Navigation – Plan du site
Activité des chaires

Colloque Hôbôgirin « Rongi - Les disputations bouddhiques au Japon »

10-12 octobre 2017 | Co-organisé avec le professeur ABE Yasurô, directeur du Research Center of Cultural Heritage and Texts de l’Université de Nagoya (Japon)
Jean-Noël Robert
p. 40

Texte intégral

1Le deuxième colloque organisé dans le cadre du projet Hôbôgirin (Dictionnaire encyclopédique du bouddhisme d’après les sources chinoises et japonaises) qui s’est déroulé sur trois journées du 10 au 12 octobre 2017 a eu pour thème une question fort importante mais encore relativement peu étudiée, au Japon comme à l’étranger : les « disputations » bouddhiques, appelées en japonais rongi.

Illustration tiré...Illustration tirée des Mérites comparés du saké et du riz, parodie de disputation du xviie siècle, rouleau manuscrit conservé à la Bibliothèque nationale.

Illustration tirée des Mérites comparés du saké et du riz, parodie de disputation du xviie siècle, rouleau manuscrit conservé à la Bibliothèque nationale.

Source gallica.bnf.fr.

2Au moment où le Dictionnaire encyclopédique du bouddhisme traverse une période de réflexion concernant sa restructuration, avec en perspective une coopération plus étroite avec nos collègues japonais, il a semblé que la préparation d’une monographie en un volume consacrée à un aspect fondamental du bouddhisme de l’aire culturelle « sinoglossique » permettrait d’attirer l’attention des spécialistes sur l’intérêt toujours actuel du Hôbôgirin tout en défrichant un domaine insuffisamment étudié. Le choix de la « disputation » (terme vieilli mais couramment employé par les médiévistes pour rendre le latin disputatio) bouddhique japonaise semblait de ce point de vue particulièrement pertinent pour plusieurs raisons. La majeure en est que la disputation, rongi, consistant en un débat ritualisé se déroulant à l’intérieur d’une même école ou secte selon un rituel défini et visant à expliquer selon des sources convenues une question précise de la dogmatique propre à cette école, débat qui constitue en même temps une méthode d’enseignement et un examen permettant de progresser dans la hiérarchie scholastique, que la disputation bouddhique, donc, ne se trouve pratiquée dans le monde actuel que dans deux régions du monde : le Tibet et le Japon. Ces deux traditions présentent des sources écrites importantes. Pour le Japon, il est particulièrement intrigant de constater que l’on manque de sources chinoises permettant d’établir une continuité solide entre le continent et l’archipel. La tradition japonaise étant manifestement la plus riche en l’espèce, présenter aux spécialistes une vue d’ensemble de la question permettra de donner une base aux futures recherches portant sur la Chine et la Corée.

3Il est d’autre part évident que la pratique de la disputation a fourni à la culture japonaise générale une sorte de modèle dialectique ou dialogique auquel on a eu recours en bien d’autres domaines — on en retrouve des traits dans l’ensemble des écrits bouddhiques qui ne se présentent pas comme des débats, mais en suivent souvent le mode de discussion. La disputation, qui était également un spectacle, a aussi été l’objet de parodies, aussi bien dans la littérature, les récits illustrés que dans les arts de l’oralité (le rakugo).

4Grâce au soutien du professeur Abe Yasurô, responsable du Research Center of Cultural Heritage and Texts de l’université de Nagoya, qui regroupe un nombre considérable de chercheurs japonais et internationaux et représente désormais un partenaire indispensable de notre programme, ce sont vingt spécialistes — japonais, américains, italiens, suisses, français — qui ont accepté de venir participer à cette conférence fondatrice. Elle s’est déroulée sur trois journées : la première, le 10 octobre 2017, au Collège de France, s’est voulue ouverte à un large public, avec des communications en français et anglais, et accompagnées d’une traduction lorsqu’elles étaient en japonais. Après une présentation du professeur Abe sur les différences entre disputations et controverses et la disputation comme matrice des textes religieux, on a présenté le développement et l’influence des rongi dans différentes écoles du bouddhisme japonais, leur évolution en spectacles théâtraux, en parodies, et en représentations illustrées.

5Les deuxième et troisième journées virent les travaux se poursuivre en colloque fermé à la Fondation Hugot du Collège de France, où toutes les communications et discussions se tinrent en japonais. Bien évidemment, des aspects plus spécialisés furent abordés, mais toutes les communications ont apporté un éclairage inédit sur l’évolution de ce phénomène au long de ses quelque mille ans d’histoire.

6Toutes les communications japonaises seront traduites en français et remaniées de façon à donner une présentation systématique des rongi au Japon dans un volume thématique du Hôbôgirin.

7Ajoutons que, pour la plus grande joie des organisateurs, ce premier colloque international sur les disputations bouddhiques au Japon a suscité un tel intérêt chez nos collègues japonais qu’ils ont d’ores et déjà décidé de le poursuivre les 12 et 13 mai 2018 à l’université Ryûkoku de Kyôto. L’aventure continue donc.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration tirée des Mérites comparés du saké et du riz, parodie de disputation du xviie siècle, rouleau manuscrit conservé à la Bibliothèque nationale.
Crédits Source gallica.bnf.fr.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3961/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Noël Robert, « Colloque Hôbôgirin « Rongi - Les disputations bouddhiques au Japon » », La lettre du Collège de France [En ligne], 42-43 | 2016-2017, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/3961

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Robert

Chaire Philologie de la civilisation japonaise

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page