Navigation – Plan du site
Activité des chaires

Séminaire en hommage à Gilbert Dagron

15 décembre 2017
Carlo Ossola
p. 43

Texte intégral

1À l’occasion de la parution de l’ouvrage Costantinopoli. βασιλεἱα e iερωσύνη. Studi in memoria di Gilbert Dagron (voir ci-dessous), le professeur Carlo Ossola a consacré une journée de séminaire à l’œuvre de Gilbert Dagron qui fut titulaire de la chaire Histoire et civilisation du monde byzantin (1975-2001), et Administrateur du Collège de France (1997-2000). Jacques Glowinski, ancien Administrateur, a prononcé le discours d’ouverture de cette session, qui s’est déroulée en présence de Denis Feissel, Brian Stock et Pierre Toubert.

Gilbert Dagron et les inscriptions de Byzance

2Dès son élection à la chaire Histoire et civilisation du monde byzantin, Gilbert Dagron avait en même temps pris la direction d’une équipe de chercheurs représentant chacun une spécialité des études byzantines : l’archéologie, la papyrologie, la numismatique ou la sigillographie. Son œuvre d’historien le conduisit lui-même à pratiquer de première main les disciplines de l’érudition, telle la diplomatique en contribuant aux Archives de l’Athos, l’édition et le commentaire de textes hagiographiques, de traités militaires, plus tard du Livre des Cérémonies, sans oublier l’épigraphie byzantine, un aspect de ses recherches elles aussi liées à des thèmes centraux de son œuvre historique. En ce domaine, les travaux de Gilbert Dagron se concentrent dans la première moitié de sa carrière.

3Épigraphiste, Gilbert Dagron avait élu pour terrain d’enquête la Turquie du Sud-Est, l’Isaurie et la Cilicie des Byzantins, où l’avait d’abord attiré l’édition des Miracles de sainte Thècle et les ruines de son sanctuaire. Assisté dans ses premières prospections par ses collègues lyonnais l’architecte Olivier Callot (1974) et l’épigraphiste Jean Marcillet-Jaubert (1975), il fut accompagné dans ses missions suivantes par Denis Feissel (1977, 1980, 1982), avec qui il publia en 1987 un copieux recueil d’Inscriptions de Cilicie. La cité de Mopsueste en particulier avait livré d’importants documents de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge. Une épigramme de la fin du ive siècle à la gloire d’Apollonios de Tyane illustrait la dévotion des derniers païens envers ce philosophe du Ier siècle, rival du Christ pour certains et, selon l’inscription de Mopsueste, « envoyé par le ciel pour dissiper les maux des mortels ».

4La figure d’Apollonios continuera de hanter la Byzance médiévale et Gilbert Dagron, dans Constantinople imaginaire (1984), a aussi évoqué cet Apollonios de légende, auteur de talismans contre les serpents, les moustiques ou les inondations.

Gilbert Dagron (à...Gilbert Dagron (à gauche) en Cilicie

Gilbert Dagron (à gauche) en Cilicie

© D. Feissel, 1982.

5Une autre inscription de Mopsueste, plus directement historique, date de l’an 560. Elle juxtapose dans trois cartouches les acclamations de la population en l’honneur respectivement de l’empereur Justinien, du général Marthanios et de l’évêque local. Témoignage de parfaite loyauté que Gilbert Dagron rapproche de l’assemblée convoquée par Justinien dans la même ville dix ans plus tôt, sous la surveillance du même général, pour un semblant d’enquête où, note-t-il, « toute voix discordante aurait l’allure d’un faux pas ».

6Historien des mentalités, il s’est aussi penché sur les vertus magiques parfois prêtées au texte inscrit, plus proche alors de l’amulette que du document. En expliquant le « Récit sur la construction de Sainte-Sophie », un texte du ixe siècle qui entend assimiler la Grande Église de Constantinople au Temple de Jérusalem, il y relève la fabrication de briques portant estampillée cette citation des Psaumes : « Dieu est au milieu d’elle et elle ne sera pas ébranlée ». La légende rejoint ici la réalité puisque des briques de ce type, censées écarter les séismes, ont bien été produites dans la Constantinople médiévale. Enfin, Gilbert Dagron a mis en évidence, dans les derniers temps de l’empire, le retour à une approche plus ou moins historique des inscriptions, dont témoigne l’humaniste Manuel Chrysoloras, qui, à l’aube du Quattrocento fonde à Florence une chaire de littérature grecque. Passionné par les vestiges de la Rome antique, Chrysoloras, écrit Gilbert Dagron, « se montre aussi lecteur attentif d’inscriptions dont le nombre le surprend et qu’il déchiffre avec autant de nostalgie que de science érudite. Ce qu’il y a de plus beau à Rome vient de Grèce ; les historiens anciens ont raison d’affirmer que Rome fut bilingue et peuplée d’autant de Grecs que de Latins ; la première capitale fut le symbole même de l’unité d’une civilisation que la communauté de foi aurait dû renforcer si elle n’avait été dramatiquement oubliée ». Par delà les sèches données du document, avec ses noms, ses lieux et ses dates, l’inscription est pour lui révélatrice de représentations, de croyances, de stratégies, de ces « Idées byzantines », le titre simple et fort que Gilbert Dagron avait choisi pour son dernier livre.

Denis Feissel

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3980/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Gilbert Dagron (à gauche) en Cilicie
Crédits © D. Feissel, 1982.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3980/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carlo Ossola, « Séminaire en hommage à Gilbert Dagron », La lettre du Collège de France [En ligne], 42-43 | 2016-2017, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/3980

Haut de page

Auteur

Carlo Ossola

Chaire Littératures modernes de l’Europe néolatine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page