Navigation – Plan du site

Éditorial

Alain Prochiantz
p. 1

Texte intégral

1Les lecteurs de La Lettre pourront prendre connaissance de ce qui a pu se produire de saillant au Collège de France au cours de la période 2017-2018. J’aimerais aussi attirer leur attention sur ce qui constitue l’essentiel de nos activités et relève de la recherche et de l’enseignement, activités essentielles de notre institution qui dépendent aussi de ce qu’on appelle les « fonctions supports ». Cet éditorial est donc pour moi, une nouvelle occasion de remercier, au-delà des seuls professeurs, tous les personnels du Collège de France pour le travail accompli au service de tous ceux qui, à un titre ou à un autre, pratiquent le Collège de France, soit directement, soit par voies numériques.

2Le Collège de France est un organisme vivant donc évolutif. Une évolution silencieuse marquée par l’arrivée et le départ de professeurs, à somme nulle pour ainsi dire. De nouveaux visages apparaissent qui seront notre quotidien pour des durées variables d’une année à toute la vie académique, selon le type de chaire, sans hiérarchie aucune. Cette diversité nous permet de respecter nos statuts tout en braquant les projecteurs, ponctuellement, sur une discipline, ou sur une personne qui ne peut occuper une position permanente au Collège de France. Dans tous les cas, les professeurs sont choisis avec le même soin et nous apportent la même fierté. C’est ainsi que les lecteurs de La Lettre « rencontreront » de nouveaux professeurs occupant chaires d’État, chaires pluriannuelles ou annuelles et chaires internationales. D’autres sont arrivés depuis, dont on prendra connaissance dans la prochaine édition. Qu’on ait la gentillesse de ne pas se formaliser de ce retard, La Lettre peut être « inactuelle ».

3Toujours un signe de permanence, chaque année revient le colloque de rentrée. Celui de 2017 « Les Natures en question », dont on lira quelques bonnes feuilles du livre édité sous la direction de Philippe Descola, est illustré par la couverture de La Lettre. Cette photographie de Mathieu Pernot, artiste en résidence au Collège de France, donne à observer une jungle d’un type particulier : la Jungle de Calais. Elle nous rappelle avec Hobbes, que Homo homini lupus, nisi in societate. D’où la nécessite de faire société, notre métier. L’engagement des professeurs en ce sens est indiscutable et important, chacun avec sa propre sensibilité et ses convictions, mais c’est l’engagement qui importe. Dans ce contexte, j’incite le lecteur à se pencher sur l’entretien avec Stanislas Dehaene sur les questions, combien décisives socialement, de l’enseignement.

4Impossible d’être exhaustif dans un éditorial. Qu’on me permette de conclure sur une facette plus récente de nos activités, qui durera ce qu’elle durera. Expositions, Grandes Conférences, le Collège de France s’est efforcé de donner la parole à des créateurs internationaux, le plus souvent dans le champ artistique. Je ne vais pas revenir sur les noms qu’on découvrira au fil de la lecture. Je veux ici remercier l’Opéra national de Paris d’avoir accepté notre invitation à fêter ses 350 ans au Collège de France à travers une série d’événements qui laisseront une trace durable.

5Enfin la vie d’une institution a son carnet, « naissances », distinctions, disparitions. Pour celles-ci, le Collège ne peut oublier ces grandes figures qui ont tant contribué à faire de lui ce qu’il est et a pour ambition de continuer d’être.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Prochiantz, « Éditorial », La lettre du Collège de France [En ligne], 44 | 2017-2018, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/4153

Haut de page

Auteur

Alain Prochiantz

Administrateur du Collège de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page