Navigation – Plan du site
Chaires annuelles

Découvertes, invention, innovation : quels liens avec la recherche fondamentale ?

Didier Roux
p. 8

Notes de la rédaction

Cette chaire reçoit le soutien de la Fondation Bettencourt-Schueller.

Extraits de la leçon inaugurale prononcée le 2 mars 2017.

L’intégralité de la leçon inaugurale est consultable sur le site www.college-de-france.fr, à la page du professeur.

La leçon inaugurale est publiée en coédition avec Fayard, coll. « Leçons inaugurales », no 268, mai 2017.

Texte intégral

1Le progrès dans la compréhension du monde qui nous entoure est un bien inaliénable et un bénéfice collectif. Le partage de la connaissance nous enrichit tous et n’appauvrit personne. Pour autant, certains prônent une vision utilitariste de la recherche qui, selon eux, devrait être mise au service de l’innovation pour participer à la croissance collective. Nous verrons que ces visions ne sont pas incompatibles, loin de là, mais que nous devons respecter la démarche spécifique qui guide la recherche fondamentale, comme celle qui guide les innovations, afin de pouvoir tirer le meilleur parti de leur enrichissement mutuel. J’aime bien prendre des exemples pour asseoir mon raisonnement et je n’y dérogerai pas aujourd’hui [...].

2Posons-nous la question suivante : quel est le lien entre la recherche fondamentale, l’invention et l’innovation ? Passe-t-on de l’une à l’autre de façon linéaire et hiérarchique ? Il n’en est rien. Les interactions entre découvertes, inventions et innovation sont à la fois plus subtiles et beaucoup plus riches. En réalité, ce sont des allers et retours constants entre ces domaines qui en font la richesse et permettent de faire progresser à la fois la recherche fondamentale et les innovations […]. Abordons tout d’abord la grande histoire, celle qui relie la machine à calculer inventée au xviie siècle et les ordinateurs du xxe pour culminer à l’ère du numérique au xxie siècle. L’histoire commence par une invention, celle de Blaise Pascal qui, voyant son père passer de longues heures à faire des calculs, eut l’idée d’inventer une machine à calculer mécanique : la pascaline. Cette invention n’a pas été une innovation en tant que telle, puisqu’elle n’a jamais été fabriquée à plus de quelques prototypes. Malgré les tentatives d’en réduire le coût de fabrication pour pouvoir la vendre, la pascaline n’a, en quelque sorte, jamais rencontré son marché. Pascal n’était donc pas un « entrepreneur ».

La machine à calc...La machine à calculer de Blaise Pascal

La machine à calculer de Blaise Pascal

Agence Meurisse, © gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.

3Comme on le verra souvent, les inventions résultent de convergences entre d’autres innovations, des inventions ou des découvertes qui n’ont souvent pas de rapports évidents entre elles. C’est le cas des débuts de l’ordinateur. Le métier à tisser Jacquard, une vraie innovation, est arrivé plus d’un siècle après l’invention de la machine à calculer. Pour faciliter le travail des enfants, Joseph Marie Jacquard eut l’idée de rendre programmables les métiers à tisser. Pour cela, et en utilisant une fois encore la convergence entre plusieurs technologies, il a su concevoir une mécanique programmée avec des cartes perforées. Le succès a été important et des métiers Jacquard ont été fabriqués et vendus partout dans le monde pendant plusieurs siècles.

4Charles Babbage fut l’un des premiers à penser à rendre une machine à calculer programmable. Mathématicien à l’université de Cambridge et passionné de technologies, il eut l’idée d’utiliser un système identique à celui des métiers Jacquard pour programmer une machine à calculer. Cependant, sa machine a fait dépenser à l’État anglais, ainsi qu’à lui-même, beaucoup d’argent, mais n’a jamais fonctionné de son vivant. Il a fallu attendre plus de trente ans après sa mort pour que son fils en montre un exemplaire fonctionnant sur la base des plans de son père. Comme nous allons le voir, cela a malgré tout permis de lancer les bases de la science informatique grâce à Ada Lovelace. Lady Lovelace est à elle seule un exemple de convergence : son père, Lord Byron, un poète excentrique, s’était marié avec sa mère Annabella, très rigoureuse et passionnée de mathématiques. Cette passion, elle l’a manifestement transmise à sa fille en espérant contrecarrer le caractère un peu fantasque hérité de son père. Le résultat a été particulièrement réussi car, en travaillant avec Babbage, et de façon visionnaire, elle a jeté les bases des sciences informatiques. Dans une célèbre note, en annexe de la traduction d’une présentation en italien de la machine de Babbage, elle a non seulement proposé une méthode (un programme d’ordinateur en quelque sorte) pour calculer les nombres de Bernoulli sur une machine à calculer programmable, définissant ainsi ce qui sera ensuite l’algorithmique, mais elle a aussi théorisé le fait que tout objet pouvant être représenté par des symboles (tel que la musique ou les images) pourrait être manipulé par un ordinateur. Elle a aussi abordé la question qui consiste à savoir si un ordinateur pourrait être considéré comme intelligent, thème qui suscite encore de nombreux débats.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La machine à calculer de Blaise Pascal
Crédits Agence Meurisse, © gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3739/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Roux, « Découvertes, invention, innovation : quels liens avec la recherche fondamentale ? », La lettre du Collège de France [En ligne], 42-43 | 2016-2017, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/3739

Haut de page

Auteur

Didier Roux

Chaire Innovation technologique Liliane Bettencourt
2016 - 2017

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page