Navigation – Plan du site
Publications

Autres parutions

p. 81-83

Texte intégral

Henry Laurens
La question de Palestine, Tome cinquième, 1982-2001, La paix impossible,
Paris, Fayard, 2015, 876 pages.

1Dans ce dernier volume d’une magistrale fresque de 4000 pages couvrant près de deux siècles, le professeur Laurens se propose un triple exercice. Il prolonge une première mise en récit des événements proche-orientaux tentant d’établir la chronologie des événements depuis 1982. Cette étape reste indispensable pour saisir les influences et les temporalités de chaque processus : diplomaties américaine, européennes ou russe, prise de position des groupes et des partis politiques palestiniens ou israéliens, etc. Il revient ensuite sur les dimensions croisées autour de la Palestine. Ce territoire et sa population sont plus que jamais au cœur d’un dialogue d’orient et d’occident avec deux théâtres principaux : si les volumes précédents invitaient le lecteur à suivre les évolutions internes de l’Europe et de l’Orient arabe, la focale pour ce volume – suivant les dynamiques du terrain – se territorialise au Liban dans un premier temps puis en Israël-Palestine. Chacun de ces dossiers complexes croise une multitude d’acteurs, une série d’interactions et de revirements. Naturellement, une large place est réservée à la publication de documents qui soutiennent la démonstration. Enfin – et c’est le trait inédit de ce volume par rapport aux quatre précédents – la séquence analysée est à la fois étudiée et vécue, forçant l’historien à se faire le narrateur de son temps, à procéder à une histoire immédiate dans laquelle il partage les systèmes de valeurs des acteurs. Clôturant une entreprise de près de vingt ans, ce volume retrace comment le présent de l’Orient arabe devient un bien commun qui nous force à un dialogue permanent pour saisir la manière dont l’ensemble méditerranéen se façonne par des interactions de plus en plus complexes.

Emmanuel Le Roy Ladurie
Huit leçons d’Histoire
Les éditions de Paris-Max Chaleil, Paris, janvier 2016, 93 p.

2Emmanuel Le Roy Ladurie est l’une des figures majeures des historiens français, auteur d’une oeuvre considérable. Il était naturel de lui demander de revenir sur quelques-unes de ses pistes fécondes, enrichies d’une réflexion personnelle. En huit leçons magistrales, Emmanuel Le Roy Ladurie aborde tour à tour des aspects essentiels du « Grand Siècle » et de « l’Ancien Régime » comme les élites ou l’épisode crucial de la Régence. Il revient sur les crises de subsistance comme marqueurs politiques, aborde l’étrange alternance des épisodes libéraux que suivent les tensions révolutionnaires, parcourt le paysage linguistique français. Enfin, de manière plus personnelle peut-être mais toujours en historien, il observe la France dans la Seconde Guerre mondiale. Etalé sur près de deux années, ce travail était inédit à ce jour. Dans un style vif, clair, Emmanuel Le Roy Ladurie nous offre ici huit leçons prises sous la dictée, une manière de grand professeur.

Thomas Römer
Moïse en version originale. Enquête sur le récit de la sortie d’Égypte (Exode 1-15),
Bayard, Labor et Fides, Genève (Suisse), collection « Domaine biblique », octobre 2015, 288 p.

3Qui était Moïse ? De nombreuses réponses sont possibles, rappelle ici Thomas Römer, un des meilleurs spécialistes de l’Exode et du Pentateuque. Prophète, législateur, intercesseur, libérateur… il n’hésite pas à tuer de ses propres mains ceux qui se révoltent contre les lois qu’il a transmises au nom de son Dieu. Il libère son peuple de l’esclavage, il est le premier à recevoir le nom de Dieu…

4Il appartient à plusieurs cultures. Freud dira : « Moïse a inventé le Juif. » Dans cet essai, Thomas Römer nous introduit à la lecture des mystères du personnage en suivant le récit du livre de l’Exode dont il donne une traduction personnelle et originale. Il présente et discute avec brio les thèses et les hypothèses les plus récentes des biblistes, des historiens et des archéologues. Ce livre transmet ainsi une véritable culture de Moïse, biblique à travers le texte hébraïque, mais aussi archéologique et historique, artistique, philosophique… Le récit de la libération d’Egypte fait l’objet d’une étude particulière, avec de nouvelles interprétations.

