Navigation – Plan du site
Activité des chaires

Colloque « Le Rêve des formes Art, Science & cie »

5-7 septembre 2017
Alain Prochiantz
p. 38-39

Notes de la rédaction

Le programme de ce colloque ainsi que les vidéos des interventions sont consultables en ligne sur www.college-de-france.fr à la page du professeur.

Texte intégral

1Ce colloque a été co-organisé par Alain Prochiantz, Administrateur du Collège de France, et Alain Fleischer, directeur du Fresnoy – Studio national des arts contemporains à l’occasion du vingtième anniversaire de celui-ci. Les trois journées ont été conçues comme un temps d’échange et de réflexion, en conclusion de l’exposition éponyme, accueillie au Palais de Tokyo du 14 juillet au 10 septembre 2017.

2Au cours de ces journées se sont succédées vingt personnalités, chercheurs et artistes, aux pratiques diverses et multiples : Ada Ackerman, Arnaud Petit, Catherine Perret, Stéphane Habib, Jonathan Touboul, Denis Duboule, Laurence Bertrand Dorléac, Maurice Olender, Philippe Manoury, Jean-Paul Delahaye, Jean-Philippe Uzan, Smith, Daniel Dobbels, Annick Lesne, Olivier Perriquet, Patrick Jouin, Mathieu Pernot, Franck Madlener, David Chavalarias, Jean-François Peyret, Jean Nouvel, Georges Didi-Huberman et Jean-Claude Conésa.

3En ouverture du colloque, Alain Prochiantz a rappelé que « même si les artistes font appel aux technologies et aux matériaux contemporains, aux idées scientifiques nouvelles et si l’on peut aller jusqu’à imaginer un art sans sujet, on ne mettra que rarement en doute l’importance dudit sujet. Une œuvre d’art est en effet presque toujours produite par l’artiste même s’il s’agit d’un ready-made. Celui qui la perçoit le fait aussi en tant que sujet. Les résonances vont au-delà de ce qui est objectivement touché ou senti, ce qui rend toute œuvre d’art inépuisable. La question se pose différemment pour les scientifiques. Depuis Galilée et le grand livre de la nature écrit en langage mathématique, ils déchiffrent le livre sans que le sujet n’intervienne autrement que par son habileté de déchiffreur. La vérité est dévoilée et existe indépendamment du sujet qui la dévoile. L’allégorie de la vérité a traversé le xixe siècle et reste bien vivante. Dans la conception moderne qui est la nôtre, il ne saurait y avoir de sujet de la science. Dès lors le rapport entre art et science pourrait se résumer à la beauté objective, à la production d’une science décorative. Mais est-ce vraiment si simple ? Parler à un mathématicien, il vous dira que la démonstration est belle. Quel est le rôle dans la découverte scientifique de l’intuition, de l’imagination, du caractère, du style, ces qualités littéraires qui précèdent la démonstration purement logique ? « Voir l’invisible sous le visible » écrivait François Jacob. Voir au-delà du visible et c’est précisément là, que, lorsque nous parlons d’intuition, il faut nous tourner vers la question du langage. Le problème avec la langue naturelle est qu’elle laisse un part au sujet, ce qui la rend suspecte aux yeux de la pureté scientifique. Pourtant, qui peut dire qu’il sait exactement ce que son cerveau pense ? Nul relativisme n’est à chercher, le caractère universel des découvertes et leur statut de vérité demeurent au moins provisoirement. C’est dans cette contradiction entre la présence d’un sujet et la nécessité de l’éliminer, au cœur du travail des scientifiques, qu’on pourra penser ce qui les rapproche des artistes mais aussi ce que les en sépare. »

Jean NouvelJean Nouvel

Jean Nouvel

© Alain Fleischer.

4Alain Fleischer a ensuite introduit le thème commun du colloque et de l’exposition Le Rêve des formes, qui a été inspiré par le constat que la question de la forme est au cœur de toutes créations, celles de l’homme comme celles de la nature, dans le domaine des arts comme dans celui des sciences. L’une des intentions de l’exposition a été de faire contrepoids à la tendance, fréquente chez les jeunes artistes d’aujourd’hui, fascinés par le cinéma, de privilégier la narrativité, — raconter des histoires — au détriment des recherches sur la forme, comme si les formes ne racontaient pas, elles aussi, des histoires, et comme si les formes n’avaient pas elles-mêmes une histoire. L’exposition a aussi cherché à mettre en dialogue et en collaboration des artistes créateurs de formes (plasticiens, compositeurs, photographes, vidéastes, architectes, designers, metteurs en scène de théâtre, chorégraphes), et des scientifiques qui ne cessent d’explorer, d’interroger les formes que prend la matière, vivante ou inanimée, dans l’infiniment petit comme dans l’infiniment grand […]. Dans le colloque planent les mêmes questions : à quelles formes rêvons-nous ? À quoi nous font rêver les formes ? À quoi rêvent les formes ? Et l’on pourrait encore ajouter ceci : le rêve est-il une forme ? La forme est-elle un rêve ? C’est une phrase de Victor Hugo dans Les Travailleurs de la mer, à propos de l’océan et des vagues, qui le fit rêver à ces questions : « Tout se déforme, même l’informe ».

L’exposition Le Rêve des formes a été présentée à l’occasion du vingtième anniversaire du Fresnoy – Studio national des arts contemporains. Elle a été conçue comme un paysage imaginaire, un jardin monstrueux où se cultivent des formes périssables et des surfaces en germination, des organismes protubérants et de plates silhouettes.

Les artistes et chercheurs rassemblés dans Le Rêve des formes ont témoigné de leur rencontre avec de nouvelles possibilités de représentation, issues de découvertes scientifiques et techniques récentes, qui bouleversent notre façon de voir et de montrer. Des images, des transcriptions, des modélisations, des formes spéculatives produites par les inventeurs et savants des sciences prospectives, issues des mathématiques, de la physique, de la biologie, de l’optique ou de la chimie par exemple, rejoignent ou inspirent des œuvres qui résultent des greffes opérées entre art et science, entre spéculation et invention, par une vingtaine d’artistes contemporains.

Commissaires : Alain Fleischer, directeur du Fresnoy – Studio national des arts contemporains et Claire Moulène, commissaire au Palais de Tokyo

Le numéro 25 du magazine PALAIS est entièrement consacré à l’exposition Le Rêve des formes.

Programme du Colloque

Mardi 5 septembre

Le Golem, une forme qui se dérobe
Ada ACKERMAN, chargée de recherche, CNRS, THALIM

Le son, le langage, la pensée sonore
Arnaud PETIT, compositeur en résidence auprès de l’orchestre « Les siècles »

Traces et cartes : aires et erres chez Fernand Deligny
Catherine PERRET, professeur d’esthétique et de théorie des arts, université Paris 8

Le réel déforme
Stéphane HABIB, psychanalyste, Institut des Hautes Études en Psychanalyse, Paris Institut Hospitalier de Psychanalyse de Sainte-Anne, Paris

Formes optimales des représentations visuelles dans le cerveau : une exploration aux frontières de la géométrie et des neurosciences
Jonathan TOUBOUL, chercheur, équipe Mathematical Neurosciences, Collège de France et Inria

Génétique et forme ; les limites d’un rêve
Denis DUBOULE, professeur, Collège de France, professeur, université de Genève, École polytechnique de Lausanne

Artistes et Robots. Acte 2
Laurence BERTRAND DORLÉAC, historienne de l’art, professeur, centre d’histoire, Sciences Po Paris

Mercredi 6 septembre

Priape, le dieu amorphe : politiques d’un phallocrate impotent
Maurice OLENDER, archéologue et historien, EHESS, Paris

Qu’est-ce qu’une forme musicale aujourd’hui ?
Philippe MANOURY, compositeur professeur émérite, université de Californie San Diego, Chaire de Création artistique (2016-2017), Collège de France

L’étrange agitation des formes du Jeu de la vie de John Conway
Jean-Paul DELAHAYE, professeur émérite, université de Lille

Indiscipline et hybridation : « Désidération », expérience d’intrication
Jean-Philippe UZAN, directeur de recherche, CNRS, Institut d’Astrophysique de Paris
SMITH, Artiste, doctorante, Le Fresnoy - Studio national et UQAM, Montréal

L’indifférence des rêves
Daniel DOBBELS, chorégraphe écrivain, directeur artistique, Compagnie de L’Entre-Deux

Formes mathématiques, formes physiques, formes vivantes
Annick LESNE, directrice de recherche, CNRS, Paris et IGMM, Montpellier

Ce qui résiste à l’œil
Olivier PERRIQUET, artiste chargé de la recherche, Le Fresnoy - Studio national

Formes contraintes
Patrick JOUIN, designer

Dialectique des formes
Mathieu PERNOT, photographe, artiste en résidence au Collège de France

L’intrigue d’une forme, « d’où, chose remarquable, rien ne s’en suit »
Frank MADLENER, directeur, Ircam, Paris

Jeudi 7 septembre

Les formes de l’intelligence collective
David CHAVALARIAS, directeur de recherche CNRS, Centre d’analyse et de mathématique sociales

Et compagnie…
Jean-François PEYRET, metteur en scène

Le Louvre Abou Dabi
Jean NOUVEL, architecte

La dialectique des formes : une question disputée
Georges DIDI-HUBERMAN, philosophe et historien de l’art, Directeur d’études, EHESS, Paris

Synthèse du colloque
Jean-Claude CONÉSA, docteur en histoire de l’art, ancien inspecteur de la création artistique, ministère de la Culture.
Il aura également assuré la présentation des intervenants.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Alain Fleischer.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3956/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Jean Nouvel
Crédits © Alain Fleischer.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3956/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3956/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 863k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Prochiantz, « Colloque « Le Rêve des formes Art, Science & cie »  », La lettre du Collège de France [En ligne], 42-43 | 2016-2017, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/3956

Haut de page

Auteur

Alain Prochiantz

Chaire Processus morphogénétiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page