Navigation – Plan du site
Chaire internationale

À qui appartient la beauté ? Arts et cultures du monde dans nos musées

Objets du désir, désir d’objets
Bénédicte Savoy
p. 6

Notes de la rédaction

Extraits de la leçon inaugurale prononcée le 30 mars 2017.

L’intégralité de la leçon inaugurale est consultable sur le site www.college-de-france.fr, à la page du professeur.

La leçon inaugurale est publiée en coédition avec Fayard, coll. « Leçons inaugurales », no 270, septembre 2017.

Texte intégral

1Quand on entre au Collège de France, je ne veux pas dire institutionnellement mais physiquement, avec ses pieds, son corps, ses yeux, avec tous ses sens et ses préoccupations du moment, on est accueilli au centre de la cour d’honneur par une statue de Frédéric Auguste Bartholdi, l’auteur bien connu de la statue de la Liberté. Elle représente Jean-François Champollion. Champollion, tout le monde le connaît. Né avec la Révolution française, trop jeune pour participer à l’expédition d’Égypte de Bonaparte, mais auditeur au Collège de France dès l’adolescence, nommé conservateur des collections égyptiennes au musée Charles x (Louvre) à l’âge de trente-six ans et le premier à occuper une chaire d’Égyptologie au Collège de France quelques années plus tard, c’est le représentant exact de cette génération d’Européens à la fois acteurs et témoins du grand boom des musées universels en Europe au xixe siècle.

Champollion, stat...Champollion, statue en marbre de Bartholdi, dessin de Sellier paru dans Le Magasin pittoresque, tome xliv, juillet 1876, p. 233.

Champollion, statue en marbre de Bartholdi, dessin de Sellier paru dans Le Magasin pittoresque, tome xliv, juillet 1876, p. 233.

  • 1 Pierre Vidal et Christian Kempf, Frédéric Auguste Bartholdi (1834-1904) : par l’esprit et par la ma (...)
  • 2 Voir « Le souvenir du jamais vu », colloque conçu et organisé par Karine Winkelvoss et Andreas Beye (...)

2[…] Appuyé sur le coude, le menton sur la main, il jette vers le sol un regard indéfinissable, tant les intempéries et la pollution ont altéré la surface de son visage. Le marbre blanc dont il est fait est abrasé et sale. Sa jambe gauche est très relevée, comme celle d’un voyageur qui aurait posé le pied sur un rocher à la faveur d’une halte. Mais ce n’est pas un rocher qu’il a sous le pied. C’est une statue décapitée de l’ancienne Égypte, la tête majestueuse et brisée d’un pharaon qui pourrait être Ramsès II. Le socle de la statue porte en grandes lettres le nom de Champollion. L’œuvre est datée et signée sur le côté droit : Auguste Bartholdi, 18751. Le pied botté du savant sur la tête sacrée du pharaon… En voyant cela, j’ai été saisie de cet effroi que Walter Benjamin (et mon amie germaniste Karine Winkelvoss) appellent le « souvenir du jamais vu2 ». Le retour du refoulé colonial dans le croisement fortuit de temporalités divergentes : la mienne, celle d’une mortelle berlino-parisienne de 2017 qui n’a jamais vraiment prêté attention à l’iconographie politique des grands hommes dans la rue et attend un rendez-vous dans la cour du Collège de France. Et la sienne, celle d’une statue de marbre vieille d’un siècle et demi, qui, depuis des décennies, raconte à qui veut l’entendre, gratuitement et à ciel ouvert, ce qu’elle racontait déjà en 1875 quand la France et l’Europe dominaient le monde. Dans l’art occidental, l’iconographie du pied sur la tête coupée est réservée à la représentation de David, vainqueur de Goliath. Ou, lorsque la tête est celle d’une bête féroce, à l’image d’archanges ou de saints terrassant le démon. Qu’a voulu dire Bartholdi ? Je l’ignore.

3Ce qui est certain, c’est que la statue de Champollion en dit plus sur l’histoire des patrimoines en Europe que n’importe quel livre, n’importe quel cours et n’importe quelle leçon inaugurale sur la question. Elle est comme l’allégorie de cette histoire, au sens premier d’allégorie, qui veut dire « parler en public, haut et fort, sur un mode différent ». Ce qu’à mon avis elle donne à voir avec toute son insolence d’œuvre d’art créée pour durer, c’est l’alliance entre les trois libidos que j’évoquais à l’instant : celle qui se porte sensuellement vers la beauté de ce visage de pharaon ; celle qui s’attache intellectuellement, avec le jeune savant, à déchiffrer les vestiges d’une civilisation disparue ; et celle qui se manifeste, pied sur la tête, dans l’acte de domination.

4Quand on la regarde aujourd’hui, en 2017, la statue de Champollion est un document à la fois insupportable et précieux. Elle invite publiquement, dans l’une des institutions les plus capables de le faire, à penser les impensés du patrimoine et des musées en Europe. Elle rappelle à tout instant, à ciel ouvert, que la médaille brillante et dorée de la culture et du savoir a toujours ou presque, en Occident, un revers de violence symbolique et réelle.

Haut de page

Notes

1 Pierre Vidal et Christian Kempf, Frédéric Auguste Bartholdi (1834-1904) : par l’esprit et par la main, Lyon, Les Créations du Pélican, 1994.

2 Voir « Le souvenir du jamais vu », colloque conçu et organisé par Karine Winkelvoss et Andreas Beyer au Centre allemand d’histoire de l’art, à Paris, les 16 et 17 mai 2014 (actes à paraître en langue allemande en 2018). Benjamin parle d’« images que nous n’avions jamais vues avant de nous souvenir d’elles » (Bilder, die wir nie sahen, ehe wir uns ihrer erinnerten) : Walter Benjamin, « D’un petit discours sur Proust, prononcé lors de mon quarantième anniversaire », in du même auteur, Sur Proust, traduction de Robert Kahn, Caen, Nous, 2010, p. 105.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Champollion, statue en marbre de Bartholdi, dessin de Sellier paru dans Le Magasin pittoresque, tome xliv, juillet 1876, p. 233.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3713/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3713/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Savoy, « À qui appartient la beauté ? Arts et cultures du monde dans nos musées », La lettre du Collège de France [En ligne], 42-43 | 2016-2017, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/3713

Haut de page

Auteur

Bénédicte Savoy

Chaire internationale Histoire culturelle des patrimoines artistiques en Europe, xviiixxe siècle
2016 - 2021

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page