Navigation – Plan du site
Publications

Ouvrages publiés avec le soutien du Collège de France

p. 73-76

Texte intégral

2016

Anne Cheng (dir.) Kang Youwei
Manifeste à l’empereur adressé par les candidats au doctorat
Traduit et commenté par Roger Darrobers, « Bibliothèque chinoise », n° 23, les Belles Lettres, 2016.

1Rédigé le 2 mai 1895, au lendemain de la signature du traité de Shimonoseki qui cédait Taïwan au Japon, le Manifeste de Kang Youwei (1858-1927) adressé à l’empereur Guangxu élabore une série de propositions concrètes visant à la modernisation et au développement économique de la Chine. Signé par quelque douze cents lettrés, cet appel s’il ne fut pas immédiatement entendu annonce l’éphémère Mouvement de réformes de 1898 dont Kang Youwei fut l’une des principales têtes pensantes. Pour la première fois, l’opinion publique semblait en mesure de peser sur le cours de l’histoire. L’échec des réformes de 1898 et l’exil de ses hérauts vont laisser le champ libre aux partisans de la voie révolutionnaire. Un autre horizon s’ouvre alors pour la Chine.

2Le Manifeste à l’empereur adressé par les candidats au doctorat (1895) condense les idées de Kang Youwei pour mettre la Chine sur la voie de la modernité et de la puissance. Son contenu préfigure l’évolution actuelle de la Chine et éclaire sur ses relations avec le reste du monde.
Anne Cheng est titulaire de la chaire Histoire intellectuelle de la Chine et dirige avec Marc Kalinowski, directeur d’études à l’EPHE et Stéphane Feuillas, professeur à l’université Paris-Diderot,la collection bilingue chinois-français « Bibliothèque chinoise » aux Belles Lettres depuis 2010.

Jean Kellens
Cinq cours sur les Yasts de l’Avesta
Cahiers de Studia Iranica, 59, Peeters publishers, 2016.

3Ce volume comporte cinq cours consacrés aux Yasts que Jean Kellens a donné au Collège de France. Ils se distribuent en deux ensembles qui correspondent chacun à une époque particulière. Les trois premiers se sont succédés de 1997 à 2000 : « De la naissance des montagnes à la fin du temps : le Yast 19 » et les deux « Promenade dans les Yasts à la lumière de travaux récents », qui paraissent ici sous les titres « La maintenance du monde » et « Le catalogue des sacrifiants ». Les deux derniers titres, « La notion d’âme préexistante » et « Le panthéon mazdéen », écrits dans les années 2008-2011, sont les témoins d’une réflexion plus récente. S’y ajoutent trois autres contributions qui complètent ou expliquent plus en détails certaines réflexions exprimées dans les cinq cours : « Caractères différentiels du Mihr Yast », « Les saisons des rivières » et « Les Fravasi ».

4Jean Kellens est professeur honoraire au Collège de France. Il a été titulaire de la chaire Langues et religions indo-iraniennes de 1993 à 2014.

Denis Knoepfler
La Comtesse de Noailles vous attend, monsieur Rilke, dans mon bureau de poste : autour d’une rencontre occultée en pays de Vaud (Étoy, 1921)
Slatkine, 2016.

5À l’issue de la Première Guerre mondiale, le poète Rainer Maria Rilke s’établit en Suisse (où il mourra fin 1926). Son installation dans une austère tour valaisanne, à Muzot, est l’épisode le plus connu des « années helvétiques » de l’auteur des Élégies de Duino. Son bien plus bref séjour près des rives du Léman, au Prieuré d’Étoy, en 1921, a été tenu jusqu’ici pour une période assez morne – solitaire et stérile tout à la fois – dans la vie de Rilke. En réalité, le poète y fit des lectures décisives, de Proust et de Valéry en particulier. Et il reçut alors la visite de bien des femmes, parmi les plus aimées. On connaissait déjà sa liaison avec l’artiste franco-allemande Baladine Klossowska – mère du peintre Balthus – et aussi ses liens d’amitié avec la princesse de Thurn-et-Taxis, rescapée d’un monde englouti, sans oublier le soutien d’une généreuse et discrète bienfaitrice zurichoise. Mais on ignorait que Rilke fût resté en relation avec cette célébrité de la vie parisienne qu’était la comtesse Anna de Noailles, alors au faîte de sa notoriété littéraire. Surtout, aucun de ses biographes n’avait soupçonné qu’il l’eût revue à Étoy, bien après une première rencontre qui – à Paris en 1909 – l’avait confirmé dans son admiration pour la poétesse des Éblouissements. Pourquoi tant de mystère autour de la venue en Pays de Vaud de cette « petite divinité impétueuse » ? Comment expliquer qu’il ait fallu, pour le savoir, attendre la découverte fortuite des lettres adressées à Rilke par la postière du village d’Étoy où résidait depuis peu l’écrivain Guy de Pourtalès ?

