Navigation – Plan du site

Une pédagogie pour le provencal : lou prouvencau a l’escolo

Una pedagogia pel provençal : lou prouvencau a l’escolo
Philippe Martel
p. 9-28

Entrées d’index

Mots-clés :

pédagogie, occitan, provençal

Mots-claus :

pedagogia, occitan, provençal
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On renvoie ici, outre aux travaux des autres participants à ce numéro, à ceux d’Hervé Terral, notam (...)

1Quelle pédagogie pour la langue d’oc ? Au delà de la revendication, quels contenus proposer pour l’enseignement d’une langue si longtemps ignorée par l’école, quand elle n’en était pas formellement chassée ? On en sait maintenant davantage à propos de Perbosc — le Perbosc qui envoie ses jeunes élèves collecter du savoir populaire hors de l’école, pas seulement le Perbosc poète et militant. On commence aussi à s’intéresser à ces pionniers de l’enseignement de l’occitan qu’ont été chacun à leur façon Jean Bonafous, Henri Mouly, Hélène Gracia, Aimé Serre, André Lagarde, Georges Gros, d’autres encore1. Mais il reste beaucoup à faire. On s’intéressera ici à un versant de la revendication pour la langue d’oc à l’école que les occitanistes, pour des raisons qu’on rappellera plus loin, ont eu tendance à négliger — une négligence au demeurant tout à fait réciproque. Nous voulons parler de cette association vouée à l’enseignement du provençal mistralien fondée par Charles Mauron et quelques amis au moment même où l’Institut d’études occitanes commençait à s’engager sur cette même voie de son côté. Lou Prouvençau à l’escolo, c’est son nom, et aussi le titre du précieux bulletin qu’elle a commencé à publier dans les années cinquante et qui existe encore. C’est de la genèse de ce mouvement qu’il s’agira ici, en gros de ses trente premières années, jusqu’à ces années soixante-dix qui modifient le paysage de l’enseignement de l’occitan au rythme où change son image et son impact dans la société méridionale. Et il s’agira aussi de voir quels principes guidaient l’action de l’association, et ce qu’était sa vision de la langue et de son enseignement.

Une association

  • 2 Nous nous permettons sur ce point de renvoyer à notre ouvage, L’école française et l’occitan, le so (...)

2On le sait : si le Félibrige a commencé dès les débuts de la Troisième République à développer un discours revendicatif sur l’école, il s’est davantage soucié, globalement, de porter cette revendication sur le mode de l’interpellation solennelle au gouvernement que de réfléchir concrètement à ce que pouvait être un enseignement de la langue d’oc sur le terrain, dans le face-à-face entre le maître et ses élèves, comme à la place que cet enseignement pouvait occuper dans le cadre général et contraignant de l’Instruction Publique telle que la France la développe dans la seconde partie du xixe siècle et plus tard2. C’était au demeurant assez normal si l’on tient compte du fait que Mistral n’était ni instituteur ni professeur, et ses successeurs à la tête du Félibrige pas davantage, du moins jusqu’au capouliérat de Marius Jouveau, professeur d’italien dans le civil. Du coup, la réflexion sur les contenus, les méthodes et les objectifs ultimes est longtemps restée sommaire, partagée entre l’idée, potentiellement acceptable par l’institution, que l’occitan pouvait aider à enseigner mieux le français, et, de temps en temps, la pulsion militante qui amenait à réclamer une place à part entière pour la langue, sans d’ailleurs définir autrement cette place.

3Bien sûr, il y a eu des tentatives. On citera par exemple les réflexions du Pyrénéen Bernard Sarrieu — professeur du secondaire et leader de l’Escolo deras Pireneos, qui dans sa région a tenté d’amener les instituteurs à prendre en compte la langue locale. On n’oubliera pas non plus que le Félibrige béarnais, avec l’Escole Gastou Febus, a pu parfois arriver à proposer, comme Sarrieu plus à l’est, des concours scolaires ouverts, avec la bienveillance de l’inspection primaire, aux enfants des écoles, essentiellement d’ailleurs sous la forme d’exercices du type thème/version. Plus au nord, on peut signaler l’action d’enseignants comme Henri Mouly ou les époux Séguret en Aveyron, auxquels Michel Lafon consacre une bonne partie de ses recherches. Mais au total, et compte tenu de l’inertie, voire de l’hostilité de l’institution scolaire — publique comme catholique d’ailleurs — ces expériences ne vont pas bien loin. Pas plus loin que ces conférences autorisées au début des années vingt par une circulaire du ministre François-Albert, et qui ne touchent de toute façon qu’un public choisi, celui des élèves des lycées, soit une proportion alors infinitésimale de la population scolaire, recrutée au surplus dans des milieux sociaux dont l’occitan, dès la Belle Époque sinon plus tôt encore, n’est déjà plus la langue ordinaire.

  • 3 L’école républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996.
  • 4 On attend donc les résultats des recherches actuelles menées par Yan Lespoux et Michel Lafon.

4En ce qui concerne les outils pédagogiques, même situation. Mistral a produit un dictionnaire, peu abordable vu ses dimensions et son prix, et au surplus d’acquisition difficile, compte tenu de la rareté des rééditions — étranger en tout état de cause aux besoins de l’enseignement élémentaire. Il convient bien sûr de rappeler l’apport du frère Savinien, auteur dès les années soixante-dix d’une méthode d’apprentissage du français par le provençal qui a touché quelques centaines d’élèves des écoles « libres » dans lesquelle Savinien enseignait — mais il s’agit là encore d’une méthode misant sur la maîtrise de l’écrit par l’alternance des thèmes et des versions. On peut également citer les grammaires produites par des félibres provençaux : Xavier de Fourvière d’abord, puis Joseph Fallen ou Bruno Durand après la première guerre mondiale — mais ces hommes n’étaient pas enseignants. Ou celle de Joseph Salvat pour le languedocien dans l’entre-deux-guerres, accompagnant l’action menée par le Collège d’Occitanie de Toulouse en matière de cours par correspondance. Mais ces cours visent d’abord des adultes cultivés, non des enfants des écoles. En Bas-Languedoc on peut encore citer la curieuse petite méthode publiée en 1936 par Bouchard d’Esquieu sous le titre Francino apprén la lengo d’oc. Mais il s’agit dans tous les cas davantage de grammaires en bonne et due forme que de manuels proposant des exercices d’application. Et, dans tous les cas également, on a affaire à des outils destinés davantage à l’apprentissage individuel qu’à une utilisation collective dans le cadre d’une salle de classe. Il y a eu, certes, des instituteurs félibres, plus qu’on pourrait le croire à trop prendre au sérieux le cliché du hussard noir ennemi indéfectible du « patois ». Mais il est a priori très difficile de savoir si ces instituteurs ont appliqué leurs idées félibréennes dans leur enseignement, ou s’ils se sont contentés de rester fidèles au dédoublement dont parle Jean-François Chanet3 — le français règne seul à l’école, mais il est permis, même au maître, de parler « patois » au dehors. Célestin Freinet commence sa carrière dans les années de l’entre-deux-guerres, en pays d’oc. Il a certes affirmé son attachement au « patois » dans des lettres adressées à certains de ses disciples des pays d’oc — mais il l’a fait tardivement, et le recours à la langue du lieu ne fait certes pas partie des priorités de sa praxis pédagogique. Quant à ses disciples, justement, si on en retrouve après 1945 engagés avec détermination dans l’action occitaniste, il semble bien qu’avant seul le Provençal Bourguignon ait concilié freinetisme et occitanisme, avant de mourir en camp de concentration... Il faudrait — il faudra bien4 — essayer de voir comment a pu fonctionner, ça et là, un petit enseignement de l’occitan à la faveur de toute évidence douteuse de l’arrêté Carcopino de décembre 1941 : on l’entrevoit pour l’Aveyron, il conviendrait de comparer avec d’autres lieux. Mais au total, ce qui frappe avant la Libération, c’est le caractère éclaté, individuel pour l’essentiel, des initiatives prises en matière d’enseignement de l’occitan. Il faut attendre la fin des années 40, au moment où se mène difficilement à la Chambre des Députés le travail qui va déboucher sur la Loi Deixonne de 1951, pour voir la situation évoluer, et le travail sur la pédagogie commencer à se mener de façon plus collective, et plus systématique.

5Seulement voilà : le collectif a ses limites, imposées, entre autres facteurs, par un fait qui a peu à voir avec les nécessités de l’enseignement de la langue : le schisme de plus en plus violent qui divise le petit monde de ses défenseurs, entre orthodoxie mistralienne et hérésie occitaniste. C’est ainsi que naissent à peu près en même temps ce qui va devenir le secteur pédagogique de l’Institut d’études occitanes, et, outre Rhône, l’association Lou Prouvençau à l’escolo.

  • 5 Sur cette genèse, et sur les premiers textes produits par l’association, nous renvoyons au numéro 1 (...)
  • 6 Fe, no80-81, novembre-décembre 1946.

6Cette association a une date et un lieu de naissance officiels : le 4 mai à Aix : il s’agit là de l’assemblée générale constitutive. Mais elle ne fait qu’officialiser ce qui en fait a été décidé quelques mois plus tôt à l’occasion d’un stage organisé à Marseille, au château de Belmont, du 23 au 27 septembre 1946, par l’association Lou Calèn dirigée comme on sait par le poète marseillais Jòrgi Reboul5. Reboul mène depuis l’avant-guerre une action militante en faveur de la langue qui l’a amené aussi bien à se lancer dans l’action politique au service d’un provençalisme de gauche en 1935 qu’à tenter l’expérience d’une auberge de jeunesse provençale. À côté de son activité de poète, il s’agit donc d’un homme qui a le souci d’une action pour la langue menée en société, au plus près des préoccupations de cette société. D’où l’organisation de ces stages, qui ont commencé avant septembre 46, lieux de rencontre entre sympathisants, lieux de formation aussi, dont le Félibrige traditionnel avait peu l’habitude. Il convient de signaler l’importance de l’apport initial du Calen et de Reboul dans cette histoire, car s’il reste membre du bureau au titre de l’enseignement technique jusqu’au début des années soixante, il ne semble pas avoir fait partie des piliers du bulletin, signe d’une certaine marginalité, au fond. C’est pendant le stage, auquel participent une vingtaine d’instituteurs qu’est donc lancée l’idée de l’association Lou Prouvençau à l’escolo6 dont l’objectif est ainsi défini dans l’article 3 de ses statuts adoptés en mai de l’année suivante :

L’association a pour but de développer et de faciliter l’enseignement du provençal dans les établissements publics du premier et du second degré.

Il n’est pas sans intérêt de noter que l’initiative bénéficie alors d’un certain soutien institutionnel de la part de l’inspecteur d’académie des Bouches du Rhône, qui permet de faire passer dans le Bulletin départemental de l’Enseignement primaire de son département un appel aux maîtres qui constitue la profession de foi de la jeune association. Ses arguments :

  • Le souci de développer une « culture populaire vraie », que les promoteurs de l’entreprise voient dépassant le seul niveau du folklore, et indissolublement liée à la langue, sans laquelle il est « hypocrite et irréel » de prétendre parler de culture populaire.

  • Cette langue, support de cette culture du lieu, façonnée par le milieu et les hommes, elle est en danger. C’est donc à l’école communale d’engager le combat pour la sauver, en apprenant aux enfants à lire le provençal. On note qu’il n’y a là aucune accusation portée contre cette école qui jusque là n’a précisément rien fait, bien au contraire, pour sauver la langue : ce n’est ni le moment ni le lieu de se lancer dans quelque provocation que ce soit. On note aussi qu’il s’agit explicitement non point d’enseigner la langue, dont on considère qu’elle est de toute façon parlée par les enfants, mais seulement d’apprendre à la lire.

  • Mais pourquoi sauver la langue ? Parce que « le bilinguisme et sa gymnastique intellectuelle sont un avantage qu’on paye souvent cher pour acquérir : pourquoi négliger un bilinguisme gratuit ? » On retrouve là une idée qui était déjà en germe dans la première revendication en faveur de l’enseignement des langues régionales, la pétition au Corps Législatif de 1870, une idée aussi que Savinien exprimait à travers sa formule du « latin du pauvre », censé fournir aux enfants du peuple les mêmes avantages que ceux dont bénéficiaient au lycée, grâce au latin, le vrai, les enfants des classes supérieures.

  • Autre classique de la revendication, surtout en ce qui concerne la langue d’oc : la richesse du patrimoine provençal, et ses chefs d’œuvre : « étudiés dans toutes les grandes universités. Nous courons vers ce ridicule d’être seuls à ne pas les entendre ». L’argument du contraste entre l’intérêt porté à la langue et à la littérature occitanes par des universités, notamment étrangères, et l’hostilité du système français, était déjà familier depuis longtemps aux partisans de l’enseignement de la langue d’oc.

    • 7 On note avec intérêt que des arguments assez semblables se retrouveront sous la plume de Charles Ro (...)

    Un dernier argument enfin, de nature plus générale : « nous nous dirigeons fatalement vers une ère de machinisme et d’uniformisation. Une réaction vivante dans le sens de la variété culturelle n’est pas moins inévitable ». Surgit ici une référence à première vue assez inattendue à l’URSS, qui a « bien compris » cet enjeu, et une métaphore déjà presque écologiste : « l’éducateur doit préparer consciemment cette réaction comme on créée des parcs dans une ville ». Et d’enchaîner en glissant vers le politique : pour beaucoup d’instituteurs « et pour des raisons évidentes », « provençalisme et esprit de réaction politique demeurent associés » : le souvenir du pétainisme est encore très frais dans bien des mémoires. L’association tient donc d’entrée de jeu à se situer ailleurs, et en accord profond au contraire avec les sensibilités dominantes dans le milieu enseignant : s’éclairent ainsi aussi bien la référence à l’URSS que celle à la culture populaire... Et ce n’est pas un hasard si le stage fondateur de septembre 46 se clôt sur l’intervention de trois représentants des trois grands partis issus de la résistance : la SFIO (Charles Mauron) le PCF (docteur Aymes) et le MRP (avec le félibre Raymond Latil7).

7Cette profession de foi est habile et cohérente : ses principaux éléments sont en phase avec qui vont bientôt figurer dans les exposés des motifs des propositions de loi ouvrant la voie à la loi Deixonne. Et Deixonne lui-même reprendra à son compte aussi bien la nécessité pour la France de ne pas laisser les universitaires étrangers s’intéresser seuls au patrimoine des langues régionales, que cette idée d’une dialectique uniformité/diversité que l’on retrouve aujourd’hui encore dans les discours officiels dès qu’il s’agit de défendre des « identités » locales menacées par la « mondialisation ». Et vis à vis du grand public, ces idées sont reprises en 1948 dans un article « publié par la presse régionale » dit le bulletin — il s’agit du Provençal — article dû à l’homme qui présidait les séances du stage de Belmont, et qui va se révéler avec Camille Dourguin l’âme de l’association : Charles Mauron.

  • 8 Cf. le numéro spécial du Bulletin consacré en 1966-57 à l’hommage de l’association à son fondateur.
  • 9 Fe, no74-75, mai-juin 1946.

8Né en 1899, Charles Mauron est un homme aux multiples facettes8. Très actif malgré sa cécité, c’est par sa formation un scientifique, obligé de se retourner vers les études littéraires. Critique maniant les armes de la psychanalyse, on lui doit des études sur Racine, mais aussi sur Mistral, en l’occurrence ses Estùdi mistralen rédigés directement en provençal — exemple rare à l’époque d’une utilisation de la langue dans un registre que la pesanteur diglossique semblait lui interdire radicalement. C’est aussi un poète d’oc, lié au groupe de poètes provençaux qui gravite autour de Sully-André Peyre. C’est donc, du même coup, un partisan déterminé du droit de chef d’œuvre qui fait du provençal mistralien la langue provençale par excellence, et un adversaire tout aussi déterminé du courant occitaniste, un choix lourd de conséquences. Ajoutons enfin que sa qualité de notable socialiste (il est en 1945 maire et conseiller général de Saint-Rémy), lui confère un avantage non négligeable quand il s’agit d’avoir accès aux pages du Provençal, et le rend en tout état de cause insoupçonnable de toute sympathie pour Pétain ou l’Action Française — il vient d’ailleurs de claquer la porte du Félibrige, quand le Consistoire, après avoir dû exclure Maurras de son sein, a décidé de ne pas réattribuer sa cigale de majoral avant sa mort. Et c’est sur sa proposition que le Conseil général des Bouches du Rhône avait créé un cours de provençal à l’école normale d’Aix, qui restera significativement pendant des années le lieu ordinaire des assemblées générales de l’association9. Ceci étant, Mauron est un universitaire, pas un enseignant du primaire. D’où l’importance à ses côtés de Camille Dourguin, son vieil ami et compatriote de Saint-Rémy, qui est, lui, instituteur, et devient normalement le secrétaire de l’association dès sa fondation — il le restera jusque dans les années 70. Autour de ces deux hommes, le noyau dur de l’association est constitué par deux vice-présidents : au départ il s’agit de deux enseignants du secondaire, félibres importants par ailleurs : Marcelle Drutel et Marius Jouveau, ancien capoulier du Félibrige. Les années suivantes verront l’organigramme complété par de nouveaux venus : Mme Jullien pour le primaire, Pierre Millet, André Compan pour Nice, René Jouveau, professeur du secondaire et fils de Marius, et surtout Charles Rostaing, professeur à l’université d’Aix avant de « monter » à la Sorbonne à la fin des années soixante ; il est par ailleurs capoulier du Félibrige dans les années cinquante. À la mort de Mauron en 1966, c’est lui qui devient le président de l’association

9Assez vite, celle-ci va se doter de ses armes les plus efficaces : un bulletin, qui commence à paraître dès le départ. Il est d’abord ronéoté par Dourguin, qui se charge de l’expédition de plusieurs milliers d’exemplaires (6 000 en 1949...) véhiculant une production pédagogique à base de textes à faire lire, distribués gratuitement (par des correspondants locaux) aux enseignants susceptibles d’être intéressés. À la rentrée de 1952, le bulletin change de statut et de contenu : imprimé sur huit pages, trimestriel, il fournit à la fois les outils pédagogiques nécessaires — on y reviendra, mais aussi un éditorial confié à Charles Mauron : on sent que l’association vient de changer de dimension. Dès l’été de l952 d’ailleurs, elle avait réussi à publier son manuel, Lou Prouvençau à l’escolo, regroupant des textes empruntés aux grands écrivains provençaux, agrémentés de notes. Ce manuel est un succès : tiré à 3 000 exemplaires, il fera l’objet d’une réédition dès le milieu des années cinquante, et au début des années soixante-dix il en est à sa quatrième édition. Dans la foulée d’ailleurs, l’association publiera une collection de petits classiques provençaux : le premier est constitué de morceaux choisis de Mirèio, à l’occasion de son centenaire, accompagnés de notes dues à Charles Rostaing. Suivront des morceaux choisis de Moun Espelido ; et une anthologie de textes « dialectaux » niçois due à André Compan, puis des anthologies « dialectales » varoises et marseillaises, sans oublier un petit manuel de littérature « provençale » — en fait occitane des Alpes aux Pyrénées dû là encore à Charles Rostaing, et une brochure traitant à la fois de l’orthographe du provençal (sous la plume de Dourguin) et des dialectes du provençal — et de lui seul : quelques pages sommaires dues à Rostaing — et nous ne parlons ici que de la production des années cinquante à soixante-dix... Enfin, l’association éditera à la fin des années soixante un disque de leçons de provençal, avec quelques textes lus.

  • 10 Pour mémoire : 481 exemplaires vendus dans le Var, 377 dans le Vaucluse, 135 dans les Basses-Alpes, (...)

10Qui donc peut adhérer ? En 1948, si on en croit Fe, Lou Prouvençau a l’escolo est soutenu par 195 correspondants. Mais en 1953, l’assemblée générale fait référence à une petite centaine d’adhérents — une baisse qui reflète peut-être le passage du temps où le bulletin est distribué gratuitement à celui où il faut adhérer en bonne et due forme. Les comptes rendus des années suivantes laissent entendre, non sans quelque amertume, que le fait de devoir payer une cotisation a refroidi les ardeurs de certains. Ce chiffre montera quand même à 400 dans les années soixante-dix — mais on est là dans un contexte nouveau, celui de l’explosion de la revendication occitane, qui touche aussi la mouvance mistralienne. Et en tout état de cause, le chiffre du début des années cinquante est sans commune mesure avec l’effectif que Dauzat attribuait à l’enseignement des langues régionales (à peine une vingtaine d’instituteurs donnant des cours de provençal !) dans une « enquête » probablement basée uniquement sur des chiffres fournis obligeamment par le ministère. Géographiquement, le centre de gravité de l’association, et sa zone d’influence principale, se situent dans les Bouches-du-Rhône, son berceau. En 1957-58, le no1 du Bulletin fait le bilan des ventes du manuel : il apparaît qu’avec près de 1 700 ventes, plus de la moitié du total, ce département écrase les autres10. Les listes des établissements offrant des cours de provençal parfois publiées les années suivantes ne contredisent pas cette tendance lourde.

Un bulletin

  • 11 Nous remercions notre amie Anne-Marie Poggio, nièce de Marie-Rose Poggio, institutrice, membre du C (...)

11Il n’est pas du tout sans intérêt de parcourir la collection du bulletin11. On y voit fonctionner l’association. On y entrevoit aussi sa doctrine, et les principes qui guident sa pédagogie. C’est enfin une mine de documents pour la classe, mais aussi d’informations sur les débats avec le Ministère autour de l’application, puis de l’amélioration de la loi Deixonne.

12Commençons par décrire l’objet. Sa structure évolue peu au fil des ans, sinon en ce qui concerne le nombre de pages (au format 21 x 27) : huit au départ, sauf numéros exceptionnels, puis dix pour l’année scolaire 1967-68, puis douze, et enfin seize au début des années soixante-dix, en liaison là encore avec les nets progrès qui affectent l’impact de l’enseignement de la langue d’oc dans ces années. Il s’agit d’un bulletin austère, sans illustrations. Sous le titre et un encadré indiquant la composition du bureau de l’association, l’éditorial de Mauron, puis, après sa mort, de son successeur. La seconde page contient, outre éventuellement la fin de l’éditorial, le commentaire d’un texte provençal, le plus souvent par Charles Rostaing, dès le début, parfois relayé ou secondé par le professeur niçois André Compan. Puis, au cours des années soixante la rubrique est assurée par Jean-Pierre Tennevin, professeur mais aussi écrivain d’oc. Au début des années 70 apparaît aussi le nom de Claude Mauron, le fils de Charles. Le texte lui-même n’est pas donné, mais une note renvoie à la page du manuel Lou Prouvençau à l’escolo où il se trouve : le professeur doit donc posséder le volume pour pouvoir utiliser les apports du commentaire. Ce dernier comporte une partie générale, resituant le document dans son contexte — présentation de l’auteur, de l’œuvre, sens du texte... puis viennent des notes de détail, le plus souvent de vocabulaire, mais aussi parfois éclairant telle allusion historique ou littéraire contenue dans le texte. Compte tenu du statut des auteurs des commentaires, mais aussi de la longueur des textes commentés, il est clair, et d’ailleurs précisé explicitement par le bulletin, que c’est pour le secondaire que ces documents sont élaborés. Il n’est pas sans intérêt de faire la liste des auteurs traités — 17 au total entre 1952 et 1975, pour 46 textes. Sans surprise, on constate qu’avec une quinzaine de textes, Mistral pèse à lui seul le tiers de la totalité du corpus, suivi par d’Arbaud (six) et Félix Gras et Roumanille (quatre chacun) : les quatre premiers pèsent donc les deux tiers de l’ensemble. Viennent ensuite des auteurs du xixe siècle : Jean-Henri Fabre, Paul Arène ou Aubanel (un texte chacun), puis, plus tardifs, le chansonnier Charloun ou le Carpentrassien François Jouve. Les auteurs les plus jeunes étant Marie Mauron, Bruno Durand, Jean Grand, Jean-Calendal Vianès, Fernand Moutet et Max-Philippe Delavouet, soit (si on laisse de côté Marie Mauron, présente du fait de sa biographie de Charloun, et le « gardian » Grand) des représentants de la jeune école poétique provençale regroupée autour de Sully-André Peyre. Un point commun à tous ces auteurs, d’une génération à l’autre : ils utilisent tous la variante rhodanienne du provençal. Seuls deux auteurs font exception — mais ils sont ordinairement considérés comme précurseurs des félibres : le Niçois Rancher et le Marseillais Gelu, tous deux d’ailleurs présentés aux lecteurs dans une graphie mistraliennne qui n’est évidemment pas la leur. On reviendra plus loin sur ce qu’impliquent ces choix. On note l’absence totale à ce stade de la littérature antérieure au xixe siècle, et notamment de la littérature médiévale. D’une manière générale, ce qui est privilégié, c’est la prose — seul Mistral fait nettement exception, avec des extraits de Mirèio, de Calendal, des Isclo d’or et de la Reino Jano — mais ses mémoires et ses proses d’almanach sont aussi utilisées. Pour d’Arbaud, sont utilisés surtout les contes de la Sóuvagino, familiers de ton, et tout à fait accessibles à des élèves qui pouvaient par ailleurs être lecteurs de Kipling, et en retrouver quelque chose dans la prose du Camarguais. Pour Gras, ce sont les Rouge dóu Miejour qui sont mis à contribution. Autant de choix assez judicieux du fait du caractère séduisant des textes ainsi mis sous les yeux d’élèves a priori peu passionnés par les beaux vers.

  • 12 À la même époque d’ailleurs, aussi bien Sully-André Peyre que Mauron ou Jouveau militent pour que l (...)

13Vient ensuite, souvent, une saynète de théâtre, soit un conte de Roumanille mis en scène, au départ, soit, plus tard, une courte pièce de Galtier ou d’un autre auteur contemporain — René Jouveau, Paul Marquion... De toute évidence, le théâtre, en ce qu’il mobilise l’oral, est perçu comme un moyen pédagogique important, susceptible au surplus de toucher, à l’occasion d’une fête scolaire par exemple, un public autrement plus large que celui des lecteurs de littérature provençale12.

14Le bulletin propose aussi des jeux provençaux traditionnels, fournis par Galtier, spécialiste incontesté en la matière, et qui a publié un ouvrage sur le sujet. Ces jeux sont plus particulièrement destinés à l’école primaire, dans laquelle officie d’ailleurs Galtier, avant de bifurquer par la suite. La danse et le chant (paroles et musique) — souvent en dernière page, ne sont pas oubliés. Mais le bulletin donne aussi des rubriques qui renvoient moins au travail en classe qu’à un fonctionnement militant : textes officiels, quand il y en a, comptes rendus d’assemblées générales et vie de l’association, parfois des textes en français, mais d’auteurs utilisables comme argument vis à vis des interlocuteurs étrangers au milieu : tel discours d’Ernest Renan devant les félibres de Paris en 1891 par exemple. Progressivement au fil des ans, et au fur et à mesure que les bonnes volontés et les compétences se manifestent, peuvent apparaître d’autres rubriques : l’historien Lucien Gaillard peut intervenir sur des problèmes d’histoire, ou Charles Rostaing peut sacrifier à ce qui était au fond le sujet essentiel de ses recherches personnelles, la toponymie provençale, et ses racines pré-indo-européennes. Il peut même, à la fin des années soixante, proposer l’utilisation du provençal comme porte vers le latin. On note aussi, dès la fin des années soixante, l’apparition d’un « cantoun di jouine » qui permet de donner une place à des productions écrites d’élèves, et quelques études plus spécialisées, pédagogiques ou littéraires. Mais dans tous les cas, l’apparition de ces rubriques marque assez nettement l’entrée en scène d’une nouvelle génération, et d’intervenants plus nombreux et plus variés dans leurs centres d’intérêt que les piliers de la première phase. De la même façon dans le début des années soixante-dix apparaissent les comptes rendus des stages de vacances que l’association commence alors à organiser : auparavant apparemment, c’est au Calen de Reboul qu’était laissé le soin d’organiser des stages qui ne touchaient donc pas seulement un public d’enseignants.

  • 13 On note d’ailleurs que sur le versant « occitan », les pratiques et leur évolution sont assez paral (...)

15Un dernier trait à signaler, non dépourvu d’importance : aux débuts, la métalangue normale du bulletin est le français. C’est progressivement que l’on voit peu à peu apparaître le provençal comme langue non seulement des documents présentés, mais aussi des articles de fond, parfois des éditoriaux, qui représentent la prise de parole directe des animateurs du bulletin. C’est un fait linguistique qui indique un certain changement d’attitude vis-à-vis du partage normal des registres de langue des débuts : à l’oc la littérature, le français pour les propos d’ordre plus général13...

Les bulletins sont donc riches de matière. Mais au service de quels contenus ?

Des idées

16On l’a dit, une bonne partie des éditoriaux, que ce soient ceux de Mauron ou de Rostaing, sont consacrés au suivi des négociations, toujours âpres, avec le ministère, pour améliorer la loi Deixonne. On voit passer au fil des pages les alertes les plus graves — quand sont menacées, en 1962, les épreuves de langue régionale au baccalauréat et au BEPC. On voit évoquer les commissions parlementaires qui travaillent sur le sujet des langues régionales, ouvrant au début de la Cinquième République la longue théorie des propositions tuées dans l’œuf par le refus des gouvernements successifs de les inscrire à l’ordre du jour parlementaire. On discerne parfois les limtes assignées par l’association à ce que peut être l’enseignement de la langue d’oc : en 1960, Mauron récuse explicitement dans un de ses éditoriaux l’idée qu’on puisse demander une licence d’enseignement spécialisée, qui fabriquerait des « professeurs de lycée, inscrits dans un cadre national, qui ne pourraient enseigner que dans une région limitée, sans mutation possible » (Bulletin, année 1959-1960, no2, « Réunion du Bureau ») : on ne reprochera pas à Mauron de n’avoir pas envisagé ce qui existera plus de trente ans plus tard avec le CAPES d’occitan-langue d’oc, et que nul sans doute, même côté occitaniste, ne pouvait alors oser envisager même dans ses rêves les plus fous. Mais on voit bien que pour Mauron et ses amis, le champ privilégié, c’est celui de l’école communale, « surtout rurale », précise le même éditorial. En dehors de la dimension professionnelle, on a parfois affaire à des textes polémiques, contre les ennemis attitrés au niveau national des langues régionales — ceux qui s’expriment publiquement, s’entend. Sont ainsi épinglés, et étrillés, aussi bien Albert Dauzat qui ferraille dans Le Monde contre les « patois », que ce Lacretelle qui, recevant à l’Académie en 1953 le duc de Lévis-Mirepoix fraîchement élu au fauteuil de Charles Maurras (fauteuil congelé en 1945 si on ose dire, et dégelé par la mort de son occupant virtuel), profite de l’occasion pour décocher quelques flèches contre les « patois. » Mais dans l’ensemble, c’est aux questions fondamentales de la langue et de l’école que sont consacrées les réflexions des animateurs de l’association, autour de quelques points de doctrine fondamentaux.

17Première idée : c’est par la lecture que le provençal survivra. En ces années, on considère encore dans l’association que le provençal est pour les enfants une langue familière, parlée éventuellement à la maison, entendue et comprise en tout cas, au moins en milieu rural, même si on commence dès les années cinquante à constater que la transmission familiale directe ne se fait plus, même à la campagne. L’enjeu est donc moins de l’enseigner en elle-même que d’ouvrir les enfants à la connaissance du patrimoine littéraire de la langue, seule façon de lutter contre l’image péjorative du « patois qui ne s’écrit pas et n’a pas de grammaire », largement diffusée dans la société.

