Navigation – Plan du site
Entretien

Entretien avec Henry Laurens à l’occasion de la parution de son ouvrage L’Orient dans tous ses états (Orientales IV)

Propos recueillis par Manon-Nour Tannous
Henry Laurens et Manon-Nour Tannous
p. 64-65

Notes de la rédaction

Le prix Auguste Pavie 2017 de l’Académie des sciences d’outre-mer a été décerné à Henry Laurens pour cet ouvrage.

Texte intégral

  • 1 Orientales I, autour de l’expédition d’Égypte (2004), Orientales ii, La iiie République et l’Islam (...)

Vous parlez pour cet ouvrage d’« autobiographie intellectuelle », comment s’inscrivent ces Orientales par rapport aux trois opus précédents1 ?

Henry Laurens : On y trouve toujours des interventions à caractère monographique, par exemple sur Ernest Renan, Silvestre de Sacy ou Montesquieu. Mais la particularité de ce recueil, ce sont de grands panoramas chronologiques qui traitent d’une thématique sur plusieurs siècles. Ces textes sont des synthèses, qui consistent à saisir un demi-siècle en quelques pages, afin de montrer de grandes tendances. Ils consistent parfois à visualiser des situations historiques. Le texte sur la Méditerranée par exemple a une dimension visuelle du changement méditerranéen. On perçoit alors l’importance de l’histoire par rapport aux sciences sociales : l’historien peut saisir, sur plusieurs siècles, les articulations, sans être happé par l’actualité. De même, l’expression « chose franco-arabe » de Jacques Berque repose sur « franco-arabe » qui date de la fin du xviiie siècle, et dont l’avenir est peut-être encore l’une des clés du destin français au xxie siècle.

Dans votre leçon inaugurale au Collège de France, vous expliquez ce que signifie faire de l’histoire contemporaine du monde arabe.

HL : La chaire d’Histoire contemporaine du monde arabe comprend trois catégories. Au sens large, il s’agit de la période qui s’étend de la fin du xviiie siècle à nos jours. C’est un espace d’intelligibilité historique. Ensuite, il y a l’histoire du temps présent. Il s’agit d’une histoire dans laquelle l’historien est confronté aux témoins. Enfin, l’histoire immédiate est l’essai d’interprétation des événements au moment même où ils se produisent, c’est-à-dire une mise en sens quasi-immédiate de l’événement lui-même. Elle se différencie ainsi des deux autres catégories, dans lesquelles il y a déjà eu une première mise en sens dans l’immédiateté.

Vous rappelez dans cet ouvrage que même s’il n’y a pas de successions de chaires au Collège de France, il existe des continuités intellectuelles.

HL : Il s’agit de ceux qui ont travaillé sur une perspective historique et sociologique de l’Islam dans son temps présent : Alfred Le Chatelier, au début du xxe siècle, Louis Massignon, Robert Montagne puis Jacques Berque. En un siècle, cinq chaires ont couvert la contemporanéité arabe et musulmane, dans une perspective sociologique ou historique. Cela montre qu’un orientalisme ouvert sur le temps présent est une caractéristique du Collège dans un long xxe siècle, et pas simplement un orientalisme qui serait renvoyé aux siècles lointains.

Avant de désigner le pays actuel, la Syrie est un projet politique évolutif : pouvez-vous nous expliquer cette genèse ?

HL : Comme beaucoup de termes géographiques, les termes Syrie ou Palestine ont existé dans la langue arabe au ier siècle de l’Islam, mais leur usage a pratiquement disparu. Ils reviennent au xixe siècle, dans le contexte des appellations et des projets politiques européens dans la région, mais également à cause des changements géographiques qui ont lieu à cette période.

Le texte sur l’idée de Syrie montre qu’il y a à la fois la réalité d’une conscience syrienne, en tout cas châmi (autour du pays de Damas), et en même temps la construction de projets politiques contradictoires, d’abord à la fin de l’Empire ottoman, puis à partir des années de la Grande Guerre jusqu’à la création des États. Avant qu’un État syrien n’existe réellement – à l’époque du mandat français –, il faut être très prudent dans les termes. Ainsi, beaucoup de contresens ont été commis sur les textes de la Première Guerre mondiale parce qu’on les a lus selon des significations postérieures, alors que les mots avaient changé de sens après 1920.

Vous évoquez la notion de Méditerranée, et en particulier le petit âge glaciaire. En quoi cette notion est-elle éclairante ?

HL : Elle remet en cause la vision d’une Méditerranée immuable, de l’Antiquité à nos jours. En réalité, il y a une transformation extrêmement profonde du paysage méditerranéen et de l’organisation spatiale entre 1550 et 1850, en raison du petit âge glaciaire. Puis à partir de 1850, l’espace méditerranéen se remodifie en fonction du réchauffement climatique, qui introduit des grands déplacements de population, ne serait-ce que la reconquête des littoraux. On a aujourd’hui des images vraies et fausses de la Méditerranée. Notre Méditerranée est une Méditerranée au bord de l’eau, alors que celle de l’âge glaciaire est plutôt visible sur les collines orientales et les terrasses cultivées des hauteurs méditerranéennes. Ces traces d’un gigantesque travail agraire, fait par des générations successives de paysans, sont en train de s’effacer.

Tout au long de votre livre, on trouve l’idée que pour administrer les territoires, il faut les connaître. Vous explorez ce lien entre savoir et pouvoir, du fonctionnaire colonial au militaire américain. Y a-t-il un appauvrissement de la connaissance ?

HL : Non, il y a une construction de la compétence. Une expérience coloniale produit un savoir parce qu’il faut gérer et administrer des populations, ce qui implique de savoir comment elles fonctionnent, connaître le droit, les coutumes, mais également les répertorier et classer en groupes. Parallèlement, un discours se construit sur ces régions avec, dès la fin du xixe siècle, une forte tentation essentialiste.

Bien plus tard, en 2003, lors de l’invasion de l’Irak, les Américains, en déficit de connaissances, ont fait appel à des sociologues, des anthropologues, pour essayer de comprendre, un peu tardivement. Ils ont en fait réinventé des pratiques que l’Europe a bien connues, pour aboutir à une expertise réelle sur ces zones.

Dans votre leçon inaugurale, vous formulez le projet d’aborder l’histoire des États arabes, contre l’idée d’un État importé. Vous traitez par ailleurs dans un texte inédit de « l’État moderne en Méditerranée ».

HL : L’État moderne était le terme sur lequel réfléchissait Robert Montagne au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Son décès prématuré a fait que l’expression d’Alfred Sauvy, « Tiers-monde », l’a emporté. Il y a toute une problématique de l’État moderne depuis la fin du xviiie siècle, puisque la constitution de l’État d’une part est la question centrale, et d’autre part on analyse tous les problèmes contemporains de la région comme un échec de l’État. Après la création des États dans le Croissant fertile, les élites des indépendances se sont appropriées le projet étatique. Mais le conflit israélo-arabe et la guerre froide ont poussé les États dans la voie du modernisme autoritaire.

Dans « L’Europe et le Moyen Orient », vous décrivez l’ingérence européenne, dénoncée par l’Orient arabe dans l’espoir d’une « repentance matérielle », mais également l’implication demandée pour régler les crises actuelles. Comment la relation avec l’Europe peut-elle être construite entre ces deux pôles ?

HL : C’est tout le problème, puisque d’un côté on dénonce tout ce que l’Europe ou l’Occident a pu faire de colonial, et de l’autre, on ne comprend pas pourquoi l’Europe n’intervient pas par rapport à un tel désastre politique ou humanitaire (Palestine, Syrie). Il y a donc une contradiction, difficile à gérer. Mais selon l’expression de mon maître, Dominique Chevallier, l’Occident reste « inévitable » dans la région. Un autre problème est de savoir si l’intervention militaire occidentale, par rapport aux critères des armées du xxie siècle, reste possible. Les militaires ont tendance à répondre que non, car nous ne sommes plus au temps des armées d’occupation ni des guerres de pacification. Pourtant, les Occidentaux doivent tenter de gérer les dégâts, de reconstruire les États, sous peine d’être confrontés aux problèmes des migrants. La question reste délicate.

Sur la Palestine, comment résumer le jeu des acteurs ?

HL : L’ensemble des textes sur ce thème correspond à une demande sociale ou académique. Le conflit de Palestine a pris sa dimension moderne dans le contexte de la guerre froide à partir des années 1950. L’interaction guerre froide/Palestine a été considérable. Inversement, la position française et européenne, dans les années 1980-1990, a été définie comme une position conceptuelle, une pédagogie incitative : amener les parties à se rapprocher, à travers l’idée de la double reconnaissance. Mais on pouvait avoir plus d’espérance d’éléments concrets dans ces années qu’aujourd’hui.

Sur le terrorisme, vous parlez de violence légitimée, en réaction au gel de l’histoire par les normes.

HL : Le texte sur le terrorisme fait partie des articles de l’ouvrage qui ont aussi une valeur historique, dans la mesure où ils donnent un arrêt sur image du savoir à un moment précis. La notion de terrorisme au xxe siècle – une violence qui s’exerce indifféremment contre civils ou militaires – renvoie à un problème qui est celui de l’évolution de la guerre en tant que concept.

D’un côté, on a essayé de civiliser la guerre par des textes à valeur contraignante sur l’usage de la violence. De l’autre, on cherche au contraire à civiliser la guerre en faisant la guerre aux civils. On ne peut pas comprendre la question du terrorisme si l’on ne comprend pas cette ambiguïté de la guerre au xxe siècle.

Ensuite, on a la question sur le droit de résistance à l’oppression, et les justifications de la violence terroriste par la revanche de populations brutalisées par des éléments extérieurs. Mais une causalité du terrorisme qui serait fondée exclusivement sur la vengeance passerait à côté du fait que le terrorisme est également une tactique militaire, avec des buts précis et déterminés. Enfin, l’anti-terrorisme tend à définir l’ennemi comme illégal, hors-la-loi. Dès lors, il sert aussi de justification à la répression de mouvements populaires. Aujourd’hui, Assad, Erdogan, Netanyahou, justifient leur politique par l’anti-terrorisme. Or on peut faire le constat que l’anti-terrorisme tue beaucoup plus que le « terrorisme ». Mais en un sens, c’est aussi parce que le terme terroriste est tellement vague, que l’anti-terrorisme le devient. Aussi faudrait-il peut-être revenir à des notions plus concrètes et plus précises comme les « crimes de guerre » ou « crimes contre l’humanité ».

À la fin de l’ouvrage, vous évoquez le printemps arabe, texte que l’on peut mettre en parallèle avec votre réflexion sur la guerre du Liban. Vous y écrivez que le rôle de l’historien n’est plus de restituer le passé.

HL : La guerre du Liban a été la démonstration que les artistes, au sens large, ont donné une représentation du conflit, tandis que les historiens ont plutôt cherché à analyser les causes de la guerre, dans le passé du Liban, comme s’ils avaient des difficultés à affronter la réalité même des années de guerre.

D’autre part, dans les conflits contemporains, les historiens peuvent retrouver des traces historiques de découpages géographiques anciens, de répartition de populations et ainsi de suite. La spécificité de l’historien par rapport aux sciences sociales est de pouvoir jouer sur les niveaux de temps, travailler sur la durée ou la temporalité, jongler sur plusieurs échelles temporelles à la fois : le long, moyen, court terme, et l’immédiateté.

Haut de page

Notes

1 Orientales I, autour de l’expédition d’Égypte (2004), Orientales ii, La iiie République et l’Islam (2004), Orientales iii, Parcours et situations (2004).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henry Laurens et Manon-Nour Tannous, « Entretien avec Henry Laurens à l’occasion de la parution de son ouvrage L’Orient dans tous ses états (Orientales IV) », La lettre du Collège de France [En ligne], 42-43 | 2016-2017, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 12 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/4099

Haut de page

Auteurs

Henry Laurens

Chaire Histoire contemporaine du monde arabe

Articles du même auteur

Manon-Nour Tannous

ATER au Collège de France

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page