Navigation – Plan du site
La vie sociale des émotions
1

Stendhal à Rome et Freud sur l’Acropole. Psychologie analytique d’un syndrome dénarratif

Stendhal in Rome and Freud about the Acropolis. Analytical psychological of a denarattif syndrome
Francis Farrugia

Résumés

La catégorie de syndrome narratif ici construite est mise au travail dans le registre d’une sociologie de la connaissance, des formes de conscience et de sensibilité qui se propose de comprendre la genèse subjective des visions du monde et de l’être au monde de l’individu social, en relation avec des narrations fondatrices de ses postures identitaires. Cette analyse généalogique et constructiviste s’autorise de la psychanalyse pour opérer une saisie par l’intérieur des perceptions, émotions et cognitions des acteurs en situation. En ces syndromes – actifs dans notre vécu comme dans la littérature – l’expérience de la discursivité et la discursivité de l’expérience sont indissociablement liées dans la perpétuelle mise en récit des événements du monde.

29-48

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Plan

Introduction : Auto-biographie, syndrome auto-narratif et syndrome dénarratif
1- Une inquiétante étrangeté
2- Les Hauts Lieux et le numineux
3- L’archétype de la transfiguration
4- L’archétype du passage et la place du mort
Conclusion : la psychostasie et la plume de Maât

Aperçu du texte

« Permettez-moi, cher ami,
de vous raconter une histoire. »
Sigmund Freud à Karl Abraham

Introduction : Auto-biographie, syndrome auto-narratif et syndrome dénarratif

« Je devrais écrire ma vie ». Ainsi commence l’autobiographie de Stendhal (de son vrai nom de famille Henri Beyle) étrangement intitulée Vie dHenri Brulard. S’en suit le récit des circonstances et du contexte en lesquels lui vint cette idée, à Rome, en 1832. Cette décision est littérairement mise en scène par des considérations phénoménologiques relevant du lyrisme et de ce que qualifierai d’heureuse météorologie sentimentale suivie d’une révélation se clôturant en incrédulité : « Je me trouvais ce matin, 16 octobre 1832, à San Pietro in Montorio, sur le Mont Janicule, à Rome, il faisait un soleil magnifique. Un léger vent de sirocco à peine sensible faisait flotter quelques petits nuages blancs au-dessus du mont Albano, une chaleur délicieuse régnait dans l’air, j’étais heureux de vivre. (…) Ah ! dans trois mois j’aurai ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francis Farrugia, « Stendhal à Rome et Freud sur l’Acropole. Psychologie analytique d’un syndrome dénarratif », Le Portique [En ligne], 42 | 2018, document 1, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 17 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/leportique/3417

Haut de page

Auteur

Francis Farrugia

Francis Farrugia est professeur émérite des universités en sociologie et anthropologie. Ancien professeur de philosophie et de psycho-pédagogie formé à la psychanalyse, ses écrits transdisciplinaires portent sur les formes de connaissance, l’histoire des systèmes de pensée et les processus de construction de l’humain dans la société occidentale.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals