Navigation – Plan du site
Publications

Ouvrages publiés avec le soutien du Collège de France

p. 76-80

Texte intégral

Jean-Marie Durand, Lionel Marti, Thomas Römer
Colères et repentirs divins,
« Orbis Biblicus et Orientalis 278 », Academic Press, Vandenhoeck & Ruprecht, 2015.

1Ce colloque sur les « Colères et repentirs divins » a réuni des biblistes, des assyriologues, et des spécialistes de l’Égypte, de la Grèce et de la Rome antiques, ainsi que du monde arabe.

2Le motif de la colère divine est en effet une thématique qui est partagée par toutes les civilisations anciennes et qui perdure encore aujourd’hui dans de nombreux discours religieux. Elle suppose l’existence originelle d’une faute suscitant la colère divine, qui se manifeste ensuite dans les malheurs et catastrophes survenant au cours de l’existence des individus ou des sociétés.

3Plusieurs contributions portent sur la guerre et des destructions attribuées à la colère divine. La destruction de Jérusalem par les troupes babyloniennes en 587 av. J.-C. a abondamment été investie par le thème de la colère divine. Le lien entre catastrophe militaire et punition divine est largement répandu dans le Proche-Orient ancien, où de nombreux textes explorent aussi la possibilité d’apaiser les divinités.

4La maladie constitue une autre expression de la colère divine abordée dans ce volume. Dans l’Égypte ancienne comme dans la Bible hébraïque, mais aussi à l’époque mamelouke, certaines maladies de peau présentent la particularité de manifester le courroux divin directement dans le corps du fautif présupposé.

5Il existe également des textes, dans la Bible comme ailleurs dans le Proche-Orient, qui contestent l’idée d’un lien entre le malheur d’un groupe ou d’un individu et la manifestation de la colère divine.

6S’il est largement admis que les dieux se mettent en colère, peuvent-ils également se repentir ? Si les dieux ne se repentent pas dans un sens chrétien du terme, ils peuvent néanmoins changer d’avis, éprouver un regret, faire preuve de mansuétude ou connaître l’apaisement. Cette idée est attestée par les psaumes pénitentiels dont des exemplaires inédits découverts à Mari ont été présentés pour la première fois durant le colloque. Il existe également des exemples pour la Grèce ancienne, alors que la situation à Rome semble se présenter différemment. Dans la Bible hébraïque, c’est surtout le livre de Jonas qui peut être lu comme une fable sur le repentir divin.

7Jean-Marie Durand est Professeur honoraire du Collège de France, ancien titulaire de la chaire d’Assyriologie. Il a dirigé l’UMR 7192 (CNRS/Collège de France) jusqu’en 2011.
Lionel Marti est chercheur au CNRS en Assyriologie, membre de l’UMR 7192.
Thomas Römer est Professeur au Collège de France (Chaire des Milieux bibliques) et à l’Université de Lausanne (Bible hébraïque). Il est Vice-Administrateur du Collège de France et directeur de l’UMR 7192.

Takeshi Matsumura (sous la direction de Michel Zink),
Dictionnaire du français médiéval,
Les Belles Lettres, 2015, 3520 p.

8Avec ses 56 212 entrées, ce dictionnaire de l’ancien et du moyen français s’adresse à tous ceux intéressés par l’histoire de la langue et la littérature du Moyen Âge. Il a pour objectif d’aider les lecteurs à comprendre les textes français du Moyen Âge, depuis les Serments de Strasbourg en 842 jusqu’à la fin du XVe siècle, en leur offrant une nomenclature assez étendue des mots, munie d’indications étymologiques et éventuellement géographiques, de définitions fiables, et de citations dûment contrôlées.

9Takeshi Matsumura, professeur à l’université nationale de Tokyo, est un des meilleurs lexicographes mondiaux du français. Ses travaux font autorité. Nombreux sont les articles de son dictionnaire qui apportent du nouveau ou corrigent des erreurs (première attestation ou sens d’un mot). Pour la première fois, l’auteur précise l’origine régionale et le genre littéraire des exemples donnés, exemples qu’il choisit et traite avec une grande intelligence, de sorte qu’ils éclairent le sens des mots sans alourdir ni allonger à l’excès l’ouvrage.

François Georgeon, Nicolas Vatin, Gilles Veinstein (dir.),
Dictionnaire de l’empire ottoman,
Fayard, 2015, 1352 p.

175 auteurs
720 notices
Cahier hors-texte de 8 pages couleur
25 cartes
Index des noms de personnes, des notions et des lieux

10François Georgeon est directeur de recherche émérite au CNRS. Spécialiste des mondes ottomans contemporains et des nationalismes turcs, il est l’auteur d’une biographie d’Abdülhamid II (Fayard, 2003) et de Sous le signe des réformes. État et société dans l’Empire ottoman et dans la Turquie kémaliste (Isis, 2009).
Nicolas Vatin est directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’EPHE (IV 
e section). Spécialiste de l’Empire ottoman (XV e-XVII e siècle), il a notamment publié Rhodes et l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem (Éd. du CNRS, 2000), Les Ottomans et l’Occident (Isis, 2001).
Gilles Veinstein a participé à la direction du projet jusqu’à son décès en 2013. Titulaire de la chaire d’histoire turque et ottomane au Collège de France et directeur d’études à l’EHESS, grand spécialiste de l’histoire de l’Empire, il a publié
Le Sérail ébranlé (avec N. Vatin, Fayard, 2003) ou encore L’Europe et l’islam. Quinze siècles d’histoire (Odile Jacob, 2009).

Perig Pitrou & Guilhem Olivier (dir.),
Montrer / occulter,
Cahiers d’anthropologie sociale n° 11, éditions de l’Herne

11Le pouvoir des images sur les spectateurs, en particulier dans des contextes rituels, a été abondamment étudié par les historiens de l’art et les anthropologues afin d’expliquer les effets que les dispositifs figuratifs produisent chez ceux qui regardent. La dimension relationnelle de cette expérience indique que, par-delà les qualités intrinsèques des images, l’efficacité rituelle dépend de modifications des conditions de la visibilité, obtenues en réalisant des actions telles qu’ouvrir / fermer, enterrer / déterrer, vêtir / dévêtir, illuminer / mettre dans l’ombre, faire sortir / faire entrer - pour ne prendre que quelques exemples. Les contributions de ce volume explorent différentes situations dans lesquelles une tension dynamique entre montrer et occulter est mobilisée pour transformer l’apparence des objets ou changer le regard de ceux qui les observent.

12Les cahiers d’anthropologie sociale publient, sous le haut patronage de Claude Lévi-Strauss, Philippe Descola et Françoise Héritier, les travaux menés au Laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France, et offrent une vue précise de l’approche anthropologique sur quelques grands thèmes d’actualité.

Alberto Cantera
Vers une édition de la liturgie longue zoroastrienne : pensées et travaux préliminaires,
Cahiers de Studia Iranica, vol. 51

13La liturgie longue est la cérémonie la plus importante de la tradition sacerdotale zoroastrienne. La plupart des textes avestiques qu’on connaît ont été composés pour être récités dans cette liturgie. Elle a acquis la forme dans laquelle elle est célébrée encore aujourd’hui vraisemblablement déjà à l’époque achéménide. Comme chaque cérémonie vivante et avec une longue histoire, elle a connu un bon nombre de variantes synchroniques et diachroniques. Néanmoins, les éditions actuelles du texte avestique récité dans cette liturgie ne tiennent compte ni de son caractère rituel, ni des variantes synchroniques, ni de l’évolution de la liturgie et de la façon de réciter le récitatif. Dans ce livre, on a essayé de montrer les découvertes les plus récentes qui invalident la méthodologie des éditions actuelles et de proposer quelques alternatives afin de susciter la discussion.

14Alberto Cantera est professeur à l’Université de Salamanque et directeur de l’Avestan Digital Archive.

Daniel Roche
Histoire de la culture équestre XVIè-XIX7è, tome 3, Connaissance et passion,
Fayard, 2015, 496 p.

15Un siècle et quelque après l’invention du moteur à explosion, l’Occident a presque totalement oublié le rôle qu’a joué le cheval dans son histoire, qu’il s’agisse de son usage économique et guerrier ou de ses fonctions symbolique, politique et culturelle. Comment le rapport des hommes aux chevaux a-t-il fonctionné de la Renaissance à la Belle Époque ? Tel est l’objet de l’immense étude – contribution décisive à l’histoire sociale des animaux – entreprise par Daniel Roche.Connaissance et Passion consacre la réflexion aux enjeux intellectuels et imaginaires de la culture équestre sur fond de légendes, mythes, métaphores et connaissances folkloriques. Chevaux des livres, des sciences, des loisirs et des réalités figuratives mettent en évidence les lieux et les moyens d’action de savoirs multiples, tout en éclairant l’évolution d’une société en profonde mutation.

16Professeur honoraire au Collège de France, Daniel Roche est l’auteur d’ouvrages novateurs sur l’histoire culturelle et matérielle de l’Ancien Régime. On lui doit notamment La Culture des apparences. Une histoire du vêtement, XVIIe-XVIIIe siècle (Fayard, 1989), La France des Lumières (Fayard, 1993) et une Histoire des choses banales (Fayard, 1997). Il conclut ici sa somme sur La Culture équestre de l’Occident, XVIe-XIXe siècle.

Dominique Charpin
Gods, Kings, and Merchants in Old Babylonian Mesopotamia,
PIPOAC 2, Peeters, Leuven, 2015

17Gods, kings and merchants, a way of designating religion, politics and the economy : three spheres which in the modern world are quite distinct, even if they do interact constantly. The aim of this book is to show that their boundaries were far more fluid in the Mesopotamian civilisation : gods could act as money lenders, kings could invoke divine will to refuse extradiction, the dead could serve as a reference for how the living should behave, and wealthy merchants could live in residences modelled on those of kings... This civilisation preceded the « Greek miracle » which Jean-Pierre Vernant has quite correctly defined as a « process of change which led to the emergence, as distinct areas, of the blueprints for the economy, politics, law, art, science, ethics, and philosophy ». In a direct continuation of his earlier book published in 2010, Writing, Law, and Kingship in Old Babylonian Mesopotamia, D. Charpin here examines in greater depth the situation which existed in Mesopotamia in the first half of the second millennium BC, using texts discovered in numerous archives throughout the entire Near East, especially those found at Mari eighty years ago.

Ivan P. Kamenarovic
Xunzi, Écrits de Maître Xun,
traduction, introduction et notes par Ivan P. Kamenarovic, Paris, Les Belles Lettres, collection « Bibliothèque chinoise », 2016, XLIX + 436 p.

18Depuis son lancement en 2010, la « Bibliothèque chinoise » des Belles Lettres, co-dirigée par Anne Cheng et régulièrement soutenue par le Collège de France, accueille, en édition bilingue dans la tradition des fameux « Budé » grecs et latins, les textes rédigés en langue chinoise classique dans tous les domaines des lettres et des sciences. Ils sont livrés dans leur version originale, avec la traduction française en vis-à-vis, et accompagnés d’une introduction et d’un apparat critique substantiels. Le volume qui vient de paraître, le 21ème de la collection, est le recueil d’écrits attribués à Xunzi (Maître Xun) qui vécut entre le IVe et le IIIe siècles av. J.-C., à la veille de la constitution de l’espace chinois en empire unifié et centralisé. Outre que Xunzi apparaît avec Mencius comme l’un des principaux héritiers de l’enseignement de Confucius (551-479), il dispose d’une vision panoramique et critique des grands courants de pensée qui ont animé les débats intellectuels des siècles précédant l’instauration de l’ère impériale en – 221. C’est donc une pièce maîtresse de la littérature antique chinoise qui est livrée ici en version intégrale bilingue.

Anne CHENG & Damien MORIER-GENOUD
Lectures et usages de la Grande Etude (Chine, Corée, Japon),
sous la direction d’Anne CHENG, édité par Damien MORIER-GENOUD, Paris, Collège de France, Institut des hautes études chinoises, 2015, 505 p.

19Dans le corpus du canon scripturaire confucéen, la Grande Étude (en chinois Daxue, en coréen Taehak, en japonais Daigaku), qui n’était à l’origine qu’un bref chapitre du Traité des rites d’époque Han (IIe siècle av. J.-C. – IIe siècle ap. J.-C.), est sans doute devenu l’un des textes les plus fréquemment et largement commentés en Chine et dans toute l’Asie orientale, aussi bien dans le temps (pendant plus d’un millénaire, depuis le XIe siècle jusqu’à nos jours) que dans l’espace (ayant fait l’objet de nombreuses et importantes interprétations en Corée, au Japon et au Vietnam). C’est la fortune aussi longue que large d’un texte aussi court (pas plus d’une double page imprimée) qui a fait l’objet d’un colloque international tenu au Collège de France en 2011, lequel rassemblait pour la première fois des experts venus d’horizons très divers, que ce soit du point de vue des études aréales que des compétences disciplinaires.

Nathan Wachtel
Des archives aux terrains. Essai d’anthropologie historique,
Errance / Archives d’Ecologie Préhistorique, EHESS, Gallimard, Le Seuil.

20Depuis quarante ans, la confrontation avec l’anthropologie a été l’occasion d’un profond renouvellement des interrogations et des expérimentations historiennes. Dans le domaine qui s’est ouvert alors, Nathan Wachtel occupe une place centrale. Il y a construit une œuvre majeure.

21Croisant le travail de terrain et l’enquête archivistique, il a renouvelé le vieux rêve d’une histoire totale. Deux grandes trilogies, consacrées l’une aux études andines l’autre aux études marranes, ont illustré ce parcours pionnier. Des Indiens des hautes terres boliviennes aux proscrits essaimés à travers le Nouveau Monde et qui s’obstinaient à judaïser en secret, il n’a cessé de s’interroger sur l’articulation entre identités et mémoires collectives, de chercher à rendre compte d’un passé dont il retrouvait les traces dispersées et persistantes dans le présent.

22L’auteur réunit dans ce volume les textes de réflexion qui ont accompagné son itinéraire singulier.

23Professeur honoraire au Collège de France où il a occupé la chaire « Histoire et anthropologie des sociétés méso- et sud-américaines » de 1992 à 2005, Nathan Wachtel est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales. Parmi ses ouvrages, La Vision des vaincus. Les Indiens du Pérou devant la Conquête espagnole (1530-1570), Gallimard, 1971 ; Le Retour des ancêtres. Les Indiens Urus de Bolivie, XXe-XVIe siècle. Essai d’histoire régressive, Gallimard, 1990 ; Labyrinthes marranes, Seuil, 2001.

Cécile Morrisson
Byzance et sa monnaie (IVè-XVè siècle),
Lethielleux, collection « Réalités byzantines », 2015.

24Byzance fut l’un des États les plus monétarisés de son époque, ce qu’on a tendance à oublier dans une perspective trop centrée sur l’Europe occidentale. On présente ici les clés d’accès à la compréhension de cet instrument politique majeur, avec un bilan de l’évolution du monnayage, de l’art monétaire, du rôle de la monnaie dans les finances et l’économie de 330 à 1453. Largement illustré, ce précis est suivi du catalogue de la collection, modeste mais représentative, de l’Université de Fribourg. Fondé sur les progrès de la recherche des dernières décennies, il permet au lecteur de comprendre et d’utiliser une source historique originale de premier plan.

25Cécile Morrisson est byzantiniste et numismate, spécialisée en histoire et civilisation de l’Empire byzantin, histoire monétaire, financière et économique du monde byzantin, et histoire des Croisades.

Claude Cohen-Tannoudji & David Guéry-Odelin
Avancées en physique atomique,
éditions Hermann, juillet 2016.

26Ce livre passe en revue les progrès réalisés au cours des dernières décennies dans la manipulation des atomes par des champs électromagnétiques. L’utilisation des lois de conservation dans les interactions atome-photon permet de transférer à des atomes le moment cinétique et l’impulsion des photons d’un faisceau laser. Il est devenu ainsi possible de polariser des atomes, de les refroidir à des températures très basses (de l’ordre du microkelvin), de les confiner dans des pièges, mais également de contrôler leurs interactions par des résonances dans les processus de collision entre atomes extrêmement froids. Les mécanismes à la base de ces progrès sont ici analysés en détail, de même que les développements auxquels ils ont donné naissance, en métrologie, avec notamment les horloges atomiques de très grande précision et l’interférométrie atomique, et en physique avec les ondes de matière macroscopiques.

Jacques Glowinski et François Cardinali
Le Collège de France, dans le XXIe siècle. Le cerveau-architecte,
Éditions Michel de Maule, 2016.

27Rien ne prédestinait Jacques Glowinski à devenir un des pères de la neurobiologie et de la neuropharmacologie en France. Rien ne le destinait non plus à devenir professeur au Collège de France, où il créa un laboratoire de renom, ni à devenir son administrateur de 2000 à 2006. Une institution qu’il a contribué à faire entrer dans le XXIe siècle en étant l’artisan de sa rénovation architecturale. Passionné aussi par l’architecture et l’urbanisme, établissant des parallèles originaux entre l’organisation du cerveau et celle d’une institution aussi prestigieuse que ce lieu de savoir et d’excellence, Jacques Glowinski raconte dans Le Cerveau - Architecte son parcours pas vraiment ordinaire et décrit un chantier qui couvrit deux décennies. Où comment l’enfant de Clignancourt fut – après avoir fait ses armes aux États-Unis au côté de Julius Axelrod, prix Nobel de médecine en 1970 – l’artisan de la profonde mutation de ce Collège dont la création remonte à François Ier. Une histoire où l’on découvre aussi bien le bilan de cinquante ans de recherche que la description d’une rénovation qui fut une vraie aventure humaine, riche en rebondissements et en débats politiques.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Jean-Marie Durand, Lionel Marti, Thomas Römer Colères et repentirs divins, « Orbis Biblicus et Orientalis 278 », Academic Press, Vandenhoeck & Ruprecht, 2015.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3633/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Takeshi Matsumura (sous la direction de Michel Zink), Dictionnaire du français médiéval, Les Belles Lettres, 2015, 3520 p.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3633/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende François Georgeon, Nicolas Vatin, Gilles Veinstein (dir.), Dictionnaire de l’empire ottoman, Fayard, 2015, 1352 p.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3633/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Légende Perig Pitrou & Guilhem Olivier (dir.), Montrer / occulter, Cahiers d’anthropologie sociale n° 11, éditions de l’Herne
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3633/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Alberto Cantera Vers une édition de la liturgie longue zoroastrienne : pensées et travaux préliminaires, Cahiers de Studia Iranica, vol. 51
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3633/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Légende Daniel Roche Histoire de la culture équestre XVIè-XIX7è, tome 3, Connaissance et passion, Fayard, 2015, 496 p.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3633/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Dominique Charpin Gods, Kings, and Merchants in Old Babylonian Mesopotamia, PIPOAC 2, Peeters, Leuven, 2015
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3633/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Légende Ivan P. Kamenarovic Xunzi, Écrits de Maître Xun, traduction, introduction et notes par Ivan P. Kamenarovic, Paris, Les Belles Lettres, collection « Bibliothèque chinoise », 2016, XLIX + 436 p.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3633/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende Anne CHENG & Damien MORIER-GENOUD Lectures et usages de la Grande Etude (Chine, Corée, Japon), sous la direction d’Anne CHENG, édité par Damien MORIER-GENOUD, Paris, Collège de France, Institut des hautes études chinoises, 2015, 505 p.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3633/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Légende Nathan Wachtel Des archives aux terrains. Essai d’anthropologie historique, Errance / Archives d’Ecologie Préhistorique, EHESS, Gallimard, Le Seuil.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3633/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Cécile Morrisson Byzance et sa monnaie (IVè-XVè siècle), Lethielleux, collection « Réalités byzantines », 2015.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3633/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Légende Claude Cohen-Tannoudji & David Guéry-Odelin Avancées en physique atomique, éditions Hermann, juillet 2016.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3633/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Jacques Glowinski et François Cardinali Le Collège de France, dans le XXIe siècle. Le cerveau-architecte, Éditions Michel de Maule, 2016.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3633/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 757k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Ouvrages publiés avec le soutien du Collège de France », La lettre du Collège de France [En ligne], 41 | 2015-2016, mis en ligne le 01 novembre 2016, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/3633

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page
Chargement des illustrations

Chargement des illustrations