Navigation – Plan du site
Colloque de rentrée 2016

Conclusion

Patrick Boucheron
p. 18

Texte intégral

  • 1 Catherine Wihtol de Wenden, « Et si l’on ouvrait les frontières ? », revue l’Histoire, no 73, 2016, (...)

1On estime qu’il y a aujourd’hui, dans le monde, 244 millions de migrants (je reprends ici les chiffres de Catherine Wihtol de Wenden) dont 100 millions sont des migrants forcés. Parmi eux, sans doute 42 millions de déplacés environnementaux et 41 millions de déplacés internes (réfugiés dans leurs propres pays). Si l’on ajoute 3 millions de demandeurs d’asile dans les pays développés, reste donc un peu plus de 21 millions de réfugiés qui ont obtenu le statut de la convention de Genève de 1951. Or, plus de la moitié (56% exactement) sont accueillis dans 10 pays du monde (dans l’ordre : Turquie, Pakistan, Liban, Iran, Jordanie, Kenya, Éthiopie, Yémen) qui représentent 2,5% du PIB mondial1.

2Par conséquent, il est faux de dire que l’Europe supporte un afflux de réfugiés. L’Allemagne en a accueilli 1 million en 2015, la France 80 000, et la Hongrie de Viktor Orban a dépensé 50 millions d’euros pour organiser un référendum afin de refuser l’accueil de 1300 migrants en application du plan européen de répartition des demandeurs d’asile.

  • 2 Achille Mbembe, Politique de l’inimitié, Paris, La Découverte, 2016, p. 8-9.

3« Faut-il décrire l’évidence ? » se demandait Thierry Mandon, secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, en ouverture de notre colloque ? Il le faut, sans doute. Il faut redresser les mots pour faire front à ce qu’Achille Mbembe a appelé récemment, dans un livre somptueux et implacable, Politique de l’inimitié. Il y montre – pardon de le citer longuement, mais son diagnostic sur l’aujourd’hui mérite d’être entendu – combien nous vivons un « arrangement avec le monde » qui « consiste à tenir pour rien tout ce qui n’est pas soi-même. Ce procès a une généalogie et un nom : la course vers la séparation et la déliaison. Celle-ci se déroule sur fond d’angoisse et d’anéantissement. Nombreux sont en effet ceux qui, aujourd’hui, sont frappés d’effroi. Ils craignent d’avoir été envahis et d’être sur le point de disparaître. Des peuples entiers ont l’impression d’être arrivés au bout des ressources nécessaires pour continuer à assumer leur identité. Ils estiment qu’il n’y a plus rien dehors, et qu’il faut, pour se protéger de la menace et du danger, multiplier des enclos. Ne voulant plus se souvenir de rien, et surtout pas de leurs propres crimes et méfaits, ils fabriquent de mauvais objets qui finissent effectivement par les hanter et dont ils cherchent désormais à se défaire violemment2 ».

Road to exile, 20...Road to exile, 2008, Barthélémy Toguo, barque en bois, ballots de tissus, bouteilles, collection du Musée national de l’Histoire de l’immigration, Palais de la Porte Dorée.

Road to exile, 2008, Barthélémy Toguo, barque en bois, ballots de tissus, bouteilles, collection du Musée national de l’Histoire de l’immigration, Palais de la Porte Dorée.

« La barque de l’exode est notre bateau ivre. Elle porte notre fardeau – celui de la responsabilité face à l’histoire, car nous savons, on peut le dire sans emphase, mais aussi sans hésitation que nous serons jugés sur notre capacité à affronter la réalité de la situation des migrants. »

4Ne voulant plus se souvenir de rien : s’opposer à cette capacité d’oubli est la tâche de l’historien. Non pas se rappeler du passé, en vertu d’un hypothétique devoir de mémoire, mais bien rappeler le passé. Le rappeler à soi, sans pour autant, et c’est le plus difficile, le ramener à soi – au sens où l’on dit de quelqu’un qui voudrait à la fois se protéger et s’afficher, qu’il ramène la couverture à soi. C’est l’usage le plus banal de l’histoire, art de la célébration avant d’être technique d’émancipation. Mais je ne parle pas ici de l’histoire des historiens, je parle de toutes les sciences de l’homme et de la nature en tant qu’elles sont des sciences historicisées – et voici pourquoi il était si décisif, pour un tel sujet, que le colloque de rentrée du Collège de France soit, comme il est de tradition, pleinement et paisiblement interdisciplinaire.

5On oppose généralement les beaux principes aux dures réalités. Mais nous étions bien, lors de ce colloque, dans le réel. Ce réel que certains veulent précisément liquider au nom des réalités. Ce qu’il réclame de nous : de la considération. Car ce réel est celui, le mot a été entendu plusieurs fois, et de bien des manières, le réel de l’humanité. Qu’on le traite avec égard, calmement – qu’on dise les choses avec justesse et qu’on le traite avec justice.

Haut de page

Notes

1 Catherine Wihtol de Wenden, « Et si l’on ouvrait les frontières ? », revue l’Histoire, no 73, 2016, p. 8-16.

2 Achille Mbembe, Politique de l’inimitié, Paris, La Découverte, 2016, p. 8-9.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Road to exile, 2008, Barthélémy Toguo, barque en bois, ballots de tissus, bouteilles, collection du Musée national de l’Histoire de l’immigration, Palais de la Porte Dorée.
Légende « La barque de l’exode est notre bateau ivre. Elle porte notre fardeau – celui de la responsabilité face à l’histoire, car nous savons, on peut le dire sans emphase, mais aussi sans hésitation que nous serons jugés sur notre capacité à affronter la réalité de la situation des migrants. »
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3836/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Boucheron, « Conclusion », La lettre du Collège de France [En ligne], 42-43 | 2016-2017, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/3836

Haut de page

Auteur

Patrick Boucheron

Chaire Histoire des pouvoirs en Europe occidentale,
xiiie - xvie siècle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page