Navigation – Plan du site
Colloque de rentrée 2016

L’exposition

12-18 octobre 2016
p. 19

Texte intégral

1L’exposition qui a accompagné le colloque de rentrée est le fruit d’un partenariat entre le Musée national de l’Histoire de l’immigration et le Collège de France. Les œuvres originales prêtées par le Musée ont été présentées dans le foyer et dans les salles adjacentes du 12 au 18 octobre 2016, avec une entrée en libre accès. L’exposition a réuni les travaux de cinq artistes, Barthélémy Toguo, Ad van Denderen, Bruno Boudjelal, Mathieu Pernot et Sarah Caron réalisées dans des formes multiples : installation, photographies, dessins. À côté des œuvres, des textes permettaient de saisir la complexité de la situation des migrants et des réfugiés, contraints de traverser des frontières physiques mais aussi psychiques, sociales et culturelles.

2Au centre du foyer le public a pu découvrir la barque en bois de Barthélémy Toguo, intitulée Road to exile (voir ci-contre). L’artiste s’est formé sur deux continents et explore de nombreuses formes dans son travail (photographie, peinture, dessin, vidéo, installations, performances) qui ont pour point commun d’interroger le statut de l’étranger, du migrant et de questionner l’altérité.

3La barque, écrasée sous la pression de lourds baluchons multicolores, est placée sur une mer de bouteilles en verre. Road to exile nous renvoie au chemin de l’exil, nous plonge dans le périlleux voyage des personnes qui tentent la traversée en haute mer, au risque de leur vie, dans l’espoir d’une vie meilleure.

Cahiers afghans, ...Cahiers afghans, Mathieu Pernot, 2012, stylo sur papier.

Cahiers afghans, Mathieu Pernot, 2012, stylo sur papier.

Collection du Musée national de l’Histoire de l’immigration, Palais de la Porte Dorée.

4Parmi les œuvres exposées, celles du photographe Mathieu Pernot ont particulièrement retenu l’attention. En 2012, l’artiste fait la connaissance de deux réfugiés afghans, Jawad et Mansour.

5Mathieu Pernot raconte ainsi sa rencontre : « J’ai confié à Jawad des cahiers d’écolier pour qu’il y écrive le récit de son voyage de Kaboul à Paris. À chacune de nos rencontres, il me donnait quelques pages de son histoire qu’il me traduisait. J’y voyais le journal d’une épopée moderne, l’histoire en négatif de notre mondialisation. Mansour m’a quant à lui prêté les cahiers qu’il utilisait pour ses cours de français. Des mots et des phrases de première nécessité étaient traduits en farsi. Un langage de la survie, une littérature de l’urgence. Je n’ai rien changé à ces cahiers, à la brutalité du texte et à l’aller-retour que la traduction permettait d’établir entre sa vie d’avant et celle d’aujourd’hui. »

La Jungle, Mathie...La Jungle, Mathieu Pernot, photographie, 2009-2010.

La Jungle, Mathieu Pernot, photographie, 2009-2010.

Mathieu Pernot, premier artiste en résidence au Collège de France

6La présentation de ces œuvres au public a contribué à enrichir les réflexions développées lors du colloque. Afin de poursuivre ce dialogue, l’Assemblée des professeurs a souhaité confier à Mathieu Pernot la première résidence artistique de création et de recherche du Collège de France, inaugurée à la rentrée 2017.

7Pour Alain Prochiantz, « Il s’agit, pour une institution attachée à promouvoir une recherche désintéressée et à la rendre sensible à tous, d’offrir à un artiste la possibilité de développer une expérimentation, de laisser une trace de son passage.

8Le choix de Mathieu Pernot se justifie par une proposition artistique qui donne à penser les questions migratoires autrement. Le projet de résidence a été imaginé sur un temps long qui permette à l’artiste non pas de simplement présenter ce qui fut accompli mais de développer sur place un travail nouveau et de l’utiliser pour tisser des liens avec un lieu et ceux qui le fréquentent. »

9Le premier jalon de ce parcours a été posé lors du colloque de rentrée 2017 intitulé Les natures en question avec la présentation d’une photographie de très grand format portant pour titre La Jungle. Cette image fait partie d’une série que le photographe a réalisée à Calais, après le premier démantèlement du camp de migrants qui a eu lieu en septembre 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Cahiers afghans, Mathieu Pernot, 2012, stylo sur papier.
Crédits Collection du Musée national de l’Histoire de l’immigration, Palais de la Porte Dorée.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3844/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre La Jungle, Mathieu Pernot, photographie, 2009-2010.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3844/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« L’exposition », La lettre du Collège de France [En ligne], 42-43 | 2016-2017, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 22 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/3844

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page