Navigation – Plan du site

Louis Pastre : un républicain radical et pédagogue réformateur vers le catalan à l’école (1881-1903)

Loís Pastre : un republican radical e pedagòg, reformator cap al catalan a l'escòla (1881-1903)
Lluc Bonet
p. 167-204

Texte intégral

  • 1 Cet article est tiré du mémoire de master II en Études romanes, présenté en septembre 2008 à l’univ (...)

1Louis Pastre1 (Clermont-l’Hérault 1863 — Perpignan 1927) est presque inconnu des enseignants de catalan. Pourtant, entre 1901 et 1925, il a publié dix-sept ouvrages et une centaine de contributions aux périodiques, essentiellement la Revue catalane de Perpignan, consacrés en premier lieu à la didactique comparatiste du catalan et du français et aussi à la linguistique catalane et occitane. Parallèlement, Louis Pastre est un pionnier du syndicalisme enseignant, il participe aussi activement à la renaissance culturelle catalane du Roussillon et a des contacts réguliers avec les catalanistes barcelonais.

2L’instituteur occitano-catalan qui effectue dès 1888 l’essentiel de sa carrière dans les Pyrénées-Orientales, après avoir débuté en 1881 dans son bas Languedoc natal, se distingue dans l’histoire des langues régionales à l’école française par sa « méthode mixte », succession d’une approche directe du français et de l’enseignement par la traduction et l’étude contrastive du catalan. On s’intéressera ici seulement aux fondements personnels de la proposition didactique de Louis Pastre en analysant, dans leur contexte historique et géographique (France, Catalogne, Occitanie), les deux livres scolaires édités précédemment à son manifeste en faveur du catalan à l’école paru en 1907, dès le premier numéro de la Revue catalane.

3Ainsi, au temps des débuts de l’école laïque et de « la croisade contre les patois », l’Essai d’éducation sociale..., manuel pratique de solidarisme publié en 1901, situe le pédagogue parmi les républicains radicaux, tandis que Le français usuel par les exercices de langage..., manuel de français langue seconde avant l’heure, paru en 1903, confirme l’adhésion du didacticien au réformisme officiel légitimé par les méthodes directe et intuitive. Mais Louis Pastre avait-il pensé l’articulation postérieure du français et du catalan dès la conception des premiers ouvrages de français usuel ?

Instituteur « par la petite porte »

  • 2 Sources pour la carrière professionnelle de Louis Pastre : Archives départementales des Pyrénées-Or (...)
  • 3 Bien plus tard, en 1911, Louis Pastre aura des relations avec le philologue allemand et romaniste, (...)

4Louis Pastre, fils de petits propriétaires terriens, est né à Clermont-l’Hérault (Clarmont d’Erau), comme le poète prolétaire languedocien, Jean-Antoine Peyrottes (1813-1858). Il termine sa scolarité au collège communal2, où il suit l’enseignement spécial, une filière du secondaire dans laquelle une langue vivante remplace le latin. C’est justement en allemand qu’il a la meilleure appréciation et nous faisons le pari que sa formation initiale en langue vivante étrangère allemande3 participera à la construction de son profil particulier de futur didacticien du français et du catalan.

  • 4 Anne Roche (1975). De Jean Coste [Charles Péguy] : édition critique. Paris, Klincksieck, 494 p., p. (...)
  • 5 Le brevet élémentaire correspond au brevet de capacité obligatoire, depuis la loi Ferry du 16 juin (...)
  • 6 « Personnel, collège de Pézenas, 1883-1884 », ADH : 1T6468.
  • 7 « Personnel, collège Clermont-l’Hérault, 1886-1887 », ADH : 1T6385.

5Louis Pastre n’est pas bachelier et il échoue au brevet supérieur, tandis que son voisin d’Aniane (Anhana), le futur écrivain Antonin Lavergne4 (1863-1941), est reçu à la même session. Titulaire du brevet élémentaire5, il n’obtient pas de place d’instituteur adjoint et embrasse une carrière dans l’enseignement, en pleine période des lois scolaires de Jules Ferry, par la fonction de répétiteur. En 1882, sa première affectation est au collège de Béziers (Besièrs), et en 1883, entré statutairement en fonction, Louis Pastre est chargé d’une classe primaire au collège de Pézenas (Pesenàs), ville dans laquelle Antonin Lavergne officie à la même époque en tant qu’instituteur adjoint. Le principal trouve Louis Pastre enclin « à se plaindre de tout et de tous6 ». En 1885, il est affecté, peut-être par mesure disciplinaire, dans le département du Tarn. De retour en 1886, Louis Pastre prend ses fonctions au collège Clermont-l’Hérault où sa nouvelle demande de poste d’instituteur est en bonne voie, car selon le principal : « Bon maître, marié et père de famille, l’enseignement primaire ferait une bonne acquisition7. »

  • 8 ADPO : 1T101.
  • 9 Le certificat d’aptitude pédagogique est obligatoire pour être nommé instituteur titulaire depuis l (...)

6La titularisation « en vertu de l’article 348 », probablement une mesure dérogatoire à l’obtention du certificat d’aptitude pédagogique9, au bénéfice de son expérience professionnelle, intervient en 1888, juste avant de rejoindre le collège de Perpignan (Perpinyà). Comme la plupart des ses collègues contemporains, Louis Pastre est entré dans la profession « par la petite porte », il n’est donc pas « un hussard noir de la République » formé au moule de l’école normale. Néanmoins, il est dans ces années 1880, un des acteurs de « la révolution scolaire » fondée sur la gratuité, l’obligation et surtout la laïcité de l’école publique, un idéal qui n’est étranger ni aux francs-maçons, ni aux protestants.

7Au collège de Perpignan, il côtoie le disciple et ami du philosophe de la laïcité Charles Renouvier, le professeur de philosophie Louis Prat (1861-1942). Celui-ci lui parle peut-être de son prédécesseur dans le poste, Jules Payot (1859-1940) qui deviendra dans les années précédant la Grande Guerre un des maîtres à penser des instituteurs publics. Il y rencontre aussi probablement l’abbé Jaume Boixeda (1837-1898), aumonier du collège et poète catalan qui quelques mois auparavant participe aux deuxièmes Fêtes littéraires catalanes de Banyuls-sur-Mer (Banyuls de la Marenda).

  • 10 Louis Pastre meurt, à Perpignan, le 15 février 1927, à 59 ans.

8Dès lors, toute la carrière de Louis Pastre jusqu’en 1920, et toute sa vie jusqu’en 192710, s’écouleront en Pays Catalan. Louis Pastre demande-t-il expressement son affectation dans les Pyrénées-Orientales ? Nous ne le savons pas.

  • 11 Revue catalane, no15, 15 mars 1908, p. 71-72. (Orthographe adaptée, par nos soins, à la norme actue (...)

Per què no viure, aquí, feliç
Sota el cel blau del bon país
Que és la contrada catalana ?
Per què, sota el seu sol calent,
Sempre tenir l’enyorament
En aqueixa terra germana ?
Algú [Louis Pastre], Enyorament (extrait)11

  • 12 Georges Costa (1973). « Les instituteurs roussillonnais de 1887 devant une enquête linguistique ». (...)
  • 13 Rapport de l’inspecteur d’académie des P.-O. sur l’effectif de l’école normale, BEPPO, no9, septemb (...)
  • 14 En 1888, une enquête est menée par l’administration auprès des instituteurs publics en vue de l’Exp (...)

9À la même époque, 35 % des maîtres et maîtresses d’école des Pyrénées-Orientales ne sont pas nés dans le département, ces étrangers sont quasiment tous d’origine occitane12. De gré ou de force, Louis Pastre vient donc grossir les rangs des maîtres d’école gavatxos en Catalogne du Nord. Cette pratique qui remonte au xviie siècle résout dans un premier temps la carence d’enseignants locaux francophones, et à l’orée du xxe siècle, « la répugnance13 » des jeunes Catalans à entrer à l’école normale. Cela permet aussi de réduire l’importance relative des instituteurs du cru, enclins à parler catalan en classe14.

  • 15 Rivesaltes (Ribesaltes) en 1889, Clairà en 1894, Ille (Illa) en 1896, Toulouges (Toluges) en 1900.

10Des quelques trente années d’exercice qui suivent sa nomination de 1889 en tant qu’instituteur-adjoint en école primaire, les dix premières approximativement se dérouleront dans des villages15 viticoles du Roussillon. Bien plus qu’au collège de Perpignan qui accueille principalement les enfants de la petite bourgeoisie francisée, Louis Pastre est confronté très certainement dès son premier poste de maître d’école rural, à la question linguistique franco-catalane. Louis Pastre obtient satisfaction à sa demande de mutation à Perpignan, en 1900. Dès lors, cette affectation dans le chef-lieu départemental, aboutissement prisé d’une carrière d’instituteur, sera définitive.

Au pays d’Oun Tal, la « croisade » contre les patois à l’école

  • 16 « Circulaire de l’inspecteur d’académie à MM. les inspecteurs primaires, relative à l’emploi de la (...)

11Les dix dernières années du xixe siècle, alors que Louis Pastre exerce dans des écoles rurales du Roussillon, sont celles de « la croisade entreprise dans tous les départements où l’on fait usage, pour le parler populaire, d’une autre langue que le français16 ». Cependant, si l’on en croit Pere Courtais (1816-1888), instituteur à Port-Vendres avant 1870, cette croisade n’avait pas attendu les maîtres d’école de Jules Ferry :

  • 17 Pere Courtais a des remords d’avoir persécuté à l’école sa langue maternelle et publie en 1868 un r (...)

[...] hi ha només una quinzena d’anys que, en qualitat de mestre de llengua francesa, i en continuació d’una guerra declarada després de llargs anys, no tenia ni gràcia ni pietat per to lo que, de prop o de lluny, tocava la llengua catalana i no hi ha cap maledicció que no haja llançada contra d’ella17.

  • 18 Irénée Carré s’inspire de la méthode directe pour l’enseignement des langues étrangères, qui sera f (...)

12En 1889, le chef des croisés est l’inspecteur général de l’enseignement primaire Irénée Carré (1829-1909) qui écrit la Méthode pratique de langage, de lecture, d’écriture, de calcul, etc. plus particulièrement destinée aux élèves des provinces où l’on ne parle pas le français, et qui arrivent en classe ne comprenant ni ne sachant parler la langue nationale18. Après la Bretagne, les Flandres, le Pays Basque, le Pays Nisard et la Corse, Irénée Carré tient, en juin 1891, une conférence dans chaque arrondissement du département des Pyrénées-Orientales car, selon l’inspecteur d’académie :

  • 19 « Circulaire de l’inspecteur d’académie à MM. les inspecteurs primaires, relative à l’emploi de la (...)

Il en est peu qui aient gardé aussi ardent l’amour du pays natal, aussi grande la fidélité aux mœurs, aux usages, au costume, au langage traditionnel19.

  • 20 Auguste Taillefer, inspecteur primaire de la circonscription de Prades, participe activement à l’en (...)

Ainsi, l’inspecteur primaire Auguste Taillefer propose dans chaque Bulletin de l’Enseignement primaire des P.-O., d’octobre 1891 à avril 1892, une série d’exercices de langage fondée « sur le plan adopté par M. Carré ». Il l’introduit par la recommandation suivante qui est d’autant plus significative que son auteur est lui-même catalanophone20 :

  • 21 « Exercices de langage ». BEPPO, no7, 1891, p. 171. Auguste Taillefer se réfère directement à l’ins (...)

Oubliez un moment, c’est à dire pendant vos six heures de classe, que vous êtes catalan et ne parlez français et rien que français à vos élèves21.

  • 22 Philippe Martel (2007). L’école française et l’occitan. Le sourd et le bègue. Montpellier, Presses (...)
  • 23 Michel Lafon (2005). « L’occitan e l’escòla en Avairon de 1800 a 1951 : qualques idèias e testimoni (...)
  • 24 Yan Lespoux (2006). « L’Instruction publique et les patois dans les Basses-Pyrénées des années 1880 (...)

13Contrairement à ce que relève pour la même époque Philippe Martel22, dans le Bulletin de l’Instruction primaire de l’Hérault et Michel Lafon23, dans le Bulletin de l’Aveyron, la question de la présence de la langue locale face à l’apprentissage scolaire du français est ouvertement traitée dans les Pyrénées-Orientales. La fréquence nous paraît inférieure cependant à ce que signale Yan Lespoux24 dans le Bulletin de l’Instruction primaire des Basses-Pyrénées. Voilà donc effectivement de quoi nourrir le débat, et le passage d’Irénée Carré semble lui être favorable.

  • 25 « Questions d’enseignement ». L’Indépendant, 12 avril 1899, p. 1.

14En Pays Catalan, la question des patois dépasse le cadre scolaire et transgresse les clivages politiques. En 1899, en première page du journal républicain progressiste L’Indépendant, Emmanuel Brousse (1866-1926), alors journaliste et conseiller général, défend « l’enseignement du français au moyen des dialectes locaux25 » en reprenant, à son compte, le tout récent argumentaire de La Dépêche, le journal radical de Toulouse. La réponse, cinglante, intervient trois jours plus tard, à la une de L’Indépendant. Elle émane d’Alexis Ribère, professeur d’allemand au lycée de Montpellier. Bien qu’il « cultive ce patois à moments perdus, à titre de hors-d’œuvre littéraire », il propose un florilège, modèle du genre, d’arguments contraires à « l’enseignement du français au moyen des dialectes locaux ». Nous avons retenu le passage sur la réaction et l’antipatriotisme :

  • 26 « Questions d’enseignement ». L’Indépendant, 15 avril 1899, p. 1.

Pourquoi vous préoccuper à outrance, avec votre confrère Jean René, de La Dépêche, des difficultés qu’éprouve la grand-mère du village à comprendre ses petits-enfants, lorsqu’ils lui parlent français ? Cet état de choses ne durera pas plus longtemps que la grand-mère elle-même, car les paysannes de l’avenir, instruites comme les hommes, à l’école du village parleront toutes le français. Vous me direz sans doute que c’est la mort prochaine des patois locaux. Et quand cela serait ? S’il est vrai que le patois maintient dans une certaine mesure la primitivité des mœurs, et conserve les vieilles traditions, il est malheureusement aussi vrai d’autre part que la multiplicité des idiomes est un des plus grands obstacles à l’unité intellectuelle et morale d’un même pays26.

Les écrits de Louis Pastre sur la question linguistique scolaire ne viendront qu’en 1907. Cependant, nous savons grâce au témoignage postérieur d’un de ses anciens élèves de l’école communale d’Ille (Illa), qu’auparavant, Louis Pastre était, malgré le contexte défavorable, déjà bienveillant quant au catalan à l’école :

  • 27 Il se réfère à la poésie catalane renaissante de Jacint Verdaguer, évoquée plus haut dans l’origina (...)
  • 28 Les nouvelles générations. Generer est un dialectalisme du catalan septentrional (du Roussillon).

[...] el senyor Pastre és estat un dels meus primers mestres, que m’apuntalava les lletres, [...] no era pas de gramàtica catalana que es tractava allavores. Déu-n’hi do del català ! Déu n’hi do de la menta borda i de la fullaraca ! [...] I ben mirat, una llengua tan ben feta i franca com la nostra, ja es podia acampar sense ajuda de gramàtica ni de poesia. [...] Ara bé, no podia pas tothom assaborir les delicadeses d’aquest llenguatge27. Calia encaminar els nous generers28, ajudar els petits a pujar sobre l’arbre de la fruita. És allavores que es presentaren la gent de seny, els mestres i regents, els saberuts de tota mena. [...] En la comitiva d’aquests savis, temps ha que s’hi ha arrenglat el meu antic mestre d’estudi. Al moment d’ara me sembla que veig sa cara bondadosa, el seu aire festiu, i que en ses mans d’home honrat aixeca un nin rossellonès perquè tasti el moscat de la parra. [...]

  • 29 Le règlement scolaire modèle pour la rédaction des règlements départementaux des écoles primaires p (...)
  • 30 Joseph Pons a été l’élève de Louis Pastre, en deuxième année de cours moyen, l’année scolaire 1896- (...)
  • 31 Louis Pastre [1925]. Éléments de grammaire catalane : rédigée conformément aux règles orthographiqu (...)

15Ce « nin rossellonès » auquel le maître avait donné à goûter « el moscat de la parra », métaphore de la langue catalane, le fruit officiellement défendu en classe29, habituellement inaccessible et donc méprisé comme le raisin de l’apologue d’Ésope, n’est autre que Joseph Pons (1886-1962), un écolier de dix ans30, le futur universitaire et poète Josep Sebastià Pons. En 1925, Josep Sebastià Pons est professeur d’espagnol au lycée de Montpellier, il publie son chef d’œuvre Canta perdiu et préface en catalan pour son « antic mestre d’estudi », le dernier ouvrage de celui-ci, Éléments de grammaire catalane31.

16La dernière décennie du xixe siècle pour notre instituteur public occitan en Catalogne française est aussi, hors de l’école, la période de la renaissance des Lettres catalanes. Elle est encouragée par la publication, en 1886, du poème épique Canigó, dédié « Als catalans de França » par l’abbé catalan du sud Jacint Verdaguer (1845-1902). En Catalogne espagnole, la Renaixença est aussi celle du catalanisme politique défini par les Bases de Manresa de 1892. En 1899 parait La Veu de Catalunya, le journal de la Lliga regionalista d’Enric Prat de la Riba (1870-1917). Ce parti triomphe, deux ans plus tard en Catalogne, lors des élections législatives espagnoles.

  • 32 À l’occasion des Festes de Santa Estela de Perpignan en 1913.
  • 33 La première fête des Lettres catalanes avait eu lieu à Banyuls en 1883, organisées par le Catalan d (...)

17En Catalogne du Nord, l’abbé Josep Bonafont (1854-1935), futur majoral du Félibrige32, admiratif de Jacint Verdaguer, propose en 1887, sous le pseudonyme El pastorellet de la vall d’Arles, son premier recueil de poèmes Ais : elegies catalanes. La même année, il organise à Banyuls-sur-Mer (Banyuls de la Marenda) la deuxième fête des Lettres catalanes33 qui réunit Roussillonnais érudits, Catalans du sud lettrés et Félibres occitans.

  • 34 Louis Pastre a recours à un texte d’Oun Tal (Lou Gail de San-Jouán), précédé de l’orthographe catal (...)

18Parallèlement, apparaissent les premières Catalanades d’Albert Saisset (1842-1894), sous le pseudonyme d’Oun Tal [Un Tal]. Il utilise les graphèmes du français et reproduit la prononciation du catalan de Perpignan. Le succès durable et populaire de la longue série de Catalanades, avec publications suivies, rééditions posthumes jusqu’en 1910 et incessantes jusqu’à nos jours, est un fruit choisi de l’alphabétisation en français et de la démocratisation de l’enseignement en Catalogne du nord. En effet, les hommes et les femmes du peuple catalanophone qui ont médiocrement acquis à l’école le code écrit de la « Langue de la République » peuvent accéder maintenant, loin du maître, à leurs premières lectures plaisir et mettre en pratique leur nouvelle compétence de lecteurs spontanés. Les livrets d’Oun Tal, en vente chez l’épicier, sont dès 1887 le support diglossique idéal : des bouffonneries et de tendres portraits en langue maternelle, dans la modalité dialectale la plus proche du lecteur roussillonnais et orthographiés à la française34. C’est peut-être, en retour, le dernier soubresaut collectif de la culture populaire face à l’acculturation-déculturation galopante.

  • 35 Depuis la loi Goblet du 30 octobre 1886, les instituteurs congréganistes sont exclus des écoles pub (...)

19La langue catalane est aussi, à l’époque de l’Affaire Dreyfus, un enjeu dans le conflit entre laïques et cléricaux qui se cristallise sur la question scolaire35. Le Gascon Jules Carsalade-du-Pont (1847-1932), évêque de Perpignan dès 1899, et surnommé plus tard El bisbe dels catalans, instrumentalise la langue locale comme l’école laïque le fait avec le français. C’est que Perpignan a élu un maire radical-socialiste en 1896, Louis Caulas (1857-1926), et sur fond des premières baisses du cours des vins, le syndicalisme ouvrier s’organise. En 1894, la Bourse du Travail inaugure son premier local à Perpignan et lance son mensuel éponyme.

  • 36 Joseph Lhermite, frère Savinien en religion, publie aussi jusqu’en 1917, six autres ouvrages sur la (...)
  • 37 Antonin Perbosc, instituteur public dans le Tarn-et-Garonne est praticien de la méthode savinienne, (...)
  • 38 Pierre Boutan (2000). « Langue maternelle et langue nationale à l’école primaire française de la II (...)

20Pour en revenir à l’école, des voix s’élèvent malgré tout en faveur de « l’enseignement du français par les idiomes locaux », face à la Méthode maternelle d’Irénée Carré. Elles se font entendre surtout depuis la Provence, terre du Félibrige de Frédéric Mistral. En particulier, le frère Savinien36 (1844-1920), instituteur des écoles chrétiennes, publie dès 1876, de façon anonyme, un Recueil de versions provençales pour l’enseignement du français en Provence. Également, en Languedoc, un instituteur laïque Antonin Perbosc37 (1861-1944) se distingue en ouvrant, dès 1886, un débat de plusieurs mois autour des patois à l’école, dans le journal pédagogique La Tribune des instituteurs. À la même époque, l’inspecteur général et professeur au Collège de France Michel Bréal (1832-1915) défend la grammaire comparée du français et des patois. Cependant, Pierre Boutan nous met en garde sur l’intention de Bréal : « il ne s’agit pas de donner un statut de matière scolaire à part entière aux langues régionales38. » Ainsi, en 1890, le savant finit par se prononcer clairement contre les thèmes et versions français-provençal.

21Tel est le terreau sociopolitique sur lequel se révèleront les premiers engagements de Louis Pastre dont les premières traces écrites apparaissent à l’aube du xxe siècle, alors qu’il entame sa carrière d’instituteur perpignanais.

Un manuel solidariste à l’avant-garde de l’Éducation nouvelle

  • 39 Aujourd’hui, nous sommes redevables aux gitans car ils sont les seuls à perpétuer naturellement l’é (...)

22En 1901, après une année scolaire à l’école Pasteur dans le faubourg du Vernet au nord de la ville, Louis Pastre s’installe dans la nouvelle école Rigaud de Perpignan. Le voici dans le vieux quartier La Real, à l’orée du populaire quartier Saint-Jacques (Sant Jaume). Toutes ces rues ne résonnent alors qu’en catalan, crieur public y compris39.

  • 40 Jules Combes, Louis Pastre [1901, 1e éd. ? 1902, 2e éd. ?]. Essai d’éducation sociale à l’école ave (...)
  • 41 Le format in octavo correspond approximativement au format A5 actuel.
  • 42 Jules Combes, né à Montauban (Montalban), est un des quatre instituteurs élus par leurs pairs en ta (...)
  • 43 ADPO : 1T95.
    Plus tard, en 1906, nous retrouverons Jules Combes aux côtés de Louis Pastre et Sylvère (...)

23L’année 1902 est marquée par la deuxième édition du premier ouvrage de Louis Pastre : Essai d’éduction sociale à l’école avec le concours de la famille : Guide du maître40. Il écrit ce manuel scolaire de 24 pages, format41 in-8o, avec Jules Combes42 (1858- ?), directeur d’école publique et conseiller départemental. Titulaire du brevet supérieur, Jules Combes43 dirige l’école Pasteur de Perpignan en 1900-1901, alors que Louis Pastre y occupe un poste d’adjoint. Nous n’avons pas d’indication précise sur la date de la première édition qui reste introuvable, tout comme le « Dossier de l’élève » annoncé en couverture. L’ouvrage est édité à Paris par la Bibliothèque d’éducation dont le directeur, Henry Baudéan, dirige et édite la Revue de l’enseignement primaire et primaire supérieur, publication hebdomadaire de référence pour les instituteurs, entre 1890 et 1929.

  • 44 Fils de paysans savoyards (donc probablement locuteur de franco-provençal), inspecteur d’académie à (...)
  • 45 Le roman Jean Coste ou l’instituteur de village, écrit en 1894 et 1895, décrit la misère des instit (...)
  • 46 Sylvain Davin sera plus tard, probablement en 1903 et 1904, co-auteur avec Louis Pastre de deux man (...)

24Réédité, ce manuel a dû rencontrer un certain succès. Il est signalé « épuisé » en 1913 et « la deuxième édition est modifiée d’après les observations faites par les instituteurs dans diverses conférences pédagogiques ». Elle inclut plus de trois pages d’appréciations dont celle de Ferdinand Buisson (1841-1932), « professeur d’éducation à la Sorbonne, ancien directeur de l’enseignement primaire, député de Paris » ; de Jules Payot44 (1859-1940), « inspecteur d’académie » ; d’Antonin Lavergne45(1863-1941), « professeur d’école normale et auteur de Jean Coste ou l’instituteur de village » ; de Sylvain Davin46 (1857- ?), « inspecteur primaire » des P.-O. ; de Frédéric Escanyé (1833-1906), « député » ; de Louis Caulas (1857-1926), « avocat » et maire de Perpignan ; de Paul Grenier, ancien instituteur et « publiciste » à La Dépêche ; et du même quotidien radical de Toulouse, directement :

De plus en plus la pédagogie moderne comprend la nécessité de préparer les enfants de nos écoles à la vie sociale et de développer en eux le sentiment de solidarité. Des ouvrages très sérieux, des articles innombrables on été écrits sur cette question. Mais jusqu’à ce jour, aucun système pratique n’avait été proposé aux maîtres qui devaient s’en tenir généralement à un enseignement théorique et à l’emploi de procédés plus ou moins habiles, mais décousus et incomplets, destinés à demeurer sans résultats appréciables. C’est cette lacune qu’ont voulu combler MM. Combes et Pastre.

25La présence d’Antonin Lavergne parmi les signataires, avec lequel Louis Pastre a très probablement eu des relations de camaraderie vingt ans auparavant, nous suggère que ce dernier doit aussi avoir des relations privilégiées avec les autres personnalités. En tout état de cause, amitié éventuelle mise à part, se référer à Jean Coste en 1902 revient à faire un clin d’œil aux amis de Charles Péguy (1873-1914), l’éditeur et défenseur du roman. En effet, le père des Cahiers de la quinzaine est engagé dans la dénonciation du socialisme bourgeois qu’il considère anticlérical par manque de convictions sociales. Mais les appels du pied à des lecteurs plus modérés sont savamment orchestrés par l’inclusion d’appréciations issues de l’autre bord républicain.

  • 47 Claude Lelièvre et Christian Nique (1994). Bâtisseurs d’écoles. Histoire biographique de l’enseigne (...)

26La concomitance des félicitations de Frédéric Escanyé (1833-1906), député opportuniste et de celles de Louis Caulas (1857-1926), le maire radical-socialiste de Perpignan, nous suggère que le dénominateur commun de ces deux élus, outre le « Solidarisme » politiquement marqué comme nous le verrons, se situe précisément au dessus des étiquettes politiques. Frédéric Escanyé et Louis Caulas sont francs-maçons. C’est aussi une appartenance que l’on attribue à Ferdinand Buisson, « un protestant laïque47 », maître d’œuvre du monumental Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, député radical-socialiste en 1902, qui juge « excellentes » les « indications utiles » de l’Essai de Louis Pastre.

  • 48 Jean Sagnes (2007). « La conception solidariste dans les manuels de l’enseignement primaire supérie (...)

27Les francs-maçons, anticléricaux, donnent au parti radical bon nombre de ses cadres, tel Léon Bourgeois (1851-1925), « auteur de Solidarité, président de la Société d’éducation sociale », comme indiqué en couverture de l’Essai d’éduction sociale à l’école avec le concours de la famille qui lui est « dédié » par les deux auteurs roussillonnais. Léon Bourgeois est effectivement le fondateur du Solidarisme, « philosophie politique, selon l’historien Jean Sagnes48, quasi officielle non seulement des radicaux mais aussi d’une bonne partie des républicains modérés. En matière sociale, il apparaît comme un réformiste soucieux, par des mesures ponctuelles, de détourner les classes pauvres du socialisme ».

  • 49 D’après Georges Chase et à propos du « protestantisme sécularisé » de Ferdinand Buisson. Cité par C (...)

28En 1901, année de fondation du parti radical qui accède au pouvoir en 1902, l’allégeance que Louis Pastre et Jules Combes font à Léon Bourgeois, alors à la tête du Comité d’action pour le congrès fondateur du parti républicain radical, n’est pas anodine. « Léon Bourgeois, poursuit Jean Sagnes, et une grande partie des solidaristes, non seulement sont membres du parti radical mais sont aussi des francs-maçons actifs ». Ainsi, alors que l’on continue à retirer progressivement les crucifix des écoles publiques, il faut que l’École laïque, incarnation de l’État républicain, se substitue à l’Église pour exercer la « magistrature morale49 ». Les références catéchistiques sont à leur comble quand sur une couverture surchargée, après deux citations du « congrès de l’Éducation sociale de 1900 », les auteurs précisent le rôle de l’école dans la « transformation sociale », pour l’accomplissement de leur idéal de « justice et humanité » et de « justice et amour ».

  • 50 Sur le cahier déroulement, chaque jour, un élève différent inscrit les devoirs de la journée. Selon (...)

29Quant à leur méthode, Louis Pastre et Jules Combes exposent en quatre points comment « combattre l’égoïsme à l’école par la pratique quotidienne de la solidarité ». C’est un système expérimenté en classe et dont les résultats ont « dépassé [leurs] espérances ». Il s’agit d’abord de « développer l’individualité » de chaque élève par « le graphique de l’effort individuel, le cahier mensuel, les feuilles de correspondance avec la famille, la notice individuelle » et de supprimer « la composition, le classement et le cahier de roulement50 », afin d’éviter « l’émulation individuelle » au bénéfice de « l’émulation personnelle (résultat de la comparaison de soi avec soi-même) et de l’émulation collective ». Ensuite, les notes figurant sur le graphique individuel sont reportées sur « le graphique de l’effort collectif », afin de faire « constater à l’élève l’importance, au point de vue social, de tout ce qu’il fait » ; les bons points sont individuels et collectifs. Par la suite, les élèves sont préparés à la vie sociale en les habituant à « s’entr’aimer et s’entr’aider (tutelle, secours mutuels, assistance par les vêtements, [...]) ». Enfin, les graphiques individuel et collectif, les feuilles de correspondance et la notice constituent le dossier de l’élève : « son histoire morale et intellectuelle qui devra le suivre durant toute la période de scolarité ». L’objectif est d’obtenir « ce spectacle vraiment remarquable d’une classe où tout le monde travaille avec plaisir, où le maître est entouré de collaborateurs de tous les instants, et où chacun n’a plus qu’un but : le bien de tous ». Ce combat scolaire contre « l’égoïsme », « l’orgueil » et « la jalousie » persuade les auteurs qu’ils travaillent « à une véritable rénovation sociale ».

  • 51 La première expérience en France ne date que de 1899, c’est l’École des Roches de Verneuil-sur-Avre (...)
  • 52 Josep Gonzàlez-Agàpito (1989). El règim de llibertat dels escolars i altres escrits [de Joan Bardin (...)
  • 53 Louis Pastre tiendra dans ce quotidien de la bourgeoisie catalaniste de Barcelone des Cròniques de (...)
  • 54 Josep Gonzàlez-Agàpito (1989). Op. cit.
    Il est intéressant de remarquer que Joan Bardina ouvre son é (...)
  • 55 August Rafanell (2006). La Il·lusió occitana. La llengua dels catalans entre Espanya i França. Barc (...)

30L’idée pédagogique de Jules Combes et Louis Pastre rappelle les principes de l’Éducation nouvelle51, à ses balbutiements en ce début de vingtième siècle, héritière entre autres des théories de Jean-Jacques Rousseau exposées dans son traité Émile ou De l’éducation. On peut donc associer Louis Pastre aux pionniers de la remise en question de la pédagogie primaire. C’est d’autant plus remarquable à une époque où il est délicat de contester l’école laïque puisque de l’extérieur, les catholiques s’en chargent. Cet avant-gardisme pédagogique est confirmé par la reproduction, en français, de l’Essai d’éducation sociale dans le premier et unique numéro de la Revista catalana d’educació, publiée en catalan en 1909, par l’Escola de mestres de Barcelone, « la primera escola normal catalana concebuda com una escola activa on els futurs mestres aprenen experiencialment les noves metodologies i enfocaments educatius52 ». L’Escola de mestres qui fonctionnera entre 1906 et 1910 est créée par Joan Bardina (1877-1950), écrivain, journaliste de La Veu de Catalunya53, « pioner del moviment de renovació pedagògica català54 » et divulgateur des principes de l’École nouvelle. Celui-ci reproduit en 1907, dans sa Gramàtica pedagògica de la llengua catalana : curs superior, la « carta de la nostra llengua », soit le domaine linguistique catalano-occitan, que l’historien de la langue catalane August Rafanell55 attribue à Louis Pastre. Cela révèle d’autre part les relations étroites entre Louis Pastre et les pédagogues catalanistes de Barcelone.

Entre anticléricalisme jacobin et séparatisme catalan

31Les années 1902-1905, sous le ministère d’Émile Combes (1835-1921), sont en France celles de l’influence décisive du parti radical. Le combat contre la calotte est un terrain de convergence entre le radicalisme et la franc-maçonnerie qui aboutit, en 1905, à la loi de séparation des Églises et de l’État, dans le prolongement des textes combistes de 1903 qui retirent progressivement le droit d’enseigner aux congrégations religieuses et de prêcher en idiome local.

  • 56 La République des P.-O., 29 octobre 1902.

32Dans les Pyrénées-Orientales, l’inspecteur primaire Sylvain Davin, celui qui félicitait Louis Pastre pour son Essai d’éducation sociale, prend en 1902 des religieuses en flagrant délit d’enseignement. C’est La République des Pyrénées-Orientales56, le quotidien radical-socialiste récemment créé face au vétéran républicain progressiste L’Indépendant des Pyrénées-Orientales qui en fait fièrement l’annonce, sur la page de couverture. Marcel Huart (1865-1930), son rédacteur en chef, commente dans son éditorial du même jour, intitulé « Le verbe républicain », l’interdiction qui touche le clergé breton :

Quand ils ne parlent point latin, — cette langue qui, dans les mots, brave l’honnêteté, — ses prêtres parlent le patois de terroir aux Bretons inconscients que l’alcool stupéfie, le flamand aux paysans des Flandres, ailleurs le catalan, partout les idiomes du cru, pourvu que leur éloquence facile entretienne et réconforte les frustes ignorances du peuple. Le français, au contraire, est suspect, dans les campagnes, aux orateurs de la sacristie ; il vient de Paris, il sent la Révolution, — c’est le verbe républicain. [...] Le gouvernement a donc bien fait en proscrivant le bas breton dans les chaires de Bretagne. [...] Il était inadmissible et intolérable que [...] les ennemis de la civilisation et de la démocratie eussent le droit de bouder, de s’isoler et de transformer un patois local en un verbe de sédition.

Le mois suivant, pour la Saint-Martin, les Jocs florals prohibés à Barcelone, sont accueillis à Saint-Martin du Canigou (Sant Martí del Canigó), près de Prades (Prada) en Conflent. Ils se tiennent dans l’abbaye que l’évêque de Perpignan Jules Carsalade du Pont (1847-1932) a acquis de ses deniers et entrepris de restaurer par souscription publique. Les catalanistes barcelonais de la revue La Renaixença ont fait le déplacement et La République des Pyrénées-Orientales remarque :

  • 57 Sic.
  • 58 « Les catalanistes ». La République des Pyrénées-Orientales, 11 novembre 1902, p. 2.
    Felip Cortiella(...)

Les membres de La Ranexensa57 sont catalanistes et cléricaux, mais il ne faudrait pas croire qu’ils ont le monopole du catalanisme. Il est des catalanistes, et non de moindre importance, qui sont libres penseurs, tel Ignacio Iglesias, dont les drames ont attiré la foule des intellectuels barcelonais au Teatro Romea, Pera Jorba, Felipe Cortiella et tant d’autres dont les noms nous échappent et qui au sein de la catholique Espagne, apportent l’autorité de leurs convictions ardentes et rationalistes58.

33Le renouveau culturel et politique de la Catalogne du Sud ne laisse donc pas indifférents les républicains radicaux de la Catalogne française, alors que les catalanistes de Barcelone sont attentifs aux mouvements sociaux du Roussillon. Le 16 mars 1902, La Veu de Catalunya, le journal du parti politique catalaniste la Lliga regionalista, publie un article intitulé « Separatisme al Rosselló ». Cet écrit vaudra une peine d’emprisonnement au directeur de La Veu, Enric Prat de la Riba (1870-1917). Le texte reproduit une délibération du syndicat viticole de Trouillas (Trullars), lettre ouverte au député radical des P.-O. Jules Pams (1852-1930), diffusée par L’Indépendant de Perpignan, six jours plus tôt. Les viticulteurs, face au refus du gouvernement de dissocier la taxation des alcools de vin du Midi de celle des alcools de l’industrie betteravière du nord, déclarent :

  • 59 « Tribune viticole. Trouillas ». L’Indépendant, 10 mars 1902.
    Les Boers sont les pionniers blancs d’ (...)

[...] vu le désintéressement qu’on nous témoigne, il n’y aura qu’un seul remède, c’est l’entente avec nos voisins de Barcelone pour rendre la Catalogne libre. Si le gouvernement veut continuer à nous faire tondre deux fois par an et nous faire servir de vache laitière, il est, je crois, tout naturel que nous cherchions à nous rendre libres pour faire un état indépendant ; être Boërs ou lâches il n’y a que cette solution59.

Le lendemain, 11 mars 1902, Jules Escarguel (1861-1930), le directeur de L’Indépendant, réprouve gravement puis tourne prudemment en dérision ces délicates velléités séparatistes qui sont le signe avant-coureur de la révolte occitano-catalane de 1907 :

  • 60 Jules Escarguel. « Campanas [Campanes] », L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 11 mars 1902, p. 1

Il est certain que les Roussillonnais qui disent ou écrivent de pareilles énormités n’en pensent pas un mot, qu’ils comprennent toute l’ineptie de telles exagérations et seraient les premiers à tout sacrifier pour la défense du drapeau tricolore, à tout braver pour courir sus à celui qui émettrait la prétention de faire du Roussillon une autre Alsace. [...] Mais nous savons tous qu’ils n’ont, en libellant leur ordre du jour, voulu qu’une chose : « bluffer » ou, pour remplacer le terme anglais par son équivalent catalan, fé ouna campana [fer una campana60].

34En Catalogne du Nord, les paysans et les ouvriers ne sont pas les seuls à exprimer leur mécontentement et à s’organiser. En 1905, l’Amicale des instituteurs se transforme en Syndicat des instituteurs des P.-O. ; plus tard, Louis Pastre jouera un rôle de premier plan dans la lutte pour la reconnaissance du syndicalisme des enseignants.

  • 61 BEPPO, no81, 1902, p. 1365.
  • 62 Dans les Basses-Pyrénées et les Landes en 1902 (voir Joseph Aurouze, 1907, p. 214-215).
  • 63 Horace Chauvet fondera la revue La Veu del Canigó (1910-1914) et l’association catalaniste La Colla (...)

35Quant à l’école, la préoccupation dans les régions allophones de France reste l’enseignement du français. En 1902, la question principale à traiter aux conférences pédagogiques d’automne est « L’enseignement du français à l’école maternelle et dans les petites classes de l’école primaire61 ». Malgré la difficulté de la tâche, de rares règlements scolaires départementaux permettent « l’usage du parler local pour mieux apprendre le français62 ». Cela n’est pas le cas dans les Pyrénées-Orientales, pourtant l’idée fait son chemin. En 1903, Horace Chauvet63 (1873-1962) écrit dans L’Indépendant :

  • 64 « Lettre à ma cousine ». L’Indépendant, 30 novembre 1903.

Le patois peut et doit servir pour enseigner la langue française à l’école. Le français et le catalan dérivent du latin, ils ont des traits communs et leur usage parallèle n’offre aucune incompatibilité64.

  • 65 La Lliga regionalista, parti catalaniste et bourgeois, ayant à son programme l’autonomie de la Cata (...)

36C’est au milieu de l’agitation provoquée par la séparation de l’Église et de l’État, où les langues sont davantage des instruments que de véritables enjeux, et avec comme décor local la première grande victoire du catalanisme politique65 outre Pyrénées que paraît le deuxième ouvrage de Louis Pastre. Le français usuel enseigné par les exercices de langage et de lecture aux enfants de 6 à 9 ans, dont le cosignataire est l’inspecteur primaire Sylvain Davin, publié probablement en 1903.

  • 66 ADH : 1T2360-78.

37Sylvain Davin66 (1857- ?) est originaire d’un petit village des environs de Sisteron, dans les Alpes provençales, donc probablement occitanophone. D’abord instituteur suppléant dans son département des Basses-Alpes, il a franchi tous les degrés de la promotion interne, jusqu’à devenir professeur d’école normale, inspecteur primaire, onze années durant, avant le poste de Perpignan ; l’étape essentielle étant le passage par l’École normale supérieure de Saint-Cloud. Arrivé depuis peu dans les Pyrénées-Orientales lorsque paraît le manuel qui nous intéresse, de santé fragile de surcroît, il est probable que Louis Pastre se soit davantage impliqué que lui dans l’écriture de l’ouvrage. Cependant, l’expérience et la qualification professionnelles de Sylvain Davin ont certainement été précieuses pour Louis Pastre, instituteur-adjoint non-normalien. Au delà de la caution hiérarchique et des convergences pédagogiques, souvenons-nous qu’en 1902, Sylvain Davin pourfendait les écoles religieuses et félicitait Louis Pastre et Jules Combes pour leur Essai d’éducation sociale à l’école avec le concours de la famille. Quant à l’édition, à compte d’auteur, et la diffusion, c’est bien Louis Pastre qui les assume seul, comme indiqué en couverture du livre.

Un manuel novateur de français usuel pour les enfants alloglottes

  • 67 Selon le titre de l’ouvrage de Pierre Boutan (1996) « La langue des Messieurs ». Histoire de l’ense (...)
  • 68 La « méthode directe » est officiellement imposée dans l’enseignement secondaire français par la ci (...)

38Avec Le français usuel enseigné par les exercices de langage et de lecture aux enfants de 6 à 9 ans, Louis Pastre, instituteur public allié à Sylvain Davin, inspecteur primaire, ne fait donc pas le choix, vu le règlement scolaire en vigueur, d’une entrée première dans le français par la comparaison avec la langue locale. Cependant, leur manuel est implicitement adressé aux élèves qui, à l’école élémentaire, ne sont pas encore familiers de la « langue des Messieurs67 ». Douze ans après l’obligation d’appliquer la « méthode maternelle » d’Irénée Carré dans les Pyrénées-Orientales et alors que la « méthode directe » relative à l’enseignement des langues vivantes est officiellement imposée dans l’enseignement secondaire depuis deux ans68, ces nouveaux Exercices de langage et de lecture de Louis Pastre semblent arriver bien à propos, dans les classes primaires de la Catalogne française.

  • 69 Christian Puren (1988). Histoire des méthodologies de l’enseignement des langues. Paris, Clé intern (...)

39La méthode directe n’est rien d’autre qu’une appellation synonyme de la méthode maternelle, encore nommée méthode naturelle ou méthode intuitive. Elle consiste, contrairement à la méthode grammaticale traditionnelle héritée de l’enseignement du latin, à faire parler directement les apprenants dans la langue seconde, sans détour par la traduction, ni par l’écrit, ni par la grammaire. Christian Puren69 remarque à ce propos que « le développement des langues vivantes étrangères [dans le second degré] coïncide avec une répression accrue contre les langues vivantes régionales ». Il n’est donc pas surprenant qu’il y ait eu porosité méthodologique entre les maîtres d’écoles dont la mission première était d’enseigner le français à des enfants allophones, et les professeurs de langues étrangères des lycées et collèges.

  • 70 La quatrième édition est parue en 1911. Voir plus loin.

40Les utilisateurs du manuel de Louis Pastre et Sylvain Davin, dans leurs appréciations qui y sont reproduites à partir de la cinquième édition70, ne s’y trompent pas :

Dans notre plaine du Roussillon, où la majeure partie des enfants que nous recevons, ignorent totalement le français, je suis arrivé avec la méthode Davin-Pastre à des résultats surprenants. [...] On enseigne tout en ayant l’air de s’amuser. (E. Boucabeille, Bulletin du Syndicat des Instituteurs des Pyrénées-Orientales)

Pendant l’année scolaire 1905-1906, l’ouvrage de M. Pastre a été essayé avec beaucoup de succès à l’école annexe. [...] À la fin de l’année, nos jeunes élèves faisaient déjà convenablement les devoirs de composition française qui terminent chaque leçon : dans un département où l’enseignement du français présente de réelles difficultés, ce résultat est considérable et permet de juger de l’excellence du livre de M. Pastre.
(Puell, directeur de l’annexe à l’école normale d’instituteurs de Perpignan)

Mes petits Gascons aiment fort vos exercices si animés, vos si vivantes leçons de choses. [...] (Mme Baux, institutrice à Mascaras, Gers)

Mes sincères compliments pour votre ouvrage si pratique pour l’enseignement du français aux petits Bretons. (Rousseau, instituteur à Brech, Morbihan)

D’autres appréciations insistent sur les mérites de l’ouvrage sans se référer à un éventuel public allophone. On y retrouve cependant la rupture avec la « métaphysique » de la grammaire traditionnelle qu’ont en commun la méthode directe, pour les langues secondes, et la méthode intuitive de l’enseignement du français :

Le titre indique de suite la conception des auteurs et l’esprit de l’ouvrage : le français s’enseignera, non par la grammaire, mais par la langue elle-même. (J. Raffin, L’Émancipation de l’instituteur)

Les auteurs, en avance sur les pédagogues officiels [...] n’ont pas oublié de faire une place au dessin libre. J’ajoute que tous les éléments d’un même chapitre [...] se groupent autour d’un même sujet, car les auteurs avaient, avant que fût créé le mot, appliqué le principe des centres d’intérêt. (A. Deleuze, L’École émancipée)

Tout est bien compris dans vos Exercices de langage ; c’est là une bonne application d’une méthode active et par conséquent féconde. Vous connaissez bien « les petites classes » et « l’âme enfantine ». Votre expérience mériterait les honneurs de la lettre imprimée. (Belliol, directeur d’école à Béziers)

Votre ouvrage m’est d’un précieux secours pour mes cours élémentaires et préparatoires. Les conversations sont pleines d’intérêt pour les enfants et j’ai déjà pu constater quelques progrès chez eux. (Boucher, instituteur à Philippeville [Algérie])

J’ai proposé et obtenu l’inscription sur la liste parisienne de votre excellent petit manuel d’exercices de langage. (Jeannard, instituteur à Paris)

  • 71 Le centre d’intérêt est un champ lexical unique repris par le titre de la leçon ; chez Davin-Pastre (...)
  • 72 La méthodologie active, centrée sur la culture, fait son entrée dans les années 1902, c’est un comp (...)
  • 73 Pierre Boutan (1998). « La « Méthode Carré » et la politique linguistique à l’école primaire de la (...)
  • 74 Irénée Carré (1888). « De la manière d’enseigner les premiers éléments du français dans es écoles d (...)
  • 75 À la décharge d’Irénée Carré, il était opposé à « l’usage du symbole » (objet dont était dépositair (...)
  • 76 André Chervel (1995). L’enseignement du français à l’école primaire. Textes officiels concernant l’ (...)
  • 77 L’arrêté du 27 juillet 1882 fixe les nouveaux objectifs de l’enseignement primaire et renouvelle pr (...)
  • 78 André Chervel, op. cit.

41L’originalité de la méthode Davin-Pastre par rapport à la méthode Carré réside donc dans le fait que, pensée implicitement pour les enfants alloglottes (non francophones natifs) autochtones, elle s’adresse de fait, sans distinguer l’origine linguistique des apprenants, et donc sans distinction sociale, à l’ensemble des écoliers des départements français, y compris Paris et l’Algérie. La progression de la méthode Davin-Pastre se fait par centres d’intérêt71, en partant de l’environnement immédiat de l’élève, en faisant d’abord appel à l’oralité, de façon vivante, autonome et solidaire. Elle se situe à l’avant-garde de la méthode active72, à l’opposé de la méthode Carré qui « rappelle le très habituel catéchisme73 ». Contrairement à Irénée Carré dont les déclarations, sur la langue bretonne en particulier, « débris corrompu du celtique74 », trahissent d’abord un positionement idéologique extrême75, la motivation de Louis Pastre est d’abord celle d’un rénovateur de l’enseignement du français. Il suit donc avec enthousiasme l’esprit et la lettre de ce qu’André Chervel76 appelle « la grande réforme de l’enseignement primaire du français de 188277 », impulsée par Ferdinand Buisson et Félix Pécaut (1828-1898), alors qu’elle « suscite d’abord l’animosité et l’opposition d’une fraction du corps enseignant, en particulier dans les écoles normales78 ». Il s’agit de passer d’un enseignement utilitaire du français à un enseignement élémentaire de « la langue et la littérature nationales », on se rapproche aussi des objectifs de l’enseignement secondaire : l’enfant devra être capable de rédiger une « composition personnelle ».

  • 79 C’est à dire qui ont utilisé leur autre manuel intitulé Le français usuel enseigné par les exercice (...)
  • 80 Pierre Boutan, 2003b, p. 67.

42Dans l’appareil destiné aux maîtres, les auteurs précisent que leur ouvrage « s’adresse aux enfants qui commencent à lire couramment et à copier et qui ont suivi à l’école maternelle ou au cours préparatoire les premiers exercices de langage79 », et que la composition française est le but vers lequel tendent tous leurs exercices. Louis Pastre et Sylvain Davin font donc œuvre de rénovateurs dont la mission était, selon la formule de Pierre Boutan : « Placer au sommet des études de la langue française, non pas la grammaire-orthographe, mais la rédaction-composition française80 ».

  • 81 Le maître quitte l’estrade comme le préconisera, à la fin des années 1940, Célestin Freinet (1896-1 (...)
  • 82 Devise imprimée en en-tête d’une carte de visite adressée, en 1913, par Louis Pastre à Bernard Sarr (...)

43Ce sont d’abord les « exercices d’élocution » (l’élève reproduit des phrases analogues au texte proposé) et de « conjugaison vivante » (les élèves s’interrogent en autonomie selon un schéma établi, entre interlocuteurs uniques, en binôme, en triade et en groupe-classe afin d’épuiser un paradygme verbal) fondés sur la « répétition attrayante ». Lors de la conjugaison vivante, les élèves allient le dire au faire, et le maître se déplace en fond de classe81. Ces pratiques de langage se terminent sur les « exercices de conversation », lors desquels « le but recherché par le maître est de se rendre inutile ». Vient ensuite sur le même support textuel, discours ou narration, « la lecture courante » collective puis individuelle, sans explication, « puisque tout a déjà été expliqué et compris ». Finalement arrivent « la copie du texte », « la dictée du texte ou partie », « l’exercice de grammaire » et finalement « la composition française » et le « dessin libre » se rapportant au texte support de la leçon. Voilà l’essentiel des soixante-quinze leçons centrées sur : « Les jouets et les outils », « Les qualités et les portraits », « L’école et la famille » et « Les métiers ». La finalité du manuel tient dans un slogan, imprimé sur la carte de visite de Louis Pastre : « Méthode Davin-Pastre : faire parler les enfants et leur faire écrire ce qu’ils savent dire82 ». On en déduit que la dictée perd le premier rôle au profit de la composition française : la Méthode Davin-Pastre cadre, parfaitement encore, avec le courant pédagogique majoritaire véhiculé par le Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson, édition de 1897.

44P. Nérod du Bulletin corporatif du Rhône apprécie :

Le résultat de cette méthode si vivante, est de former en quelques mois, des élèves sachant qu’une phrase est l’expression d’une idée, qu’un devoir se compose de phrases, et que ces phrases doivent se suivre dans un certain ordre ; véritées parfois inconnues au cours moyen. On pourrait, au cours élémentaire, s’en tenir là, mais Louis Pastre et Sylvain Davin ne le veulent pas, et dans un appendice à leur ouvrage, ils esquissent la façon dont ils amènent l’enfant à faire de la composition personnelle, à rechercher et à ordonner ses idées sans le secours du maître.

Louis Pastre et Sylvain Davin précisent leur méthode :

Puisque nous voulons un travail personnel, et que notre but est précisément de nous rendre inutiles [...] c’est cette méthode générale que nous indiquerons, en terminant, à nos petits élèves [...] : passer en revue les cinq sens et concentrer successivement son attention sur chacun d’eux. [...] On fera d’abord porter la correction sur le plan seulement jusqu’à ce que les élèves sauront bien ordonner leurs idées, puis on s’occupera de la rédaction. [...] Nous appelerons cet exercice : Composition libre. Il pourra être accompagné d’un dessin libre [...].

  • 83 Première inspectrice générale des écoles maternelles de 1881 à 1917, elle transforme les anciennes (...)

45Pour Louis Pastre et Sylvain Davin, le « dessin libre », mis en avant par Pauline Kergomard83 (1838-1925), facilite aussi l’apprentissage de la chronologie ; c’est ce qu’on appelle aujourd’hui « les images séquentielles ». Les auteurs qui revendiquent ainsi ce que la première inspectrice générale des écoles maternelles appelait « apprendre à penser », donnent en ce sens, dans l’appendice du manuel, leurs conseils aux maîtres :

L’instituteur racontera une histoire et il la fera reproduire [en dessinant] sous la dictée par les élèves, en trois ou quatre tableaux ou scènes representant les points principaux du récit. [...] Après un certain nombre d’exercices de ce genre, il dira aux élèves d’imaginer eux-mêmes une petite histoire sans paroles. [...] Rompu à ces exercices, l’enfant saura raconter une histoire sans confondre le commencement, le milieu et la fin : il verra par la pensée les scènes principales qui divisent son récit en paragraphes distincts. Avec un tel ordre dans son esprit, l’enfant parlera mieux : il parlera d’après un plan trouvé par lui, et, plus tard, il écrira mieux cette petite composition française du certificat d’études qui fait le désespoir des maîtres et maîtresses.

  • 84 Sylvère Lamaysouette (1865- ?), originaire de Rivesaltes est instituteur adjoint à Perpignan (Voir (...)
  • 85 Alain Choppin (1992). Les manuels scolaires. Histoire et actualité. Paris, Hachette, 223 p., p. 151

46Et l’innovation par l’image touche aussi la présentation générale, comme le souligne le sous-titre : Ouvrage illustré par la photographie instantanée de M. Lamaysouette84 instituteur ; c’est à souligner car selon Alain Choppin85, « les reproductions photographiques sont encore rares avant la première guerre mondiale » dans les manuels scolaires.

Dix éditions à Perpignan pour la France et les colonies

  • 86 Un exemplaire est accessible à la bibliothèque de l’université Rovira i Virgili de Tarragone, un au (...)
  • 87 Il s’agit d’un ouvrage non retrouvé dont l’année de publication apparaît à plusieurs reprises dans (...)

47Loin de la longévité du manuel d’Irénée Carré, réédité sur plus de trente ans, on connaît cependant dix éditions86 de la méthode Davin-Pastre. La première, in octavo, 180 pages reliées avec couverture rigide et dos en cuir rouge, paraît probablement en 1903. En effet, il y est indiqué qu’un ouvrage87de Louis Pastre et Sylvain Davin, paru en 1904, est « en préparation ». Le prix de vente est de 1 Franc. Nous reviendrons plus longuement sur cette première édition.

48La deuxième édition est signalée en 1905 dans plusieurs ouvrages postérieurs de Louis Pastre, sans mention du lieu d’impression. Toutes les éditions connues qui suivront le seront en 80 pages, in octavo, reliées avec couverture cartonnée et dos en tissu rouge ou noir. Le prix de vente passera de « 0 fr. 70 », à « 0 fr. 75 » pour la dernière édition.

  • 88 Un seul exemplaire connu de la troisième édition, collection des descendants de Louis Pastre.
  • 89 La République des P.-O. cesse de paraître en mars 1906.

49La troisième édition88 est imprimée chez Laurent Surroca à Perpignan. On sait à son propos qu’il travaillera, en 1912, pour le bi-heddomadaire Le Rappel catalan, organe du parti radical et radical socialiste des Pyrénées-Orientales, quotidien de la même obédience que La République des Pyrénées-Orientales89 dont nous avons déjà parlé et sur lequel nous reviendrons. Sur la couverture du manuel est indiqué un nombre d’exemplaires cumulé de neuf mille, soit peut-être trois mille exemplaires par édition.

50Quant à l’année de parution de la troisième édition, on la situe, au plus tôt, en 1906, année de la première publication de la Méthode Boscher ou La journée des touts petits dont un encart publicitaire figure en quatrième de couverture. Cette méthode de lecture est l’œuvre de l’instituteur breton et franc-maçon Mathurin Boscher (1875-1915), alors « Président [fondateur] du syndicat des instituteurs et des institutrices des Côtes-du-Nord », comme précisé au dos de la méthode de son collègue Louis Pastre. La journée des touts petits semble être la méthode concurrente de Le français usuel enseigné par les exercices de langage aux enfants de 3 à 6 ans (écoles maternelles), autre œuvre de Louis Pastre et Sylvain Davin, aujourd’hui introuvable, publiée l’année précédant l’édition du manuel que nous examinons. Peut-être existait-il un accord de réclame réciproque entre l’instituteur occitano-catalan et son collègue, et peut-être ami, breton ? C’est probable : en 1906, Louis Pastre et Sylvère Lamaysouette sont engagés dans le combat syndical.

  • 90 Jean-Félicien Court (1906). « Les livres. Le français usuel enseigné par les exercices de langage. (...)

51À propos des solidarités confraternelles, signalons encore que la revue du Félibrige toulousain La Terro d’Oc, dirigée par André Sourreil (1868-1933), présente brièvement cette même année 1906, la méthode Davin-Pastre, sous la plume de Jean-Félicien Court90 (1867-1954) qui n’appartient pas plus que le précédent au corps enseignant :

Rien de ce qui concerne nos confrères ne saurait nous rester étranger. Aussi nous faisons-nous un plaisir de signaler l’excellent ouvrage : Le français usuel enseigné par les exercices de langage et de lecture, publié par le félibre Louis Pastre, en collaboration avec M. S. Davin, inspecteur primaire. Cet ouvrage, illustré avec goût au moyen de la photographie instantanée, s’adresse aux enfants de six à neuf ans ; conçu suivant les méthodes modernes d’enseignement, il est manifestement très pratique. Ne pouvant nous étendre ici comme il conviendrait sur les mérites pédagogiques de l’œuvre de MM. Pastre et Davin, nous la recommandons très chaleureusement aux nombreux instituteurs qui nous lisent.

Cette présentation semble vouloir compenser sa vacuité par l’attribution infondée d’appartenance félibréenne à Louis Pastre. De plus, il est curieux de voir vanter les « mérites pédagogiques » d’un ouvrage fondé sur la méthode directe, dans la revue de l’Escolo moundino, alors qu’André Sourreil y écrivait quelques mois auparavant :

  • 91 « L’instruction populaire primaire ». La Terro d’Oc, mai 1906, p. 65-68, p. 67.

Pour ce qui est du Midi, la plus grande partie du temps que l’enfant de nos paysans peut consacrer à la fréquentation de l’école primaire est absorbée — et perdue bien des fois ! — par l’effort nécessaire à une connaissance embryonnaire du français, par suite du stupide procédé en usage : de donner, tout d’abord, l’enseignement en cette langue à des enfants qui n’en comprennent pas un mot. Pourquoi, au contraire, ne pas utiliser, au début, la langue d’oc, langue maternelle et connue de l’élève ? — l’enseignement du français et en français viendrait ensuite et progressivement91 !...

  • 92 Nous explorerons plus en détail cette question de didactique dans une prochaine étude, lors de l’an (...)

52Les deux citations ci-dessus ont le mérite de rappeler que le manuel de Louis Pastre et Sylvain Davin continue à être réédité dans une période où dans le Midi, la didactique du français à l’école primaire fait débat et que les positions ne sont pas aussi tranchées qu’il pourrait y paraître, entre partisans de la méthode directe et de la méthode de traduction92.

  • 93 Selon une remarque orale de Marie Grau, bibliothécaire à l’université de Perpignan, créatrice du fo (...)

53La quatrième édition de l’ouvrage Le français usuel enseigné par les exercices de langage et de lecture aux enfants de 6 à 9 ans est mentionnée en 1911, avec un nombre d’exemplaires cumulé de douze mille. Cela confirme, jusqu’à cette date, des tirages de trois mille exemplaires par édition. En tenant compte des six éditions qui ont suivi et si on fait le pari de la même quantité imprimée à chacune d’elles, soit un total estimé de trente mille exemplaires, on peut se risquer à affirmer qu’il s’agit du « best-seller de tous les temps de l’édition nord-catalane93 ».

  • 94 Joachim Comet, fondateur de la Société des protes et correcteurs de France, crée l’« Imprimerie cat (...)

54C’est Joachim Comet94 (1856-1921) de l’Imprimerie catalane sise à Perpignan qui tire cette quatrième édition et poursuivra, à priori, jusqu’à la dixième et dernière édition connue. Il est dejà l’imprimeur exclusif, depuis 1907, des éditions et ouvrages de Louis Pastre, et aussi de la Revue catalane dont l’instituteur occitano-catalan sera le secrétaire fondateur en 1906.

  • 95 La revue paraît de 1910 à 1940, elle est essentiellement dirigée par des instituteurs, dont plus ta (...)

55On retrouve, dans cette quatrième édition des Exercices de langage de Davin-Pastre, la réclame de la Méthode Boscher qui cette fois partage la quatrième de couverture avec d’autres « Publications recommandées ». On y remarque, en particulier, L’École Émancipée95, revue pédagogique hebdomadaire, publiée par la Fédération nationale des syndicats d’institutrices et d’instituteurs de France et des colonies. Cette annonce a un intérêt double. D’abord, confirmer l’époque de publication de la quatrième édition de la Méthode Davin-Pastre après octobre 1910, date du premier numéro de l’hebdomadaire cité ; ensuite, souligner l’engagement syndical, dans la durée, de Louis Pastre.

56À partir de la cinquième édition, quatre pages numérotées à part, intitulées « La presse pédagogique et la méthode Davin-Pastre » et incluant des appréciations d’utilisateurs, sont encartées de part et d’autre des cahiers originaux : une feuille avant la page de garde et la seconde après la table des matières. Un schéma explicatif de « La disposition des élèves pour l’exercice de conjugaison vivante » figure également, dès la cinquième édition, en quatrième de couverture. Les exemplaires de la sixième à la neuvième édition sont introuvables pour le moment. La dixième édition ne présente pas de particularité.

  • 96 Joseph Bachès apparaît dans la liste des membres de la Société d’études catalanes de Perpignan en 1 (...)

57Toutes les éditions ont été publiées à compte d’auteur chez « M. Louis Pastre, 1 rue Traverse des amandiers » à Perpignan, pour la première, et chez « M. Louis Pastre, instituteur public à Perpignan », avec un « dépôt dans les principales librairies de chaque département », pour les suivantes. La diffusion a donc été hexagonale, Paris compris. Au vu de l’origine géographique des appréciations insérées, le manuel est arrivé aussi dans les colonies, Algérie et Madagascar, et même à l’étranger comme en témoignent les félicitations de « Bachès96, directeur de la Berlitz-School, à Solingen, Allemagne ».

58La plupart des appréciations issues de l’Hexagone appartiennent à des territoires extérieurs aux parlers de langue d’oïl, à l’exception de la Bourgogne et de la Picardie, territoires marqués par leur dialecte d’oïl cependant. Les autres origines sont catalanes, languedociennes, provençales, gasconne, francoprovençale et bretonne. Cela corrobore l’hypothèse d’une prédestination des Exercices de langage et de lecture aux élèves ayant une autre langue maternelle que le français, qu’ils soient scolarisés dans les régions allophones de l’Hexagone ou dans une Berlitz-Scholl allemande.

La conciliation des contraires politiques et pédagogiques

59Revenons sur la première édition de Le français usuel enseigné par les exercices de langage et de lecture aux enfants de 6 à 9 ans dont la fabrication est confiée à l’Imprimerie de La République des Pyrénées-Orientales. Nous avons déjà évoqué ce journal radical-socialiste, porte-voix, comme il se doit, de l’anticléricalisme. Son rédacteur en chef, Marcel Huart, craignait que les « patois locaux » ne deviennent « verbe de la sédition » antirépublicaine, bien qu’il salue les « catalanistes libres-penseurs » de Barcelone. On se souvient également du zèle de l’inspecteur Davin, en 1902, sous le ministère d’Émile Combes, dans la chasse aux écoles congrégationalistes ; La République des Pyrénées-Orientales en faisait largement écho.

  • 97 Pour mémoire, le premier ouvrage de Louis Pastre Essai d’éducation sociale fut édité et imprimé à P (...)
  • 98 Patricia Ramon-Baldie, Jacques Mongay (2003). Deux siècles de maçonnerie en Roussillon (1744-1945).(...)
  • 99 En 1905, Louis Pastre sera le délégué du Syndicat des instituteurs à la Bourse du travail.

60Si Louis Pastre n’avait pas écrit précédemment, avec Jules Combes, son Essai d’éducation sociale, dans la droite ligne du solidarisme, doctrine promue par les radicaux, on aurait pu penser que le choix de l’imprimerie de La République des Pyrénées-Orientales revenait plutôt à Sylvain Davin. Louis Pastre se situe donc idéologiquement et dans ses choix plus prosaïques du côté des républicains radicaux. Il n’hésite pas ainsi, dès sa première publication dans son département97de résidence et d’exercice, à s’afficher dans la mouvance de Marcel Huart qui, cette même année 1903, est aussi le vénérable-fondateur de « l’Athénée social98 », la première loge maçonnique du Grand Orient de France dans les Pyrénées-Orientales. Louis Caulas, le maire radical-socialiste de Perpignan qui fait construire, toujours en 1903, le nouveau beau bâtiment de la Bourse du travail99, celui-ci même qui en 1901 félicitait Louis Pastre pour son Essai d’éducation sociale à l’école, quitte la loge perpignanaise de rite écossais Saint Jean des arts de la régularité, pour rejoindre le vénérable Marcel Huart.

  • 100 Jacques Mongay, op. cit. ; Paul Pistre (1995). Francs-maçons du Midi : Maçonnerie bitteroise et soc (...)
  • 101 Consultation indirecte grâce au précieux concours de Paul Pistre.
  • 102 Selon Paul Pistre.
  • 103 C’était aussi le cas de Ferdinand Buisson, un des nombreux « compagnons de route » de la franc-maço (...)
  • 104 Selon la suggestion de Jacques Mongay.

61Louis Pastre, comme beaucoup de solidaristes et de radicaux, et les personnes bien en place qui lui viennent en aide, est-il franc-maçon ? Nous avons consulté trois auteurs100 d’ouvrages sur la franc-maçonnerie dans le Midi à l’époque contemporaine : Louis Pastre leur est inconnu. Il ne figure pas non plus dans les tables101 du Grand Orient de France, ni dans celles de la Grande loge de France. Louis Pastre ayant « le profil idéal du maçon de la Troisième République102 » mais, pour des raisons inconnues, décidant de ne pas être initié103, nous pouvons nous satisfaire à son égard de l’expression « maçon sans tablier104 ».

  • 105 Ces ouvrages sont probablement tout autant recommandés par l’imprimeur que par les auteurs eux-même (...)
  • 106 Les préludes, de Maurice Gaillard, instituteur à Saint-Quentin. Louis Pastre traduira, à trois repr (...)
  • 107 Maurice Bouchor, qui anime dans toute la France des conférences et lectures publiques auprès des ou (...)
  • 108 Voir le Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones http : //cgecaf.com.

62Afin de cerner davantage l’origine de l’inclination politique et des choix pédagogiques de Louis Pastre, attardons-nous finalement sur la page « Ouvrages recommandés105 » de cette première édition des Exercices de langage pour les enfants de 6 à 9 ans. On y relève, en particulier, un recueil de poèmes d’un instituteur, Maurice Gaillard106, préfacé par le poète militant laïque et socialiste Maurice Bouchor107 (1855-1929), et imprimé à Paris chez L’Émancipatrice. Cet imprimeur-éditeur travaille aussi108 pour le journal socialiste antimilitariste La Guerre sociale, pour l’anarchiste Georges-Mathias Paraf-Javal (1848-1941) et pour la loge maçonnique Le libre examen.

63Enfin, en cette année 1903, quand Louis Pastre semble immergé dans le milieu républicain radical, anticlérical par essence, et alors que la langue catalane n’est cultivée, comme nous l’avons vu, que par des ecclésiastiques ou des laïcs conservateurs, alors que « les dialectes locaux », dits « verbe de la sédition », sont interdits de catéchisme et d’école, parmi les « ouvrages recommandés », annoncés dans le manuel imprimé à La République des Pyrénées-Orientales, figure « en préparation » : Le français enseigné par les idiomes locaux aux enfants de 9 à 13 ans, par Pierre Vidal, conservateur de la bibliothèque de Perpignan et Louis Pastre, instituteur. 1re partie. — Catalan de Roussillon et de Cerdagne. — Catalan de Catalogne et des Baléares. — Catalan ancien. — Notions de littérature catalane.

64Voilà donc de quoi revoir les clichés sur le cloisonnement entre républicanisme radical et catalanisme, et entre didactique du français « par lui-même » et « par les idiomes locaux ».

65À propos des deux premiers contraires idéologiques prétendument irréconciliables, nous avions déjà été interpellés quand Marcel Huart de la République des P.-O. précisait en 1902, dans un article « Les catalanistes », à propos des Barcelonais :

  • 109 « Les catalanistes ». La République des Pyrénées-Orientales, 11 novembre 1902, p. 2 (voir chapitre (...)

Il est des catalanistes, et non de moindre importance, qui sont libres penseurs109.

  • 110 La République des P.-O., 1er janvier 1903.
  • 111 Alphonse Talut, agrégé d’espagnol en 1903, professeur au lycée Condorcet de Paris, auteur d’une gra (...)
  • 112 La République des P.-O., 1er, 2, 3, 4, 5, 10 et 16 septembre 1903. Devant le succès de Terra baixa, (...)

Ou bien, toujours dans le même journal radical-socialiste, lorsque sous le titre « Les fractions du parti catalaniste110 », Alphonse Talut111 (1877-1915) distingue, en 1903, les composantes « réactionnaire, modérée et radicale » de la coalition catalane du sud Unió catalanista. Ou encore, cette même année 1903, lorsque la République des P.-O. consacre huit articles élogieux, en quinze jours112, à la Compagnie catalane du théâtre Romea de Barcelone, venue jouer triomphalement, le 3 septembre, Terra baixa d’Àngel Guimerà, au théâtre municipal de Perpignan :

  • 113 « Le théâtre Romea à Perpignan ». La République des Pyrénées-Orientales, 1er septembre 1903.

Les Roussillonnais ne voudront point, nous en sommes assuré, laisser s’échapper cette rare occasion qui s’offre à eux de montrer qu’ils sont toujours touchés par les beautés sans nombre de cet admirable parler qu’est la langue catalane113.

  • 114 Marcel Huart. « Le théâtre du peuple ». La République des Pyrénées-Orientales, 5 septembre 1903.

Le théâtre catalan en est une preuve édifiante et manifeste. Du jour où nos penseurs de terroir nous auront dotés de quelques œuvres fortes, [...] le théâtre social vivra, [...] il dira les misères et les espérances du peuple114.

  • 115 Dix ans après, le catalanisme et le radical-socialisme de Louis Pastre se confirmeront : en mars 19 (...)

66Il s’agit bien sûr de louer le catalanisme progressiste, hors des frontières de la République française ; c’est que le catalanisme organisé, et libre-penseur de surcroît, n’existe pas encore en Catalogne du Nord115. Pour les radicaux-socialistes, le catalan est à combattre quand il véhicule l’idéologie du clergé, le catalan est « admirable » lorsqu’il donne de la voix au « espérances du peuple ».

  • 116 Cité par Philippe Martel (2007). L’école française et l’occitan. Le sourd et le bègue. Montpellier, (...)

67Quant à la dichotomie enseignement du français versus catalan à l’école, Louis Pastre n’est peut-être que l’exception qui confirme la règle, mais le sous-titre de son œuvre en projet démontre qu’il existe au sein de l’École française, au plus fort du combat pour la laïcité, une voix qui s’élève en faveur du catalan, bien au dessus de la crainte émise en 1898 par Frédéric Mistral (en parlant du provençal) de le voir « servi qu’à cira li boto de soun desdegnous rivau116 », comme le titre, trompeur, ou politiquement correct, du manuel en préparation de Louis Pastre et Pierre Vidal pourrait le laisser penser.

  • 117 Pierre Vidal, né a Saint-Paul de Fenouillet (Sant Pau de Fenolhet) dans la comarca occitane des Pyr (...)

68Le projet de Louis Pastre, alors qu’il publie un manuel novateur de français, cosigné d’un inspecteur primaire, est, déjà en 1903, d’enseigner le catalan à l’école « aux enfants de 9 à 13 ans » afin de s’affranchir du règlement scolaire. Son ambition est la langue totale, celle « de Roussillon et de Cerdagne », « de Catalogne et des Baléares », la langue médiévale et les beaux textes ! Louis Pastre sait s’entourer. Il fait appel cette fois-ci à Pierre Vidal117 (1848-1929), occitano-catalan comme lui et sans conteste le meilleur spécialiste local de la culture catalane et de son histoire.

Vers la « Méthode mixte » au bénéfice du catalan à l’école

69Dès 1903, par conviction pédagogique étayée par la méthode directe et la méthode intuitive, par réalisme face au règlement scolaire, avec pragmatisme devant la nécessité de promotion sociale des enfants du peuple qui ne passe alors que par le français, mais aussi par devoir de reconnaissance et de promotion de la langue d’un peuple engagé dans un processus d’acculturation-déculturation au seuil de l’irréversible, et aussi à l’avant-garde de l’intégration didactique du français et du catalan, au delà des cloisonnements linguistiques, Louis Pastre possède déjà les fondements de sa « Méthode mixte » qu’il ne théorisera qu’en 1907 :

  • 118 Louis Pastre [1907]. Le catalan à l’école. Perpignan, Société d’études catalanes, Imprimerie Comet, (...)

Enseigner d’abord aux jeunes Roussillonnais à parler et à écrire le français sans tenir compte du catalan, et, plus tard, à bien parler et à bien écrire le français au moyen du catalan, voilà la seule méthode qui paraît conforme à la logique et — ce qui n’est pas à dédaigner — aux Règlements en vigueur. Cette méthode d’enseignement aurait pour conséquence inévitable la conservation et même le perfectionnement du catalan, et, de plus, elle mettrait tout le monde d’accord [« les félibres et les régionalistes, puis les maîtres en pédagogie et enfin l’administration universitaire elle-même »] au grand profit des enfants de nos écoles. Ainsi soit-il118.

  • 119 Ce prolongement essentiel de l’œuvre pédagogique de Louis Pastre vers le catalan à l’école est l’ob (...)
  • 120 Louis Pastre [1911]. Le français enseigné par les exercices de traduction de textes catalans aux en (...)

70La mise en pratique de la « Méthode mixte » n’interviendra qu’en 1911 avec un nouveau manuel119 de Louis Pastre, qui sera le complément du Français enseigné par les exercices de langage pour les enfants de 6 à 9 ans : Le français enseigné par les exercices de traduction de textes catalans aux enfants de 9 à 15 ans. Notes grammaticales et remarques sur la comparaison des deux langues. Cours moyen et supérieurs des écoles primaires, cours complémentaires et écoles primaires supérieures120.

  • 121 Louis Pastre [1907]. Le catalan à l’école. Perpignan, Société d’études catalanes, Imprimerie Comet, (...)
  • 122 Louis Pastre (1910). « La langue catalane et son utilité pédagogique : la méthode mixte ». Revue ca (...)
  • 123 Ibidem, p. 396.
  • 124 Louis Pastre [1907]. Op. cit. p. 14-15.
    La citation complète a le mérite de nous mettre en garde con (...)

71Loin des « rêves de poètes121 » des Félibres « qui croient qu’un jour viendra où les instituteurs provençaux pourront faire leur classe en provençal, les roussillonnais en catalan, etc. », contre les « francimands irréductibles qui se figurent que tout est perdu si les idiomes locaux franchissent le seuil de l’école122 », en contournant le règlement scolaire qui « ne peut être invoqué contre le catalan si ce dernier est employé comme langue de comparaison dans une classe où les enfants ont déjà appris à parler et à écrire par la méthode directe123 », et en dépit « hélas ! [des] instituteurs catalans eux-mêmes124 », Louis Pastre, praticien en cohérence avec son idée pédagogique, produira, dès 1903 et jusqu’en 1911, trois manuels au service de sa méthode mixte :

1903 — Le français usuel enseigné par les exercices de langage et de lecture aux enfants de 6 à 9 ans. Ouvrage illustré par la photographie instantanée de M. Lamaysouette, instituteur. Cours préparatoires et élémentaires des écoles primaires, classes enfantines et préparatoires des lycées et collèges. Perpignan, Louis Pastre [édit.], Imprimerie La République des Pyrénées-Orientales, 170 p.
1904 — Le français usuel enseigné par les exercices de langage aux enfants de 3 à 6 ans (écoles maternelles), en collaboration avec M. Davin, inspecteur primaire, officier de l’Instruction publique. (non retrouvé)
1911 — Le français enseigné par les exercices de traduction de textes catalans aux enfants de 9 à 15 ans. Notes grammaticales et remarques sur la comparaison des deux langues. Cours moyen et supérieurs des écoles primaires, cours complémentaires et écoles primaires supérieures. Perpignan, Société d’études catalanes, Imprimerie catalane, 119 p.

  • 125 Selon le sous-titre du troisième volume de l’ouvrage du chanoine Joseph Aurouze publié en 1907 : Hi (...)

72Jamais ses prédécesseurs de « la pédagogie régionaliste125 » et instituteurs comme lui n’avaient proposé de méthode de langage couvrant toute la scolarité primaire, ni le Frère Savinien avec son Recueil de versions provençales pour l’enseignement du français en Provence de 1876, ni Sylvain Lacoste et son Recueil de versions gasconnes de 1902.

  • 126 Le concours fondé sur la traduction en français d’un texte catalan et sur une épreuve orale de réci (...)

73Louis Pastre aura aussi l’idée d’accompagner, dès 1907, la méthode mixte d’un concours126 de langue catalane pour les écoliers, et d’inciter ses collègues à le suivre, en leur proposant, avant le manuel de 1911, un traité de grammaire comparée du catalan et du français, à usage scolaire :

1913 — Les catalanismes à l’école. Enquête faite dans les écoles du Roussillon avec la collaboration de plusieurs instituteurs roussillonnais. Perpignan, Société d’études catalanes, Imprimerie catalane, 53 p.

  • 127 Joseph Aurouze qui a soutenu en 1907, pour la première fois en France, en langue non française, l’o (...)
  • 128 « Louis Pastre : Le catalan à l’école ». Butlletí d’escoles, no6, juin 1907, p. 43-44.
  • 129 Bernard Sarrieu, agrégé de philosophie et fondateur de la revue Era bouts dera mountanho.
  • 130 André Sourreil dirige la revue du Félibrige toulousain La terro d’oc.
  • 131 Jean Amade, professeur d’espagnol au lycée puis à la faculté des lettres de Montpellier, auteur ent (...)

74Louis Pastre recevra des messages d’adhésion à sa méthode mixte. Du chanoine Joseph Aurouze127, le premier docteur ès lettres a avoir soutenu une thèse en provençal ; de l’Associació protectora de l’ensenyança catalana de Barcelone qui lui consacre, en 1907, un article dans son Butlletí d’escoles128 ; tandis que les échanges avec les félibres Bernard Sarrieu129 (1875-1935) et André Sourreil130 (1868-1933) seront moins consensuels. Son ami, Jean Amade131 (1878-1949), aussi, exprimera des doutes.

75Homme convaincu du bien fondé de son action dans le cadre scolaire, Louis Pastre poursuivra, au terme de sa carrière d’instituteur, sa mission de didacticien du catalan avec un recueil de versions et exercices, adressé aux adultes :

1920 — Enseignement de la langue catalane par la méthode des doubles textes. Perpignan, Société d’études catalanes, Imprimerie catalane J. Comet, 86 p.

  • 132 Jules Delpont. « Un cours de faux catalan, à Perpignan ». Montanyes regalades, no59, novembre 1920. (...)

76Cet ouvrage participera aussi à la défense et illustration des normes orthographiques de l’Institut d’estudis catalans de Barcelone, en Catalogne du Nord. Jules Delpont132(1865-1923), le complice des débuts de la Société d’études catalanes, malmènera à ce sujet Louis Pastre, « d’autant moins qualifié pour servir une nouvelle orthographe, qu’il est non pas un catalan du Roussillon, mais un languedocien de Clermont-l’Hérault ».

77Au-delà de la pédagogie et de la didactique des langues, l’œuvre de Louis Pastre concerne aussi la linguistique. Entre 1907 et 1925, il publiera une douzaine de traités complémentaires à son œuvre pédagogique au sens strict, du fascicule de quelques pages à l’ouvrage de plus de 150 pages. Il s’agira encore de grammaire comparée, de dialectologie catalane et occitane, de traductologie, et aussi de vulgarisation littéraire. Nous retiendrons en particulier :

1908 — La langue catalane populaire en Roussillon : recueil de documents. Perpignan, Société d’études catalanes, Imprimerie J. Comet, 58 p.
1913 — Le sous-dialecte bas-languedocien de Clermont-l’Hérault. Notes historiques, philologiques, grammaticales, lexicographiques, folkloriques et bibliographiques. Perpignan, Louis Pastre [édit.], Imprimerie J. Comet, 163 p.
1915 — Ramon Llull et son œuvre pédagogique. Perpignan, Société d’études catalanes, Imprimerie catalane, 29 p.
1925 — Éléments de grammaire catalane : rédigée conformément aux règles orthographiques en usage dans la littérature moderne. Préface de M. J.-S. Pons. Perpignan, Société d’études catalanes, Imprimerie catalane, 128 p.

  • 133 Bernhard Schädel (1911). « Bericht über die Katalanische Sprache, 1907 und 1908 ». in Kritischer Ja (...)

78Le professeur Bernard Schädel133qui enseigne la linguistique romane à l’université allemande de Halle et qui impulse les débuts de la philologie catalane, avant le Primer congrès internacional de la llengua catalana de 1906, remarque, en 1911, les travaux de Louis Pastre.

79Ses contributions dans les périodiques, plus révélatrices encore que ses ouvrages, de l’engagement de l’homme dans son époque, si elles reprennent les mêmes préoccupations, nous révèlent aussi d’autres aspects de l’action de Louis Pastre. Il suffit de mentionner ses chroniques dans le quotidien de la bourgeoisie catalaniste barcelonaise La veu de Catalunya, en 1905 et 1907, parallèlement à ses contributions au mensuel perpignanais La Bourse du travail, en 1906 et 1907, alors qu’il finira par présider en 1908, dangereusement pour sa carrière de fonctionnaire, le syndicat des instituteurs des Pyrénées-Orientales, pour être définitivement convaincu que, dans la vie comme en classe, la conciliation des contraires pour le bien commun est le credo de Louis Pastre, et cela au delà des années 1881-1903.

  • 134 « La langue catalane et son utilité pédagogique : la méthode mixte ». Revue catalane, no45-46, sept (...)
  • 135 « Le catalan à l’école ». Revue catalane, no1, janvier 1907, p. 23.

80Finalement, afin de nous recentrer sur la problématique pédagogique, retenons qu’après avoir publié en 1901 un ouvrage précurseur de l’Éducation nouvelle, Louis Pastre, instituteur occitano-catalan et républicain radical, conçoit avec pragmatisme, dès 1903, les fondements d’un vaste appareil méthodologique, pour le « double profit134 » linguistique des « enfants du peuple135 » de la Catalogne française.

Haut de page

Notes

1 Cet article est tiré du mémoire de master II en Études romanes, présenté en septembre 2008 à l’université Paul-Valéry, Montpellier III, sous la direction de Philippe Martel : Louis Pastre, instituteur public et didacticien du catalan : le temps des idéaux politiques et pédagogiques (1881-1903), 107 p. Luc Bonet poursuit ses recherches sur Louis Pastre et le catalan à l’école dans le cadre d’un doctorat d’études occitanes et d’histoire de la langue catalane, en cotutelle avec la Universitat de Girona.

2 Sources pour la carrière professionnelle de Louis Pastre : Archives départementales des Pyrénées-Orientales (ADPO), Archives départementales de l’Hérault (ADH) et « Classement des instituteurs », Bulletin de l’Enseignement Primaire des Pyrénées-Orientales (BEPPO) no6, mai 1890, p. 120-121.

3 Bien plus tard, en 1911, Louis Pastre aura des relations avec le philologue allemand et romaniste, Bernhard Schädel.

4 Anne Roche (1975). De Jean Coste [Charles Péguy] : édition critique. Paris, Klincksieck, 494 p., p. XXIV.

5 Le brevet élémentaire correspond au brevet de capacité obligatoire, depuis la loi Ferry du 16 juin 1881, pour enseigner dans un établissement d’enseignement primaire public ou privé. Les titulaires du brevet élémentaire peuvent présenter le brevet supérieur permettant d’obtenir le brevet de capacité pour enseigner dans les écoles primaires supérieures.

6 « Personnel, collège de Pézenas, 1883-1884 », ADH : 1T6468.

7 « Personnel, collège Clermont-l’Hérault, 1886-1887 », ADH : 1T6385.

8 ADPO : 1T101.

9 Le certificat d’aptitude pédagogique est obligatoire pour être nommé instituteur titulaire depuis la loi René Goblet de 1886.

10 Louis Pastre meurt, à Perpignan, le 15 février 1927, à 59 ans.

11 Revue catalane, no15, 15 mars 1908, p. 71-72. (Orthographe adaptée, par nos soins, à la norme actuelle).

12 Georges Costa (1973). « Les instituteurs roussillonnais de 1887 devant une enquête linguistique ». Bulletin de la Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales, no85, p. 27-40, p. 32. D’après un état du personnel du 4 septembre 1886.

13 Rapport de l’inspecteur d’académie des P.-O. sur l’effectif de l’école normale, BEPPO, no9, septembre 1890, p. 210.

14 En 1888, une enquête est menée par l’administration auprès des instituteurs publics en vue de l’Exposition universelle de Paris de 1889 ; dans la circonscription de Prades (Prada), soit tout l’ouest de piémonts et montagnes du département, les maîtres révèlent proscrire le catalan dans 38 % des cas, et l’utiliser en classe dans 31 % des cas.

D’après Brigitte Payrou (1980). L’école républicaine de Jules Ferry à la grande guerre : un important outil d’acculturation pour la Catalogne-Nord. Perpignan, mémoire de maîtrise de lettres modernes, 181 p., p. 103 et 107. L’enquête de la circonscription de Perpignan n’est pas conservée aux ADPO.

15 Rivesaltes (Ribesaltes) en 1889, Clairà en 1894, Ille (Illa) en 1896, Toulouges (Toluges) en 1900.

16 « Circulaire de l’inspecteur d’académie à MM. les inspecteurs primaires, relative à l’emploi de la Méthode maternelle pour l’enseignement du français », BEPPO, no5, 1891, p. 101.

17 Pere Courtais a des remords d’avoir persécuté à l’école sa langue maternelle et publie en 1868 un recueil de poèmes Flors de Canigó. Il participe en 1883 à la première fête des Lettres catalanes de Banyuls-sur-Mer et y prononce un discours de bienvenue aux Catalans du sud, d’où est extrait le passage cité. « Discurs a la festa de les Lletres catalanes », Revue catalane, no66, 15 juin 1912, p. 179-180. (Orthographe adaptée, par nos soins, à la norme actuelle).

18 Irénée Carré s’inspire de la méthode directe pour l’enseignement des langues étrangères, qui sera finalement officielle dans le second degré en 1901, et la diffuse largement en tant que « Méthode maternelle » au bénéfice du français à l’école primaire, grâce à son manuel Méthode pratique de langage... Paris, Armand Colin, livre du maître 82 p. et livre de l’élève 108 p. (45 éditions entre 1889 et 1925).

19 « Circulaire de l’inspecteur d’académie à MM. les inspecteurs primaires, relative à l’emploi de la Méthode maternelle pour l’enseignement du français », BEPPO, no5, 1891, p. 101.

20 Auguste Taillefer, inspecteur primaire de la circonscription de Prades, participe activement à l’enquête linguistique de Julien Sacaze qui envoie, en 1887, pour le compte du ministère de l’Instruction publique et en vue de l’Exposition nationale de Toulouse de la même année, un questionnaire aux instituteurs des huit départements pyrénéens. Il s’agit de recueillir la traduction « en idiome pyrénéen » de deux contes traditionnels, présentés en français. Auguste Taillefer effectue de nombreuses transcriptions pour suppléer les nombreux instituteurs étrangers. (Georges Costa, 1973, p. 34.)

En 1891, il publie à Perpignan Le département des Pyrénées-Orientales, une monographie de 112 pages sur les villages. Il y débute la « Notice historique » par : « Le pays que nous occupons, et où on parle la langue catalane [...] ».

21 « Exercices de langage ». BEPPO, no7, 1891, p. 171. Auguste Taillefer se réfère directement à l’instruction officielle du 15 juillet 1890 : « Pour apprendre une langue, il faut commencer par l’isoler, il faut n’avoir affaire qu’à elle. Si, sachant le français, vous voulez apprendre l’allemand, oubliez un moment le français ».

22 Philippe Martel (2007). L’école française et l’occitan. Le sourd et le bègue. Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, collection Études occitanes, Université Paul-Valéry, 190 p., p. 108.

23 Michel Lafon (2005). « L’occitan e l’escòla en Avairon de 1800 a 1951 : qualques idèias e testimoniatges ». Lengas, no58, p. 149-163, p. 155.

24 Yan Lespoux (2006). « L’Instruction publique et les patois dans les Basses-Pyrénées des années 1880 aux années 1930, d’après le Bulletin de l’Instruction primaire des Basses-Pyrénées ». Lengas, no59, p. 165-181., p. 170.

25 « Questions d’enseignement ». L’Indépendant, 12 avril 1899, p. 1.

Emmanuel Brousse s’exprime le 12 avril 1899 à l’occasion d’une enquête sur l’amélioration de l’enseignement secondaire adressée par la commission parlementaire spécialisée aux conseils généraux.

26 « Questions d’enseignement ». L’Indépendant, 15 avril 1899, p. 1.

27 Il se réfère à la poésie catalane renaissante de Jacint Verdaguer, évoquée plus haut dans l’original.

28 Les nouvelles générations. Generer est un dialectalisme du catalan septentrional (du Roussillon).

29 Le règlement scolaire modèle pour la rédaction des règlements départementaux des écoles primaires publiques date de 1886, il stipule dans son article 14 : « Le français sera seul en usage dans l’école ». Cette formulation est reprise du règlement scolaire de la loi Falloux (1850). Le règlement des P.-O. n’y déroge pas. En revanche, le « Décret relatif à la constitution des écoles primaires », du 17 novembre 1794, sous la Convention, était plus permissif : « L’enseignement sera fait en langue française ; l’idiome du pays ne pourra être employé que comme moyen auxiliaire ».

30 Joseph Pons a été l’élève de Louis Pastre, en deuxième année de cours moyen, l’année scolaire 1896-1897.

31 Louis Pastre [1925]. Éléments de grammaire catalane : rédigée conformément aux règles orthographiques en usage dans la littérature moderne. Préface de M. J.-S. Pons. Perpignan, Imprimerie Catalane, 128 p.

32 À l’occasion des Festes de Santa Estela de Perpignan en 1913.

33 La première fête des Lettres catalanes avait eu lieu à Banyuls en 1883, organisées par le Catalan du nord Justí Pepratx (1828-1901) et en présence de Jacint Verdaguer.

34 Louis Pastre a recours à un texte d’Oun Tal (Lou Gail de San-Jouán), précédé de l’orthographe catalane (Lo gall de Sant-Joan) pour préparer les écoliers à participer aux Jeux floraux de la Société d’études catalanes de 1907 : « Cette page nous sera d’un grand secours au double point de vue de l’orthographe et de la prononciation. »
En 1923, Louis Pastre est le vice-président du « Comité pour un monument au poète populaire Oun Tal », à l’initiative de La Colla del Rosselló.

35 Depuis la loi Goblet du 30 octobre 1886, les instituteurs congréganistes sont exclus des écoles publiques ; il faut cependant attendre la loi Combes du 7 juillet 1904, pour que le droit d’enseigner soit retiré aux congrégations.

36 Joseph Lhermite, frère Savinien en religion, publie aussi jusqu’en 1917, six autres ouvrages sur la question, dont une Grammaire provençale en 1882.

37 Antonin Perbosc, instituteur public dans le Tarn-et-Garonne est praticien de la méthode savinienne, il fait collecter des contes occitans à ses élèves dès 1900. Avec Prosper Estieu (1860-1939), il s’emploie à la reforme orthographique de l’occitan.

38 Pierre Boutan (2000). « Langue maternelle et langue nationale à l’école primaire française de la IIIe République : retour sur un conflit ». In Desmet Piet ed. et al. Orbis/Supplementa t. 14, « The History of Linguistic and Grammatical Praxis, XIth International Colloquium of the Studienkreis « Geschichte der Sprachwissenchaft » » (Leuven, 1998). Paris, Sterling (Virginia), Leuven, Peeters, p. 247-264., p. 249.

39 Aujourd’hui, nous sommes redevables aux gitans car ils sont les seuls à perpétuer naturellement l’écho originel de Perpinyà la catalana, dans les hauts du quartier sant Jaume en particulier, là où Louis Pastre exercera à partir de 1910 (école Voltaire, aujourd’hui école de la Miranda).

40 Jules Combes, Louis Pastre [1901, 1e éd. ? 1902, 2e éd. ?]. Essai d’éducation sociale à l’école avec le concours de la famille. Guide du maître. Paris, Bibliothèque d’Éducation, 24 p. La première édition est introuvable à l’heure actuelle.

41 Le format in octavo correspond approximativement au format A5 actuel.

42 Jules Combes, né à Montauban (Montalban), est un des quatre instituteurs élus par leurs pairs en tant que représentants au Conseil départemental, instance paritaire ayant des attributions pédagogiques, administratives et disciplinaires.

43 ADPO : 1T95.
Plus tard, en 1906, nous retrouverons Jules Combes aux côtés de Louis Pastre et Sylvère Lamaysouette (Voir chapitre 4), en tant que représentants du Syndicat des instituteurs, lors de l’élection du conseil d’administration du Comité général de la Bourse du Travail de Perpignan. (Voir « Comité général, séance du 19 janvier 1906 ». La Bourse du travail, 1er février 1906).

44 Fils de paysans savoyards (donc probablement locuteur de franco-provençal), inspecteur d’académie à Châlons depuis 1898, il deviendra recteur de l’académie de Chambéry (1902) puis d’Aix (1907-1922) et directeur (1903-1914) de Le Volume, journal des instituteurs et des institutrices. Louis Pastre nous rappellera qu’il déclara en 1911 : « Nous devons utiliser la traduction du provençal pour enseigner à nos enfants le français ». (« Pour le bilinguisme », La Veu del Canigó, no54, 26 janvier 1913, p. 31-32).

45 Le roman Jean Coste ou l’instituteur de village, écrit en 1894 et 1895, décrit la misère des instituteurs publics alors que la Troisième République voulait valoriser leur mission laïque. Il est publié en 1901 par Charles Péguy (1873-1914) dans sa revue Cahiers de la quinzaine.

46 Sylvain Davin sera plus tard, probablement en 1903 et 1904, co-auteur avec Louis Pastre de deux manuels de français par les exercices de langage.

47 Claude Lelièvre et Christian Nique (1994). Bâtisseurs d’écoles. Histoire biographique de l’enseignement en France. Paris, Nathan, 494 p., p. 301.

48 Jean Sagnes (2007). « La conception solidariste dans les manuels de l’enseignement primaire supérieur sous la troisième république », p. 233-241. In Verdelhan-Bourgade Michèle, Bakhouche Béatrice, Boutan Pierre, Étienne Richard. Les manuels scolaires, miroir de la nation ? Paris, L’Harmattan, 294 p., p. 237 et 239.

49 D’après Georges Chase et à propos du « protestantisme sécularisé » de Ferdinand Buisson. Cité par Claude Lelièvre et Christian Nique (1994, p. 301).

50 Sur le cahier déroulement, chaque jour, un élève différent inscrit les devoirs de la journée. Selon Louis Pastre, l’élève ne fait que s’y comparer avec ses camarades, ce qui est contraire à l’émulation personnelle. Le maître est contraint d’y apporter de nombreuses corrections en vue d’une éventuelle inspection.

51 La première expérience en France ne date que de 1899, c’est l’École des Roches de Verneuil-sur-Avre en Normandie — aujourd’hui école privée sous contrat qui accueille de nombreux enfants de VIP —, créée par le catholique social Edmond Demolins. Il s’inspirait des méthodes actives expérimentées en Angleterre dix ans auparavant, tandis qu’à Chicago, John Dewey (1859-1952), le père de la pédagogie du projet, venait d’ouvrir, en 1896, son laboratoire de psychologie appliquée à la pédagogie. L’italienne Maria Montessori (1870-1952) ne créera la première Casa dei bambini qu’en 1907. Le mouvement de l’Éducation nouvelle ne se développera qu’après la première guerre mondiale.

52 Josep Gonzàlez-Agàpito (1989). El règim de llibertat dels escolars i altres escrits [de Joan Bardina]. Vic, Eumo, 163 p., quatrième de couverture.

53 Louis Pastre tiendra dans ce quotidien de la bourgeoisie catalaniste de Barcelone des Cròniques de Perpinyà, à partir de 1905.

54 Josep Gonzàlez-Agàpito (1989). Op. cit.
Il est intéressant de remarquer que Joan Bardina ouvre son école normale la même année où est ordonnée la fermeture de l’Escola moderna de l’anarcho-syndicaliste barcelonais Francesc (Francisco) Ferrer (1859- exécuté en 1909).

55 August Rafanell (2006). La Il·lusió occitana. La llengua dels catalans entre Espanya i França. Barcelona, Quaderns Crema, 2 v., 1542 p., p. 369.

56 La République des P.-O., 29 octobre 1902.

57 Sic.

58 « Les catalanistes ». La République des Pyrénées-Orientales, 11 novembre 1902, p. 2.
Felip Cortiella (1871-1937) et Ignasi Iglésias (1871-1928) sont tous deux fils d’ouvriers et dramaturges engagés socialement. La célèbre pièce Els vells d’Ignasi Iglésias est jouée à Perpignan le 4 septembre 1903, par la troupe du Teatre Romea de Barcelone, en prolongation, grâce au succès la veille, de Terra baixa d’Àngel Guimerà.

59 « Tribune viticole. Trouillas ». L’Indépendant, 10 mars 1902.
Les Boers sont les pionniers blancs d’Afrique du Sud. À cette époque, sévit la guerre anglo-boers qui renforce le mouvement identitaire des Afrikaners.

60 Jules Escarguel. « Campanas [Campanes] », L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 11 mars 1902, p. 1.

61 BEPPO, no81, 1902, p. 1365.

62 Dans les Basses-Pyrénées et les Landes en 1902 (voir Joseph Aurouze, 1907, p. 214-215).

63 Horace Chauvet fondera la revue La Veu del Canigó (1910-1914) et l’association catalaniste La Colla del Rosselló (1921-1941) aux débuts de laquelle participera activement Louis Pastre.

64 « Lettre à ma cousine ». L’Indépendant, 30 novembre 1903.

65 La Lliga regionalista, parti catalaniste et bourgeois, ayant à son programme l’autonomie de la Catalogne, remporte les élections législatives de 1901 dans les quatre provinces catalanes.

66 ADH : 1T2360-78.

67 Selon le titre de l’ouvrage de Pierre Boutan (1996) « La langue des Messieurs ». Histoire de l’enseignement du français à l’école primaire, lui même inspiré d’un passage de : C. Lignières. Vie d’un instituteur centenaire de la IIIe République. Uzès, H. Peladan, 1982, 305 p.

68 La « méthode directe » est officiellement imposée dans l’enseignement secondaire français par la circulaire du 15 novembre 1901 relative à l’enseignement des langues vivantes.

69 Christian Puren (1988). Histoire des méthodologies de l’enseignement des langues. Paris, Clé international, Nathan, 447 p., p. 49.

70 La quatrième édition est parue en 1911. Voir plus loin.

71 Le centre d’intérêt est un champ lexical unique repris par le titre de la leçon ; chez Davin-Pastre il concerne par exemple « Les jeux et les outils » avec une leçon sur « la corde à sauter », « Le sifflet », etc. Cette innovation pédagogique de la fin du XIXe siècle pour l’enseignement primaire de la langue maternelle est passée à l’enseignement secondaire des langues étrangères, au début du XXe siècle.

72 La méthodologie active, centrée sur la culture, fait son entrée dans les années 1902, c’est un compromis entre la méthode grammaticale traditionnelle et la méthode directe.

73 Pierre Boutan (1998). « La « Méthode Carré » et la politique linguistique à l’école primaire de la IIIe République, vers la fin du XIXe siècle ». Tréma, I.U.F.M. de Montpellier, no14, décembre 1998, p. 13-26, p. 19.

74 Irénée Carré (1888). « De la manière d’enseigner les premiers éléments du français dans es écoles de la Basse-Bretagne », Revue pédagogique, tome XII, p. 217-236, p. 220.

75 À la décharge d’Irénée Carré, il était opposé à « l’usage du symbole » (objet dont était dépositaire l’enfant patoisant et dont il se débarrassait par délation, craignant la punition) : « Pratique détestable, et dont l’effet le plus sûr, outre les inconvénients qu’elle entraîne au point de vue moral, est de rendre tout le monde silencieux et muet. » L’essentiel de l’article est reproduit par Hervé Terral (2006). Antonin Perbosc. Les langues de France à l’école et quelques autres textes sur la question. Canet, Éditions Trabucaire, 214 p., p. 182-192, p. 187.

76 André Chervel (1995). L’enseignement du français à l’école primaire. Textes officiels concernant l’enseignement primaire de la Révolution à nos jours. Paris, INRP/Economica, 506 p., p. 23.

77 L’arrêté du 27 juillet 1882 fixe les nouveaux objectifs de l’enseignement primaire et renouvelle profondément l’enseignement du français.

78 André Chervel, op. cit.

79 C’est à dire qui ont utilisé leur autre manuel intitulé Le français usuel enseigné par les exercices de langage aux enfants de 3 à 6 ans (écoles maternelles). Celui-ci ne paraîtra qu’en 1904 et demeure introuvable aujourd’hui.

80 Pierre Boutan, 2003b, p. 67.

81 Le maître quitte l’estrade comme le préconisera, à la fin des années 1940, Célestin Freinet (1896-1966), le fondateur de la pédagogie coopérative.

82 Devise imprimée en en-tête d’une carte de visite adressée, en 1913, par Louis Pastre à Bernard Sarrieu (1875-1935), Majoral du Félibrige. (Collection du Collège d’Occitanie à Toulouse). Louis Pastre assume donc toujours sa méthode de français à une époque où il n’écrit qu’en faveur du catalan et de l’occitan.

83 Première inspectrice générale des écoles maternelles de 1881 à 1917, elle transforme les anciennes « salles d’asile » en lieu d’enseignement et d’éducation en y introduisant en particulier le jeu et les activités artistiques dont elle revendique le caractère éducatif. (www.meirieu.com/PATRIMOINE/lespedagogues.htm).
Louis Pastre cite Pauline Kergomard (également Michel Bréal) en couverture de son manuel de 1911 Le français enseigné par la traduction de textes catalans aux enfants de 9 à 15 ans : « Mettez les élèves en présence d’un texte patois ; enseignez-leur à le serrer de très près, et l’exercice leur sera au moins aussi profitable que celui de la version latine aux élèves des lycées. »

84 Sylvère Lamaysouette (1865- ?), originaire de Rivesaltes est instituteur adjoint à Perpignan (Voir ADPO : 1T95). En 1905, il sera secrétaire du Syndicat des instituteurs (La Bourse du Travail, 1er octobre 1905), alors que Louis Pastre est cette même année le délégué du Syndicat au comité général de la Bourse du Travail (La Bourse du Travail, 1er mai 1905).

85 Alain Choppin (1992). Les manuels scolaires. Histoire et actualité. Paris, Hachette, 223 p., p. 151.

86 Un exemplaire est accessible à la bibliothèque de l’université Rovira i Virgili de Tarragone, un autre appartient aux descendants de Louis Pastre.

87 Il s’agit d’un ouvrage non retrouvé dont l’année de publication apparaît à plusieurs reprises dans des ouvrages postérieurs : Le français usuel enseigné par les exercices de langage aux enfants de 3 à 6 ans (écoles maternelles), en collaboration avec M. Davin, inspecteur primaire, officier de l’Instruction publique.

88 Un seul exemplaire connu de la troisième édition, collection des descendants de Louis Pastre.

89 La République des P.-O. cesse de paraître en mars 1906.

90 Jean-Félicien Court (1906). « Les livres. Le français usuel enseigné par les exercices de langage. Par S. Davin et Louis Pastre ». La Terro d’oc, no186, décembre 1906, p. 188.

91 « L’instruction populaire primaire ». La Terro d’Oc, mai 1906, p. 65-68, p. 67.

92 Nous explorerons plus en détail cette question de didactique dans une prochaine étude, lors de l’analyse des propositions de Louis Pastre en faveur du catalan à l’école, publiées à partir de 1907.

93 Selon une remarque orale de Marie Grau, bibliothécaire à l’université de Perpignan, créatrice du fonds documentaire catalan. Les consultations du Dépôt légal, aux ADPO et à la BnF, ont été infructueuses.

94 Joachim Comet, fondateur de la Société des protes et correcteurs de France, crée l’« Imprimerie catalane » à Perpignan en 1905.

95 La revue paraît de 1910 à 1940, elle est essentiellement dirigée par des instituteurs, dont plus tard Célestin Freinet ; sa devise est « Instruisons-nous et armons-nous ». (Voir Pierre Caspard, dir., vol. 4, 2005). Les autres annonces sont : La composition française à l’école primaire par Campan, instituteur à Toulouse (Tolosa) ; Chant et récitation par Castanier-Rouget, directeur d’école à Pézilla-de-la Rivière, Pyr.-Or. (Pesillà de la Ribera) et Dictionnaire de botanique catalane par Léon Conill, instituteur à Sournia, Pyr.-Or. (Sornià). Les livres de Campan figuraient déjà parmi les « Ouvrages recommandés » de la première édition de 1903.

96 Joseph Bachès apparaît dans la liste des membres de la Société d’études catalanes de Perpignan en 1907, Louis Pastre en sera le secrétaire fondateur en 1906.

97 Pour mémoire, le premier ouvrage de Louis Pastre Essai d’éducation sociale fut édité et imprimé à Paris.

98 Patricia Ramon-Baldie, Jacques Mongay (2003). Deux siècles de maçonnerie en Roussillon (1744-1945). Saint-Esteve, Presses Littéraires, 296 p., p. 194.

99 En 1905, Louis Pastre sera le délégué du Syndicat des instituteurs à la Bourse du travail.

100 Jacques Mongay, op. cit. ; Paul Pistre (1995). Francs-maçons du Midi : Maçonnerie bitteroise et sociabilité urbaine du XVIIIe siècle à nos jours. Perpignan, Mare nostrum, 302 p. ; Paul Tirand (2002). Loges et francs-maçons audois 1757-1946. Castelnaudary, Paul Tirand [éd.], 243 p. ; avec nos remerciements.

101 Consultation indirecte grâce au précieux concours de Paul Pistre.

102 Selon Paul Pistre.

103 C’était aussi le cas de Ferdinand Buisson, un des nombreux « compagnons de route » de la franc-maçonnerie qui œuvrèrent pour la Troisième République.

104 Selon la suggestion de Jacques Mongay.

105 Ces ouvrages sont probablement tout autant recommandés par l’imprimeur que par les auteurs eux-mêmes.

106 Les préludes, de Maurice Gaillard, instituteur à Saint-Quentin. Louis Pastre traduira, à trois reprises, en catalan, des poèmes de Maurice Gaillard qu’il publiera sans la Revue catalane, sous le pseudonyme Algú (Revue catalane, 1908, p. 14, 61 et 202).

107 Maurice Bouchor, qui anime dans toute la France des conférences et lectures publiques auprès des ouvriers en particulier, tiendra en 1907 une conférence pour le personnel enseignant, à l’invitation de l’inspecteur d’académie des Pyrénées-Orientales (Voir : BEPPO, mars 1907, p. 894). Louis Pastre en fera un compte-rendu critique dans la Revue catalane (avril 1907, p. 116-118) : il n’apprécie pas les versions françaises des « vieux airs populaires de nos provinces » que Maurice Bouchor publia en 1897 dans Chants populaires pour les écoles et revendique que « Muntanyes regalades soient chantées en catalan dans les écoles du Roussillon ».

108 Voir le Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones http : //cgecaf.com.

109 « Les catalanistes ». La République des Pyrénées-Orientales, 11 novembre 1902, p. 2 (voir chapitre 4).

110 La République des P.-O., 1er janvier 1903.

111 Alphonse Talut, agrégé d’espagnol en 1903, professeur au lycée Condorcet de Paris, auteur d’une grammaire espagnole, prépara une thèse sur Les rapports et les affinités du catalan et du roman, et présida la Société des professeurs de langues méridionales. (Voir : Montanyes regalades, novembre-décembre 1915).

112 La République des P.-O., 1er, 2, 3, 4, 5, 10 et 16 septembre 1903. Devant le succès de Terra baixa, la troupe de Barcelone prolonge et joue le lendemain Els vells d’Ignasi Iglésias.

113 « Le théâtre Romea à Perpignan ». La République des Pyrénées-Orientales, 1er septembre 1903.

114 Marcel Huart. « Le théâtre du peuple ». La République des Pyrénées-Orientales, 5 septembre 1903.

115 Dix ans après, le catalanisme et le radical-socialisme de Louis Pastre se confirmeront : en mars 1912, il tiendra une conférence dans la salle du Cercle républicain de Perpignan en défense de la langue catalane ; deux mois plus tard ce même lieu accueillera le banquet de la victoire du radical-socialiste Joseph Denis aux élections municipales de Perpignan. (Voir la Revue catalane de mars 1912, p. 76-78 et le Rappel catalan du 6 juillet 1912).

116 Cité par Philippe Martel (2007). L’école française et l’occitan. Le sourd et le bègue. Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, collection Études occitanes, Université Paul-Valéry, 190 p., p. 56. Trad : « ne servir qu’à cirer les bottes de son rival dédaigneux. »

117 Pierre Vidal, né a Saint-Paul de Fenouillet (Sant Pau de Fenolhet) dans la comarca occitane des Pyrénées-Orientales, historien, bibliographe et folkloriste, est bibliothécaire de la ville de Perpignan où il sera secondé par Louis Pastre à partir de 1920. Ce dernier le considère son « vieil ami et maître ». Pierre Vidal se considérait à son tour le disciple de l’historien, philologue et archiviste Bernard Alart (1824-1880).

118 Louis Pastre [1907]. Le catalan à l’école. Perpignan, Société d’études catalanes, Imprimerie Comet, 25 p. (Première publication sous forme d’articles suivis dans la Revue catalane, no1-3, 1907). Avec une dédicace imprimée : « À Monsieur Capra, inspecteur d’académie des Pyrénées-Orientales. Hommage respectueux ».

119 Ce prolongement essentiel de l’œuvre pédagogique de Louis Pastre vers le catalan à l’école est l’objet d’une étude en cours.

120 Louis Pastre [1911]. Le français enseigné par les exercices de traduction de textes catalans aux enfants de 9 à 15 ans. Perpignan, Société d’études catalanes, Imprimerie catalane, 119 p. Avec une dédicace imprimée : « À mon vieil ami et maître Pierre Vidal ». (Première publication sous forme d’articles suivis intitulés « La langue catalane et son utilité pédagogique» dans la Revue catalane no45-48, 1910, et no49-58, 1911). Annoncé également en 1907, et non publié, avec comme nouveau co-auteur : « Jean Amade, Professeur agrégé d’espagnol ».

121 Louis Pastre [1907]. Le catalan à l’école. Perpignan, Société d’études catalanes, Imprimerie Comet, 25 p., p. 8.

122 Louis Pastre (1910). « La langue catalane et son utilité pédagogique : la méthode mixte ». Revue catalane, no45-46, septembre-octobre 1910, p. 401.

123 Ibidem, p. 396.

124 Louis Pastre [1907]. Op. cit. p. 14-15.
La citation complète a le mérite de nous mettre en garde contre une vision manichéenne de l’histoire des langues régionales à l’école... si on accorde à Irénée Carré de ne pas être machiavélique : « L’article 13 du règlement n’a jamais eu la prétention d’interdire aux maîtres l’emploi de telle ou telle méthode pour l’enseignement du français. De plus, l’autorité universitaire a toujours été très large, plus large, hélas ! que les instituteurs catalans eux-mêmes, en ce qui concerne l’interdiction du catalan. Écoutez plutôt les conseils que donnait, il y a quelques années, aux instituteurs des Pyrénées-Orientales, un inspecteur général distingué, M. Carré, l’un des plus fervents apôtres, précisément, de la méthode directe ou maternelle : « Ne punissez pas vos élèves parce que, dans la cour, en jouant, ils auront laisser échapper quelques mots catalans ; il faut faire aimer le français en en rendant l’étude agréable ; il ne faut pas le faire apprendre comme punition » ».

125 Selon le sous-titre du troisième volume de l’ouvrage du chanoine Joseph Aurouze publié en 1907 : Histoire critique de la renaissance méridionale aux XIXe siècle. Avignon, Séguin-Roumanille, 271 p.

126 Le concours fondé sur la traduction en français d’un texte catalan et sur une épreuve orale de récitation catalane est interdit dans le cadre scolaire, par dépêche ministérielle. Il sera finalement organisé en dehors des écoles, avec l’autorisation des parents, en supprimant la distribution publique des prix et le prix d’honneur de 50 francs initialement décerné à l’enseignant qui compte trois élèves parmi les lauréats. Vingt-sept écoliers maintiennent leur inscription sur les cinquante avant interdiction ministérielle. Louis Pastre est certainement l’auteur d’un longue lettre de conciliation adressée par le président de la Société d’études catalanes à l’inspecteur d’académie (Voir : « Le catalan à l’école ». Revue catalane, no17, mai 1908, p. 135-141).

127 Joseph Aurouze qui a soutenu en 1907, pour la première fois en France, en langue non française, l’occitan provençal en l’occurrence, une thèse devant la faculté des lettres d’Aix-en-Provence, sur le Provençal à l’école, a écrit a Louis Pastre pour lui signifier que sa méthode mixte « est de nature à mettre tout le monde d’accord » (Voir : « La langue catalane et son utilité pédagogique : la méthode mixte ». op. cit, p. 399).

128 « Louis Pastre : Le catalan à l’école ». Butlletí d’escoles, no6, juin 1907, p. 43-44.

129 Bernard Sarrieu, agrégé de philosophie et fondateur de la revue Era bouts dera mountanho.

130 André Sourreil dirige la revue du Félibrige toulousain La terro d’oc.

131 Jean Amade, professeur d’espagnol au lycée puis à la faculté des lettres de Montpellier, auteur entre autres de l’Anthologie catalane, poètes roussillonnais (1908), de l’essai L’idée régionaliste (1912) et du recueil de poésies catalanes L’oliveda (1934), est avec Josep Sebastià Pons l’un des principaux représentants de la renaissances des lettres catalanes du nord (Voir : Christian Camps, 1986).
Sur les divergences entre Louis Pastre et Jean Amade, voir : Jean Amade (1911). « Le catalan à l’école ». Revue catalane , no59, novembre 1911, p. 367-375.

132 Jules Delpont. « Un cours de faux catalan, à Perpignan ». Montanyes regalades, no59, novembre 1920. Voir annexe 16.

133 Bernhard Schädel (1911). « Bericht über die Katalanische Sprache, 1907 und 1908 ». in Kritischer Jahresbericht über die Fortschritte der romanischen Philologie. Erlangen, K. B. Hof-und Universitäts-Buchedruckerei Junge & Sohn.

134 « La langue catalane et son utilité pédagogique : la méthode mixte ». Revue catalane, no45-46, septembre-octobre 1910, p. 402.

135 « Le catalan à l’école ». Revue catalane, no1, janvier 1907, p. 23.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lluc Bonet, « Louis Pastre : un républicain radical et pédagogue réformateur vers le catalan à l’école (1881-1903) », Lengas, 65 | 2009, 167-204.

Référence électronique

Lluc Bonet, « Louis Pastre : un républicain radical et pédagogue réformateur vers le catalan à l’école (1881-1903) », Lengas [En ligne], 65 | 2009, mis en ligne le 06 janvier 2016, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lengas/912  ; DOI : 10.4000/lengas.912

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals