Navigation – Plan du site
Les événements du Collège de France

Concert. Jadayel (Tresses) par le Duo Sabîl & le Quatuor Béla organisé avec l’Institut du monde arabe

Jeudi 18 mai 2017
p. 26-27

Notes de la rédaction

Ce concert a reçu le soutien de la Fondation Hugot du Collège de France

Texte intégral

  • 1 Les œuvres 1, 2, 3, 4 et 6 sont composées et arrangées par Ahmad Al Khatib, l’œuvre 8 est arrangée (...)

Programme du concert1
1. La colombe bleue / 2 à 4. Trilogie du Maqam / A - Ombres / B - Sons de voilier / C - L’autre histoire / 5. Lamento / 6. Ghnawa / 7. Quolibet / 8. Mina / 9. Bourrée

JadayelJadayel

Jadayel

© Alexandre Chevillard.

Le duo Sabîl, des artistes rares

  • 2 Patrick Labesse, article paru dans Le Monde magazine du 7 juin 2017.

1Aujourd’hui maître consacré du oud, c’est en 1998 qu’Ahmad Al Khatib découvre Youssef Hbeisch lors d’un concert. Impressionné par « la créativité de ce percussionniste de première classe », il le retrouve au Conservatoire national Edward Saïd, où ils enseigneront plusieurs années, à Jérusalem Est et à Ramallah. Ils travaillent à une création commune, mais le projet demeure entravé. Chacun développe alors une carrière prestigieuse et ils se rejoignent souvent, notamment au sein de l’ensemble contemporain palestinien Karloma. Début 2012 paraît leur premier album, produit par l’Institut du monde arabe, distribué par Harmonia Mundi, qui est immédiatement salué par une critique élogieuse. Artistes « en route » et en mouvement, musiciens de la recherche et de l’improvisé, de l’énergie et de l’émotion, leurs créations s’enracinent dans la mémoire musicale de leurs origines. Empreintes de mystique soufie, elles expriment en outre une soif de liberté qui renouvelle la musique orientale avec sobriété mais raffinement2

Le Quatuor Béla, composer avec l’ouverture

  • 3 Marie-Aude Roux, extrait d’un article paru dans Le Monde en juillet 2013.

2« Les interprétations engagées et exigeantes du Quatuor Béla ont été à plusieurs reprises saluées par la presse. Fondé en 2006 par quatre musiciens des CNSM de Lyon et de Paris, le Quatuor Béla s’est réuni autour du désir de défendre le fabuleux répertoire du xxe siècle ainsi que la création. L’ensemble se produit en France et à l’étranger sur des scènes éclectiques : Cité de la Musique à Paris, Festival d’Aix-en-Provence, Flâneries de Reims, Biennale Musiques en Scène de Lyon, Why Note, Les Musiques à Marseille, Villa Médicis, Les Suds à Arles, Jazz Nomades, Africolor, Musique Action, Les Journées électriques, ainsi que sur les scènes nationales. Le Quatuor Béla se distingue par sa volonté d’être à l’initiative de nouvelles compositions et de nourrir le dialogue entre interprètes et compositeurs. Curieux et enthousiastes par la diversité des courants qui font la création contemporaine, les membres du Quatuor Béla s’associent souvent à des figures artistiques emblématiques : l’improvisateur et performer Jean-François Vrod, le rockeur inclassable Albert Marcœur, le griot Moriba Koïta, le jeune maître du oud Ahmad Al Khatib, le trio de jazz radical Jean Louis. Le Quatuor publie deux disques en 2013, l’un, Métamorphoses nocturnes, consacré à la musique de Ligeti chez AEON, l’autre à une œuvre co-écrite par Thierry Blondeau et Daniel D’Adamo, Plier / Déplier chez Cuicatl / La Buissonne3.

Jadayel, ou l’imbrication de différentes grammaires intérieures

3« Ce projet s’inscrit dans la continuité de rencontres passées avec d’autres cultures musicales, tant la recherche de points de rencontre se révèle chaque fois fascinante. Toutes les musiques qui m’ont marqué nourrissent cette composition. Elles ont été digérées, intériorisées, elles m’ont structuré et réapparaissent intimement imbriquées. C’est tout le pari de Jadayel : inventer une “ troisième musique ”, comme le dit Frédéric Aurier, qui tresse ensemble les mémoires et grammaires qui nous constituent. Je ne vis donc pas vraiment ce projet comme une rencontre Orient-Occident. En composant, j’ai plutôt à l’esprit les instruments qui participent au projet, comment les faire dialoguer... Reste que la musique modale est de structure horizontale et utilise davantage le rythme que la musique occidentale, de structure verticale, qui s’est développée vers l’harmonie et confère une importance marquée à la mélodie.

  • 4 Extrait d’un entretien en anglais avec Ahmad Al Khatib, réalisé et traduit par Alix du Mesnil.

4Sera-t-il possible de combiner tel mode avec telle mélodie ? D’utiliser tel maqam dans une perspective harmonique ? Comment rendre le mode Saba moins mélancolique qu’il ne l’est habituellement ?... Partant de ma formation à la musique modale, je tente d’en reprendre certains sons, certaines intonations, une certaine esthétique, pour les insérer dans une structure verticale. Et de surcroît, encadrer rythmiquement le tout et organiser des cycles rythmiques, ce qui s’avère assez complexe ; la créativité de Youssef Hbeisch est toujours d’une grande aide en ce domaine, heureusement4. »

Haut de page

Notes

1 Les œuvres 1, 2, 3, 4 et 6 sont composées et arrangées par Ahmad Al Khatib, l’œuvre 8 est arrangée par Øystein Bru Frantzen. Les œuvres 5, 7 et 9 sont composées et arrangées par Frédéric Aurier, les arrangements des percussions par Youssef Hbeisch.

2 Patrick Labesse, article paru dans Le Monde magazine du 7 juin 2017.

3 Marie-Aude Roux, extrait d’un article paru dans Le Monde en juillet 2013.

4 Extrait d’un entretien en anglais avec Ahmad Al Khatib, réalisé et traduit par Alix du Mesnil.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jadayel
Crédits © Alexandre Chevillard.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3881/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 619k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Concert. Jadayel (Tresses) par le Duo Sabîl & le Quatuor Béla organisé avec l’Institut du monde arabe », La lettre du Collège de France [En ligne], 42-43 | 2016-2017, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/3881

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page