  • Cette initiation à la lecture passe par celle des grands auteurs. Bien sûr, la chanson et les saynètes fournissent des textes sans prétention, ce qui ne veut pas dire sans valeur. Mais il s’agit surtout de montrer aux élèves ce que sont les grands auteurs, car ce sont eux qui fondent la dignité de la langue, donc son avenir. On ne s’étonnera donc pas de ce que l’on a vu plus haut, à savoir la prééminence des grands maîtres, Mistral en premier lieu, suivi par d’Arbaud : ce n’est qu’assez tard que commencent à être mis à un niveau comparable des auteurs vivants, Delavouet notamment. Et on ne s’étonnera pas davantage de voir que le centenaire de Mirèio en 1959 est célébré par le bulletin et l’association avec un grand enthousiasme : non seulement les éditoriaux de plusieurs numéros consécutifs sont consacrés au miracle que la parution de l’œuvre a représenté en son temps, mais c’est Mirèio qui fournit la base du premier de ces petits classiques provençaux dont il a été question plus haut.

  • Cette prééminence du modèle mistralien a bien sûr des conséquences sur l’idéal linguistique proposé par la revue. Sur la question de la graphie d’abord, Mauron et ses amis sont intraitables.

    • 14 Charles Mauron, « Où en sommes-nous ? » Bulletin, no2 de l’année scolaire 1960-1961.

    L’enseignement ne réussit qu’en graphie mistralienne. De Nîmes à Gap, (pour ne parler que de l’aire propre à notre association), la volonté de sauver la langue et l’usage d’une autre graphie sont contradictoires. Cette contradiction a des effets destructifs. Il est fatal qu’elle brouille, décourage et enfin annule la lecture, à l’heure où celle-ci représente notre seule chance de compenser la perte de tradition orale. Toute obstination dans ce sens me paraît donc un crime contre la langue, et le devoir s’impose à tous les hommes qui aiment la langue de prendre nettement position sur ce point. C’est une question d’honnêteté intellectuelle14.

  • On n’est pas plus clair. Sont ainsi renvoyées dans les ténèbres extérieures, outre-Nîmes en fait, toutes les autres graphies, au premier rang desquelles bien sûr la graphie occitane.

  • Directement lié au choix de la norme graphique, le problème des dialectes. Dès le premier numéro du bulletin, la question est abordée dans un petit article, dû à Rostaing, qui présente la situation dialectale du provençal : un provençal qu’il étend vers l’ouest jusque vers Nîmes et Uzès, et au Nord jusqu’à Valence et les Hautes-Alpes. Le numéro suivant offre la suite de cet article, qui sera ultérieurement republié, significativement, en appendice d’une brochure de Dourguin intitulée Quelques notions indispensables pour pouvoir lire correctement le provençal — en fait un exposé systématique de la graphie mistralienne. Le même numéro 2 du bulletin donne la parole à Mauron, dans son éditorial « Graphie et dialectes », à la fois pour formuler la nécessaire prééminence de la graphie mistralienne, et pour délimiter précisément l’espace laissé aux dialectes Il reviendra plusieurs fois sur la question par la suite, toujours en gros de la même façon, avec une concession : le dialecte local, c’est ce qui est le plus familier pour les enfants et leurs parents. Il faut donc faire preuve en classe à son égard « d’attention, de tendresse et d’humour ». Mais l’objectif est quand même de dépasser le stade dialectal pour faire accéder l’enfant à « la langue littéraire », entendons le rhodanien de Mistral. Le premier éditorial de 1953 offre ainsi une citation de Sully André Peyre, grand pourfendeur de dialectes devant l’Éternel : « l’enseignement doit aller des dialectes à la langue, et non de la langue aux dialectes ». Le discours standard de l’association ajoute deux idées supplémentaires : d’une part les différences entre les dialectes du provençal — on laisse miséricordieusement de côté les autres dialectes d’oc, laissés à qui voudra bien s’en occuper, ailleurs — ces différences sont minimes. L’article de Rostaing fournit à titre d’exemple quelques lignes d’un texte de Félix Gras, « traduit » dans d’autres variétés — le « maritime », le « gavot » et le « niçois » : l’exercice révèle qu’en fait les divergences sont effectivement minimes — d’autant plus que pour le « gavot », Rostaing se borne opportunément à une transposition dans le parler de Forcalquier, en réalité un provençal central possédant en tout et pour tout un seul trait alpin, le morphème de première personne -o (-ou en graphie mistralienne). Pas question de mettre sous les yeux des pauvres élèves des parlers autrement plus excentriques, plus au nord : le passage de CA à CHA est à peine évoqué, et uniquement à propos du mot pechaire, la chute du -d- intervocalique n’est pas mentionnée, etc. Bref, l’image qui est donnée du provençal est celle d’une langue remarquablement cohérente même dans ses variations internes, ce qui implique un passage du dialecte à la langue tout à fait indolore...

  • 15 Et on comprend pourquoi Reboul, cofondateur et membre de l’association pourtant, est si peu sollici (...)

18Deuxième argument, littéraire celui-là : les grands chefs-d’œuvre de la littérature provençale sont pour l’essentiel (pour les neuf-dixièmes dira un jour Mauron), écrits en rhodanien. C’est donc le rhodanien qui fait figure, tout naturellement, de vraie langue littéraire face à des variétés qui ne sont qu’orales, ou à peine illustrées par quelques auteurs pittoresques. On a vu que dans le palmarès des auteurs jugés dignes d’une étude dans les pages du bulletin, seuls figuraient deux « dialectaux » : le Marseillais Gelu et le Niçois Rancher, tous deux antérieurs de toute façon au Félibrige15. Et bien sûr, on l’a dit, Gelu comme Rancher sont proposés aux maîtres et aux élèves convenablement transcrits en graphie mistralienne... Il faut attendre assez tard pour voir Lou Prouvençau a l’escolo proposer dans sa collection des petits classiques des « compléments dialectaux » pour le Var, puis Nice, et enfin Marseille — les Alpes n’offrant en apparence aucun corpus suffisant pour mériter une publication.

