Navigation – Plan du site

L’usage de mots occitans en Gironde : test d’un lexique ethnoculturel

Usatge de mots occitans en Gironda : tèst d’un lexic etnocultural
Marie-Anne Roux-Châteaureynaud
p. 79-92

Texte intégral

Los nombres que daban a las diferentes clases de manzanas — espuru, gezeta domentxa — o a las mariposas — nguma, txoleta, mitxirrika — desaparecían con rapidez : caían como copos de nieve y se deshacían al tocar el nuevo suelo del presente.Y cuando no eran los nombres, eran sus distintos significados, los matices que habían ido tomando en el curso de los siglos. Y en algunos casos, no eran sólo las palabras o las acepciones : era la lengua misma la que se borraba. Bernardo Atxaga

  • 1 Roux-Châteaureynaud, Marie-Anne, 2007. Pratiques, représentations et affichage de l’occitan, aujour (...)

1Dans le cadre de nos recherches de doctorat1, nous avions recensé des mots occitans qui apparaissaient non traduits dans des documents publics en Aquitaine. Après les avoir identifiés nous souhaitions tenter de connaître leur usage oral, savoir s’ils étaient connus, employés, et par qui. Notre étude est plutôt un test en ce sens qu’elle peut indiquer une tendance, sans avoir de valeur absolue concernant l’usage de ces mots. Nous avons choisi de les tester en milieu scolaire, en Gironde, pour savoir si les générations les plus jeunes les connaissaient et les utilisaient. Afin d’établir quelques points de comparaison entre les diverses générations, nous avons également interrogé des adultes de l’établissement scolaire où l’enquête a été menée. Il apparaît nettement que les personnes les plus âgées et ayant passé leur vie dans ce secteur géographique connaissent bien mieux les mots étudiés que les élèves les plus jeunes. Toutefois notre étude nous a permis de percevoir quels étaient les mots les plus employés, à quel registre ils étaient le plus souvent associés, et le contexte dans lequel ils étaient utilisés.

Schéma du contexte sociolinguistique

2Nous proposons d’abord un schéma (cf. figure 4) destiné à resituer ce lexique dans le contexte sociolinguistique occitan en Aquitaine.

Figure 1 — Schéma du contexte sociolinguistique

Figure 1 — Schéma du contexte sociolinguistique

3Ce schéma montre la répartition des personnes qui ont un lien à l’occitan. Ce lien y apparaît de façon graduelle : le carré central (situé à l’intersection des ensembles L1, L2, Groupes culturels) représente les personnes qui parlent fréquemment l’occitan ; celles-ci peuvent appartenir au groupe des locuteurs naturels (ou L1), des locuteurs secondaires (ou L2), et peuvent faire partie ou non de groupes culturels. Dans ce dernier groupe sont représentées les personnes qui appartiennent aux associations de chant ou de danse de culture occitane. Très nombreux en Aquitaine, elles l’utilisent dans des chants mais ne pratiquent pas toutes la langue, comme nous l’avons montré dans notre thèse. Ce groupe est important, et il a de nombreux liens avec la langue sans pour autant systématiquement la connaître ou la pratiquer. Enfin, plus important encore est le groupe des personnes ayant des pratiques ethnoculturelles : ces pratiques (cuisine, traditions calendaires, chasses traditionnelles, chants, etc.), probablement répandues chez une majorité de L1, connues et peut-être pratiquées par les L2 ainsi que par une part importante des groupes culturels, persistent parmi des Aquitains qui n’ont plus ou peu de lien à la langue.

4Parmi ceux qui n’ont pas ces pratiques ethnoculturelles, certains termes restent connus ; utilisés par les autres groupes, ils le sont aussi parfois par ceux qui n’ont aucun lien avec l’occitan. Ce lexique ethnoculturel peut ainsi être considéré comme un résidu de l’occitan dans un français de plus en plus normé.

  • 2 Joshua Fishman, Can threatened languages be saved ? ; Clevedon, Multiligual Matters, 2001.

5Nos recherches indiquent que la tendance générale, en Aquitaine, est celle d’une disparition progressive de la langue elle-même, alors que les pratiques ethnoculturelles, ou les pratiques simplement culturelles occitanes, sont beaucoup plus répandues. Nous avions pu faire apparaître cette tendance grâce à de nombreuses enquêtes sur le terrain, à l’aide d’une méthode d’évaluation d’une langue : celle proposée par Joshua Fishman2, sociolinguiste américain, dans sa théorie du renversement de la substitution linguistique. Celui-ci a en effet établi une grille d’analyse de l’état des langues minoritaires, allant de 8 à 1. Les langues les plus menacées sont au niveau 8 : celles dont il reste quelques locuteurs, ou même celles que l’on tente de reconstituer, les langues assez stabilisées étant situées au niveau 1. Pour Fishman, la clé du renversement de la substitution linguistique réside dans la transmission intergénérationnelle, qui, dans le cas de l’occitan en Aquitaine, a globalement disparu (elle persiste mais de façon très minoritaire). Dans le cadre de cette analyse, Fishman distingue les personnes issues d’une culture minoritaire qui utilisent et assument leur langue (X-men-via Xish) de celle, issues de cette même culture, mais qui utilisent uniquement la langue dominante (X-men-via-Yish).

6En Aquitaine, les Locuteurs naturels ou L1 pratiquent la langue (dans la sphère privée) et les locuteurs secondaires, ou L2, la pratiquent de façon sociale ou affichée, autant qu’ils le peuvent. Il est certain que ces divers groupes se croisent et que des L1 peuvent appartenir à des groupes culturels autant que des L2. C’est donc dans le carré central déjà mentionné que nous faisons apparaître ceux qui pratiquent, affichent et assument la langue occitane. Pour reprendre la nomenclature de Fishman, nous pensons que ce carré central représente les Xmen-via-Xish : des Occitans qui assument leur langue (des Occitans-via-l’occitan). Ils peuvent être issus du groupe des L1, ou des groupes culturels mais, majoritairement, ils appartiennent au groupe des L2 (nous avons tenté de le montrer dans l’analyse de l’enquête de 1996 et à partir de nos propres questionnaires). C’est ce groupe qui représente les militants de la langue. L’ensemble des groupes culturels et celui des pratiques ethnoculturelles seraient constitués plutôt majoritairement de Xmen-via-Yish, qui excluraient la langue de leur identité occitane (souvent non nommée et non identifiée), des Occitans-via-le français. Parmi les Aquitains qui ont exclu une pratique de la langue et qui connaissent un tant soit peu les pratiques ethnoculturelles, certains mots occitans restent en usage, qui ne sont pas traduits en français car, pour la plupart, ils n’ont pas d’équivalent. Nous avons donc choisi des mots qui peuvent être considérés comme un résidu de langue occitane dans un univers francophone. Ils décrivent pour la plupart des réalités non nommées en français, ces réalités souvent issues d’un mode de vie rural tendent à disparaître et les noms qui les désignent également. Fishman a constaté un lien fort entre la disparition d’une langue et celle, consécutive, de sa culture, de ses faits ethnoculturels, c’est ce qu’il nomme la théorie des dominos. Sans renversement de la substitution linguistique, les faibles taux de transmission intergénérationnelle de la langue occitane en Aquitaine peuvent laisser craindre une disparition à terme des pratiques ethnoculturelles. Le lexique ethnoculturel que nous avons choisi semble d’ailleurs lui-même assez méconnu des jeunes générations que nous avons enquêtées. Ces mots occitans, cette part infime du français parlé en Aquitaine, à l’instar des gasconismes corrigés du xviie siècle, pourraient disparaître également avec les réalités qu’ils désignent.

Présentation de l’enquête

Le corpus

7Pour établir notre corpus nous avons utilisé des documents publics, livres, journaux, tracts. Les termes retenus appartiennent à divers domaines où l’occitan reste la langue utilisée pour dire des réalités spécifiques : cuisine, chasse, etc. Trois d’entre eux ont un statut particulier et sont généralement à tort associés à un registre familier.

8Cette liste n’est pas exhaustive, et l’enquête que nous avons menée n’est pas représentative de l’étendue de l’usage de ces mots ni de leur taux de connaissance mais elle nous indique toutefois une tendance à la disparition probable de ces faits ethnoculturels et de leur dénomination chez les jeunes générations (moins de 15 ans).

Acabailles (acabalhas, f)

fête de fin de vendanges

Aillade (alhada, f)

soupe à l’ail

Baillot (balhòt, m)

panier en bois pour les vendanges

Bidaou (vidau, m)

champignon (tricholome équestre)

Cruchades (crushadas, f)

petites galettes de maïs

Cabanes tchanquées (chancadas)

cabanes sur pilotis

Festaïre (festaire, m)

« spécialiste » des fêtes du Sud-Ouest (de la grande Vasconie, Aquitaine, Pays basque, Navarre

Garbure (garbura, f)

soupe traditionnelle aux légumes et à la viande

Gueille (guelha, f)

vieux bout de tissu

Esquire (esquira, f)

crevette

Haille (halha de Nadau)

flambeau de Noël

Millas (milhas, m)

pâte à la farine de maïs proche d’une pâte à crêpe

Millassou (milhasson, m)

variante du précédent

Mouquire (moquira, f)

morve

Palomaïre

chasseur de palombes

Pastis (pastís, m)

gâteau des Landes et du Béarn à pâte semblable à celle d’un cake.

Pétassou (petaçon, m)

Monsieur Carnaval en Périgord

Pouraganes (porraganas, f)

ou barraganes poireaux sauvages

Pougnac (ponhac, m)

amas de fils, ratage en couture

Rocolaïre (rocolaire, m)

chasseur de palombe qui sait imiter son cri

Toupi (topin, m)

récipient culinaire

  • 3 Christian Coulon, Ce que manger Sud-Ouest veut dire, Bordeaux, Confluences, 2003, 2006 ; Le cuisini (...)
  • 4 Nous avons utilisé des tracts de comices agricoles (Hèra deu hromatge), d’associations culturelles (...)
  • 5 Frédéric Mistral, Dictionnaire provençal français Lou Tresor dóu Felibrige, Aix-en-Provence, Édisud (...)

9Nous avons établi ce corpus de mots principalement à partir des documents suivants : Lou Sabitout, journal d’information cantonal (canton de Villandraut) ; L’Esprit du Sud-Ouest, magazine des éditions Milan Presse ; des livres de Christian Coulon3, auteur entre autres de livres de cuisine gasconne ; Mots, de Guy Suire, chroniqueur au journal Sud-Ouest ; et divers tracts associatifs4. Trois mots ont un statut particulier mouquire, gueille et pougnac, car ils ne désignent pas une pratique ethnoculturelle spécifique mais restent utilisés en occitan dans des phrases en français. Quant au reste de ce lexique, il est composé de mots qui désignent pour la plupart des faits ethnoculturels, des réalités qui n’ont pas de nom en français. Enfin, nous précisons que ces mots sont attestés en occitan par Mistral et Palay5.

10On peut classer ces mots en trois groupes. Un premier est associé aux activités traditionnelles : fêtes calendaires, chasse, et pêche. Le deuxième groupe est associé à la cuisine, qui est probablement le secteur ethnoculturel qui résiste le mieux ; enfin un troisième groupe de mots est en relation avec le reste du travail des femmes.

Les conditions de l’enquête

11Nous avons mené une enquête en milieu scolaire, au collège de La Réole, réalisée à l’automne 2007 auprès de 116 personnes, test réalisé à l’écrit et commenté à l’oral. On peut distinguer deux groupes : celui des adultes (enseignants, adjoints d’éducation, surveillants, conseillers principaux d’éducation, direction), minoritaire dans notre enquête ; ce groupe permet surtout d’avoir quelques points de repère ; puis celui des élèves des classes de 6e, 5e, 4e et 3e. Nous avons demandé à chacun de donner une définition du mot après lecture faite à haute voix par nous-même (pour résoudre les difficultés de reconnaissance écrite du mot, qu’ils peuvent entendre ou avoir entendu sans jamais l’avoir lu). Soit au total 116 enquêtés en milieu scolaire, 16 adultes et 100 élèves (parmi les élèves, le groupe de ceux nés en 1994 est plus important).

1947

1948

1952

1958

1960

1961

1968

1976

1978

1979

1980

1

1

1

1

1

1

1

3

1

3

1

1985

1992

1993

1994

1996

1997

1

9

23

39

14

15

12La première ligne de ce tableau est constituée des années de naissance des enquêtés et la deuxième du nombre d’enquêtés nés par année.

13Les tableaux suivants indiquent le nombre d’enquêtés par lieu de naissance. Le lieu de naissance est un indicateur peu précis dans la mesure où il ne rend pas forcément compte du lieu d’enfance ou de scolarisation des personnes. Cependant concernant les populations scolaires on peut penser que les élèves scolarisés à La Réole et déclarant y être nés, y ont aussi passé leur enfance, ce raisonnement peut s’appliquer aussi pour une grande partie de ceux qui sont nés en Gironde. Cet ensemble concerne alors la majorité des enquêtés.

Aquitaine

Gironde

Dordogne

Landes

Lot-et-Garonne

Pyrénées-Atlantiques

77

1

2

6

2

Zones occitanophones

Aveyron

Haute-Garonne

Lot

Var

1

3

1

2

Zones non occitanophones en France et hors du territoire français

Ain

Île de France

Nord

La Réunion

Vendée

Vienne

Algérie

1

8

1

1

1

1

2

Côte d’Ivoire

Espagne

Maroc

Sri Lanka

1

1

3

1

  • 66,7 % des enquêtés sont natifs de Gironde,

  • 75,8 % des enquêtés sont nés en Aquitaine.

  • 81,8 % des enquêtés sont nés en zone occitanophone.

  • 18,10 % des enquêtés sont nés en zone non-occitanophone, en France ou à l’étranger.

Résultats6

  • 6 Nous choisissons de présenter les résultats par ordre croissant.

14Le mot le moins connu est « esquire », aucun des enquêtés n’a pu le définir. Ce terme désignant la crevette est peut-être plus connu en zone maritime, une étude sur la côte girondine permettrait de s’en assurer. Une des personnes interrogées, née avant 1950 en réolais, qui connaissait par ailleurs une majorité des mots de notre lexique a précisé que les crevettes d’eau douce étaient nommées « badecoustat ». Jusqu’alors nous n’avons pas retrouvé d’attestation écrite de ce nom.

15« Aillade » est un terme très peu connu seule une personne interrogée peut en donner la signification précise, même si une dizaine d’enquêtés evoquent un sens approchant ou établissent un lien avec l’ail.

16« Petassou » est connu seulement de deux enquêtés, issus de Dordogne et d’Aveyron, de zones languedociennes où ce nom est employé. En Gascogne, et plutôt au sud, traditionnellement Monsieur Carnaval est appelé « Sent Pançard » et « Pétassou » est méconnu en Sud-Gironde, bien que quelques enquêtés aient établi un lien avec le « pedaç » (un morceau de tissu).

17« Acabailles », « baillot », « bidaou », « pouraganes », « haille » sont définis respectivement trois fois de façon exacte. Nous remarquons que « acabailles » est connu des girondins les plus âgés (5 % des élèves citent a posteriori plutôt le terme de « pampaillet » comme fête de fin de vendanges) ; « baillot », « bidaou » « pouraganes » également sont connus d’enquêtés nés en Aquitaine avant 1980. « Haille » dans l’expression « haille de nadau » est cité uniquement par trois élèves : nés en 1993, ils connaissent cette tradition car elle est actuellement revivifiée dans des villages du Bazadais et elle a été évoquée dans leur groupe en cours d’occitan.

18« Pougnac » est connu précisément de 5 personnes : de 2 élèves nés en Gironde en 1994 et de trois adultes nés en 1958 et 1960 en Gironde, en 1979 dans les Pyrénées-Atlantiques.

19Quatre des 5 enquêtés qui connaissent de façon exacte la signification de ce mot sont des femmes, le seul garçon (né en 1994) qui le connaît a rapporté les propos de sa mère. Ce terme qui concerne la couture ou le linge et ceux qui le connaissent le rattachent systématiquement au verbe « pougnaquer » « ponhacar » qui désigne l’action de « coudre, de repriser grossièrement » selon Palay et par extension de sens mettre en boule, froisser. C’est donc un terme qui sanctionne une incompétence en couture ou en manipulation du linge. Peu connu, en relation avec les tâches qui incombent le plus souvent aux femmes ce terme présent la particularité d’être cité par diverses générations.

20« Cruchades » ce dessert du patrimoine cullinaire gascon n’est connu que de 6 enquêtés : de cinq personnes nées entre 1947 et 1960 en Gironde et d’un élève né en 1994 en Gironde également. Ces galettes à base de farine de maïs étaient très courantes jusqu’au début du xxe siècle, en Gironde et dans les Landes où la farine de maïs constituait une part importante de l’alimentation. Actuellement, elles semblent disparaître des repas familiaux. Même si une entreprise bordelaise en vend en grande surface, et si quelques restaurants du Sud-Ouest les retravaillent avec des fruits ou de la glace, les « cruchades » sont peu connues des enquêtés les plus jeunes.

21« Toupi » n’est connu que de 7 enquêtés, 5 adultes et deux élèves du cours d’occitan, il a souvent été confondu avec le jouet.

22« Roucoulaïre » est un mot dont 10 enquêtés donnent une définition juste : 5 adultes et 5 élèves. Il est associé au cri de la palombe, une élève précise aussi que ce terme peut désigner un homme amoureux. C’est un nom technique de l’univers des palombières, mais « palomaïre » est mieux connu.

23« Millas » : Ce gâteau girondin reste connu par 14 enquêtés mais nous précisons que 8 d’entre eux sont nés après 1992. Le taux de connaissance du mot ne semble pas uniquement lié à l’âge (étant davantage cité par les élèves), mais en revanche lié au lieu de naissance ou d’implantation familiale car les 8 élèves qui connaissent le « millas » sont tous nés en Sud-Gironde (majoritairement à La Réole). On peut penser que ce dessert reste consommé dans les familles du réolais implantées depuis un certain temps, contrairement aux « cruchades ».

24« Cabanes tchanquées » est connu de 15 personnes, dont deux seulement sont nées en 1994, les autres enquêtés qui les citent sont nés avant 1980. Ces cabanes sur pilotis du bassin d’Arcachon, sont souvent filmées, représentées mais elles semblent très peu connues des jeunes réolais peut-être en raison d’une forme de confinement géographique et culturel.

25(Le collège de La Réole présente en effet un taux important de familles de milieux défavorisés (40 %), ce qui pourrait expliquer la méconnaissance de la côte girondine et du bassin d’Arcachon, en particulier).

26« Palomaïre » est un nom connu de 19 enquêtés, dont 13 élèves. La chasse à la palombe est toujours pratiquée en Gironde, les palombières demeurent un lieu de socialisation masculine en zone rurale et également dans le sud de la Gironde. Cette pratique ethnoculturelle et le vocabulaire direct qui s’y rattache semblent persister.

27« Festaïre » est défini de façon exacte par 22 enquêtés et une vingtaine d’enquêtés fournissent des réponses approchantes mais en l’associant à la fête. Il est Précisément cité par une douze adultes, et dix élèves en revanche les réponses approchantes sont majoritairement celles des élèves. Les fêtes traditionnelles du Sud-ouest restent connues et médiatisées. Elles souvent associées à des pratiques sportives, les élèves du collège qui sont inscrits dans des clubs de rugby (La Réole, Langon, etc) participent régulièrement à des sorties aux fêtes de Bazas, Bayonne, Mont-de-Marsan. Certains élèves aussi jouent d’un instrument de musique dans des « bandas ». Il serait intéressant d’étudier précisément les liens culturels et identitaires entre la pratique du rugby et les fêtes traditionnelles, voire des pratiques ethnoculturelles gasconnes en général.

28« Pastis » est le mot le plus connu mais nous ne l’avons classé en tête en raison de son statut particulier : il désigne un gâteau traditionnel des Landes et de Gascogne avec certaines variantes et 31 enquêtés en donnent cette définition (20 élèves et 11 adultes). Mais il est en revanche plus connu comme nom d’une boisson provençale (bien implantée dans le Sud-Ouest) et qui bénéficie d’une communication professionnelle et de régulières campagnes de publicité : 83 enquêtés la citent (67 élèves et tous les adultes). Si le dessert est assez connu, il ne l’est pas autant que la boisson. Dans ce cas l’origine géographique des élèves intervient peu, c’est manifestement un nom bien connu qui évoque le rite de l’apéritif ou de la fête, c’est semble-t-il la pratique ethnoculturelle qui se diffuse le mieux chez les jeunes générations et les nouveaux arrivants.

29« Garbure » est le nom d’une soupe connue par 42 enquêtés, soit la totalité des adultes et 24 % des élèves, nous notons en revanche que chez les plus jeunes, ceux qui sont nés en 1997, on trouve une seule bonne réponse. Ce plat est très souvent aux menus des restaurants et plusieurs élèves attestent de sa préparation dans le cadre familial.

30« Gueille » est un des mots les plus connu : 56 personnes en donnent une définition juste, 6 adultes ignorent sa signification, connu par 43 % des élèves et 81 % des adultes. C’est un mot du quotidien associé à un registre familier et qui est connu d’élèves souvent nés dans le sud-ouest. La différence entre les générations est importante elle apparaît aussi dans définitions pour les plus âgés « une gueille » peut être une guenille alors que pour les plus jeunes « c’est un vieux vêtement pourri ».

31« Mouquire » 68 personnes connaissent ce mot : 58 % des élèves et presque les deux tiers des adultes. C’est un mot qui désigne les sécrétions nasales est connu par de la moitié des élèves. C’est un mot gascon, inconnu dans d’autres régions occitanophones, mais qui se diffuse chez les élèves ayant suivi leur scolarité à La Réole quel que soit leur lieu de naissance, mais ceux qui arrivent dans le second degré, d’autres régions ou d’autres pays, ne le connaissent pas.

32C’est le mot le plus connu qui sert à désigner une réalité corporelle et il est toujours très employé.

33Lié à l’enfance, formulé plusieurs fois dans les définitions comme : morve d’enfant. Évoque-t-il une affectivité liée aux soins du corps des enfants par les parents et à ce titre est-il en occitan plus chargé d’affection que le « morve français » ? L’occitan dans ce cas traduit-il davantage le lien affectif que le mot français, qui serait plus descriptif ? Son taux d’usage semble le montrer.

Conclusion

34Avec ce test, nous avons tenté de percevoir quelle était la diffusion de certains mots occitans utilisés tels quels en français, apparaissant ainsi à l’écrit dans des documents publics, et qui désignent ou sont associés des réalités ethnoculturelles occitanes du sud-ouest.

35Nous constatons que certains mots disparaissent et ne sont plus connus des plus jeunes enquêtés. Les « acabailles », « un baillot », « un rocolaïre » appartiennent à un univers agro-pastoral. Même si les vendanges se terminent encore par un buffet ou un repas, si on ramasse le raisin encore dans certains vignobles à la main (comme en Sauternais), ou que la chasse à la palombe reste une pratique traditionnelle à laquelle des jeunes participent, une partie du vocabulaire occitan qui désigne ces activités, n’est plus usité et plus compris d’une grande partie de nos jeunes enquêtés.

  • 7 Jean-Pierre Poulain, Sociologie de l’alimentation, Paris, PUF, 2005, 21.

36Les mots qui concernent la gastronomie sont mieux connus : « millas », « pastis » (le gâteau) et en particulier « garbure ». Pour Jean-Pierre Poulain7, sociologue de l’alimentation : « les cultures alimentaires locales sont un lieu de résistance identitaire », et il semble bien que l’expression identitaire en Gascogne ou plus généralement en Aquitaine résiste mieux dans le domaine gastronomique. Concernant le lexique, celui de la cuisine persiste.

37Trois mots particuliers appartiennent à l’espace privé, à des activités de la maison probablement liées à une présence maternelle ou féminine les soins du corps aux enfants, la prise en charge du linge ou du nettoyage et la couture : « gueille », « mouquire », « pougnac ». Les deux premiers font partie des plus connus de notre corpus, en relation avec une activité maternelle, ils semblent chargés d’affectivité et c’est peut-être une des raisons de leur transmission. Plusieurs enquêtés ont évoqué leur mère : « quand ma mère me demande de ranger ma chambre elle me dit ne pas « pougnaquer » mes habits » déclare un élève, ou une enseignante en mettant la nappe avec son mari, qui précise : « arrête de la pougnaquer, comme dit ma mère. » (Victor M. et Agnès P.)

38Même si « pougnac » est peu utilisé, depuis l’avènement du prêt-à-porter, la couture est moins pratiquée en famille, de ce fait son champ lexical a tendance à disparaître. En revanche, « mouquire » et « gueille » restent très usités et correspondent à des situations concrètes et quotidiennes.

  • 8 Pierre, Bourdieu, Ce que parler veut dire, l’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 19 (...)

39Ces deux mots sont également associés à tort à un registre grossier et leur utilisation est proscrite dans certains milieux, qui s’ils en connaissent le sens, ne les emploient pas. Leur représentation sociale reste entachée du mépris dont est victime « le patois ». La culture dite « légitime » n’autorise pas l’usage de mots occitans désignant des réalités triviales. Pierre Bourdieu déclarait : « Comme si le principe de hiérarchisation des parlers de classe n’était autre chose que le degré de contrôle qu’ils manifestent et l’intensité de la correction qu’ils supposent8. » On peut donc penser que dans les classes supérieures, le degré de contrôle et l’intensité de la correction proscrivent l’usage d’une langue minoritaire, en l’occurrence l’occitan. À un autre degré cette analyse pourrait être valable pour l’accent dit régional, dernière marque d’une appartenance identitaire.

40Pourtant, ces mêmes mots « mouquire » et « gueille » semblent se transmettre non seulement familialement chez les enquêtés gascons mais aussi scolairement pour les enquêtés de familles non occitanophones. Nous constatons que ces mots gascons « mouquire » et « gueille » sont peu connus des enquêtés les plus âgés, nés hors Gascogne ; en revanche, ils sont utilisés par des élèves nés hors zone occitanophone et parfois hors territoire français.

41Ces élèves se sont appropriés ces mots pendant leur scolarité, avec leurs camarades de classe qui leur ont transmis, les tenant eux-mêmes d’une transmission familiale, favorisant ainsi une forme d’intégration.

  • 9 Yves Rauzier, Recuèlh estadistic sus la coneissença de qualques mots occitans per de liceans de la (...)

42Il est intéressant de rappeler qu’une étude avait été menée par Yves Rauzier9, enseignant d’occitan, entre 1989 et 1997. Son enquête était bien différente de la nôtre mais Yves Rauzier avait choisi d’enquêter en milieu scolaire et de produire « un recuèlh estadistic sus la coneissença de qualques mots occitans per de liceans de la banlega bordalesa. »

  • 10 Gaby Granegger, Le bordelais/le bordeluche, Université de Salzburg, 1986.

43Pendant six ans au lycée de Lormont, il a interrogé des élèves sur des mots occitans. Un seul est commun à son enquête et à la nôtre : « gueille », connu par 68,1 % de ses enquêtés. Yves Rauzier précisait alors qu’ : « en 1986, Gaby Granegger10, estudiant a l’universitat de Salzburg en Autricha, aviá realisat una enquista sus la situacion sociolinguistica a Bordèu. Sus 140 personas, [...] « gueille » èra conegut per 92 % deus enquistats. »

44« Gueille » est connu par 56 % des enquêtés à La Réole en 2007. Rappelons que ces enquêtes sont très différentes et difficiles à comparer mais elles semblent indiquer une même tendance : celle d’une diminution de ces mots occitans employés en français.

45Les plus âgés de nos enquêtés, nés en Gironde connaissent tous les mots du lexique proposé à l’exception d’esquire, les plus jeunes nés en Gironde connaissent pour beaucoup « mouquire » et « gueille » et parfois « pastis », « garbure » et « millas ». Cette enquête en milieu scolaire, est un test qu’il faudrait pouvoir répéter et étendre à d’autres établissements scolaires et à d’autres milieux. Mais il nous indique une tendance générale vers une disparition progressive de ces mots occitans utilisés tels quels en français et une meilleure résistance du lexique associé aux activités des femmes : il semble se transmettre mieux peut-être parce que malgré les changements de mode de vie, la répartition des tâches a peu évolué : les soins aux enfants, la cuisine, et le ménage restent souvent l’apanage des femmes. Les mots occitans qui les décrivent persistent.

46Nous envisageons de poursuivre cette étude en menant d’autres tests ailleurs. Cette démarche pourrait ainsi s’inscrire dans un ensemble plus global : la Région Aquitaine mène (octobre 2008) une enquête sociolinguistique sur l’occitan pour essayer de préciser le nombre actuel de locuteurs, et la perception de l’occitan chez les Aquitains. En parallèle un collectage remarquable a été fait en Dordogne en 2006 dans quelques cantons, il offre une perception qualitative de l’occitan utilisé aujourd’hui, et il doit s’étendre prochainement au reste du département. Ces différentes enquêtes constitueraient ainsi une base de données sur les aquitains et l’occitan : les divers degrés de pratique et de connaissance passive.

Graphique récapitulatif

Figure 2 — Test du lexique ethnoculturel

Figure 2 — Test du lexique ethnoculturel
Haut de page

Notes

1 Roux-Châteaureynaud, Marie-Anne, 2007. Pratiques, représentations et affichage de l’occitan, aujourd’hui en Aquitaine, thèse de doctorat (Études occitanes), Université Montpellier III.

2 Joshua Fishman, Can threatened languages be saved ? ; Clevedon, Multiligual Matters, 2001.

3 Christian Coulon, Ce que manger Sud-Ouest veut dire, Bordeaux, Confluences, 2003, 2006 ; Le cuisinier médoquin, Bordeaux, Confluences, 2006 ; Festins gascons. Cuisiner sa vie, Bordeaux, Confluences, 2007.

4 Nous avons utilisé des tracts de comices agricoles (Hèra deu hromatge), d’associations culturelles (Bazas culture), ou des tracts municipaux à l’occasion de fêtes particulières (Halha de Nadau), etc.

5 Frédéric Mistral, Dictionnaire provençal français Lou Tresor dóu Felibrige, Aix-en-Provence, Édisud, 1979 ; Simin Palay, Dictionnaire du béarnais et du gascon moderne, Paris, C.N.R.S. éditions, 2000.

6 Nous choisissons de présenter les résultats par ordre croissant.

7 Jean-Pierre Poulain, Sociologie de l’alimentation, Paris, PUF, 2005, 21.

8 Pierre, Bourdieu, Ce que parler veut dire, l’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982, 51.

9 Yves Rauzier, Recuèlh estadistic sus la coneissença de qualques mots occitans per de liceans de la banlega bordalesa, Sant Sulpici e Cameirac, 1997.

10 Gaby Granegger, Le bordelais/le bordeluche, Université de Salzburg, 1986.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 — Schéma du contexte sociolinguistique
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/896/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 2 — Test du lexique ethnoculturel
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/896/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Anne Roux-Châteaureynaud, « L’usage de mots occitans en Gironde : test d’un lexique ethnoculturel », Lengas, 66 | 2009, 79-92.

Référence électronique

Marie-Anne Roux-Châteaureynaud, « L’usage de mots occitans en Gironde : test d’un lexique ethnoculturel », Lengas [En ligne], 66 | 2009, mis en ligne le 02 décembre 2015, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lengas/896  ; DOI : 10.4000/lengas.896

Haut de page

Auteur

Marie-Anne Roux-Châteaureynaud

Post-doctorante, Université Paul-Valéry, Montpellier III

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals