Navigation – Plan du site
Les événements du Collège de France
Les grandes conférences du Collège de France

Frank Gehry, conversation avec Jean-Louis Cohen

22 juin 2017
Jean-Louis Cohen et Frank Gehry
p. 24-25

Notes de la rédaction

Retrouvez l’intégralité de la conférence ainsi que le film de présentation sur le site www.college-de-france.fr

Texte intégral

Extraits de la conférence de Frank Gehry, en conversation avec Jean-Louis Cohen

Jean-Louis Cohen
L’expérience du musée Guggenheim de Bilbao a constitué un tournant dans votre travail. C’est un bâtiment phare par son programme et son emplacement mais aussi parce que de nouvelles stratégies de conception ont été utilisées pour la première fois à cette échelle, et cela grâce aux ordinateurs. Ils ont en effet permis non seulement de produire des images mais aussi de concevoir, calculer et édifier des bâtiments.

Frank Gehry
Nous avions en effet un partenariat avec un producteur de logiciels français, Dassault Systèmes. Lorsque j’ai rencontré Bernard Charron, je lui ai parlé de mon projet et il m’a immédiatement aidé. Concrètement, il m’a fourni le logiciel eDraw, que nous avons d’ailleurs un peu simplifié tout en mettant sur pied un partenariat pour développer un logiciel utile à la construction. La facilité de construction est essentielle à mes yeux. J’essaye d’en contrôler toutes les facettes. Je n’y arrive pas toujours, mais à Bilbao nous avons réussi.

Jean-Louis Cohen
Ce qui est particulièrement intéressant dans vos œuvres et à cette époque précise, c’est la rencontre entre le numérique et l’histoire de l’art. C’est le cas de la tête de cheval dans la banque DZ à Berlin entièrement, liée à une expérience que vous avez faite à Dijon.

  • 1 Il s’agit du Puits de Moïse, sculpté par Claus Sluter puis achevé par son neveu Claus de Werve en 1 (...)
  • 2 Le tombeau de Philippe le Hardi (1381-1410) a été commandé par le duc de Bourgogne de son vivant po (...)

Frank Gehry
C’est exact. Vous voyez, je reviens toujours à la France pour avoir une source d’inspiration. Irving Lavin, un historien de Princeton que je connais bien, m’a emmené à Dijon. Nous avons découvert la fameuse fontaine1 et j’en suis tombé à genoux. Nous avons ensuite regardé le tombeau de Philippe le Hardi2, avec quelques personnages en deuil sculptés par Claus Sluter dont le travail est antérieur à Michel-Ange. Cette fluidité des lignes dans la pierre a le pouvoir de vous renverser. Aujourd’hui encore, je ressens l’influence de ses œuvres, elles m’inspirent tout simplement. Grâce aux ordinateurs, on peut (re)construire ces formes.

Jean-Louis Cohen
J’aimerais parler avec vous de vos liens avec la musique, avec les bâtiments que vous avez construits pour la musique, car la salle Pierre-Boulez de Berlin a été ouverte en début d’année. Vous aviez commencé avec la construction d’un pavillon de musique à Columbia, dans le Maryland, puis la rénovation du Hollywood Bowl, à Los Angeles, qui vous a occupé de 1971 à 1982.

Frank Gehry
Le Hollywood Bowl a en effet une forme qui amplifie et diffuse le son – un peu comme une trompette. La seule façon de projeter le son était d’avoir une forme de trompette dirigée vers la vallée, vers les collines, au loin. Le problème était bien la concentration du son, car les musiciens n’arrivaient pas à s’entendre les uns et les autres dans l’orchestre. Je l’ai personnellement perçu sur la scène. Le son partait vers le haut et s’évaporait. Les responsables du projet ont tout fait pour résoudre le problème, mais ils n’avaient pas beaucoup d’argent. Ils sont venus me voir. J’ai rencontré Christopher Jaffe, l’acousticien choisi par leurs soins et nous avons longuement parlé. À l’époque, le béton était coulé dans des tubes de carton servant de coffrages, des « sonotubes », ainsi qu’on les appelait. Ils ne coûtaient pas très cher : pour 10 000 dollars, on pouvait acheter suffisamment de tubes pour l’auditorium. Le premier essai a été concluant, avec une bonne diffusion du son grâce à ce système. Il n’y a pas eu de « projection » de son, et nous avons réussi à neutraliser l’effet de la forme. Sur scène, les musiciens s’entendaient parfaitement. Nous avons aussi pu amplifier le son avec un système de haut-parleurs dirigés vers le public. Pour la deuxième version, un nouvel acousticien, israélien, nous a dit préférer les sphères en plastique. Nous avons suivi son choix mais en réalité, l’effet a été exactement le même.

Jean-Louis Cohen
Avec Christopher Jaffe, vous avez ensuite travaillé sur le pavillon de Concord, dans la baie de San Francisco.

Frank Gehry
Oui. C’est l’un des meilleurs centres musicaux en extérieur. Nous avons tenté de placer l’orchestre sous la scène circulaire, un peu dans la fosse. J’y ai écouté un concert dirigé par Pierre Boulez, alors jeune chef d’orchestre. Nous avions mis une sorte de petit tapis, et moi j’étais là, assis sur ce tapis, et je le voyais, juste en face de moi. J’en avais entendu parler, mais je ne le connaissais pas. Il était toujours dans un cadre, en tant que chef d’orchestre. C’était un rêve, une pure merveille, je n’en croyais pas mes oreilles. De la magie ! Lorsque le concert s’est terminé, j’ai fait quelque chose que je ne fais jamais, j’ai couru pour le voir. Il avait vu certaines de mes constructions et m’a répondu : « Si je vais à Los Angeles, nous pourrions peut-être nous voir. » Je lui ai parlé du Bowl, il est venu, a vu l’orchestre, que l’on ne perçoit pas lorsqu’on est sur la colline. Il était plutôt enthousiaste. En tout cas, cela nous a amenés à tisser une amitié réelle. Lorsqu’il a donné son premier concert en 1969 avec le Los Angeles Philharmonic, et que des gens ont quitté la salle, j’étais là. C’est quelque chose qui l’a profondément meurtri.

Jean-Louis Cohen
Votre goût et votre connaissance de la musique vous ont sûrement influencé pour ces projets complexes ?

Frank Gehry
Bien entendu. Lorsque j’étais enfant, ma mère m’emmenait à des concerts à Toronto. Elle jouait du violon et la musique l’intéressait. Notre famille était pauvre et notre situation difficile. Malgré cela, ma mère nous a donné la possibilité d’écouter de la musique classique. J’ai ainsi pris goût à la musique. Je la pratique en dilettante et je n’oserais jamais me prétendre expert. Mais, en réalité, cette musique s’est ancrée en moi et m’a profondément nourri dans mon expérience d’architecte. Avec Ernest Fleischmann, directeur exécutif du Los Angeles Philarmonic, nous avons travaillé sur le Hollywood Bowl et je suis rentré dans la famille de l’orchestre. J’ai moi-même rencontré Pierre Boulez régulièrement et nous parlions beaucoup de tout cela.

Jean-Louis Cohen
Que pouvez-vous dire du récent projet d’auditorium construit à Berlin à la mémoire de Pierre Boulez ?

Frank Gehry
Pierre Boulez a toujours tenu à un système tel que celui de cet auditorium, avec des unités modulables. C’est difficile à expliquer ainsi. Je me souviens d’avoir rencontré des étudiants à l’Ircam. L’un d’eux a demandé à Pierre Boulez : « Quelle est la question la plus importante pour le sol modulable ? » Il a gentiment répondu : « Il faut pouvoir, très silencieusement, amener un piano sur scène ». J’aurais pu l’étrangler. C’était exactement pour ça qu’il était un bon chef d’orchestre. Il est selon moi un héros.

Lorsque le projet berlinois a vu le jour, j’y ai participé par hasard. Il s’agissait de réunir un orchestre avec des Israéliens et des Palestiniens jouant ensemble avec la conviction que grâce à l’art, il devient possible de communiquer. L’idée est belle et fonctionne, grâce à Edward Saïd et Daniel Barenboim y a joué. J’ai grandi dans une famille juive, lorsque l’État d’Israël était en pleine construction et j’y suis allé. J’ai essayé de travailler là-bas, je n’ai pas aimé cette expérience, et suis profondément déçu par ce qu’il se passe à l’heure actuelle en Israël. Cependant, je crois sincèrement que grâce à l’art, communiquer devient possible et, aujourd’hui encore, je crois en cette idée. C’est la raison pour laquelle j’ai travaillé sur ce projet et me suis porté volontaire, si je puis dire. Daniel et moi avons décidé de l’appeler la salle Pierre Boulez et ça ressemble un peu à une salle modulable.

Jean-Louis Cohen
Retournons à Paris. Pouvez-vous nous parler de la Fondation Vuitton ?

Frank Gehry
J’ai fait la rencontre de Bernard Arnault qui m’a dit : « Venez, je vais vous montrer un site. » Il m’a emmené en voiture au Jardin d’acclimatation. Je me suis rendu compte de ce qu’il souhaitait faire. Sur place, je me suis soudainement trouvé rempli d’émotions, je me suis mis à pleurer. Cela m’arrive parfois, comme ça, je suis très émotif. J’ai pleuré parce que je me suis rendu compte de mon lien profond avec l’histoire française.

Jean-Louis Cohen
L’évolution du projet a été plutôt lente. On devine quelle a vraiment été votre stratégie. On dit parfois que vous « sculptez l’architecture », alors qu’en fait, vous commencez par assembler des éléments et des volumes rationnels. D’abord, vous essayez de comprendre le programme qui vous est donné par le client, et fixer les objectifs à atteindre. Ne pourrait-on pas vous qualifier de « fonctionnaliste » dans ce cas-là ?

Frank Gehry
Peut-être, je ne sais pas. Les clients ne représentent jamais une menace à mes yeux, même les clients particulièrement « forts ». Je les apprécie d’ailleurs, parce que de tels commanditaires savent très précisément ce qu’ils souhaitent et qu’ils interagissent en fonction. Ceci affine le projet jusqu’à devenir un objet très particulier. Cela a été le cas ici, car Bernard Arnault, mais vous le savez peut-être, joue aussi du piano. La musique classique est pour lui, comme pour toute sa famille, fondamentale. Une étincelle est immédiatement née lors de notre rencontre. Le problème, si je puis dire, pour ce projet, fut la difficulté de construire dans le bois de Boulogne. Les gens étaient sensibles à cet espace vert, même s’il existe déjà des bâtiments. On s’est demandé ce que l’on pouvait faire pour que ce soit approprié : utiliser du verre, une autre matière, un autre matériau ? Après une longue discussion, nous avons opté pour un bâtiment qui ait une enveloppe de verre. Pour lui donner une raison d’être supplémentaire dans ce jardin. J’ose espérer que nous avons fait le bon choix.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit du Puits de Moïse, sculpté par Claus Sluter puis achevé par son neveu Claus de Werve en 1405. Cette œuvre est une commande du duc de Bourgogne Philippe le Hardi pour la Chartreuse de Champmol. Elle est encore visible sur le site hospitalier spécialisé La Chartreuse, à Dijon.

2 Le tombeau de Philippe le Hardi (1381-1410) a été commandé par le duc de Bourgogne de son vivant pour la Chartreuse de Champmol. Sa réalisation a été confiée aux mêmes artistes, Claus Sluter puis Claus de Werve. Cette œuvre est considérée comme l’un des chefs-d’œuvre de l’art sculptural du Moyen Âge en raison de la grande finesse et de l’élégance des pleurants d’albâtre placés sous les arcades du tombeau. Cette œuvre monumentale est conservée au Musée des Beaux-Arts de Dijon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Cohen et Frank Gehry, « Frank Gehry, conversation avec Jean-Louis Cohen », La lettre du Collège de France [En ligne], 42-43 | 2016-2017, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/3869

Haut de page

Auteurs

Jean-Louis Cohen

Professeur au Collège de France (chaire internationale Architecture et forme urbaine)

Articles du même auteur

Frank Gehry

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page