Navigation – Plan du site
Colloque de rentrée 2016

Sur les histoires de trois immigrations en France au xxe siècle

Benjamin Stora
p. 15

Texte intégral

  • 1 Benjamin Stora, Messali Hadj, pionnier du nationalisme algérien, thèse soutenue en 1978, Paris, Hac (...)
  • 2 Benjamin Stora, Dictionnaire biographique de militants nationalistes algériens, 1926-1954, Paris, L (...)

1Mon intervention porte sur trois questions que je me pose depuis mes recherches très anciennes sur l’histoire de l’immigration algérienne en France. Mon premier travail était une thèse consacrée à Messali Hadj1. Messali Hadj était un immigré dans la France de l’entre-deux-guerres. Il a été l’un des bâtisseurs des premières organisations indépendantistes algériennes en situation de migration, l’Étoile nord-africaine en 1926, puis le Parti du peuple algérien (PPA), proclamé en mars 1937 à Nanterre. Après ce travail commencé à la fin des années 1970, j’ai publié un dictionnaire biographique2, six cents biographies de ce mouvement politique. Des centaines de portraits d’immigrés algériens arrivant en France dans les années 1920-1930 jusqu’aux années 1960, à la fin de la guerre d’Algérie.

2À partir de ce travail ancien de recherche, je voudrais ici poser trois questions. La première porte sur l’absence de mention de cette immigration pendant de très longues années dans l’histoire générale de l’immigration en France. Pourquoi cette immigration n’a-t-elle pas été nommée, et dans quelles conditions a-t-on commencé à en parler ?

3La deuxième question porte sur la violence associée à la trajectoire migratoire algérienne, notamment pendant la guerre d’Algérie. Cette séquence de guerre, de 1955 à 1962, a été le moment d’une double violence, non seulement entre Français et Algériens, mais aussi entre les Algériens eux-mêmes. Cette double violence a pesé sur le destin de cette immigration.

4La troisième aborde la désorientation d’une immigration tiraillée entre la stratégie de retour au pays natal et la nécessité de l’intégration politique en France. Cette attitude apparemment contradictoire a bousculé le modèle républicain classique français, celui de l’assimilation.

5Ces trois questions sur l’immigration algérienne sont en prise avec l’actualité politique récente. Ce n’est pas un secret de dire que de nombreux « spécialistes » ont soulevé des questions sur les continuités possibles entre certains acteurs qui avaient accompli des actes terroristes en France et les origines migratoires maghrébines ou algériennes, de ces tueurs de Charlie Hebdo, de l’Hyper Cacher, ou de Molenbeek en Belgique. Ces événements terroristes sanglants ont laissé des traces dans les imaginaires, suscité des représentations autour de cette histoire et de cette immigration. Une interrogation subsiste : y a-t-il des continuités, ou au contraire des brisures, des séparations, des reconstructions entre les histoires d’hier et celles d’aujourd’hui ?

Haut de page

Notes

1 Benjamin Stora, Messali Hadj, pionnier du nationalisme algérien, thèse soutenue en 1978, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 2004.

2 Benjamin Stora, Dictionnaire biographique de militants nationalistes algériens, 1926-1954, Paris, L’Harmattan, 1985.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Stora, « Sur les histoires de trois immigrations en France au xxe siècle », La lettre du Collège de France [En ligne], 42-43 | 2016-2017, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/3807

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page