Navegação – Mapa do site

InícioNúmeros80Outros artigosLa marchandisation de l’émigratio...

Outros artigos

La marchandisation de l’émigration française au Brésil: la Maison Beaucourt, 1857-1859

A mercantilização da emigração francesa para o Brasil: Casa Beaucourt, 1857-1859
The Commodification of French Emigration to Brazil: The Beaucourt House, 1857-1859
Laurent Vidal e Maria Isabel de Jesus Chrysostomo
p. 113-136

Resumos

Este artigo examina a importância da emigração “contratual” no estabelecimento de um mercado global da força de trabalho no Atlântico do século XIX. Baseia-se no caso do contrato assinado em 1857 entre a casa comercial Beaucourt et Cie (Paris) e a Associação Central de Colonização (Rio de Janeiro), e nos conflitos aos quais ele deu origem. Das ambições iniciais de criar um reservatório de mão-de-obra até às denúncias de trato dos brancos, este caso ilustra a duplicidade da política do engajamento.

Topo da página

Texto integral

1L’interdiction de la traite que la marine anglaise tente d’imposer dans l’espace atlantique depuis 1815 a eu pour effet la création d’un nouveau marché global de la force de travail: l’émigration “sous contrat” prenant en quelque sorte le relais de l’esclavage, tant sur le plan des capitaux que sur celui des conditions de transport, d’hébergement et de travail. Cette forme de “liberté forcée” (Flory 2015) maintient également une logique de “marché du travail déterritorialisé”, puisque “le contingent principal de la main d’œuvre naît et croît hors du territoire national” (Alencastro 2000, 354). En plein processus d’indépendance, les jeunes pays du continent américain vont se livrer à une véritable compétition pour être les destinataires privilégiés de ces nouveaux flux d’émigrants. On sait que le Brésil ne validera qu’en 1850 la fin de la traite. Pour autant, c’est bien avant qu’il entrera dans cette course aux émigrants, tout en définissant en parallèle les modalités du travail libre sous contrat (Gonçalves 2017). Après une première expérience en 1818, la province de Rio crée la Société de promotion de la colonisation en 1835 (Cravo, Rodrigues et Godoy 2020), puis signe en 1844 un contrat avec la compagnie Delrue (de Dunkerque), qui avait entrepris deux ans auparavant le transport de plus de 500 français pour le phalanstère de Sahy (Chrysostomo et Vidal 2014; Vidal 2014; Lamounier 1988).

2Mais c’est un autre contrat qui retiendra notre attention dans cet article: celui que l’Association Centrale de Colonisation (ACC), fondée en 1855 à Rio de Janeiro, scellera avec l’agence parisienne Beaucourt & Cie pour le transport de 500 colons par mois durant toute l’année 1858. Il s’agit de l’une des trois maisons de commerce européennes avec laquelle l’ACC a signé un contrat, en attribuant à chacune d’elles une zone d’action en Europe. C’est donc à l’animation d’un réseau complexe d’individus, de ressources et d’institutions, répartis sur un espace dépassant largement les frontières françaises, que la maison Beaucourt allait s’attacher pour recruter et transporter ces émigrants, transformés en véritables marchandises. Le passage du projet à la réalité n’ira toutefois pas sans susciter de vifs problèmes: en Europe, la maison Beaucourt sera accusée de se livrer à la “traite des blancs”; au Brésil, les colons Beaucourt seront comparés à des vauriens…

3Pour l’essentiel inédit, ce dossier archivistique s’insère dans un débat historiographique déjà bien structuré, où se croisent les échelles du Brésil et de l’Atlantique, dans un contexte post-colonial et post-abolition de la traite: qu’il s’agisse de la constitution d’un marché global du travail libre sous contrat (engagisme ou indentured system) au XIXe siècle (Emmer 1986; Northrup 1995; Steinfield 2001; Christopher, Pybus et Rediker 2007; Moya 2007 et 2021; Hoefte 2017), ou encore de la question de la constitution d’un réservoir de main d’œuvre européenne au Brésil, de son attraction et de sa distribution dans les régions agricoles (Mendonça 2012; Chrysostomo et Vidal 2014; Santos 2017; Gonçalves 2017). Par le retentissement atlantique de son échec et par l’ampleur des connexions qu’il met en lumière, quant à la mise en place de réseaux migratoires entre Europe et Brésil (incluant agents de recrutement, compagnies de transport et agences consulaires), la constitution de capitaux mixtes au Brésil (Etat et secteur privé, y compris d’Europe), ce cas d’étude mérite d’être présenté et ajouté comme une nouvelle pièce à conviction dans le débat sur la traite des migrants dans le XIXe siècle atlantique et les enjeux du passage du travail esclave au travail libre.

4Afin d’identifier les pièces éparses de ce projet, nous avons visité une dizaine de dépôts d’archives et bibliothèques, en France, au Brésil et même en Italie – il aurait fallu, tant sa dimension est transnationale, ajouter la Belgique, les Pays-Bas, l’Allemagne, la Suisse et le Portugal. C’est donc à partir de bribes éparses que nous avons travaillé pour reconstituer cette histoire et les conflits auxquels elle a donné lieu. Après avoir présenté le contexte brésilien du milieu des années 1850, lorsque naît l’ACC, et rappelé les intérêts français dans le projet atlantique de commercialisation de l’émigration européenne au Brésil (section 1), nous montrerons comment s’est mise en place ce qu’il faut bien appeler une véritable propagande européenne de la maison Beaucourt pour attirer de bien naïfs candidats à l’émigration (section 2), avant d’évoquer les précipitations, difficultés et autres drames qui ont conduit à la dénonciation du contrat (section 3).

1. Un projet transnational de commercialisation de l’émigration européenne pour le Brésil

  • 1 On trouve aussi la graphie “Beaucours”. Nous avons pris la décision de s’en tenir à la graphie “B (...)
  • 2 La loi 276 du 05/02/1826 autorise la création d’un noyau colonial dans chaque province de l’Empir (...)

5Afin de mieux saisir les enjeux du contrat Beaucourt,1 il importe d’abord d’inscrire la création de l’ACC à l’articulation de plusieurs projets et décisions de l’Empire brésilien. En premier lieu, citons les projets de fondation de colonies agricoles européennes au Brésil, qui voient le jour avec l’arrivée de la cour du Portugal en 1808. Il s’agit alors de proposer, à côté du modèle esclavagiste, un autre modèle de développement économique, appuyé sur une main d’œuvre libre et sur la culture de petites parcelles agricoles (en somme, il s’agit d’importer le modèle de la paysannerie européenne). La première colonie est celle de Nova Friburgo (dans la province de Rio), créée par décret royal en 1818: l’année suivante, plus de 250 familles de colons suisses, de langue française et de religion catholique, sont venus s’y installer, bientôt rejoints par des migrants allemands. A sa suite, plusieurs projets voient le jour, mais la réussite n’est pas vraiment au rendez-vous.2 Tant et si bien qu’au début des années 1850, malgré tous les efforts du gouvernement brésilien en la matière, la colonisation agricole est très en deçà des espérances de l’Empire.

6L’année 1850 introduit une nouvelle donnée dans cette politique, avec l’interdiction du trafic d’esclaves (sanctionnée par la loi Eusébio de Queirós du 4 septembre 1850). Cette “suppression de la traite a laissé bien des capitaux inactifs”, reconnaît Charles Reybaud, avant de s’interroger: “ces puissances financières qui ont à Rio, comme à Londres, un si immense crédit ne songent-elles pas à intervenir de toute l’autorité de leurs noms et de leurs capitaux dans la patriotique et belle affaire de la colonisation?” (Reybaud 1856, 230-231). Moins d’une semaine après l’adoption de cette loi, est ainsi créée la “Sociedade contra o Tráfico de Africanos e Promotora da Colonização e Civilização dos Indígenas” (07/09/1850), avec des fonds anglais. Organe du Parti Libéral, cette société se donne pour but la défense de la colonisation agricole européenne (Kodama 2008). Un tel projet indique clairement combien cette politique de colonisation vise la substitution progressive de la main d’œuvre esclave par une main d’œuvre européenne, ainsi que la civilisation des indiens (ce qui signifie intégration forcée ou expulsion): il s’agit ici d’un nouveau modèle de civilisation qui passe notamment par un blanchiment de la race.

  • 3 N’oublions pas toutefois les premières mutineries de colons qui ont eu lieu dans les provinces de (...)

7Le 18 septembre 1850, la loi des terres donne une nouvelle impulsion à la politique de colonisation, en réintégrant dans le patrimoine de l’Etat l’ensemble des terres dévolues, c’est-à-dire des terres supposément non occupées ou cultivées. Deux catégories étaient plus particulièrement concernées: les terres occupées par les indiens, et n’ayant fait l’objet d’aucun acte notarié, et les sesmarias, ces immenses latifundios transmis de manière héréditaire depuis les premiers temps de la colonisation, et où se sont peu à peu installés des posseiros (occupants non-propriétaires). Du jour au lendemain, ces terres devenaient disponibles pour la vente en petites parcelles, ouvrant théoriquement la possibilité d’accès à la terre au plus grand nombre. Le colon pouvait être soit propriétaire de son lopin de terre, soit le cultiver en affermage (contrat de parceria – avec l’Etat ou un propriétaire). Dans un premier temps, ce système de parceria (affermage) bénéficie des faveurs des fazendeiros. Mais, rapidement, des plaintes s’accumulent, tant au Brésil qu’en Europe, pour dénoncer une nouvelle forme d’esclavage – le colon n’arrivant jamais à rembourser sa dette, en mettant suffisamment d’argent de côté pour obtenir son indépendance (Carvalho 1858; Baril 1859). Ainsi en est-il de la révolte des parceiros, dans la colonie du Senateur Vergueiro (dans la Province de São Paulo). En décembre 1856, des émigrants suisses et allemands pour l’essentiel, recrutés avec un contrat de parceria dans la colonie agricole d’Ibicaba, prennent les armes pour lutter contre ce qu’ils appellent un esclavage moderne (Heflinger 2010).3 Cette révolte, dont le chef de file est le Suisse Thomas Davatz, est fortement relayée en Europe.

  • 4 Ministère des Affaires Etrangères (MAE), Correspondance Commerciale et Consulaire (CCC), Rio de J (...)

8Ajoutons, enfin, un dernier élément, avec la crise du choléra, en 1855, qui touche particulièrement la main d’œuvre d’origine africaine: “On évalue à plus de 100 000 le nombre de victimes et la race noire en a bien certainement fourni les deux tiers, sinon plus”.4 Cette mortalité plus intense parmi la population noire est alors attribuée, selon le modèle hygiéniste en vigueur dans la pratique médicale, à de mauvaises habitudes sanitaires et alimentaires (Kodama et al. 2012). Voilà pourquoi la Société contre le Trafic d’Africains insiste, tout au long de ses rapports d’activité, sur ce lien entre transmission du choléra et présence d’Africains, supposés incarner un modèle sanitaire archaïque. Son intention est de faire la promotion de la colonisation européenne, et d’associer cette dernière à la diffusion d’un modèle de civilisation présenté comme moderne.

  • 5 Idem.

9C’est dans ce contexte pour le moins troublé que l’Association Centrale de Colonisation est créée, à l’initiative du gouvernement brésilien. Cette démarche s’inscrit dans le prolongement d’un projet de février 1853 défendu par l’avocat à la cour, juge municipal et député provincial de Rio de Janeiro, Bernardo Augusto Nascentes de Azambuja, prévoyant la constitution d’une “association centrale de colonisation et travail libre dans la ville de Rio de Janeiro” (Azambuja 1853). Le même Azambuja, devenu en 1854 fonctionnaire en chef de la Répartition des Terres (Faculdade de Direito de São Paulo 1862, 101), est à l’origine du décret impérial signé le 2 avril 1855 par le ministre Luiz Pereira de Couto Ferraz. L’ACC se donne pour vocation de coordonner l’ensemble du processus d’émigration/immigration: en amont, en passant des accords avec des compagnies de commerce européennes pour le recrutement et le transport des émigrants; en aval, en mettant à la disposition des compagnies de colonisation et des divers entrepreneurs brésiliens une main d’œuvre sélectionnée et déjà transportée au Brésil; et à l’interface de ces deux processus, en mettant en place sur l’île de Bom Jesus (jouxtant l’île du Fundão dans la baie de Guanabara) un ensemble de dispositifs pour la réception des nouveaux immigrants: lazaret, dortoirs et réfectoires collectifs, bureaux d’information et de recrutement… (Chrysostomo et Vidal 2014). Selon le consulat de France à Rio de Janeiro, ce décret a été “accueilli avec une grande ferveur”.5

  • 6 Arquivo Público do Estado do Rio de Janeiro (APERJ), PP-7-9-3, fl. 126, 26/07/1859.

10L’ACC reçoit ainsi pour mission de recruter 10 000 familles ou 50 000 colons en 5 ans. Dans un premier temps, il s’agit de “trouver des bras pour notre agriculture”.6 Ainsi que le précise le rapport de la Répartition Générale des Terres Publiques de 1856, il manquait jusqu’alors aux fazendeiros désireux d’engager des migrants pour développer leurs établissements, “l’intermédiaire indispensable” pour recruter en Europe, transporter et recevoir au Brésil à leur arrivée, des “hommes de bonne morale, travailleurs et valides” (Relatório 1856, 35). Le 26 mars 1857, un contrat est signé entre l’ACC et la “Repartição Geral das Terras Públicas”, qui administre, pour le compte du gouvernement, les terres publiques. L’article 3 spécifie que l’Association “veillera à ce qu’ils rencontrent, lors de leur arrivée sur les terres, des maisons ou des logements provisoires et abrités, où ils seront reçus, avec les fournitures nécessaires, ainsi que des infirmeries munies de tout le nécessaire pour traiter les malades” (Barão de Muritiba 1859).

  • 7 APERJ, PP-7-9-3, fl. 126, 26/07/1859.

11En 1860, le président de l’ACC, Borges Monteiro, est très clair à ce sujet, comme en témoigne une lettre du 23 juillet, adressée au Ministre de l’Intérieur, expliquant qu’il s’agit d’”associer des faveurs non seulement aux fazendeiros pour les inciter à engager des colons, mais aussi aux émigrants afin de les inciter à rechercher notre pays, où ils accèderont à de réels avantages et non à de fallacieux rêves”.7 Tout semble prévu, y compris les dépenses liées au séjour des colons dans l’Hospedaria (l’ACC contrôlant les tarifs de sorte à ce qu’ils soient les plus réduits possibles). Mais pour que ces dépenses ne grèvent pas trop lourdement le budget des colons, il faut que leur attente d’un engagement soit la plus courte possible, et pour cela il importe pour les propriétaires de prévoir à l’avance leurs besoins, et d’en informer le plus tôt possible l’Association qui centralise cette politique de l’offre et de la demande.

  • 8 Jornal do Commercio, ano XXXII, 17/03/1857.
  • 9 Jornal do Commercio, ano XXXIII, 15/06/1858.

12Quoique créée à l’initiative du gouvernement et fortement subventionnée par ce dernier, l’Association est constituée sous la forme d’une société en actionnariat. Car il s’agit aussi pour le gouvernement de faire la démonstration, auprès des détenteurs de capitaux brésiliens (mais aussi étrangers), que ce projet représente un excellent investissement: “Le gouvernement brésilien a décidé de concéder à l’ACC des faveurs suffisantes pour que ses actionnaires puissent avantageusement faire venir le nombre de colons pourront exiger durant les cinq prochaines années”.8 Ainsi trouve-t-on parmi les premiers actionnaires le baron de Mauá, qui investit également dans la modernisation des ports brésiliens et la construction de voies ferrées; mais aussi Teófilo Ottoni, homme d’Etat et grand commerçant, fondateur de la compagnie de navigation du rio Mucurí. Le Président et le Vice-Président, de même que la direction de cinq membres, sont élus par l’assemblée des actionnaires, comme en témoigne le décret de constitution de l’ACC (en mai 1858, toutefois, cette pratique sera abandonnée). L’Association dispose d’un bureau auprès de la Junte de Commerce de Rio de Janeiro (rua Direita, n.° 15): c’est là qu’elle reçoit les personnes intéressées par le recrutement des colons, “en avançant les sommes nécessaires, moyennant de convenables garanties, et avec un taux d’intérêt jamais supérieur à 6% annuel”.9

  • 10 MAE, CCC, Rio de Janeiro, vol. 12, 21/12/1858.
  • 11 MAE, CCC, Rio de Janeiro, vol. 12, 11/11/1857.
  • 12 AHI, 225-2-1, 02/03/1857.

13Ce soin apporté à l’accueil des nouveaux immigrants, mais aussi l’articulation entre impulsion publique et initiative privée, retient toute l’attention de la France de Napoléon III. On peut en prendre la mesure à la lecture de la correspondance consulaire entre la Légation française à Rio de Janeiro et le Ministère des Affaires Etrangères. L’ACC, reconnaît le chargé d’affaires français à la Légation de Rio, est “dirigée par un homme éclairé”.10 Cette confiance qu’inspirent son président et les précautions mises à sa structuration doivent inciter la France et les Français à appuyer cette démarche. Cet appui peut recouvrir plusieurs dimensions, et d’abord l’actionnariat: “Je ne négligerai rien pour déterminer les capitalistes Français à ne pas rester en dehors d’une entreprise que leur influence est de nature à rendre profitable à la navigation française”.11 En effet, à cette même époque la première ligne de navigation directe Le Havre – Rio est en train de se mettre en place, à l’initiative de la firme “Mazurier, Lejeune et fils”.12 Nul doute qu’une telle activité de transport de migrants serait en mesure de l’installer durablement dans le paysage de la navigation commerciale européenne pour le Brésil. Mais aux yeux du gouvernement français, l’émigrant est aussi un atout puissant dans le développement du commerce international de la France, et l’émigration serait alors la pointe avancée de l’activité commerciale française, comme en témoigne cette réflexion du chargé d’Affaire de la légation de France à Rio:

  • 13 MAE, CCC, Rio de Janeiro, vol. 12, 18/11/1858.

L’immigration développe le commerce du pays d’où elle part dans le pays d’où elle vient. Chaque colon apporte et conserve dans sa résidence nouvelle ses anciens besoins et ses anciens usages; et la tendance à des consommations analogues se fait toujours sentir […]. Le commerce allemand a été puissamment secondé dans l’extension qu’il a pris par la colonisation allemande. […] L’élément français de colonisation agricole est aussi plus ou moins industriel et conséquemment plus propre à populariser nos produits à l’étranger, à préparer la voie à nos importations.13

14Et ici s’ajoute une nouvelle dimension: alors que la France pâtit de l’image que donnent les forty-niners (ces hommes sans scrupules, de basse extraction, partis en Californie lors de la ruée vers l’or, pour le seul appât du gain), ces émigrants “laborieux et honnêtes” pourraient représenter dignement les intérêts de la France. C’est donc ici l’image de la France à l’étranger qui est en jeu. Rappelons que depuis le mariage en 1843 du prince de Joinville avec la princesse dona Francisca, sœur de l’Empereur brésilien dom Pedro II, la France a manifesté une communauté d’intérêts avec le Brésil. Certes, les ambitions brésiliennes des orléanistes vont connaître un coup d’arrêt avec la révolution de 1848 et surtout l’accès au pouvoir de Napoléon III en 1851. Mais ce dernier, souhaitant régénérer les puissances latines de second ordre, envisage de se tourner vers cette Amérique que ses conseillers désignent comme latine pour reconstruire un Empire français. Et l’émigration viendra ici utilement relayer la politique impériale.

15Toutefois, dans cette compétition que se livrent à distance les puissances européennes, par émigration interposée, la France a pris du retard, n’ayant que peu d’émigrants “honnêtes” dans les Amériques latines. L’Allemagne, d’abord, mais aussi la Suisse et la Belgique, comptent bien plus d’émigrés que la France au Brésil. D’où l’ambition de la France de saisir l’opportunité de la création de l’ACC pour relancer sa politique d’émigration, et du même coup rattraper son retard vis-à-vis des autres pays européens. Il faut dire que depuis quelques années le gouvernement français a mis en place une véritable stratégie pour diffuser parmi la population, grâce à certaines revues comme la Revue des Deux Mondes mais aussi par le relais de l’agence Reuters, fondée en 1851, l’image positive d’une émigration moderne, porteuse de civilisation. Cette image, construite en articulation avec les intérêts politiques et commerciaux du gouvernement brésilien, a clairement servi à préparer le terrain de l’émigration française, en présentant le Brésil sous les traits d’un véritable Eden, offrant des possibilités de commerce et d´accès à la propriété, un rêve difficilement atteignable par le prolétariat français. La Revue des Deux Mondes a ainsi consacré 40 articles au Brésil entre les années 1830 et 1880 (Silva 2001).

2. La Maison Beaucourt: du contrat à la propagande

  • 14 Annaes do Parlamento Brazileiro. Camara dos Srs Deputados. Sessão de 1861, tomo 5, Rio de Janeir (...)
  • 15 Jornal do Commercio, 03/05/1858.

16C’est dans ce contexte que la maison Beaucourt et Cie reçoit un courrier officiel de l’Association Centrale de Colonisation, daté du 9 septembre 1857, l’invitant à devenir l’un de ses agents en Europe.14 Il existe à cette date trois agences en Europe (à Paris, Hambourg et Porto), “dont les districts ont été désignés, pour qu’il n’y ait pas de confusion, ni de conflits entre les agents respectifs de Paris et Hambourg dans l’accomplissement de leurs fonctions en relation avec le nord et le sud de l’Allemagne”.15 Avec cette mesure, il s’agit clairement de régionaliser l’exercice de cette activité économique relativement nouvelle, dont les bénéfices s’avèrent d’autant plus lucratifs, qu’elle induit l’organisation et la spécialisation d’autres secteurs économiques pour la propagande (publicité, presse), le recrutement (par des agents locaux), le transport (par trains) vers les ports d’embarquement, puis le contrôle administratif (par un réseau consulaire appliquant une législation internationale se mettant peu à peu en place) et la distribution des émigrants (par bateaux – les premières lignes transatlantiques prenant forme au milieu des années 1840).

  • 16 MAE, CCC, vol. 12, 28/11/1857.
  • 17 “Contracto para engajamento, transporte de emigrantes europeos para o Imperio do Brazil celebrado (...)
  • 18 Bulletin des lois, XIesérie, deuxième semestre 1860, partie principale, t. XVI, p. 182-184.
  • 19 Jornal do Commercio, 14/06/1853.
  • 20 Annaes do Parlamento Brazileiro. Camara dos Srs Deputados. Sessão de 1861, tomo 5, Rio de Janeiro (...)

17L’agence de Paris est donc la Maison Beaucourt, installée au n° 35 de la rue Hauteville.16 Tout semble indiquer que les autorités françaises n’ont pas participé au choix de cette maison de commerce, ni à l’établissement de son contrat avec l’Association.17 Rappelons qu’en France, c’est la loi du 18 juillet 1860 sur l’émigration qui soumettra à l’autorisation du gouvernement les opérations d’engagement ou de transport des émigrants (art. 1).18 Nous savons peu de choses sur le négociant Henri Beaucourt. Son nom apparaît pour la première fois au Brésil en juin 1853, dans un encart publicitaire inséré dans la presse de Rio de Janeiro et intitulé: “colonisation, émigration” dans lequel il annonce avoir conclu un accord avec le consulat général du Brésil à Paris, pour engager des colons allemands et suisses pour le Brésil. Il met en avant son expérience avec Montevideo, et annonce avoir un représentant dans la capitale brésilienne, en la personne de Francisco José Fialho.19 Ce n’est pas par hasard que ce nom apparaît à ce moment de l’histoire. Né en 1814 dans le Piauí, c’est d’abord comme journaliste qu’il se fait connaître dans la capitale de cette province, avant de s’installer à Rio de Janeiro, où il sera à la fois entrepreneur et notaire au service de la maison impériale. Selon sa propre narration, c’est en Europe, où il était parti se soigner en 1852 “pour un excès de travail”,20 qu’il commence à s’intéresser à la question migratoire, se rendant notamment en Allemagne, mais aussi à Paris, où il rencontrera Henri Beaucourt.

  • 21 Correio Mercantil, Rio de Janeiro, 01/11/1853
  • 22 Annaes do Parlamento Brazileiro. Camara dos Srs Deputados. Sessão de 1861, tomo 5, Rio de Janeiro (...)

18En novembre 1853, ce dernier fait paraître dans la presse de la capitale brésilienne un exemplaire du contrat qu’il propose aux futurs colons européens et planteurs brésiliens. Le texte de présentation est signé par Francisco José Fialho, qui se trouve toujours en Europe. Beaucourt y est présenté comme quelqu’un qui “réunit toutes les garanties pour le succès d’une telle entreprise, parce que sa maison est connue à Paris, qu’il s’est déjà occupé de projets de colonisation avec les Etats-Unis”. Il est donc la personne idoine pour “provoquer une dérivation spontanée vers le Brésil de la population européenne, qui jusqu’à présent se dirige de préférence vers les Etats-Unis, l’Australie ou la Californie”.21 Au moment de la création de l’ACC, le nom Beaucourt est ainsi déjà connu à Rio de Janeiro de même qu’au consulat du Brésil à Paris, dans le négoce du recrutement de colons. Parmi les agences européennes, qui commencent à se mettre en place pour engager de futurs émigrants, la maison Beaucourt jouit alors d’un crédit conséquent au Brésil, après avoir déjà recruté “plusieurs centaines de personnes”.22

  • 23 “Contracto para engajamento, transporte de emigrantes europeos para o Imperio do Brazil celebrado (...)

19C’est donc le 14 octobre 1857 à Rio de Janeiro, en présence d’un membre du directoire de l’ACC, qui se trouve être justement Francisco José Fialho, et d’un représentant de la maison Beaucourt, le propriétaire terrien Manoel Ferreira Pinto, que le contrat a été signé.23 Il oblige (art. 1) la maison Beaucourt à engager, dans la partie de l’Europe qui lui sera désignée, et à faire transporter dans un des ports de mer de l’Empire du Brésil qui lui sera indiqué, le nombre de familles d’émigrants que l’Association centrale lui demandera. L’ACC souhaite surtout des personnes de moins de 45 ans, dévouées au service de la terre et occupations rurales. L’article 2 stipule qu’aucun émigrant ne sera expédié pour le compte de l’Association centrale sans avoir fait la preuve qu’il jouit d’une bonne réputation, qu’il ne souffre pas d’une maladie chronique, ni est recherché ou a été prisonnier pour des crimes infâmes. La vérification sera réalisée par des agents de l’Association avant l’embarquement des émigrants. L’article 3 prévoit que Beaucourt et Cie aura le droit de choisir le port d’embarquement en Europe, tout comme les navires de transport, à condition qu’ils soient à destination des ports de Pernambouc, Bahia et Rio de Janeiro. La maison Beaucourt (art. 4) prendra en charge l’installation des agences “nécessaires dans les Etats dont la population offre les meilleures garanties d’amour, d’ordre et de travail” et ses agents seront soumis au contrôle des commissaires de l’Association “au cas où ils abusent de la bonne foi des familles ou individus qui prétendent émigrer”.

  • 24 “13 de fevereiro de 1858. Ilmo. Marquês de Olinda – Presidente do Conselho de Ministros, e Minist (...)

20Parmi les points de ce contrat, soulignons qu’il prévoit l’accueil de familles et non de travailleurs isolés: les familles constituant un gage d’installation dans la durée, on comprend mieux qu’il ne s’agit pas simplement de mettre en valeur le territoire, mais également de le civiliser. Le traité, signé pour une année renouvelable (selon les termes de l’article 13), est prévu pour entrer en vigueur le 1er janvier 1858 (Beaucourt 1858). Par lettre du directeur de l’Association, le nombre attendu est fixé à 500 colons par mois – mais dès le 13 février 1858, le président du conseil des ministres choisit de l’abaisser à 350, puis 200 à partir du 7 juillet.24 Un tableau des colons importés d’Europe pour le compte de l’Association jusqu’au 31 décembre 1858 donne une idée de l’activité de l’agence Beaucourt, présentée ci-dessous comme “Agence de Paris”, durant l’unique année de son contrat: 

  • 25 APERJ – Fundo Presidente da Província – Notação 007, cx 003, p. 131-141, ofícios dirigidos ao Min (...)

21À elle seule, la maison Beaucourt est donc responsable du recrutement et transport de 1563 colons, sur un total de 2385, soit près des deux tiers de l’ensemble des migrants (Barão de Muritiba 1859). À noter que ce chiffre total de l’ACC correspond à 13% à peine de l’ensemble des migrants entrés au Brésil cette année-là, qui s’élève à un total de 18.529 (IBGE 2000, 225). Outre l’ouverture à une nouvelle activité commerciale, associant la création d’un marché international de la main d’œuvre “libre” à la mise en place de lignes de navigation atlantiques, l’appât du gain semble avoir été également un bon motif pour cette intense activité de recrutement: l’agence reçoit en effet de l’Association 50 mil reis (soit 125 francs) par tête d’émigrant transporté (D’Assier 1867, 284). Par ailleurs, et sans que cela ait été stipulé dans le contrat le liant à l’Association centrale, elle demande à chaque émigrant de déposer une somme en gage avant le départ, en précisant qu’elle lui sera restituée à l’arrivée par l’Association. En décembre 1858, le vice-consul du Brésil à Anvers dénoncera ces pratiques abusives.25

22Comment a-t-elle donc procédé? À en croire la propre maison Beaucourt, cette dernière a respecté les procédures, en obtenant du gouvernement français l’autorisation d’établir une agence ayant pour but l’enrôlement de colons à destination du Brésil, puis, en fournissant “le cautionnement de 40 mille francs exigé par les règlements, ils créèrent des Agences en Allemagne, en Suisse, en Italie, en Belgique”, et enfin expédièrent 17 navires entre mars et décembre 1858, embrassant en tout un total de 1619 colons (D’Assier 1867, 284). Qu’importe, ici, si le chiffre n’est pas tout à fait celui donné par l’Association (ce ne sera que l’un des éléments de contentieux). En moins de cinq mois, la maison Beaucourt a installé à l’échelle européenne, un dispositif assez conséquent permettant le recrutement, le déplacement jusqu’aux ports d’embarquement et le transport maritime. Mais commençons par le recrutement. Encore une fois, nous ne savons pas grand-chose sur les agents recruteurs, si ce n’est que Beaucourt et Cie dut faire “de grands sacrifices” pour traiter avec eux, ainsi que ”de grands frais de publicité” (Beaucourt 1858). Les agents, dont il a été dit qu’il s’agissait parfois d’individus sans scrupule, s’appuyaient sur cette publicité pour toucher des candidats à l’émigration. Soit en plaçant des encarts dans les gazettes locales, soit en distribuant des feuillets sur les places publiques des villages, quand ce n’est pas dans les tavernes – où “la bière coulait à flot” (Ottoni 2002, 119).  

23L’un de ces feuillets nous est parvenu et donne une idée des promesses enchanteresses qui semblent ouvrir les portes de l’Eden aux futurs colons:

  • 26 Document reproduit dans l’article de Charles Ribeyrolles, “Compagnie brésilienne du Mucury. Colon (...)

On fait savoir à toutes les familles qui désirent s’assurer un avenir prospère, qu’une compagnie vient de se former pour envoyer sur cette terre éminemment fertile des émigrants communs. Arrivés sur place, ils recevront chacun 100 000 brasses carrées de terre déjà cultivée, comme aussi l’habitation, les étables pour les animaux, les instruments d’agriculture et du bétail de toute qualité. Les charpentiers, les maçons peuvent gagner, pour le moins, jusqu’à 13 fr. par jour, et travailler en outre à leurs terres… Pour donner une idée des avantages que les émigrants y trouveront, et dont l’explication minutieuse serait trop longue, nous ne leur diront que ceci: la chasse et la pêche qui, partout ailleurs, sont sévèrement prohibées ou coûtent fort cher, sont là-bas, libres de droits et de grand profit pour les colons. Ceux qui voudraient profiter de cette occasion favorable n’ont qu’à se faire inscrire sans retard, la compagnie n’ayant à fournir que 50 000 colons, et le premier départ étant fixé au 25 mars. Chaque adulte doit, comme garantie, déposer une somme de 60 fr., qui lui sera remboursée à son arrivée, et s’il amène avec lui des mineurs de moins de 10 ans, il ne paiera que 52 fr.26

  • 27 Idem.

24Charles Ribeyrolles, un républicain français exilé au Brésil, ne mâche pas ses mots face à de tels procédés, évoquant, dans un article de presse, l’”atroce bouffonnerie de spéculateurs sans vergogne […] qui chassent le gibier humain au miroir” ou encore les “piperies infâmes de la spéculation gloutonne”.27 Répondant à ces attaques, la maison Beaucourt reconnaît qu’elle a eu de “graves difficultés à vaincre pour se procurer des colons”, étant donné la révolte de la colonie Vergueiro dans la province de São Paulo en 1856, où des émigrants sous contrats se trouvaient encore, 10 ans après leur arrivée, en situation d’endettement: “partout, en Allemagne, en Suisse, la presse retentissait d’anathèmes contre l’émigration de leurs nationaux au Brésil” (Beaucourt 1858), invitant à se méfier de cette nouvelle forme d’esclavage… pour dettes, dont il était presque impossible de se sortir.

25L’affaire se complique lorsque l’on découvre que, malgré les contrats qui la lient à trois maisons de commerce en Europe, l’ACC n’a pas hésité à développer sa propre propagande, et à recruter elle aussi des émigrants en Europe. Prenons un exemple: un feuillet, daté de 1858 et destiné aux passagers de la “ligne régulière d’Anvers à Rio de Janeiro”, a été édité par l’Association Centrale de Colonisation, promettant

  • 28 Association Centrale de Colonisation, Emigration pour le Brésil. Strasbourg: Imprimerie Christoph (...)

toutes les avances remboursables en quatre annuités à commencer à la fin de la seconde année [et] l’aide des consuls à l’étranger et des autorités du pays dans le Brésil, la construction d’églises, le traitement du clergé de la religion des émigrants et le paiement des institutions primaires, etc., etc.28

  • 29 Jornal do Commercio, 03/05/1858.
  • 30 AHI, 266/1/3.
  • 31 MAE, CCC, Rio de Janeiro, vol. 12, 11/11/1857.

26Un autre feuillet de propagande distribué en Alsace précise qu’à leur arrivée “les émigrants seront reçus par les agents de la compagnie, bien traités et introduits à partir de là sur leurs terres, en leur donnant toutes les instructions nécessaires pour l’agriculture” (Ottoni 2002, 121). Reconnaissons toutefois que, quelle que soit l’origine de la propagande, il semble qu’elle a été si efficace qu’en quelques mois des centaines de candidats à l’émigration sont embarqués dans les ports européens. Ainsi le Jornal do Commercio annonce-t-il avec fierté en mai 1858: “Par le dernier paquebot, sont venues des communications des trois agences établies en Europe. Selon ces informations, plusieurs expéditions sont sur le point de partir: 420 colons depuis Gênes, 250 depuis Porto, 350 depuis Anvers et 260 depuis Hambourg”.29 Dans un courrier du consulat du Brésil à Gênes, daté du 1er juin 1858, il est précisé que “pour Bahia, sont déjà partis 300 individus, et d’ici quelques jours doivent en partir autant et ainsi de suite jusqu’au total de 3000 qui doivent être engagés par les agents de l’Association Centrale de Colonisation”.30 Et ces transports doivent être réalisés avec promptitude et efficacité. Voilà pourquoi l’Association souhaite que le choix des agences se porte sur des navires à vapeur faisant le trajet d’Europe au Brésil. Son intention est de pouvoir s’entendre, d’ici quelques années, avec les lignes de Hambourg, Anvers et Marseille.31

27Etant donné que les limites de compétence et domaines de responsabilité de chacun ne semblent pas avoir été aussi clairement que cela précisées dans le contrat, les ports d’embarquement sont un lieu de forte tension entre les différents acteurs de ce projet migratoire. D’un côté, les agents recruteurs travaillant pour la maison Beaucourt, pressés d’expédier au plus vite les colons, à qui ils ont fait signer un contrat; de l’autre part, les représentants de l’Association en Europe, qui vérifient la conformité des candidats à l’émigration au profil recherché, sans oublier les autorités consulaires brésiliennes, qui établissent les visas après avoir vérifié la conformité des procédures d’émigration. Ajoutons à ces enchâssements de compétences, celle des capitaines de navire, qui préfèrent parfois ne déclarer qu’une partie des émigrants comme “émigrants” et les autres comme passagers communs, pour éviter de tomber sous le coup de la législation, assez stricte, concernant les navires de transport d’émigrants (Legoyt 1861; Expilly 1864).

  • 32 AHI, 225-2-2, 10/05/1859.
  • 33 AHI, 266/1/3.
  • 34 IHGB, Coleção Marquês de Olinda – Lata 213. Doc. 5.

28En ce qui concerne les ports français, le commissaire désigné par l’Association centrale est le Dr. Bento José Martins, attaché de seconde classe de la Légation Impériale du Brésil à Paris.32 Lors du départ de chaque navire, il se rendait au port d’embarquement afin de vérifier, en présence du Consul du Brésil, la documentation officielle des colons. Par ailleurs, il “leur adressait des questions établies à l’avance par un formulaire et ensuite acceptait ou refusait les émigrants recrutés par H. Beaucourt et Cie” (Beaucourt 1858). Ces recrutements massifs provoquent un excès de travail pour les agences consulaires brésiliennes en Europe, qui se plaignent de ne pas disposer d’un personnel suffisant pour traiter correctement chacun des dossiers (obtention de certificats de bonne conduite…). C’est le cas du consulat de Gênes, qui se plaint également de dépenses en forte hausse en raison des nombreux courriers qu’elle doit adresser.33 Ces questions consulaires semblent aussi affecter les affaires Beaucourt. Une note, rédigée en français, et retrouvée dans les papiers de l’ACC au Brésil, semble justement indiquer des difficultés à traiter avec le réseau consulaire brésilien: “Si nous avons dû vaincre de grandes difficultés pour organiser notre affaire, elles ne sont rien à côté des vicissitudes éprouvées par le fait des chefs de légations et consuls généraux de votre pays, ou du moins de quelques-uns.”34 Difficile d’en savoir plus. Disons toutefois que cette petite note illustre l’état de tension régnant dans les ports d’embarquement.

3. De précipitations en drames: vers la dénonciation du contrat

  • 35 Nous remercions ici les professeurs Francesco Surdich et Chiara Vangelista (Université de Gênes) (...)

29Avec ces enchevêtrements de compétences, ce désir des maisons de commerce européennes de faire du recrutement et du transport d’émigrants une activité commerciale rentable, nul doute que le premier grain de sable allait gripper la belle mécanique mise en place par l’Association centrale et la maison Beaucourt, agissant toutes deux dans l’urgence, pour tenir les délais impartis et respecter les quantités demandées. Et il n’y en eut pas qu’un grain de sable ! Commençons par l’affaire de la Liguria, du nom d’un navire de transport d’émigrants: les tractations commerciales et politiques, ainsi que les procédures judiciaires auxquelles cette affaire a donné lieu, sont édifiantes. Le 10 mars 1858, le brigantin Liguria quitte le port de Gênes, avec à son bord 478 émigrants adressés à l’Association Centrale de Colonisation.35 Cet “envoi” est à porter au crédit de la maison Beaucourt, dont les compétences régionales incluent les ports italiens – malheureusement nous ne savons pas comment ni par qui ces colons ont été recrutés, de même que nous ne savons pas comment ce voilier a été affrété. On peut simplement s’interroger sur la pertinence de recourir à un voilier alors que le gouvernement brésilien recommande justement le transport des émigrants sur des navires à vapeur. Ces émigrants sont donc ce que l’on appellera au Brésil, pour pointer du doigt les errements de cette maison commerciale, des colons Beaucourt

  • 36 Archivo di Stato de Torino (AST), Corti Straniere Brasile, Colonizzazione; Divisione 2, n. 3434, (...)

30Et dans un tel climat de précipitation, faut-il s’en étonner, rien ne se passe comme prévu: le manque de provisions et manque de vent font qu’après 34 jours de navigation, 25 émigrants ont trouvé la mort.36

  • 37 Journal de l’assureur et de l’assuré, tome XII, année 1859, p. 131.

Le navire Liguria étant arrivé à Gibraltar dut en repartir immédiatement pour Mahon; mais arrivé près de ce port, les émigrants s’insurgèrent et obligèrent le capitaine à se diriger vers le Frioul, près de Marseille, où les passagers furent débarqués. Ils refusèrent absolument de rentrer à bord, et en vertu d’un arrêté préfectoral, la Liguria fut placée sous séquestre et les émigrants rapatriés par les soins de l’autorité.37 

  • 38 Idem, ibidem.
  • 39 Le jugement en appel est publié dans divers journaux, dont Le Sémaphore de Marseille (10/11/1958) (...)

31Commence alors la première grande tension entre Beaucourt et l’ACC. Mais dans un premier temps, ne relevant qu’une “circonstance malheureuse qui entraîna une perte de 118 mille francs” (Beaucourt 1858), la Maison Beaucourt décide de se tourner vers ses assureurs. Elle avait en effet contracté, à Marseille, auprès d’un représentant de la compagnie générale de Trieste et Venise et de la Société romaine d’assurance maritime et fluviale, une assurance sur les passages et vivres des colons: “Le voyage ainsi rompu, Beaucourt et Cie signifièrent le délaissement aux assureurs, et attendu le refus de ceux-ci, les citèrent devant le tribunal de commerce de Marseille”.38 Le refus du gérant des compagnies d’assurance de reconnaître la compétence du tribunal de commerce de Marseille sera invalidé en 1ère instance, confirmé en appel, et également en cassation.39 N’arrivant donc pas à obtenir un rapide gain de cause auprès des assureurs, Beaucourt et Cie essaie alors de plaider sa bonne foi envers l’ACC. Certes, l’article 9 du contrat avec l’Association stipule que cette dernière ne tient compte que des colons reçus dans le port de débarquement. Pour autant, “H. Beaucourt et Cie ne peuvent s’empêcher de faire la remarque qu’ils eussent pu rendre l’Association responsable de cette perte subie, puisque cet embarquement fut effectué en Italie par un agent envoyé par l’association centrale de colonisation” (Beaucourt 1858).

32Autour de cette affaire de la Liguria, dont nous n’avons malheureusement pas pu connaître l’ensemble du dossier et notamment ce qu’il advint des émigrants à leur retour, nous pouvons toutefois relever qu’un véritable bras de fer commercial met aux prises les deux parties, puisque de fortes sommes sont en jeu: alors que Beaucourt dit vouloir “exécuter loyalement ses engagements”, l’Association se plaint que Beaucourt envoie des colons malgré ses ordres contraires. Beaucourt s’insurge de n’avoir reçu qu’”un seul envoi de 200 milles francs” (Beaucourt 1858) en tout et pour tout au cours de l’année 1858. Elle se prévaut pourtant de l’appui inflexible du directeur de l’ACC, Bernardo Nascentes Augusto de Azambuja. Toutefois, ce dernier a été remercié par le gouvernement brésilien en mai 1858, justement pour sa mauvaise gestion de l’affaire. Azambuja adressa à Beaucourt une lettre en date du 14 mai 1858: “Je viens de signer au bureau de l’Association centrale de colonisation la dernière lettre officielle que vous recevrez de moi. Dans trois jours, un nouvel administrateur sera nommé par le gouvernement”. Très amer, Azambuja reconnaît que le contrat entre le gouvernement et l’association est impraticable, étant donné que “le gouvernement ne remplit aucune des conditions stipulées, notamment le paiement des subventions” (Beaucourt 1858).

  • 40 AHI, 268-1-2, 29/12/1858.

33L’Association, désormais placée sous le contrôle du gouvernement, semble changer d’attitude vis-à-vis de la maison de commerce française, dénonçant les “faits abusifs que la Maison Beaucourt et Cie a pratiqué en France et dans ce Royaume, dans la remise de colons”.40 On trouve toutefois sous la plume d’un voyageur français, Adolphe d’Assier, un jugement assez différent:

Pour aller plus vite en besogne, l’Association chargea une maison de Paris de fournir ce contingent. 50 milreis représentent une somme de 125 francs promis par tête d’émigrant, et l’agence parisienne se mit aussitôt à lancer des prospectus et à ‘faire le colon’, prenant de toute main, sans s’inquiéter des capacités colonisatrices de ceux qui se présentaient, si bien que, devançant les Brésiliens, elle fit arriver à Rio de Janeiro quatorze cents colons avant que la compagnie eût préparé les moyens d’installation. Les récriminations les plus vives s’élevèrent aussitôt contre une telle imprévoyance. (D’Assier 1867, 284-285)

  • 41 MAE, CCC, Rio de Janeiro, vol. 12, 11/11/1857.
  • 42 MAE, CCC, Rio de Janeiro, vol. 12, 20/11/1857.
  • 43 https://historiadefriburgo.blogspot.com/2010/03/escravos-ou-colonos.html. Site visité le 20 juill (...)

34Il est vrai que l’Association centrale rencontre, au Brésil, d’importantes difficultés à convaincre les planteurs de recourir aux colons. Voilà pourquoi, à défaut de demande, elle a voulu multiplier l’offre en adressant pour cela, comme le souligne le chargé d’affaires français, “des instructions à des agents d’Europe pour encourager et faciliter autant que possible la venue de colons au Brésil”.41 Le chargé d’Affaires dénonce la “tiédeur des propriétaires brésiliens résistant à l’emploi du colon, même au détriment de leurs intérêts, tant qu’il leur reste assez d’esclaves pour pouvoir cultiver à peu près leurs terres”.42 Même le gouvernement brésilien, par l’intermédiaire du président du Conseil, le Marquis d’Olinda, reconnaît publiquement cette situation, dans un discours de juin 1858: “Je ne sais par quel malheur nos planteurs qui, au commencement, se montraient très désireux de les avoir dans leurs plantations, hésitent aujourd’hui à les accepter” (Beaucourt 1858). Dès lors le ministère n’hésite pas à entrer en scène pour relayer cette propagande, en adressant, en 1858, à toutes les câmaras des régions qui pourraient faire l’objet d’une colonisation agricole, un avis informant que l’ACC met à la disposition des fazendeiros, des colons déjà transportés. C’est le cas de Nova Friburgo.43

35Faut-il dès lors s’étonner si des problèmes surgissent au moment de l’arrivée des émigrants au Brésil. Leur sortie des navires ou des hôtelleries d’émigrants dépend de la signature d’un contrat avec un entrepreneur ou un fazendeiro, de sorte à ce que le remboursement des frais de transport soit clairement stipulé dans le nouveau contrat. Or, la faible demande côté brésilien, fait que peu de contrats sont signés. Le chargé d’Affaires français à Rio n’hésite pas à parler de séquestration:

  • 44 MAE, CCC, Rio de Janeiro, vol. 12, 18/11/1857.

Il y a toujours en effet quelque chose de pénible à voir cette agglomération de familles pauvres et manquant pour la plupart du nécessaire, accueillies très provisoirement comme elles le sont dans un asile commun d’où elles ne peuvent d’abord sortir, envoyées ensuite dans des localités mal connues à la disposition d’engageurs n’offrant souvent aucune des garanties désirables […]. J’ai eu quelque altercation assez vive avec le Président de l’Association au sujet de la séquestration des colons Français lors de leur arrivée; et j’ai fini par obtenir qu’elle cessât et qu’ils vinssent librement en ville chercher des placements. J’ai obtenu aussi qu’ils y restassent, si telle était leur volonté, moyennant l’obligation prise par eux de rembourser le prix de leur passage.44 

  • 45 Jornal do Commercio, 15/12/1858.

36Certes, cela ne semble plus relever des compétences des agences européennes. Pour autant, les colons Beaucourt font toujours les gros titres de la presse au Brésil. Et c’est rarement pour louer les mérites de cette “bande de vauriens” (Ribeyrolles 1860)! Prenons le cas du Lahore, en provenance de Bordeaux, entré dans le port de Rio le 14 décembre 1858, avec à son bord 156 colons français. Une petite notice, insérée dans la presse locale, signale son arrivée et précise que “le capitaine ne sait vers quelle compagnie les diriger”.45 Une telle incise n’a pas été placée là par hasard: alors que le contrat avec Beaucourt doit prendre fin au 31 décembre, il s’agit de toute évidence d’attirer l’attention de l’Association centrale sur cette nouvelle arrivée. Un mandataire de l’Association s’est donc rendu à bord du navire, où demeuraient les colons, et les engagea à “prendre passage pour le Mucuri” (Ribeyrolles 1860).

37Cette entreprise du Mucuri, dont il est question, se trouve dans la province de Minas Gerais: il s’agit d’une compagnie de navigation et commerce qui se donnait pour ambition d’ouvrir des voies de communication entre la mer et l’intérieur de la province, à travers près de 500 km de forêt vierge (Silva 2009). Elle prévoyait aussi d’installer le long de cette voie, à la fois fluviale et terrestre, des colonies agricoles pour servir de stations intermédiaires – Philadelphia et Urucú sont déjà ouvertes en 1858. Le directeur de cette compagnie, Teófilo Ottoni, fut actionnaire de l’ACC dans ses premiers mois d’existence, mais a pris ses distances pour mettre en place ses propres filières de recrutements – en Allemagne principalement. Dans son rapport annuel sur l’état de la colonie du Mucuri, publié en 1859, il jette l’opprobre sur les qualités du recrutement des colons par les agents de l’ACC, en citant nommément la maison Beaucourt à Paris:

Beaucoup ont été recrutés dans les tavernes et places publiques de l’Europe. Il y avait entre eux des maquerelles, d’anciens marins et d’anciens soldats […]. Ils avaient, c’est vrai, signé des contrats à Rio de Janeiro, par lesquels ils se soumettaient aux mêmes conditions que les autres colons de la Compagnie du Mucuri – mais étrangers pour la plupart à la vie des champs, ils ont pris peur face à la forêt vierge, et comparant le peu que donne la Compagnie avec tout ce qui leur a été promis en Europe, la déception a produit au début des récriminations, et ensuite le découragement et le mépris. (Ottoni 2002, 117)

38Les colons du Lahore font partie de ces malheureux qui ont été dupés par les belles promesses des agents Beaucourt. Ne sachant trop quel serait leur destin avec cet engagement pour Mucuri, ils se sont donc tournés vers le consul français “qui les rassura” (Ribeyrolles 1860). Arrivés sur place, quelle ne fut pas leur déception ! D’emblée ils refusèrent d’accepter les lots de terre, “parce qu’il y avait à leurs yeux, violation de contrat. On leur avait promis en Europe des terres déjà défrichées, des habitations prêtes, des récoltes prochaines, et on leur ouvrait la forêt” (Ribeyrolles 1860). On leur avait promis également de rembourser la somme mise en dépôt avant le départ, et rien ! Teofilo Ottoni a beau les qualifier de “comédiens”, cela ne règle pas leur problème: il y eut “20 morts en 2 mois et 86 ont été renvoyés à Rio à l’hôpital de la Miséricorde” (Ribeyrolles 1860). Vers qui pouvaient-ils se tourner pour obtenir réparation? Charles Ribeyrolles, observateur compatissant de ce drame humain, évaluera les raisons d’un tel désastre, rejetant la responsabilité sur tous les acteurs impliqués: au Brésil, les associations ou compagnies, qui “n’ont pas de prévoyance”, et en Europe, les “agents intermédiaires sans scrupule, sans probité” (Ribeyrolles 1860). Par pur intérêt spéculatif, après avoir mesuré combien le recrutement et transport de colons constituait une activité commerciale à forte valeur ajoutée, la maison Beaucourt a pris part à ce que l’on appellait la traite des blancs. Elle est l’une des nombreuses maisons de commerce européenne à avoir succombé à cet argent facile gagné sur la promesse d’une impossible liberté, ce que Céline Flory qualifie de “liberté forcée”.

4. Pour conclure

39L’Association centrale n’a pas survécu à ses déboires avec la maison Beaucourt. Même reprise en main par le gouvernement, elle vivote encore un peu, mais en 1865 un rapport laconique du Ministère de l’Agriculture annonce: «Association Centrale de Colonisation: cette association se trouve dissoute. Les services qui lui incombaient en faveur des émigrants et colons […] relèveront désormais d’un agent subordonné à ce ministère» (Laemmert 1865, 126). Ce triste épisode des colons Beaucourt, livrés à l’appétit féroce d’un agent de commerce peu scrupuleux, s’ajoute à une longue liste de drames humains qui va contribuer à modifier les législations en Europe et au Brésil, pour mieux encadrer les migrations. En 1860, les agences françaises désirant se spécialiser dans le recrutement et transport d’émigrants devront obtenir un accord préalable du gouvernement. Quant au Brésil, c’est en 1875 qu’il interdira l’immigration sous contrat, pour éviter d’être accusé sur la scène internationale de se livrer à de nouvelles formes de trafics humains (Lessa et Suppo 2016). Interdiction provisoire puisque quatre années plus tard, en 1879, la loi Sinimbu, prenant également acte des conséquences de la loi du Ventre Libre (1871), qui faisait de tout nouveau-né d’une mère esclavisée un enfant libre, et prévoyait un passage graduel du travail esclave au travail sous contrat, a mis au point une nouvelle réglementation de la location de services dans l’agriculture, pour tous les travailleurs nationaux et étrangers (Lamounier 1986).

  • 46 MAE, CCC, Rio de Janeiro, vol. 12, 21/12/1858.

40Mais pour revenir à notre cas d’étude, précisons que tout au long de l’année 1858, la maison Beaucourt (tout comme celle de Charles Delrue, d’ailleurs, lors de la décennie précédente, et de tant d’autres en Europe) a participé d’un projet plus général de restructuration de la force de travail à l’échelle atlantique: l’engagisme, qu’il concerne les populations africaines ou européennes, semble bien être un succédané de la traite. Toutefois, pour faire bonne figure et séduire de futurs colons, ces agences spécialisées dans le recrutement et transport des émigrants ont accolé les idées de modernité et de progrès à ces nouvelles formes de migrations, tentant même de distinguer la qualité de ce commerce de celui, de plus en plus critiqué, des populations africaines, indiennes ou asiatiques dont on déplore une forme d’“esclavage pour dettes” (Stanziani 2013; Vidal 2016). Il est vrai que cette profession nouvelle s’est appuyée sur tout un ensemble de dispositifs modernes, allant de la publicité dans la presse populaire jusqu’à l’utilisation des trains et des navires vapeurs. Aussi, attiré par l’appât du gain, Henri Beaucourt a-t-il fait de l’Europe son terrain de chasse: à la fin de l’année 1858, les 511 colons français transportés au Brésil représentent un peu moins du tiers des engagés par Beaucourt. Parmi eux, nous savons que 160 sont allés au Rio Grande do Sul, dans les colonies provinciales, 190 dans la colonie du Mucuri, les autres étant restés à Rio.46 Ce qu’il est advenu d’eux est une autre histoire.

Topo da página

Bibliografia

Alencastro, Luiz Felipe de (2000). O trato dos viventes: formação do Brasil no Atlântico Sul. São Paulo: Companhia das Letras.

Azambuja, Bernardo Augusto Nascentes de (1853). “Projecto de estatutos de uma associação central de colonisação e trabalho livre na cidade do Rio de Janeiro”. Diário do Rio de Janeiro, 06/02/1853.

Barão de Muritiba (1859). Relatório da Associação Central de colonisação apresentado á Assembleia Geral dos accionistas na sessão de 18 de janeiro de 1859 pelo Barão de Muritiba, presidente da mesa. Rio de Janeiro: Typ. Imp. e Const. de J. Villeuneuve e C.ª.

Baril, V.L. [Comte de La Hure] (1859). Principes pour la fondation de colonies au Brésil. Rio de Janeiro: Typ. Française de Frédéric Arfvedson.

Beaucourt, E. (1858). Immigration et colonisation au Brésil. Paris: Imp. Leclerc, 16 rue d’Hauteville.

Carvalho, Hypollite (1858). Le Brésil au point de vue de l’émigration et du commerce français. Paris: Garnier.

Christopher, Emma; Pybus, Cassandra; Rediker, Marcus (2007). Many Middle Passages: Forced Migration and the Making of the Modern World. Berkeley, CA: U. of California Press.

Chrysostomo, Maria Isabel de Jesus; Vidal, Laurent (2014). “Do depósito à hospedaria de imigrantes: gênese de um ‘território da espera’ no caminho da emigração para o Brasil”. História, Ciência, Saúde, Revista Manguinhos, 21 (1), pp. 195-217.

Cravo, Télio Anísio; Rodrigues, Pedro Conterno; Godoy, Marcelo Magalhães (2020). “Imigração internacional e contratos de trabalho no Império do Brasil: colonos europeus na construção de estradas na década de 1830”. Almanack [online], 25.

D’Assier, Adolphe (1867). Le Brésil contemporain. Races, mœurs, institutions, paysage, colonisation. Paris: Durand et Lauriel.

Emmer, Pieter (ed) (1986). Colonialism and Migration: Indentured Labour before and after Slavery. Dordrecht: Martinus Nijhoff.

Expilly, Charles (1864). Du mouvement d’émigration par le port de Marseille. Marseille: Typographie Roux.

Faculdade de Direito de São Paulo (1862). “Bachareis formados pela Faculdade de Direito de S. Paulo, desde a sua fundação, que teve lugar em 1828”, in J. R. de A. Marques, Memorial paulistano para o anno de 1863. São Paulo: Typ. Imparcial, p. 89-215.

Flory, Céline (2015). De l’esclavage à la liberté forcée. Histoire des travailleurs africains engagés dans la Caraïbe française au XIXe siècle. Paris: Khartala.

Gonçalves, Paulo Cesar (2017). “Escravos e imigrantes são o que importam: fornecimento e controle da mão de obra para a economia agroexportadora oitocentista”. Almanack, 17, pp. 307-361.

Heflinger, José Eduardo (2010). A revolta dos parceiros na Ibicaba. São Paulo: Unigráfica.

Hoefte, Rosemarijn (2017). “Indenture in the Long Nineteenth Century”, in D. Eltis et al. (eds), The Cambridge World History of Slavery. Cambridge: Cambridge U. Press, pp. 610-632.

IBGE (2000). Brasil: 500 anos de povoamento. Rio de Janeiro: IBGE.

Kodama, Kaori (2008). “Os debates pelo fim do tráfico no periódico O Philantropo (1849-1852) e a formação do povo: doenças, raça e escravidão”. Revista Brasileira de História, 28 (56), pp. 407-430.

Kodama, Kaori et al. (2012). “Mortalidade escrava durante a epidemia de cólera no Rio de Janeiro (1855-1856): uma análise preliminar”. História, Ciências, Saúde – Manguinhos, 19 (supl.), pp. 59-79.

Laemmert (1865). Almanaque Laemmert. Rio de Janeiro: Laemmert.

Lamounier, Maria Lúcia (1986). “O trabalho sob contrato: a lei de 1879”. Revista Brasileira de História, 6 (12), pp. 101-124.

Lamounier, Maria Lúcia (1988). Da Escravidão ao Trabalho Livre. Rio de Janeiro: Papirus.

Legoyt, Alfred (1861). L’émigration européenne, son importance, ses causes, ses effets. Paris: Guillaumin et Cie.

Lessa, Mônica; Suppo, Hugo (2016). “L’émigration interdite: le cas France-Brésil entre 1875 et 1908”, in L. Vidal, T. R. De Luca (eds), Les Français au Brésil XIXe-XXe siècles. Paris: Indes Savantes, 2ème éd. augmentée, pp. 93-127.

Mendonça, Joseli Maria Nunes (2012). “Leis para ‘os que se irão buscar’ – imigrantes e relações de trabalho no século XIX brasileiro”. História: Questões & Debates, 56, pp. 63-85.

Moya, José C. (2007). “Modernization, modernity, and the trans/formation of the Atlantic world in the nineteenth century”, in J. Canizares-Esguerra, E. R. Seeman (eds), The Atlantic in Global History 1500-2000. New York: Routledge, pp. 179-198.

Moya, José C. (2021). Atlantic Crossroads. Webs of Migration, Culture and Politics between Europe, Africa and the Americas, 1800–2020. London: Routledge.

Northrup, David (1995). Indentured Labor in the Age of Imperialism, 1834-1922. Cambridge: Cambridge U. Press.

Ottoni, Teófilo (2002 [1859]). Notícia sobre os selvagens do Mucurí. Edição organizada por Regina Horta Duarte. Belo Horizonte: Ed. UFMG.

Relatório (1856) da repartição geral das terras publicas apresentado em 28 de Abril de 1856 ao Illm. e Exm. Sr. Conselheiro Luiz Pedreira do Coutto Ferraz, Ministro e Secretario de Estado dos Negocios do Imperio. Rio de Janeiro: Emp. Nacional.

Reybaud, Charles (1856). Le Brésil. Paris: H. Guillaumin.

Ribeyrolles, Charles (1860). “Compagnie brésilienne du Mucury. Colons-propriétaires”. Courrier du Brésil, 30/09/1860.

Santos, Marco Aurélio dos (2017). “Migrações e trabalho sob contrato no século XIX”. História [online], 36.

Silva, José Eloy Pessoa da (1826). Memória sobre a escravatura e projecto de colonisação dos europeos e pretos da África no Império do Brazil. Rio de Janeiro: Imperial Typographia de Plancher.

Silva, Lígia Osório (2001). “Propaganda e realidade: a imagem do Império do Brasil nas publicações francesas do século XIX”. Theomai [online], 3.

Silva, Werder Ferreira da (2009). Colonização, política e negócios: Teófilo Benedito Ottoni e a trajetória da Companhia do Mucurí (1847-1863). Mariana (MG): UFOP (Dissertação de mestrado).

Stanziani, Alessandro (2013). Labour, Coercion, and Economic Growth in Eurasia, 17th-20th Centuries. Leiden and Boston: Brill.

Steinfield, Robert J. (2001). Coercion, Contract, and Free Labor in the Nineteenth Century. Cambridge: Cambridge U. Press.

Vidal, Laurent (2014). Ils ont rêvé d’un autre monde. 1841: 500 Français partent au Brésil fonder un nouvel Eden. Paris: Flammarion.

Vidal, Laurent (2016). “1858, le Regina Cœli. Le monde dans un bateau”. L’Histoire, 420, pp. 70-75.

Topo da página

Notas

1 On trouve aussi la graphie “Beaucours”. Nous avons pris la décision de s’en tenir à la graphie “Beaucourt”, plus fréquente sur les documents consultés.

2 La loi 276 du 05/02/1826 autorise la création d’un noyau colonial dans chaque province de l’Empire (Da Silva 1826). En 1835, l’entrepreneur João Henrique Freese reçoit l’autorisation d’ouvrir des routes et d’organiser des colonies (province de Rio de Janeiro). En 1836, est créée à Rio de Janeiro la “Sociedade Promotora de Colonização do Rio de Janeiro”. En 1840, la loi n.° 220 permet d’organiser des colonies agricoles ou industrielles sur des terres dévolues.

3 N’oublions pas toutefois les premières mutineries de colons qui ont eu lieu dans les provinces de Minas Gerais (colonie de Mucury) et de Bahia (colonie Belmonte) entre 1848 et 1849 (Relatório ao Presidente da Província da Bahia, 20/04/1849).

4 Ministère des Affaires Etrangères (MAE), Correspondance Commerciale et Consulaire (CCC), Rio de Janeiro, vol. 11, 12/07/1855.

5 Idem.

6 Arquivo Público do Estado do Rio de Janeiro (APERJ), PP-7-9-3, fl. 126, 26/07/1859.

7 APERJ, PP-7-9-3, fl. 126, 26/07/1859.

8 Jornal do Commercio, ano XXXII, 17/03/1857.

9 Jornal do Commercio, ano XXXIII, 15/06/1858.

10 MAE, CCC, Rio de Janeiro, vol. 12, 21/12/1858.

11 MAE, CCC, Rio de Janeiro, vol. 12, 11/11/1857.

12 AHI, 225-2-1, 02/03/1857.

13 MAE, CCC, Rio de Janeiro, vol. 12, 18/11/1858.

14 Annaes do Parlamento Brazileiro. Camara dos Srs Deputados. Sessão de 1861, tomo 5, Rio de Janeiro, Typografia Imperial e Constitucional de J. Villeneuve e Cia, 1861, p. 209.

15 Jornal do Commercio, 03/05/1858.

16 MAE, CCC, vol. 12, 28/11/1857.

17 “Contracto para engajamento, transporte de emigrantes europeos para o Imperio do Brazil celebrado entre Beaucourt e Cia por seu procurador n’esta corte e a Associação Central de Colonização”, IHGB, Coleção Marques de Olinda – Notação DL 216.46. Voir aussi: AHI, 225, 2, 2, 01/03/1859; MAE, CCC, vol. 12, 28/11/1857.

18 Bulletin des lois, XIe série, deuxième semestre 1860, partie principale, t. XVI, p. 182-184.

19 Jornal do Commercio, 14/06/1853.

20 Annaes do Parlamento Brazileiro. Camara dos Srs Deputados. Sessão de 1861, tomo 5, Rio de Janeiro, Typografia Imperial e Constitucional de J. Villeneuve e Cia, 1861, p. 208.

21 Correio Mercantil, Rio de Janeiro, 01/11/1853

22 Annaes do Parlamento Brazileiro. Camara dos Srs Deputados. Sessão de 1861, tomo 5, Rio de Janeiro, Typografia Imperial e Constitucional de J. Villeneuve e Cia, 1861, p. 209.

23 “Contracto para engajamento, transporte de emigrantes europeos para o Imperio do Brazil celebrado entre Beaucourt e Cia por seu procurador n’esta corte e a Associação Central de Colonização”, IHGB, Coleção Marquês de Olinda.

24 “13 de fevereiro de 1858. Ilmo. Marquês de Olinda – Presidente do Conselho de Ministros, e Ministro e Secretario de Estado dos Negocios do Imperio” (IHGB – Coleção Marquês de Olinda – Notação DL 216.46); Barão de Muritiba (1859).

25 APERJ – Fundo Presidente da Província – Notação 007, cx 003, p. 131-141, ofícios dirigidos ao Ministério dos Negócios do Império e as Câmaras, 29/12/1858 et 10/02/1859.

26 Document reproduit dans l’article de Charles Ribeyrolles, “Compagnie brésilienne du Mucury. Colons-propriétaires, Courrier du Brésil, 30/09/1860.

27 Idem.

28 Association Centrale de Colonisation, Emigration pour le Brésil. Strasbourg: Imprimerie Christophe, 1858.

29 Jornal do Commercio, 03/05/1858.

30 AHI, 266/1/3.

31 MAE, CCC, Rio de Janeiro, vol. 12, 11/11/1857.

32 AHI, 225-2-2, 10/05/1859.

33 AHI, 266/1/3.

34 IHGB, Coleção Marquês de Olinda – Lata 213. Doc. 5.

35 Nous remercions ici les professeurs Francesco Surdich et Chiara Vangelista (Université de Gênes) pour les précisions apportées à la compréhension de cette affaire.

36 Archivo di Stato de Torino (AST), Corti Straniere Brasile, Colonizzazione; Divisione 2, n. 3434, Torino, 12, Maggio 1858.

37 Journal de l’assureur et de l’assuré, tome XII, année 1859, p. 131.

38 Idem, ibidem.

39 Le jugement en appel est publié dans divers journaux, dont Le Sémaphore de Marseille (10/11/1958); Le Droit, 09/03/1859; Le Droit, 28/11/1860.

40 AHI, 268-1-2, 29/12/1858.

41 MAE, CCC, Rio de Janeiro, vol. 12, 11/11/1857.

42 MAE, CCC, Rio de Janeiro, vol. 12, 20/11/1857.

43 https://historiadefriburgo.blogspot.com/2010/03/escravos-ou-colonos.html. Site visité le 20 juillet 2021.

44 MAE, CCC, Rio de Janeiro, vol. 12, 18/11/1857.

45 Jornal do Commercio, 15/12/1858.

46 MAE, CCC, Rio de Janeiro, vol. 12, 21/12/1858.

Topo da página

Para citar este artigo

Referência do documento impresso

Laurent Vidal e Maria Isabel de Jesus Chrysostomo, «La marchandisation de l’émigration française au Brésil: la Maison Beaucourt, 1857-1859»Ler História, 80 | -1, 113-136.

Referência eletrónica

Laurent Vidal e Maria Isabel de Jesus Chrysostomo, «La marchandisation de l’émigration française au Brésil: la Maison Beaucourt, 1857-1859»Ler História [Online], 80 | 2022, posto online no dia 14 juin 2022, consultado no dia 27 juin 2022. URL: http://journals.openedition.org/lerhistoria/10353; DOI: https://doi.org/10.4000/lerhistoria.10353

Topo da página

Autores

Laurent Vidal

La Rochelle Université, France

lvidal@univ-lr.fr

Maria Isabel de Jesus Chrysostomo

Universidade Federal de Viçosa, Brasil

isachrysostomo@ufv.br

Topo da página

Direitos de autor

Licence Creative Commons
Ler História está licenciado com uma Licença Creative Commons - Atribuição-NãoComercial 4.0 Internacional.

Topo da página
  • Logo ISCTE-IUL
  • Logo FCT
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Pesquisar OpenEdition Search

Você sera redirecionado para OpenEdition Search