19Une dernière chose : à travers les textes proposés, ce qui est montré aux élèves comme horizon, c’est quand même largement, dans les premières années de l’association du moins, un monde profondément rural. Tout à fait caractéristique dans cette perspective nous paraît une des « lectures d’application » proposées par Dourguin dans la brochure sur la lecture du provençal évoquée plus haut. Il s’agit de raconter le projet d’avenir d’un garçon, Pascau, « bon escoulan estudious e voulountari » mais qui ne veut plus aller à l’école. Il annonce à son père son vœu :

Paire, sarai, se voulès, païsan coume vous, coume moun peirin

20Et d’exprimer le plaisir qu’il prendra à atteler les chevaux à la charette ou à l’araire. Le père, légitimement ému, tient quand même à signaler au garçon les mauvais côtés du métier : il est pénible, parfois il fait chaud, parfois il fait froid, les récoltes ne sont pas toujours bonnes, les cours sont parfois très bas. Mais du moins, corrige-t-il, « lou mestié nourris soun ome ». Le paysan est son propre maître. Les grands parents de Pascau seront fiers de lui. Et le tout se clôt sur une citation de Mistral à la gloire des paysans...

21Ce texte est publié en 1964, en un temps donc où l’agriculture du Bas Rhône, qui a fait le choix du marché un siècle plus tôt, est encore florissante. Mais on n’en est pas moins frappé de voir présentée une famille (de cinq enfants, nous dit-on) dans laquelle le fils vouvoie son père, où l’obtention du certificat d’étude, loin d’ouvrir la possibilité d’une carrière tertiaire couronnant les efforts des bons élèves, marque au contraire la fin du supplice de l’école, et où le paysan n’a ni tracteur, ni camion, ni charrue, mais des chevaux, une charette et un araire. Nul ne peut soupçonner Dourguin, pas plus que Mauron, ou même Rostaing, en ces années du moins, de sympathies pour une quelconque droite nostalgique. Et on n’oubliera pas que côté occitaniste, à la même époque et même dix ans plus tard, on propose encore à d’hypothétiques jeunes lecteurs des petits livres les conviant à aller « al vilatge de papet », ou des bandes dessinées décrivant un petit Parisien en vacances, doté de l’arrogance caractéristique de l’espèce, confronté à ses dépens à la rude sagesse campagnarde. On peut comprendre ce ruralisme compte tenu et de l’importance quantitative qui était encore en ces années celle de la paysannerie en pays d’oc, et du fait que c’est cette paysannerie qui maintenait encore en partie un usage hérité de l’occitan à peu près solide. Mais on ne peut s’empêcher de se demander quelle pouvait être la réaction intime de jeunes enfants qui savaient bien que c’est à la ville, désormais, que tout se passait. Il faut attendre les années soixante-dix pour voir Lou Prouvençau à l’escolo prendre vraiment en compte deux faits dialectiquement liés : l’urbanisation croissante de la société méridionale, et la nécessité de s’adresser désormais à un public qui n’est plus fait d'héritiers de la langue, mais de néo-locuteurs potentiels à qui il faut pratiquement tout apprendre, et qu’il faut d’abord convaincre de l’intérêt de l’effort que cela demande.

22On aura remarqué qu’un spectre hante les éditoriaux de Mauron, celui de ces mauvais maîtres coupables de proposer une autre graphie que celle de Mistral. C’est bien entendu des occitanistes qu’il s’agit. Depuis le début de années cinquante au moins, on sait bien que c’est la guerre ouverte entre ces deux branches du mouvement renaissantiste d’oc. Menée par l’école de Sully-André Peyre, à laquelle appartiennent Mauron et plusieurs de ses amis écrivains — Bonnet, Bonnel, Delavouet, Jean-Calendal Vianès, Millet, Galtier, tous auteurs qui apparaissent d’ailleurs dans le bulletin, la lutte des Mistraliens contre les Occitans est féroce. Il y a bien à un moment une tentative de rapprochement, autour de 1960, le Calen marseillais servant de truchement. On parle de rapprochement graphique, on parle aussi, et de façon d’ailleurs plus efficace au moins un temps, de coordination des efforts. Mais avec quelle réticence Mauron laisse-t-il son ami Rostaing mener l’opération — au nom d’ailleurs du Félibrige, non du Prouvençau à l’escolo ! Le numéro 2 de 1960, dans l’éditorial « Réunion du Bureau » déjà cité, annonce la rencontre entre le Félibrige et l’IEO, mais c’est pour indiquer que l’union ne peut se faire que si les Occitans renoncent à chercher à introduire leur graphie en Provence... Ainsi se creusent des tranchées qui zèbrent encore aujourd’hui le terrain de la revendication en faveur de la langue d’oc en Provence, ainsi se mettent en place des attitudes et des arguments appelés à survivre bien longtemps après la mort de ceux qui les premiers les ont formulés.

23Mais il y a un paradoxe dans cette histoire. Car ces Occitans si décriés, Mauron et ses amis ne les quittent pas des yeux, dans un mélange assez curieux de répulsion et de fascination — d’ailleurs réciproque. Tout se passe en fait comme si les deux mouvements, l’IEO et ce qu’on pourrait appeler la nébuleuse Peyre-Mauron-Jouveau-Rostaing, ne cessaient pendant toutes ces années de se suivre attentivement l’un l’autre, on allait dire, trivialement, de se marquer à la culotte. Un signe parmi tant d’autres ? En mars-avril 1952, le no144-145 de Fe, la revue de René Jouveau, mentionne dans sa rubrique régulière « revisto e journau » le Bulletin Pédagogique de l’Institut d’études occitanes, en l’occurrence son numéro de fin 1951, avec un seul commentaire : « Es uno fueio coume n’en deurian agué uno en Prouvenço. » Quelques mois plus tard paraît justement le premier numéro du Prouvençau à l’escolo, dont la présentation matérielle est d’ailleurs très semblable à celle du bulletin de l’IEO. Coïncidence ou non, la rencontre est parlante, à sa façon. On ne peut pas manquer, de même, de noter que les petits classiques du Prouvençau à l’Escolo répondent, avec un temps de retard, aux petits classiques lancés dès 1952 par l’éditeur Aubanel, avec des collaborateurs comme Claude Liprandi directement lié, lui, au mouvement occitaniste, au point que c’est Aubanel qui republiera en 1962 les morceaux choisis tirés de l’œuvre de son aieul, transcrits cette fois en graphie occitane par Andrée-Paule Lafont. Et plus largement, on voit bien comment l’aile marchante du mistralisme construit méticuleusement tout au long des années cinquante un appareil qui de fait correspond terme à terme à celui que l’occitanisme de l’IEO a bâti de son côté. Face à l’IEO, Institut d’Estudis Occitans, un GEP, Groupamen d’Estùdi Prouvençau. À la revue littéraire Oc correspondront les deux revues Marsyas, celle de Peyre, et Fe, celle de Jouveau. Aux Annales de l’IEO — en français, répond dans la même langue la Revue de Langue et Littérature provençales. Et du coup, le face-à-face entre Bulletin pédagogique de l’IEO et bulletin du Prouvençau à l’escolo prend tout son sens. Un paradoxe entraînant l’autre, on ne peut manquer de remarquer qu’au fond, bien des traits apparentent les deux blocs. Tous deux ont pris leurs distances avec un certain Félibrige — même si certains des membres du groupe Mauron — Peyre sont ou seront majoraux, sinon capouliés. Ce Félibrige, c’est celui qui se contente d’un vague folklore, et d’une revendication intermittente et bonasse, ce que les éléments les plus dynamiques du mouvement ne peuvent plus supporter. Dans les deux camps on trouve des écrivains de valeur, et des intelligences remarquables. Vu sous cet angle, lou Prouvençau à l’escolo apparaît comme un élément d’une démarche plus large, celle d’une volonté de réforme, au sens fort du terme, d’un mistralisme ronronnant. En mettant sur pied une association de professionnels de l’enseignement se consacrant au provençal, Mauron et ses amis essayent de construire l’instrument d’une action menée directement en direction de la société provençale à travers ses enfants, dans le dépassement d’une pratique félibréenne qui se contentait au fond de vivre tranquillement à côté.

