Navigation – Plan du site

Aux origines de la revendication occitaniste en faveur de l’enseignement de la langue d’oc : les propositions du Nouveau Languedoc et d’Occitania

A las originas de la reivindicacion occitanista per l’ensenhament de la lenga d'òc: las proposicions del Nouveau Languedoc e d’Occitania
Yan Lespoux
p. 29-48

Texte intégral

  • 1 La plupart de ces articles sont réunis dans Philippe Martel, L’école française et l’occitan. Le sou (...)

1Si le Félibrige, essentiellement en la personne de son fondateur Frédéric Mistral, l’a déjà initiée sous le Second Empire, la revendication en faveur de l’enseignement de la langue d’oc prend un essor considérable sous la IIIe République, toujours menée par l’association provençale. Il serait sans doute quelque peu laborieux de revenir précisément sur les modalités de cette revendication tout comme sur ses résultats ; c’est pourquoi nous nous contenterons de les survoler rapidement afin de poser notre sujet et renverrons pour plus de précisions le lecteur aux articles de Philippe Martel sur la question1.

  • 2 Cité par Joseph Savinian-Lhermite, « Esclargimen sus la Metodo pèr ensigna lou Prouvençau », Lou Fe (...)
  • 3 In Lou Gal, 11 avril 1920. Cité par René Jouveau, Histoire du Félibrige (1914-1941), 1977, p. 39.

2D’une manière générale, les arguments des défenseurs de la langue d’oc se résument aux points suivants : le bilinguisme naturel est un atout pour les enfants et la proximité de langue d’oc avec la langue française favorise l’apprentissage de cette dernière. Cette théorie est particulièrement développée par Joseph Lhermitte, dit frère Savinien, qui prône l’utilisation de la comparaison raisonnée du provençal et du français au travers d’exercices de thème et de version afin de faire du provençal le « latin des classes primaires du Midi ». Bref, la revendication se trouve singulièrement limitée, et même si certains félibres peuvent parfois faire montre de quelque réticence vis-à-vis de cette vision des choses (Mistral voyant le provençal réduit à « cirer les bottes de son dédaigneux rival2 » ou Léon Teissier accusant Savinien de faire de la langue d’oc « la Cendrillon du dialecte parisien3 »), on peut dire qu’il s’agit là des seuls arguments présentés aux autorités lorsqu’il s’agit de demander officiellement l’entrée de la langue d’oc dans les classes. Cette position tenue par le Félibrige officiel — outre quelques grincements de dents en interne, comme nous venons de le voir — a le don de ne finalement contenter personne. Ministère et inspecteurs tendent à camper sur leurs positions en refusant toute place officielle à la langue dans l’école (même s’ils notent parfois, comme Félix Pécaut dans les Basses-Pyrénées, que l’usage du dialecte local peut aider à l’apprentissage du français) tandis qu’une partie des militants, jeunes et félibres pour la plupart, regrettent la faiblesse de ces revendications.

3Par deux fois, ce désir d’action de la jeunesse va se faire plus particulièrement entendre. En 1892, les jeunes félibres de Paris, Frédéric Amouretti, Auguste Marin, Jules Boissière, Charles Maurras et Marius André, rédigent ou signent un manifeste fédéraliste lu à l’occasion de la réception à Paris du Capoulier Félix Gras. Bien que la pensée fédéraliste ait depuis quelque temps déjà imprégné pour une part les idées du Félibrige, en particulier à la suite des écrits de Louis-Xavier de Ricard, le manifeste crée certaines turbulences au sein de l’association et n’a finalement pas de conséquences pratiques dans l’orientation que prend le Félibrige, dont les idées décentralisatrices restent vagues dans une association qui craint les accusations de séparatisme. Trente après, en 1922, une autre génération de jeunes félibres menée en particulier par Mistral Neveu, Baroncelli-Javon et d’Arbaud, va, sur la tombe du Maître, lire une nouvelle déclaration fédéraliste précédant la création d’un Comité d’action des revendications nationales du Midi, lui-même prélude à la fondation, entre mai et novembre 1923, d’une Ligue de la Patrie Méridionale-Fédération des Pays d’Oc composée de plusieurs commissions chargées d’établir un programme fédéraliste.

4Ces deux manifestes posent bien entendu la question de la place de la langue. Celui de 1892 ne voit que dans le changement politique la possibilité pour la langue d’être librement utilisée :

  • 4 Cité par René Jouveau, Histoire du Félibrige (1876-1914), Nîmes, 1971, p. 189.

C’est pourquoi nous ne nous bornerons pas à réclamer pour notre langue et pour nos écrivains les droits et les devoirs de la liberté ; nous croyons que ces biens ne feront pas notre autonomie politique, ils en découleront4.

5Celui de 1922 demande que le « pays méridional » possède une langue nationale à égalité avec la langue française. C’est donc tout naturellement que la Ligue de la Patrie Méridionale de 1923 se dote d’une commission consacrée à l’enseignement. Celle-ci a en fait été créée le 1er mars 1923 par une équipe des Amis de la Langue d’Oc Paris, parmi laquelle figure notamment Marius André, sous le nom de Ligue pour la Langue d’Oc à l’École, avant d’être intégrée à la Ligue de la Patrie Méridionale. Cette Ligue pour la Langue d’Oc à l’École, animée par un professeur d’espagnol, Jean Bonnafous, est en fait la seule commission de la Ligue de la Patrie Méridionale à avoir eu une réelle existence. En effet, elle agit sans discontinuer de 1923 à 1928, lançant un Appel aux membres de l’Enseignement en faveur de l’entrée de la langue d’oc dans les écoles relayé dans la plupart des journaux et revues régionalistes et dans la presse régionale, recevant l’adhésion (gratuite il est vrai) de plusieurs centaines de personnes (vraisemblablement, d’après les listes publiées et les chiffres avancés à l’époque dans quelques articles, aux alentours de 400 à son apogée). Y figurent un académicien, des doyens de faculté, des inspecteurs de l’enseignement primaire, des membres de l’Institut, des félibres bien sûr (au moins onze majoraux, le Capoulier Marius Jouveau) et de nombreux enseignants qui s’engagent :

  • à ne pas punir les élèves qui parlent patois ;

  • à ne pas leur inculquer le mépris de leur langue ;

  • à comparer le patois avec le français afin de faciliter l’apprentissage de ce dernier et à faire de même avec le latin et d’autres langues lorsque cela est possible ;

  • à expliquer aux élèves que ce patois est une langue de civilisation ;

  • à utiliser la littérature de langue d’oc dans leurs cours ;

  • à faire apprendre et traduire aux élèves des extraits d’auteurs occitans en commençant par ceux issus du même terroir que les élèves si possible.

6La Ligue pour la Langue d’Oc à l’École communique aussi régulièrement par le biais du journal hebdomadaire toulousain d’Ismaël Girard, Oc, et ne cesse durant ces cinq années d’action d’intervenir, avec plus ou moins de bonheur, auprès des différents ministres.

7Si finalement la revendication de la Ligue pour la Langue d’Oc à l’École non seulement est en-deçà du vœu d’une langue nationale édicté par le manifeste de 1922, mais se solde en plus de cela par un échec, il n’en demeure pas moins que son action révolutionne la revendication en matière d’enseignement de la langue. En fait, si elle persiste dans l’argument déjà ancien de l’utilité de la comparaison entre le français et le « patois », vraisemblablement parce qu’il s’agit du plus consensuel et peut-être du plus apte à obtenir satisfaction, elle milite aussi d’une manière nouvelle en créant un véritable mouvement de sympathie envers son action, même si elle pêche en ne l’exploitant que très mal. Enfin, en s’intégrant à la Ligue de la Patrie Méridionale, elle ne se contente pas de porter une revendication isolée, mais l’intègre à un véritable projet de société.

  • 5 « Ce qu’est le “Nouveau Languedoc” », Annales du Nouveau Languedoc, no1, 1930, p. 5.

8Alors que la Ligue pour la Langue d’Oc à l’École prend de l’ampleur et que les thèses fédéralistes et régionalistes s’épanouissent au sein du mouvement en faveur de la langue d’oc, une petite association voit le jour à Montpellier. Là, une dizaine d’étudiants fonde en avril 1928 le Nouveau Languedoc, « société d’action régionaliste5 » dont les premiers objectifs ne semblent pas vraiment sortir des sentiers alors battus par n’importe quelle société régionaliste :

  • 6 Ibid.

Notre groupement cherche d’abord à développer le plus possible chez ses membres l’amour du Languedoc et la connaissance des ressources que possède cette région tant aux points de vue littéraire, linguistique, historique, artistique qu’économique et touristique6.

  • 7 Pierre Grau, « Le Nouveau Languedoc : des corpos aux origines de l’occitanisme contemporain », in V (...)

9Bref, rien ne semble véritablement nouveau sous le soleil du Languedoc. Exaltation de la petite patrie, de sa langue, de sa littérature et de son histoire, respect des traditions, nous sommes bien dans le Midi sous la IIIe République. Comme de bien entendu, la jeune société tend à se placer sous le patronage de Mistral et reçoit le soutien des félibres locaux (Pierre Azéma, Émile Barthe). L’ouverture sur l’activité économique et touristique, bien que timide ainsi que le souligne Pierre Grau7, est sans doute plus riche de promesses en ce qui concerne un éventuel engagement, plus politique, de l’organisation. Ça n’est d’ailleurs sans doute pas un hasard si parmi les personnes remerciées pour leur soutien à la jeune association dans le premier numéro des Annales, Jean Charles-Brun, le chantre du régionalisme français, est le premier cité. Fondé donc par un petit groupe d’étudiants, le Nouveau Languedoc, peu après l’élaboration de ses statuts, manque déjà disparaître. Son action naissante, les ardeurs de ses quelques animateurs, déclinent alors qu’arrivent les examens du mois de juin et les grandes vacances. Une nouvelle impulsion est donnée en novembre lorsque l’un des fondateurs de l’association, Roubleyrolles, associé à un nouveau venu, Jean Lesaffre, décide de réorganiser le groupe et de faire meilleure œuvre de propagande. Les résultats ne se font pas attendre longtemps : un programme de conférences sur des sujets répondant bien aux objectifs du Nouveau Languedoc originel (vie de Mistral, histoire de la Croisade des Albigeois, les troubadours, la chanson d’oc...) attire un auditoire de plus en plus nombreux et de nouveaux membres. On remarque notamment en 1930 l’arrivée de Roger Barthe et Max Rouquette. Si ces noms sont si importants, c’est que l’adhésion de Barthe et de Rouquette ainsi que la présidence de l’association par Lesaffre à partir de 1931 coïncident avec une évolution nette du Nouveau Languedoc qui passe de la corporation étudiante des débuts, édifiée sur le modèle classique de la société régionaliste du Midi, à une organisation nettement plus engagée.

  • 8 Notre Hommage à Mistral, Montpellier, Le Nouveau Languedoc, 1930, 12 p.

10Les fêtes du centenaire de Mistral sont l’occasion pour le Nouveau Languedoc de préciser sa doctrine, au travers notamment des discours prononcés par Jean Lesaffre et Roger Barthe et réunis dans la plaquette Notre Hommage à Mistral8.

  • 9 Ibid., p. 6. (Discours de Jean Lesaffre).

Nous n’allons pas vers Mistral, nous partons de lui et si nous nous tournons vers le passé, c’est pour y puiser des leçons d’énergie et des raisons d’action. Notre régionalisme ne s’efforce pas seulement de maintenir la langue et les traditions, il veut aussi être adapté aux besoins actuels tant économiques qu’artistiques, il veut aussi bien la prospérité matérielle qu’intellectuelle. Nous voulons être des vivants et c’est pour cela que notre groupement s’est appelé « Le Nouveau Languedoc9 ».

11Régionalisme, besoins économiques et artistiques, prospérité matérielle et intellectuelle du Midi, le Nouveau Languedoc n’apparaît plus comme un simple groupement de jeunes étudiants se réunissant pour évoquer les poètes ou l’histoire régionale et faire des excursions dans la région. Il commence à porter une revendication politique.

Nostros revendicacius sou, à quicon proche, aquelos qu’aparo lo felibrige. La pus caro, per nautres, es l’ensignomen de la lengo d’oc dins la [sic] escolos miejournalos. Es uno vertadieiro vergougno de desteta los efants de nostro terro ; es una vertadieiro vergougno de lous empacha de countun de s’abéura à la claro sorgo de nostro lengo... [...]

  • 10 Ibid., p. 10-11 (Discours de Roger Barthe). [Nos revendications sont, à quelque chose près, celles (...)

Nou dirai aici, Moussus, la tieiro de nostros revendicacius. [...] Caldriô trop de tems per espausa nostros ideios subre l’uniu de las prouvinços ouccitanos de Franço e d’Espagno, e tabé sus de reformos admenistrativos, talos que la renissenço ecounoumico e poulitico de las regius naturalos, mai lougicos que las gabios despartamentalos10.

12À l’instar d’autres générations de félibres, et en particulier en référence à celle de 1892, Barthe milite ici en faveur d’un engagement net du Félibrige en matière politique. Si le mot « fédéralisme » n’est pas prononcé, il nous semble bien l’entendre derrière ce discours qui, s’il rappelle l’attachement au Félibrige, critique aussi durement les félibres qui désirent que leur association demeure hors du temps et au-dessus des contingences politiques :

  • 11 Ibid., p. 11-12. [ÊTRE DE SON TEMPS, TOUT EST LÀ. Je connais des félibres qui râlent contre le Prog (...)

ESTRE DE SOUN TEMS, TOUT ES AQUI. Couneissi de felibres que repoutègou contro lou Prougrès : cresi pas m’engana en diguent que sou de michants oubriès del felibrige. Nostre cors, cal que se plègue à las leis naturalos de l’evouluciu. Ana contro l’evouluciu, acô’s uno obro de falourds, de nèscis e de calucs11.

  • 12 « Ce qu’est le “Nouveau Languedoc” », Annales du Nouveau Languedoc, no2, 1931, p. 6.
  • 13 Pierre Grau, op. cit.

13Le numéro de 1931 des Annales du Nouveau Languedoc énonce clairement les idées fédéralistes du groupement qui se réclame à la fois des idées des félibres fédéralistes de 1892, de la déclaration de 1922 et de la « Déclaration de la Ligue fédéraliste française » de Joseph d’Arbaud et Émile Sicard. Un des trois points qui apparaît nécessaire au Nouveau Languedoc pour favoriser la mise en place du fédéralisme en Occitanie, outre la renaissance des libertés communales et la suppression des départements au profit de régions administratives, est « l’introduction de la langue, de l’histoire et de la littérature occitanes dans les établissements primaires et secondaires du Midi12 ». De fait, comme le soulignait Barthe dans son discours du centenaire de Mistral, la question de l’enseignement prend de plus en plus d’importance au sein du Nouveau Languedoc dans la perspective fédéraliste qui est la sienne. Alors que l’association regroupe un nombre croissant d’adhérents (160 en 1931) et de nombreux soutiens, notamment félibréens avec le Capoulier Marius Jouveau et les majoraux Pierre Azéma, Émile Barthe, René Farnier, Jean Fournel, Jean Amade et, bien entendu, Jean Charles-Brun, elle peut intensifier sa propagande à travers des articles dans la presse régionale (L’Éclair, le Petit Méridional, Le Sud), des radio-conférences sur Radio-Béziers, des conférences mensuelles ou des sorties de propagande. Ces diverses actions sont autant de moments offerts pour évoquer la question de l’enseignement. Ainsi Jean Bonnafous, encore secrétaire de la Ligue pour la Langue d’Oc à l’École (et présenté comme tel) bien que cette dernière n’ait plus de réelle activité, participe régulièrement aux conférences de l’année 1931. Des cours de langue et d’histoire régionale sont mis en place, et les Annales insistent lors du compte-rendu de la sortie de propagande effectuée à Fabrègues sur la présence des instituteurs et institutrices (il faut dire que la conférence a lieu dans l’école du village). La conférence de Lunel sert quant à elle à « exposer les doctrines régionaliste et fédéraliste ». L’action, la débauche d’énergie des membres du Nouveau Languedoc, porte ses fruits et l’association devient incontournable, non seulement dans les milieux militants en faveur de la langue d’oc, mais aussi dans le monde estudiantin. Ainsi, 11 des 20 membres du comité directeur de l’Association générale des étudiants de Montpellier (A.G.E.M.) sont des membres du Nouveau Languedoc13. Lors du Congrès des Associations Générales étudiantes de France, on compte 7 membres du Nouveau Languedoc parmi les 10 de la délégation montpelliéraine, ce qui permet, avec le soutien des étudiants bretons et alsaciens, de faire adopter un vœu demandant que :

  • 14 « Le N.L. et l’Association générale des étudiants », Annales du Nouveau Languedoc, no2, 1931, p. 21

dans les facultés où ils sont enseignés, le Provençal et les autres dialectes d’oc puissent être choisis comme seconde langue aux épreuves orales du Certificat d’Études Pratiques de la Licence d’Enseignement des langues vivantes, et comme langue complémentaire du titre de licencié d’histoire, philosophie et lettres pures14.

14Ce congrès, tenu à Caen du 7 au 13 avril 1931, est aussi l’occasion pour les membres du Nouveau Languedoc de se rapprocher des étudiants d’autres universités du Midi et notamment de Toulouse et Marseille. Ainsi, dès cette année 1931, le Nouveau Languedoc adhère à la Ligue Frédéric Mistral, Fédération de la Jeunesse Occitane Fédéraliste, fondée par l’équipe formée par le journal l’Araire autour des Marseillais Charles Camproux, Jòrgi Reboul et Paul Ricard. Dans le même temps se crée à Toulouse le groupement des Estudiants Ramondencs tandis que les effectifs du Nouveau Languedoc ne cessent de croître : on compte 253 adhérents montpelliérains et 52 pour l’antenne parisienne de l’association en 1931-1932. On remarquera d’ailleurs que cette section parisienne reçoit les encouragements du ministre de l’Instruction Publique natif de Sète, Mario Roustan.

15Les quatre numéros des Annales du Nouveau Languedoc (années 1930, 1931, 1932 et 1934) sont les témoins de l’évolution politique de l’association qui, forte de son héritage revendiqué de la pensée mistralienne et de la tradition des félibres fédéralistes languedociens de la Lauseta — Louis-Xavier de Ricard et Auguste Fourès — et de la jeune génération de 1892, revendique de plus en plus ses positions fédéralistes et critique violemment la centralisation. Les Annales du Nouveau Languedoc nous montrent aussi la proximité de l’association avec le catalanisme. Dès ses premières années d’existence, le Nouveau Languedoc se rapproche des étudiants roussillonnais de l’Alzina, chaque association participant régulièrement aux réunions de l’autre. Il est vrai que la situation de la Catalogne fascine les jeunes du Nouveau Languedoc, comme elle a fasciné les générations précédentes. Bonnafous, par exemple, assiste à des conférences du Nouveau Languedoc pour parler de l’exemple qu’offre la Catalogne pour l’Occitanie. Si les jeunes étudiants languedociens se veulent héritiers du Félibrige, nous avons vu qu’ils sont aussi critiques à son égard. Et la Catalogne autonome qui se forme de l’autre côté des Pyrénées suite à la proclamation de la République Catalane en avril 1931 leur apparaît comme un négatif de ce qui se passe en France. Là-bas une union a su se faire, politique, fédéraliste, mais aussi linguistique grâce à la normalisation de la langue par Pompeu Fabra et Anton Griera ; tout ce que le Félibrige n’a pas su faire et — encore occupé par les divisions entre le Félibrige provençal et les « hérétiques » de l’Escòla Occitana tandis que les Gascons de l’Escolo Gastou Febus, bien qu’actifs, s’isolent du mouvement — ne semble pas pouvoir faire, faute d’une volonté suffisante de ses dirigeants.

16Fédéralime, catalanisme, exaspération grandissante vis-à-vis d’un Félibrige jugé trop mou rapprochent les jeunes du Nouveau Languedoc et de l’Araire qui, avec dans une moindre mesure les Estudiants Ramondencs, participent après la création de la Ligue Frédéric Mistral en 1931, à la fondation d’un organe de presse destiné à relayer les opinions de cette fougueuse jeunesse occitane fédéraliste : Occitania.

17Cinq ans durant, de 1934 à 1939, Occitania s’emploie à faire passer les idées fédéralistes et laisse une place conséquente à la question de l’enseignement. Dès le deuxième numéro de la revue, on trouve en exergue, à gauche du nom du journal, les phrases suivantes :

  • 15 Occitania, no2, 7 avril 1934. [Au Baccalauréat, on peut présenter l’Arabe, le Finlandais, l’Estonie (...)

Al Bacalaureat se podon presentar l’Arab, lo Finlandes, l’Estonian, etc. La lenga de Mistral, la lenga d’un pople de 11 milions d’omes, la lenga nostra, la coneisson pas ! Sariam-ti mens respectables qu’aquestis15 ?

  • 16 « Octobre ! Entrada de las Escolas — Als Joves Occitans », Occitania, no8, 7 octobre 1934. [Tu sais (...)

18Si les articles d’Occitania prennent souvent un ton polémique comme ce texte « Als Joves Occitans » (« Sabes que d’amont, an levat totas las libertats del poble que n’en sias [...] Sabes que los libres obficials volon faire de tu un desmamat, un renegat de sa terra, un amirator e un lipador de la Civilisacion de Paris16 »), l’association des Amis d’Occitania sous l’impulsion notamment de Charles Camproux et Lesaffre est aussi un organe de réflexion important qui essaie d’envisager le futur d’une Occitanie insérée à un État fédéralisé.

  • 17 « Ce qu’est le “Nouveau Languedoc” », Annales du Nouveau Languedoc, no2, 1931, p. 6.

19La première étape a été en 1934 la rédaction du « programme minimum de Lunel » qui tient en quatre points et qui reprend les points énoncés en 1931 par le Nouveau Languedoc17 :

  1. Une place pour la langue d’oc à tous les degrés de l’enseignement ;

  2. la réorganisation de la commune et l’attribution à celle-ci d’un pouvoir véritable ;

  3. l’organisation administrative de la région dans le cadre de la région économique ;

    • 18 Guilhem Lesaffre. Archives de Jean Lesaffre. Jean Lesaffre, « Rapport présenté au nom de la “commis (...)

    l’organisation d’un Conseil général des Pays d’Oc, d’intérêt inter-régional, dans le cadre de l’État fédéral français18.

20On retrouve là les points concernant l’administration communale et régionale mis en avant par le Nouveau Languedoc, à la différence notable que le point sur l’enseignement, qui était le dernier de la liste de 1931 est ici placé en tête des conditions nécessaires à la mise en place d’une Occitanie fédéralisée.

  • 19 Sur la pensée de Camproux, on se reportera avec profit à l’article de Philippe Martel, « Charles Ca (...)

21En décembre 1935, à Narbonne, est élaboré le « programme occitaniste de base » qui énonce les principes qui doivent guider les revendications des Amis d’Occitania. Ce programme édicte avant tout des principes fédéralistes dont l’inspiration vient très certainement de ceux préconisés par Camproux dans son recueil d’articles Per lo camp occitan, paru la même année, notamment en ce qui concerne l’idée d’un fédéralisme qui ne se cantonnerait pas à l’hexagone mais s’étendrait à toute l’Europe, voire au monde19. L’Occitanie trouverait bien entendu sa place dans ce système, tout comme sa langue :

  • 20 « Programa occitanista basic », Occitania, no22, 7 décembre 1935. [La politique occitane, selon les (...)

La politica occitana, segón los principis sus-enonciats, aurà per toca de rendre al poble occitàn las libertats politicas, administrativas e linguisticas que li son degudas. [...]
La libertat linguistica serà reconeguda a las provincias occitanas ; la lenga d’Oc serà ensenhada dins las escolas e emplegada dins los actes publics e sul meteis pe que lo francés20.

  • 21 Guilhem Lesaffre. Archives de Jean Lesaffre. Jean Lesaffre, « Rapport présenté au nom de la “commis (...)
  • 22 Ibid., p. 9.

22Le 4 octobre 1936, à Béziers, une réunion décide de la constitution de trois commissions (commission administrative, commission économique et financière et commission culturelle) « chargées d’établir respectivement un rapport détaillé sur la façon de réaliser une autonomie occitane, des points de vue administratif, judiciaire, économique, financier, culturel21 ». Parmi ces commissions, la commission administrative, dont le rapporteur est Jean Lesaffre se doit d’aborder le sujet de l’enseignement. Un « enseignement standard dont les programmes sont fixés à et par Paris22 » sans se soucier des conditions locales et dont la commission voudrait qu’il dépende plutôt des institutions locales sur le modèle des anciens « pays d’États » comme ceux du Languedoc qui pouvaient créer des universités et des écoles, et dans lesquels les villes et villages avaient la charge des collèges et des écoles primaires, y compris pour ses dernières en ce qui concernait le recrutement des instituteurs. Mais c’est plus particulièrement la commission culturelle qui se charge de la question de l’enseignement de la langue d’oc. Alors que la commission administrative se trouve par nature présenter un projet quelque peu illusoire puisqu’il ne semble pas que, malgré l’agitation sociale et politique des années 1930, la République française se soit jamais trouvée en passe de devenir une fédération de régions, la commission culturelle s’attache en ce qui concerne l’enseignement à proposer un projet fondé sur la situation réelle de l’enseignement de la langue d’oc à ce moment précis et qu’il serait donc possible de mettre en place quel que soit le système de gouvernement du pays.

  • 23 « Pèr l’ensignamen de la lengo d’o », Calendau, no59, novembre 1937, p. 343-347.

23C’est Charles Camproux qui se charge de la rédaction de ce rapport publié dans la revue Calendau23 et qui prend la forme d’une pétition assortie d’un « projet de règlement instituant l’enseignement de la langue d’oc ». La Ligue pour la Langue d’Oc à l’École, à sa création, entendait répondre par son action à l’inertie des pouvoirs publics. Jean Bonnafous s’était appuyé sur les débats qui avaient eu lieu à la Chambre des Députés en 1922, globalement favorables à la langue d’oc, durant lesquels le ministre Léon Bérard s’était mis en retrait en annonçant que si le problème était passionnant, la solution quant à elle, était difficile à trouver. En fait, Bonnafous avait en quelque sorte acculé le ministère à reconnaître la Ligue en mettant en avant le fait que, comme l’avait sans doute sous-entendu Bérard, il s’agissait pour les militants de prendre les affaires en main afin de décharger le ministère accablé de besogne. De la même manière, Camproux n’entend pas polémiquer avec le ministère mais propose de lui remettre un programme « clé en main » tenant compte des arguments ministériels qui ont jusqu’alors servi à refuser la mise en place d’un enseignement de la langue d’oc. Ainsi, deux points importants allant dans ce sens apparaissent dans la pétition qui tient lieu de préambule au projet de règlement. Le premier, sans nouveauté, est l’argument selon lequel l’apprentissage de la langue d’oc ne peut que favoriser celui du français ainsi que du latin et des autres langues romanes. Le second répond à l’argument développé par le ministre Marraud en 1929 selon lequel l’apprentissage de la langue d’oc, pour aussi important qu’il fut, ne pouvait qu’ajouter à la surcharge des programmes ; argument réutilisé en 1936 par Jean Zay en réponse à un vœu du Calen de Jòrgi Reboul concernant l’enseignement du provençal. Camproux propose donc un enseignement qui s’emploierait à éviter toute augmentation de la charge de travail des élèves. Comment ? Tout simplement en prenant du temps sur les autres matières et en particulier sur l’enseignement du français. Les deux points sont étroitement liés dans le paragraphe destiné à l’enseignement du premier degré :

l’enseignement de la langue d’oc dans les écoles primaires sera conçu de façon à n’apporter aucun changement dans les horaires.

[...] le maître se contentera de consacrer une demi-heure par semaine de son horaire ordinaire de français, à la lecture expliquée d’un texte de langue d’oc, et une demi-heure supplémentaire par mois à la récitation de textes expliqués. [...]

  • 24 Ibid., p. 345.

Ces dispositions n’empêcheront point le maître de faire de nombreux rapprochements entre la langue d’oc et la langue française, dans le but de faciliter l’enseignement du vocabulaire et des règles propres à la langue nationale24.

24De la même façon, deux heures mensuelles seraient prises sur les horaires de français pour dispenser un cours de langue d’oc dans les Écoles Normales.

25D’autres arguments entrent en ligne de compte pour Camproux. Il insiste ainsi sur l’utilité de la langue dans l’assimilation sans heurt des travailleurs italiens ou espagnols qui viennent s’installer dans le Midi. Mais l’idée qui est véritablement mise en avant dans cet argumentaire est bien plus simple : on ne peut refuser à plusieurs millions de citoyens français le droit de parler leur langue, une langue de civilisation dotée d’une littérature riche. Car il ne faut pas oublier que c’est là l’objectif d’Occitania et de Camproux à travers leur doctrine fédéraliste : respecter les droits essentiels des peuples et en premier lieu celui qu’ils ont de parler leur langue et de faire vivre leur culture. On voit alors comment la revendication évolue. Non seulement l’apprentissage du français n’est plus l’argument principal, mais en plus on pourrait rogner sur les horaires de ce dernier pour favoriser l’introduction de la langue d’oc dans les cours. De même, contrairement à ce qui a été fait majoritairement depuis les années 1920, par le Félibrige comme par la Ligue pour la Langue d’Oc à l’École, la revendication ne se cantonne plus à demander l’autorisation d’utiliser la langue d’oc mais envisage que cet enseignement soit même sanctionné aux examens à tous les niveaux de l’enseignement.

  • 25 Ibid., p. 345.

26Bien entendu, les demandes des Amis d’Occitania peuvent sembler démesurées en comparaison avec ce qui a jusqu’alors été fait. Toutefois, elles sont empreintes d’un certain pragmatisme. Camproux ne se fait pas d’illusions sur la situation de la langue d’oc. Il sait que les revendications ne peuvent à la fois faire valoir un argument mettant en avant le fait que les programmes ne seront pas alourdis et proposer un enseignement complet de la langue, ce qu’il désigne comme un « enseignement dogmatique et grammatical » ; c’est pourquoi il ne peut en premier lieu s’agir que d’un enseignement « de culture », plus général et touchant tout aussi bien la langue proprement dite que le folklore régional ou l’histoire et la géographie locales. Toujours avec prudence, Camproux se garde de demander sans autre forme de procès un enseignement généralisé. Il prend donc soin de préciser que « cet enseignement sera institué dans chaque ressort d’inspection académique où l’existence d’un patrimoine en langue d’oc le légitimera », ajoutant qu’il « appartient aux Sociétés et personnalités locales de faire connaître et valoir ce patrimoine auprès de l’Inspection Académique qui demeure juge de son introduction25 ». Sans doute compte-t-il sur un « effet boule de neige » : si son projet était accepté, il serait possible, avec l’appui des sociétés locales et notamment des groupements félibréens et occitanistes (la Societat d’Estudis Occitans est créée en 1936) de faire une propagande suffisante pour recruter à la fois des sympathisants aptes à faire pression localement sur les instances politiques (communes, conseils généraux) et administratives (inspections d’académies, rectorats) et des enseignants prêts à soutenir un tel enseignement. Or, pour les jeunes militants d’Occitania, c’est bien cette union dans la propagande qui fait défaut au mouvement de défense de la langue d’oc, Jean Lesaffre le note en 1936 :

[...] il faut que les écoles félibréennes et les groupements régionalistes consentent enfin à lier leurs efforts, à se soumettre à un plan d’ensemble inspiré des exemples déjà fournis [...].

  • 26 Jean Lesaffre, « Le Nouveau Languedoc — Pour un enseignement occitan », le Petit Méridional, 9 mars (...)

Les bonnes volontés ne manquent certes pas. Le tout est de savoir les utiliser, les coordonner, les diriger — et aussi de ne pas les décourager26.

27Vaste programme en vérité pour un mouvement dans lequel les écoles félibréennes tendent souvent à s’opposer (Escòla Occitana et Escolo Moundino à Toulouse) ou à s’isoler (Escolo Gastou Febus en Béarn), et où la montée de l’occitanisme suscite des tensions entre ce mouvement et le Félibrige. Les jeunes à l’origine d’Occitania ont pourtant bien des raisons d’espérer puisqu’ils reçoivent aussi bien l’appui d’une partie du Félibrige que celle des occitanistes et qu’ils forment eux-mêmes un groupe dont les sensibilités personnelles, du sympathisant de l’Action Française qu’est Lesaffre à l’homme d’extrême-gauche qu’est Reboul en passant par le socialiste et très opposé au Félibrige Max Rouquette ou Charles Camproux plus proche des démocrates chrétiens, bien que différentes ont su coexister dans la poursuite d’un objectif commun supérieur. Là encore l’exemple catalan revêt sans doute une grande importance. Tout comme celui de la Bretagne d’ailleurs, que Jean Lesaffre met au premier plan en 1939.

  • 27 Guilhem Lesaffre. Archives de Jean Lesaffre. Jean Lesaffre, « Valeur de la langue d’oc dans la cult (...)
  • 28 Ibid., p. 3. Rappelons que pour les pan-occitanistes de l’époque le catalan est considéré comme l’u (...)
  • 29 Ibid., p. 14.

28En effet, deux ans après les rapports des commissions des Amis d’Occitania et en particulier celui de Charles Camproux, force est de constater qu’aucun progrès n’a été fait. Jean Lesaffre en fait l’amer constat lors du congrès d’Occitania qui se tient le 10 avril 1939 à Allauch, près de Marseille. Dans son rapport sur la « Valeur de la langue d’oc dans la culture populaire27 » il présente les qualités intrinsèques de la langue d’oc dont il rappelle qu’elle sert encore de moyen d’expression et qu’elle « a trouvé son plein épanouissement de l’autre côté des Pyrénées28 » avant d’évoquer la question de l’enseignement et la responsabilité des Occitans dont le devoir est de « réclamer pour la préservation et la conservation de leur langue son entrée dans les écoles et collèges de leurs provinces29 ». Tout cela s’accompagne bien entendu de l’argumentaire minimum du militant occitan de l’époque (et sans doute même, peut-être dans une moindre mesure, actuel) : utilité de la langue d’oc pour aider à l’apprentissage du français, et citations de Camille Jullian et de Jean Jaurès (in extenso). Pour faire bonne figure, il s’agit d’ajouter à cela l’exemple frappant — qu’Occitania évoquait déjà dans son deuxième numéro, comme nous l’avons vu — des décrets et autorisations accordant dans l’enseignement aux langues des colonies ou à l’esperanto des droits supérieurs à ceux de la langue d’oc.

29Lesaffre finit par en appeler à l’exemple breton avec en particulier celui de l’association Ar Brezoneg er Skol. Celle-ci publie en 1939 une brochure destinée à faire connaître ses revendications et son action, en particulier depuis la proposition de loi présentée en mars 1936 par le député du Finistère Pierre Trémintin. Cette loi demande l’introduction du bilinguisme dans les écoles primaires rurales de Basse-Bretagne, et de cours facultatifs dans les écoles primaires urbaines, primaires supérieurs, établissements du second degré et de l’enseignement supérieur, ainsi que l’introduction du breton dans la liste des langues pouvant être présentées au baccalauréat. Depuis le dépôt de cette proposition, par une campagne de propagande intensive, l’association a réussi à faire adopter un vœu relatif à l’enseignement du breton par toutes les sociétés savantes bretonnes, divers organismes civils comme des Chambres d’Agriculture ou de Commerce, par 346 conseils municipaux, par les conseils généraux du Finistère, des Côtes-du-Nord et du Morbihan, par le groupe des parlementaires bretons et pour finir, suite à un rapport présenté par l’abbé Desgranges, par la Commission de l’Enseignement de la Chambre des Députés. Pour obtenir de tels résultats, Ar Brezoneg er Skol a organisé une grande campagne de presse, d’affichage, de distribution de tracts... afin de gagner à sa cause la population bretonne.

  • 30 Ibid., p. 38.

30« En Occitanie, de tels résultats ne seront obtenus qu’au prix d’une telle action » écrit Jean Lesaffre30. Mais il reste toutefois lucide sur la situation occitane. C’est pourquoi il n’esquive pas le problème des divisions existant dans le Midi. Alors que Camproux éludait quelque peu la question des dialectes, de la graphie et des manuels scolaires, Lesaffre l’aborde clairement. Pour lui, si Camproux s’est borné à demander un enseignement « de culture », par opposition à un « enseignement dogmatique et grammatical », c’est justement à cause de ces problèmes. La diversité dialectale et l’absence d’une graphie unique (au moins pour chacun des dialectes) empêchent la réalisation des manuels scolaires qui seraient nécessaires à la mise en place d’un enseignement systématique de la langue. Pourtant Lesaffre estime ces réformes :

  • 31 Ibid., p. 28.

non seulement possibles mais nécessaires, car de leur réalisation dépend pour une large part l’introduction dans nos écoles et collèges de cet enseignement dogmatique et grammatical de la langue d’oc, qui doit être l’objectif final de nos revendications linguistiques31.

31Bref, il appelle à l’union des militants en faveur de l’enseignement de la langue d’oc. Il revient pour cela sur l’histoire et l’échec de la Ligue pour la Langue d’Oc à l’École avec des mots assez durs :

  • 32 Ibid., p. 44-45.

[...] la campagne entreprise en resta là, et, dans les milieux occitanistes, on se remit à proclamer avec une énergie toute verbale les droits de notre langue, sans essayer de faire vivre la « Ligue », de coordonner des activités, nombreuses certes, mais éparpillées sur tout le territoire d’oc. Il y aurait long à dire sur l’état d’anarchie dans lequel ont toujours semblé se complaire nos écoles félibréennes et groupements occitans32...

32S’il reconnaît l’importance du travail du Nouveau Languedoc, d’Occitania, du Félibrige et de tous ceux qui œuvrent en faveur de l’enseignement de la langue d’oc comme le Collège d’Occitanie, Lesaffre ne peut que déplorer l’absence de plan d’ensemble qui engendre une déperdition d’énergie et un manque de cohérence dans les actions entreprises. C’est pourquoi il émet le vœu que la Ligue pour la Langue d’Oc à l’École soit reconstituée au plus tôt et, pour conclure, met l’accent sur la nécessité d’organiser une propagande concertée et efficace :

  • 33 Ibid., p. 49.

Il faut bien se persuader que cet enseignement, nous ne l’obtiendrons que si nous consentons enfin à d’abord « orchestrer » nos revendications, à faire ensuite de celles-ci autre chose qu’un thème d’articles de revues félibréennes, de brindes ou de compositions littéraires33.

33Ces propositions sont toutefois destinées à demeurer à l’état de vœux pieux. Rattrapés par les événements quelques mois après ce rapport, une partie des membres d’Occitania, à commencer par Camproux et Lesaffre, sont mobilisés et seront faits prisonniers par les Allemands. Et quand bien même, auraient-ils vraiment pu réussir à mettre en place un programme aussi ambitieux et à réaliser pour cela l’union entre le Félibrige et l’occitanisme ? C’était sans doute beaucoup demander à un mouvement hétérogène dont les différentes composantes tendent bien souvent à camper sur leurs positions, et notamment en ce qui concerne la question de la graphie. Sans doute aussi trop marqués par l’exemple des « frères » catalans ou des Bretons, les jeunes occitans d’Occitania ont peut-être sous-estimé la force d’inertie d’un mouvement s’étendant sur une aire géographique où la conscience de l’unité est encore bien faible. De fait, on peut remarquer que si les membres d’Occitania ont milité pour une politique unitaire concernant l’enseignement, ils n’ont jamais mis en place qu’une seule association dont le champ d’action est limité, puisqu’il s’agit de la Commission Permanente de l’Enseignement Provençal.

34Si le programme élaboré pour l’enseignement semble plus proche de la réalité que celui qui a pu être envisagé par la commission administrative sur la future fédération des provinces occitanes, il n’en demeure pas moins qu’il lui manque l’essentiel. En effet, il s’agit avant tout d’un projet administratif et politique et il n’est accompagné de quasiment aucune réflexion pédagogique concernant la mise en place d’un tel enseignement si l’on exclut l’argument mille fois rebattu de la langue d’oc comme auxiliaire du français.

35Bien entendu, la guerre ne va pas arrêter complètement le mouvement, d’autant plus que la quasi-totalité de l’Occitanie se trouve en zone libre, sous l’autorité du régime de Vichy. La revendication va donc continuer en direction de l’État français qui, dans ses premières années, par sa politique de valorisation des régions, de soutien au corporatisme et au retour à la terre va séduire la majeure partie du mouvement.

36Mais l’action menée par le Nouveau Languedoc puis par Occitania a des conséquences plus lointaines. Peut-être moins fougueux, avec des opinions moins tranchées, plus pragmatiques on retrouve les personnages qui ont fait cette histoire après-guerre. Là, forts de l’apprentissage militant qu’ils se sont eux-mêmes donné dans les années 1930, ils participent à la création de l’Institut d’Estudis Occitans en 1945. On les retrouve encore dans la période d’élaboration de la loi Deixonne. Nulle surprise à voir surgir dans ce combat essentiel pour les langues régionales les noms de Jean Lesaffre, Charles Camproux, Max Rouquette, Jòrgi Reboul ou du correspondant bordelais d’Occitania, Pierre-Louis Berthaud. Le Nouveau Languedoc et Occitania n’ont pas réussi à faire changer de position vis-à-vis de l’enseignement de la langue d’oc les gouvernements des années trente mais ils ont posé une partie des bases de l’occitanisme moderne. Ils ont constitué un vivier essentiel de militants dévoués à la cause et compétents qui ont su faire sortir la revendication des carcans félibréens ou occitanistes dans lesquels elle était enfermée, réalisant une union fragile mais essentielle entre des mouvements souvent opposés afin d’aboutir à des réalisations concrètes.

Haut de page

Bibliographie

Laurent Abrate, 1900/1968. Occitanie des idées et des hommes, l’émergence et l’histoire de la revendication occitane, Institut d’Estudis Occitans, coll. « Textes et documents », 2001, 622 p.

Pierre Grau, « Le Nouveau Languedoc : des corpos aux origines de l’occitanisme contemporain », in VIIe Centenaire des Universités de l’Académie de Montpellier, Montpellier, Université Montpellier 1, 1992, p. 107-109.

René Jouveau, Histoire du Félibrige, Nîmes, 1970 et 1977, respectivement 514 et 401 p.

Robert Lafont, La revendication occitane, Paris, Flammarion, coll. L’histoire vivante, 1974, 324 p.

Philippe Martel, L’école française et l’occitan. Le sourd et le bègue, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, Coll. É.T.O.I.L.L. — Études occitanes, no2, 2007, 190 p.

Philippe Martel, « Charles Camproux, un non-conformiste des années 30 en occitan ? », Lengas, no53, 2003, p. 33-56.

Nouveau Languedoc, Notre Hommage à Mistral, Montpellier, Le Nouveau Languedoc, 1930, 12 p.

Sources consultées

Revues

Annales du Nouveau Languedoc

Calendau

Oc

Occitania

Fonds consulté

Guilhem Lesaffre. Archives de Jean Lesaffre.

Haut de page

Notes

1 La plupart de ces articles sont réunis dans Philippe Martel, L’école française et l’occitan. Le sourd et le bègue, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, Coll. É.T.O.I.L.L. — Études occitanes, no2, 2007, 190 p.

2 Cité par Joseph Savinian-Lhermite, « Esclargimen sus la Metodo pèr ensigna lou Prouvençau », Lou Felibrige, No10, janvier-mars 1919, p. 12. [cira li boto de soun desdegnous rivau].

3 In Lou Gal, 11 avril 1920. Cité par René Jouveau, Histoire du Félibrige (1914-1941), 1977, p. 39.

4 Cité par René Jouveau, Histoire du Félibrige (1876-1914), Nîmes, 1971, p. 189.

5 « Ce qu’est le “Nouveau Languedoc” », Annales du Nouveau Languedoc, no1, 1930, p. 5.

6 Ibid.

7 Pierre Grau, « Le Nouveau Languedoc : des corpos aux origines de l’occitanisme contemporain », in VIIe Centenaire des Universités de l’Académie de Montpellier, Montpellier, Université Montpellier 1, 1992, p. 107-109.

8 Notre Hommage à Mistral, Montpellier, Le Nouveau Languedoc, 1930, 12 p.

9 Ibid., p. 6. (Discours de Jean Lesaffre).

10 Ibid., p. 10-11 (Discours de Roger Barthe). [Nos revendications sont, à quelque chose près, celles que défend le félibrige. La plus importante, pour nous, est l’enseignement de la langue d’oc dans les écoles méridionales. C’est une véritable honte que de sevrer les enfants de notre terre ; c’est une véritable honte que de les empêcher de s’abreuver à la source claire de notre langue... [...] Je ne dirai pas ici, Messieurs, la liste de nos revendications. [...] Il faudrait trop de temps pour exposer nos idées sur l’union des provinces occitanes de France et d’Espagne, et aussi à propos des réformes administratives, telles que la renaissance économique et politique des régions naturelles, plus logiques que les cages départementales.]

11 Ibid., p. 11-12. [ÊTRE DE SON TEMPS, TOUT EST LÀ. Je connais des félibres qui râlent contre le Progrès : je ne crois pas me tromper en disant que ce sont de mauvais ouvriers du félibrige. Notre corps doit se plier aux lois naturelles de l’évolution. Aller contre l’évolution, c’est une œuvre d’imbéciles, de nigauds et de fous].

12 « Ce qu’est le “Nouveau Languedoc” », Annales du Nouveau Languedoc, no2, 1931, p. 6.

13 Pierre Grau, op. cit.

14 « Le N.L. et l’Association générale des étudiants », Annales du Nouveau Languedoc, no2, 1931, p. 21.

15 Occitania, no2, 7 avril 1934. [Au Baccalauréat, on peut présenter l’Arabe, le Finlandais, l’Estonien, etc. La langue de Mistral, la langue d’un peuple de 11 millions d’hommes, notre langue, ils ne la connaissent pas ! Serions-nous moins respectables que ceux-là ?]

16 « Octobre ! Entrada de las Escolas — Als Joves Occitans », Occitania, no8, 7 octobre 1934. [Tu sais que de là-haut, ils ont ôté toutes les libertés au peuple auquel tu appartiens [...] Tu sais que les livres officiels veulent te sevrer, faire de toi un renégat de sa terre, un admirateur friand de la Civilisation de Paris.]

17 « Ce qu’est le “Nouveau Languedoc” », Annales du Nouveau Languedoc, no2, 1931, p. 6.

18 Guilhem Lesaffre. Archives de Jean Lesaffre. Jean Lesaffre, « Rapport présenté au nom de la “commission d’études administratives” au congrès des “Amis d’Occitania” (Montpellier — 31 octobre 1937) », p. 4.

19 Sur la pensée de Camproux, on se reportera avec profit à l’article de Philippe Martel, « Charles Camproux, un non-conformiste des années 30 en occitan ? », Lengas, no53, 2003, p. 33-56.

20 « Programa occitanista basic », Occitania, no22, 7 décembre 1935. [La politique occitane, selon les principes énoncés ci-dessus, aura pour tâche de rendre au peuple occitan les libertés politiques, administratives et linguistiques qui lui sont dues. [...] La liberté linguistique sera reconnue aux provinces occitanes ; la langue d’oc sera enseignée dans les écoles et employée dans les actes publics, et sur un pied d’égalité avec le français.]

21 Guilhem Lesaffre. Archives de Jean Lesaffre. Jean Lesaffre, « Rapport présenté au nom de la “commission d’études administratives” au congrès des “Amis d’Occitania” (Montpellier — 31 octobre 1937) », p. 7.

22 Ibid., p. 9.

23 « Pèr l’ensignamen de la lengo d’o », Calendau, no59, novembre 1937, p. 343-347.

24 Ibid., p. 345.

25 Ibid., p. 345.

26 Jean Lesaffre, « Le Nouveau Languedoc — Pour un enseignement occitan », le Petit Méridional, 9 mars 1936.

27 Guilhem Lesaffre. Archives de Jean Lesaffre. Jean Lesaffre, « Valeur de la langue d’oc dans la culture populaire », 50 p.

28 Ibid., p. 3. Rappelons que pour les pan-occitanistes de l’époque le catalan est considéré comme l’un des dialectes d’oc.

29 Ibid., p. 14.

30 Ibid., p. 38.

31 Ibid., p. 28.

32 Ibid., p. 44-45.

33 Ibid., p. 49.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yan Lespoux, « Aux origines de la revendication occitaniste en faveur de l’enseignement de la langue d’oc : les propositions du Nouveau Languedoc et d’Occitania », Lengas, 65 | 2009, 29-48.

Référence électronique

Yan Lespoux, « Aux origines de la revendication occitaniste en faveur de l’enseignement de la langue d’oc : les propositions du Nouveau Languedoc et d’Occitania », Lengas [En ligne], 65 | 2009, mis en ligne le 06 janvier 2016, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lengas/907  ; DOI : 10.4000/lengas.907

Haut de page

Auteur

Yan Lespoux

Doctorant, université de Pau, ITEM (Identités, Territoires, Expressions, Mobilités)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals