Navigation – Plan du site
Leçons inaugurales

Migrations et sociétés

François Héran
p. 9

Notes de la rédaction

Extrait de la leçon inaugurale prononcée le 5 avril 2018, consultable dans son intégralité sur le site www.college-de-france.fr, à la page du professeur.

La leçon inaugurale est publiée en coédition avec les éditions Fayard, coll. « Leçons inaugurales », n° 279, 2018.

Texte intégral

  • 1 Au désespoir d’Alfred Sauvy, qui y consacra plusieurs de ses cours au Collège de France.
  • 2 Voir Jacques Vallin et Graziella Caselli, « Quand l’Angleterre rattrapait la France », Population e (...)

1[…] La France est un pays d’immigration depuis le milieu du xixe siècle, contrairement à ses voisins. Épuisée par les guerres de la Révolution et de l’Empire, malthusienne avant l’heure1, elle enregistrait à peine plus de naissances que de décès et manquait de bras pour développer les mines, la sidérurgie, le chemin de fer, les ports, les manufactures, l’agriculture vivrière2. Elle ne s’est pas contentée pour cela de recourir aux voisins belges et italiens. Dans l’entre-deux-guerres, les Charbonnages de France ont puisé sans ménagement dans la main-d’œuvre polonaise. Ont suivi les Algériens, les Espagnols, les Portugais, les Marocains... Le boom des naissances de 1946 à 1974 n’a pas suffi : la France est restée dans l’après-guerre un pays d’immigration, tant elle avait besoin de « travailleurs de force » pour assurer les tâches ingrates de la reconstruction et de la croissance.

2Les origines des immigrés se sont récemment diversifiées dans toute l’Union européenne, avec l’apport de l’Europe centrale, de l’Asie, de l’Amérique latine, de l’Afrique subsaharienne. En France, toutefois, le tarissement des flux espagnols et portugais a contribué à relever fortement la part du Maghreb et du reste de l’Afrique dans la population immigrée : elle est passée de 20 % en 1975 à 43 % en 2013, un phénomène perçu de tous.

  • 3 Bilan limpide dans El Mouhoub Mouhoud, L’Immigration en France. Mythes et réalités, Paris, Fayard, (...)

3Migration de « peuplement » ou migration de « remplacement » ? Dans notre pays, les immigrés qui s’installent dans la durée (entre la moitié et les deux tiers) ne remplacent pas la population existante, ils s’y ajoutent, tout comme leurs enfants. Et, peu à peu, ils s’y mêlent. La recherche économique l’a abondamment montré3, l’immigration a pour principal effet d’apporter du monde, de dilater notre économie. Ses effets nets sur le budget de l’État et la protection sociale restent neutres ou marginaux, car les migrants sont aussi des producteurs, des cotisants, des consommateurs de produits taxés. Elle permet aussi à nombre de natifs d’échapper aux emplois les moins prisés (nettoyage, construction, travail agricole, sécurité, soins aux personnes) et, ce faisant, de grimper dans l’échelle sociale.

4La part prise par les deux générations dans l’ensemble de la population est désormais telle que bien des questions reposant sur la distinction entre eux et nous deviennent absurdes. Autant il y a du sens à évaluer les dépenses de l’État ou des collectivités pour accueillir et former les nouveaux entrants, autant il est vain de vouloir chiffrer ce que l’immigration nous rapporte ou nous coûte sur plusieurs générations, comme certains ont prétendu le faire en inventant des clés de répartition budgétaires selon les origines. Quel sens y aurait-il à calculer le coût net d’un quart de la population pour les trois quarts restants ? C’est un peu comme si une fratrie de quatre personnes, dont une adoptée à l’étranger, voulait chiffrer ce que cette dernière coûte aux trois autres.

  • 4 François Héran, Le Temps des immigrés, Paris, Seuil, coll. « La République des idées », 2007.

5[…] Comme le rappelle l’OCDE, les flux migratoires n’ont rien de massif en France ; c’est leur accumulation au fil du temps qui finit par produire un changement massif. J’ai résumé naguère la dynamique migratoire du pays par une formule : « non pas une intrusion massive mais une infusion durable4 ». Si l’infusion se prolonge sur des décennies, a fortiori depuis le xixe siècle, et même si un tiers au moins des immigrés repartent, elle finit par modifier les origines de la population, tout en favorisant un brassage progressif au fil des générations. À dresser de tels constats, on s’expose à des réactions incrédules qui tournent vite au réquisitoire.

  • 5 Des questions abordées aux derniers chapitres de mon livre op.cit., ainsi que dans Parlons immigrat (...)

6[…] À ce genre de suspicion, que peut-on opposer ? Cette profession de foi toute simple : nous n’avons pas à être pour ou contre l’immigration, pas plus qu’à nous prononcer pour ou contre le vieillissement, pour ou contre l’accélération des échanges. Qu’on le veuille ou non, nous devons faire avec l’immigration, tant elle est ancrée dans nos sociétés5. Cette neutralité engagée ne concerne pas uniquement les chercheurs. Le débat sur l’immigration gagnera en maturité si nous refusons la logique binaire du « pour ou contre », de la « bien-pensance » versus le « politiquement incorrect », de l’angélisme face au principe de réalité, et autres tenailles rhétoriques qui tuent le débat au lieu de l’animer.

Protections accor...Protections accordées par les pays européens aux demandeurs d’asile en 2016 : nombres pour 1 million d’habitants (Convention de Genève et protection subsidiaire, décisions de première et de seconde instance).

Protections accordées par les pays européens aux demandeurs d’asile en 2016 : nombres pour 1 million d’habitants (Convention de Genève et protection subsidiaire, décisions de première et de seconde instance).

Source : calculs personnels à partir des données d’Eurostat.

Haut de page

Notes

1 Au désespoir d’Alfred Sauvy, qui y consacra plusieurs de ses cours au Collège de France.

2 Voir Jacques Vallin et Graziella Caselli, « Quand l’Angleterre rattrapait la France », Population et sociétés, no 346, mai 1999.

3 Bilan limpide dans El Mouhoub Mouhoud, L’Immigration en France. Mythes et réalités, Paris, Fayard, 2017. Pour la comparaison internationale, voir « L’impact fiscal de l’immigration dans les pays de l’OCDE », Perspectives des migrations internationales, Paris, OCDE, 2013, p. 133-202.

4 François Héran, Le Temps des immigrés, Paris, Seuil, coll. « La République des idées », 2007.

5 Des questions abordées aux derniers chapitres de mon livre op.cit., ainsi que dans Parlons immigration en 30 questions, 2e éd. refondue, Paris, La Documentation française, 2016.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4187/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Protections accordées par les pays européens aux demandeurs d’asile en 2016 : nombres pour 1 million d’habitants (Convention de Genève et protection subsidiaire, décisions de première et de seconde instance).
Crédits Source : calculs personnels à partir des données d’Eurostat.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4187/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Héran, « Migrations et sociétés », La lettre du Collège de France [En ligne], 44 | 2017-2018, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/4187

Haut de page

Auteur

François Héran

Chaire Migrations et sociétés

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page