler, caractéristique, entendre, parler, manifester, hexagone, pouvoir, maternel, devoir, dire, patois...}

Ici le Khi-2 est compris entre 20,83 % et 2,54 %.
Nous considérons comme significative l’absence des éléments suivants :

{dominer, national, anglais, régional, local, état, statut...}

Nous observons ici que les segments répétés sont les suivants :

{langue + maternel, langue + pays, ne pouvoir, se trouver, sur territoire, dans langue africaine, langue officielle, langue minoritaire, langue + qui pouvoir, ne devoir, ne sont pas, il falloir, se manifester...}

28L’acte locutoire (parler) accompagné de l’expression des modalités déontiques (ne pas pouvoir, devoir) sont les traits les plus importants de cette classe : le ou les « parler(s) » sont ici dans une disposition pragmatique au regard de la langue maternelle ou comme cela est exprimé dans le corpus au regard « du pays racine ». Ce qui est évoqué ici relève de l’acte essentiel de l’exercice linguistique. Cependant, les modalités déontiques de « pouvoir », « ne pas pouvoir » ou « devoir » qui sont associées à l’activité langagière donnent à saisir quelque chose d’une disposition de l’acte locutoire que l’on retrouve dans les occurrences telles que : « dialecte », ou « langue maternelle » : ce qui est évoqué ici est l’ensemble d’obligations et de permissions associées aux objets désignés, ainsi que les contraintes sur ceux-ci.

29Ce qui émerge dans cette classe est un trait de sens qui serait celui de l’implantation, c’est-à-dire le lieu où se situe l’exercice des parlers. Cependant la forte prégnance d’un « reste » de ces parlers premiers, conséquent à ce qui apparaît ici comme une force (pouvoir), nous pousse à privilégier le terme de « souche linguistique » plutôt que d’« implantation linguistique », la notion d’implantation étant plutôt à interpréter comme une afférence sémique inhérente au contexte, et non codifiée socialement ou inter-contextuelle. Cette saillance sémique est d’ailleurs confirmée par la position très haute du sème « racine » (80 % avec un Khi-2 de 12,46).

30Nous entendons « souche » au sens « d’origine » mais aussi, selon sa définition dans le dictionnaire de « Ce qui reste du tronc avec les racines quand l’arbre a été coupé ». Cette explication ne contredit pas néanmoins l’hypothèse de l’existence d’une famille linguistique ou d’un ensemble de langues dont l’origine linguistique serait commune. Nous pensons que dans notre contexte sémantique, la définition fonctionne comme une métaphore car il nous semble que ce contexte lexicalise à la fois l’ancrage et l’« amputation » d’un acte locutoire, de l’exercice de certains parlers ou langues.

Classe 4

31L’étiquette que nous proposons pour cette classe est celle d’« appellation linguistique » ou de « labellisation linguistique ».

32Cette étiquette nous est suggérée par les phénomènes statistiques suivants. Nous remarquons tout d’abord la présence des items suivants qui nous paraît pertinente pour notre analyse :

{anglais, périphérique, supercentrale, centrale, domination, petit, défense, hypercentrale, mondial, locuteurs, appeler, opposition, discours}

Le Khi-2 est compris entre 65,86 % pour l’occurrence « anglais » indiquant la force sémantique de celui-ci et 2,88 %. Inversement parmi les absences qui nous semblent significatives nous retenons entre autres celle des quatre éléments suivants :

{dialecte, national, pays, parler}

Cette observation conduit à penser que cette classe peut être considérée comme la complémentaire de la précédente. Les éléments dont la répétition nous semble devoir être analysée sont les suivants :

{anglais, petit + langue, langue + centrale, langue périphérique, langue hyper centrale, arabe, langue centrale, langue menacer, n langue dominer, langue officielle, langue supercentrale, leur langue, il falloir, se demander, locuteurs + langues minoritaires, locuteur + langue supercentrale, droit à}

33Il y a de plus, pour cette classe, une C.A.H. qui dessine une molécule sémique qui articule la langue anglaise à partir des notions de « supercentralité » de « centralité » et de « périphérie ».

34Premièrement, il y a d’une part la prégnance de l’occurrence « anglais » avec un Khi-2 très élevé, (65,86 %) et d’autre part une agrégation sémique indiquée par la C.A.H., qui y associe à la fois la notion de centralité et de périphérie. Cela laisserait entendre qu’il y a construction d’une quasi re-catégorisation de la dimension linguistique au profit de l’anglais, qui deviendrait ainsi en quelque sorte l’hypéronyme de toutes les langues. Les autres occurrences de la classe accentuent corrélativement la notion d’appellation au sens de labellisation entendue comme reconnaissance de la fonction d’un produit au sein d’une communauté donnée.

35L’organisation des langues est donc construite selon une hiérarchie au sommet de laquelle se trouve l’anglais. La proximité des occurrences anglais, supercentrale, et périphérique donne à penser qu’il y aurait une dynamique au profit de la langue située au sommet de la hiérarchie, l’anglais, qui acquiert donc ainsi le statut d’entité dominante.

Classe 5

36L’étiquette que nous associons à cette classe est celle de « déterritorialisation des langues ».

37Ici l’environnement lexical de ce profil permet de mettre en évidence la présence significative des occurrences suivantes :

{France, aujourd’hui, régional, ajouter, breton, migrants, fonction, nombre, européen, disparition, minoritaire, menacer, vue, occitan, alsacien, territoire, monde, réclamer, semble, identitaire}

Pour ces éléments le Khi-2 varie entre 25,56 % et 2,52 %.
Un certain nombre d’éléments absents de cette classe sont à retenir, parmi lesquels nous retenons les suivants :

{Linguistique, dialecte, politique, local, considérer, trouver, dominer, exclusif, communication, national, colonial, devenir, anglais}

En revanche, les répétitions qui nous semblent significatives sont :

{Aujourd’hui, en France, langue régionale, point de vue, langue migrante, langue officielle, langue minoritaire, sa langue, ne pouvoir, on parle, première langue}

38La situation évoquée ici est celle de la France contemporaine. Les occurrences distinguées soulignent l’existence d’une palette de composantes linguistiques, par exemple langue régionale, ou langue de migrants. On doit observer l’absence significative de ces éléments dans les autres classes en particulier dans la classe 3 qui est celle, nous le rappelons, de la description du statut légal et administratif d’une langue.

  • 12 Cf. Deleuze, G. et Guattari, F. (1975, 1980).
  • 13 Bien que la dimension de déterritorialisation soit prégnante dans le corpus, il est opportun de s’i (...)

39Les items tels que « disparition, menace, territoire, ne pas pouvoir », et les U.C.E. qui sont les plus caractéristiques de cette classe orientent son contenu sémantique vers une vision de la situation linguistique selon un aspect moins organisationnel et plus labile. En effet, le lieu de l’usage linguistique se caractérise par une déterritorialisation12 fonctionnelle. Notons néanmoins que cette notion prend dans ce contexte une dimension créatrice, d’un processus de réaffectation d’un ensemble conventionnel d’usages linguistiques inhérents à une communauté et exprimés au moyen d’un code linguistique propre13.

Analyse du corpus 2 (7 U.I.C.)

Remarques générales

40Le nombre de formes est bien entendu identique (cf. figure [graph3] ) et bien que nous ayons paramétré ce corpus afin de sérier différentes sources (articles ou ouvrages de Calvet), nous retrouvons encore une stabilité dans l’organisation des classes qui sont dans leur conception, et leur nombre (cinq) identiques à celles du premier corpus. La C.H.D. classe un tout petit peu moins d’U.C.E. dans cette mouture mais cela est suffisant pour mener à bien une analyse des profils sémantiques dégagés par Alceste.

Figure 3 Première et deuxième classification descendante hiérarchique (C.D.H.)

Figure 3 Première et deuxième classification descendante hiérarchique (C.D.H.)

41Nous pouvons observer une même distribution du vocabulaire qui se dégage : en premier lieu la classe 3 puis deux autres classes, les classes 5 et 1, avec en regard une deuxième branche composée des classes 4 et 2. La structure de distribution reste donc stable d’un corpus à l’autre. Toutefois, ce corpus montre quelques variations vis-à-vis de la dénomination sémantique des contextes dont nous tiendrons compte dans la synthèse de cette analyse. L’intérêt spécifique de cette partie nous permettra d’associer chaque contexte lexical à au moins une U.C.I. en raison du paramétrage opéré sur ce corpus. Ce faisant, la distribution du vocabulaire pourra être corrélée à des articles ou à des ouvrages de Calvet.

Analyse des résultats

42Nous commencerons notre étude par l’analyse de la classe dont le vocabulaire s’est constitué en premier, ce qui permet de conjecturer une bonne représentativité, sans toutefois la détacher de l’ensemble. Elle ne peut se « lire » sans prendre en compte les autres classes.

Classe 3 (29 U.C.E.)

43L’étiquette que nous proposons pour cette classe est celle d’« établissement linguistique ».

44Nous pouvons observer tout d’abord la présence de quelques items qui nous semble pertinente. Ces items sont les suivants :

{National, état, idéologique, école, politique, faits, argument, structure, communication, plurilinguistique, considérer, donner, colonial, peuple, norvégien...}

Pour ces éléments le Khi-2 est compris entre 31,78 % et 2,72 %.
Au nombre des absences significatives nous notons celles des éléments suivants :

{locuteurs, anglais, premier, dialecte, français, exclusif, partie, menacer, périphérique...}

Quant aux éléments répétés nous remarquons :

{langue nationale, politique linguistique, l’état, langue locale, à l’école, dans structure, considérer comme, langue + dominer, statut + langue + national, langue locale, langue + état, langue + l’école,
langue + l’autre, langue + dominer, langue + africain, langue + minorité}.

45Dans un premier temps, nous remarquons une nuance par rapport à la classe 3 du premier corpus dont la signification est associée aux premières occurrences de la classe. Il s’agit d’un renforcement du trait du collectif (origine commune dans « national ») autorité sur l’ensemble d’un peuple ; dans l’occurrence « état », le collectif, le « pour tous » est aussi présent et se retrouve dans « idéologie » et « école ».

46Ces occurrences sont présentes en même temps dans les segments répétés. Ce sont d’ailleurs celles qu’on trouve dans le corpus 1, à l’exception de la présence de « langue locale ». C’est la raison pour laquelle nous avançons l’idée d’un contexte sémantique davantage axé sur la mise en place, l’installation d’un exercice linguistique. La visée est, ici aussi, celle de la stabilité, non plus uniquement en terme de règles, mais en terme de stabilité du lieu de l’exercice linguistique :

{langue + l’école, langue + l’autre, langue + dominer, langue + africain, langue + minorité}

47Nous nommerons cette classe : « établissement linguistique » non en tant que de fondement mais bien comme système linguistique. La hiérarchie des occurrences de cette classe ainsi que les associations dans les segments répétés privilégie les associations langue + école ; langue + autre.

48On notera également que cette classe, tout comme les deux autres (classes 5 et 1) est associée plus spécifiquement à l’ouvrage « Linguistique et colonialisme ».

Classe 5 (12 U.C.E.)

49Nous associerons cette classe à l’étiquette « maîtrise linguistique »
Les présences significatives à prendre en compte sont les suivantes :

{exclusif, champ, dominer, libération, lieu, social, superstructure, colonial}

Le Khi-2 est compris entre 62,81 % et 3,44 %.

  • 14 Il faut souligner que cette classe n’est pas caractéristique de l’article : « Le crépuscule des lan (...)

50Dans cette classe aucun substantif ne ressort comme significativement absent14.
Les segments répétés sont :

{langue + dominer, champ + exclusif, cette langue, se trouver, dans langue + dominer, dans langue + exclusif, même langue, entre langue, on parle...}

51Nous retrouvons ici le champ de l’exclusion avec le rapport de force qui lui est afférent ainsi qu’avec une accentuation sémique de la soumission et de suprématie. Les marques de « destitution » semblent moins pertinentes dans ce corpus que celles de « maîtrise », procès qui précèderait en fait la destitution qui était manifeste dans le corpus 1. Nous sommes donc, ici davantage dans l’état de dépendance.

Classe 1 (43 U.C.E.)

52Pour cette classe nous proposerons l’étiquette de« parler »

53Nous considérons comme présences significatives la liste suivante :

{dialecte, premier, parlers, maternel, patois, caractéristique, littéral, opposer, parler, définir, siècle, français, entendre, racine, pouvoir}

Le Khi-2 est compris entre 14,75 % et 3,9 %.
Ce profil sémantique apparaît de manière privilégiée dans « Linguistique coloniale ». En revanche, il est significativement absent dans « Le marché aux langues » et « Le crépuscule des langues »
Nous observons comme absences significatives :

{national, état, statut, langue, exclusif, défense, discours, menacer, utiliser, périphérique, minoritaire, mondial, centrale, école, structure, vue, argument, idéologie}

  • 15 Cf. Classe 2, Corpus 1.

54Bien que l’on retrouve dans cette classe l’idée d’origine linguistique, elle est néanmoins moins marquée par ce qui la fonderait et par ce qu’il en resterait lorsqu’elle est mise en péril, ce qui nous avait permis de la dénommer : « souche linguistique15 ». C’est la raison pour laquelle nous préférons la qualifier de « parler ». Ainsi les classes 5 et 1 peuvent être envisagées comme une paire alliant : « maîtriser » et « parler ». Ce binôme nous conduit vers l’étiquette : « ordre linguistique », notion qui présuppose une division linguistique. La notion d’« ordre » nous permet de subsumer les concepts de « parler » + « maîtriser » avec toutes ses variantes normatives et linguistiques. « Division linguistique » nous renvoie en revanche à la diversité linguistique au sein d’un même territoire.

Classe 2 (11 U.C.E.)

55Nous associerons à cette classe l’étiquette de « fonctionnalité linguistique »
Nous avons trouvé comme présences significatives les occurrences de la liste ci-dessous :

{menacer, grand, nécessaire, minoritaire, France, monde, droit, nombre, principe, falloir, locuteur, vue, partie, africain, défense}

56Le Khi-2 est compris entre 39,06 % et 3,1 %.
Le vocabulaire de cette classe se distribue à la fois sur « La guerre des langues », « le crépuscule des langues », « marchés aux langues ».
Les absences significatives à prendre en compte sont :

  • 16 Cette classe est significativement absente dans « Linguistique coloniale ».

{linguistique, dominer, dialecte16}

Nous observons que les segments répétés sont les suivants :

{en nombre, locuteurs, langue + minoritaire, point de vue, qui pouvoir, pas langue menacer, langue est, langue n’est pas, défense + langue + menacer, défense + langue + en voie + disparition, se manifester, il + falloir, langues + migrants}

57On voit que cette classe correspond à la deuxième branche du corpus 1, à la classe 5 (elle aussi appartenant à la deuxième branche de ce même corpus). Il y a une inflexion par rapport à la déterritorialisation que nous avions soulignée dans le premier corpus par la prégnance de termes comme « menacer », « minoritaire » et celle des syntagmes contenant la modalité déontique d’obligation. Cette inflexion s’applique aussi aux dimensions régionales des langues.

  • 17 Cette nuance découle de la lecture de l’U.C.E. 130, Classe 2, Khi-2 =20 « les langues minoritaires (...)
  • 18 Cette inflexion est sensible tout particulièrement dans l’U.C.E. 108, classe 2, Khi-2=18 « il n’y a (...)
  • 19 Cf. U.C.E. 105, classe 2, Khi-2=2). En ce sens, c’est le locuteur qui est menacé dans son identité (...)

58L’articulation « défense/menace » est à lire de façon nuancée grâce à un retour aux U.C.E. de la classe. En effet, il s’agit là de menaces ou de défenses à modaliser car elles ne sont pas toujours là où on les attendrait17. Il y a une focalisation sur le locuteur et sur la fonctionnalité de la langue. Dès lors, nous avons choisi d’orienter la dénomination de cette classe dans ce sens18. Il est à signaler qu’il ne s’agit pas d’une fonctionnalité intrinsèque à la langue, mais plutôt d’une « fonctionnalité sociale19 ».

Classe 4 (18 U.C.E.) « hiérarchisation des langues »

59Nous donnerons à cette classe l’étiquette « hiérarchisation des langues ».
Nous pouvons observer les présences significatives des occurrences listées ci-dessous :

{anglais, périphérique, superstructure, petit, domination, hypercentrale, discours, défense, mondial, voir, statut, francophone, communauté}

le Khi-2 est compris entre 45,5 % et 5,92 %.
Cette classe est caractéristique dans les articles « Le crépuscule des langues », « le marché au langues ». Elle est absente dans « Linguistique et colonialisme » et « linguistique politique »
Nous considérons comme significative les absences suivantes :

{dominer, dialecte, parler, pays, local, national, maternel}

Quant aux segments répétés nous remarquons :

{l’anglais, langue périphérique, petite langue, langue centrale, ce point de vue, langue hypercentrale, dans la langue centrale, langue officielle, langue superstructurale, défense + langue + menacer, défense + langue + supercentrales, on + pouvoir se demander, considérer comme langue dominante, locuteurs langues minoritaires, locuteurs langues supercentrales}

60La première occurrence « anglais » doté d’un Khi-2 quasi identique à celui de la Classe 4 du Corpus 1 pourrait nous inviter à penser que la dimension hyperonymique prévaudrait également dans ce profil de classe. Or comme le montre la combinatoire des occurrences des segments répétés, il y a en même temps une modalisation sensible qui ne s’établit pas sur un rapport de subordination ou de taxinomie, mais plutôt sur un contraste fort qui érode en quelque sorte cette apparence de suprématie, ce qui fait qu’il ne s’agit pas d’une réelle hyperonymie.

Synthèse

  • 20 Nous rappelons que nous avons étoilé ce corpus afin de faire apparaître indistinctement l’origine d (...)

61Le logiciel Alceste, grâce à la configuration des profils des classes fournis par la classification des C.D.H., permet de relier deux grands axes sémantiques mis en évidence par l’organisation de réseaux sémiques, ainsi que l’établissement de deux niveaux de catégorisation conceptuelle. En outre, plutôt que de s’attacher exclusivement à l’« étiquetage » des classes et à « cartographier » des profils sémantiques fournis par l’algorithme Alceste, notre objectif est de faire ressortir un univers discursif, propre à l’œuvre de Calvet. En même temps, il est important de souligner que nous avons fait un choix méthodologique en découpant le corpus afin de mener deux types d’analyse : le Corpus 1 ne distingue pas l’origine des différentes sources de l’œuvre de Calvet, alors que le Corpus 2, les repère à l’aide d’indicateurs précis20.

  • 21 Nous retrouvons cette orientation sémantique de manière privilégiée dans l’ouvrage « Linguistique c (...)
  • 22 C’est essentiellement ce qui est mis en discours dans des articles tels que « marché aux langues, C (...)

62À l’issue de l’analyse de ces deux corpus nous avons repéré le même clivage qui met en relief deux axes sémantiques. Le premier met en lumière une dimension sémantique dont la notion de structure et d’imposition sont fondatrices, tout comme celle du cadrage des langues : /administration linguistique/, /établissement linguistique/, /souche linguistique/, /maîtriser/, /destitution linguistique/ et /parler/21. Le second, relève d’une modalisation qui accentue le /falloir/ et qui s’articule autour de l’importance des occurrences telles que /déterritorialisation/, /fonctionnalité linguistique/, /appellation/ et /hiérarchisation22/.

63Quant aux niveaux de catégorisation conceptuelle, la tension décelée à travers l’articulation des deux axes mentionnés précédemment met en œuvre un paradoxe. Cependant, il ne faudrait pas se cantonner à l’organisation d’un univers de discours par le seul biais d’un contraste entre les deux axes sémiques. Il s’agit, selon notre point de vue, d’une véritable juxtaposition entre d’une part /cadrage/, /contrôle/ (/administration/, /établissement linguistique/, etc.) et d’autre part tout ce qui privilégierait l’activité linguistique des locuteurs (/acte locutoire/, /parler/).

  • 23 Cf. note 11 supra.

64Dans une certaine mesure, nous pourrions interpréter cette juxtaposition comme une dialectique entre division et renforcement. D’abord, il y aurait un clivage apparent entre cadrage et locuteur, car même si l’activité linguistique semblerait favoriser le maintien d’un usage vernaculaire et largement associé à une modalisation discursive des usagers, elle accentue toutefois certains traits distinctifs de la langue dominante. Ainsi cet état de fait a des incidences sur l’exclusivité linguistique d’une langue superstructure23 face à une diversité de parlers. Par ailleurs, la légitimité accordée aux locuteurs des langues minoritaires renforcerait le facteur de domination des langues centrales ou dominantes.

65Enfin, en suivant cette perspective, on pourrait donc avancer l’hypothèse selon laquelle l’existence même d’une pluralité linguistique n’est pas indépendante du logos de la langue dominante. La déterritorialisation deviendrait en quelque sorte l’adjuvant d’une prééminence d’ordre normatif.

Haut de page

Bibliographie

Références du Corpus

Calvet, L.-J., (1979) — Linguistique et colonialisme, Saint-Amand : Éd. Payot.

Calvet, L.-J., (1987) — La guerre des langues et les politiques linguistiques, Paris : Payot.

Calvet, L.-J., (1996) — « La France a-t-elle une politique linguistique ? », in : Les politiques linguistiques, mythes et réalités, dir. C. Juillard et L.-J. Calvet, Beyrouth : FMA, p. 89-101.

Calvet, L.-J., (2000) — « La guerre des langues et les chances d’un véritable plurilinguisme », in : Panoramiques, no48 : Langues, une guerre à mort, p. 10-16.

Calvet, L.-J., (2000) — « xxie siècle : le crépuscule des langues ? Critique du discours Politico-Linguistiquement Correct », in : Estudios de Sociolingüistica, no1 (12) : Langues, une guerre à mort, p. 47-64.

Calvet, L.-J., (2002) — Le marché aux langues, les effets linguistiques de la mondialisation, Paris : Plon.

Calvet, L.-J., (2006) — « Les fractures linguistiques », in : Bulletin suisse de linguistique appliquée, no83.

Références bibliographiques

Barthes, R. (1970). S/Z, Paris, Éd. du Seuil.

Deleuze, G. et Guattari, F., 1975. Kafka. Pour une littérature mineure. Paris, Minuit.

Deleuze, G. et Guattari, F., 1980. Mille Plateaux, Paris, Minuit.

Dupuy, R., Bordes, O., Reinert, M., 1990. « Analyse de discours en formation d’adultes. Application du logiciel Alceste. » VIe Congrès international de l’association de Psychologie du travail de langue française, Université Libre de Bruxelles, Nivelles, 14-16 mai 1990.

Foucault, M., 1969. L’archéologie du savoir, Paris, Éd. Gallimard.

Les « mondes lexicaux » et Topoï dans l’approche d’ALCESTE, Mots chiffrés et déchiffrés. Mélanges offerts à E. Brunet, Honoré Champion, p. 289-303, 1998.

Reinert, M., 1998. « Le rôle de la répétition dans la représentation du sens et son approche statistique par la méthode ALCESTE », Sémiotica, vol. 147, no1/4, p. 383-420.

Reinert, M., 1992. « Système Alceste : une méthodologie d’analyse des données textuelles » Bécue, Lebart, Rajadell (Eds), JADT 1990 (Journées internationales d’analyse des données textuelles), Barcelone (Université Polytechnique de Catalogne), 1992, p. 144-161.

Reinert, M., 2001. « Alceste, une méthode statistique et sémiotique d’analyse de discours ; Application aux « Rêveries du promeneur solitaire » », La Revue française de Psychiatrie et de Psychologie Médicale, V (49), p. 32-36.

Rastier, F., Cavazza, M., Abeille, A., 1994. Sémantique pour l’analyse. De la linguistique à l’informatique, Masson.

Rastier, F., 2001. Arts et sciences du texte, PUF.

Haut de page

Notes

1 Étude réalisée dans le cadre du programme de recherche « Langues minoritaires et marges linguistiques en Europe » (Conseil régional d’Aquitaine/Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2008-2011).

2 La fonction du Khi-2 est de calculer le poids de pertinence de l’apparition des occurrences à l’intérieur de chaque classe.

3 Selon Foucault, le notion de discours nous renvoie à « un système de dispersion, dans le cas où entre les objets, les types d’énonciation, les concepts, les choix thématiques, on pourrait définir une régularité (un ordre, des corrélations, des positions, et des fonctionnements, des transformations » (Foucault, 1969 : 53).

4 « Cette nouvelle opération et d’interprétation (au sens que Nietzsche donnait à ce mot). Interpréter un texte, ce n’est pas lui donner un sens (plus ou moins fondé, plus ou moins libre), c’est au contraire apprécier de quel pluriel il est fait » (Barthes, 1970 : 11). « Il faut donc sauver la connotation de son double procès et la garder comme la trace nommable, computable d’un certain pluriel du texte » (Barthes, 1970 : 13) [Nous soulignons].

5 Dupuy, R., Bordes, O., Reinert, M. (1990), « Analyse de discours en formation d’adultes. Application du logiciel Alceste ». VIe Congrès international de l’association de Psychologie du travail de langue Française, Université Libre de Bruxelles, Nivelles, 14-16 mai 1990, p. 5.

6 L’U.C.I. correspond à l’ensemble textuel que l’on décide de repérer à l’intérieur d’un corpus à l’aide d’indicateurs étoilés. L’U.C.I. constitue la plus grande unité statistique défini par Alceste. Elle peut donc être un segment textuel du corpus ou même représenter le corpus dans sa totalité.

7 « Hapax » fait référence à l’apparition unique d’une occurence d’un terme à l’intérieur d’un corpus.

8 La C.A.H. n’est pas émergente de façon systématique dans le résultat fourni par le logiciel. Il s’agit donc d’une donnée d’analyse que nous ne convoquons que lorsqu’elle peut nous aider à nuancer l’interprétation d’un profil de classe.

9 Nous trouvons ce cas, par exemple, dans l’U.C.E. 30 : « Il faut cependant souligner ce fait évident que les langues locales ont été largement utilisées par les militants de l’indépendance nationale ».

10 1. Regarder* attentivement : contempler, observer. 2. Envisager* par un examen attentif, critique : apprécier, approfondir, étudier, examiner, observer, peser.

11 L’occurrence « superstructure » dans le corpus se laisse interpréter selon une filiation marxiste (ensemble d’idées, ou des aspects culturels et/ou institutionnels d’une société), ou bien comme dénotant l’organisation, la dénomination des langues qui se constituent eu égard de la superstructure. Cette dernière semblerait plus pertinente au regard de la proximité des occurrences « anglais », « supercentrale » et « périphérique ». La configuration des classes ne nous permet pas cependant de trancher en faveur de telle ou telle interprétation.

12 Cf. Deleuze, G. et Guattari, F. (1975, 1980).

13 Bien que la dimension de déterritorialisation soit prégnante dans le corpus, il est opportun de s’interroger sur la nature normative du code linguistique. On peut apprécier celui-ci au regard des incorrections et fautes d’origine ethnique ou locale, ou bien en fonction des règles de la grammaire prescriptive de la langue dominante. En l’occurrence, et d’après le corpus analysé, la convergence entre « superstructure » et « déterritorialisation » nous autorise à inférer que ce deuxième versant de la norme l’emporterait.

14 Il faut souligner que cette classe n’est pas caractéristique de l’article : « Le crépuscule des langues ».

15 Cf. Classe 2, Corpus 1.

16 Cette classe est significativement absente dans « Linguistique coloniale ».

17 Cette nuance découle de la lecture de l’U.C.E. 130, Classe 2, Khi-2 =20 « les langues minoritaires dont on parle le plus ne sont pas nécessairement celles qu’il faudrait promouvoir en priorité... » Sans exclure pour autant l’apparition de ces traits de sens dans les autres U.C.E. de cette même classe.

18 Cette inflexion est sensible tout particulièrement dans l’U.C.E. 108, classe 2, Khi-2=18 « il n’y a pas des langues menacées, il y a des identités menacées » et dans U.C.E. 5, classe 2, Khi-2=2 « d’un point de vue juridique, les langues n’ont aucun droit, ce sont les locuteurs qui ont les droits » et enfin, dans l’U.C.E. 129, classe 2, Khi-2=2 « la seule issue est d’analyser la situation d’un autre point de vue, non pas celui de légalité affirmée des langues mais celui de leurs fonctions ».

19 Cf. U.C.E. 105, classe 2, Khi-2=2). En ce sens, c’est le locuteur qui est menacé dans son identité linguistique.

20 Nous rappelons que nous avons étoilé ce corpus afin de faire apparaître indistinctement l’origine de chaque U.C.I.

21 Nous retrouvons cette orientation sémantique de manière privilégiée dans l’ouvrage « Linguistique coloniale ».

22 C’est essentiellement ce qui est mis en discours dans des articles tels que « marché aux langues, Crépuscules des langues ; la guerre des langues ».

23 Cf. note 11 supra.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 Première et deuxième classification descendante hiérarchique (C.D.H.)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/892/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 2 Classification ascendante hiérarchique (Classe 3)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/892/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 3 Première et deuxième classification descendante hiérarchique (C.D.H.)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/892/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Bassac, Joan Busquets et Martine Versel, « Analyse statistique des données textuelles à partir de publications de Calvet concernant les langues minoritaires », Lengas, 66 | 2009, 57-78.

Référence électronique

Christian Bassac, Joan Busquets et Martine Versel, « Analyse statistique des données textuelles à partir de publications de Calvet concernant les langues minoritaires », Lengas [En ligne], 66 | 2009, mis en ligne le 02 décembre 2015, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lengas/892  ; DOI : 10.4000/lengas.892

Haut de page

Auteurs

Christian Bassac

Université Lyon-II, CRTT EA 656 & Signes (INRIA)

Joan Busquets

Université Bordeaux-3, CLLE-ERSS U.M.R. 5263

Martine Versel

Université Bordeaux-3, ISIC-MICA

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals