Navigation – Plan du site

La Langue d’oc et l’école dans le Journal de l’Aveyron : 1900-1944

La lenga d'òc e l'escòla dins lo Journal de l’Aveyron : 1900-1944
Michel Lafon
p. 49-116

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Si au cours du xixe siècle la langue d’oc est parfois présente dans la presse aveyronnaise, c’est pour apparaître dans quelques poèmes, chants (quelques Noëls notamment) ou sermons, ou bien pour faire l’objet d’études savantes en français de la part de philologues ou de linguistes comme celles du millavois Léopold Constans et du ruthénois M. Durand de Gros par exemple. Dès le début de la première moitié du xxe siècle, elle affirme nettement sa présence en tant que langue dans Le Journal de l’Aveyron que nous allons étudier. D’autres hebdomadaires existent en ce xxe siècle : L’Écho de l’Aveyron depuis le 01-04-1845, La Glaneuse et Le Narrateur sur Villefranche de Rouergue, L’Écho de la Dourbie sur Millau, Le Bulletin d’Espalion pour le Nord Aveyron ou L’Abeille Aveyronnaise dans le Saint-Affricain. La Gazette du Rouergue parut de 1832 à 1835.

2Pourquoi avoir choisi Le Journal de l’Aveyron ? Alors que les autres parutions ne concernent que des portions du territoire départemental, cet hebdomadaire existe depuis la Révolution de 1789. Le premier numéro paraît le 1er nivôse an V, (21 décembre 1796).

3C’est celui qui touche le plus de population. Il publie les articles des autorités aveyronnaises civiles, politiques, religieuses et militaires, ainsi que de très nombreuses études menées dans différents domaines : histoire, géographie, géologie, agriculture, littérature, poésie et autres secteurs concernant la vie départementale. Sur quatre, huit ou douze pages suivant les périodes (bi-hebdomadaire parfois ou seulement sur deux pages en petit format dans les moments de pénurie), il offre un reflet assez complet de la vie rouergate sous ses différents aspects. D’autre part certaines de ses informations sont reprises par les publications locales. Concernant la langue d’oc c’est, et de très loin, celui qui fait le plus gros effort de publication de textes et d’analyses.

4Dès 1835, dans le numéro du 25 juillet, M. Girou de Buzareingues écrit :

Il faut marcher avec son siècle et je suis loin de blâmer le dessein d’enseigner le français aux habitants des campagnes. Le besoin d’une langue commune à tous les français, et bientôt peut-être à toutes les nations, est trop facile à comprendre pour que je le méconnaisse. Mais il serait fâcheux que les divers idiomes tombassent dans un entier oubli. C’est un avantage aussi d’avoir une langue particulière, à laquelle se rattachent des mœurs locales, c’est-à-dire des mœurs, car il n’y en a que de telles. Que l’habitant des campagnes conserve son patois, afin qu’il n’oublie pas ses pères, leurs sentences, leurs proverbes, et qu’il comprenne et sente ce que sentirent ses aïeux ; afin qu’il reconnaisse ses compatriotes en pays étranger ou ennemi, afin qu’il possède quelques notions endémiques, quelques habitudes propres qui l’enchaînent au sol qui le porte et le nourrit.

5Le besoin de conserver la langue locale est affirmé même s’il s’agit, par son intermédiaire, de se référer au passé, de retrouver ses racines, plutôt que d’entrer de plain- pied dans l’avenir avec, et grâce à la langue du peuple. Cette façon d’aborder la question de la langue est récurrente tout au long de la première moitié du xxe siècle que nous étudions.

La langue d’oc présente sous différents aspects

6En 1901, les réponses de l’ex capucin François Chabot de Saint-Geniez d’Olt au questionnaire de l’abbé Grégoire sur les patois sont intégralement publiées. En 1902 paraît une série d’articles d’Antonin Perbosc intitulés « Traditionnalisme ». Dès le début du siècle, 1900-1904, l’occitan affirme une forte présence sous forme de nombreuses devinettes, d’historiettes tirées des œuvres de Justin Bessou et tout d’abord de ses Besucarietos. Certes le curé de Saint-Salvadou a bien rappelé dans l’avant-propos de son livre que le « patois » est de souche ou de branche latine, tantôt fils, tantôt père, tantôt frère du latin et que son ouvrage est celui du pays, de tous les nôtres, de tout le monde du Rouergue. Mais il rappelle son objectif :

Me resto à bous fa beire que lou rire del pople se pot pas delarga que dins sa lengo. Aquelo rasso de rire es patouès pur sang.

[Il me reste à vous démontrer que le rire du peuple ne peut vraiment se dévoiler que dans sa langue. Cette race de rire est patois pur sang.]

7Ces historiettes sur 15, 20 ou 50 lignes de journal parfois sur une colonne entière, ces « petites bêtises », devinettes et proverbes sont restés dans la conscience populaire aveyronnaise et, entre autres, ont fait la réputation de l’abbé. Mais, ainsi divulgués, ont aussi contribué à associer la langue du pays à l’idée de langue de la galéjade et des plaisanteries.

8Présentant la publication des Besprados de l’ouncle Polito, le directeur du Journal de l’Aveyron Émile Carrère précise :

Souvenirs d’enfance, nous avons tous connu un « Oncle Polito » et une « Tata Mannou ». La nouvelle œuvre de M. Bessou évoquera ainsi chez beaucoup de lecteurs des souvenirs d’enfance que l’auteur ornera de toutes les richesses et de toutes les parures de son beau talent. Ce n’est pas, en effet, seulement quand il se soumet aux règles de la prosodie que M. Bessou fait œuvre poétique ; poète, il l’est par le cœur, par le talent, par sa manière de sentir, par toutes les fibres de son être et quelle que soit la forme dont il revêt sa pensée, c’est toujours un poème qu’il nous donne.
Celui-ci est écrit dans cette prose patoise à laquelle sa plume donne une expression inimitable ; tous les vrais aveyronnais seront heureux d’en savourer l’exquis humour.

9Encore et toujours ce mot « patois » cette référence au passé et cette association de la langue d’oc à une pointe de plaisanterie, d’humour.
Sous le titre « Cansons del terrador » [Chansons du terroir], de nombreux chants populaires essentiellement des frères Bessière, Gustave pour le texte et Gaston pour la musique sont publiés régulièrement, Les Contes de la Tata Mannou de J. Bessou, ainsi que les Georgiques patoises du Prieur de Pradinas, Claude Peyrot, en 1904 des poèmes occitans agrémentent les pages de l’hebdomadaire.

10Il est remarquable que dans chaque numéro soit présent un texte en langue d’oc, aussi court soit-il : parfois quelques lignes, mais parfois aussi, de façon très spectaculaire, sur cinq colonnes à la une. Ce très fort impact est dû à une politique éditoriale volontariste allant dans le sens de la promotion de la langue.

11Si les articles de linguistes et de philologues démontrent la nécessité de maintenir la langue d’oc, analysent son évolution, pas un seul, avant 1921, ne préconise ouvertement l’introduction de son enseignement en milieu scolaire, mais ils la voient au service de l’enseignement du français.

12Nous noterons un creux en 1905-1906, période d’intense bataille pour la laïcité et durant la guerre 1914-1918.

13La reprise est nette en 1920 ; on remarque une présence affirmée des poésies, chants et contes en occitan. Est-ce un besoin de marquer une présence, une identité, une sorte d’indépendance après les années noires de la guerre ? Peut-être.

14En 1921, apparaît sous la plume d’Henri Mouly, le premier article, en français, revendiquant l’enseignement de la langue du Rouergue à l’école, pour elle-même et non au service du français. De nombreux articles que nous analysons dans ce chapitre vont suivre, alimentant discussions et débats. Bien sûr la création de la section aveyronnaise du félibrige, Le Grelh rouergat, est le facteur déclanchant et impulseur cette bataille ; la très grande fête félibréenne du 27 au 29 juillet 1929 à Rodez donnera lieu à de nombreux comptes-rendus et réflexions dans le Journal de l’Aveyron.

15L’occitan est toujours présent dans les années trente et ensuite, surtout de 1940 à 1943, avec une politique nationale soutenant un certain régionalisme. C’est en août 1944 que le Journal de l’Aveyron va cesser de paraître, remplacé par Le Rouergue républicain et la Revue du Rouergue.

16Le Journal de l’Aveyron ouvre ses colonnes à de nombreuses approches de la langue du Rouergue. J’ai essayé de relever de la manière la plus exhaustive possible les différentes parutions la concernant et de les répertorier, en cinq catégories :

  1. Publications de nombreux textes en occitan : contes, poèmes, chants, historiettes, devinettes, œuvres entières d’auteurs sous forme de feuilletons, articles, analyses.

  2. Études en français sur la langue d’oc : phonologie, graphie, vocabulaire, grammaire, syntaxe, unité et différences dans les divers parlers et dialectes.

  3. Débats, en français ou en langue d’oc, sur la réalité de la langue, son poids, son maintien ou son déclin, son utilité, les raisons de la conserver et de la développer ou non.

  4. À partir de 1921, de nombreuses interventions en français ou en occitan, sur l’utilité et la nécessité ou non d’introduire son apprentissage dès l’école primaire.

  5. Petites annonces de publication d’œuvres en langue d’oc, manifestations, réunions, conférences.

Analyse des graphiques

17Dans un souci de clarté, j’ai tenté de traduire cela par des graphiques (voir figure 1 et suivantes).
Concernant les écrits occitans (récits, contes, poésies, chants, devinettes et historiettes), nous voyons un pic de parutions au début du siècle, il s’agit des œuvres de Justin Bessou ; grâce à un regain d’activité dû à la création de l’Almanach Rouergat en 1907 par le millavois Léopold Constans, les publications s’intensifient vers 1910 (les chants des frères Bessières sont nombreux) ; un gros creux pendant la guerre de 1914-1918, que nous retrouverons dans chaque graphique.

18Redémarrage à partir de 1920, la création de la société félibréenne aveyronnaise Lo Grelh Rouergat le 6 mars 1921 y étant bien sûr pour quelque chose.
Stabilité dans les années 30 avec des pics en 1932 et 1938, représentant la publication d’œuvres d’Henri Mouly, de Calelhou et de Joseph Vaylet sous forme d’épisodes.
Enfin une production assez régulière et soutenue durant la seconde guerre mondiale, les félibres aveyronnais se sentant soutenus par le régionalisme prôné par le régime pétainiste.

19Cette forme de courbe va se retrouver dans pratiquement tous les graphiques.
Par exemple dans celui concernant les débats sur la graphie de la langue d’oc et les commentaires d’œuvres d’auteurs (le pic de 1918 est dû à la mort de l’abbé Bessou et certains commentaires sur son œuvre).

20Le Félibrige sur un plan général est très peu présent en début de siècle ; des articles informant sur son existence, son rôle, son action apparaissent avec la naissance du Grelh Rouergat. Des débats apparaissent avec des problèmes internes de l’association en 1936-37 et les années suivantes.

21Ce n’est qu’à partir de 1921 qu’est lancé le débat sur l’enseignement de l’occitan à l’école avec des accès de fièvre lors de l’intervention du Ministre De Monzie en 1925 et bien sûr sous Pétain.

22Les propos et conférences sur le régionalisme et traditionnalisme présentent un peu la même courbe, le pic de 1930 n’étant dû qu’à une suite d’articles sur les proverbes de l’Aubrac.

23Enfin la publicité et les diverses annonces sont fonction notamment de la parution d’œuvres et la souscrition pour la stèle après la mort de Bessou.

24Si nous regroupons tous les éléments sur un même graphique, deux moments forts apparaissent en début de siècle, 1900-1905, avec Justin Bessou, et durant la seconde guerre mondiale avec un fort pic de 1938 à 1942 ; une longue période de présence active, soutenue, de 1920 à 1930, et l’inexistence totale en 1915-1916-1917.

25Dans le cadre de notre recherche, nous essaierons d’analyser comment à travers le Journal de l’Aveyron, la langue occitane a été considérée dans son rapport à l’école et quelle vision en ont les différents intervenants : langue de la rue, vulgaire patois, ou langue riche, à considérer comme telle ? Langue du peuple mais du passé, ou langue vivante à développer et à utiliser dans tous les secteurs de la vie ? En un mot langue vivante ou langue morte ? Utile ou nuisible ? À développer ou bien à ignorer, voire à éliminer ?

26À l’école : langue à bannir, à éradiquer des salles de classe car nocive pour les études ou bien à mettre éventuellement au service de l’apprentissage du français ou encore, digne d’être apprise aux enfants au même titre que toute langue dont le français ?
De nombreux points de vue sont avancés que nous essaierons d’analyser.

La langue d’oc et l’école

27Avant 1914, des écrits traitent de régionalisme, de Rouergue, de vie locale, rurale, rude, saine en opposition à la vie parisienne facile, dissolue mais il n’est pas question de relation entre la langue d’oc et l’école. Ce n’est le 25 janvier 1914 que Marcel Alvernhe va aborder à dose infinitésimale la question dans un article intitulé « Régionalisme ».

28Après avoir développé les idées de la Fédération Régionaliste Française qui, dit-il, « est maintenant un organe puissant qui, dans tous les partis, trouve de jour en jour de plus nombreux adeptes et qui, par la brochure, le journal, les fêtes, sème le bon grain ».

29Il est question des auteurs régionaux aussi bien en français qu’en occitan puisqu’il cite ainsi :

les Ferdinand Fabre, le Mistral, les Roumanille, les Bessou, les Pouvillon, les Fabie, les Vermenouze et plus tard les Lapaire, les Jean Revel, et l’auteur de cette pure merveille Jacou le croquant, Eugène le Roy. [...]
Mais pourquoi, dans les établissements d’éducation, si les programmes interdisent à nos poètes la grande porte, ne pas les faire entrer par ailleurs ? Il me souvient d’une fête du lycée de Rodez où nous jouâmes un scénario qui était bien la plus plate, la plus grossière des pièces militaires. Ensuite nous dîmes des chansons de café-concert, propres mais ineptes comme il convient. Je me rappelle encore la figure excédée du fin lettré qui présidait (par ordre) aux répétitions. N’eût-il pas été préférable de nous faire interpréter l’œuvre de quelque poète local ?... D’autre part, j’imagine qu’un poème de F. Fabie ou de l’abbé Bessou eut été presque aussi délectable que :

Cest moi qui suis le facteur du canton,
Le facteur du canton de Barbizon !

À propos du patois, nous devons dire que les régionalistes les couvent de leur sollicitude. Ils savent d’ailleurs ce que leur cause doit aux félibres. Il est intéressant de noter, à ce propos, l’entreprise de certains instituteurs catalans dont l’exemple fut suivi en Provence. Ayant remarqué que l’enfant des campagnes quitte l’école en parlant un français mêlé de patois ou se ressentant d’expressions patoises, ces maîtres ont imaginé d’enseigner le français au moyen de versions et thèmes dans l’idiome local. Ils ont obtenu d’excellents résultats. Au surplus c’est une supériorité de connaître deux langues et la souplesse de l’esprit s’en accroît. Mais que de pierres ont dû recevoir ces hommes à l’intelligente initiative, de la sainte administration !

S’il n’est pas question d’apprentissage systématique et structuré, l’auteur défend la présence des deux langues en milieu scolaire. L’utilisation de la langue régionale, même traitée de « patois », est mise sur un pied d’égalité avec le français.
Poursuivant son propos sur un plan régionaliste, il pose la question :

Pourquoi ne pas conserver nos vieilles chansons, nos vieilles danses ; pourquoi la Bourrée ne deviendrait-elle pas le monopole des salons Parisiens en face du Tango ? Quels gros empêchements à tout cela ?
Tout cela, c'est le vœu régionaliste... tout cela nous apprendra à connaître notre terre, c’est-à-dire à beaucoup l’aimer.

Les termes vieux et vieille utilisés un nombre considérable de fois dans les différents articles, tendent à rejeter dans le passé ce que l’on prétend défendre et à le rendre désuet, voire d’un autre âge.
Il faut en arriver au 23 janvier 1921 pour trouver la revendication nettement affirmée de l’introduction de la langue d’oc dans les écoles dans un article d’Henri Mouly, instituteur de Compolibat, intitulé « Pour l’honneur du Rouergue » :

Plus haut encore, jetons à tous les échos un appel vibrant pour sauver le plus précieux : la langue ! Ah ! La langue ! Cette langue si souvent et si injustement calomniée, traitée de patois grossier, sans honneur, sans élégance, sans mérite ; cette langue à qui on fait la guerre à tel point que le paysan en arrive à rougir en l’employant, parce que, hélas ! il n’a jamais appris le français, lui, et parce que c’est un crime de parler la langue si douce, si savoureuse, si harmonieuse, qu’on a apprise sur les genoux de sa mère.

Et Mouly fait la proposition :

L’idéal serait d’apprendre les deux à l’école. Redresser le Rouergat serait une petite affaire, et le Français deviendrait d’une simplicité inouïe en le faisant découler du premier. Ce serait des leçons vivantes, concrètes, écoutées, comprises et fructueuses. Hélas nous n’en sommes pas là, et j’en sais beaucoup qui qualifieront cela d’utopie inepte et hors de sens.

C’est clair : l’occitan doit être placé au niveau du français dans les écoles. Et même si cette vision apparaît un peu idyllique, Henri Mouly a conscience des difficultés et des oppositions auxquelles il va se heurter. Il termine par un véritable cri de guerre :

Debout ! Tous les amants de la vieille langue d’oc !... Nous sommes dix ! Nous serons cent, nous serons mille, et tout le pays sera régénéré.

30Il appelle à soutenir la nouvelle société félibréenne Le Grelh Rouergat qui va œuvrer pour l’occitan. Ce coup de clairon marque le désir de résurrection, de renaissance de la langue et le début de la lutte, d’une bataille publique en Aveyron pour sa reconnaissance et imposer sa présence à l’école. Ce sera le combat de toute la vie de l’instituteur de Compolibat.

31Il faut un certain courage pour avancer dans cette voie alors que, à de rares exceptions près, la langue d’oc est exclue des écoles et pourchassée. Le risque n’est pas mince de se faire brocarder par les collègues et sanctionner par les inspecteurs.

32Le 5 mars 1922, il publie « Als amics del Rouergue » [Aux amis du Rouergue] ; notons le titre en occitan même si les articles sont pour l’essentiel en français afin certainement d’être compris de tout le monde.

Quand les méridionnaux auront réappris à écrire leur langue, comme les autres peuples ont appris à écrire la leur, leur littérature jusqu’ici capricieuse et hétéroclite sera aussi uniforme, aussi rationnelle que celle des autres peuples.
J’ai dit : quand ils auront réappris, car ils savaient autrefois [...]
Contre toute justice, nous avons été spoliés de nos droits les plus sacrés. De quelle autorité un peuple se prévaut-il pour imposer sa langue à un autre... sa langue, et ses mœurs, ses institutions ?
Il est obligé que la langue d’oc revienne à la base de la culture du peuple, quand nous l’aurons suffisamment divulguée, et que nous aurons en mains les manuels indispensables.

Dès la semaine suivante, il défend l’unité de la langue quant à la syntaxe, la grammaire et la très grande richesse de son vocabulaire dûe à sa diversité citant par exemple :

  • 1 Il s’agit du Dictionnaire Patois-Français du département de l’Aveyron, publié en 1879 à Rodez, aprè (...)

J’ouvre au hasard le dictionnaire de Vayssier1, si riche de termes et qui ne les contient pas tous, loin s’en faut : descufela, desconfela, descuferla, descuferlha, degouilla, degourgouilla, descouilla, descouscouilla, descougourlha, dedoulsa, degola, degruda, degrona, desengrona, degronoula... tous synonymes d’égrener ou d’écosser. Il y en a quinze, mais en en cherchant un peu il y en aurait bien trente. Quel labyrinthe ! Quelle fécondité !

Mouly n’ajoute rien à l’argumentation du discours, sinon la référence à l’Escòla Occitane :

Mes amis, les voilà les guides : suivons-les ! L’Escòla Occitane comptait à cette date du 2 mai 1920, 5 membres de l’Institut, 16 Majoraux du Félibrige, 22 Mainteneurs ou Maîtres de l’Académie des Jeux Floraux, c’est-à-dire la majorité de l’élite félibréenne. Lisez Lo Gai Saber...

33Ces dernières lignes tendent à démontrer que les partisans de la langue d’oc sont nombreux, organisés et comprennent des gens influents et de qualité. Mais le but de la longue citation que contient l’article, au-delà d’un soutien à l’idée d’unification, est de contrer ceux qui ne veulent pas entendre parler d’enseignement, sous prétexte d’émiettement, de manque d’unité et au bout du compte nient l’existence d’une langue véritable.

34Sous le titre « LE RÉGIONALISME au lycée de Rodez » le Journal de l’Aveyron publie le 15 juillet 1923, le discours prononcé à la distribution des prix du Lycée deux jours auparavant par M. Paulin Daudé, professeur de quatrième :

J’aurai donc bien gardé de passer sous silence la part du régionalisme au Lycée qui dénote le plus d’originalité, le plus d’atachement profond aux traditions de l’âme rouergate : je veux dire vos succès aux concours de la Solidarité aveyronnaise, du Grel rouergat, et des Jeux Floraux d’Auvergne.
Toute une page du palmarès de l’an dernier en était pleine ; deux premiers prix l’illustraient même glorieusement. En 1922 vous n’avez pas remporté moins de quatre prix à la Solidarité. Les récompenses du Grel attestent que tout en vous perfectionnant ici dans le maniement de la langue française, vous n’oubliez pas le savoureux dialecte de votre pays, ce patois, aux sonorités rudes, et chantantes pourtant, à travers lequel il vous est si facile de remonter aux sources latines, et qui, souvent, offre au professeur même une aide précieuse pour vous faire mieux comprendre une étymologie, mieux saisir la valeur d’une tournure, d’une image. Ce patois, gardez-le jalousement, sans fausse honte ; le lycée ne le bannit point ; il se réjouit de vous voir le cultiver en prose ou en vers, pensant que votre éducation artistique ne sera que plus complète, si vous avez la chance de pouvoir goûter en leur langue la fraîcheur lyrique d’un Mistral ou la bonhommie d’un Vermenouze.
Vos succès en ces concours ne proclament pas seulement l’habileté d’une plume que vous aimez à exercer, la culture, où vous vous complaisez, des dons que la nature a mis en vous ; mais encore, et surtout, ils attestent la sympathie de vos cœurs et de vos esprits pour tout ce qui est de « chez vous », la tension de vos intelligences vers toutes les manifestations de l’âme rouergate.
[...] d’autre part, en ressuscitant de vieux chants rouergats, vous affirmiez que l’âme de la petite patrie vit au Lycée ; et que (preuve de vie saine et solide), elle y vibre avec émotion, y puise sa force dans les souvenirs du passé.

35Comme l’indiquait le titre, l’ensemble du propos est en faveur du régionalisme. Mais, élément d’importance, l’orateur fait entrer la langue du Rouergue de plain-pied au lycée où un espace lui est attribué. Certes, comme nous l’avons vu, cantonné dans le passé, ici encore les termes « vieux », « anciens » sont largement utilisés comme sont présentes les « bonnes vieilles aïeules » et la langue doit servir à dévoiler, valoriser une « âme aveyronnaise », mais elle est présente, acceptée et valorisée. Alors qu’elle est presque partout en milieu scolaire avilie, dépréciée, pourchassée, dans cet établissement, même en tant que « patois », elle est reconnue, elle tient sa place ou du moins une certaine place (hors des cours officiels), elle est considérée langue d’oc à part entière et son étude, son utilisation encouragées : c’est un acquis considérable. Ce propos d’un professeur de quatrième témoigne de l’effort qui est fait au Lycée pour la langue d’oc et la publication dans la presse contribue à faire bouger les choses en direction de l’occitan à l’école.

36Le 17 juillet, intitulé « La langue d’oc dans les écoles », est reproduit un texte emprunté à un journal parisien. Il met en avant la constitution d’un Comité d’Action en faveur de la langue d’oc à l’école, présidé par le docteur Soula, professeur agrégé de la Faculté de médecine de Toulouse. Il relate une réunion au cours de laquelle est intervenu le professeur « Jean Bonnafous, professeur adjoint au lycée Henri IV, secrétaire du comité et félibre cadourque ». (Il viendra enseigner au lycée de Rodez par la suite).

37Cet article montre l’importance de la langue d’oc, qui n’est pas un patois, mais une langue véritable qui s’étend dans tout le sud de la France, même aux pays voisins et à le droit d’être enseignée.

38On mesure bien, peu à peu, la montée en puissance de la défense de la langue d’oc à l’école. C’est la circulaire du Ministre Albert de Monzie du 14 août 1925 qui va enflammer et exacerber les passions. Un nouvel article de Jean Ladoux traite des « Remarques sur l’orthographe de la Langue d’Oc ». L’auvergnat C. Gandilhon Gens-D’Armes, poète cantalien, qui est de ceux qui ont demandé au ministre de l’Instruction publique, la possibilité pour les maîtres d’école de se servir du dialecte local pour enseigner le français, fait une réponse pleine d’humour intitulée « La question des patois » (11-10-1925), à une lettre de M. Roger Giron, rédacteur au journal L’Éclair :

39Nous relevons quelques arguments : l’occitan est une véritable langue, profondément enracinée, parlée depuis des siècles malgré l’école française ; lui, il la connaît de son père, ce qui n’est pas le cas de certaines personnes qui veulent sa mort :

Il est si facile de se résigner à la disparition du bien d’autrui, si commode de juger futile ou dangereux un amour qu’on ne partage pas. [...]
Quand on veut détruire quelque chose, on trouve toujours des arguments pour le faire, fussent-ils contradictoires. La langue d’oc jugée déchue, abâtardie, sans avenir malgré sa renaissance littéraire, est néanmoins considérée comme dangereuse. Certains croient que, favorisée, elle acheminerait le Midi au séparatisme. Ah ! Qu’ils seraient fous, les Méridionaux qui pourraient songer au séparatisme !
Au fond, voyez-vous, ce qui rejette les revendications linguistiques du Midi, de la Bretagne ou de l’Alsace, ce n’est pas M. de Monzie, c’est l’implacable centralisation napoléonienne dont a hérité la République... Combattre les vieux idiomes provinciaux, c’est racler les dernières aspérités de ce grand potiron bien lisse que sera un jour la France, puis le monde, selon Alfred de Musset...
Avec cet amour de la diversité, cette haine de l’uniformité, comment ne serai-je pas parmi les défenseurs de la langue d’oc ? Et ne suis-je pas un modéré en demandant que, si l’État centralisé ne peut l’enseigner officiellement, du moins il n’en gêne pas éventuellement l’enseignement libre, en demandant qu’il ne la combatte pas sournoisement, mais plutôt qu’il lui sourie, qu’il reconnaisse sa grâce, sa vivacité, sa richesse, son antiquité vénérable, et qu’il admette enfin que mieux vaut savoir deux langues qu’une seule [...]

J’ai toujours déploré l’attitude gênée, contrainte, humiliée, de l’enfant des campagnes méridionales à l’école, du jeune paysan à la caserne. Il sent très bien qu’on méprise sa langue maternelle et il arrive à en avoir honte, à la considérer comme une tare dont il faut se débarasser. Puis, fatalement, ce sentiment s’élargit, et le jeune paysan en vient à penser ceci : mon patois, mes habits des champs, ma maison rustique, mon métier, tout cela, c’est de la paysannerie, des choses d’autrefois, un retard de civilisation. Et un beau jour, voulant se civiliser, marcher « avec le Progrès », il achète un complet veston et, laissant là patois, chaumière et charrue, il s’en va glorieusement, comme dit Henri Pourrat, poinçonner des tickets dans le Métro.

Il égratigne quelque peu l’amour propre de M. Giron, et pour se moquer de celui qui ne doit pas connaître grand-chose à la langue, il termine en occitan :

Mas aï prou parlicat, moun car confraïre, me cale ! Saludatz couralament per iéu Moussu Treich, vostre cap de redacioun, travailhaire arderous qu’es Auvernhat e lemouzi ; e, coumo disons n’autres, tenetz vous fiér, e sens adisias !

[Mais, mon cher confrère, j’ai assez parloté, je me tais ! Saluez cordialement pour moi Monsieur Treick, votre rédacteur en chef, ardent travailleur Auvergnat et Limousin ; Et comme on dit chez nous : tenez-vous fier et sans adieu !]

Cette réponse présente une affirmation claire et sans ambiguïté de l’existence et de la défense de la langue d’oc et de son enseignement. Le débat est bien ouvert.
Il se poursuit la semaine d’après (18-10-1925) avec la transcription sous le titre « Le patois à l’école » d’une réflexion de l’universitaire A. A-Petit. Le chapeau affirme que ces propos « sont d’une application topique à notre Aveyron » :

Il est très pittoresque de parler breton ou basque, mais ce n’est pas très pratique dès qu’on met les pieds hors de son patelin.

Des termes réducteurs qui renvoient au futile, ils cantonnent les langues régionales à un niveau très local, le mépris n’est pas loin :

Pour les enfants de ces régions, le français est une langue étrangère. Si l’on admet l’usage de la langue locale... les instituteurs eux-mêmes finiront par perdre l’habitude de parler le français couramment, s’ils ne le parlent plus que comme langue savante.

Il concède cependant un petit quelque chose aux dialectes de langue d’oc :

Ici la parenté est directe et visible même pour les enfants... Ils font d’eux-mêmes les rapprochements, il est bon qu’on les y aide sans pédantisme et sans vaine subtilité.

40Mais il ne faut pas aller trop loin dans les concessions, le maître ne doit pas se servir du « patois » comme langue véhiculaire pour mieux se faire comprendre.
Commentant une décision du Conseil général de l’Ariège, il précise :

Le Conseil de l’Ariège reste dans la note juste s’il demande que l’utilisation des patois locaux soit autorisée « dans la mesure où les maîtres y verront un moyen de donner à leurs élèves une meilleure connaissance du français » ; il va trop loin s’il entend par là que le maître, non seulement pourra faire appel au patois pour éclaicir le sens d’une expression, mais pourra user du patois comme langue « véhiculaire » pour mieux se faire comprendre. Cette dernière concession aboutirait à donner au français ce caractère de langue étrangère, de langue de luxe, de langue des dimanches. C’est ce qu’il faut éviter, surtout dans une démocratie, où le peuple doit être capable de se gouverner, puisqu’on lui en reconnaît le droit.

41Curieusement ces derniers arguments donnent une impression de force de la langue d’oc qui serait capable de mettre dehors le français. Mais l’on ne voit pas très bien en quoi un peuple parlant occitan ne serait pas capable de se gouverner dans une démocratie, bouter hors des écoles la langue naturelle d’un peuple ne paraissant pas comme le summum de la démocratie. Et si le peuple capable de se gouverner demande, exige, l’emploi de sa langue alors la démocratie ou ceux qui en sont les garants ne doivent-ils pas écouter ce peuple ? Et en démocratie n’est-ce pas le peuple qui décide ? Vaste question soulevée par M. Petit.

42La semaine suivante, le Journal de l’Aveyron présente l’argumentation du rédacteur en chef de La Revue Méridionale, M. André Lajoinie. Le chapeau de l’article intitulé « Contre nos dialectes » :

Le ministre a répondu par une circulaire qui, en termes injustes et blessants, refuse d’examiner la question qui lui était soumise dans les termes les plus modérés [...]
La circulaire ministérielle atteint cruellement et inutilement d’ailleurs tous ceux qui ont gardé en leur cœur le respect et l’amour du patrimoine ancestral...
Quant à ceux qui traitent de « patois » la langue d’oc, mère de la langue française, le Basque, le Breton, le Flamand, ils proclament seulement leur ignorance de toute une partie considérable de notre littérature nationale.

Il marque son opposition à l’argumentation unité nationale/unité linguistique, car dans ce cas il faudrait annexer la Belgique et une partie de la Suisse. C’est selon lui, une unité qui ne s’impose pas en France vu que tout le monde parle et comprend le français :

[...] même s’il est des citoyens qui pour leur usage personnel, préfèrent employer un autre langage qui leur est plus familier ou plus cher.
De quel droit les priverait-on de ce langage ? Au nom de quel principe vraiment digne d’une démocratie ? Et comment des républicains arrivent-ils à mépriser les langues populaires ? Car c’est de langues populaires qu’il s’agit. Et quand on admet aux honneurs du baccalauréat l’annamite, l’arabe et le malgache, langues de sujets français, comment ose-t-on exclure du certificat d’études la langue d’oc, le breton ou le basque, langues des citoyens français ?
L’unité nationale sera compromise parce que l’instituteur conseillera à ses élèves de parler avec piété et admiration le breton, le flamand, le provençal, la basque, le gascon, le limousin !
L’unité nationale sera compromise parce que nos enfants réciteront en clase quelques poésies de Jasmin, de Mistral, de Roux, de Roumanille, d’Aubanel, de Bessou ou de Salles, allons donc !

Monsieur Lajoinie place le débat à un niveau clairement politique et met les élus et l’exécutif devant leurs contradictions et responsabilités :

Sans être particulièrement averti des dessous de la politique, il serait assez facile de prouver que cette hostilité officielle prend sa source, non dans le souci de sauvegarder l’unité nationale, qui n’est certes pas menacée, de ce côté du moins, mais dans le désir secret de briser les liens qui nous unissent à nos traditions raciques les plus profondes....
Le moment est venu de savoir qui veille avec un soin si jaloux sur la disparition progressive de nos dialectes et au nom de quels principes. Voilà désormais l’angle sous lequel la question doit être étudiée.
Voilà le terrain sur lequel nous avons le devoir de développer notre action avec toute l’ampleur que nécessite la gravité du moment.

Il fait référence à la lettre de la Ligue pour la Langue d’Oc à l’école envoyée au ministre et mentionne des menaces de risques de débordements et peut-être d’excès si les doléances ne sont pas entendues. Finalement il lance un appel :

Il faut créer un courant d’opinion en faveur de notre cause qui, d’ailleurs gagne chaque jour les esprits clairs et libres.
Portons la question devant le grand public, lui saura nous comprendre, car le sujet plonge au plus profond de son âme. Et ne désespérons pas de voir sortir demain une circulaire d’un esprit opposé à celle qui nous occupe et portant la même signature !
Gardons la foi en l’an qui vient et redisons avec Mistral :

« S’aco’s pas per vuei sera per deman ! »
[Si ce n’est pas pour aujourd’hui, ce sera pour demain !]

43André Lajoinie ne développe pas seulement une argumentation pour la défense de la langue et son introduction à l’école, mais le ton est très offensif, engage à la lutte, à l’intervention de la population, voire à l’épreuve de force pour faire reculer le ministre. Cela est nouveau dans l’engagement des défenseurs de la langue d’oc et témoigne dans une certaine mesure, d’une montée en puissance dans l’opinion dans ces années 1920, de la cause défendue.

44La semaine suivante (1er novembre 1925), le débat continue avec une intervention de M. Émile Gayrard qui veut faire apprendre « la langue des aïeux qui ne peut que contribuer à nous faire aimer davantage notre terroir »

45Il cite Mistral qui voit dans le félibrige l’organisation capable de contrer une sorte de gens centralisateurs, qui rêvent d’uniformité mesquine et qui voudraient :

Uno populacien de moussurot, de bèfi, bèn amenistrativo e bèn demesoulado, ounte tòuti li vèsti se taion sus la coupo di Magasin dòu Louvre, e tòuti li cervèu au meme mole se mastrouion, una Franço en un mot facho de talo sorto que d’amount de Paris, en disènt oremus emé l’aram d’un telegrafe tòuti respondon amen, vaquí çò que voudrien aquélis esquicho-meleto.

[Une population de petits messieurs, d’imbéciles, bien administrative, bien décervelée, aux costumes taillés sur le modèle du magasin du Louvre, et tous les cerveaux pétris dans le même moule, en un mot une France faite de telle sorte que de là-haut, à Paris, en disant oremus avec le fil du télégraphe, tous répondent amen, voilà ce que voudraient tous ces vétillards.]

Gayrard reprend l’ancien ministre de l’Instruction publique Bérard :

Dans toutes nos provinces de langue d’oc, à plus forte raison en Bretagne et en Pays Basque, le français est une langue d’importation.

Il déclare la nécessité d’enseigner la langue d’oc dans les écoles primaires. Il lance aussi un appel pour aider le Grelh Rouergat :

Aveyronnais, répondons à l’appel du « Grel rouergat » ; faisons connaître les œuvres de nos poètes, de notre grand Bessou qui a été le Mistral du Rouergue. Nous contribuerons au retour à la terre. Nous dirons avec Enric Mouly :

[...] Ah ! Païsans ! Cregnès pas dé bous amendri en demouren païsans ; païsans dins lou corps è dins l’amo. Crezès boun al contrari d’estre lous piliès dé la Franso. Demandas d’estre libres, instruits è respetats, mai lachez pas aital so qué bous fa belses, grands è forts. Gardas bostro amo bierjo del pouisou de las bilos è gardas bostro lengo, la pus polido, la pus tindairo ; garden nostro lengo subretout.

Il recommande le livre de Durand-Picoral, Lou mariage de Peyrotou e Morgorido :

De consous per rire,
De contes ô dire,
De pebre, de sal,
De tout ço que pico,
Mès de mal
Pas brico
.

[Des chansons pour rire/Des contes à dire/Du poivre, du sel/De tout ce qui pique/Mais du mal/pas une once.]

Et pour terminer, il cite la phrase célèbre de l’abbé Bessou :

Fe, patoués e paisan sou tres que fòu pas qu’un. [...]
Fe, patoués ni paisans perirou pas jamai.

[Foi, patois et paysan sont trois qui ne font qu’un. [...]
Foi, patois et paysan ne périront jamais]

46Ce plaidoyer d’Émile Gayrard lie étroitement la langue au terroir, à l’agriculture, à la vie paysanne. Nous trouvons les arguments opposant la campagne lieu de travail, d’efforts où les hommes ont une grandeur d’âme, à la ville lieu de perdition, de vie facile, de dépravation, thèmes chers aux partisans de la thèse régionaliste, dont Gayrard affirme être un défenseur.

47Ces arguments peuvent toucher certains lecteurs, notamment dans un article qui mêle abondamment l’occitan au français. Mais ils ont l’inconvénient majeur de cantonner étroitement la langue d’oc à l’expression du rire, de la plaisanterie, mais aussi de la faire apparaître comme celle monde de la campagne, des paysans et proche des gens d’Église. Il n’est pas certain que cela soit du meilleur effet auprès des citadins et des enseignants qui voient dans leur rôle la nécessité d’ouvrir leur élèves et surtout les petits campagnards à un monde autre que celui qu’ils connaissent. Ici aussi à son corps défendant, Émile Gayrard apparaît comme préconisant le retour à un monde ancien, dépassé et non tourné vers l’avenir.

48Quinze jours plus tard, est publiée, toujours sous le titre « La langue d’oc à l’école », une partie de l’intervention du docteur Fallen en occitan, lors de l’assemblée publique et contradictoire de marseille.

49S’y trouvent essentiellement exposées les possibilités de découvrir l’écriture du français grâce à la langue d’oc et développés plusieurs exemples dont voici l’un d’entre eux.

50Prenant les ain, in, ein dans la phrase suivante (notés en gras dans le texte), il préconise la traduction en provençal, langue dans laquelle, dit-il « d’élei meme leis a, leis e, leis i si vendran metre a sa plaço » :

Demain, en plein jour, à l’ombre des pins, le livre à la main, calme et serein, ce ne sera pas malin, ce sera un plaisir certain d’apprendre les vers cristallins du beau poète Ripert.

Deman, en plen jour, à l’oumbro dei pin, lou libre à la man, calme et serein, sera pas malin, sera’n plesi certan d’aprene lei vers cristalin d’òu bèn pouèto Ripert.

Sont également cités les mots terminés par é ou ée (vérité-écoutée), u et ue (vertu-abattue) avec les féminins des partcipes passés, les mots avec an ou an, au ou eau, les a et â (bâton-baston ; château-castel), etc.
Le docteur Fallen termine ainsi :

Es despuei mai de tres cents ans qu’aco se dis à l’agounié ; mai cresès me es de boueno coustitucieu e, coumo dins la cansoun : « pieu ! pieu ! toujour vièu ! e lei menistre de l’estrucieu publico pasaran — aco s’ès vist ! — lei menistre auran passa qué nouestro lengo encaro trélusira. »

[Cela fait plus de trois cents ans qu’on la dit à l’agonie ; mais croyez-moi elle est de bonne constitution et, comme dit la chanson : « qui va doucement va loin ! et les ministres de l’Instruction publique passeront — cela s’est vu ! — les ministres seront passés que notre langue encore brillera ! »]

51Ces arguments, pour convaincants qu’ils soient, même s’il y aurait beaucoup à dire quant à certaines correspondances, notamment entre participes passés, présentent l’inconvénient majeur de mettre la langue d’oc au service de l’apprentissage du français et non de la langue elle-même. Cette vision des choses est présente dans bien des propos qui se veulent défenseurs de l’occitan.

52Dans La langue d’oc à l’école, le 10 janvier 1926, paraissent quelques extraits d’une étude de M. Raymond Caire publiée dans Le Petit Dauphinois réfutant quelques arguments. Nous y retrouvons les idées d’unité nationale et l’affirmation selon laquelle développer une langue régionale ne porte pas atteinte à l’intégrité de la Nation, mais renforce les liens humains. De même est mise en évidence l’étendue des espaces dans lesquels la langue d’oc est parlée, représentant une grande partie du territoire national. En guise de conclusion, il pense qu’il n’est pas impossible « de chercher un équilibre raisonnable entre la langue du terroir et celle de la nation » :

Alors l’enfant liera un commerce familier avec deux idiomes devenus complémentaires. La circulaire de M. de Monzie, pas plus que celles qui l’ont précédée, ne saurait se flatter d’avoir mis le point final à la question des patois à l’école primaire.

53M. Caire se prononce clairement pour le bilinguisme et apparemment ne se laisse pas impressionner par les déclarations ministérielles. Il reste dans l’esprit du Dr Fallen : les ministres passent, la langue reste ; le combat pour l’occitan à l’école n’est donc pas terminé.

54Le 20 février 1927, Henri Mouly, dans une analyse intitulée « La langue d’oc à l’école », revient sur l’exode rural et la crise morale qui selon lui affecte les campagnes aveyronnaise touchant essentiellement les jeunes de 16 à 18 ans :

Ils s’en vont cependant, parce qu’ils s’ennuient à la ferme, parce qu’ils ne l’aiment plus assez et que l’amour du voyage, du changement, du plaisir frelaté, même avec tous ses risques, l’emporte sur l’amour de la terre ancestrale.

À cette crise il voit un remède :

Nous les félibres, nous portons, comme tant d’autres, un remède à cet exode funeste [...]
Il consiste à donner au jeune paysan une âme paysanne ; au jeune rouergat une âme rouergate, fortement, férocement rouergate. [...]
Pour donner cette culture puissamment rouergate, en tête de notre programme nous plaçons l’étude simultanée du rouergat et du français. Car, plus que l’étude de l’histoire et de la géographie locales, de la litérature régionale, de l’agriculture, etc., l’étude de notre langue peut contribuer à former une âme rouergate et une âme terrienne.
La langue n’est-elle pas l’expression vivante de la pensée et du génie d’un peuple, de son intelligence et de sa personnalité ? La langue n’est-elle pas l’incarnation intime de son âme ? [...]
Et comment voulez-vous que le Rouergat reste Rouergat si vous lui enlevez sa langue, si vous étouffez son âme, sa pensée : si vous brisez systématiquement le travail de vingt siècles d’atavisme. C’est cependant ce que nous sommes en train de faire, chaque jour, nous autres instituteurs.

55Mouly va développer une accusation contre le système scolaire tel qu’il est conçu au regard de la pratique de la langue naturelle par les enfants :

On nous amène, un beau matin de Pâques, un bambin de six ans hirsute, renfermé et que nous prendrions volontiers pour un petit sauvage. Avons-nous toujours réfléchi que ce marmot est le détenteur inconscient de multiples qualités millénaires et que son âme a déjà un pli ineffaçable. Avons-nous compté qu’il possède une foule de connaissances, qu’il possède une langue, une tournure, une orientation ? Pourquoi condamner à priori cette langue qui est belle ? Pourquoi lui imposer une autre culture, au lieu d’apporter tous les soins à perfectionner et améliorer son fonds naturel ?

Prenant le contre-pied de l’enseignement tel qu’il est prodigué il avance quelques propositions :

En arrivant à l’école, l’enfant restera dans son milieu. On lui parlera sa langue, on lui apprendra sa langue, on corrigera son vocabulaire et on l’augmentera. On rectifiera sa syntaxe. Ah ! Qu’ils seraient intelligents alors nos petits Rouergats, autant et plus que les enfants des villes ! On entreprendrait l’étude du français, et cette étude lui serait facile, car il aurait sans cesse en regard la langue d’oc pour concrétiser sa pensée.
Je ne me fais pas d’illusion sur les difficultés qui surgiraient dans la pratique. [...] Je suis persuadé qu’ils connaîtraient au moins autant de français qu’ils en connaissent ; qu’ils le connaîtraient mieux ; qu’ils connaîtraient la langue d’oc largement et qu’ils ne sauraient, en tous cas, hybrider leur langage à plaisir, ayant appris à l’école à distinguer les deux langues et à les respecter.
Même pour ceux des villes, pour ceux qui continueraient leurs études, cet apprentissage ne serait pas inutile. Il faciliterait beaucoup l’étude des autres langues, surtout du latin, de l’espagnol et de l’italien.

56Et pour l’homme resté à la terre, cela lui permettrait de goûter aux textes de Bessou, Vermenouze, Mistral et tant d’autres poètes et écrivains.
Si la vision est un peu idyllique, l’opposition à l’occitan faisant rage dans les classes et tous les enseignants étant loin d’avoir les aptitudes pour enseigner la langue du pays, mais il est certain que l’approche de l’école serait facilitée pour les enfants et la méthode d’apprentissage des langues serait nettement améliorée.

57Mouly fait litière, lui aussi, de l’accusation de dislocation de l’unité française :

La grandeur de la France qui est le total de la grandeur de nos provinces, n’aurait qu’à gagner à la renaissance de ces dernières. Nous ne prétendons obtenir par notre culture, ni des séparatistes ni des chauvins. Notre devise reste celle de tout bon rouergat :

« Meilleur français et meilleur rouergat » [...]

Le Grel Rouergat a pensé que l’heure était venue de faire appel à toutes les volontés. À l’unanimité, lors de son assemblée générale du 2 janvier 1927, le Grel Rouergat a émis le vœu : « Que la question de la langue d’oc à l’école soit pris en considération dans les milieux intéressés et fasse l’objet d’une étude impartiale et approfondie. »

58Ce texte est une sorte de déclaration donnant la feuille de route pour avancer sur le chemin de l’occitan à l’école. Nous remarquerons qu’il y a unanimité au sein de l’association félibréenne aveyronnaise pour développer cet enseignement. Mais ce sont ses membres qui ont été à l’origine de la revendication dont Henri Mouly, avec le couple Séguret (Eugène Séguret deviendra Fondé de Pouvoir de la B.N.C.I., et Julienne Séguret (Calelhou), institutrice à l’école annexe de l’E.N. de Rodez) qui portent à la connaissance des lecteurs du Journal de l’Aveyron, le 11 mars 1928, le manifeste de la Ligue pour la langue d’oc à l’école :

À la veille de la nouvelle bataille électorale, il importe que nous élevions la voix pour la défense de nos droits linguistiques et culturels.
Nous réclamons qu’il soit interdit :

  1. De punir les élèves pour avoir parlé « patois » à l’école.

  2. De leur inculquer le mépris de ce « patois » dénigré par ordre de gens mal avertis.

Nous demandons qu’il soit permis et conseillé :

  1. De comparer le « patois » et le français dans l’enseignement de ce dernier, comme le recommandent plusieurs inspecteurs (d’en faire autant pour le latin et pour les langues vivantes lorsqu’il y a lieu).

  2. D’exposer aux écoliers la vérité sur ce prétendu « patois » qui est en réalité la survivance de la Langue des Troubadours, premiers maîtres de tous les écrivains du Moyen-Âge et de la Renaissance, et la langue que Mistral et ses disciples ont rendue célèbre dans le monde entier.

  3. D’expliquer dans les manuels et dans les cours, à côté de la littérature de Langue d’Oïl (ou parisienne), celle de Langue d’Oc ou occitane (auvergnate, catalane, dauphinoise, gasconne, languedocienne, limousine, provençale, etc.), comme on le fait déjà dans plusieurs établissements des Académies d’Aix, de Bordeaux, de Clermont, de Montpellier, de Poitiers et de Toulouse.

  4. De commenter, faire traduire et apprendre aux élèves des morceaux choisis des auteurs en notre langue, à commencer par ceux du terroir et du présent pour aboutir à ceux qui sont le plus éloignés dans l’espace et dans le temps.

  5. De présenter la Langue d’Oc à tous les examens comme déjà elle peut l’être au doctorat et à la licence libre.

Membres de l’Enseignement public ou privé, autorisez-vous des concessions accordées par les Pouvoirs publics, appliquez notre programme si vous ne le faites déjà, et adhérez à notre « Ligue » qui recevra vos suggestions et vous aidera de tous ses moyens. Aucune cotisation n’est exigée de vous ; seuls des dons volontaires sont sollicités en vue de l’action à soutenir [...]

59Il n’est plus question de se cantonner à la constatation et à la dénonciation de l’attaque portée à la langue occitane, mais c’est un texte offensif, qui « réclame », « demande » et essaie de rassembler des maîtres et maîtresses à la cause défendue. Calelhon et Eugène Séguret terminent par un bref commentaire :

Quoique jeune encore, la « Ligue » compte de nombreux adhérents. Les divers ordres d’enseignement public ou privé y sont tous représentés. À côté d’académiciens et de membres de divers instituts, on y trouve des Parlementaires, un Inspecteur général de l’Instruction publique, des Inspecteurs d’Académie, des professeurs de Facultés et de Lycées, des directeurs et professeurs d’Écoles normales, des Inspecteurs primaires, des instituteurs.
Notre Aveyron ne brille pas par le nombre des Ligueurs. Le Lot en revanche, en compte une centaine. C’est joli... et assez ironique pour M. de Monzie.

60Le fait de porter ce texte à la connaissance des aveyronnais, alors que l’enseignement de l’occitan dans les écoles du département est inexistant (hormis au lycée de Rodez), témoigne d’une volonté d’impulser, de progresser dans ce domaine. Les auteurs font également par-là, la démonstration que de nombreuses autorités, y compris hors du département, soutiennent leur cause.

61À l’initiative se trouvent essentiellement des membres du Grelh Rouergat bénéficiant du soutien effectif mais également affectif du directeur du Journal de l’Aveyron, Émile Carrère puis de son fils Pierre Carrère qui, comme nous l’avons vu, témoignent d’une grande ouverture pour tout ce qui concerne le régionalisme et la langue du Rouergue à laquelle ils ont toujours largement ouvert les colonnes de l’hebdomadaire.

62Trois semaines après, c’est Jean Lacroix, originaire de Mur-de-Barrez, qui reprend quelques raisons déjà énoncées en faveur de l’occitan à l’école : richesse du vocabulaire et éviter les mélanges « petit-nègre » français-occitan par exemple. Il cite le poète cantalien Arsène Vermenouze :

C’est vrai, dit-il, je n’ai pas appris le latin, mais, tout de même, je suis bilingue.

Et il ajoute :

La langue d’oc à l’école ! ! ! Quelle source de progrès ! Car il ne faut pas y voir seulement un avantage grammatical ; cet enseignement aura aussi une portée morale et sociale.
Morale : l’enfant, en entendant parler à l’école la langue de son pays, ne sera plus porté, comme il arrive trop souvent, à mépriser ses parents, son métier, son village.
Sociale par suite : car ce respect de la langue rustique sans nuire en rien à l’étude du français, en la rendant au contraire plus facile et plus logique, combat pour sa part la désertion des campagnes et contribue à assurer la fidélité au sol.

Il écarte d’un revers de plume les idées de vieilles coutumes pédagogiques, la surcharge des programmes, la crainte d’une réforme réactionnaire :

Toute cette argumentation n’est que superficielle et dont les faits et l’intervention des maîtres non suspectes de cléricalisme se sont chargés de la renverser.

Il termine par un appel au patriotisme local :

L’enseignement bilingue provoquera ce résultat de mieux faire connaître à chaque région ses multiples ressources en biens naturels, en talents, en beaux sites et de montrer à l’enfant tout ce qu’il doit à son pays natal. La valeur éducative de cet enseignement ne saurait laisser indifférent un esprit soucieux de l’avenir de la race.
Avec la langue d’oc à l’école, il y aura moins d’illettrés et plus de jeunes français fiers de leur province. La France sera plus heureuse et plus prospère.

63Le fait que Jean Lacroix réfute certains arguments que nous avons déjà rencontrés, démontre leur prégnance dans la population et auprès des enseignants, mais aussi la permanence dans la bataille des idées développées dans les années 1920. La défense du régionalisme et de la race est toujours bien présente, mais le dernier argument peut surprendre le lecteur du journal : appprendre l’occitan à l’école permet de faire reculer l’illettrisme et est donné comme facteur de bonheur et de prospérité, la langue d’oc étant facteur de progrès. Ce sont là des idées fortes, nouvelles dans leur expression publique et qui prennent complètement à contre-pied les abolitionnistes de la langue d’oc qui s’efforcent depuis des décennies de démontrer que le « patois » serait synonyme d’illettrisme, pratiqué par des esprits rétrogrades, empêcherait d’apprendre le français et tirerait la France en arrière. C’est un signe de force des défenseurs de la langue d’oc qui se sentent plus solides dans leurs convictions, plus armés et plus aptes à faire avancer leur cause.

64Le 16 septembre est publiée une lettre de François Fabie, le poète de Durenque. Il s’agit d’une réponse à une lettre adressée par Artémon Durand-Picoral, instituteur du Nord-Aveyron, très connu pour ses poèmes, chants et saynètes qu’il dit et interprète lorsqu’il anime les très nombreuses fêtes locales, notamment en milieu scolaire ; il lui a envoyé une brochure « Lou Mariage de Peyroutou et Margorido ». Nous relevons dans la réponse de F. Fabie :

Comme vous j’estime qu’il est bon de se servir discrètement de ce beau patois pour enseigner et même pour enrichir la langue française, mais il serait vain, sinon désastreux, de vouloir en faire figurer l’étude dans les écoles sur le même pied que celle du français. ; c’est là le rêve de quelques échauffés qui tentent ce que Mistral n’a pu accomplir. Or Mistral, c’était Alexandre, et ils ne sont que les successeurs d’Alexandre et l’on sait ce que ceux-ci ont fait de son empire !... Tous mes vœux pour le succès de votre excellent recueil et croyez toujours, mon cher Monsieur Durand, à mes sentiments les meilleurs.

65Ah ! Le bel adverbe « discrètement ». Surtout ne pas trop la montrer et l’utiliser à l’école, ni la faire vivre sinon au service du français, cette langue qui doit se terrer dans les vieilleries et y rester. Elle n’est, selon F. Fabie, que le « bon vieux patois » des temps anciens. Et oui ! Comme il dit plus avant dans son propos, il est loin le temps des Trois Agasses (l’auberge de sa jeunesse).

66À la lecture de cette courte lettre, un sentiment désagréable nous envahit. Une impression de rejet par le poète de Durenque, à la limite du mépris, de ce qui a fait son bonheur. Une langue bonne à utiliser pour en conter quatre au cabaret, et qui ne doit surtout pas évoluer. C’est un enterrement de première classe que propose Fabie.

67Il est loin l’enfant du moulin de Roupeyrac, il s’est fait « Moussuròt » ? [Petit Monsieur] comme dirait Frédéric Mistral.

68Ne nous y trompons pas, François Fabie est une forte personnalité aveyronnaise. L’hebdomadaire Journal de l’Aveyron a publié des dizaines de poèmes ou d’articles, notamment pendant la guerre de 1914-1918, pratiquement un par semaine, à la gloire des poilus, pour soutenir les combattants qui défendaient le pays contre l’envahisseur allemand. Le poète est très populaire, apprécié, voire vénéré, de nombreux hommes de lettres du Rouergue ont écrit sur l’homme et sur son œuvre, bien de ses poèmes sont récités dans les écoles. Son opinion peut avoir un certain impact dans l’opinion, et surtout auprès des institutrices et des instituteurs qui s’échinent à apprendre le français à leurs jeunes élèves.