Thomas Römer
The Invention of God
(translated by Raymond Geuss), Harvard University Press, 2015 (originally published in French as L’invention de Dieu, Les livres du nouveau monde, Paris, édition du Seuil, 2014).

5Who invented God ? When, why, and where ? Thomas Römer seeks to answer these questions about the deity of the great monotheisms—Yhwh, God, or Allah—by tracing Israelite beliefs and their context from the Bronze Age to the end of the Old Testament period in the third century BCE.

6That we can address such enigmatic questions at all may come as a surprise. But as Römer makes clear, a wealth of evidence allows us to piece together a reliable account of the origins and evolution of the god of Israel. Römer draws on a long tradition of historical, philological, and exegetical work and on recent discoveries in archaeology and epigraphy to locate the origins of Yhwh in the early Iron Age, when he emerged somewhere in Edom or in the northwest of the Arabian peninsula as a god of the wilderness and of storms and war. He became the sole god of Israel and Jerusalem in fits and starts as other gods, including the mother goddess Asherah, were gradually sidelined. But it was not until a major catastrophe—the destruction of Jerusalem and Judah—that Israelites came to worship Yhwh as the one god of all, creator of heaven and earth, who nevertheless proclaimed a special relationship with Judaism.

7A masterpiece of detective work and exposition by one of the world’s leading experts on the Hebrew Bible, The Invention of God casts a clear light on profoundly important questions that are too rarely asked, let alone answered.

Jean Guilaine (dir.)
La Transition néolithique en Méditerranée,
Errance / Archives d’Ecologie Préhistorique, Arles et Toulouse, 2014, 464 p.

8La Méditerranée constitue un espace privilégié pour étudier la mutation qui fit basculer les anciennes sociétés de chasseurs-collecteurs dans la sphère des producteurs de nourriture, agriculteurs et éleveurs néolithiques, car elle fut à la fois un foyer de transition entre ces deux états et, parallèlement, un espace de diffusion de l’économie nouvelle : deux mécanismes clés pour comprendre le processus d’émergence du monde paysan. C’est d’abord sur les terres de la Méditerranée orientale et sur ses prolongements, depuis le Levant Sud jusqu’à la Haute Mésopotamie et au Zagros, que des communautés ont progressivement modifié leur organisation sociale, leur cadre symbolique, leur mode de vie pour devenir des sociétés sédentaires et productrices, inaugurant ainsi une ère nouvelle, annonciatrice des temps historiques. Puis ce nouveau système s’est propagé en Méditerranée, favorisant ainsi la conversion à l’économie agricole et pastorale de l’Europe et d’une partie de l’Asie et de l’Afrique. Les mécanismes de cette diffusion furent complexes, entraînant de fréquentes recompositions culturelles et donnant lieu à des processus adaptatifs commandés par le double jeu des contraintes environnementales et de la créativité humaine.

9Cet ouvrage constitue la publication d’un colloque international organisé en avril 2011 au Muséum de Toulouse à l’occasion de l’exposition « Préhistoire[s] ». Il réunit vingt-six contributions qui dressent le panorama de la recherche actuelle en trois principaux domaines géographiques : le Proche-Orient, les îles de la Méditerranée orientale et la Méditerranée occidentale.

Jean Guilaine
La Seconde naissance de l’homme. Le Néolithique,
Paris, Odile Jacob, 2015, 200 p.

10Il y a environ 10 000 ans, l’homme prend un nouveau départ et modifie radicalement sa façon de vivre. Il fonde alors les premiers villages, impose sa domination sur son environnement, « invente » l’agriculture et l’élevage. Une transformation sans retour, qui fait de lui le maître unique de la nature. Jean Guilaine s’attache aussi dans ce livre aux comportements individuels et collectifs, insistant notamment sur la précocité de la violence, les origines de la guerre, le meurtre d’Ötzi, figure emblématique de nos ancêtres. Il souligne le poids de l’imaginaire, des symboles et des rites dans le fonctionnement de ces communautés anciennes.

11Les temps néolithiques ont posé les bases des sociétés qui sont aujourd’hui les nôtres. L’Histoire, dès lors, est en marche.

12Jean Guilaine est professeur honoraire au Collège de France, directeur d’études à l’EHESS et membre de l’Institut. Il est l’un des plus grands spécialistes du Néolithique. Ses travaux de terrain et de synthèse portent sur les premières sociétés paysannes et métallurgiques.

Jean Guilaine (dir.)
Invention des agricultures, naissance des dieux,
Mucem, Marseille, et Hazan, Paris, 2015, 113 p.

13Après deux millions d’années à vivre en prédateur dans une nature contraignante, l’homme fit le choix, décisif, de se libérer de cette condition et de penser autrement la relation qu’il entretenait avec son environnement. Il accomplit pour cela une mue psychologique qui l’amena à établir un rapport de domination et de subordination avec quelques plantes et certains des animaux qui l’entouraient mais aussi avec son décor quotidien. Cette mutation s’opéra sur plusieurs millénaires et eut un préalable : que l’homme établisse des bases solides et irréversibles en se fixant à demeure sur un territoire déterminé, en ébauchant un nouveau cadre de vie communautaire, en forgeant un système symbolique à même de faire fonctionner le corps social... C’est l’histoire de cette évolution à travers l’élevage, la domestication de l’eau et les agricultures méditerranéennes qui est proposée ici, du Néolithique à nos jours. Catalogue officiel de l’exposition semi permanente « Invention des agricultures, naissance des dieux » à la Galerie de la Méditerranée au MUCEM, à partir du 28 mai 2014. Ouvrage publié en coédition avec le Mucem.

Jean Guilaine
Les hypogées protohistoriques de la Méditerranée,
Arles et Fontvieille, Errance, 2015, 336 p.

14Peu connus du public mais évoqués dans toutes les grandes synthèses d’archéologie européenne, les hypogées d’Arles ou de Fontvieille (commune sur le territoire de laquelle ces monuments sont situés) constituent l’un des fleurons mégalithiques de la Préhistoire et de la Protohistoire françaises. Ce sont des cavités artificielles, creusées de main d’homme dans la roche de la montagne des Cordes et du plateau du Castelet pour servir de sépulcre à des populations ayant vécu lors du Néolithique finissant, entre 3 300 et 2 000 avant notre ère. L’une d’elles, la “grotte des Fées”, par ses dimensions exceptionnelles est un monument unique en son genre.

15Cet ouvrage réhabilite ces édifices, en dresse un bilan photographique, en présente les vestiges archéologiques, en réécrit l’histoire des recherches. Dans une large fresque, il les insère dans le contexte des sociétés méditerranéennes qui, au IVe et IIIe millénaires avant J.-C., ont également eu recours pour leurs défunts à des tombeaux taillés dans le roc. Il montre toutefois que, par leur conception architecturale, les monuments arlésiens constituent un exemple tout à fait singulier à l’échelle de la Méditerranée. Ce livre est donc aussi une invitation à la mise en valeur et à la restauration d’un patrimoine protohistorique hors du commun.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Henry Laurens La question de Palestine, Tome cinquième, 1982-2001, La paix impossible, Paris, Fayard, 2015, 876 pages.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3640/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Emmanuel Le Roy Ladurie Huit leçons d’Histoire Les éditions de Paris-Max Chaleil, Paris, janvier 2016, 93 p.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3640/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Légende Thomas Römer Moïse en version originale. Enquête sur le récit de la sortie d’Égypte (Exode 1-15), Bayard, Labor et Fides, Genève (Suisse), collection « Domaine biblique », octobre 2015, 288 p.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3640/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Thomas Römer The Invention of God (translated by Raymond Geuss), Harvard University Press, 2015 (originally published in French as L’invention de Dieu, Les livres du nouveau monde, Paris, édition du Seuil, 2014).
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3640/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Jean Guilaine (dir.) La Transition néolithique en Méditerranée, Errance / Archives d’Ecologie Préhistorique, Arles et Toulouse, 2014, 464 p.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3640/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Jean Guilaine La Seconde naissance de l’homme. Le Néolithique, Paris, Odile Jacob, 2015, 200 p.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3640/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Jean Guilaine (dir.) Invention des agricultures, naissance des dieux, Mucem, Marseille, et Hazan, Paris, 2015, 113 p.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3640/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Jean Guilaine Les hypogées protohistoriques de la Méditerranée, Arles et Fontvieille, Errance, 2015, 336 p.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3640/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Autres parutions », La lettre du Collège de France [En ligne], 41 | 2015-2016, mis en ligne le 01 novembre 2016, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/3640

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page