24Il s’agit là de quelque chose de radicalement nouveau dans le paysage provençal, et qui se révèlera fécond, fût-ce au prix, toujours à payer aujourd’hui, du refus de la synergie avec le reste du mouvement de défense de la langue d’oc des Alpes aux Pyrénées.

25Cela valait donc la peine de se plonger dans la lecture des productions pédagogiques du Provençau à l’escolo. La valeur de ces productions n’est pas niable. Bien sûr, l’association n’a pu faire que ce que ses moyens, et aussi le cadre institutionnel défini par le Ministère, lui imposaient. Mauron constate lui-même qu’alors que l’objectif premier de l’association était l’école communale rurale, c’est dans le second degré que ses résultats et sa progression sont les meilleurs — or le second degré dans les années 50, et même au début des années soixante, c’est moins de 20 % d’une classe d’âge, et socialement, ces 20 % ne regroupent pas vraiment les enfants de ces campagnes où la langue vit encore. Sur le fond des pratiques pédagogiques, il y aura sans doute intérêt — on nous pardonnera de ne pas l’avoir entrepris — à comparer d’un point de vue plus technique les idées et méthodes défendues par le Prouvençau à l’escolo et le secteur pédagogique de l’IEO. On sait le poids, côté « occitan » — parmi les enseignants du primaire du moins, de l’influence du mouvement Freinet. On peut se demander si elle a été aussi forte parmi les enseignants du versant « provençal ». Ce n’est certes pas Mauron, étranger lui-même au monde de l’enseignement primaire, qui était le mieux placé pour aborder le sujet dans ses éditoriaux — et Charles Rostaing ne l’était pas davantage. Nous ne prétendions pas rendre compte ici de tous les aspects du travail du Prouvençau à l’escolo. Il nous a du moins paru qu’il valait la peine de le prendre en compte dans l’étude plus globale de ce qu’à été l’histoire de l’enseignement de l’occitan. Parce que son apport n’est pas mince.

Haut de page

Notes

1 On renvoie ici, outre aux travaux des autres participants à ce numéro, à ceux d’Hervé Terral, notamment Antonin Perbosc, les langues de France à l’école, Le Canet, Trabucaire, 2006, et aux interviews publiées par la revue Lenga e País d’Òc.

2 Nous nous permettons sur ce point de renvoyer à notre ouvage, L’école française et l’occitan, le sourd et le bègue, Montpellier, PULM, 2007.

3 L’école républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996.

4 On attend donc les résultats des recherches actuelles menées par Yan Lespoux et Michel Lafon.

5 Sur cette genèse, et sur les premiers textes produits par l’association, nous renvoyons au numéro 1 de l’année scolaire 1966-67 du bulletin Lou Prouvençau à l’escolo, et à l’éditorial de Camille Dourguin « Vingtième anniversaire ».

6 Fe, no80-81, novembre-décembre 1946.

7 On note avec intérêt que des arguments assez semblables se retrouveront sous la plume de Charles Rostaing après les évènenents de mai 1968 (cf. Bulletin, no48 et 49).

8 Cf. le numéro spécial du Bulletin consacré en 1966-57 à l’hommage de l’association à son fondateur.

9 Fe, no74-75, mai-juin 1946.

10 Pour mémoire : 481 exemplaires vendus dans le Var, 377 dans le Vaucluse, 135 dans les Basses-Alpes, 61 dans les Hautes Alpes. Outre-Rhône, le Gard et l’Hérault tournent à 39 et 37 exemplaires, autant que le département de la Seine.

11 Nous remercions notre amie Anne-Marie Poggio, nièce de Marie-Rose Poggio, institutrice, membre du Calen et membre fondatrice du Prouvençau à l’escolo, de nous avoir permis de consulter la collection du bulletin de sa création jusqu’au milieu des années soixante-dix.

12 À la même époque d’ailleurs, aussi bien Sully-André Peyre que Mauron ou Jouveau militent pour que les écrivains se lancent dans l’écriture théatrale.

13 On note d’ailleurs que sur le versant « occitan », les pratiques et leur évolution sont assez parallèles.

14 Charles Mauron, « Où en sommes-nous ? » Bulletin, no2 de l’année scolaire 1960-1961.

15 Et on comprend pourquoi Reboul, cofondateur et membre de l’association pourtant, est si peu sollicité pour collaborer au bulletin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Martel, « Une pédagogie pour le provencal : lou prouvencau a l’escolo », Lengas, 65 | 2009, 9-28.

Référence électronique

Philippe Martel, « Une pédagogie pour le provencal : lou prouvencau a l’escolo », Lengas [En ligne], 65 | 2009, mis en ligne le 05 janvier 2016, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lengas/906  ; DOI : 10.4000/lengas.906

Haut de page

Auteur

Philippe Martel

C.N.R.S. IIAC/LAHIC — Université Paul-Valéry

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals