Navigation – Plan du site
Colloque de rentrée 2016
Table ronde d’ouverture

« Une crise européenne ? Les sociétés face aux migrants »

12 octobre 2016
p. 14-15

Texte intégral

1Le colloque de rentrée a été précédé pour la première fois d’une table ronde. Intitulée « Une crise européenne ? Les sociétés face aux migrants », celle-ci a rassemblé six intervenants issus du monde scientifique, de la société civile et de la sphère politique. Le débat a été animé par Christophe Ayad, journaliste et rédacteur en chef au service international du journal Le Monde.

2Dans son introduction, Christophe Ayad a témoigné de son expérience de reporter : « Chaque fois que nous couvrons des conflits en tant que journalistes, nous nous trouvons face à des gens qui, à un moment ou à un autre, vont partir. Ce que je n’ai jamais rencontré, c’est quelqu’un qui partait de gaieté de cœur. Je n’ai vu que des gens qui partaient la peur au ventre, poussés par une peur plus grande encore qui était celle de perdre leur vie, celle de leurs proches, leur avenir. Assurément, la peur de ce qui les attendait était immense. […] Il faut battre en brèche cette idée que ceux qui sont partis viennent pour nous voler ce qu’il y a de meilleur chez nous. Ils partent parce qu’ils n’ont pas le choix et ils consacrent l’énergie qu’il leur reste à préserver leur vie. »

3Pascal Brice, directeur général de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), a souligné « qu’au-delà de l’organisation de l’instruction du droit d’asile au niveau européen, au-delà de la capacité à héberger les gens dans la dignité, à instruire leur demande d’asile de manière bienveillante et rigoureuse, se pose de plus en plus la question de notre capacité collective politique publique et citoyenne à organiser l’intégration des réfugiés dans notre pays. »

4Chercheur à l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) et ancien directeur du projet « Syrie, Liban, Irak » (International Crisis Group), Peter Harling s’est exprimé sur « Le contexte d’ensemble qui est celui d’un détricotage de tout un système de valeurs et de normes qui a été construit et qu’on a justement tenté de solidifier après la Seconde Guerre mondiale, et même avant, puisqu’on peut sans doute remonter jusqu’aux Lumières. […] Aujourd’hui, je crois que nous sommes confrontés, dans notre voisinage immédiat, à des individus qui fuient simplement parce qu’ils subissent beaucoup plus violemment que nous des dynamiques qui nous concernent tous, qui correspondent à une certaine mondialisation et qui présentent un aspect assez universel. Il s’agit alors au fond d’accueillir le voisin du village d’à côté déjà atteint par un mal qui nous menace aussi. L’angoisse engendrée est d’autant plus grande que ce réfugié rend visible des inquiétudes et des fractures profondes dans nos sociétés elles-mêmes ».

5Fabienne Lassalle, directrice générale adjointe de l’association SOS MÉDITERRANÉE, a présenté le contexte de création de cette association européenne et citoyenne de sauvetage en mer, issue de la mobilisation de la société civile et financée à 99 % par les citoyens et le secteur privé. Elle a rappelé que « l’on compte plus de 10 000 morts depuis 2014 dans cette mer Méditerranée, et ce sont des chiffres a minima, puisque nous n’avons évidemment pas pu comptabiliser ceux qui ont disparu sans laisser de trace. Chaque année, ce sont plus de 3 500 victimes qui sont comptées, et, en 2016, l’axe migratoire entre la Libye et l’Italie est devenu l’axe le plus mortel au monde. » Les pouvoirs publics, a-t-elle poursuivi, apporte des réponses inadaptées et sous-dimensionnées. « Les réponses apportées aux naufrages en Méditerranée par les États et par l’Europe sont des réponses sécuritaires et militaires. L’opération Mare Nostrum a en effet été remplacée par l’opération Triton, coordonnée par l’agence européenne Frontex, dont la mission est de surveiller les frontières extérieures de l’Europe. Les navires sont, dans ce contexte, positionnés plus près des côtes italiennes, et donc assez loin des zones de détresse, situées à la sortie des eaux territoriales libyennes, et où ont lieu l’essentiel des naufrages. […] La deuxième réponse de l’Union européenne, en 2015, est la mise en place de l’opération militaire Sophia (EUNAVFOR Med), qui a pour objectif la lutte contre les passeurs. […] Plus d’un an après le début de cette opération, on peut s’interroger sur son efficacité et continuer à ne pas comprendre l’absence d’un mandat institutionnel relatif au sauvetage des réfugiés. » Leoluca Orlando, maire de Palerme (Sicile), a ensuite pris la parole pour « remercier les immigrants parce que la ville de Palerme est depuis longtemps une ville migrante, une ville riche en monuments français, arabes, espagnols, mais elle est pourtant restée pendant de nombreuses années sans migrants. Quelle contradiction : une ville migrante, longtemps sans migrants ! Parce que la mafia sicilienne était contre les étrangers, contre la diversité. » Palerme est la seule ville du monde, a-t-il ajouté « disposant d’un conseil municipal de migrants que nous appelons Consulta delle culture (conseil de la culture), nous sommes contre le mot de migrant, composé de vingt-et-un conseillers, démocratiquement élus par les migrants. » Le débat s’est poursuivi avec l’intervention d’Ousmane O Sidibe, professeur à la Faculté des sciences juridiques et politiques de l’université de Bamako, président de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation, pour qui « pour résoudre la crise migratoire de manière durable, il est indispensable de partager la chaîne de valeur entre l’Afrique et les pays développés, de créer des emplois sur le continent, dans la transformation de premier niveau. On sait par exemple que le Mali, deuxième producteur africain de coton, ne transforme sur place que 2 % de sa production, alors qu’on aurait pu y développer des filatures, à défaut d’y fabriquer des tissus ». Puis Dimitri Christopoulos, président de la Fédération internationale des Droits de l’homme et professeur associé à l’université Panteion des sciences sociales et politiques d’Athènes, a pointé l’impasse dans laquelle se trouve la Grèce, au cœur d’un marchandage entre l’Union européenne et la Turquie « un million de réfugiés dans un continent comprenant un demi-milliard d’habitants ne constitue pas une crise. J’insiste sur le fait que ceci n’est pas une crise des réfugiés, c’est une crise de l’accueil, de la réception idéologique, c’est une crise créée par un déficit de solidarité. Pourquoi alors cette faute de langage ? Pourquoi, jusqu’à la fin de 2015, n’avons-nous parlé que de la « crise des réfugiés », alors que, dans le discours officiel de l’Union européenne qui suivit, on ne parla plus des réfugiés ? Nous parlons de « mixed migration flows » et non plus de réfugiés ? Ce n’est pas une faute de concept, c’est un choix politique guidé par une idéologie xénophobe. », avant de conclure « La pire des tactiques serait d’afficher sa peur, en rendant ainsi le monstre encore plus sûr de lui – et donc encore plus dangereux. N’ayons pas peur de l’épouvantail des réfugiés. Telle menace n’existe pas. L’extrême droite et le discours populiste exclusif, en revanche, existent bel et bien. Agissons donc avec prudence. Il ne s’agit pas seulement de principes et de droits. Il s’agit de paix – et de la prudence de l’Europe, malgré tout. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« « Une crise européenne ? Les sociétés face aux migrants » », La lettre du Collège de France [En ligne], 42-43 | 2016-2017, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/3795

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page