6Denis Knoepfler est professeur honoraire au Collège de France, titulaire de la chaire Épigraphie et histoire des cités grecques (2003-2014).

Adrian ROBU, Julien BIRZESCU, avec le concours de Denis KNŒPFLER et Alexandru AVRAM Préface de Denis KNŒPFLER
Mégarika. Nouvelles recherches sur Mégare et les cités mégariennes de la Propontide et du Pont-Euxin. Archéologie, épigraphie, histoire
Actes du colloque international de Mangalia, 8-12 juillet 2012, De Boccard, 2016.

7Le volume réunit les actes d’un colloque international qui s’est tenu en 2012 à Mangalia (Roumanie), l’antique Callatis, avec le soutien de la chaire d’épigraphie et d’histoire des cités grecques du Collège de France. Il vise à faire connaître les résultats des recherches menées ces dernières années sur Mégare et les établissements mégariens de Propontide et du Pont-Euxin. Ce sont en effet des cités pour lesquelles la documentation archéologique reste maigre, en raison notamment du fait que leurs sites n’ont pas cessé d’être occupés depuis l’Antiquité. Néanmoins, des fouilles et des trouvailles récentes à Mégare même, comme dans ses colonies pontiques, ont livré des données nouvelles sur l’urbanisme, les institutions, les pratiques funéraires et épigraphiques des Mégariens. Les documents en question méritent d’être examinés dans le cadre plus large de la colonisation mégarienne, afin de mieux comprendre les échanges et transferts culturels réalisés entre métropole et colonies. Quant aux recherches sur le monde colonial, l’enquête porte en particulier sur Callatis, cité qui conserve un héritage mégarien et dont les ressortissants sont très actifs à l’étranger. Plusieurs articles du volume enrichissent nos connaissances sur l’histoire, le territoire, les cultes et le monnayage de Callatis ; de nouvelles inscriptions et statues sont également publiées à cette occasion. De son côté, le professeur Knoepfler y a repris l’examen d’un décret, connu depuis peu, d’une association religieuse athénienne honorant une femme de Callatis, en faisant voir tout l’intérêt de ce petit document pour l’histoire de la promotion des femmes dans la vie associative des cités grecques dès la fin du iiie siècle avant J.-C.

Roland Recht
Revoir le Moyen Âge. La pensée gothique et son héritage
Éditions A. et J. Picard, 2016.

8Une grande partie de l’art du Moyen Âge est dominée par la perpétuation de schèmes figurés qui voilent la perception des êtres et des choses qui nous entourent. Mais certaines œuvres suscitent une autre forme de perception, et par conséquent de capacité cognitive, en particulier par la restitution du portrait individuel et par la représentation de la nature. L’auteur examine ces deux processus à partir de quelques œuvres marquantes.

9Depuis les années 1140, l’art gothique tend toujours davantage à la prise en compte de l’homme social, le point culminant se situant sans doute autour de 1400 lorsque les codes de conduite de la « société de cour » et sa stylisation sont visibles dans la peinture et la sculpture. Ainsi, le monde de l’art et celui des hommes interagissent. Il est remarquable que, peu après, un sculpteur – Claus Sluter – et un peintre – Jan van Eyck – manifestent un intérêt inédit respectivement pour l’individualisation des personnages et la restitution de paysages construits qui sont les premiers dans l’histoire de l’art pictural.

10Mais l’art gothique ne s’est jamais manifesté avec davantage d’originalité et avec un génie inventif plus élevé qu’en concevant une architecture proprement révolutionnaire. La « cathédrale gothique » est le fruit d’une imagination créatrice et d’une audace technique qui n’ont cessé de surprendre, depuis la querelle des Anciens et des Modernes jusqu’à Viollet-le-Duc.

11Enfin, l’auteur montre que l’idée de nation est inséparable de la redécouverte des « primitifs » et de l’art gothique en général : il s’agit de substituer à une histoire de l’art uniquement centrée sur le modèle antique, un récit continu qui va de l’Antiquité aux temps modernes en englobant les « âges obscurs » et qui incorpore des formes artistiques qui seraient l’expression de singularités « nationales ».

12Roland Recht est professeur honoraire au Collège de France et titulaire de la chaire Histoire de l’art européen médiéval et moderne (2001-2012).

Thomas Römer
Alphabets, Texts and Artifacts in the Ancient Near East. Benjamin Sass
Israel Finkelstein, Christian Robin, Thomas Römer (dir.), Van Dieren Éditeur, 2016.

13Contributions de Angelika Berlejung, Baruch Brandl, Osnat Misch-Brandl, Françoise Briquel-Chatonnet, Alexander Fantalkin, Israel Finkelstein, Iwona Gajda, Orly Goldwasser, David Ilan, Othmar Keel, Axel E. Knauf, André Lemaire, Aren M. Maeir, Louise A. Hitchcock, Joachim Marzahn, Yossi Maurey, Amir S. Fink, Alan Millard, Tallay Ornan, Ronny Reich, Christian Julien Robin, Maria Gorea, Christopher Rollston, Thomas Römer, Maria Grazia, Masetti-Rouault, Olivier Rouault, Michael Sebbane, Arie Shaus, Barak Sober, Shira Faigenbaum-Golovin, Anat Mendel-Geberovich, Eli Piasetzky, Eli Turkel, Christoph Uehlinger, Ralf-B. Wartke, Ran Zadok

14Le professeur Thomas Römer est titulaire de la chaire Milieux bibliques.

2017

Anne-Isabelle Langlois
Archibab 2. Les Archives de la princesse Iltani découvertes à Tell al-Rimah (xviiie siècle avant J.-C.) et l’histoire du royaume de Karana/Qaṭṭara
Mémoires de NABU 18, Paris, 2017.

15Cet ouvrage se base sur l’étude des archives d’une femme, fait digne d’intérêt et assez unique parmi les découvertes épigraphiques cunéiformes disponibles à ce jour : Iltani, sœur du roi de Karana, épousa Haqba-Hammu, un devin, et vécut dans l’ancien palais du roi de Qaṭṭara. Le but n’était pas uniquement de ré-étudier ces tablettes (quelque 150 lettres et 50 textes administratifs), notamment grâce aux clichés que l’auteure a pris à Bagdad, mais aussi de mettre en relief la source de précieuses indications sur la vie quotidienne d’une femme de haut rang vivant au xviiie siècle avant notre ère dans une ancienne capitale de Haute-Mésopotamie, à l’aide des corpus des sites voisins.

16Isabelle Langlois a suivi des études en langues anciennes à l’École des langues et civilisations de l’Orient ancien (ELCOA) de l’Institut catholique de Paris (ICP). Pendant son cursus, elle s’est initiée à l’égyptien hiéroglyphique, l’ougaritique et le hittite et se découvre une passion pour l’akkadien cunéiforme, qui devient son domaine de spécialité. Elle soutient une thèse sur les archives d’Iltani sous la direction du professeur Dominique Charpin (chaire Civilisation mésopotamienne), à l’École Pratique des hautes études (EPHE). La publication de ce volume ARCHIBAB 2 est l’aboutissement de son travail.

Céline Redard, Wouter F. M. Henkelman
Persian Religion in the Achaemenid Period / La Religion perse à l’époque achéménide
Harrassowitz Verlag, 2017.

17Ce volume contient douze contributions présentées originellement durant le colloque organisé par Jean Kellens au Collège de France (2013) et portant sur la religion perse à l’époque achéménide (550-330 av. notre ère). En s’éloignant de la question de savoir si les rois achéménides étaient zoroastriens ou non, les auteurs ont essayé de se concentrer soit sur les nouvelles sources identifiées ou récemment publiées (les fouilles archéologiques en Asie centrale, les textes élamites et les sceaux de l’archive des Fortifications de Persépolis, les textes araméens de Bactriane, la plaque de bronze de Persépolis), soit sur les débats en cours telle que la question de la diffusion de la liturgie longue en Iran occidental. De ce fait, différentes perspectives ont été choisies : alors que certains ont mis l’accent sur la tradition iranienne ou indo-iranienne, d’autres ont mis en avant l’importance des contextes élamite et assyro-babylonien. En même temps, ce volume montre un accord général sur la position essentielle des sources primaires, aussi problématiques soient-elles, et sur le rôle important des souverains achéménides et du projet impérial dans l’évolution de la religion iranienne.

18Après avoir obtenu son doctorat à l’École pratique des hautes études (EPHE) en 2010, Céline Redard a travaillé au Collège de France, puis à l’université de Liège (Belgique), est actuellement post-doctorante à la SOAS (Londres). Ses recherches portent sur les liturgies zoroastriennes et sur leur évolution au cours du temps.
Wouter Henkelman est maître de conférences à l’EPHE (Paris) pour la chaire « Les mondes élamites et achéménides ». Ses recherches portent sur l’Elam, la langue élamite autant que le monde achéménide.

Thomas Römer
Entre dieux et hommes : anges, démons et autres figures intermédiaires
Actes du colloque organisé par le Collège de France les 19 et 20 mai 2014, Academic Press, coll. « Orbis Biblicus et Orientalis », 2017.

19Dans bon nombre de religions antiques et modernes, la question de la place de l’homme et de sa relation avec des dieux ou autres puissances supérieures occupe une place importante. Loin de réduire cette réflexion à un simple binôme humain(s) vs. dieu(x), de nombreux textes et représentations figurées anciens attestent l’idée qu’il existe entre les dieux et les hommes toute une série d’êtres intermédiaires ou hybrides, qu’à la suite des anciens nous avons l’habitude de nommer « anges », « démons », « héros » et que l’on qualifie volontiers aujourd’hui d’êtres « surnaturels ». Parmi eux, les morts (ou du moins certains morts éminents) à qui l’on prête la connaissance d’un monde que les vivants ne peuvent qu’imaginer imparfaitement, occupent une place particulière. Ces êtres intermédiaires (certains anonymes, d’autres nommés tels que Pazuzu, Azazel, Gabriel, Métatron, ou Satan) peuvent jouer des rôles que l’on ne veut pas attribuer aux dieux, en être les relais ou les adversaires ou prendre le rôle de médiateurs entre des dieux trop occupés ou trop lointains pour entretenir une relation directe avec les humains, ou entre les mondes inférieur et supraterrestre. Le panorama des intermédiaires bibliques s’avère particulièrement riche en figures de tout genre, au point de constituer un véritable pandaemonium israélite et de soulever cette interrogation à première vue surprenante : y aurait-il eu, à un moment donné, un trop-plein dans le monde divin ?

Alain Supiot
Governance by Numbers. The Making of a Legal Model of Allegiance
Traduction de Saskia Brown, Hart Publishing, 2017 (initialement publiée en français sous le titre La Gouvernance par les nombres, cours au Collège de France 2013-2014, Fayard, coll. « Poids et mesures du monde », 2015).

20The West’s cherished dream of social harmony by numbers is today disrupting all our familiar legal frameworks – the state, democracy and law itself. Its scientistic vision shaped both Taylorism and Soviet Planning, and today, with ‘globalisation’, it is flourishing in the form of governance by numbers. Shunning the goal of governing by just laws, and empowered by the information and communication technologies, governance champions a new normative ideal of attaining measurable objectives. Programmes supplant legislation, and governance displaces government. However, management by objectives revives forms of law typical of economic vassalage. When a person is no longer protected by a law applying equally to all, the only solution is to pledge allegiance to someone stronger than oneself. Rule by law had alrealy secured the principle of impersonal power, but in taking this principle to extremes, governance by numbers has paradoxically spawned a world ruled by ties of allegiance.

21Alain Supiot est titulaire de la chaire État social et mondialisation : analyse juridique des solidarités.

Andréa Luz Gutierrez Choquevilca (dir.)
Guérir/Tuer
Cahiers d’anthropologie sociale n° 14, L’Herne, 2017.

22Ce volume ouvre une réflexion anthropologique sur la notion de pharmakôn, remède ou poison et sur l’action de guérir et de tuer. Il aborde à travers de riches ethnographies – de l’Amazonie au Mexique, des sociétés africaines ou javanaises, mais également celle de collectifs animaux, tels que les chimpanzés d’Ouganda – les interprétations possibles du monde vivant et les ethnothéories des processus physiologiques, techniques et symboliques qui entourent la transformation, la guérison ou l’intoxication des corps. Les différentes contributions interrogent les définitions de catégories conceptuelles partagées, comme la thérapeutique, la notion de materia medica, et celle de processus physiologique.

23Qu’est-ce qu’un corps humain ou un corps végétal ? Quels critères permettent aux sociétés humaines ou animales de distinguer un remède d’un poison ? À l’interface entre l’anthropologie de la nature, l’anthropologie du corps et de la médecine, l’ethnopharmacologie, la botanique, la linguistique ou l’histoire, le présent volume offre une réflexion comparative sur la pluralité des formes de transformation de la nature. Il propose de renouer à travers l’étude anthropologique des remèdes, le dialogue entre sciences de la nature et sciences humaines.

24Contributeurs : Élisabeth Motte-Florac, Samir Boumediene, Andrea-Luz Gutierrez Choquevilca, Claudie Haxaire, Sabrina Krief, Florence Brunois-Psina, Céline Valadeau, Julie Laplante, David Dupuis

Bernard Frank
Le panthéon bouddhique au Japon - Collections d’Émile Guimet
Bibliothèque de l’Institut des hautes études japonaises du Collège de France, 2017.

25Publié en 1991, Le Panthéon bouddhique au Japon de Bernard Frank était épuisé et introuvable depuis longtemps. Il se présente comme un catalogue raisonné de la collection rapportée par Émile Guimet de son voyage au Japon en 1876, où celui-ci était venu chercher de quoi enrichir son projet de musée des religions. Se fondant sur sa grande érudition indienne, chinoise et japonaise, sur sa profonde culture classique, Bernard Frank a fait de cet ouvrage une somme de ses propres recherches, que l’on pourra lire comme un manuel de bouddhisme, un exposé sur la religiosité japonaise et, plus généralement, comme une introduction à la « civilisation japonaise », ainsi qu’était intitulée sa chaire du Collège de France.

26Avec un texte corrigé, enrichi des caractères sino-japonais et d’un index qui manquaient à la première édition, mais surtout fondé sur des photographies de bien meilleure qualité, grâce à la coopération de Sophie Makariou, présidente du musée national des arts asiatiques - Guimet, cet ouvrage précède la publication des Actes du colloque Bernard Frank vingt ans après, tenu en octobre 2016 au Collège de France et à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, qui doivent paraître en 2019.

27Bernard Frank (1927-1996) a été titulaire de la chaire de Civilisation japonaise de 1979 à 1996.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Anne Cheng (dir.) Kang Youwei Manifeste à l’empereur adressé par les candidats au doctorat Traduit et commenté par Roger Darrobers, « Bibliothèque chinoise », n° 23, les Belles Lettres, 2016.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4120/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Jean Kellens Cinq cours sur les Yasts de l’Avesta Cahiers de Studia Iranica, 59, Peeters publishers, 2016.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4120/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Denis Knoepfler La Comtesse de Noailles vous attend, monsieur Rilke, dans mon bureau de poste : autour d’une rencontre occultée en pays de Vaud (Étoy, 1921) Slatkine, 2016.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4120/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Adrian ROBU, Julien BIRZESCU, avec le concours de Denis KNŒPFLER et Alexandru AVRAM Préface de Denis KNŒPFLER Mégarika. Nouvelles recherches sur Mégare et les cités mégariennes de la Propontide et du Pont-Euxin. Archéologie, épigraphie, histoire Actes du colloque international de Mangalia, 8-12 juillet 2012, De Boccard, 2016.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4120/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Roland Recht Revoir le Moyen Âge. La pensée gothique et son héritage Éditions A. et J. Picard, 2016.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4120/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Thomas Römer Alphabets, Texts and Artifacts in the Ancient Near East. Benjamin Sass Israel Finkelstein, Christian Robin, Thomas Römer (dir.), Van Dieren Éditeur, 2016.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4120/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Anne-Isabelle Langlois Archibab 2. Les Archives de la princesse Iltani découvertes à Tell al-Rimah (xviiie siècle avant J.-C.) et l’histoire du royaume de Karana/Qaṭṭara Mémoires de NABU 18, Paris, 2017.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4120/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Céline Redard, Wouter F. M. Henkelman Persian Religion in the Achaemenid Period / La Religion perse à l’époque achéménide Harrassowitz Verlag, 2017.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4120/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Thomas Römer Entre dieux et hommes : anges, démons et autres figures intermédiaires Actes du colloque organisé par le Collège de France les 19 et 20 mai 2014, Academic Press, coll. « Orbis Biblicus et Orientalis », 2017.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4120/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Alain Supiot Governance by Numbers. The Making of a Legal Model of Allegiance Traduction de Saskia Brown, Hart Publishing, 2017 (initialement publiée en français sous le titre La Gouvernance par les nombres, cours au Collège de France 2013-2014, Fayard, coll. « Poids et mesures du monde », 2015).
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4120/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Andréa Luz Gutierrez Choquevilca (dir.) Guérir/Tuer Cahiers d’anthropologie sociale n° 14, L’Herne, 2017.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4120/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Bernard Frank Le panthéon bouddhique au Japon - Collections d’Émile Guimet Bibliothèque de l’Institut des hautes études japonaises du Collège de France, 2017.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4120/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Ouvrages publiés avec le soutien du Collège de France », La lettre du Collège de France [En ligne], 42-43 | 2016-2017, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/4120

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page
Chargement des illustrations

Chargement des illustrations