Navigation – Plan du site
Leçons inaugurales

Le polythéisme grec comme objet d’histoire

Vinciane Pirenne-Delforge
p. 6-7

Notes de la rédaction

Extrait de la leçon inaugurale prononcée le 7 décembre 2017, consultable dans son intégralité sur le site www.college-de-france.fr, à la page du professeur.

La leçon inaugurale est publiée en coédition avec les éditions Fayard, coll. « Leçons inaugurales », n° 274, 2018.

Texte intégral

  • 1 E.g. De Opificio, 172 ; De Ebrietate, 110 ; De Mutatione nominum, 205.
  • 2 Francis Schmidt, « Naissance des polythéismes (1624-1757) », Archives de sciences sociales des reli (...)

1[…] Je pars donc d’un terrain spécifique. Celui de la religion grecque ou, pour le dire d’une autre manière, celui du polythéisme grec. Pas plus que celui de religion, le terme de polythéisme n’est neutre car il s’est forgé par contraste. Dès le tout début de notre ère, Philon d’Alexandrie, un philosophe juif, mettait en regard la pluralité des dieux honorés sur les différents territoires de la Méditerranée de son temps et l’unicité exclusive du Dieu de la Bible qu’il commentait en grec. La conception d’un monde divin pluriel était identifiée par lui en tant que polytheia ou polytheon1. Les Pères de l’Église écrivant en grec se sont à leur tour emparés de ce vocabulaire, mais les Pères écrivant en latin ont privilégié les termes d’idolâtrie et de paganisme qui ont traversé le Moyen Âge occidental. Avec la redécouverte du grec à la Renaissance, polytheia redevient utilisable et Guillaume Budé, lecteur royal de grec aux tout premiers temps du Collège de France, transposera le terme en latin. Peu de temps après, des auteurs écrivant dans les langues vernaculaires de l’Europe allaient forger le terme de polythéisme. Il faut toutefois attendre le xviiie siècle, celui des Lumières, pour que polythéisme2 remplace les termes d’origine latine et neutralise, du moins partiellement, leur héritage polémique. Et si je recours très volontiers au terme de polythéisme, en dépit de tous ses défauts – dont le moindre n’est pas de limiter l’identification des religions de ce type à la pluralité de leurs dieux –, c’est parce qu’il s’est progressivement répandu dans des contextes qui tentaient de prendre au sérieux les religions non chrétiennes. Dès lors, parler de « religion grecque » rencontre l’exigence méthodologique de considérer que le concept de « religion » s’applique, au moins à titre exploratoire et opératoire, à toutes les sociétés humaines ; parler de « polythéisme grec » met en évidence une caractéristique essentielle de ce système symbolique (même si elle n’est pas la seule) : la conception d’un monde qu’habitent une multiplicité de dieux.

2[…] Sans aller toujours jusqu’à l’aveuglement, une certaine myopie risque de frapper notre regard d’Européens du xxie siècle dès que l’on arrive en pays polythéiste. Car les dieux sont là et cette présence a de nombreuses conséquences dans toute une série de domaines où l’on n’est pas nécessairement préparé à les voir. Plus encore, cette place des dieux ne peut se comprendre qu’en relation étroite avec la vision globale que les Grecs avaient du monde dont ils faisaient partie, en ses diverses composantes. Vous aurez peut-être remarqué mon insistance à parler des figures supra-humaines que sont les dieux, et non de surnature ou de surnaturel. Ce n’est évidemment pas un hasard. Tant les dieux que les hommes participent d’un cosmos où ne se marque pas de coupure ontologique radicale. La frontière qui passe entre les humains et les dieux relève globalement d’une différence de qualité de l’être, d’intensité dans l’être plutôt que d’une incommensurable altérité. Au-delà d’une certaine manière d’entrer en relation avec les dieux et d’exprimer leur action, la forme humaine que les Grecs leur prêtaient volontiers tient aussi à cette immanence du divin. Et la catégorie des héros, si particulière à la culture grecque, y trouve une partie de son enracinement.

3Les dieux sont là, disais-je, les héros aussi. Dès lors, dans la définition d’une cité grecque, une polis, on trouve les traits suivants : tout d’abord, un groupe d’hommes qui forme une société maîtresse de son destin sur un territoire particulier et limité, clairement identifiable parmi les autres cités ; ensuite, des dieux et des héros qui partagent ce territoire et contribuent même à le structurer ; enfin, un ensemble de traditions, de coutumes ancestrales, bref ce que nous appelons une « culture ». J’ai ainsi placé les dieux et les héros sur le même plan que les autres caractéristiques de la cité plutôt que de les immerger dans la seule référence aux traditions culturelles. Cela ne signifie pas que je veuille abstraire la religion des autres composantes de ce type. Je souhaite ainsi en souligner l’importance dans la définition même des cités grecques à quelque moment de leur histoire que ce soit. Les dieux sont parties prenantes du tissu social de ces petites communautés politiques dispersées dans le monde grec. La société – et j’y arrive enfin – est précisément la notion qui nous permet d’agréger les contraintes matérielles auxquelles sont soumises les cités et les rapports de force qui s’y déploient, toutes choses que l’attention portée au monde supra-humain permet d’interroger autrement.

Statuette en bron...Statuette en bronze de Zeus lançant un éclair, 470-460 av J.-C., découverte sur le site du sanctuaire de Dodone, conservée au musée de l’Acropole d’Athènes.

Statuette en bronze de Zeus lançant un éclair, 470-460 av J.-C., découverte sur le site du sanctuaire de Dodone, conservée au musée de l’Acropole d’Athènes.

© Musée de l’Acropole.

  • 3 Jean-Pierre Vernant, Œuvres, op. cit., p. 233-234 et 436-485. Cf. aussi Marcel Detienne, Les Maître (...)

4Un tel constat sur ce qui fait la cité engage immédiatement les questions d’autorité et de pouvoir. À cet égard, on a depuis longtemps affirmé que, dans ce monde-là, celui de la polis, ou plutôt des poleis, l’absence d’une transcendance divine absolue, d’une révélation sacrée et unifiée, et de toute classe sacerdotale avait permis l’émergence d’un espace public commun à tous, où une expérimentation politique particulière avait pu prendre place. Jean-Pierre Vernant a laissé de magnifiques pages sur la neutralisation du kratos, de ce « pouvoir » auquel tous les citoyens participent sans qu’aucun ne soit plus en mesure de se l’approprier3. La formulation même des décisions collectives (« La cité a décidé […] » ou « Il a plu au Conseil et au Peuple […] ») montre que l’autorité est tout aussi immanente que les dieux, et que tout type de décision appartient aux citoyens qui s’assemblent pour la prendre.

  • 4 À ce sujet, voir Robert Parker, On Greek Religion, Ithaca, Cornell University Press, 2011, p. 1-63

5Toutefois, il ne suffit pas de subordonner la création de cet espace commun aux seules absences et aux seuls manques qui caractériseraient la religion grecque. Cette détermination par défaut ne rend pas suffisamment justice au fonctionnement du polythéisme en sa version grecque, ni à la politique telle que les Grecs en ont poussé l’autonomie à un degré remarquable. L’imbrication étroite de ces deux sphères de l’activité des cités ne relève pas forcément de ce qui manquerait à la religion grecque, mais bien de ce qu’elle est en tant que système polythéiste, c’est-à-dire un ensemble fondamentalement pluriel, flexible, adaptable, et où les voies de l’autorité sont plurielles elles aussi, en fonction du niveau de décision concerné4. Beaucoup reste à faire pour appréhender le polythéisme en ce qu’il est et non seulement en contraste avec ce qu’il n’est pas.

Haut de page

Notes

1 E.g. De Opificio, 172 ; De Ebrietate, 110 ; De Mutatione nominum, 205.

2 Francis Schmidt, « Naissance des polythéismes (1624-1757) », Archives de sciences sociales des religions, no 59, 1985, p. 77-90 : cet article reste fondamental sur ce processus (hormis pour l’apport de Budé qu’il n’a pas abordé : e.g. Opera omnia, t. I, 18, 33 ; 137, 25 ; 143, 20 ; etc.).

3 Jean-Pierre Vernant, Œuvres, op. cit., p. 233-234 et 436-485. Cf. aussi Marcel Detienne, Les Maîtres de vérité dans la Grèce archaïque [1967], Paris, Pocket, 1994, p. 131-157 (« Le procès de laïcisation »).

4 À ce sujet, voir Robert Parker, On Greek Religion, Ithaca, Cornell University Press, 2011, p. 1-63

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4168/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Statuette en bronze de Zeus lançant un éclair, 470-460 av J.-C., découverte sur le site du sanctuaire de Dodone, conservée au musée de l’Acropole d’Athènes.
Crédits © Musée de l’Acropole.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4168/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vinciane Pirenne-Delforge, « Le polythéisme grec comme objet d’histoire », La lettre du Collège de France [En ligne], 44 | 2017-2018, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/4168

Haut de page

Auteur

Vinciane Pirenne-Delforge

Chaire Religion, histoire et société dans le monde grec antique

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page