Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Philippe Martel, L’école française et l’occitan. Le sourd et le bègue

Felip Martèl, L'escòla francesa e l'occitan. Lo sord e lo quèc
Hervé Terral
p. 211-214
Référence(s) :

Philippe Martel, L’école française et l’occitan. Le sourd et le bègue
Presses universitaires de la Méditerranée, Coll. « Études occitanes » no2, 2007, 190 p., 15 euros

Entrées d’index

Mots-clés :

enseignement, occitan

Keywords :

education, Occitan

Mots-claus :

ensenhament, occitan
Haut de page

Texte intégral

1Philippe Martel, chercheur au C.N.R.S. et chargé de cours à l’université de Montpellier, est un historien reconnu du fait occitan, « historien de l’Occitanie » comme l’indique dans sa préface Robert Lafont — qui ne manque pas de souligner d’entrée la difficulté de la posture dans le champ universitaire français (et spécifiquement français !) contemporain. Le temps semble passé, en effet, où un Emmanuel Le Roy Ladurie faisait rayonner le terme à partir de son Montaillou village occitan (1975), où l’Institut d’études occitanes faisait paraître chez Hachette une volumineuse Histoire de l’Occitanie (1979) sous la direction des deux Robert : le même Lafont et le regretté démographe toulousain Armengaud, vaste entreprise à laquelle Martel apporta toute sa contribution (soit le quart d’un ouvrage dont on aimerait bien qu’il fût réédité !). On se réjouira donc de l’initiative des Presses universitaires de la Méditerranée de donner à (re)lire un ensemble d’articles ou de communications de colloques conçus pour l’essentiel dans la décennie 1990 et devenus d’accès difficile aujourd’hui.

2Les récents débats du printemps 2008 sur une éventuelle mention des « langues régionales » dans la constitution révisée (et à quelle place : de l’article 1 — langues patrimoniales — à l’article 74 — langues de la décentralisation, en sautant l’article 2 sur la langue nationale) montrent à l’évidence toute l’acuité des travaux de Martel. N’a-t-on pas entendu alors, exemple parmi d’autres, dans une émission dominicale de France Culture consécutive à la messe un éminent chroniqueur du Nouvel Observateur lier sans autres commentaires (superflus ?) la dimension patrimoniale des dites langues et l’ancienne Révolution nationale chère au maréchal Pétain ? CQFD ! C’est à cette délicate question, fortement marquée de « pré-jugés », que Martel consacre au demeurant le 6e article de son livre, situant l’enseignement de l’occitan dans un contexte politique d’ensemble et cherchant par delà les « apparences », on a envie d’écrire les fantasmes parfois, les strictes « réalités » : ainsi, si l’arrêté du 27 décembre 1941 dû au Secrétaire d’Etat à l’Éducation nationale et à la Jeunesse Jérôme Carcopino est bien le premier texte officiel concernant l’enseignement des « langues dialectales » dans le primaire, il y eut loin de la coupe (félibréenne, si l’on ose dire !) aux lèvres... Si Carcopino abolit au même moment les « devoirs envers Dieu » dans l’école républicaine (pour les remplacer par le « culte des Héros et des Saints », il est vrai) — ce qui est tout à fait ignoré de nos jours —, il n’eut guère les moyens d’imposer, dans son bref passage aux affaires, quoi que ce soit. Il faudrait chercher les débuts de réalisations concrètes du côté d’associations telles que le Collège d’Occitanie, sis à Toulouse et dirigé par l’abbé Salvat, ou des Grelhs roergats de l’instituteur-écrivain Enric Mouly, curieusement non mentionnés par Martel : ils n’ont pas, grosso modo, à rougir de leur travail (cf. le 1er Congrès du Collège d’Occitanie, sis alors à Rodez ; le Congrès de phonétique occitane, sis à Toulouse).

3Le propos de Philippe Martel n’en est pas moins complet, construisant un continuum théorique et une mise en perspective historique fort probants. Partant d’une analyse générale sur « le patois à l’école » (premier article), Martel expose les avatars des oppositions sur deux siècles (xixe-xxe siècles) : du « refus poli » au « verrouillage citoyen », en passant par les « concessions maussades ». La figure du « refus poli » fut celle de la IIIe République où les « Méridionaux » tinrent le haut du pavé officiel et même le char de l’État : pour autant nombreux furent les « faux amis », tels Leygues ou Daladier, prêts à défendre les « petites patries » mais surtout pas l’enseignement de la langue d’oc, fût-elle chère à leurs oreilles (Mistral faisait quand même remarquer en 1898 qu’on enseignait l’anglais, l’allemand... et même l’arabe en Algérie). Puis, sous les coups répétés du « bègue » (l’occitan), vint de la part du « sourd » (l’État) le temps des « concessions maussades », dont la loi Deixonne (1951) représentera l’expression majeure. Aujourd’hui la réthorique de la « citoyenneté » tend à restreindre autant que faire se peut tout ce qui pourrait menacer la France via le communautarisme, par exemple la ratification de la Charte européenne contre laquelle un front éminemment composite se déploie de l’extrême-droite à l’extrême-gauche en passant par le gaullisme statufié et le socialisme cocorico... Les arguments changent, dans leur expression, au fil du temps, non dans leur esprit.

4À partir de cette analyse princeps, Ph. Martel peut nous présenter des variations. En premier, la politique de la IIIe République et de ses pédagogues (3e et 5e articles) qui n’est pas toujours faite d’oppositions brutales, mais parfois de compréhension limitée : l’occitan, connu des élèves, peut à l’occasion les aider à mieux orthographier le français (exemple rabâché : le participe passé et sa terminaison). Ainsi, en 1872, le professeur au Collège de France Michel Bréal n’est pas du tout favorable à « l’enseignement des patois », mais il n’exclut pas que de bons auteurs lus (Mistral, Jasmin, etc.) soient à l’occasion dans les écoles — car, pour lui, selon une formule frappante, l’école doit « tenir au sol » sous peine d’être inefficace (les prêtres, dit le même Bréal, le savent fort bien !). C’est finalement là la position des pédagogues « pro-patois » sous Vichy, mais aussi celle d’un Célestin Freinet qui ne fut pas du tout de ce bord politique ! La Libération verra se développer, dans le même esprit, la « pédagogie du milieu ».

5Pour autant, les oppositions furent dans l’ensemble vives (un euphémisme !). Martel nous le montre sur deux terrains. Celui du débat parlementaire des années 1948-1951 : ainsi, le vote de la loi Deixonne, première loi républicaine de tolérance linguistique, ne fut pas du tout une partie de plaisir (ledit Deixonne, député socialiste du Tarn, n’étant pas au demeurant un des plus grands défenseurs de la Cause, comme eût dit Mistral en son temps (article 7). De même, dans le champ scientifique, le linguiste Albert Dauzat (1877-1955), originaire de la Creuse, s’affirma-t-il comme un adversaire résolu de la proposition de loi (article 8), parmi bien d’autres intellectuels et d’honorables institutions toujours en course aujourd’hui (l’Académie française, le Sénat...). Pour autant, le camp des défenseurs de l’enseignement de la langue d’oc ne fut pas sans défauts. Martel aborde ce point par ses articles 2 et 4. Ainsi parle-t-il d’une « impossible politique linguistique occitaniste » (et rien de moins !) en général et d’un déficit du Félibrige à l’occasion d’une campagne et d’un débat interne en 1911 (cf. le marquis de Villeneuve-Esclapon et sa revue Occitania) : hier comme aujourd’hui, le mouvement semble paralysé entre une option maximaliste (l’occitan rétabli dans toute sa dignité nationale, voire étatique) et une option minimaliste faite de bricolage au fil des circonstances (« l’occitan comme « plus » culturel offert par un système culturel allogène »).

6Le livre se clôt par une « présentation des principaux personnages » connus (Mistral, Perbosc) ou moins connus (Berthaud, Gaidoz) : très ramassée, elle est bienvenue. Une bibliographie de deux pages est présentée en fin d’ouvrage ; elle va à l’essentiel mais n’a pas été vraiment actualisée (la référence la plus récente est de 2003) et certains oublis sans doute involontaires, dans la décennie 1990 même, interrogent : pourquoi mentionner Chanet, L’école républicaine et les petites patries, 1996, et non Thiesse, Ils apprenaient la France, 1997 ? Cette ultime remarque n’enlève rien à la qualité d’ensemble du livre dont on ne peut que recommander une lecture attentive (comme pour d’autres articles de l’auteur, non repris ici mais mentionnés dans la bibliographie).

7En conclusion donc : une excellente initiative de Philippe Martel, chercheur et acteur de l’enseignement de l’occitan, et des Presses universitaires de la Méditerranée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Terral, « Philippe Martel, L’école française et l’occitan. Le sourd et le bègue », Lengas, 65 | 2009, 211-214.

Référence électronique

Hervé Terral, « Philippe Martel, L’école française et l’occitan. Le sourd et le bègue », Lengas [En ligne], 65 | 2009, mis en ligne le 05 janvier 2016, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lengas/916

Haut de page

Auteur

Hervé Terral

Laboratoire LISST UMR 51-93 Université de Toulouse-Le Mirail/C.N.R.S./EHESS

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals