Navigation – Plan du site
Chaires annuelles

Rapprocher les regards

La restauration visuelle en perspectives
José-Alain Sahel 
p. 11

Notes de la rédaction

La chaire Innovation technologique Liliane Bettencourt reçoit le soutien de la fondation Bettencourt-Schueller.

L’intégralité de la leçon inaugurale est consultable sur le site www.college-de-france.fr, à la page du Professeur.

Leçon inaugurale à paraître aux éditions Fayard.

Texte intégral

  • 1 Jean-Luc Marion, Ce que nous voyons et ce qui apparaît, éditions INA, 2015

1Restaurer la vision, ce n’est pas reproduire une image du réel, ce dont nous connaissons le caractère illusoire, c’est nourrir le flux qui va du monde à nous, en nous. Car le système visuel, depuis la mosaïque des photorécepteurs jusqu’au cerveau, est une unité fonctionnelle, structurée en modules anatomo-fonctionnels parallèles qui traitent l’information d’emblée et constamment, dans une fluidité qui concilie mise en alerte permanente, mobilisation des ressources de l’attention, de l’expérience et de la mémoire. Nous ne voyons pas d’images, nous confrontons notre imagination au réel, en codant les paramètres que nous voulons signifiants. Le système fonctionne, dès la rétine, en anticipation, apprise en voyant. Cette prédiction de ce qui est vu, est une manière écologique de gérer un flux trop précis, trop massif de sensations, en économisant l’attention requise par le prévisible et l’insignifiant, au profit d’une focalisation sur ce qui est guetté, laissant des ressources mobilisables par la surprise. Le connu bénéficiant des acquis, d’une forme d’habitude de voir que le réel confirme, une quête de l’inattendu, véritable visée du regard, est en œuvre.1 Le système, adaptatif, anticipateur, apprend aussi à « imprévoir » ! et à se tromper !

  • 2 Michel Foucault, Naissance de la Clinique, Paris, Quadrige/ Presses Universitaires de France, 1963, (...)

2Reconquérir la vision passe, est-ce surprenant, par un apprentissage fondé sur le connu, mobilisant la mémoire, les autres sens dont l’ouïe et le toucher si essentiels aux aveugles, pour reformer une expérience cohérente du réel. Répétition consommatrice de temps et d’efforts, cette étape doit être médiatrice vers une nouvelle possibilité de redécouvrir le monde. Nos patients en parlent comme d’un fatigant plaisir, dont le désir était latent parce qu’impossible à assouvir. Une prose du monde lue comme pour la première fois, reléguant à l’arrière plan le regard habituel dont Proust disait qu’il est nécromancie. Nos patients nous apprennent que, comme l’écrivait Foucault : « Quand il a dénoué ses parentés vieillies, l’œil peut s’ouvrir au ras des choses ; … L’œil, qui a parenté avec la lumière, ne supporte que son présent. Ce qui permet à l’homme de renouer avec l’enfance et de rejoindre la permanente naissance de la vérité, c’est cette naïveté claire, distante, ouverte du regard… Le discours du monde passe par des yeux ouverts, et ouverts à chaque instant comme pour la première fois.2 »

Julie Degardin, I...Julie Degardin, Institut de la vision, Paris, France

Julie Degardin, Institut de la vision, Paris, France

3Dans la situation paradigmatique de la restauration visuelle, les sensations de type visuel perçues par le patient doivent être intégrées sous forme d’images au niveau du siège réel de la vision, le cerveau. Il va falloir, des semaines, des mois de réhabilitation, d’apprentissage pour conquérir une forme de vision utile. Cela mobilisera l’expérience passée, la mémoire, les autres perceptions et nécessitera une motivation sans faille, faisant du patient le véritable expérimentateur. Insérer le revoir : en ces phases où le cerveau, le corps du patient, rencontrent ces nouvelles sensations, survient un bouleversement de l’expérience sensorielle acquise, dans un environnement recomposé de longue date, sinon d’emblée, par le déficit sensoriel. Réinscrire la vision dans la perception n’est en rien peupler et structurer une page blanche, c’est s’introduire dans la discontinuité d’une réaffectation des aires corticales et dans un espace de travail multisensoriel. C’est perturber des équilibres installés et éprouvés depuis des décennies voire depuis la naissance. L’expérience des implants cochléaires est déjà riche et informative. Lors de la privation sensorielle, en particulier congénitale, les aires corticales activées par les signaux codés au niveau rétinien ne se développent pas normalement, comme cela a été démontré principalement par Hubel et Wiesel. De plus les aires dites « visuelles » sont stimulées par d’autres entrées sensorielles. Ainsi les aveugles lisent le Braille avec leur cortex visuel et activent la même aire de reconnaissance des lettres que les voyants, comme cela a été démontré par Amir Amedi, Laurent Cohen et Stanislas Dehaene. Ce seul exemple parmi beaucoup d’autres en physiopathologie sensorielle illustre d’une part les admirables capacités de remodelage, d’adaptation, de plasticité des réseaux neuronaux, d’autre part la notion d’un espace multimodal ou plutôt supramodal de perception.

Haut de page

Notes

1 Jean-Luc Marion, Ce que nous voyons et ce qui apparaît, éditions INA, 2015

2 Michel Foucault, Naissance de la Clinique, Paris, Quadrige/ Presses Universitaires de France, 1963, p. 64

Haut de page

Table des illustrations

Titre Julie Degardin, Institut de la vision, Paris, France
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3199/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

José-Alain Sahel , « Rapprocher les regards », La lettre du Collège de France, 41 | 2016, 11.

Référence électronique

José-Alain Sahel , « Rapprocher les regards », La lettre du Collège de France [En ligne], 41 | 2015-2016, mis en ligne le 01 novembre 2016, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/3199 ; DOI : 10.4000/lettre-cdf.3199

Haut de page

Auteur

José-Alain Sahel 

Innovation technologique Liliane Bettencourt
2015 – 2016

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page