Navigation – Plan du site
Professeurs invités au Collège de France

Regard sur la lexicographie du français médiéval

Takeshi Matsumura
p. 58

Notes de la rédaction

M. Takeshi Matsumura a été invité par l’Assemblée des professeurs, sur la proposition du Pr Michel Zink.

Retrouvez les enregistrements audio de ces conférences sur le site www.college-de-france.fr, à la page du Pr. Zink.

Texte intégral

Takeshi Matsumura...Takeshi Matsumura, professeur à l’Université nationale de Tokyo

Takeshi Matsumura, professeur à l’Université nationale de Tokyo

1Pour étudier ou comprendre le vocabulaire du français médiéval, on dispose de grands dictionnaires. Parmi les ouvrages terminés, les plus utiles sont le Dictionnaire de l’ancienne langue française de Frédéric Godefroy (10 vol., 1880-1902), l’Altfranzösisches Wörterbuch d’Adolf Tobler et Erhard Lommatzsch (11 vol., 1915-2002) et le Französisches Etymologisches Wörterbuch de Walther von Wartburg (25 vol., 1922-2002). Et comme ouvrages en cours, on a le Dictionnaire étymologique de l’ancien français commencé en 1971 par Kurt Baldinger, poursuivi ensuite par Frankwalt Möhren et désormais par Thomas Städtler ; le Dictionnaire du Moyen Français de Robert Martin, dont la version 2015 vient d’être mise en ligne ; et l’Anglo-Norman Dictionary qui, après sa 1re édition de 1977 à 1992, est aujourd’hui sur internet dans sa 2e édition en cours, animée par David Trotter jusqu’à sa mort récente. Mais il manquait un instrument de travail en un volume, fondé sur les acquis de la lexicographie. Le Dictionnaire du français médiéval que j’ai publié en 2015 (Les Belles Lettres) a pour objectif de remédier à cette carence.

2Les trois grands dictionnaires terminés servent naturellement de base pour rédiger chaque article. Mais rien ne se fait mécaniquement. On doit être toujours vigilant pour ne pas répéter les erreurs de nos prédécesseurs. Pour cela, il est parfois nécessaire de retourner aux sources manuscrites. Par exemple, le mot airon que Godefroy a relevé dans Les Miracles de Nostre Dame de Gautier de Coinci est une lecture erronée de la leçon arçon par l’abbé Poquet, que le lexicographe a recueillie sans examen en l’attribuant de plus au manuscrit dit de Soissons (Bibliothèque nationale de France, nouvelles acquisitions françaises 24541). De même, le mot arrerai que Tobler et Lommatzsch ont cité sans définition d’après La Branche des royaux lignages de Guillaume Guiart est une faute de lecture de l’éditeur Buchon, le manuscrit (Bibliothèque nationale de France, fonds français 5698, p. 107a) donnant anemis à sa place. Si ces mots ne sont pas recueillis dans mon dictionnaire, c’est que je les considère comme inexistants.

3Les citations doivent aussi être contrôlées, car il arrive à nos prédécesseurs de se tromper de plusieurs façons (passages tronqués, attributions erronées, mauvaise compréhension ou datation, etc.). De plus, ils n’enregistrent pas toujours les plus anciens témoignages. Si l’on examine comment le substantif pieton « fantassin » est traité dans les dictionnaires, on s’aperçoit tout de suite qu’ils ont négligé son attestation la plus ancienne, qu’on trouve dans La Branche des royaux lignages de Guillaume Guiart (t. 2, vers 7897 de l’édition Buchon ; leçon confirmée par le manuscrit, p. 285a). De même, bien que les dictionnaires récents considèrent que Geoffroi Gaimar, auteur de l’Estoire des Englais, est le premier à avoir utilisé l’adverbe hastivement, celui-ci apparaît plus tôt dans le Psautier de Cambridge et le Voyage de saint Brendan de Benedeit. Malgré sa dimension restreinte, mon dictionnaire s’efforce de recueillir en cas de besoin des attestations négligées par nos prédécesseurs.

4Depuis le début des études romanes, l’aspect géographique du vocabulaire n’a pas échappé à quelques savants. Les érudits comme Gaston Paris, Antoine Thomas, Félix Lecoy, Kurt Baldinger, Albert Henry ou Gilles Roques ont chacun montré comment tel ou tel mot avait une diffusion restreinte en français médiéval. Pourtant, le dictionnaire de Godefroy et celui de Tobler et Lommatzsch n’ont pas suffisamment insisté sur cet aspect et leurs lecteurs pouvaient difficilement comprendre que les mots tels que conobrage, conobrer, essancier et sancier n’appartenaient pas au français médiéval standard. Seule une consultation assidue du dictionnaire étymologique de Wartburg et des travaux de lexicographes publiés dans Romania, Revue de linguistique romane ou Zeitschrift für romanische Philologie, etc. pouvait leur donner des indications utiles sur la diffusion plus ou moins restreinte du vocabulaire. Comme j’ai introduit des indications géographiques dans les articles d’un certain nombre de mots en renvoyant au dictionnaire de Wartburg et aux éventuelles références complémentaires, désormais les lecteurs pourront se mettre au courant plus facilement de leur géographie. En effet, le français médiéval (depuis 842 jusqu’à la fin du XVe siècle) n’est pas seulement le francien, mais aussi le français des différentes régions continentales ; il couvre aussi le français employé en Angleterre, Italie et Terre Sainte. C’est la première fois qu’un dictionnaire portatif indique le caractère régional des mots.

5Enfin, pour compléter les acquis de mes prédécesseurs, j’ai tiré un certain nombre de mots en puisant dans des textes qu’ils n’avaient pas dépouillés avec une attention suffisante. Même les monuments littéraires comme la Chanson de Roland nous fournissent des attestations inconnues si l’on s’intéresse aux versions que les lexicographes avaient peu fréquentées. Il n’est pas inutile de sortir parfois des sentiers battus.

6Il est évident que mon Dictionnaire du français médiéval n’est qu’une tentative provisoire. Je ne prétends pas que ce soit le seul instrument imaginable. On y remarquera sans doute que mon utilisation des dictionnaires existants n’est pas assez critique, que mes indications sur le caractère régional sont insuffisantes, que j’ai omis de nombreuses attestations charnières et que mon dépouillement de textes est loin d’être satisfaisant. Mon ouvrage servira alors de contre-exemple. Et pourtant, chacun sait qu’on apprend plus par les mauvais exemples que par les bons exemples. Si donc scandalisé par mon travail quelqu’un veut entreprendre un autre dictionnaire qui le remplace en se fondant sur une conception ambitieuse, il rendra un immense service aux lecteurs et aux lexicographes du français médiéval ou du français tout court.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Takeshi Matsumura, professeur à l’Université nationale de Tokyo
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3565/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Takeshi Matsumura, « Regard sur la lexicographie du français médiéval », La lettre du Collège de France [En ligne], 41 | 2015-2016, mis en ligne le 01 novembre 2016, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/3565

Haut de page

Auteur

Takeshi Matsumura

Université nationale de Tokyo

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page