Navigation – Plan du site
Chaires annuelles

L’invention de la musique

Peut-on définir un sens musical ?
Philippe Manoury
p. 7

Notes de la rédaction

Extraits de la leçon inaugurale prononcée le 26 février 2017.

L’intégralité de la leçon inaugurale est consultable sur le site www.college-de-france.fr, à la page du professeur.

La leçon inaugurale est publiée en coédition avec Fayard, coll. « Leçons inaugurales », no 267, mai 2017.

Texte intégral

1La musique est faite de vibrations qui nous font vibrer à notre tour en laissant des empreintes du passage de notre propre temps dans notre mémoire. Ces vibrations agissent sur nos sens comme aucun autre art ne saurait le faire. Il est courant que nous associions des affects et des émotions à l’écoute de la musique. Or ceux-ci appartiennent souvent à des registres subjectifs, très personnels à chacun. Il m’est donc difficile de dire ce qu’exprime telle ou telle œuvre musicale. En revanche, je sais que ce qu’elle véhicule ne peut l’être par aucune autre voie, qu’il s’agisse des arts plastiques, du cinéma ou de la vidéo, de la danse, des mathématiques, de la philosophie, de la poésie, du roman, du théâtre, ou des sciences. Ces multiples vibrations de la musique ne représentent qu’une infime partie de toutes celles que nous recevons du monde sonore ; mais aussi minuscule que soit cette partie, elle est remarquable en ce qu’elle se constitue en formes organisées qui se détachent du chaos et finissent par acquérir un sens. Ce sens musical que je vais tenter de définir, n’est pas de nature proprement sémantique ou logique, comme dans le langage verbal ; c’est une contexture particulière qui met en éveil tout notre être sensitif et intellectuel.

2Pour beaucoup de gens, « composer de la musique » s’apparente à une activité tout à fait spontanée au cours de laquelle l’inspiration descendrait sur le compositeur comme une lumière éclaire les ténèbres. Une mélodie nous vient en tête et nous n’avons plus qu’à la coucher sur du papier à musique. Sans être entièrement fausse, cette vision est quand même assez éloignée de la réalité. Il n’est pas aisé d’expliquer d’où vient une idée musicale. Parfois, elle provient de la musique elle-même : telle musique, telle sonorité entendue ici ou là, tel rythme obsédant peuvent suffire à déclencher une idée musicale. Parfois ce sera une impulsion reçue d’un autre art – visuel, littéraire, théâtral ou cinématographique – qui fera naître une idée musicale. Mais ce rôle de catalyseur peut tout aussi bien échoir à un phénomène naturel, ou encore à une pensée philosophique, voire abstraite, mathématique ou scientifique. De même que certaines idées mathématiques ne peuvent s’exprimer sans les équations, il est, en musique, des idées qui ne peuvent s’exprimer sans le secours de la notation musicale. Mais les idées musicales peuvent aussi nous arriver par la pratique même de la composition, dans laquelle l’idée invite au travail, qui à son tour engendre une idée. Ce qui est certain, c’est que l’imaginaire musical du compositeur n’est pas uniquement peuplé de sons. Le visuel – je veux nommer par là l’écrit – ne saurait être retranché du processus de création musicale.

3S’il est difficile d’expliquer comment naissent les idées musicales, il l’est tout autant de tracer les frontières de ce territoire que nous appelons la « musique ». Où commence la musique et où finit-elle ? Ces questions sont objectivement insolubles, et pourtant elles ne cessent de hanter les esprits depuis des siècles.

  • 1 Hector Berlioz, Grand Traité d’instrumentation et d’orchestration modernes, Paris, Schonenberger, 1 (...)

4Si, dans notre cerveau, une relation particulière se crée entre deux sons – fussent-ils des « bruits » –, alors nous sommes peut-être au seuil de la musique. En 1844, Hector Berlioz apportait déjà une réponse à ces questions en écrivant prophétiquement : « Tout corps sonore mis en œuvre par un compositeur est un instrument de musique1. » Je pourrais le paraphraser en disant : « Composer, c’est insuffler un sens au sonore. » Un assemblage de sons, voire une succession de deux sons et, à la limite, même un seul son peut prendre un sens à partir du moment où il mobilise mes facultés d’imagination. Cette forme sonore, je tiens à insister, n’a pas besoin d’être une mélodie qui m’obsède ou me trotte dans la tête ; elle peut être beaucoup moins profilée. Il se peut qu’elle n’appartienne même pas à l’univers de la musique. On raconte que le motif du cor anglais dans Nuages, le premier des trois Nocturnes pour orchestre (1897-1899) de Claude Debussy, a été suggéré au compositeur par le grincement d’une roue qu’il avait entendu dans une rue. Quelles raisons ont poussé Debussy à transformer ce bruit en un motif musical mélancolique ? Personne ne le sait, ni ne le saura. Ce qui m’amène à avancer cette proposition : la musique naît là où l’on veut bien l’accueillir.

Lors d’un concert de clôture consacré à la composition en temps réel le 16 juin 2017, Philippe Manoury a présenté deux œuvres, Partita II pour violon et électronique en temps réel et Le temps, mode d’emploi pour deux pianos et électronique en temps réel, en collaboration avec l’Ircam.

Réalisation informatique musicale : Serge Lemouton, Ircam (Partita ii), José-Miguel Fernandez (Le Temps, mode d’emploi) ; Hae-Sun Kang, violon (Partita ii) ; Duo GrauSchumacher, pianos (Le Temps, mode d’emploi) ; Serge Lemouton ; Julien Aléonard, technique Ircam ; Philippe Manoury, mixage sonore.

Haut de page

Notes

1 Hector Berlioz, Grand Traité d’instrumentation et d’orchestration modernes, Paris, Schonenberger, 1844, p. 2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Manoury, « L’invention de la musique », La lettre du Collège de France [En ligne], 42-43 | 2016-2017, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/3729

Haut de page

Auteur

Philippe Manoury

Chaire de création artistique
2016 – 2017

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page