Navigation – Plan du site

AccueilNumérosCahiers du Portique n°18Avant-propos

Texte intégral

1Sous le titre peut-être quelque peu opaque Comment la parole accède à l’espace public dans le Royaume d’Imerina (Madagascar), ce qui s’offre au lecteur n’est pas l’exposé de quelques faits positivement établis, donnés à voir et stockés en mémoire ; bien plutôt, une recherche questionnante, concernant un moment décisif de l’histoire du Royaume d’Imerina à Madagascar – recherche qui n’intervient pas par hasard dans le parcours personnel d’enseignement-recherche qui conduisit la signataire de ces lignes à écrire le présent volume. Ici, l’auteure, qui va prendre la plume sous le titre Comment la parole accède à l’espace public sans le Royaume d’Imerina (Madagascar), accepte l’idée suggérée par l’éditeur de présenter tout d’abord en deux pages, assez personnellement pour faire comprendre au lecteur quel cheminement épistémologique l’a conduite des langues européennes, anciennes et écrites, au mi-XXe siècle encore placée idéologiquement au fondement de la culture européenne, jusqu’à une langue austronésienne, en 1800 non encore écrite mais utilisée en tant que parole efficace pour faire de ses locuteurs, les co-constructeurs toujours actifs d’un royaume hiérarchisé. Dans les lignes qui suivent ci-dessous, l’auteure pour prendre quelque distance envers elle-même retracera sous la présentation objective d’une troisième personne (désignée désormais par les initiales H.F), le parcours de cette linguiste inquiète. De toute façon, le lecteur ne jettera jamais sur cette démarche un regard aussi critique – voire ironique – que fait l’auteure elle-même. Le parcours sera éventuellement justifié par la recherche historique – et linguistique – que cet Avant-propos ne servait qu’à situer, et qui constitue l’objet propre de ce volume. Chacun peut s’y porter aussitôt qu’il le souhaite.

  • 1 Sur quoi on lira désormais, de l’omniscient Jacques François : Le siècle d’or de la Linguistique en (...)

2Au début était le latin. Tout en passant l’agrégation de Grammaire (1949), H.F ne manqua pas d’élargir le champ de la « Philologie classique » en étudiant le sanskrit (védique et classique). Et l’enseignement rigoureux du professeur Minard à l’Université de Lyon ne manquait pas d’insérer la langue sanskrite dans la Grammaire comparée des langues indo-européennes – telle que brillamment développée en pays francophones (Meillet, Benveniste ; Le premier Saussure…), telle surtout que la vigoureuse recherche allemande du XIXe siècle l’avait imposée à l’attention du monde scientifique : à la fois histoire des langues parlées depuis des millénaires, de l’aire arya-indienne jusque sur l’ensemble de l’Europe, et méthode propre à reconstituer à partir des formes divergentes effectivement attestée la commune « langue-mère » primitive1.

3Ainsi enseignait-on généralement dans les Universités françaises jusqu’en les années 1940-1950. Munie de ce bagage, après deux années d’Enseignement secondaire nommée assistante de latin-grec à la Faculté des Lettres de Grenoble, tout en parlant latin et grec, H.F trouva, en ces années, maintes choses à apprendre pour et par elle- même. Car pour mieux enseigner, elle voulut dès lors en savoir davantage sur le champ déjà labouré des langues classiques. À Paris (et Rome éventuellement), elle participa, de bon cœur et de bon profit, aux activités de la Société des Études Latines ; pressentit à la Bibliothèque Nationale (encore en son site historique rue de Richelieu), au long de journées estivales de lecture, l’immensité et les apories du savoir ; à Munich apprécia les ressources documentaires du Thesaurus de la Langue Latine, et de cette Bavière découvrit l’admirable (la Pinacothèque ; Ulm ; Augsburg) avec l’indicible (Dachau…) ; en Afrique du Nord, avec le Congrès augustinien (1954), perçut ensemble 2000 ans de culture méditerranéenne et l’imminence d’une guerre d’Algérie, ceux qui parlent berbère, arabe ou les langues latines (devenues français, espagnol) : tous contre tous et tous ensemble. L’effort d’approfondissement devenait donc une expérience de la complexité.

4Et cela tombait bien. Il fallait penser à neuf ; et où se sentir mieux incité au travail réflexif qu’en ce lieu d’histoire(s) et de croyances séculairement confrontées ? Dans cette Université de Strasbourg (honorée quelques années plus tard du nom de Marc Bloch) où elle fut nommée en 1956 chargée d’Enseignement, H.F devait suivre le cheminement : professeur titulaire de Philologie Latine, puis Linguistique Générale, professeur de 1re classe et classe exceptionnelle. Elle s’intéressa et s’attacha à l’Alsace ; bientôt passa le Rhin, fréquenta Baden-Baden (des expositions de peintres contemporains aux orchestres internationaux : tant à voir et entendre !), arpenta avec stock et rucksacks les forêts des Vosges et Forêt Noire ; et ne cessa plus de circuler, en corps et esprit, le long du Rhin de Bâle à Amsterdam, suivant cette voie traditionnelle et moderne de culture européenne et de Réforme constamment réformée. À Strasbourg même, ce n’était pas tout de soutenir sa thèse pour Doctorat d’État (Recherches sur l’Expression du sacré dans la langue latine, 1963). Le métier universitaire requérant assiduité quotidienne autant que réflexion à longue portée, H.F s’acquitta d’une part volontiers de son dû en matière de gestion et vie commune : d’une année à l’autre, dirigea l’Institut de Langue classiques, et par détachement en Côte d’Ivoire, l’École des Lettres de l’Université d’Abidjan (1967-68, et divers séjours par la suite. Là, tout un monde offert à neuf : de nature, de culture propre ; les méthodes et l’expérience des linguistes face à d’autres types de langues. Tout à reprendre, tout à comprendre !), présida l’Association française des Linguistes de l’Enseignement Supérieur ; et puisque l’Université en son autonomie n’en relève pas moins du social et du politique, en tant que membre actif d’Amnesty International pour les Droits Humains, représenta durant maintes années cette ONG (en relation avec son secrétariat international sis à Londres) à la Commission Migrations, Réfugiés, Démographie de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe.

5Mais, quant au travail de fond : quant à repenser la Linguistique en tant que science, dans sa finalité et ses méthodes, c’était une autre affaire ! Au-delà de la classique Philologie, au-delà de l’Europe, il était temps d’étendre le regard. La guerre mondiale avait coupé le continent européen des pays anglophones – États-Unis notamment. Ceux-ci, où de toute façon les langues anciennes ne servaient pas d’assise culturelle, avaient accueilli dans les années 1930-1940 des chercheurs émigrés, dont les modes d’analyse formelle ouvraient déjà parfois à la Linguistique descriptive des domaines nouveaux (l’École de Prague et la Phonologie…) ; aux USA quelques observateurs sans préjugés attiraient l’attention sur les langues amérindiennes, dont la morpho-syntaxe est à voir comme un système formellement complet capable de fonctionner en produisant toutes les constructions effectivement en usage. Puis, tandis qu’à Paris A. Martinet formait une génération à décrire en des termes techniquement bien précisés l’ensemble des données observables en chaque langue, voici que déferlait sur l’Europe, en les décennies 1950 et suivantes, le puissant flot anglophone des Linguistiques structurales-générativistes (décrivant la structure des langues en tant que telle), et celui moins abondant des Linguistiques cognitives (identifiant les opérations mentales par lesquelles se trouvent produites les diverses configurations langagières attestées). Et pour s’informer et comprendre, où trouver ailleurs que dans les (indispensables) livres, articles, conférences dogmatiques, sinon dans l’oralité des colloques, ces critiques pointues, ces expressions inattendues produites au vif par les locuteurs spontanés de telle langue rarement prise en compte – et qui précisément donnent à réfléchir ?

6H.F ne manqua donc pas d’ouvrir grand ses oreilles, tous les quatre ans aux Congrès de Linguistique, tous les deux ans aux plus spécialisés colloques de Linguistique latine, tous les ans à l’École d’Été de l’Association CLELIA (Paris III) pour former à la Linguistique des enseignants de langues classiques – présentant elle-même à chaque occasion une communication qui s’efforce de signaler à l’attention des pairs, à propos d’une donnée de fait en telle langue particulière, plutôt qu’une anecdote, une question (ouverte et ouvrante).

7De fait, il n’est de Linguistique que fondée sur la connaissance de plusieurs langues en leur fonctionnement complexe. Car ce n’est pas connaître une langue que de la caractériser par une seule phrase indéfiniment reprise hors de toute variation contextuelle et exhibée comme type de la construction de base en la langue considérée : comme ce malencontreux (malgache) Manasa ny lamba i Rasoa = « Rasoa lave le linge », que plusieurs auteurs aux États-Unis (par ailleurs si justement admirés) se repassent de l’un à l’autre, non sans l’agrémenter parfois au passage de quelque barbarisme… Connaître, c’est observer une construction en ses co-textes syntaxiques et ses con-textes en emploi réel. Pour ne pas faire le même travail épistémologique ni atteindre le même niveau de puissance théorique que la Linguistique proprement générale, la description attentive et argumentée des langues n’en donne pas moins à la théorie son indispensable matériau. C’est dans cette conviction qu’au fil des ans et suivant les occasions de vie ou d’apprentissage, qu’H.F s’est entraînée à lire en textes réels (sans perdre pour autant son latin natif) quelque peu d’arabe, de chinois ou d’indonésien.

8Quant à la langue malgache, H.F la « découvrit » en 1978 par le hasard d’une mission universitaire à Antananarivo, elle-même suivie de séjours répétés et enrichie dès lors de contacts inestimables avec des linguistes eux-mêmes malgachophones. La langue malgache, sous sa forme pratiquée par la population merina du Haut Plateau, et ainsi stabilisée comme langue reconnue (à partir du XVI-XVIIe siècle) du Royaume de l’Imerina, fut mise par écrit en caractères latins à partir de 1823. Elle se trouve aujourd’hui encadrée par des institutions (Universités bien distribuées sur le territoire, Académie Malgache – en relation avec l’INALCO de Paris). Dès le courant du XIXe siècle de bons observateurs, devenus eux-mêmes locuteurs compétents, avaient produit les outils nécessaires à tout apprentissage, tels que dictionnaires (le toujours utile Abinal-et-Malzac…) ; quant aux grammaires, celles qui au XIXe siècle finissant décrivent en termes positivistes l’usage alors observé, devaient, bien sûr, être reprises suivant les exigences d’une linguistique moderne plus théoriquement formelle. Elles le furent notamment, depuis les années 1950, par l’Ainé respecté, récemment disparu, Siméon Rajaona – lui-même continué, discuté peut-être, enrichi sûrement par les choix épistémologiques variés des actuels collègues et cadets.

9Mais après avoir tenté de saisir en quelques travaux écrits, soit la Grammaire malgache telle qu’elle fonctionne en son ensemble (Syntaxe malgache, Peeters, 1999) soit tel sous-ensemble de constructions que l’on voit s’organiser pour donner une expression adéquate à tel champ logico-sémantique (Les constructions causatives en malgache, Peeters, 2009), H.F s’inquiéta plus particulièrement de savoir de quels moyens disposent les inter-locuteurs pour nuancer ou modaliser les propos échangés de sorte que chacun parvienne à faire saisir et sentir exactement ce qu’il entend transmettre (Manières de dire en malgache, Peeters, 2014). Ce qui lie entre eux les individus d’une même communauté linguistique n’est donc pas seulement la langue en tant que système grammatical, mais cette même langue en tant que parole – celle-ci capable d’exprimer, voire de créer entre inter- locuteurs des relations intellectuelles d’accord/désaccord (jusqu’à la polémique) et affectives de sympathie/ antipathie (jusqu’à l’affrontement physique). La situation penche-t-elle du côté positif, alors, à l’échelle supra-individuelle la parole réussit parfois à faire de groupes sociaux refermés chacun sur ses traditions et intérêts un véritable Peuple. Or Madagascar nous offre un exemple frappant, que le témoignage du P. François Callet permet de restituer. Ce jésuite français qui rédigea en malgache les quelque mille pages de son Tantara Ny Andriana (en trois volumes de 1873 à 1878, traduction française sous le titre Histoire des Rois (de l’Imerina) par G.S. Chapus et E. Ratsimba, publiée en 1908 et généralement utilisée depuis) constitue en effet un témoin fiable : locuteur du malgache durant toute une vie, proche de plusieurs hautes personnalités merina elles-mêmes familialement liées au roi Andrianampoinimerina, et lui aussi visiblement intéressé par les questions sociologiques autant qu’institutionnelles. Nous voici bien placés pour observer comment – en ces dernières années de notre XVIIIe siècle et dans une société encore de traditions et de pratiques orales – le Roi Andrianampoinimerina (littéralement « le Seigneur au cœur de l’Imerina » mort en 1810) a utilisé la parole pour constituer l’Imerina en un solide État monarchique : sa propre parole pour commencer, en tant que parole absolument respectable, c’est-à-dire imposée comme symbole et instrument de l’autorité centrale ; puis en tant que transmise le long d’une filière de « conseillers » et notables andriana, rassemblant de cette façon toute la population en un Peuple lié par une hiérarchie. Certes les choses ne sont pas toujours aussi simples, et Andrianampoinimerina en fin de règne s’inquiétera d’entendre s’élever certaines voix socialement contestataires, sinon presque rebelles à l’ordre public du Royaume. Et pour mener à bien son projet, le Roi dut mettre en œuvre assurément d’autres moyens plus matériellement efficaces que la parole (s’imposer à telle Région par les armes, évincer par force ou corruption les seigneurs locaux jugés indociles…) : toutes interventions que l’Histoire des Rois nous fait par ailleurs utilement connaître, sans qu’elles fassent l’objet de l’étude proposée ci-dessous. Il reste en tout cas que sans poser la question de savoir : « qui parle (et pour dire quoi ?), avec quel effet public ? » ce moment dans l’histoire de l’Imerina ne saurait être vraiment compris. Et pour revenir des faits pris pour eux-mêmes, à nous lecteurs en 2020 du Tantara Ny Andriana qui nous les rapporte, chacun doit bien constater que L’Histoire (comme récit documenté et critique des faits) ne peut être totalement éclairante si elle ne s’enrichit de sciences aussi « humaines » que la Linguistique de la parole. C’est un peu de cet enrichissement que les pages suivantes s’efforcent d’apporter au lecteur. À ce dernier de juger maintenant si l’auteure y a réussi.

Haut de page

Notes

1 Sur quoi on lira désormais, de l’omniscient Jacques François : Le siècle d’or de la Linguistique en Allemagne. De la généalogie des langues à la génétique du langage. Une documentation interdisciplinaire raisonnée, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Huguette Fugier, « Avant-propos »Le Portique, Cahiers du Portique n°18 | 2020, 5-13.

Référence électronique

Huguette Fugier, « Avant-propos »Le Portique [En ligne], Cahiers du Portique n°18 | 2020, document 1, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 04 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/leportique/4178 ; DOI : https://doi.org/10.4000/leportique.4178

Haut de page

Auteur

Huguette Fugier

Professeur titulaire de Linguistique Générale à l'Université de Strasbourg ayant élargi sa formation initiale de Langues Classiques en s'intéressant à diverses langues extra-européennes, a depuis les années 80 rencentré son intérêt sur le malgache.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search