Navigation – Plan du site
La vie sociale des émotions
5

L’usage du deuil permanent comme lien identitaire

Quelques réflexions sur le nationalisme triomphant en Pologne sous PiS
The usage of the permanent deuil as an identity. Some reflexion upon the nationalism in Pologne under the PiS.
Ewa Bogalska-Martin
p. 101-121

Résumés

Après l’accident de l’avion présidentiel à Smolensk, il y a sept ans, une pratique du deuil collectif a été introduite dans la vie politique en Pologne. Nous analysons dans ce texte la transformation profonde du système de valeurs qui vise à refonder la République polonaise autour d’une nouvelle lecture de son histoire. En renouant avec la longue tradition polonaise du deuil collectif, le deuil imposé depuis 7 ans à la société semble être une tentative de ré-enchantement politico-religieux du monde contre la vérité et la raison. Il est instrumentalisé pour asseoir un système politique autoritaire qui diffuse une idéologie nationaliste, celle de la nation souveraine, martyre qui s’oppose à tous « les ennemis » extérieurs et intérieurs.
Au-delà de la singularité de la situation polonaise et de la dimension dramatique de l’événement initial dans lequel elle trouve sa source, ce deuil collectif et encore plus son usage politique donne à voir un ensemble de phénomènes qui nous font penser à « L’âge de la régression ». L’aggravation des conditions d’inégalité ressentie à l’échelle globale et locale, notamment dans les pays « développés », produit une explosion de ressentiments qui favorisent le retour d’un « féroce populisme de droite » et nous situent dans l’espace d’une « guerre de culture ». Le cas polonais, à travers le rite décrit, est exemplaire de cette régression. La situation polonaise montre que la « guerre de culture » n’a pas besoin « d’étrangers » pour prendre en « otage affectif » des populations crédules. Loin de n’être que symbolique, la guerre autour de la légitimité et la nécessité du deuil et du culte des martyrs qui se manifeste aujourd’hui en Pologne se structure sur un axe d’opposition entre raison et sentiments et témoigne d’une éclipse de la validité de formes de raisonnement qui organisaient le sens commun partagé et tenu pour référence dans l’organisation de la vie publique depuis les Lumières.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Plan

Introduction
Les faits, la symbolique et les références historiques
La construction du rite politico-religieux
Le bénéficiaire du deuil. L’ascension du PiS
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Les deuils collectifs, « collectifs » se rapportant à une communauté, soit à un groupe de personnes partageant des sens communs et des formes d’appartenance, ont une incidence décisive sur l’avenir de cette communauté, car ils véhiculent ses valeurs, renouvellent la force du lien social et participent toujours à l’affirmation de l’identité collective de la communauté.

Jean-Claude Métraux fait une distinction entre :

- les deuils collectifs de Soi, qui succèdent aux pertes engendrées par tout changement affectant en profondeur la communauté. Au terme de leur processus, ces deuils collectifs de Soi donnent naissance à une nouvelle composition du sens partagé, à une nouvelle appartenance.

- les deuils collectifs de sens qui succèdent aux pertes de sens, soit à toute transformation du sens que la communauté se donne à elle- même – à son action, à ses projets, etc. Leur issue débouche sur la création de valeurs collectives qui guideront la création sociale future de cette commun...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ewa Bogalska-Martin, « L’usage du deuil permanent comme lien identitaire », Le Portique, 42 | 2018, 101-121.

Référence électronique

Ewa Bogalska-Martin, « L’usage du deuil permanent comme lien identitaire », Le Portique [En ligne], 42 | 2018, document 5, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 17 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/leportique/3465

Haut de page

Auteur

Ewa Bogalska-Martin

Ewa Bogalska-Martin. Sociologue et professeure des universités à l’Université Grenoble-Alpes, chercheure UMR Pacte-CNRS, ses travaux portent sur les problématiques mémorielles, les expériences de la vulnérabilité et aspirations à la reconnaissance sociale et les enjeux politiques de leurs traitements politiques et sociaux.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals