Navigation – Plan du site
Activité des chaires

Une équipe internationale découvre les plus anciens Homo sapiens à Jebel Irhoud au Maroc

7 juin 2017 | Institut Max-Planck (Allemagne)/INSAP (Maroc)/Collège de France
p. 32-33

Texte intégral

  • 1 Le projet Jebel Irhoud est conduit de façon conjointe et financé par l’Institut national d’archéolo (...)

1Une équipe internationale dirigée par le professeur Jean-Jacques Hublin de l’Institut Max-Planck d’anthropologie évolutionnaire (Leipzig, Allemagne) et du Collège de France, (chaire de Paléoanthropologie) et par le professeur Abdelouahed Ben-Ncer de l’Institut national d’archéologie et du patrimoine (INSAP, Rabat, Maroc) a mis au jour des restes d’Homo sapiens primitifs associés à des outillages de pierre et des restes de faunes à Jebel Irhoud1, au Maroc. L’âge de ces découvertes a été déterminé autour de 300 000 ans. Les fossiles humains de Jebel Irhoud représentent les plus anciennes traces de notre propre espèce connues à ce jour. Leur âge est de 100 000 ans supérieur à celui des plus anciens Homo sapiens connus jusqu’à présent.

Site archéologiqu...Site archéologique de Jebel Irhoud (sud)

Site archéologique de Jebel Irhoud (sud)

© Shannon McPherron, MPI EVA Leipzig, licence: CC-BY-SA 2.0.

2« Nous avons pris l’habitude de penser que le berceau de l’humanité moderne peut être localisé en Afrique de l’Est il y a 200 000 ans, mais nos travaux démontrent sans ambiguïté qu’Homo sapiens était probablement déjà présent sur l’ensemble du continent africain il y a 300 000 ans. Bien longtemps avant la sortie d’Afrique d’Homo sapiens, il y a eu une dispersion ancienne à l’intérieur de l’Afrique », explique le paléoanthropologue Jean-Jacques Hublin.

3Les données génétiques sur les populations actuelles comme les trouvailles paléontologiques désignent sans ambiguïté l’Afrique comme le continent d’origine de notre espèce, Homo sapiens.

4Des restes très anciens d’Homo sapiens fossiles étaient déjà connus à Omo Kibish, en Éthiopie, datés autour de 195 000 ans. À Herto, également en Éthiopie, un autre Homo sapiens fossile remonte à 160 000 ans. Jusqu’à aujourd’hui, une majorité de spécialistes considérait donc que tous les hommes actuels descendaient d’une population qui vivait en Afrique de l’Est, il y a environ 200 000 ans.

5« L’Afrique du Nord a longtemps été négligée dans les débats entourant les origines de notre espèce. Les découvertes spectaculaires de Jebel Irhoud démontrent en fait les connections étroites entre le Maghreb et le reste du continent africain à l’époque de l’émergence d’Homo sapiens », précise Abdelouahed Ben-Ncer.

6Le site marocain de Jebel Irhoud est connu depuis les années 1960 pour ses découvertes de restes humains et ses outillages du « Middle Stone Age ». Cependant l’interprétation des hommes de Jebel Irhoud a longtemps été obscurcie par l’imprécision persistante qui entourait leur âge géologique. Les nouvelles fouilles entreprises dans le site à partir de 2004 ont livré de nouveaux fossiles d’Homo sapiens in situ. Leur nombre est passé de 6 à 22, faisant de Jebel Irhoud le plus ancien et le plus riche gisement africain du « Middle Stone Age » et documentant la première phase évolutive de notre espèce. Pour établir une chronologie précise des dépôts, les chercheurs ont utilisé la méthode de thermoluminescence sur des silex brûlés. Ces échantillons ont produit une série de dates autour de 300 000 ans qui repoussent les origines de notre espèce de 100 000 ans.

7Selon Daniel Richter, expert en géochronologie, « en Afrique, les sites bien datés de cette période sont exceptionnellement rares et il est très heureux que le site de Jebel Irhoud ait préservé autant de silex brûlés. Ceci nous a permis d’utiliser la méthode de la thermoluminescence et d’établir une chronologie cohérente des fossiles humains et des niveaux qui les surmontent ». De plus, l’équipe a pu réévaluer l’âge établi directement sur la mandibule d’enfant d’Irhoud 3 découverte dans les années 1960. L’âge précédemment calculé pour cette mandibule à partir de mesures de la résonance électronique de spin était de 160 000 ans. En prenant en compte les nouvelles mesures de la radioactivité du site et les progrès récents de cette méthode, un âge beaucoup plus ancien et parfaitement en accord avec les résultats obtenus par la méthode thermoluminescence a été obtenu pour ce fossile.

Le premier de not...Le premier de notre espèce. Deux vues du visage Irhoud 10.

Le premier de notre espèce. Deux vues du visage Irhoud 10.

Plusieurs reconstructions du deuxième visage d’hominidé découvert sur le site d’Irhoud peuvent être proposées. Toutes ces reconstructions s’inscrivent dans la variabilité de l’anatomie de l’homme moderne, dans les limites des contraintes morphologiques. Les conditions modernes du squelette facial étaient donc déjà atteintes il y a 300 000 ans dans les premières formes d’Homo sapiens connues à ce jour.

© Sarah Freidline, MPI EVA Leipzig.

8Les crânes des hommes actuels sont caractérisés par une combinaison de caractères qui les distinguent de ceux de nos ancêtres et de nos cousins dans l’arbre évolutif des Hominines : une face réduite et gracile et une boîte crânienne globulaire. Les hommes de Jebel Irhoud possèdent déjà une face et une denture d’allure moderne, et aussi une boîte crânienne de grande taille mais avec une forme oblongue et par certains aspects archaïque.

9Jean-Jacques Hublin et son équipe ont utilisé les techniques les plus avancées de la tomographie informatisée et de l’analyse statistique de forme sur des centaines de mesures tridimensionnelles pour montrer que la morphologie faciale des fossiles Jebel Irhoud est presque indiscernable de celle des hommes actuels. Contrastant avec ces caractéristiques faciales, celles de la boîte crânienne traduisent des proportions plus basses. « La forme de l’espace interne de la boîte crânienne est directement corrélée à celle du cerveau », révèle Philipp Gunz, du département d’Anthropologie évolutionnaire de l’Institut Max-Planck. « Nos travaux montrent que la face humaine a acquis précocement ses caractéristiques modernes, mais que la forme du cerveau et possiblement ses fonctions ont continué à évoluer au sein de la lignée d’Homo sapiens » ajoute-t-il. L’analyse de l’ADN ancien extrait de fossiles de néandertaliens et de dénisoviens a récemment mis en évidence des différences notables avec celui des hommes modernes en ce qui concerne des gènes qui affectent le cerveau et le système nerveux. Les changements évolutifs de formes de la boîte crânienne sont très certainement liés à une série de mutations qui ont modifié des aspects importants de la connectivité, de l’organisation et du développement cérébral qui distinguent Homo sapiens de ses ancêtres et de ses cousins éteints.

10La morphologie et l’âge des fossiles de Jebel Irhoud confirment l’interprétation d’un fragment crânien énigmatique âgé de 260 000 ans provenant de Florisbad en Afrique du Sud, comme un autre jalon ancien de notre espèce. Les fossiles de Jebel Irhoud représentent les traces les plus anciennes d’Homo sapiens sur le continent africain. Cependant des représentants de cette première phase évolutive sont présents en divers points du continent, à Jebel Irhoud, Maroc (300 000 ans), à Florisbad, Afrique du Sud (260 000 ans), et à Omo Kibish, Ethiopie (195 000 ans). L’origine de notre espèce résulte donc d’un scénario complexe qui implique sans doute l’ensemble de l’Afrique.

11À Jebel Irhoud, les fossiles humains sont associés dans les dépôts archéologiques à des restes d’animaux chassés, au premier rang desquels des gazelles. Les outils de pierre appartiennent au « Middle Stone Age ». Ces outils montrent une utilisation de la technique de débitage Levallois avec une dominance des pointes. Les outils ont été fabriqués avec du silex de bonne qualité importé dans le site. Les bifaces et d’autres types d’outils couramment présents dans des sites plus anciens sont absents. Des assemblages similaires à celui de Jebel Irhoud sont connus dans d’autres régions d’Afrique vers la même époque et témoignent probablement des changements adaptatifs qui ont permis à Homo sapiens de se répandre sur le continent. « Les outils de pierre de Jebel Irhoud ressemblent beaucoup à ceux découverts dans des dépôts d’âge comparable en Afrique de l’Est et en Afrique du Sud », explique Shannon McPherron. « Il est très probable que les innovations techniques qui caractérisent le « Middle Stone Age » soient associées à l’émergence d’Homo sapiens. La dispersion de l’espèce à travers toute l’Afrique il y a environ 300 000 ans est le résultat de changements à la fois biologiques et comportementaux. »

Le premier de not...Le premier de notre espèce. Deux vues d’une reconstitution composite des premiers fossiles connus d’Homo sapiens du Djebel Irhoud à partir de scans tomographiques informatisés de multiples fossiles originaux.

Le premier de notre espèce. Deux vues d’une reconstitution composite des premiers fossiles connus d’Homo sapiens du Djebel Irhoud à partir de scans tomographiques informatisés de multiples fossiles originaux.

Datés de 300 000 ans, ces premiers Homo sapiens ont déjà un visage moderne qui s’inscrit dans la diversité des humains d’aujourd’hui. Cependant, l’empreinte virtuelle archaïque du cerveau (en bleu) indique que la forme du cerveau, et éventuellement la fonction cérébrale, a évolué au sein de la lignée Homo sapiens.

© Philipp Gunz, MPI EVA Leipzig, licence : CC-BY-SA 2.0.

Cette découverte ...Cette découverte a fait l’objet de deux articles publiés dans le numéro du 8 juin 2017 de la revue Nature (PDF téléchargeable sur le site de la revue à l’adresse suivante : https://www.nature.com/​articles/​nature22336.pdf.)

Cette découverte a fait l’objet de deux articles publiés dans le numéro du 8 juin 2017 de la revue Nature (PDF téléchargeable sur le site de la revue à l’adresse suivante : https://www.nature.com/​articles/​nature22336.pdf.)

Haut de page

Notes

1 Le projet Jebel Irhoud est conduit de façon conjointe et financé par l’Institut national d’archéologie et du patrimoine et par le département d’Évolution humaine de l’Institut Max-Planck. La société Max-Planck a financé les datations par thermoluminescence ; une partie des analyses sur les séries de désintégration de l’uranium et l’ESR a été financée par le programme « ARC discovery ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Site archéologique de Jebel Irhoud (sud)
Crédits © Shannon McPherron, MPI EVA Leipzig, licence: CC-BY-SA 2.0.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3932/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Le premier de notre espèce. Deux vues du visage Irhoud 10.
Légende Plusieurs reconstructions du deuxième visage d’hominidé découvert sur le site d’Irhoud peuvent être proposées. Toutes ces reconstructions s’inscrivent dans la variabilité de l’anatomie de l’homme moderne, dans les limites des contraintes morphologiques. Les conditions modernes du squelette facial étaient donc déjà atteintes il y a 300 000 ans dans les premières formes d’Homo sapiens connues à ce jour.
Crédits © Sarah Freidline, MPI EVA Leipzig.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3932/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Le premier de notre espèce. Deux vues d’une reconstitution composite des premiers fossiles connus d’Homo sapiens du Djebel Irhoud à partir de scans tomographiques informatisés de multiples fossiles originaux.
Légende Datés de 300 000 ans, ces premiers Homo sapiens ont déjà un visage moderne qui s’inscrit dans la diversité des humains d’aujourd’hui. Cependant, l’empreinte virtuelle archaïque du cerveau (en bleu) indique que la forme du cerveau, et éventuellement la fonction cérébrale, a évolué au sein de la lignée Homo sapiens.
Crédits © Philipp Gunz, MPI EVA Leipzig, licence : CC-BY-SA 2.0.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3932/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Titre Cette découverte a fait l’objet de deux articles publiés dans le numéro du 8 juin 2017 de la revue Nature (PDF téléchargeable sur le site de la revue à l’adresse suivante : https://www.nature.com/​articles/​nature22336.pdf.)
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3932/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Une équipe internationale découvre les plus anciens Homo sapiens à Jebel Irhoud au Maroc », La lettre du Collège de France [En ligne], 42-43 | 2016-2017, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/3932

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page