Navigation – Plan du site
Colloque de rentrée 2016

De la « crise des migrants » à la crise de l’Europe : un éclairage démographique

L’Europe, continent d’immigration au même titre que les États-Unis
François Héran
p. 17

Texte intégral

1C’est, en effet, un événement passé inaperçu des médias : en 2014, avant même le déclenchement de la crise des réfugiés, l’Union européenne avait rejoint et dépassé les États-Unis en tant que territoire d’immigration. L’Union européenne a enregistré cette année-là 1,9 million d’immigrants venus de pays tiers pour 508 millions d’habitants (sans compter 1,8 million de migrants internes à l’Union au titre de la « libre circulation »). Les États-Unis, pour leur part, ont accordé le statut de résidents permanents à un million d’immigrants pour 319 millions d’habitants. La comparaison devant se faire proportionnellement à la population des territoires d’accueil, il en résulte que l’Union européenne accueille désormais, en flux annuel, plus de migrants que les États-Unis : 3,7 ‰ (soit 0,37 %), contre 3,1.

2Voilà qui secoue nos habitudes mentales. Nous imaginons volontiers que les États-Unis seraient de tout temps une terre d’immigration, tandis que les immigrés seraient pour la vieille Europe un surcroît de population récent et inattendu, autant dire une intrusion. Mais cela fut vrai seulement au temps des fronts pionniers de la colonisation du Nouveau Monde. Dans les années 1955-1965, la France accueillait – toujours proportionnellement à sa population – davantage de migrants que les États-Unis, car ces derniers appliquaient depuis 1923 le régime drastique des quotas par origine nationale. Le jeune sénateur John Kennedy avait publié en 1958 un livre-manifeste intitulé A Nation of Immigrants, dont l’argument consistait précisément à dénoncer l’abandon de la vocation migratoire des États-Unis. Le temps était venu, jugeait-il, de la raviver. C’est Lyndon Johnson qui réalisera ce vœu en 1965, en abolissant les quotas et en promulguant la reconnaissance des droits civiques. Quant aux autres pays censés être « immigrationnistes » par nature, comme l’Australie ou le Canada, ils ont mené jusque dans les années 1970 des politiques d’inspiration xénophobe analogues à celle des États-Unis, tant est forte la propension des descendants des outsiders à acquérir une mentalité d’insiders et à fermer le portillon derrière eux.

3Sur tous les continents, Europe comprise, le fait de s’ouvrir à l’immigration, même contrôlée, n’a donc rien d’une vocation naturelle, c’est le résultat d’un changement politique et moral. Cette politique nouvelle peut prendre deux formes majeures : recruter des migrants pour les besoins de la croissance ou de la reconstruction économique, ou bien garantir aux immigrés l’exercice des droits (à commencer par celui d’épouser un conjoint étranger et de vivre en famille).

4L’Union européenne est donc aujourd’hui, au même titre que les États-Unis, une terre d’immigration. Mais nous peinons à l’admettre, et la « crise des réfugiés » ne nous aide guère à en prendre conscience. Car la notion même de crise véhicule l’idée d’un épisode exceptionnel, avec l’image connexe d’une intrusion massive : il y aurait les pays capables de résister à cette pression inédite et ceux qui, par faiblesse ou inconscience, finissent par céder.

5C’est oublier un fait majeur : avant même la crise des années 2015-2016, l’Allemagne et la France comptaient déjà dans leur population entre 20 % et 25 % d’habitants qui sont soit immigrés soit enfants d’immigrés (nés sur place d’un ou de deux parents immigrés). Les deux pays sont parvenus à ce résultat par deux voies différentes : dans le cas de la France, via une « infusion durable » de migrants depuis le xixe siècle, simplement renforcée dans les périodes de reconstruction d’après-guerre, et, dans le cas de l’Allemagne, par une alternance d’afflux et de reflux de réfugiés. Migration plutôt « ordinaire » dans le premier cas, « extraordinaire » dans le second.

6L’avenir appartient à une Europe qui s’armera moralement et juridiquement pour accueillir à la fois l’immigration ordinaire et l’immigration extraordinaire, et le faire avec la sérénité et le niveau d’organisation nécessaires. Cette capacité d’agir selon ses propres principes fait pleinement partie de son identité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Héran, « De la « crise des migrants » à la crise de l’Europe : un éclairage démographique », La lettre du Collège de France [En ligne], 42-43 | 2016-2017, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/3825

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page