Navigation – Plan du site
Activité des chaires

La guerre littéraire & le colloque « Darwin au Collège de France, xixxxie siècle »

Antoine Compagnon
p. 34

Notes de la rédaction

Le programme « Passage des disciplines » est subventionné par PSL Research University (2017-2020), et a reçu le soutien de la République des savoirs et de la Fondation Hugot.

Texte intégral

1Le cours qu’Antoine Compagnon a donné l’année dernière a porté sur la guerre littéraire et ses tropes. Il a entrepris d’interroger la manière dont les écrivains du xixe siècle français ont éprouvé le combat comme une dimension nécessaire de la création : soit que la création elle-même ait été reconnue comme une forme de combat, requérant l’aptitude physique ou morale du combattant, soit que l’existence même de l’auteur dans l’espace public ait paru requérir une disposition au combat contre les autres, peut-être même un certain goût pour la violence.

  • 1 Voir La guerre littéraire, année académique 2013-2014. Ce cours est consultable sur le site www.col (...)
  • 2 Idem.

2Le sujet du cours a permis de reprendre une réflexion amorcée quelques années plus tôt dans le cours sur la Grande guerre des écrivains1, où le combat avait été envisagé surtout comme un événement extérieur à la littérature, et de renouer aussi avec des indications précieuses du cours de l’année 2016-2017 sur les Chiffonniers littéraires2. La plume est plus forte que le glaive, y avait-on entendu, et quant au crochet du chiffonnier, avec lequel le poète ramasse la boue qu’il change en or, Baudelaire avait bien précisé qu’il pouvait servir de pointe dans une « fantasque escrime ». Dans cette guerre littéraire, nécessaire à la survie économique et à la qualification de l’écrivain, Antoine Compagnon a isolé plusieurs figures structurantes et dotées d’une remarquable durée : l’Athlète, l’Ami et l’Ennemi, la Diffamation, le Duel, l’Éreintage, l’Épigramme, les Guerrillères, les Personnalités... Les dernières séances ont été consacrées aux figures d’un retour à la paix : le Repos des guerriers, l’accord des Loyaux adversaires.

3Cette même question, sous une formulation très proche, s’est retrouvée au cœur d’un colloque sur « La littérature comme lieu du non-conflit », organisé par Antoine Compagnon et Odile Bombarde à la Fondation Hugot du Collège de France, au printemps.

Darwin au Collège de France

4L’autre moment fort de l’année a été le colloque sur « Darwin au Collège de France, xixe - xxisiècle », organisé par Antoine Compagnon, Alain Prochiantz et Céline Surprenant dans le cadre du programme « Passage des disciplines » les 19 et 20 juin 2017, dont le but est d’étudier la formation des disciplines scientifiques et littéraires à partir du renouvellement des chaires au Collège de France et de leur rayonnement au-delà du Collège. Il a fait suite à une journée d’études sur Marcel Mauss et à un grand colloque sur « Freud au Collège de France, 1885-2016 », organisé en juin 2016 dans le même esprit.

A. Louis [?], san...A. Louis [?], sans titre [Le Spadassin des lettres]. Gravure parue dans Le Figaro. Journal littéraire et d’arts, 16 mai 1839.

A. Louis [?], sans titre [Le Spadassin des lettres]. Gravure parue dans Le Figaro. Journal littéraire et d’arts, 16 mai 1839.

5La traduction française de L’Origine des espèces, en 1864, donne lieu à de virulents débats et à une grande variété de réactions chez les scientifiques français, qu’ils soient naturalistes, paléontologues, géologues, ou même linguistes, philologues, psychologues, historiens, philosophes. Le livre, dont la théorie est à la fois complexe et neuve, est de ceux qui ont provoqué autour d’eux une redéfinition des objets et des problèmes de la science, voire une recomposition des savoirs. Le Collège de France n’échappe pas à ces controverses, et nombreux sont ses professeurs – de Pierre Flourens à Étienne Gilson par exemple, en incluant Ernest Renan, Théodule Ribot, Étienne-Jules Marey, Gabriel Tarde ou Henri Bergson – à prendre position sur les ouvrages de Darwin, pour en réfuter les thèses ou au contraire les raffiner, leur donner des horizons nouveaux. L’histoire propre du Collège, à cet égard, permet de mieux écrire l’histoire des réceptions de Darwin, et vice versa. Il s’est agi aussi, et c’est peut-être là le principal, de mieux comprendre la présence de Darwin dans la science et dans la pensée contemporaines.

Haut de page

Notes

1 Voir La guerre littéraire, année académique 2013-2014. Ce cours est consultable sur le site www.college-de-france.fr, à la page du professeur Compagnon.

2 Idem.

Haut de page

Table des illustrations

Titre A. Louis [?], sans titre [Le Spadassin des lettres]. Gravure parue dans Le Figaro. Journal littéraire et d’arts, 16 mai 1839.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3937/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Compagnon, « La guerre littéraire & le colloque « Darwin au Collège de France, xixxxie siècle » », La lettre du Collège de France [En ligne], 42-43 | 2016-2017, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/3937

Haut de page

Auteur

Antoine Compagnon

Chaire Littérature française moderne et contemporaine : histoire, critique, théorie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page