69Les quatre lignes donnant la réflexion de Durand-Picoral en apportent le témoignage :

Je me range complètement à l’opinion de François Fabié et j’exposerai ici, un peu plus tard, comment on peut, dans les écoles primaires, « se servir discrètement du patois pour enseigner et enrichir la langue française ».

70Cet instituteur, ardent défenseur et utilisateur de l’occitan sous toutes ses formes, parlée, écrite, chantée, se range entièrement à l’avis de celui auquel il vient d’envoyer des textes en langue d’oc : sa langue doit être minimisée, mise au service du français. Cela en dit long sur l’opinion du corps enseignant quand on lui expose que la langue naturelle des enfants qu’il s’échine à éradiquer doit être considérée comme matière scolaire et étudiée pour elle-même. La partie n’est pas gagnée.

71Parallèlement au débat pour ou contre l’entrée de la langue d’oc dans les écoles, est menée la discussion sur la langue elle-même : graphie, syntaxe, vocabulaire, évolution vers un renouveau ou mort inéluctable. Ce sont des thèmes qui alimentent un certain nombre d’articles, notamment une polémique entre M. Marc-André Fabre (article du 18 septembre 1928) et les époux Séguret (réponse du 25 septembre)

72Quelques arguments récurrents en émergent : évolution naturelle et inéluctable des langues, des dialectes, vie ou mort de la langue (des « patois ») selon M. Fabre ; émiettement, « patois » locaux très différents pour l’un, diversité dans l’unité pour les autres, graphie artificielle ou conventionnelle « inventée » par Mistral dans son œuvre et par les félibres, selon M.A. Fabre ; naturelle, issue du peuple selon Calelhon et Séguret, avec nécessité d’unification dans une écriture rationnelle pour expurger les mots français.

73Même si la question de l’enseignement de l’occitan n’est pas abordée, il est bien évident que ces échanges d’arguments sont autant d’éléments qui s’inscrivent en négatif ou en positif quant à l’apprentissage.

74Il faut attendre trois années, jusqu’au 27 septembre 1931, pour trouver une réponse signée Lou Lausetas, pseudonyme d’Henri Mouly, à Charles Valat, de La Solidarité Aveyronnaise, sur la question du maintien de la langue :

Cela est très bien, mais comment la conserver ? Car il ne s’agit pas de discourir et de dire : nous voulons... nous voulons !... il faut agir et agir vite.
Pour la sauver aujourd’hui, il faut remonter un courant qui a fait du chemin et a acquis de la force. Et pour remonter ce courant il ne reste plus qu’un moyen. Ni les chansons, ni la presse, ni aucune propagande ne suffiraient plus. Il est trop tard.
Pour sauver notre langue il faut aujourd’hui une loi introduisant son enseignement dans toutes nos écoles [en italique dans le texte]. Ce n’est pas seulement mon opinion. Ceci est l’opinion de tous ceux qui ont pu étudier notre décadence de près. [...] Si tous les Rouergats qui veulent conserver leur langue se livraient à l’étude et à la méditation que je vous suggère, si tous ceux-là étaient bien convaincus que notre langue ne sera sauvée que par l’école, d’elles-mêmes ou par force s’ouvriraient les portes de l’université.

75Dix ans après celui de 1921, c’est un nouvel appel au rassemblement pour imposer l’occitan à l’école. Mais curieusement il se tourne du côté des parisiens pour assurer le sauvetage, espérant que le miracle, la résurrection, vienne de ceux qu’il dénonce comme les fossoyeurs :

Les Rouergats de Paris vous pourriez tout obtenir dans cette voie. Vous êtes le nombre, vous êtes la richesse, vous êtes l’organisation. Vous menez Paris, vous menez la France. Vous pourriez la sauver la langue de vos montagnes. Mais qu’attendez-vous ?

76Il y a là une sorte de délégation de pouvoir et un risque évident de s’adresser à ceux qui justement ont tout fait pour apprendre le français, langue de la réussite. Il est vrai que certains des « émigrés » parisiens ont professionnellement, économiquement ou politiquement « réussi » (pas tous, loin de là), ils détiennent une part de pouvoir et il convient pour H. Mouly de les mettre du bon côté des défenseurs de la langue d’oc, leur langue naturelle, celle de leur famille, de leur enfance. Si comme on a pu le dire, la répétition est l’art de la pédagogie, Henri Mouly en est un adepte puisqu’il reprend inlassablement dans ses articles les éléments de réflexion et les arguments pour convaincre ses lecteurs. Ainsi le 30 avril 1933 il cite M. X., un amoureux de sa langue, qui lui a écrit :

Mas coumpreni pas que vous atissetz à mantène un parladis que respound pas à cap de preocupacioun moudèrno, è que lou voulguetz far revieure jusqu’à l’ensinhar dins las escolas. Aco, vezètz, z’oc vous pòdi pas degelir [...]
[Mais je ne comprends pas que vous vous excrimiez à maintenir un parler qui ne répond à aucune préoccupation moderne, et que vous voulez faire revivre jusqu’à l’enseigner dans les écoles. Cela, voyez-vous, je ne peux pas le digérer...]

L’origine non précisée de la lettre importe peu, mais elle permet à Mouly d’argumenter en occitan. Il reprend des points développés les années précédentes et ajoute :

Ouficialament, dins las escolas francezas s’ensinhou toutas las lengas qu’abèm noummados, è s’ensinhou enquèra l’araba, lou malgacha, l’annamita, etc., etc.
E la lenga d’Oc ? La lenga viventa de la mitat de la Fransa, la lenga de quinze miliouns d’òmes civilizats.
– La lenga d’Oc ? Exista pas [...]
[Officiellement, dans les écoles françaises, sont enseignées toutes les langues que nous avons nommées, et on enseigne encore l’arabe, le malgache, l’annamite, etc., etc.
Et la langue d’oc ? La langue d’oc qui vit dans la moitié de la france, la langue de quinze millions d’hommes civilisés.
– La langue d’oc ? Elle n’existe pas.]

77Cette langue étudiée dans le monde entier n’est pas reconnue en france. Il cite les noms d’auteurs occitans : Goudouli, Jasmin, Mistral, Roumanille, Aubanel, Froment, Foures, Mir, Bessou, Estieu, Perbosc, Jouveau, Pestour, et dit-il « tantès maites, tout aqueles que sou la glorio del Mièjour, tout aquelses, coumptou pas » [Bien d’autres, tous ceux qui sont la gloire du Midi, tous ceux-là ne comptent pas] :

Seria lo prumier cop dins l’istoria de toutes lous poples que d’omes prou fièrs de cantar dins la lenga dels aujols soun renegats de lours enfants.

[Ce serait la première fois dans l’histoire de tous les peuples que des hommes particulièrement fiers de chanter dans la langue de leurs ancêtres, sont reniés par leurs enfants.]

À l’argument que cette langue ne serait capable de dire que des âneries et des grossièretés il répond :

La groussièiretat ou la poulitessa soun lou fruch de l’educacioun d’un cadun, è que cap de lenga a pas ren à li veire. I a de mounde plan ellevats, è n’i a de groussiers dins toutes lous païzes è dins toutas las lengas.
Entendi dire que nostra lenga es incapapla de traduzir de mouts couma : telefono, aeroplana, cinéma, T.S.F., radium etc, etc, que dezinnou toutas las bezucarios moudèrnas. Qu’una azenada, petard d’escuts ! Coussi farian las autras lengas se lou frances abia lou monopole del moudernisme ?
Toutas las lengas podou tout traduzir. An toutos lou même drech que lou frances d’anar pescar al grèc, al latin, al cinq cents diaples s’aco lour agrada, so que cal per aplechar lous mouts caduna suban soun engèni.

[La grossièreté ou la politesse sont le fruit de l’éducation de chacun, et aucune langue n’a rien à y voir. Il y a des gens bien élevés, et il y en a de grossiers dans tous les pays et dans toutes les langues.
J’entends dire que notre langue est incapable de traduire des mots comme : téléphone, aéroplane, cinéma, T.SF, radium etc, etc, qui désignent toutes les nouveautés. Quelle ânerie, bon sang ! Comment feraient les autres langues si le français avait le monopole du modernisme ?
Toutes les langues peuvent tout traduire. Elles ont toutes le même droit que le français d’aller puiser dans le grec, le latin, aux cinq cents diables si cela leur chante, ce qu’il faut pour fabriquer les mots chacune selon son génie.]

Pour terminer, à ceux qui prétendent que le trop grand nombre de langues serait cause de guerres, Lou Lausetas répond qu’il y a des ennemis qui parlent la même langue et que :

La guerra es pas un afar de poples, mas de gouvernaires prou sabents per se coumprene dins qu’una lenga que siaga... Mas enfin, metem que i aja trop de lengas. Coumptem quantas n’i a de trop è suprimen-las. Mas suprimen-las toutas, miquèl d’estieu ! Car se n’i a, metem dous cents de trop è que suprimen pas que la nostra lenga d’Oc, aco li se conneissera pas, aco sera couma se fasiam pas rens.
E bezi pas ges per que suprimariam aquela touta soula d’abord que se li a una lenga de Pats la nostra n’es una, fetiboment !
Nostre inne naciounal : La Coupa Santa ! De que i a de plus pacific ? ...
Mas alèra, amic, se decidam de mantène aquela qu’es nostra, aquela lenga de Pats, li cal donar toutes lous mouiens de se defendre e de trioumfar dins la lucha que li fan aduèi maitas lengas plus favourizadas. L’escola, lou libre, lou journal. E cal coumensar per l’escola, persa que es à l’escola que s’apren à parlar couma col, à legir è à coumprene so que dis lou libre e lou journal.
Es qu’acoì pas una ounta per un pople couma lou nostre, que se crei libre e civilizat, d’avouar tristament en facia de las obras de sous pouètas vertadiers : sabi pas legir nostra lenga.
Ami, tu qu’es un tipe escaravilhat, troba me una fourma d’inhouransa que siaga plus trista qu’aquela.

[La guerre n’est pas une affaire des peuples, mais de gouvernants assez savants pour se comprendre dans quelque langue que ce soit... Mais enfin, admettons qu’il y ait trop de langues. Comptons combien il y en a en trop et supprimons-les. Mais supprimons-les toutes coquin de sort ! Car s’il y en a, mettons deux cents en trop et que nous ne supprimions que notre langue d’oc, cela ne se verra pas, ce sera comme si nous ne faisions rien.
Et je ne vois pas du tout pourquoi nous supprimerions celle-là toute seule parce que s’il y a une langue de paix, la nôtre en est une, effectivement !
Notre hymne national : La Coupe Sainte ! Qu’y a-t-il de plus pacifique ? [...]
Mais alors, ami, si nous décidons de maintenir la nôtre, cette langue de paix, il faut lui donner tous les moyens de se défendre et de triompher dans le combat que lui font aujourd’hui d’autres langues plus favorisées. L’école, le livre, le journal. Et il faut commencer par l’école, parce que c’est à l’école que l’on apprend à parler comme il faut, à lire et à comprendre ce que disent le livre et le journal.
N’est ce pas une honte pour un peuple comme le nôtre, qui se croit libre et civilisé, d’avouer tristement face aux œuvres de ses véritables poètes : je ne sais pas lire notre langue.
Ami, toi qui es un type éveillé, trouve une forme d’ignorance qui soit plus triste que celle-là.]

78C’est peut-être pour cette dernière raison que, pour la première fois, Lou Lausetas (alias Henri Mouly), développe ses idées en langue d’oc, pour montrer la nécessité, au-delà de la parler, de l’écrire et de la lire. Notons qu’à cette date, il a déjà publié dans la presse de nombreux écrits en occitan, surtout des poèmes. Il est à remarquer aussi qu’il se fait le défenseur de la langue d’oc contre des attaques qui lui sont portées, pour aboutir, comme toujours, à la nécessité de sa reconnaissance par les autorités afin qu’elle fasse son entrée à l’école par la grande porte. Trois mois plus tard, il s’insurgera contre le fait qu’elle ait été complètement « oubliée », écartée de la foire exposition de Rodez qui s’est tenue le 11 juin 1933, inaugurée par le Président de la République Albert Lebrun.

79À la fin d’une conférence sur Théodore Aubanel (21-05-1933), Calelhou rappelle la nécessité de mettre les grands auteurs occitans dans les programmes des études françaises et ajoute :

Les éducateurs le comprennent bien qui dans les programmes surchargés de leurs écoles font une place à la langue d’oc.
J’en veux pour témoignage ce qui se fait au Lycée et à l’E.P.S. Monteil de Rodez.

80C’est la deuxième fois qu’est dévoilé dans la presse, sans plus de détails, après la publication des propos du professeur DAUDE lors de la remise des prix au lycée Foch en 1923, que quelque chose est fait dans certains lycées.

81Dans les années qui ont précédé la seconde guerre mondiale, le journal ne publie pas d’article sur les relations langue d’oc — école. Les soucis sont ailleurs et puis le Grel Rouergat connaît de gros problèmes internes qui nuisent certainement au militantisme. Le 1er mai 1932, H. Mouly encense le recueil de Prosper Estieu Las Oras cantairas dans une analyse en langue d’oc. Jean Ladoux va donner plusieurs articles les 25 septembre 1932, le 11  décembre et le 8 octobre 1933 respectivement sur : L’orthographe de la langue d’oc, Le vocabulaire de la langue d’oc et L’unification de la langue d’oc.

82C’est M. Gandilhon Gens-D’Armes, un auvergnat de Paris qui, le 21 avril 1940, commentant le livre de Mouly, Éléments de langue occitane, remarque la timidité et la prudence des propos introductifs à l’œuvre de la part des Inspecteurs d’Académie M. Bègue du Lot et M. Lignières en Aveyron, qui ne se prononcent pas clairement sur l’enseignement de la langue d’oc. M. Gandilhon Gens-D’Armes cite l’Inspecteur d’Académie Lignières :

Il n’est dans mon esprit nullement question d’introduire dans nos écoles rouergates l’enseignement systématique d’un idiome local

M. Gandilhon Gens-D’Armes rétorque :

Très bien, mais alors, que fera-t-on alors du livre de Monsieur Mouly ?
Monsieur Lignières explique qu’il pourra rendre de grands services « au cours des séances d’Activités dirigées », il aidera notamment à enseigner l’orthographe de certains mots français et à souligner quantité d’incorrections françaises à éviter. Bref, on se servira hors de la classe, de la langue d’oc, pour mieux enseigner la langue française. Ca va ! Ca va ! Merci bien ! Mais j’aimerais mieux, étant sans doute émancipé, le conseil que donnait Vermenouze :
La libertat d’escrieure e de parlar sa lenga se dèu pas damandar jamai ! Cau que se prengue ! E n’es qu’un bastard sans una gouta de sang noble, lou que s’en laisso despoulhar.

[La liberté d’écrire et de parler sa langue ne doit pas être demandée, jamais ! Il faut la prendre ! Il n’est qu’un bâtard sans une goutte de sang noble celui qui s’en laisse dépouiller.]

Henri Mouly, dans un propos « Los recatats » [Les réfugiés], empreint de tout l’humanisme qui caractérise l’homme, va traiter en occitan des malheurs de la guerre et de l’exode des gens qui quittent le nord de la France pour fuir l’envahisseur allemand. Alors que dit-il nous avons une vie normale, tranquille, imaginez-vous qu’un ordre arrive :

Dins dos ouros bous cal èstre partits ! Lous Alemands arribou !
[Dans deux heures il vous faut être partis ! Les Allemands arrivent !]

Et Henri Mouly qui a connu les meurtrissures de la première guerre mondiale, va dénoncer la barbarie des nazis :

Lous Alemands ! Lous regiments alemands ! Uno armada de loups e d’assassins que couneissou ni Dieu, ni Diaples, ni mainats, ni femnos, ni vièls, ni piatat, ni mizèro, ni ren. Uno armado de sauvages aganits que se fa uno glorio de tuar, de pilhar, de prautir, de demoulir, de cremar, de salir, de proufanar. De miliouns d’omes armats de tout so que la tecnico mouderno a pougut inventar de plus rafinat per semenar la mort, la pòu, l’ourrour, la destruccieu. Lous Alemands bòu beni !

[Les Allemands ! Les régiments allemands ! Une armée de loups et d’assassins qui ne connaissent ni Dieu, ni Diables, ni enfants, ni femmes, ni vieux, ni pitié, ni misère, ni rien. Une armée de sauvages affamés qui se fait une gloire de tuer, de piller, de piétiner, de démolir, de brûler, de salir, de profaner. Des millions d’hommes armés de tout ce que la technique moderne a pu inventer de plus raffiné pour semer la mort, la peur, l’horreur, la destruction. Les Allemands vont venir !]

Après avoir relaté la fuite désordonnée devant le danger, le malheur des gens déracinés, dans l’obligation de tout laisser il ajoute :

Et tout d’un cop, amount dins lou cèl tout blu, apareissou lous ausselasses d’Hitler que passou coumo lous lieus, laissant toumbar la mitralho. Aquel paure pople abio pas prou mizèro, ni prou doulour, ni prou fatigua. Lous ausselasses d’Hitler li benou enquèro pourtar l’englaj et la mort.
Maudit siague lou respounsable, toutes lous respounsables d’aquèlo guèrro sauvajo !

[Et tout à coup, là-haut dans le ciel tout bleu, apparaissent les grands oiseaux d’Hitler qui passent comme des éclairs, laissant tomber la mitraille. Ce pauvre peuple n’avait pas assez de misère, ni assez de douleur, ni assez de fatigue. Les gros oiseaux d’Hitler viennent encore leur porter l’effroi et la mort.
Maudit soit le responsabe, tous les responsables de cette guerre sauvage !]

83Il marque clairement son horreur de la guerre et affirme son abomination d’Hitler qu’il avait dénoncé dans l’Armanac Rouergat et qu’il reprendra dans un article de la revue pédagogique Escòla e Terrador. Il met d’ailleurs en cause « tous les responsables » de la guerre et appelle à accueillir dans les meilleures conditions possibles tous les réfugiés :

Fazèts lour so que boudrias que bous faguèssou. Anèsses pas sercar de discours ni de sacramèios. Partajatz ambe elses bostro teulado, bostre fougairou, bostro sopo de caulets.
Que se posque dire, al mièch de toutos las ourrours descabestrados sus la terro que la bountat e l’umanitat beluguejou enquèro al cur de nostro Fransa immourtalo.

[Faites-leur ce que vous voudriez qu’ils vous fassent. N’allez pas chercher des discours ni des simagrées. Partagez avec eux votre toit, votre foyer, votre soupe aux choux.
Que l’on puisse dire, au milieu de toutes les horreurs débridées sur la terre, que la bonté et l’humanité brillent toujours au cœur de notre France immortelle.]

84Paroles de réconfort d’un humaniste qui a toujours lutté pour la paix et qui n’a jamais laissé paraître un quelconque soutien à quelque régime en place dans cette période de guerre. Cette association de la langue occitane à l’humanisme, la solidarité et la bonté, est à relever.

85Le 14 juillet 1940, sous le titre « Félibrige », Calelhon et E. Séguret débutent leur propos par une citation de F. Mistral :

Le grand patriotisme naît de l’attachement que l’on a pour son pays, pour ses coutumes, pour sa famille.
[...] Par conséquent, si nous voulons relever notre pauvre Patrie, relevons ce qui fait germer les patriotes : la religion, la tradition, les souvenirs nationaux, la vieille langue du pays et cité par cité, province par province, rivalisons d’étude, de travail et d’honneur, pour exalter diversement le nom de la France.

Et les félibres aveyronnais ajoutent leur commentaire :

Ainsi parlait Mistral aux Jeux Floraux de Montpellier de1875.
Inutile de souligner la valeur d’actualité de ces sages paroles. Les doctrines mistraliennes renferment les éléments essentiels d’un programme de reconstruction politique et sociale qui accorderait à chacun des groupes sociaux : famille, profession, commune, région, la faculté d’exercer pleinement ses activités légitimes et d’obtenir la reconnaissance de ces droits : l’État devenant l’organe politique chargé de faire le rassemblement de toutes les forces nationales, de les canaliser, de les grouper en une harmonieuse fédération d’intérêts particuliers, mis au service du bien commun.
Ah ! Se me volian comprendre
Ah ! Se me volian seguir

[Ah ! S’ils voulaient me comprendre/Ah ! S’ils voulaient me suivre]
Disait encore Mistral.

Faisant état du bon fonctionnement du Félibrige pendant des années, ils ajoutent :

Et puis... Et puis les nuées mauvaises vinrent obscurcir l’étoile qui s’était levée dans notre ciel méridional. Le venin dissolvant de toutes nos énergies nationales n’a pas épargné le Félibrige. Les méthodes parlementaires se sont introduites dans nos assemblées ; nous avons ouï force discours d’une phraséologie vide et vaine, nous avons vu le bluff des arrivistes, les manœuvres des combinards, leur course aux honneurs et aux récompenses, les jalousies, les rivalités de chapelles, le grouillement des égoïsmes et des vanités, tout le train ridicule de la foire aux cigales.
On parlait, on banquetait, on intriguait, on paradait. Que reste-t-il de cette agitation ? Du vent.
Parmi l’indifférence, la veulerie générales, et les dédains systématiques des pouvoirs publics que pouvaient les fidèles tenants de la doctrine ? Pas autre chose que maintenir. Ils l’ont fait. Par la plume, par l’action, par l’exemple ils ont été des mainteneurs. Leur honnêteté, leur foi, leur enthousiasme sont intacts ; dans l’œuvre de relèvement moral et de reconstruction nationale ils sont prêts à servir.

86Cette déclaration d’orientation politique du couple Séguret se situe sur fond de gros problèmes au sein du Grel Rouergat rongé par des luttes intestines et peu après la prise de pouvoirs du Maréchal Pétain. Leur antiparlementarisme et régionalisme de l’époque affichés, se retrouvent dans deux articles des 4 et 11 août.

Le régionalisme que nous indiquions comme voie de salut va se trouver enfin et à l’honneur et en mesure de donner les bienfaits capables d’opérer le relèvement national. Une de ses manifestations les plus utiles doit être son entrée dans les programmes scolaires. À l’école en effet lèveront les jeunes générations chargées d’accomplir la rénovation du Pays. Là le cœur et l’intelligence, le moral et le mental se formeront selon des idées et des réalités saines et non selon de programmes inconsistants comme des nuées et dangereux comme elles par la foudre aveugle qu’elles renferment.
Le régionalisme scolaire aura devant lui quelques bases simples d’où partir. Il devra à notre avis s’attacher à l’Histoire de la Province, à sa géographie et aux questions économiques qui en dérivent, à l’étude des arts majeurs et mineurs qui l’enrichissent, et enfin à sa langue.

87Après un développement sur l’histoire, la géographie, l’économie, les industries locales, ils ajoutent :
Il nous reste à traiter d’une question que nous connaissons plus profondément, à laquelle nous avons consacré depuis 25 ans notre attention. Elle tient à la race, aux terriens, elle nous paraît comme la clé de bien d’autres conquêtes :

Qual ten sa lengo ten la clau
Que di cadeno lou delieure

[Celui qui tient sa langue tient la clé/Qui des chaînes le délivre]
s’écriait Mistral.

Une citation de Mistral dans Las Isclos d’or va associer langue d’oc et défense des idées pétainistes ; cette association va demeurer dans l’esprit des lecteurs et être renforcée dans les propos tenus la semaine suivante (11 août 1940) sur l’école rurale :

Il la faut belle, aimée et respectée de tous, fleur du terroir, née de lui et vivant par lui et pour lui. Il faut qu’elle fasse des écoliers de vrais fils de la terre, des enracinés ; à côté du savoir nécessaire, elle doit leur donner une formation morale qui développe dans leur cœur le goût de la rusticité.
Poésie du terroir, noblesse des travaux rustiques accordés au rythme des saisons, sagesse qu’apporte à l’homme le contact perpétuel avec la nature, grandeur simple des belles traditions paysannes, fierté d’être un travailleur libre et maître chez lui, sentiment de cette continuité de l’effort vainqueur des orages et des révolutions, tout ce qui fait la valeur du terrien et l’honneur de sa vie ; c’est tout cela que l’école devra enseigner et honorer.

88L’école se trouve centrée sur elle-même et sur le seul milieu dans lequel elle évolue, vouant ainsi les élèves à un certain enfermement. Pour bien réussir, nous disent les époux Séguret, il faut étudier les auteurs occitans.
Ils citent quelques poètes rouergats, français et occitans, ils mettent en avant Claude Peyrot avec ses Georgiques patoises et l’abbé Bessou :

Voudra-t-on comprendre enfin que la connaissance rationnelle de la langue d’oc, le contact avec ses écrivains, serait pour la formation morale et la culture intellectuelle des maîtres et des élèves, un bienfait inestimable ?

89Les deux articles mêlent étroitement soutien à la langue d’oc et une certaine idée du régionalisme, sagesse des gens du terroir face et aux dangers de la ville et à la dépravation qui y attend la jeunesse, morale, pureté de la race, école et occitan, tous ces éléments étroitements mêlés ont fait alors associer défenseurs de la langue d’oc et esprits passéistes. Mais cela va plus loin.

90Le Journal de l’Aveyron publie le 15 septembre, le message que le Maréchal Philippe Pétain a fait envoyer à la veuve de Frédéric Mistral, à l’occasion du 110e anniversaire de la naissance du poète.

91Il y vante les mérites de l’auteur provençal qu’il asssocie à la philosophie défendue par le régime en place :

Je vois en lui l’évocateur sublime de la France nouvelle que nous voulons restaurer, en même temps que la France traditionnelle que nous voulons redresser.
Noblesse, pureté, génie, de l’homme sont associés à de « ... hautes vertus » ; courage optimiste, mâle persévérence, charme des choses de la terre et des humbles rites de la vie domestique, culte des autels, des foyers et des tombeaux.
Au citoyen, au patriote, dont l’œuvre et la vie témoignent que l’attachement à la petitepatrie, non seulement n’ôte rien à l’amour de la grande, mais contribue à l’accroître en opposant une résistance invincible à tout ce qui peut nous déclasser, nous niveler, nous déraciner.
Au chantre inspiré de la race latine et des trésors spirituels dont elle est l’héritière et qui constituent pour elle une promesse d’éternité.
Et puisse notre renaissance française trouver en Mistral son guide et son maître, son animateur et son inspirateur.

Ce sont là des paroles que ne peuvent qu’approuver avec enthousiasme les époux Séguret qui ajoutent en appendice :

Et voilà, enfin, reconnue par l’État, la valeur éducative du plus grand de nos poètes civiques. Tous les félibres, tous les mistraliens se réjouiront. Depuis vingt ans, nous travaillons à répandre en Rouergue les doctrines mistraliennes, convaincus que leur application fera la force et la grandeur de la Patrie.
Fidèles aux lumineux enseignements du Maître, nous répétons avec lui l’heureuse formule de sa sereine certitude :
« S’acos pas uèi sera deman » [Si ce n’est pas aujourd’hui, ce sera demain].

92Si le Maréchal met l’accent sur les qualités morales et spirituelles du maillanais, de langue d’oc il n’est nullement question ; pas un mot sur les écrits du poète et sur la langue régionale. Certes le propos va dans le sens des convictions politiques et philosophiques de Calelhon et d’Eugène Séguret, mais là où se situe le tour de passe-passe, c’est dans la récupération d’un grand auteur provençal au service d’une idéologie de collaboration avec l’ennemi.
En effet quinze jours plus tard, le 3 novembre 1940 est publié le texte de l’allocution radiodiffusée du 30 octobre du chef de l’État, qui précise notamment :

J’ai rencontré, jeudi dernier, le Chancelier du Reich.
Cette rencontre a suscité des espérances et provoqué des inquiétudes. Je vous dois à ce sujet des explications. [...]
Cette première rencontre netre le vainqueur et le vaincu marque le premier redressement de notre pays.
C’est librement que je ma suis rendu à l’invitation du Führer. Je n’ai subi de sa part aucun diktat, aucune pression. Une collaboration a été envisagée entre nos deux pays. J’en ai accepté le principe. [...]
C’est dans l’honneur et pour maintenir l’unité française, une unité de dix siècles, dans le cadre d’une activité constructive du nouvel ordre européen, que j’entre aujourd’hui dans la voie de la collaboration. [...]
Cette collaboration doit être sincère. Elle doit être exclusive de toute pensée d’agression. Elle doit comporter un effort patient et confiant [...]

93Comme en réponse à ces propos, la semaine suivante, Eugène Séguret signe sur deux colonnes, à la une de l’hebdomadaire, un article intitulé « Pétain-Mistral ».

L’une de ces deux voix résonne dans les plus hautes sphères de la poésie. Le chantre de « Mireille » et l’octogénaire des derniers poèmes ont même sagesse, même foi, même préscience. L’autre est la voix d’un vivant, d’un glorieux soldat chargé d’ans et qui revendique avec calme la plus terrible des responsabilités. Ce qui les caractérise toutes deux, c’est la sagesse et la fermeté. Qualités des êtres élus, qualités maintenues et développées chez les vieillards marqués du signe de souveraineté. Chez eux la sensibilité n’existe pas. [...]
Pétain-Mistral, pour eux tout est possible. Ceux qui connaissent Mistral ont-ils fait attention au caractère commun de ces voix. En lisant et en méditant les Messages du Maréchal, comment ne pas être frappé par la similitude d’expression, la qualité de la pensée, l’ordre des restaurations à accomplir, la désignation des sources vivifiantes ?

Citant des vers de Calendau, (Chant 1er) Séguret précise :

De ce chant jusqu’à l’inscription funéraire de son tombeau, Mistral est le poète de la patrie comme aujourd’hui Pétain en est le Politique et le soldat. [...]
Le chef parle dans l’épreuve, avec les sentiments qui peuvent animer une âme de père dont le premier devoir est de panser les plaies et ce faisant de sauver les possibilités de l’avenir.
Mistral a connu aussi ces épreuves.
Après 1870, il a reçu le choc et à la patrie blessée, comme le Maréchal dans son allocution du 11 octobre, il ne craint pas de dire tout en soignant, quelles sont les causes du mal afin d’éviter les rechûtes.
« La France a connu, il y a quatre mois, l’une des plus graves défaites de son histoire. Cette défaite a de nombreuses causes, mais toutes ne sont pas d’ordre technique. Aussi vous étonnerai-je en vous disant que jamais, l’État n’a été plus asservi qu’au cours des vingt dernières années. Asservi de diverses manières : successivement et parfois simultanément par des coalitions d’intérêts économiques et par des équipes politiques ou syndicales, prétendant fallacieusement représenter la classe ouvrière. Selon la prédominance de l’une ou de l’autre de ces deux servitudes, des majorités se succédaient au Pouvoir, animées trop souvent du souci d’abattre la minorité rivale ».
Voilà ce que dit Pétain en 1940. Et Mistral lançait les strophes suivantes en septembre 1871 :

Au vent ausès crida li proufèto à la modo :
« Plus de patrio ! A bas li frountièro ! Nacioun,
Taulo raso ! Escrachen lou passat, quin que siegue !
L’òme es dièu : i’a plus res qu’au-jour d’uèi iè vegue. »

Acò’s acò ! Francés, vico l’umanita !
E lou ben, noble ben qu’avian dre d’eireta,
Zou ! lou repudiam e lou jitam à pourre.
Dòu Crist l’antico lei que nous servié de tourre,
E que, mort, nous durbié soun lusènt Paradis,
Ingrat, la renouncian coume un entravadis...
Qu’es acò Jano d’Arc, e Sant Luis, e Turèno !
Acò ‘s vièi, rouvilhous, lise coume li dardèno...
E pièi qu’es mai necit de toujour remena
Bouvino, Denain, Lòdi, Austerlitz, Iéna !
(Lis Isclo d’or)

[…] Nous n’en finirions pas de citer. Chaque message du chef à son peuple nous apporte ce qui paraît une innovation, mais qui n’est qu’une concordance de vues, l’application à toute la Patrie des enseignements mistraliens.
« Ordre, tradition, foi, hiérarchie, rénovation des provinces et justice rendue à ceux qu’un amour passionné attache à la glèbe, vertus de l’effort, humanité et mesure, fermeté et confiance, nous n’avons qu’à méditer Mistral. Dans son œuvre sont inscrites les réformes salvatrices déjà connues.
Celles de demain y attendent leur tour. La France que nous connaîtrons aura le visage que Mistral nous peint ».

94Ces rapprochements forts entre le grand poète provençal Frédéric Mistral, le maréchal Pétain, la critique des syndicats et des régimes parlementaires, le soutien à la politique initiée en cette période de guerre, tout cela baigné de langue d’oc et soutenu par une personne très connue par le poste qu’il occupe sur la place de Rodez et au-delà en Aveyron, (Eugène Séguret est Fondé de pouvoir à la B.N.C.I. pour le Lot et l’Aveyron), font qu’ils resteront associés dans l’esprit des populations et des membres de l’enseignement. Ce sera un frein certain au développement de l’occitan à l’école.

95D’autant plus que va suivre un article en langue d’oc (9 février 1941) de Joseph Hild, avocat connu, félibre, dans lequel il se félicite des prises de positions et des réformes gouvernementales. Le titre est particulièrement évocateur :

L’obro Mistralenco del Maréchal Pétain
La « Lengo Mairalo » à l’ounour !

[L’œuvre mistralienne du maréchal Pétain/
La « langue maternelle » à l’honneur]

Association étroite Pétain — Mistral suivie d’un appel au réveil national :

Dounc, — naòutres — grelhs ou grelhounels de touto meno — oben pas qu’à countinua nostro trimo dins nostro règo et à fa nostre prefach obituel, per acoumpli nostre dèber naciounal.
Dubèn fa proudel ol bièl Gal Galès... per crida ol Païs que se lou missant asir, l’esprit de jouissensio et de feniontùn obiou pouyrit nostre noblé pouplé de Franço, trop pourtat o engoula las messourgos des pus mespresables charlatans de la poulitico — arò cal que la Desfacho, — se nous fa sonna lou cor, — nous derrebéillè l’âmo, et nous purifico !

[Donc — nous — grillons ou petits grillons de toutes catégories — nous n’avons qu’à continuer notre labeur dans notre sillon et à faire notre travail habituel, pour accomplir notre devoir national.
Nous devons aider le vieux Coq Gaulois... pour crier au Pays que si le mauvais sort, l’esprit de jouissance et de fainéantise avait pourri notre noble peuple de France, trop porté à avaler les mensonges des plus méprisables charlatans de la politique — maintenant il faut que la Défaite, — si elle nous fait touche au cœur — nous réveille l’âme, et nous purifie !]

96Analyse lourde de sens et, sans cesse réitérés, les arguments de régénéréscence, de renaissance dans la douleur, pour retrouver une pureté d’âme, la noblesse de la race, telle que les représentaient les ancêtres. Pour mener la tâche à bien, le maréchal est là, sur les traces de Mistral.
La semaine suivante Calelhou enfonce le clou dans son propos, Le Félibrige et l’éducation Nationale :

Pour maintenir toujours vivante et agissante l’âme de la race, le Félibrige a sans cesse prôné la religion du sol, du travail, de la famille, des tombeaux. Sa littérature chante la vie rustique, saine, simple et libre sous le soleil de Dieu, les maisons bruissantes d’enfants.
« Vivo lous oustals ples de fraires et de sorres » [Vive les maisons pleines de frères et de sœurs]
Le rêve des bons Félibres a toujours été d’élever les âmes par le culte fervent des traditions communes, des gloires nationales, et de les tourner vers les hautes pensées et les nobles espérances. Parce que la langue est l’incarnation vivante de l’âme d’une race, ils s’en sont faits les fidèles gardiens.

97Le travail, famille, patrie sont bien là ; « l’âme de la race » que l’on veut pure, loin des « morbidesses » et autres « névroses » ne peuvent pas ne pas être rattachées aux idées véhiculées par un le pouvoir en place.

98Toujours le rapprochement régime en place/Félibrige, qui ravit l’auteur. Sur la lancée, elle rappelle l’effort fait par le Lycée Foch depuis des années pour la langue d’oc et le fait que les élèves-maîtresses suivent ses cours au collège Fabre. De même elle annonce un cours « ... à l’Institution Sainte-Marie à Rodez sous la direction d’un professeur particulièrement compétent dans les œuvres d’éducation de la jeunesse. » Il s’agit de l’abbé Henri Fournier qui prendra la direction départementale des organisations de jeunesse chrétienne étudiante, ouvrière et agricole : J.E.C., J.O.C., J.A.C. Appelant à suivre ces exemples, elle ajoute :

Puissent ces exemples être suivis. Puisse surtout la connaissance de la langue et de la littérature d’oc allumer une flamme au cœur des fils du pays, afin qu’ils prennent conscience de l’âme de la Patrie.

Dans le même numéro du journal, un article signé J.L. (identité difficile à déterminer : Jean Lacroix ?) signale une conférence donnée par Émile Ripert à Rodez, dans la salle de l’école privée Sainte-Procule sur :

Le message Mistralien du Maréchal Pétain :

Après avoir évoqué de manière saisissante les deux grandes figures du Maréchal Pétain et de Mistral, M. Ripert étudia les termes du « tryptique national » : Famille, travail, patrie, à travers l’œuvre de Mistral qui fut un si génial précurseur et un si fervent animateur des plus belles vertus françaises. La vivante conférence de M. Ripert s’acheva sur une ode magnifique dont il est l’auteur, évoquant la vraie armée du Maréchal, celle des 300 000 morts de Verdun qui nous dictent notre devoir : nous serrer plus que jamais autour du vieux chef qui nous conduit et nous protège aux heures les plus tragiques de notre histoire.

99Là encore, sont associés des deux hommes, le culte des anciens, le rassemblement autour des chefs : chef des Félibres, chef de l’armée et de l’État. Il est relevé la présence de « Son Excellence Monseigneur Chaillol, M. le colonel Marion, préfet de l’Aveyron, M. Denis Puech, membre de l’Institut, M. Clemens, Inspecteur d’Académie, et de nombreuses personnalités ruthénoises. Les jeunes gens et jeunes filles des établissements scolaires de la ville, fidèles des réunions de « Ruthéna », apportaient un élément de jeunesse vibrante. »

100L’analyse présentée par Émile Ripert, adoubée par la présence des autorités départementales et notamment l’Inspecteur d’Académie qui encourage l’introduction de la langue d’oc dans les écoles, voilà encore une pierre apportée à l’idée que droite, Église et Félibrige sont étroitement associés.

101Sur la même colonne immédiatement au-dessous, est annoncée une conférence du Cercle Ruthena :

En avril, M. Charles Maurras, de L’Académie Française, parlera d’Anatole France inconnu.

102Toutes ces réunions, la personnalité des intervenants, les thèmes retenus, donnent une idée du climat politique dans lequel baignait la population aveyronnaise.

103La même approche de la situation se retrouve dans le numéro suivant du Journal de l’Aveyron (30 mars 1941). Un court article présente sous le titre « La langue d’oc à l’école », une lettre en occitan adressée au Maréchal par un élève, R. Enjalbert, du Collège Sainte-Marie de Rodez :

L’Institution Sainte-Marie compte une florissante section d’étude de la langue d’oc, sous la compétente direction de l’abbé Fournier. Ces jeunes étudiants ont eu l’heureuse idée d’offrir, en langue d’oc, au chef de l’État, leurs vœux d’heureux anniversaire.
On verra par la lettre suivante qu’ils connaissent bien notre belle langue et sont, en outre, capables de l’écrire selon les prinsipes d’une graphie rationnelle et simple à la fois. Ils méritent des compliments et des encouragements.
Institution sainte-Marie Le 28 mars 1941

Monsehn lo Marescal,
Cosin laisar pasar l’ocazion tant velhada de vos poder escriure un mòt, uèi que se presenta, e dels plus amistozes ? Tant ben, comprendretz milhor amb qu’una jòia vos veni sul pic ofrir mos vòts de santat e de bonur : qu’aquèl anniversari, lèn d’ese lo darrièr de totes, siaga acompanhat de plan maites, enquèra plus joials et plus gloriozes !
Non pas qu’ajem à nos planje d’aber trobat un comandant plus dinhe que cap plus de sons dabansiers ; solament que la Fransa, jol còp des darrièrs malastres, pòd pas preparar ambe pron d’esclat una de las festas que serian las plus grandas en temps ordinari !
Déjà dins lo vielhun, lo vincèire de Verdun a pas plagut la pèna de se sacrificar « En faguent à la Fransa lo don de sa persona »... alèra qu’auria pogut coma tant maites finir plan tranquilament decont abia comensat. Denpei bel briu que s’èra pas vist en Fransa de patriotisme, dirai mai mêmes, d’éroisme butat duscòs à un tal punt, sò que demoraba de Francezes dinhes e justes, levèran lo cap per ensachar de veire lo que sabian ese lor dople salvaire : après son intervencion miraculoza, totes l’aimèran, per que abia sachut agradar à totes. Sò que dizia, sò que prezicaba, èra totjorn lo primier à z’entreprene : Dius dins las escòlas, lo retorn à la terrà, l’esprit de sacrifici e autant de cauzas que remplasan lo regime malastros que nous abia perduts. Per nautres, lo Marescal Pétain, tant vielh que siague, es e demorarà la flor de prima, per son estrambòrd al trabalh e son ardor à relevar la Fransa !
Trabalh, familha, patria, aqui los très mòts qu’abèm sachut comprene, mas que lo temps saquèlà nos podra aprene.
Cosin remersiar nòstre salvaire, sinon en li venguant umblament ofrir nòstra somision per l’ajudar à acabar l’òbra esplandida qu’a comensat ?
R. Enjalbert

[Monsieur le Maréchal,
Comment laisser passer l’occasion tant attendue de pouvoir vous écrire un petit mot, et des plus amicaux, en ce jour qui se présente ? Aussi, vous comprendrez mieux avec quelle joie je viens vous offrir sans attendre, mes vœux de santé et de bonheur : que cet anniversaire, loin d’être le dernier de tous, soit accompagné de beaucoup d’autres encore plus heureux et plus glorieux.
Ce n’est pas que nous ayons à nous plaindre d’avoir trouvé un commandant plus digne qu’aucun de ses prédécesseurs ; seulement la France, sous le coup des derniers malheurs, ne peut pas préparer avec un éclat suffisant, une des fêtes qui serait des plus grandes en temps ordinaire.
Déjà dans la vieillesse, le Vainqueur de Verdun n’a pas eu peur de se sacrifier « en faisant à la France le don de sa personne »... alors qu’il aurait pu, comme tant d’autres finir tranquillement comme il avait commencé. Depuis bien longtemps on n’avait pas vu de patriotisme en France, je dirai même d'héroïsme poussé à ce point, ce qui restait de Français dignes et justes, relevèrent la tête pour essayer de voir celui qu’ils savaient être doublement leur sauveur : après son intervention miraculeuse, tous l’aimèrent, parce qu’il avait su plaire à tous. Ce qu’il disait, ce qu’il prêchait, il était toujours le premier à l’entreprendre : Dieu dans les écoles, le retour à la terre, l’esprit de sacrifice et tant de choses qui remplacent le régime de malheur qui nous avait perdus. Pour nous, le Maréchal Pétain, aussi âgé soit-il, est et restera la fleur du printemps, par son enthousiasme au travail et son ardeur à relever la France !
Travail, famille, patrie, voilà les trois mots que nous n’avons pas su comprendre, mais que le temps, cependant, pourra nous apprendre.
Comment remercier notre sauveur, sinon en venant lui offrir humblement notre soumission pour l’aider à terminer l’œuvre splendide qu’il a commencée ?]

104Si la lettre, écrite certainement avec l’accord du professeur, l’abbé Henri Fournier dont nous parlons par ailleurs, est signée d’un seul élève, elle est présentée comme celle des élèves d’occitan du collège, ce qui les raccroche aux propos tenus. Ainsi tout y est : chef de l’État encensé (toujours vert malgré son âge), soumission à sa politique, critique des régimes précédents, retour à la terre, Dieu dans les écoles...

105Ce sont des propos de ce genre que nous retrouvons dans d’autres articles, notamment en cette période de guerre, qui ont contribué à associer dans l’esprit du peuple et de bien des enseignants aveyronnais, langue d’oc et enseignement privé et confessionnel et fait des partisans de la langue d’oc à l’école, des suppots de la droite. Il est vrai qu’ils étaient un certain nombre à afficher leurs convictions pétainistes et maurrasiennes mais surtout ils étaient ceux qui s’exprimaient dans la presse à l’époque, et certainement les seuls à pouvoir le faire.

106De tels propos ne peuvent pas laisser indifférents les défenseurs de la laïcité et de l’école publique ; le refus du catéchisme dans les écoles, de la présence du crucifix et de la photo du Maréchal dans les classes ayant valu quelques problèmes à certains d’entre eux avec quelques inspecteurs primaires particulièrement zélés de l’époque,

107Le même jour, Eugène Séguret, trésorier du Grelh Rouergat, donne un long article sur l’activité et l’œuvre de son ami Henri Mouly, citant les déjà nombreux ouvrages du félibre de Compolibat, et son plaidoyer inlassable pour l’occitan à l’école. Il rappelle le livre publié récemment Essais de grammaire occitane à l’usage des écoliers dont son ami lui disait dans une lettre :

[...] tout cela constitue uniquement des points de départ, des axes. Il faut travailler avec plus de force.

108Quelques semaines plus tard (03 août 1941), Calelhou, qui signe Capiscòl du Grelh Rouergat, dans un historique de l’association, revient sur sa création par H. Mouly et E. Séguret avec quelques amis et les premiers pas au Lycée de Rodez : cours donnés aux élèves, participation aux Jeux Floraux ocitans, création de bibliothèques de langue d’oc, organisation de fêtes et soirées en l’honneur d’auteurs occitans. Elle remercie ceux qui ont aidé : M. Veschambre, censeur du lycée, félibre et régionaliste, M. Henri Bousquet, Président de la Société des Lettres... M. Émile Galtier, professeur de première. Mouly et Séguret réussirent dit Calelhou, « grâce à l’appui vigoureux apporté par le Collège d’Occitanie et au dévouement de l’un de ses animateurs, Monsieur l’abbé Salvat, professeur de langues romanes à l’Institut Catholique de Toulouse. » Et elle apporte des précisions sur le fonctionnement de cette équipe et sur le travail effectué. Nous ne citerons que quelques passages :

Une vingtaine d’élèves suivirent les premiers cours. Thèmes et versions étaient donnés et recueillis chaque semaine ; il fallut bientôt prévoir une organisation plus sérieuse.
À travers des hauts et des bas, le nombre de nos étudiants oscillait entre cinquante et quatre-vingt-dix... À l’heure actuelle, grâce à la bienveillance d’une administration généreuse à la tête de laquelle nous sommes heureux de saluer et de remercier Monsieur Tongio, Proviseur, et Monsieur Albenque, Censeur, soixante-dix élèves ont suivi avec régularité les cours que le Grelh Rouergat et le Collège d’Occitanie leur donnent. Trois professeurs, MM. Romiguier, Vézinhet et Saysset lisent les textes, les commentent, dirigent les lectures de nos grands classiques d’Oc. Les devoirs sont corrigés et transmis au Collège d’Occitanie chargé du classement général.
Deux mille cent copies pour le seul lycée, ont été ainsi vues, annotées, et commentées ensuite par les maîtres dans l’année scolaire qui vient de s’achever. Quatorze prix ont été distribués ainsi qu’en témoigne le Palmarès de notre grand établissement secondaire.Une douzaine de volumes nouveaux sont venus enrichir nos bibliothèques.

La félibresse rappelle que des cours sont également donnés à l’Institution sainte-Marie de Rodez, au Grand Séminaire, et aux futurs instituteurs et termine :

Ainsi depuis vingt ans le Grelh Rouergat travaille dans cette voie des rénovations provinciales que le Chef de l’État dans son magnifique message à Mme Mistral a indiquée comme une des voies de salut. Monsieur le Maréchal Pétain a bien voulu adresser à notre Grelh, ses encouragements personnels. Conscients de l’efficacité de notre œuvre, nous la continuerons.

109Ici encore les efforts faits pour donner à la langue d’oc la place à laquelle elle a droit, l’intégrer aux études normales, sont rattachés au Maréchal et à sa politique. Julienne Séguret reprend les mêmes idées le 12 octobre, dans le compte-rendu du Premier Congrès de l’Enseignement de la Langue d’Oc qui s’est tenu en Arles les 25-26 septembre 1941 en précisant :

La question des ouvrages pédagogiques nécessaires est alors mise à l’étude. M. Marius Jouveau demande un manuel unique de l’enseignement de la langue d’oc qui grouperait à la fois des lectures, des leçons de grammaire et de vocabulaire et des exercices et devoirs. Nous faisons remarquer que nous avons en Rouergue un manuel présentant toutes ces qualités ; ce livre est celui de notre ami M. Mouly : Éléments de grammaire occitane ; qui est pour les élèves un commode et précieux instrument de travail. [...]
Examinant les possibilités actuelles les congressistes pensent que le Félibrige peut venir en aide aux autorités universitaires pour l’organisation de l’enseignement de la langue d’oc dans les établissements scolaires publics et privés, et émettent le vœu qu’il soit fait appel aux organismes félibréens.

110S’agit-il là d’un désir de voir les félibres intervenir auprès de la jeunesse pour donner une orientation à l’enseignement de la langue et impulser leur vision de la politique à mener ? Nous savons que Calelhou a très longtemps essayé d’obtenir un poste de déléguée départementale à l’enseignement des langues régionales ; ou plus simplement d’une conséquence du manque avéré de professeurs et d’instituteurs qualifiés en langue d’oc ? Ici aussi, elle termine en marquant sa reconnaissance au chef de l’État :

Le premier Congrès de l’enseignement de la Langue d’Oc donnera certainement des résultats dont se réjouiront tous les mistraliens et tous ceux qui espèrent le salut de cette renaissance de l’esprit et des libertés de nos provinces que le Chef de l’État évoquait dans son admirable message du 8 septembre 1940 à Mme Mistral et tout récemment encore dans son lumineux discours de Chambéry.

Et elle précise citant Jérôme Carcopino :

Unissons dans une même admiration reconnaissante ces deux génies français :

Celui du poète qui a prévu
Celui du Chef qui réalise.

Henri Mouly éprouve le besoin de faire une mise au point (20-12-1941) concernant sa position sur la graphie, suite à un article concernant son intervention au Congrès de Linguistique et de phonétique occitane :

Je me rallie sans réserve aucune à la graphie de l’École Occitane.

111Le 7 mars 1942, il donne sa vision de la jeunesse rurale dans « Lo jouinesso païsanto » et propose pour les jeunes sortis de l’école très tôt, dans chaque canton :

uno bòrio-escolo pla comprezo ount nostres jouines, a la morto sazou, poudriòu deboloupar so qu’où entrevist a l’escolo, e persègre lour fourmacieu. Mès una talo escolo existo pas ; e quand siaguès, me demandi s’arribario à ramouzar aquelo jouinesso escampilhado dins lous mazes très legos a l’entour.

[une ferme-école bien étudiée, où nos jeunes, pendant la morte-saison, pourraient développer ce qu’ils ont entrevu à l’école, et pousuivre leur formation. Mais une telle école n’existe pas ; et même en serait-il ainsi, je me demande si elle arriverait à rassembler cette jeunesse éparpillée dans les mas, trois lieues autour.]

112Le Journal de l’Aveyron publie de nombreux échos annonçant le Premier Congrès du Collège d’Occitanie et son programme, ainsi que les dates des examens de langue d’oc, le Certificat d’études primaires occitanes et les résultats
Le 4 juillet sont publiés les résultats du Premier Certificat d’études primaires occitanes avec les noms des lauréats.

113Le besoin de lier la langue d’oc à la politique de Rénovation Nationale du Maréchal Pétain et du gouvernement de l’époque est confirmé par la publication, à partir du 25 juillet 1942 et sur plusieurs numéros du journal, d’un discours prononcé par l’abbé Jean Cubaynes lors de la remise des prix au Petit Séminaire de Gourdon dans le Lot. Eugène Séguret qui le présente précise :

En raison de la qualité des liens qui unissent le poète à notre Rouergue : communauté de dialecte, séjours prolongés chez nous, amitiés nombreuses, nous pensons que les lecteurs de ce journal nous sauront gré de leur faire connaître ce discours. [...]
Aussi ils y verront de quelle hauteur l’on peut regarder le mouvement « national » de rénovation régionale. Ils pourront y relever, répandues dans la poésie et la vérité de ces pages, les idées qui nous sont familières depuis toujours et que le manifeste des félibres fédéralistes Amouretti et Charles Maurras, lu devant le Capoulier Félix Gras, en 1892, a précisées. Les lecteurs y verront aussi que la voie prise par le « Grelh Rouergat » depuis 21 ans et qui a provoqué le congrès du Collège d’Occitanie à Rodez les 11 et 12 avril derniers, la voie de la langue d’oc à l’École, le choix des élites, est bien la voie du salut, tant pour la langue que pour la province.
Les 147 professeurs et maîtres qui ont si attentivement suivi les travaux de ce Congrès puiseront dans les pages que nous publions, les enseignements et les conseils qui les aideront à tenir les engagements pris par eux. Qu’ils puisent dans le « trésor » que leur indique M. Cubaynes, trésor répandu autour d’eux, afin qu’ils soient enrichis et fortifiés pour le grand effort que nous allons leur demander.
Que M. l’abbé Cubaynes, ami, poète, traducteur incomparable de Virgile, trouve ici l’expression de notre reconnaissance. Il nous a donné à la fois la joie de lire un bien beau travail et l’occasion de faire servir son étude au triomphe de nos causes françaises et rouergates.

Citons quelques courts extraits du long discours de l’abbé Cubaynes :

Tant-ben, à las oras escuras de nostre malastre nacional, lo Cap-Mèstre de l’Estat li s’es pas enganat. Comprenent que per se repelhar la Fransa avià bezon de tocar tèrra, d’amanar tot so qu’i a de galhard, de sanse e de refortent dins nostre eretatge comun, el qu’avià dich qu’una frachiva resemenada es un tros de Fransa que renais, a sentit qu’encara melhor un noble parlar de Fransa à cu tornan l’onor que se merita, aco’s un bocin de l’ama franceza que junteja e floreja.

[Aussi, aux heures obscures de notre malheur national, le chef de l’etat
ne s’y est pas trompé. Comprenant que pour rétablir la France, il y avait
nécessité de reprendre pied, de rassembler tout ce qu’il y avait de solide,
de sensé et de réconfortant dans notre héritage commun, lui qui avait
dit qu’une friche ànouveau ensemencée est un morceau de France qui
renaît, a senti que, mieux encore, un noble perler de France auquel on rend l’honneur qu’il mérite, c’est un morceau de l’âme française que l’on rassemble et qui refleurit.]

Le mérite de la reconnaissance de la langue d’oc en revient donc, selon L’abbé Cubaynes, au Maréchal Pétain, et il poursuit citant ce qui a été fait dans l’enseignement :

L’ensenhament de nostres grands dialèctes foguèt donc mes en question, non pas piètrament amor que los parlars de nostres mazes serviguen à esclairar per comparazon qualques retals de gramatica o d’escritura franceza, mas per qu’aqueles dialèctes siaguen estudiats directament a mercés lor propia valor, coma z’oc portan sens viradas aquestas regas d’una letra ministeriala (28-11-1941).

[L’enseignement de nos grands dialectes fut donc mis en question, non
pas piètrement afin que les parlers de nos mas servent à éclairer par
comparaison quelques morceaux de grammaire ou d’écriture française,
mais pour que ces dialectes soient étudiés directement selon leur propre
valeur, comme l’indiquent sans ambiguïté ces lignes d’une lettre ministérielle (21-11-1941).]

114C’est un beau discours, un hymne à la langue d’oc, de l’abbé Cubaynes aux jeunes séminaristes qui ne peut qu’être apprécié par les occitanistes pour le volet historique, la démonstration de la richesse de la langue, la nécessité de son apprentissage. Seulement voilà la langue d’oc à nouveau adossée à la politique de « Rénovation nationale » du Maréchal Pétain et du gouvernement de Pierre Laval, aux idées de Charles Maurras et d’Amouretti, le tout enveloppé dans un discours prononcé par un curé dans un petit séminaire ; c’est certainement beaucoup pour les enseignants aveyronnais de l’école publique, laïque, républicaine confrontés à la bataille scolaire toujours exacerbée dans ce département. De même le reflet que veut donner Séguret de l’orientation de l’action du Grelh n’est certainement pas partagée par tous les membres de l’association. Par exemple Henri Mouly, ce pacifiste, républicain, n’a jamais laissé paraître d’opinion sur la situation politique de l’époque mais a écrit un bel article pour la paix en occitan (« Lous Recatats » du 16 juin 1940), sur sa haine de la guerre, les malheurs qu’elle entraîne et pour la fraternité entre les hommes. De même Adrien Vezinhet, Censeur au Lycée Foch, est resté à distance de l’orientation maurassienne prônée par les Séguret et le directeur du Collège d’Occitanie.

115Ce genre d’article va peser très fort sur l’opinion que les enseignants aveyronnais se feront de l’orientation politique des défenseurs de l’occitan dès la Libération.

116Le 7 novembre Calelhou présente deux recueils de chants et fait leur analyse : Cansonnier de Lengadoc [Chansonnier du Languedoc], qui contient « chansons de marche, de travail, d’amour, complaintes, nadalets » et Cansons del Rouergue [Chansons du Rouergue] rassemblant des chants du villefranchois Gustave Bessière harmonisés par son frère, ce dernier ouvrage préfacé par Antonin Perbosc. La félibresse précise que ces recueils ont été distribués aux élèves des classes d’occitan et sont venus étoffer la bibliothèque du lycée grâce aux efforts du Grelh Rouergat et du Calelh du Rouergue.

117Un écho du 14 novembre souligne les décrets ministériels encourageants pour l’enseignement de la langue d’oc et annonce les cours du Collège d’Occitanie à Toulouse, suivis par des centaines d’étudiants (tous départements confondus bien sûr) doublés par une leçon hebdomadaire par T.S.F. sur Radio-Toulouse. (Elle avait lieu le jeudi matin).

118L’examen de langue d’oc, Certificat d’études primaires occitanes (C.E.P.O.), est annoncé pour le 10 juin 1943 ; il comprendra un premier et un deuxième degré, et les résultats en sont publiés le 20 juin avec le contenu des épreuves.

119Le 31 juillet est reproduite l’allocution donnée par l’abbé Salvat sur Radio-Toulouse dressant un tableau de l’enseignement de l’occitan en Aveyron et analysée dans le chapitre consacré au Congrès du Collège d’Occitanie. Il ajoute que 48 candidats se sont présentés au Certificat d’études primaires occitanes, examen présidé par M. l’Inspecteur d’Académie.

120Montrant que la langue d’oc a maintenant fait son entrée dans les écoles, Julienne Séguret va reprendre bien des arguments le 25 septembre 1943 dans Lengo nostro :

La dizoun morto e ieu la cresi vivo.
[Notre langue : ils la disent morte et moi je crois qu’elle est vivante].

Elle démontre que c’est une langue véritable et non un patois. Richesse oubliée, elle est :

L’édifice émouvant que toute notre race a bâti avec sa pensée et qu’elle a scellé de ses larmes et de son sang. Incomparable trésor que nous avons le devoir de conserver et d’enrichir. [...]
Nous avons à faire une œuvre d’éducation. Nous sommes quelques-uns qui l’avons entreprise ; nous voulons la mener en toute loyauté et sincérité, persuadés de bien servir notre pays. Dans ce journal qui s’est fait le champion de la cause paysanne et s’est voué à la défense et à l’illustration de notre cher Rouergue, nous mènerons le bon combat pour notre langue maternelle, pour notre chère langue d’oc.
Nous disions plus haut que les portes de l’école s’ouvrent pour lle. C’est vrai.

121Et Calelhou va rappeler les établissements où l’on enseigne l’occitan, la tenue du Congrès, les nouvelles écoles primaires qui se mettent à cet enseignement, le succès de la revue Escòla e Terrador, [École et Terroir] le Certificat d’études occitanes... Elle termine par l’expression « Raço, racejo », [Bon produit porte graine] en quelque sorte.

122Curieusement cet article laisse une impression de rapide récapitulatif et semble solder les comptes, faire un état des lieux. Malgré un ton qui se veut résolument optimiste, il dégage une sorte de mal être et n’est pas aussi entraînant qu’à l’accoutumée. Est-ce la période qui veut cela, l’évolution de la situation politique et les problèmes que la félibresse voit arriver en cette fin 1943 ? Le fait est qu’il sera son dernier avant bien longtemps ? Nous ne la retrouverons que plus tard dans d’autres revues ou périodiques pour parler de littérature.

123Début 1944 (4 mars), paraît le résumé d’un article anonyme « Le patois à l’école rurale » qui marque nettement son opposition aux arguments des défenseurs de la langue d’oc à l’école :

Inutile d’enseigner leur langue maternelle aux fils de paysans, ils la parlent mieux que leurs maîtres, ils pensent le « patois », pendant que bien des maîtres ne peuvent que « patoiser » du français. D’autre part les parents envoient leurs enfants à l’école pour apprendre le français et quelques notions indispensables. Les quelques mois de fréquentation scolaire sont trop courts pour en mésuser.
De plus un enseignement méthodique suppose l’uniformité préalable des cinquante variétés de rouergat. Ce serait enlever à chacune ses richesses propres et créer une sorte d’espéranto compris à Mur-de-Barrez comme à Saint-Jean du Bruel, mais que nul ne parle. Cette adaptation poussée plus loin au languedocien, au provençal, au limousin corromprait et tuerait tous nos patois. Il n’est déjà que trop d’hybrides.

L’auteur accepte que le Félibrige crée une langue littéraire pour la diffuser dans le sud de la France, mais il veut conserver la pureté des parler locaux :

À l’école rurale le patois local devra être discrètement encouragé et protégé contre l’intrusion des autres patois et du français lui-même. Dans les exercices français, pas de patois ; mais en récréation, en promenade, aux seances récréatives, un patois correct : il faut dire « lou dobontal » et non « lou domontal ».

La réponse ne se fait pas attendre et arrive, très courte, dès la semaine suivante sous la plume d’Henri Fournier qui explique ce que veut faire le Collège d’Occitanie pour l’unification :

Il veut enseigner une orthographe commune qui permette à un lecteur de Saint-Jean du Bruel de lire les textes de Jean Ladoux de Mur-de-Barrez et Henri Mouly de Villefranche [...] Ce faisant, l’enseignement de la langue contribue, au contraire, à enrichir la langue... Tel mot qui risque de se déformer (ex. lo dabantal) reprendra sa vraie physionomie rouergate.
L’ambition d’un bon maître sera donc non pas d’apprendre à ses élèves à parler une langue qu’ils parlent peut-être mieux que lui, mais d’enrichir leur vocabulaire au contact de vocabulaires parents et de leur enseigner à écrire leur langue selon une orthographe logique. Il n’y a là aucune atteinte à la pureté et à l’originalité d’un dialecte.

124Cela paraît un peu lapidaire pour contrer un des rares contradicteurs qui a osé s’opposer au déferlement en faveur de l’occitan à l’école. Il est permis de s’étonner que ce soit l’aumonier du lycée responsable des jeunesses chrétiennes qui assure la réponse. Les « ténors » semblent pointer aux abonnés absents. Les soucis sont certainement ailleurs en ce mois de mai 1944.

125Seul paraîtra un autre article du même Henri Fournier le 15 avril annonçant la sortie du livret d’Henri Mouly, Teatre escolari, dont il analyse en quelques lignes le contenu, et le 24 juin seront publiés les résultats du Certificat d’études primaires occitanes de 1944.

126Il n’y aura pas d’autres interventions sur cette vaste et importante question de l’enseignement de la langue d’oc à l’école dans le Journal de l’Aveyron qui va disparaître le 18 août 1944. Il sera remplacé par Le Rouergue Républicain à la toute autre ligne éditoriale, proche de la résistance, qui publiera quantité d’articles sur la résistance, et le retour des prisonniers, mais très peu de textes sur l’occitan ou dans cette langue. A l’évidence, les prises de position de certains des plus ardents défenseurs de la langue d’oc en période de guerre ne les autorise guère à parler dans cet hebdomadaire républicain. La Revue du Rouergue prendra également la suite. Par ailleurs, les soucis des aveyronnais comme de l’immense majorité des français sont tournés vers d’autres centres d’intérêts, nettement plus urgents.

127Un certain nombre de publications existent en ce vingtième siècle dans le département, mais toutes sont à diffusion limitée et très loin de donner autant d’importance à la langue d’oc que ne le fait Le Journal de l’Aveyron. Parfois un poème, une historiette, un proverbe en occitan.

128Le Narrateur de Villefranche de Rouergue, hebdomadaire qui devient Le Villefranchois Libéré en septembre 1944, publie un certain nombre de textes de l’abbé Bessou, enfant du Villefranchois, ainsi que des poèmes, articles en langue d’oc, ou sur l’occitan et, notamment d’Henri Mouly. Nous retrouvons souvent les arguments que nous avons anlysés par ailleurs.

Quels enseignements tirer de ce tour d’horizon ?

129En gros nous pouvons distinguer trois périodes :

  • Au début du siècle sont publiés des textes en occitan, surtout de Justin Bessou, et quelques analyses sur la langue.

  • Après 1921, année de création du Grel Rouergat, le débat est ouvert, portant essentiellement sur la légitimité de l’enseignement de la langue mais aussi sur l’idée d’unité de la Nation — langue unique et pluralisme linguistique (Nous sommes après 1914-1918).

  • Dès 1940, les articles adossent clairement les revendications linguistiques à la politique de Rénovation Nationale du Maréchal Pétain et des gouvernements successifs.

L’argumentation

130Parmi tous les éléments que nous avons recueillis, il est opportun de faire un point sur les différentes idées développées. Ce qui peut surprendre, dans les articles ou interventions diverses et sous des formes multiples, c’est que les raisons avancées par les défenseurs de la langue d’oc à l’école sont très souvent des réponses à des attaques portées par des opposants, mais qui ne sont pas toujours spécifiées dans la presse, les articles contre sont manifestement les moins nombreux. On peut penser que certaines idées viennent de loin, charriées par le temps, reprises par certaines personnalités ou autorités : ministres, responsables politiques, inspecteurs, et développées dans des réunions, au cours de discussions dans les écoles, dans des revues parfois et pour l’essentiel par la rumeur publique.

Les arguments contre la langue d’oc à l’école

  • Cette langue n’est qu’un patois, elle est honteuse ;

  • C’est la langue de l’obscurantisme, des grossièretés, des bêtises ;

  • Elle s’oppose à la nouveauté, au progrès scientifique ;

  • Langue du passé, de la campagne, passée de mode et elle n’est en aucune manière tournée vers l’avenir ;

  • Elle est incapable de traduire ou d’inventer des mots nouveaux ;

  • Elle a tendance à se franciser et devient un charabia ;

  • La langue d’oc est morte ;

  • Alors que nous sommes à l’époque européenne et à l’ouverture sur le monde, c’est la langue du repliement sur soi, de l’encoconnement, de l’enfermement ;

  • Les dialectes entretiennent trop l’esprit de clocher, cela mène à des conflits ;

  • Ils présentent un risque de mise en cause de l’unité de la république, de séparatisme ;

  • L’abondance de langues est cause d’opposition entre les hommes, d’incompréhension et mène à la guerre ;

  • Nous sommes en France, il faut parler français, la langue maternelle est le français ;

  • Il est français celui qui parle français ;

  • À l’école les programmes sont trop chargés ;

  • À la limite, on peut se servir de la langue d’oc pour apprendre le français ;

  • De toute façon, elle doit se faire discrète et apparaître le moins possible.

Les arguments des défenseurs de la langue d’oc à l’école

  • C’est la plus ancienne, elle existait avant le français ;

  • C’est la langue de troubadours, de la beauté, de la jeunesse, de l’amour ;

  • Elle fait partie du patrimoine, de l’âme du pays ;

  • C’est une langue naturelle qui est encore parlée partout ;

  • Elle fait l’objet d’une persecussion injuste depuis des siècles ;

  • Elle a résisté et malgré les coups, elle est toujours vivante, preuve de sa force ;

  • Pouvoir parisien, école, presse l’ont combattue ;

  • À son endroit, la force a primé le droit ;

  • Elle a été appelée « patois », pour lui donner mauvaise conscience ;

  • La langue d’oc est une langue véritable avec son unité, sa syntaxe, sa grammaire, son vocabulaire, et qui n’est pas plus grossière que les autres ;

  • Comme les autres langues elle a la capcité d’inventer des mots nouveaux, scientifiques, techniques, et l’on ne voit pas en quoi elle serait ennemie du progrès ;

  • Elle permet l’ouverture sur les autres langues romanes et le bilinguisme naturel occitan-français permet l’ouverture vers d’autres langues et facilite leur apprentissage ;

  • Le répertoire rouergat est très important et prisé, il faut en découvrir la diversité ;

  • Il est inique de trouver le temps et la volonté d’apprendre d’autres langues et d’abandonner celle que nous avons à notre porte, chez nous ;

  • Le bilinguisme existe naturellement, il faut en profiter ;

  • De nombreuses personnalités, des associations, défendent l’occitan à l’école, c’est la preuve de la valeur et de l’intérêt que présente cette langue ;

  • Cet apprentissage permet de lutter contre le gavage et l’uniformité, il n’a rien à voir avec un esprit scissioniste ou quelque séparatisme que ce soit ;

  • L’occitan porte des valeurs sociales et morales indispensables ;

  • Dire que trop de langues favorise les guerres est une ânerie ; il y a des peuples qui parlent la même langue et qui se font la guerre, et d’autres qui utilisent des langues différentes dans le même pays et qui vivent en paix ; la guerre est voulue par les politiques et les tenants de l’économie, même s’ils parlent la même langue ;

  • Au nom de la paix, pour quelle raison ne supprimer que l’occitan qui est une langue de paix, il faudrait alors les supprimer toutes ;

  • Si la langue d’oc n’est pas la langue française, elle est langue de France et à ce titre elle a droit à la vie ;

  • Elle est employée par quantité d’écrivains, et la littérature occitane, de grande valeur, il n’y a pas de raison de la laisser de côté, c’est une injustice et une bêtise ;

  • Étudiée, apprise et parlée dans le monde entier, il n’y a aucune raison pour qu’elle ne le soit pas en France.

131Le temps passe, mais les arguments employés au début du xxe siècle contre la langue d’oc sont toujours à l’honneur avec plus ou moins de force et d’écho en ce début de xxie siècle, notamment le fait que la diversité des langues serait source de séparatisme et de désunion au sein de la République.

132Les défenseurs de l’occitan à l’école, de leur côté, ont des difficultés à se faire entendre face à l’argumentation officielle. Une certaine façon de juger les langues régionales est entrée dans les têtes de la grande majorité de la population, à force de rabachage d’idées fausses. Parfois aussi, l’argumentation répétitive, pleurnicharde sur un passé lointain, parfois même le ton incantatoire sur la beauté, la moralité de la langue a pu avoir l’effet inverse de celui recherché. De même les prises de position, l’orientation politique de certains défenseurs de l’occitan a pu jouer contre la langue en l’associant à une certaine vision des choses.

133S’ils ont mené une lutte dans la presse, leurs revues, dans les médias, dirions-nous aujourd’hui, ils ont aussi pensé à donner aux enseignants des moyens pour l’enseignement de la langue à tous les niveaux de la scolarité. Une lutte pied à pied qui se poursuit au xxie siècle.

134Nous noterons que, pour l’essentiel, les articles argumentant sont en français, certainement pour être bien compris de tous les lecteurs du Journal de l’Aveyron ; également un certain nombre sont issus de gens étrangers au département, ou pris dans d’autres journaux, certainement pour donner plus de force aux revendications et pour fournir des éléments à la presse.

135Les curés et la religion apparaissent avec force : Bessou, Salvat, Fournier, Cubaynes, les établissements privés et séminaires sont mis en avant alors que c’est dans l’enseignement public qu’a débuté l’enseignement de l’occitan et où sont mis en place les cours d’occitan les plus nombreux et les plus importants. Il y a là un tour de passe-passe assez bizarre, une sorte de récupération.

136Ainsi, curieusement une étrange association va imprégner les esprits : occitan/droite/Félibrige/école confessionnelle et faire de gros dégâts parmi le corps enseignant des écoles publiques freinant considérablement l’essor de l’enseignement de l’occitan. Les instituteurs aveyronnais partisans des méthodes initiées par Célestin Freinet feront une place à la langue d’oc dans leur enseignement, mais la loi Deixonne en 1951 va passer quasiment inaperçue. En fait, l’enseignement de l’occitan ne prendra un essor certain que dans les années 1960 avec notamment une impulsion de la section départementale de l’Institut d’études occitanes (I.E.O.) et après 1970.
N.B. Dans la reproduction des articles et citations en occitan nous avons respecté la graphie des auteurs qui n’était pas toujours la graphie normalisée adoptée par la suite.

L’OHUC « Vingt siècles d’histoire, Journal des enfants de l’arrondissement d’Espalion »

137Dans l’ensemble de la presse locale aveyronnaise, outre le Journal de l’Aveyron, il paraît intéressant de s’arrêter sur ce bi-mensuel de l’arrondissement d’Espalion, diffusé dans tout le Nord-Aveyron et qui n’a paru que sur l’année 1940 : L’OHUC.

138Outre les nouvelles de la région, et une orientation politique marquée par la présence de très nombreux hommes politiques de droite dans son comité de rédaction (voir ci-dessous) il donne une assez bonne idée des sentiments qui traversaient la population en cette période particulière. Il a pour secrétaire général et gérant, le félibre aveyronnais Joseph Vaylet. Il publie des textes, poésies et articles divers en occitan ou sur la langue d’oc.

139L’éditorial de son premier numéro daté du 21 janvier 1940, signé « L’OHUC », vraisemblablement Joseph Vaylet, indique qu’il est né de la guerre et donne un certain ton :

Il aurait pu s’appeler « Le cri du Haut-Rouergue » ou « L’Écho de la montagne » ou « La voix de l’Espalionnais ». Il s’appelle « L’OHUC ».
L’OHUC, à la fois cri, écho, voix.
Il fut le cri qui, du haut des monts appela nos lointains aïeux à la bataille. Il résonna sous les murs inviolés de Gergovie, face au Romain vaincu. Il retentit aux profondeurs de la forêt celtique, et son écho errant éveille encore, après vingt siècles, les solitudes de nos grands bois.
Il est la voix éclatante d’une race ferme et forte que la mollesse des temps n’a pas altéré. Il jaillit et monte fier comme la tour d’Aubrac et comme elle éternel, car comme elle il atteste notre indépendance et notre liberté.
Aussi ce nom trace-t-il notre programme.

140Même s’il n’est pas de très grand format, (36 cm puis 46 cm sur quatre pages), ce qui n’offre pas une très grande surface de publication, ce bi-mensuel va publier dans chaque numéro sous la rubrique « Lengo nostro » un ou plusieurs textes occitans, poésie, analyse, commentaires sur la situation politique, histoire, proverbes, ou un propos en français sur la langue d’oc.

141Le 4 février 1941, paraît sous la forme d’une lettre, « Marinou de la Baloio à Jan de la Mountonho » [Marinette de la Vallée à Jean de la Montagne], une sorte de message signé Paul Gayraud se terminant ainsi :

Mès d’oquel Hitler, praco !... Saique la plasso de Gripet à l’ifèr es bengudo libro et fo tout so que pod, aquel brigandas, aquello orro bèstio d’Hitler per la se merità.

[Mais à propos de cet Hitler !... Sans doute la place du Diable en enfer s’est libérée et il fait tout ce qu’il peut, ce grand brigand, cette horrible bête, pour la mériter.]

142L’idée est reprise sous une autre image dans le numéro 11 de juin sous le titre : « LO FIÈBRE DEL LOUP » [La fièvre du loup], rappelant Mistral qui conte l’histoire d’un loup affamé qui descend du Mont Ventoux à Carpentras pour faire ripaille, se met en danger par ses repas trop copieux, il a la fièvre et se meurt de trop manger, il doit peser ses repas à la balance romaine. Concernant la situation du moment, la leçon se termine ainsi :

Encaro uèi, i a un loup qu’à la fièbre manjarèlo : l’apèlou Adolf e s’es pas jamai serbit de roumono. Otobé tant qu’a manjat d’anhelous, en chècos, en Poulounho, en Finlando è altres liocs, a poscut lous engolà sans trop de mal. Mès aro que s’es atacat al gros cabal, lou mouci es trop gros è cal que ne crèbe coumo lou loup de la faplo. Lou pus lèu serà lou melhour !

[Aujourd’hui encore, il y a un loup qui a la fièvre à trop vouloir manger :
ils l’appellent Adolphe et il ne s’est jamais servi de romaine. Aussi tant qu’il a mangé des petits agneaux en Tchécoslovaquie, en Pologne, en Finlande et autres lieux, il a pu les avaler sans trop de mal. Mais à présent qu’il s’est attaqué au gros cheval, le morceau est trop gros et il faut qu’il en crève comme le loup de la fable. Le plus tôt sera le mieux !]

143Ton très anti-hitlérien, certes, mais le numéro quatre, traite des ennemis du peuple : le communisme, Staline et les Soviets qui sont accusés d’être dans le camp d’Hitler, ainsi que les évènements de 1936 qui porteraient la responsabilité de la situation. Ces idées sont reprises dans le numéro du 7 juillet. Sous le titre : « Pourquoi nous avons perdu la guerre », signé Joseph Vaylet, Ancien combattant, il désigne : les pacifistes de 1936 et le fait qu’ils aient tourné en dérision le respect des traditions familiales, régionales, françaises, chrétiennes ;

C’était le règne de l’ignorance livresque, c’était le temps de la désertion du travail et le triomphe de la paresse, de la jouissance, de l’égoïsme...
C’est dans ces conditions qu’il a fallu affronter les chars blindés et les avions innombrables. La défaite en a été la conséquence.

Le « Manifeste Paysan » proclamé le 3 octobre 1937 (trois ans avant) à Espalion est publié le 21 juillet 1940 sur une page entière dans lequel sont affirmés :

  • « L’échec des partis politique... » ;

  • « L’absence de Bon sens et d’intérêt national... » (nous sommes juste après 1936) ;

  • La faute en incombe à « l’idéologie marxiste qui a rompu avec la tradition séculaire, monarchique et révolutionnaire de la France... » ;

  • « La classe paysanne a entendu avec intérêt les paroles d’estime prononcées par le Fuhrer-Chancelier du Reich à l’égard de la France. Elle considère que si une entente durable et sincère pouvait intervenir entre la France et l’Allemagne, la grande angoisse qui pousse les peuples à la ruineuse course aux armements serait apaisée... »

144Suivent les félicitations du Maréchal Pétain pour ce Manifeste ainsi que les textes des conventions d’Armistice avec l’Allemagne et avec l’Italie, et l’allocution du Maréchal à ce sujet.

145Le 1er septembre J. Vaylet reprend violemment les mêmes idées dans son propos intitulé :

146Lou Relèboment naciounal.

[...] Lou Goubernament a cambiat, e, touto la pouiritudo de la IIIo Republico a serbit à fumà lou grand camp ount aro se trabalho à fa un brabe issart, per i semenà è i recoultà, demo, de bèlos è richos meissous, se plai à Dious, per que la Franso diou èstre tourna-mai netejado e aprouprido :
Bai, bai, camarado ;
Bai-bai te labà !
Atal se canto encaro dins lou païs uno bièlho bourrèio nostro.
Aquelos paraulos, semblou s’adreissà uèi, à la Marianno que lous Pouliticaires è lous francs-massous abioù talament mascarado que, nostres paires, se sai tournabou, n’aurioù pas plus recounegudo, aquello pauro Republico talament es abastardido !
[...]
La Franso, nostro maire-patrio es estado pla malauto... Aro dintro en coumbalessensio.
[...]
Abetz prou auzit parlà de Pierrounet de Nasbinals, que petassabo lous membres demargoulhats. Uèi, i a al cap de la Franso un ome qu’es en trin de fà lou petassaire : lou marescal Pétain
Aidà ! La franso es coumo dessigoulhado...Caldro-be tournà rassembla lou tout...
Canalho, racalho, bourdufalho, è cassibralho tout acò que bal pas tripalho, sera passat al grand curbèl. Cal trià lou boun gro de la palho. E sabètz n’i abio talament d’asuèl dins aquel froument de la Franso ! Cal tira las poussos de touto meno, è ne mancabo pas ! Lou missont gro des partits poulitics, de la franc-massounario, de l’estranjeralho, metecalho e pouïridalho, que de l’escolo à l’usino estoufabo l’amo de la Franso, cal que tout aco se neteje ! L’ouro de la Resoelido a sounat ! A l’obro lous bouns artisans del relèboment, è del Redressoment naciounal ! Lou sang francès gisclo dins nòstros benos.
[..]
Lou Felibrige è lou Regiounalisme malgrat las atacos des nèscis où serbit lou Païs, è uèi, mai que jamai, caldro coumptà sur lour ajudo, per qu’es Felibrige è Regiounalisme où trabalhat toutjour a mantene los bertadieiros e bounos tradicious que soù l’amo è la forso d’un Païs.
Coumo disioù nostres aujols : Rasso racejo !

[Le relèvement national.
[...] Le gouvernement a changé et toute la pourriture de la IIIe République a servi à fumer le grand champ où on travaille maintenant à faire un bel essart, pour y semer et y récolter, demain, de belles et riches moissons, s’il plait à Dieu, parce que la France doit-être encore une fois nettoyée et propre :
Va, Va, camarade,
Va-va, te laver !
Ainsi chante-t-on encore dans le pays une bourrée bien de chez nous.
Ces paroles semblent s’adresser aujourd’hui, à la Marianne que les politicars et francs-maçons avaient tellement défigurée que nos pères, s’ils revenaient, ne l’auraient plus reconnue, cette pauvre République, tellement elle est abâtardie ! [...]
La France, notre mère-patrie a été bien malade. Maintenant elle entre en convalescence. [...]
Vous avez assez entendu parler de Pierrounnet de Nasbinals, qui réparait tous les membres désarticulés. Aujourd’hui, à la tête de la France, il y a un homme qui est en train de faire le rebouteux, le maréchal Pétain.
Hélas ! La France est comme démantibulée... Il faudra bien rassembler le tout ...
Canaille, racaille, menu fretin et piétaille tout cela ne vaut pas tripaille et sera passé au grand crible. Il faut trier le bon grain de la paille. Et vous savez, il y avait tellement d’ivraie dans ce froment de France ! Il faut éliminer la poussière de toute nature, et il n’en manquait pas ! Le mauvais grain des partis politiques, de la franc-maçonnerie, de l’étrangéraille, de la métècaille et de la pourriture, que de l’école à l’usine elle étouffait l’âme de la France, il faut que tout cela soit nettoyé ! L’heure de la Renaissance a sonné ! A l’œuvre les bons artisans du Relèvement et du Redressement national ! Le sang français gicle dans nos veines. [...]
Le Félibrige et le Régionalisme malgré les attaques des idiots, ont servi le Pays, et aujourd’hui, plus que jamais, il faudra compter sur leur aide, parce que Félibrige et Régionalisme ont toujours travaillé à maintenir les bonnes et véritables traditions qui sont l’âme et la force d’un pays.
Comme disaient nos aïeux, à bonne race, portée de qualité !]

147L’ensemble de l’article est du même ton et se passe de commentaires ! L’OHUC véhicule ainsi des propos anti Front Populaire, anti-franc-maçonnerie, antiparlementarisme, antimarxisme qui, associés au Félibrige et à un régionalisme défenseur du régime alors en place et à la langue d’oc, contribueront à forger une certaine image des défenseurs de l’occitan. C’est l’idée que s’en feront nombre d’instituteurs et qui amènera par la suite bon nombre d’entre eux à rejeter l’enseignement de la langue d’oc. C’est aussi pour marquer l’opposition à ces idées que dès la Libération, certains se rapprocheront de l’I.E.O., Institut d’études occitanes, dont ils créeront, bien plus tard, une section aveyronnaise.
Concernant l’occitan, qu’apporte donc plus précisément L’OHUC ?

A l’OHUC, ount fazèm tant que poudèm uno pichoto plasso à la « lengo maïralo », luchom pel Regiounalisme è per la respelido del Païs d’oc è de sa Lengo, que siague provensalo ou « lengo nostro ! »

[À l’OHUC où nous faisons autant que nous le pouvons une petite place
à la « langue maternelle  », nous luttons pour le régionalisme et pour la Renaissance du Pays d’Oc et de sa langue, qu’elle soit provençale ou langue de chez nous !]

148Dans la même parution, « La lengo d’oc è lous Ministres », [La langue d’oc et les ministres] sont cités quelques ministres Louis Marin, Édouard Herriot comme défenseurs de l’occitan. Le Maréchal est présenté comme « Protecteur des Jeux Floraux ». Sa réponse dans laquelle il accepte le titre de « Protecteur des Jeux Floraux », est reproduite, mais il n’y est nullement question de langue d’oc, sinon de « restauration des provinces, [...] des anciennes coutumes, [...] des traditions ancestrales. »

149Le 1er décembre une déclaration forte est faite en faveur de la décentralisation, qui s’appuie sur la doctrine de Mistral, « Notre doctrine », celle de la « Nacioun Gardiano ».

150L’OHUC paraît pour la dernière fois à Noël 1940 (no23). Les explications données par le Secrétaire Général Joseph Vaylet évoquent des raisons matérielles, mais aussi :

Notre position de vaincu contraint la presse, si modeste soit-elle, à une discrétion que l’autorité compétente a su nous rappeler, on comprendra que nous ne persistions pas dans une entreprise onéreuse et désormais stérile.

151C’est clair, la censure rôde. Plusieurs numéros de L’OHUC sont parus avec certaines parties de colonnes vides portant la mention « Censuré ». Si la position pro-pétainiste voire maurrassienne est évidente, certains propos antiallemands et contre Hitler ne sont pas du goût des censeurs. Sous la férule de l’occupant et de ses sbires, les fondateurs du bi-mensuel ont donc décidé de cesser sa parution.

152Curieux mélange d’opposition à l’envahisseur et de soutien au régime pétainiste en place, l’Ohuc marque surtout son opposition viscérale à la gauche sous toutes ses formes et contribue à associer la langue du pays à sa vision des choses.

153Son comité de rédaction est composé de nombreux élus de droite du nord-Aveyron :
Président : M. Joseph Lacroix, conseiller général, président de la commision départementale.
Secrétaire général : M. Joseph Vaylet.
Secrétaire de rédaction : M. Granier.
Membres : MM. Jean Niel, député ; A. Alazard, O. de Chefdebien, L. Galtier, J.J. Gauzit, Th. Malet, Dr Maynier, E. Pradel, Dr Viguier, conseillers généraux ;
Dr Capoulade, conseiller d’arrondissement ;
Dr Trémolières, Dr Ayrinhac, A. Bessières, Canitrot, Farkas, Fayel, Izard, Rey, E. Salettes, A. Solinhac, U. Vergely, René Vernières.

Graphiques

Écrits occitans

Figure 1. — Écrits occitans

Figure 1. — Écrits occitans

154À l’évidence, la langue occitane est présente dans le Journal de l’Aveyron au travers de différentes formes d’écrits, comme nous le voyons sur ce graphique. Le début du siècle est marqué par la forte présence de L’abbé Bessou dont certaines œuvres sont entièrement publiées sous forme de feuilleton. Les historiettes, devinettes et autres proverbes fleurissent.

155Il est remarquable que de nombreux chants, essentiellement des frères Bessières sont présents avec leur partition. La poésie occupera toujours une bonne place. C’est là un phénomène curieux. Comparé à la période actuelle où la publication de poésies dans la presse est quasiment nulle, jusqu’à la seconde guerre mondiale, la parution de textes en vers était monnaie courante, tant en Français qu’en occitan. La coupure 1914-1918 est très nette.

156Après 1921 et la création du Grelh, la publication s’intensifie et se maintiendra avec des hauts et des bas, et une recrudescence lors des conflits internes à la société félibréenne fin des années 1930.

Associations félibréennes

Figure 2. — Associations félibréennes

Figure 2. — Associations félibréennes

157Comme on peut le constater, le nombre d’articles consacrés au Félibrige est très faible au début du xxe siècle. Les aveyronnais membres de l’association sont rares. Quelques individualités comme Léopold Constans professeur, Artières, imprimeur, tous deux de Millau, Le Marquis de Pomérols à Rodez, Auguste Bénazet coiffeur à Villefranche-de-Rouergue, Fournier de Saint-Affrique, parmi ceux dont nous avons pu retrouver la trace. Ce n’est qu’à partir de l’initiative prise par Henri Mouly et Eugène Séguret que les adhésions se font plus nombreuses et que les publications sur le sujet commencent vraiment avec des pics lors de débats particuliers, de discussions sur les initiatives prises et surtout lors des graves problèmes qu’a connus l’association aveyronnaise dès les années 1936-1937, chacun essayant de défendre à mots couverts sa vision des choses.

Occitan à l’école et Jeux floraux

Figure 3. — Occitan à l’école et Jeux floraux

Figure 3. — Occitan à l’école et Jeux floraux

158Le fait qu’il n’y ait pratiquement pas de résultats aux Jeux floraux qui apparaissent avant 1920 est dû à l’inexistence de société félibréenne.

1591921 marque un tournant dans ce domaine. Il est clair que dès que le Grelh Rouergat a étté créé, des informations ont été données sur la vie du Félibrige et la société aveyronnaise et des écrivains du département ont concouru aux Jeux floraux obtenant certains résultat, notamment Henri Mouly et Calelhou.

160Sur le débat concernant l’apprentissage de l’occitan en milieu scolaire, il n’a lui aussi débuté qu’avec l’association félibréenne aveyronnaise ; des pics apparaissent clairement après l’intervention du Ministre de l’Instruction publique Anatole de Monzie en 1925, marquant son opposition, ainsi que durant la seconde guerre mondiale période qui a fait naître chez certains bien des illusions à ce sujet.

Conférences

Figure 4. — Conférences

Figure 4. — Conférences

161Ces deux graphiques ajoutent une vision de la considération dont jouissait la langue d’oc au travers de conférences qui lui étaient consacrées ainsi qu’à des écrivains en langue d’oc et à leurs œuvres. Un certain nombre d’articles paraissent après la mort de L’abbé Bessou, relatant son œuvre, et occupant parfois une place importante dans la pagination du journal que le graphique ne peut malheureusement pas traduire.

Annonces

Figure 5. — Annonces

Figure 5. — Annonces

162La langue affirme également sa présence grâce à la publicité, les annonces diverses concernant des publications, des réunions et des parutions de livres ou revues nouvelles la concernant.

163Signalons simplement que le pic important de 1919 est dû à des appels répétés chaque semaine à une souscription en faveur d’une stèle dédiée à l’abbé Bessou décédé en 1918 et la publication des noms des souscripteurs.

164La radio n’apparaît qu’en 1938 pour les émissions de Radio Toulouse auxquelles participe notamment l’abbé Joseph Salvat au nom du Collège d’Occitanie et de l’École Occitane rappelant ce qui est fait dans la région en faveur de l’enseignement de la langue d’oc, mais aussi sur des thèmes littéraires précis ou des écrivains occitans. Cette station radio diffusera par la suite les émissions de Catinou et Jacouti dont le fils d’Henri Mouly, Charles, sera l’un des créateurs et animateurs.

Publications totales

Figure 6 — Publications totales

Figure 6 — Publications totales

165Nous avons sur ce graphique la physionomie que nous retrouvons en gros pour chacun des domaines étudiés en particulier :

  • temps fort en début de siècle 1900-1905 avec les publications des œuvres de l’abbé Justin Bessou, des articles d’Antonin Perbosc sur Le traditionalisme ;

  • creux à partir de 1905 dû à la bagarre scolaire qui fait rage avec la séparation des Églises et de l’État, l’enseignement privé catholique étant très développé en Aveyron ;

  • reprise sensible avant la guerre de 1914-1918, notamment par l’action d’hommes comme Léopold Constans qui fonde en 1906 l’Ormona Roergás [L’Almanach rouergat], ce qui entraîne un certain nombre de publications l’annonçant, ainsi que quelques textes en occitan ;

  • creux fort compréhensible durant la guerre ;

  • forte reprise après 1920, notamment dès la création du Grelh Rouergat et une assez forte tenue en moyenne au cours des années suivantes plus particulièrement vers la fin des années 1920, après la circulaire du ministre de Monzie et après 1935 en raison des débats au sein du Grelh et semble-t-il d’une certaine surenchère de la part des différentes parties pour apparaître et prendre l’ascendant sur la partie concurrente ;

  • la production moyenne persiste en début de seconde guerre mondiale pour s’effondrer vers 1943 jusqu’à août 1944 qui verra la fin du journal.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit du Dictionnaire Patois-Français du département de l’Aveyron, publié en 1879 à Rodez, après la mort de l’auteur, réédité en 2002, édit. Jeanne Lafitte, Paris.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. — Écrits occitans
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/908/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 2. — Associations félibréennes
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/908/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 3. — Occitan à l’école et Jeux floraux
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/908/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 4. — Conférences
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/908/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 5. — Annonces
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/908/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 6 — Publications totales
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/908/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Lafon, « La Langue d’oc et l’école dans le Journal de l’Aveyron : 1900-1944 », Lengas, 65 | 2009, 49-116.

Référence électronique

Michel Lafon, « La Langue d’oc et l’école dans le Journal de l’Aveyron : 1900-1944 », Lengas [En ligne], 65 | 2009, mis en ligne le 06 janvier 2016, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lengas/908  ; DOI : 10.4000/lengas.908

Haut de page

Auteur

Michel Lafon

Doctorant, ETOILL, Université de Montpellier III

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals