Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47RecensionsBOUBEKER A., MBOUKOU S., De Tokyo...

Recensions
14

BOUBEKER A., MBOUKOU S., De Tokyo à Kinshasa. Postmodernité et postcolonialisme, Paris, L’Harmattan, déc. 2021

La rédaction du Portique
p. 181-183

Texte intégral

1S’inspirant du « détour anthropologique » conceptualisé par G. Balandier pour mieux comprendre les soubresauts de nos sociétés, cet ouvrage qui tient du journal de voyage et de l’essai ethnographique croise deux regards sur Kinshasa et Tokyo. Ces villes n’ont a priori rien de commun, sinon d’être les capitales de pays d’un paradoxe économique : malgré ses immenses richesses, le Congo-Kinshasa (RDC) reste un abîme de « sous-développement », tandis que le Japon, si pauvre en ressources naturelles, compte parmi les leaders du G7. Mais ce sont d’abord les grands chemins d’un néolibéralisme débridé qui orientent les croisements de perspectives qu’explore ce livre à travers des chroniques sur une capitale postmoderne et une plongée dans l’imaginaire d’une ville postcoloniale. Croisements de perspectives sur des villes pionnières qui préfigurent notre actualité urbaine et décryptent notre contemporanéité autour de trois axes articulés d’observation et de questionnement : entre postmodernité et postcolonialisme ; entre approches par le haut et par le bas de la globalisation culturelle ; entre visées patchwork de l’anamorphose urbaine, à la fois créatives, alternatives et connectées sur une certaine obsolescence du Sujet des Lumières. Tokyo et Kinshasa nous ouvrent aux extrêmes temporalités et spatialités qui nous laissent flotter dans des temps nouveaux de télescopage, de bricolage ou d’excentricité. Elles nous révèlent aussi des jeux d’écho où les univers chaotiques issus des programmes modernes génèrent partout des vagues de scepticisme, voire de rejet. Exils, fuites, errances, nouvelles migrations ou réclusions numériques, ces actualités pointent toujours une réalité critique. Certes, de Tokyo à Kinshasa la route est longue, mais ces villes-monde, chacune à leurs manières, sont des lieux de relations et d’interactions innovantes entre hommes, bêtes, dieux et machines. Des lieux de nouvelles affinités qui échappent aux schémas programmés. Des lieux d’exposition de figures pionnières qui réinventent des façons d’exister individuellement ou collectivement et qui permettent de tirer des fils de compréhension pour retisser autrement la texture du monde.

Postmodernité et postcolonialisme

2Le paradigme postmoderne renvoie à une critique de la modernité, à une interrogation sur ses limites et ses impasses : le projet universel de progrès et de modernisation vénéré comme un totem de développement ne se heurte-t-il pas à une crise sans fin ? Cette remise en cause de l’universel abstrait et du telos historique recoupe la critique du grand récit de la modernité coloniale. En retour – et c’est tout l’enjeu d’un croisement de regards entre Tokyo et Kinshasa – la perspective postcoloniale permet de réfréner l’hybris d’un postmodernisme radical qui en arrive à passer la réalité par pertes et profits d’une virtualisation du monde. L’émancipation postmoderne à l’égard du réel accompagne en effet un capitalisme financier qui construit les conditions de sa propre possibilité à travers l’invention d’un travailleur-consommateur adapté à la flexibilité et à la dérégulation de l’économie. Si la perspective postcoloniale s’inscrit précisément dans un contexte de mondialisation au-delà de l’impérialisme et de la rivalité entre puissances coloniales, elle permet aussi de souligner à gros traits les impasses et le coût humain du néolibéralisme.

D’un exotisme à l’autre

3Vu de France le Japon reste un fantasme, le comble de l’exotisme, à la fois si proche et si lointain, avec sa haute technologie qui hisse notre modernité à son point culminant et ses traditions qui nous ramènent à la nostalgie d’un lointain passé plein d’honneur, de cérémonials et de petites vénérations. L’exotisme congolais est aux antipodes de l’exotisme nippon dans la grande nuit des oubliés de l’Histoire : s’il n’est plus simplement le sauvage de Tintin au Congo avec ses gris-gris, sa hutte et ses macaques, le Congolais du regard occidental reste le représentant d’une humanité qui serait restée coincée en enfance, dans une incohérence congénitale qui continue à alimenter toutes les images d’Épinal et autres « discours de Dakar » sur le naufrage du continent noir. La politique africaine de la France ne s’est malheureusement jamais affranchie des clichés d’une bibliothèque coloniale sur le primitivisme « nègre » et des hantises raciales de ses élites dirigeantes ou intellectuelles.

4Que cache cette politique de l’ignorance derrière le paravent de l’exotisme dans toutes ses variantes ? Sans doute, répondent les auteurs, tous les malentendus de l’altérité qui ont permis de naturaliser les différences pour mieux asseoir la domination occidentale et son universalisme eurocentré.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La rédaction du Portique, « BOUBEKER A., MBOUKOU S., De Tokyo à Kinshasa. Postmodernité et postcolonialisme, Paris, L’Harmattan, déc. 2021 »Le Portique, 47 | 2022, 181-183.

Référence électronique

La rédaction du Portique, « BOUBEKER A., MBOUKOU S., De Tokyo à Kinshasa. Postmodernité et postcolonialisme, Paris, L’Harmattan, déc. 2021 »Le Portique [En ligne], 47 | 2022, document 14, mis en ligne le 15 avril 2023, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/leportique/4526 ; DOI : https://doi.org/10.4000/leportique.4526

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search