Navigation – Plan du site
Japon voyages intérieurs
3

Dialogue entre Lui et Moi 2

(Nippospitalité par Jean-Luc Nancy)
Didier Doumergue
p. 34-42

Texte intégral

1Moi : Je me souviens votre excitation lorsque vous avez appris que vous étiez à Tokyo en même temps que Jean-Luc Nancy au printemps 2017. Vous n’imaginiez pas tout de même tomber sur lui au détour d’une rue dans cette fourmilière de plus de trente millions d’habitants ?

2Lui : Accusez-moi de donner dans le sous-genre midinette-philosophique ! Il en va de tout autre chose. Je venais d’écouter une conférence que Jean-Luc Nancy avait donnée à l’Université Paul Verlaine de Metz…

3Moi : …sous le titre « Dedans/Dehors ». J’ai regretté de ne pouvoir vous y accompagner.

4Lui : Non seulement je n’en ai pas cru mes oreilles…

5Moi : Parce que vous avez immédiatement appliqué ce qu’il y disait du corps à votre recherche du moment, le costume de théâtre.

6Lui : Pas seulement ! Ne m’assignez pas à résidence ! Je ne veux évidemment pas m’étendre sur ce sujet du costume de théâtre, un peu éloigné de ce qui nous occupe, mais lorsque Nancy disait lors de cette conférence (je cite le mot à mot oral) : « En fait, on peut se demander où, quand, comment, un corps est ce qu’il est, c’est- à-dire justement le dehors d’un dedans, si vous voulez. C’est ça que nous attendons d’un corps, qu’il soit le dehors d’un dedans, qu’il traduise, qu’il exprime, qu’il expose le dedans, ou, sinon peut-être, toujours nécessairement, à travers une, je ne dirai pas une représentation, à travers une prise, une saisie qu’on appelle artistique ou esthétique… », je n’ai pu m’empêcher de remplacer le mot « corps » par le mot « costume ».

7Moi : Encore faut-il que vous fassiez du costume de théâtre une « saisie esthétique ». C’est pas encore gagné.

8Lui : Bref, ce sera peut-être l’occasion d’un autre de nos dialogues fuligineux. Mais en dehors de mon intérêt pour le costume, c’est son approche (peut-être bien connue par d’autres mais si nouvelle pour moi) du corps et de son rapport à l’âme, qui a pris une consistance toute particulière lors de mon premier séjour au Japon. Voilà un équipement qui m’a permis de m’orienter ! C’était pour moi une première échappée de néophyte hors du système binaire occidental.

9Moi : Est-ce que c’est ce que vous retrouvez dans Nippospitalité ?

10Lui : Nippospitalité c’est l’évocation d’un séjour à Tokyo par un homme qui pense, entre autres, ces choses là. Un texte d’une gravité sans pathos qui n’est pas exempte de gaieté, profondeur et légèreté, dans une approche du japon savoureuse et éprouvante sinon dramatique, s’agissant d’un long séjour dans un hôpital tokyoïte. Je me suis retrouvé là, dans ce Japon que je cherche à appréhender.

11Moi : Voilà que vous réemployez ce mot de « gravité ». Lorsque je lis Nippospitalité, je ne la perçois pourtant pas aussi présente ?

12Lui : Bien sûr, j’éclate de rire quand Jean-Luc Nancy essaie de rendre les saluts à l’équipe médicale en s’inclinant assis dans son lit. L’exercice de la courbette nous est tellement étrange et Nancy la rend encore plus étrange en la situant dans un contexte si singulier, dans la relation inégale de la mise en présence du patient avec l’aéropage de médecins, ce qui ajoute à l’acuité si cocasse de sa description. Ces « grandes visites » sont déjà si embarrassantes dans un hôpital de l’hexagone, alors au Japon !

13Moi : Et, pêle-mêle, la célébration de l’amitié, la mondialisation de la santé, la drôlerie, au début du moins, du bénéfice secondaire d’échapper à la condition de touriste, l’hospitalité qui abolit la distance (qui semble toute occidentale) entre le monde extérieur et l’hôpital.

14Lui : Oui, vous avez raison. Mais c’est peut-être la réminiscence de

  • 1 Jean-Luc Nancy, L’intrus, (2000), Éd. Galilée, nouvelle édition augmentée, 2017.

15L’intrus1qui me fait parler de gravité.

16Moi : Précisément, on a l’impression que Nancy semble « estomper » à Tokyo les lourdes épreuves médicales qui l’ont traversées.

17Lui : C’est ce qu’il écrit lui-même au fur et à mesure de L’intrus :

  • 2 Jean-Luc Nancy, L’intrus (2017), op. cit., p. 56.

18« … tout en vivant le plus souvent sans y penser »2.

  • 3 Idem, p. 62-63.

19Moi : Dans le post-scriptum d’août 2017, Nancy évoque son hospita- lisation : « Il y a peu, des ennuis de santé m’ont fait hospitaliser à Tokyo. Ils ne sont pas liés à la greffe mais il faut en toute chose tenir compte d’elle. »3

20Lui : La gravité dont je parle élargit la surface donnée à la pensée et dépasse, pour moi, la préoccupation pour l’état de santé, si l’on peut dire.

21Moi : C’est déjà, dans un tout autre contexte, ce qui vous intensifiait chez Aby Warburg, cette façon de se servir du diagnostique de schizophrénie, posé sur ses troubles, en y reconnaissant l’axe essentielle de ses recherches iconologiques.

  • 4 Aby Warburg, « Les costumes de scène pour les intermèdes de 1589 », in La Pellegrina et les intermè (...)

22Lui : Dans l’édition française que nous avons effectuée, pour Le Studiolo, de ses Costumes de scène4, j’ai demandé à notre traductrice de surmonter sa réticence, et non seulement de parler ouvertement de l’internement de Warburg mais de relier sa maladie et ses recherches.

23Moi : Ce qu’elle a d’ailleurs fait de façon très intelligente.

  • 5 Ruwen Ogien, Mes mille et une nuits, la maladie comme drame et comme comédie, Éd. Albin Michel, 201 (...)

24Lui : J’aime les écrits qui sortent du tabou de la maladie et ne donnent pas dans la délectation morbide. J’ai aimé lire Mes mille et une nuits de Ruwen Ogien5.

25Moi : Comme tous les visiteurs au Japon, vous décrivez aux abords des temples les nombreuses amulettes qu’on peut acquérir pour se protéger de tout un tas de malheurs des plus grands aux plus futiles. Mon grand-oncle qui avait servi dans l’armée coloniale vantait un onguent salvateur aux vertus multiples : « bon pour la blancheur des mains, la fermeté des seins et les maux d’intestin».

26Lui : Merci d’opposer si brutalement notre franchouillardise à l’exquis geste de distinction des Japonais.

27Moi : Il est vrai que, dans ces temples, chaque amulette ne combat qu’un seul mal particulier.

28Lui : Ce qui m’étonne toujours dans ce que je perçois d’un trait japonais c’est la coexistence du séparé et du relié à l’opposé du mêlé !

  • 6 Ryōko Sekiguchi, Nagori, la nostalgie de la saison qui s’en va, POL, 2018.
  • 7 Cf. Infra, Doan Bui, « Journal du Japon ».

29Moi : Comme dans la cuisine japonaise qui préfère juxtaposer les ingrédients dans un ensemble plutôt que le ragoût qui les mélange. Ryōko Sekiguchi en parle si bien dans Nagori6 que vous a fait lire Doan Bui7 !

30Lui : Il y a ce mouvement qu’on dirait maladroitement horizontal en le situant mentalement animant la surface d’un plan.

31Moi : L’édifice peut comporter les trois dimensions plus celle du temps comme le dit la même Sekiguchi : « Dans Nagori, attachement, nostalgie et temporalité se mêlent», elle en creuse l’étymologie :

  • 8 Ryōko Sekiguchi, Nagori, op. cit., p. 30 et 31.

32« [Nagori] se rapporte à nami-nokori, “reste des vagues”, qui désigne l’empreinte laissées par les vagues après qu’elles se sont retirées de la plage »8.

33Lui : L’image de la vague est saisissante et connote le mouvement ici fragile et délicat. A d’autres endroits le mouvement se poursuit jusqu’à la réversibilité ou du moins la connexion du dedans au dehors et inversement.

  • 9 Tetsurô Watsuji, Fudo, le milieu humain ( 1935), traduit du japonais par Augustin Berque, CNRS édit (...)

34Moi : Dans Fûdo, le philosophe Tetsurô Watsuji admire une Niobide blessée, œuvre grecque du milieu du Ve siècle, en y appliquant des critères tout japonais semble-t-il, et en convoquant encore une fois la figure de la vague : « …cette sculpture manifeste à l’évidence la grandeur de l’art grec (…) Nous pourrions simplement exprimer cette singularité comme suit : “cette œuvre révèle complètement l’intérieur à l’extérieur”. Ici, l’intérieur est l’extérieur (…) cette sculpture ne consiste pas en une “face” étendue en surface, enveloppant quelque chose d’intérieur ; elle consiste en une vague qui s’élève de l’intérieur. Cette ondulation est d’une délicatesse extrême, et impossible à qualifier, sinon que c’est avec un cœur haletant que nous suivrons, par exemple, l’onde qui va des seins au bas-ventre. »9

  • 10 Cf. Supra, « Autant que nous le sachions, le Japon passe pour être une île », où est rapporté ce pr (...)
  • 11 Jean-Luc Nancy, L’intrus, op. cit., p. 31.

35Lui : L’échange est toujours complexe entre ce qui vient de l’extérieur et pénètre à l’intérieur, ou encore la modification de soi que produit l’altérité10. Commençant par réfléchir à l’intrusion de l’étranger, tout étranger, et aussi bien le greffon lui-même, Nancy finit par constater qu’il devient, greffé, étranger à lui-même : « Il y a l’intrus en moi et je deviens étranger à moi-même. »11

36Moi : Sans que cela le rapproche de l’intrus, dit-il. Il n’existe pas d’échange « standard », pourrait-on dire, ni dans un sens et encore moins dans l’autre. L’un ne remplace pas l’autre, il vient occuper, avec sa différence, la place de l’autre.

  • 12 Jean-Luc Nancy, Exclu le juif en nous. Èd. Galilée, 2018, en écho à un ouvrage de Philippe Lacoue-L (...)
  • 13 Jean-Luc Nancy, Exclu le juif en nous, op. cit., p. 19.

37Lui : Soit. Mais si le régime de la permutation ouvre sur le multiple, le mouvement reste un invariant. Dans Exclu le juif en nous publié en 2018, Nancy nous en donne encore une autre figure12 : précisément ce qu’il nomme une « conjonction disjonctive » : l’appartenance de l’antisémitisme « à une structure profonde de la constitution historico-métaphysique de l’Occident »13.

  • 14 Idem., p. 25. : « Le juif occupe la position d’un agent auto-immune : il se tourne contre l’immunit (...)

38Moi : Dans la continuité, après L’intrus, de la mobilisation de la métaphore de l’immunité14, vous y avez retrouvé une nouvelle forme de ce mouvement d’échange comme vous l’appelez.

  • 15 Ibid., p. 16, et p. 20 : « L’antisémitisme doit être dit “historial” et “spirituel” par ce que la h (...)

39Lui : Nancy évoque le « soupçon d’une implication de l’exécration des juifs dans la genèse même de l’Occident »15jusqu’à l’horreur insoutenable du XXesiècle.

40Moi : Mais pour que l’autre nous constitue, nous modifie, il faut qu’il reste autre et soit accueilli comme tel. Ce qui permet d’élargir la pensée à la considération du visiteur comme étranger. S’il y a bien un pays ou l’étrangeté de l’étranger n’est pas résorbée dans le franchissement d’un seuil déblayé par le sakoku (l’abrogation de la fermeture par l’empereur Meiji), c’est le Japon.

41Lui : Il est vrai. Admettez que le Japon moderne semble penser qu’il se constitue en renforçant l’étrangeté de l’étranger sur son sol.

42Moi : N’inversez-vous pas les rôles ? N’est-ce pas plutôt l’étranger qui en vient à penser cela, et se désespère de ne pouvoir comprendre à jamais ?

43Lui : C’est là, pour moi, le sommet de Nippospitalité. Lorsque Nancy apprend que le virus qui l’a cloué au lit à Tokyo pourrait être propre au Japon…

44Moi : Le sceptique Foucault réagissant à la rumeur d’un virus ne s’attaquant qu’aux homosexuels aurait, paraît-il, murmuré « ce serait trop beau » !

45Lui : Nancy, quant à lui, constate que malgré de notables différences, le traitement japonais –sous dosé par rapport aux habitudes médicales françaises – est parvenu à enrayer le mal. Il s’écrie alors :

46« Aurais-je un métabolisme nippon ? ». On se prend à divaguer et penser qu’un virus japonais aurait reconnu le terrain d’un métabolisme familier favorable à son intrusion, qu’à leur tour les médecins japonais auraient soigné sans complications puisque métabolisme japonais.

47Moi : Comme si Nancy abondait dans l’idée qui veut qu’un occidental ne puisse imaginer comprendre la japon mais seulement « devenir japonais », ce que corroborerait son silence de la fin de son texte, traversé par le seul double claquement de mains.

  • 16 Michel Foucault, Dits et écrits, éd. Gallimard, 1994, T III, p. 618-624 : « Michel Foucault et le z (...)

48Lui : Foucault lui-même est allé jusqu’à s’initier dans un temple zen pour acquérir cette posture qui devrait être, sagement, la seule possible à tous ceux et toutes celles qui abordent au Japon16.

49Moi : Des exemples où l’occidental sort du système d’opposition Nous/ Eux, dont on ne voit que trop bien le danger.

  • 17 Emmanuel Lozerand, «Il n’y a pas d’individu au Japon. Archéologie d’un stéréotype », Ebisu [En lign (...)

50Lui : Emmanuel Lozerand écrit à son tour : « Dès lors que l’autre échappe à ce regard objectivant, qu’il soit exotique ou scientifique, pour devenir un partenaire, son individualité et sa subjectivité s’incarnent et sont reconnues »17.

  • 18 Cf. Lafcadio Hearn, Le Japon, [1905], trad. Marc Logé, Mercure de France, nouv. éd., coll. « Mille (...)

51Moi : Si l’occidental ne nourrit pas ce désir fou de se fondre dans le Japon, à la Lafcadio Hearn18, alors que lui reste-t-il ?

  • 19 René de Ceccaty, Mes années japonaises, Mercure de France, 2019, p. 189.

52Lui : Il lui resterait la position de René de Ceccaty, celle d’affirmer, en se passant de toute argumentation, dans une nécessité au delà du raisonnable, de l’impossibilité de vivre SANS le Japon : « [la culture japonaise] ne sera jamais pour moi une culture autre, ce ne sera jamais pour moi un “ailleurs”. Tout ce qui rend le japon exotique me hérisse, car il ne m’a jamais été étranger dès lors que j’ai compris que je ne pourrais pas vivre sans lui sous une forme ou sous une autre (…) »19.

Haut de page

Notes

1 Jean-Luc Nancy, L’intrus, (2000), Éd. Galilée, nouvelle édition augmentée, 2017.

2 Jean-Luc Nancy, L’intrus (2017), op. cit., p. 56.

3 Idem, p. 62-63.

4 Aby Warburg, « Les costumes de scène pour les intermèdes de 1589 », in La Pellegrina et les intermèdes - Florence, 1589 -, présentation, traduction et notes par Anne Surgers, coll. Le Studiolo Essais, éditions Lampsaque, Beaulieu-Vigeon, 2009.

5 Ruwen Ogien, Mes mille et une nuits, la maladie comme drame et comme comédie, Éd. Albin Michel, 2017.

6 Ryōko Sekiguchi, Nagori, la nostalgie de la saison qui s’en va, POL, 2018.

7 Cf. Infra, Doan Bui, « Journal du Japon ».

8 Ryōko Sekiguchi, Nagori, op. cit., p. 30 et 31.

9 Tetsurô Watsuji, Fudo, le milieu humain ( 1935), traduit du japonais par Augustin Berque, CNRS éditions, 2011, p. 247.

10 Cf. Supra, « Autant que nous le sachions, le Japon passe pour être une île », où est rapporté ce propos de Jean-Paul Resweber.

11 Jean-Luc Nancy, L’intrus, op. cit., p. 31.

12 Jean-Luc Nancy, Exclu le juif en nous. Èd. Galilée, 2018, en écho à un ouvrage de Philippe Lacoue-Labarthe, La fiction du politique, Èd. Christian Bourgois, 1988. La fin de l’Intrus et tous ses post-scriptum en renouvellent la formulation : « L’intrus n’est pas un autre que moi-même et l’homme lui-même. Pas un autre que le même… », « ….je comprends [aussi] que je n’ai plus un intrus en moi : je le suis devenu, c’est en intrus que je fréquente un monde où ma présence pourrait bien être trop artificielle ou trop peu légitime ».

13 Jean-Luc Nancy, Exclu le juif en nous, op. cit., p. 19.

14 Idem., p. 25. : « Le juif occupe la position d’un agent auto-immune : il se tourne contre l’immunité du corps propre auquel il appartient » et p. 26 : « Ce que l’état actuel des sciences biologiques permet de métaphoriser en terme d’immunité n’a rien de biologique, bien entendu, pas plus que n’ait scientifiques les considérations de race et d’évolution, par lesquels le XIXe siècle nationaliste, impérialiste et scientiste a transformé l’antijudaïsme en antisémitisme. »

15 Ibid., p. 16, et p. 20 : « L’antisémitisme doit être dit “historial” et “spirituel” par ce que la haine qui l’anime trouve sa source au cœur du complexe spirituel et historique (on pourrait dire avec lourdeur civilisationnel) où l’Occident s’est formé ».

16 Michel Foucault, Dits et écrits, éd. Gallimard, 1994, T III, p. 618-624 : « Michel Foucault et le zen : un séjour dans un temple zen », [propos recueillis par Ch. Polac, Umi, N°197, aout sept 98].

17 Emmanuel Lozerand, «Il n’y a pas d’individu au Japon. Archéologie d’un stéréotype », Ebisu [En ligne], 51 | 2014. URL : http://journals.openedition.org/ebisu/1495.

18 Cf. Lafcadio Hearn, Le Japon, [1905], trad. Marc Logé, Mercure de France, nouv. éd., coll. « Mille pages », 1993 : « …bien que vous ne vous avouiez pas la chose à vous-même, ce que vous désirez vraiment acheter, ce n’est pas le contenu du magasin : vous désirez la boutique et le boutiquier, et les rues du magasin avec leurs amusantes draperies et leurs habitants pittoresques, la ville toute entière, la baie et les montagnes qui la ceinturent, l’ensorcellement blanc du Fuji-Yama surplombant le tout dans un ciel sans nuage -le Japon tout entier, en vérité, avec ses arbres magique et son atmosphère lumineuse, avec tous ces îles, ses villes, ses temples, et ses 40 millions d’êtres les plus aimables de l’univers ».

19 René de Ceccaty, Mes années japonaises, Mercure de France, 2019, p. 189.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Doumergue, « Dialogue entre Lui et Moi 2 », Le Portique, 43-44 | 2019, 34-42.

Référence électronique

Didier Doumergue, « Dialogue entre Lui et Moi 2 », Le Portique [En ligne], 43-44 | 2019, document 3, mis en ligne le 10 février 2020, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/leportique/3525

Haut de page

Auteur

Didier Doumergue

Didier Doumergue est metteur en scène et enseignant. Il dirige depuis 1999 la compagnie Le Studiolo (Metz). Il est l’auteur de nombreux articles notamment sur le théâtre et co-dirige les ouvrages : Art et usages du costume de scène (Éd. Lampsaque, 2007) et Le costume de théâtre, objet de recherche (Éd. Lampsaque, 2014).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals