Navigation – Plan du site

Avant-propos

Philippe Martel
p. 7-8

Texte intégral

1Les lecteurs habituels de Lengas savent bien que ce n’est pas là un sujet si neuf : en 2008 sont parus les actes d’un colloque organisé à Montpellier sur un thème assez proche, quoique plus large : l’attitude de l’école française face aux langues régionales. Le dossier que nous présentons ici, quoique limité cette fois au seul cas occitan, à une exception près, s’inscrit dans le prolongement de cette rencontre, tout en la dépassant ne serait-ce que du fait que par rapport au cadre temporel imposé aux participants du colloque, on a affaire ici à des recherches qui pour certaines portent sur une période beaucoup plus récente… Le matériau de base ici présenté a été fourni à la revue par les participants à une journée d’études tenue à l’université Paul-Valéry au printemps 2008, qui a réuni des chercheurs, doctorants ou docteurs, jeunes et moins jeunes, ayant en commun d’avoir travaillé sur la problématique de l’école face à l’occitan — et du catalan, ce voisin-cousin à la fois si proche et si différent — mais c’est du catalan de France qu’il s’agit ici, grâce à L. Bonet. On trouvera donc ici le produit de réflexions qui visent à approfondir des points soulevés au cours du colloque général, et à ouvrir des pistes.

2Cette journée d’études entendait donc être une étape, qui sera suivie de bien d’autres, puisque le problème de l’enseignement de l’occitan constitue un des axes de recherche sélectionnés par l’équipe ReDòc, dans le cadre plus général de son équipe de rattachement ETOILL.

3Dès à présent, et sans préjudice de thèses qui ont déjà été soutenues (P. Couffin) ou qui le seront très prochainement, ici (M. lafon et L. Bonet) ou dans d’autres universités des pays d’oc (Y. Lespoux) une autre rencontre est programmée, qui abordera une thématique moins classique que celle que l’on a l’habitude de voir traiter, en gros, l’histoire institutionnelle de l’enseignement de l’occitan, entre le moment où il est refusé et celui où il est plus ou moins toléré. On commence à savoir maintenant ce qu’a été le contenu de la revendication pour l’occitan à l’école depuis Mistral. On commence aussi à savoir ce qu’a été l’évolution de la législation et de la règlementation de l’Éducation nationale en la matière. Mais il y aurait profit à sortir maintenant de ce cadre institutionnel pour essayer de voir, à la base, dans le secret des salles de classe, comment a été pensé, et mené, l’enseignement de l’occitan. Bref, il est temps de quitter le domaine du politique pour aborder celui de la pédagogie de terrain. Le présent dossier doit donc être pris pour ce qu’il est : une étape dans une recherche qui est appelée à se poursuivre, et que l’on espère fructueuse autant que novatrice.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Martel, « Avant-propos », Lengas, 65 | 2009, 7-8.

Référence électronique

Philippe Martel, « Avant-propos », Lengas [En ligne], 65 | 2009, mis en ligne le 05 janvier 2016, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lengas/905  ; DOI : 10.4000/lengas.905

Haut de page

Auteur

Philippe Martel

C.N.R.S. IIAC/LAHIC — Université Paul-Valéry

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals