Navigation – Plan du site
Colloque de rentrée 2016

Le Programme national d’aide à l’accueil en urgence des scientifiques en exil (PAUSE)

p. 20-21

Texte intégral

1En octobre 2016, lors du colloque de rentrée Migrations, réfugiés, exil, Thierry Mandon, secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a annoncé la création d’un programme d’accueil des scientifiques en danger. À cette occasion, Alain Prochiantz, Administrateur du Collège de France et Edith Heard, titulaire de la chaire Épigénétique et mémoire cellulaire, ont mobilisé à leurs côtés des personnalités scientifiques et de la société civile pour accompagner cette initiative, en formant le comité de parrainage.

2Si plusieurs initiatives ont déjà mis en avant l’intérêt des recherches consacrées aux migrations, il était également nécessaire de prêter attention aux personnes migrantes elles-mêmes. Nombre de ces personnes, et en particulier celles issues de zones de guerre, sont diplômées de l’enseignement supérieur ou ont une activité de chercheurs ou d’enseignants-chercheurs. Des initiatives avaient déjà été prises pour ouvrir l’accès de l’enseignement supérieur aux jeunes réfugiés ou demandeurs d’asile dont les études ont été empêchées ou interrompues. Mais l’accueil des chercheurs et des enseignants-chercheurs restait un maillon faible des actions menées jusqu’ici en France. En effet, la France était dépourvue de dispositif d’accueil structuré contrairement à ce que proposaient de grands pays démocratiques comme les États-Unis, le Royaume-Uni ou l’Allemagne. Le programme PAUSE est une réponse forte à cette insuffisance.

Renouer avec la tradition d’hospitalité de la France

3Les crises géopolitiques qui se multiplient à travers le monde affectent les libertés académiques de nombreux chercheurs et mettent parfois en péril leur vie et celle de leurs proches.

4Ces chercheurs sont, comme leurs concitoyens, des victimes lorsque la guerre ou les persécutions frappent leur pays, mais, développant et enseignant l’esprit critique, ils sont particulièrement ciblés par toutes les formes de pouvoirs autoritaires. Lorsque les libertés sont attaquées, ils sont les premiers visés par les purges, persécutés, privés de liberté, voire exécutés.

Louis Rapkine (19...Louis Rapkine (1904-1948) en 1935. Service de biophysique de l’Institut de biologie physico-chimique.

Louis Rapkine (1904-1948) en 1935. Service de biophysique de l’Institut de biologie physico-chimique.

© Institut Pasteur / Fonds d’archives Louis Rapkine.

  • 1 Voir à ce sujet la communication de Sébastien Balibar et Diane Dosso, « Savants étrangers », « Migr (...)

5En 1936, le biochimiste Louis Rapkine, né en biélorussie, et dont la famille avait émigré au Canada, crée à Paris avec des chercheurs français le « Comité d’accueil et d’organisation du travail des savants étrangers1 » destiné à accueillir des scientifiques fuyant le nazisme en Allemagne et en Autriche et des réfugiés antifascistes provenant d’Espagne et du Portugal. Avec l’aide d’Edmond Bauer, directeur du laboratoire de Paul Langevin au Collège de France, Louis Rapkine rassemble une trentaines de personnes, parmi lesquelles se trouvaient Georges Urbain, Jean Perrin, René Wurmser, Frédéric Joliot-Curie, Paul Langevin et Emmanuel Fauré-Frémier (tous trois professeurs au Collège de France), Célestin Bouglé, Irène Joliot-Curie, Louis et Maurice de Broglie, Léon Brunschwicg, sir Robert Mond, Ernest Tonnelat, André Mayer ainsi que de nombreux scientifiques.

6Rapkine rejoignit Londres en janvier 1940 puis New York en août de la même année, où il organisa le sauvetage des scientifiques français en Grande-Bretagne et aux États-Unis, avec l’appui de la fondation Rockefeller. Grâce à Rapkine, plus d’une centaine de scientifiques accompagnés de leur famille purent émigrer aux États-Unis. En 1945, Louis Rapkine obtint de cette même fondation un financement qui aida au redémarrage du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et au retour en France des scientifiques exilés.

7Renouant avec cet engagement et avec la tradition d’accueil de la France, notamment en faveur des intellectuels, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et les établissements d’enseignement supérieur et de recherche se sont regroupés pour développer PAUSE, en janvier 2017.

Le Programme d’aide à l’Accueil en Urgence des Scientifiques en Exil (PAUSE) : un dispositif national ambitieux à vocation internationale

8PAUSE a été lancé officiellement le 16 janvier 2017, à l’occasion de la signature d’une convention entre le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le Collège de France, qui porte le programme, et la Chancellerie des universités de Paris, qui met des locaux à la disposition de l’équipe administrative. Ce programme national réunit au sein de son comité de direction - l’instance décisionnelle du programme - les grandes institutions de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche : le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), la Conférence des président d’université (CPU), la conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs (CDEFI), l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), l’Institut national de la recherche en informatique et en automatique (Inria), le Centre national des œuvres universitaires et scolaires (CNOUS), l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) ainsi que les principaux ministères concernés (ministères de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, de l’Intérieur, de l’Europe et des Affaires étrangères).

9En complément des contributions de l’État et des appuis des établissements d’enseignement supérieur et des organismes de recherche publics, le programme PAUSE finance ses activités grâce au concours de ses mécènes et de la générosité publique à travers un fonds de souscription sous l’égide de la Fondation de France.

10Au-delà de son implantation nationale, PAUSE s’inscrit d’ores et déjà dans le réseau des dispositifs homologues étrangers (The Institute of International Education - Scholar Rescue Fund aux États-Unis, Scholars at Risk hébergé par l’université de New York, L’Initiative Philipp Schwartz de la Fondation Humboldt en Allemagne, The Council for at Risk Academics en Grande-Bretagne), avec lesquels ont été nouées des relations afin de mutualiser les efforts. Cette dynamique est appelée à se développer, en coordination avec les politiques menées en faveur des intellectuels en danger dans les cadres européen et onusien.

L’accueil des scientifiques en exil, un atout pour la recherche et l’innovation

11Au-delà du devoir éthique évident face à des situations individuelles dramatiques, la solidarité avec les scientifiques étrangers en situation d’urgence est une source de savoirs d’un intérêt majeur pour le monde académique et pour la société dans son ensemble.

12Les scientifiques qui bénéficient du soutien de PAUSE sont hautement qualifiés, et ont développé durant leur parcours académique et professionnel de nombreuses coopérations et partenariats au niveau international. PAUSE constitue ainsi un outil susceptible d’enrichir la position scientifique et le rayonnement de la France dans le monde. Il contribue aussi à développer des réseaux internationaux de recherche et d’innovation, à renforcer l’attractivité des universités, des centres de recherche, mais aussi le tissu économique, certains scientifiques de haut niveau ayant en outre vocation à rejoindre le secteur privé.

13Au-delà des échanges croisés de savoirs entre la France et les pays d’origine, l’accueil des scientifiques en exil crée également des réseaux de solidarité à long terme, assure la sauvegarde d’un patrimoine culturel mondial et sauve la vie de ceux qui seront bien souvent en première ligne dans la reconstruction de leur pays.

Premier Bilan

14Un an après son lancement, le programme PAUSE a soutenu 98 scientifiques, en facilitant leur accueil dans des plus d’une cinquantaine établissements en France : doctorant en archéologie syrien kurde menacé de mort ; sociologue turque persécutée, emprisonnée, désormais exilée en France ; professeur syrien en mécanique des solides, des matériaux et des surfaces, avec une famille de cinq enfants déplacée en Jordanie ; astrophysicien syrien, père de trois enfants, ayant fui Alep ; spécialiste de la préservation du patrimoine oral yéménite ; doctorante en sciences sociales ayant fui le Kurdistan irakien avec son mari et ses cinq enfants. Ces chercheurs, à quasi-parité de genre et toutes disciplines confondues, sont aujourd’hui principalement originaires du Proche et du Moyen-Orient, mais des candidats de toutes les régions du monde ont vocation à bénéficier du programme.

15Ce premier bilan démontre l’ampleur des besoins (plus de 180 candidatures reçues) ainsi que l’engagement de la société française dans toutes ses composantes (citoyens, enseignants-chercheurs, étudiants, universités, organismes de recherche, organisations de la société civile, grands donateurs, entreprises mécènes, fondations, organisations d’intérêt général et pouvoirs publics) en faveur de la défense des libertés académiques. Il illustre la tradition d’hospitalité de la France et sa capacité d’ouverture sur le monde.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce sujet la communication de Sébastien Balibar et Diane Dosso, « Savants étrangers », « Migrations, réfugiés, exil », colloque annuel 2016, coédition Odile Jacob / Collège de France, 173-176.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Louis Rapkine (1904-1948) en 1935. Service de biophysique de l’Institut de biologie physico-chimique.
Crédits © Institut Pasteur / Fonds d’archives Louis Rapkine.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3851/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3851/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3851/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Le Programme national d’aide à l’accueil en urgence des scientifiques en exil (PAUSE) », La lettre du Collège de France [En ligne], 42-43 | 2016-2017, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/3851

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page