Navigation – Plan du site
Événements

Sommet sur l’intelligence artificielle

29 mars 2018
Sabine Cassard
p. 26-28

Texte intégral

1Dans le cadre de la publication du rapport du député Cédric Villani et de l’annonce de la stratégie nationale sur l’intelligence artificielle par le Président de la République, Emmanuel Macron, une journée de débats et de prises de paroles sur les enjeux et les opportunités de celle-ci a été organisée au Collège de France le 29 mars 2018. La manifestation a été ouverte par Cédric Villani et Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État chargé du Numérique.

Programme de la journée

Première séquence : recherche et formation

Comprendre l’intelligence humaine
Face à face entre Justine Cassell, Carnegie Mellon Human Computer Interaction Institute de Pittsburgh et Laurence Devillers, université Paris-Sorbonne

Attractivité de la recherche publique
Face à face entre Yann LeCun, Facebook, New York University et Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

Limites et possibilités des réseaux de neurones
Face à face entre Stéphane Mallat, Collège de France et Stuart Russell, université de Californie (Berkeley)

Deuxième séquence : impacts sociétaux

Une intelligence artificielle peut-elle entrer à l’université ?
Keynote de Noriko Arai, National Institute of Informatics, Tokyo.

Biais de données, défauts algorithmiques et impacts démocratiques
Keynote de Cathy O’Neil, mathématicienne

Santé intelligente
Keynote de Ran Balicer, Calilte Research Institute, Israël

La donnée, le citoyen et l’intelligence artificielle
Face à face entre Latanya Sweeney, université de Harvard et Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État chargé du Numérique

Troisième séquence : politique économique

Voir, entendre et comprendre
Discussion entre Fei Fei Li, université de Stanford, Grégory Renard, dirigeant, X-Brain et Marie-Paule Cani, École polytechnique

La compétition mondiale en intelligence artificielle
Face à face entre Sam Altman, co-fondateur OpenIA et Antoine Petit, président du CNRS

Faire émerger des champions de l’intelligence artificielle
Face à face entre Demis Hassabis, directeur général de Deepmind et Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances

Le Président de l...Le Président de la République Emmanuel Macron

Le Président de la République Emmanuel Macron

2La matinée a été consacrée à des interventions d’une quinzaine d’experts français et internationaux ainsi que de Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, et Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances.

Frédérique Vidal ...Frédérique Vidal et Yann LeCun

Frédérique Vidal et Yann LeCun

3Parmi les intervenants, Stéphane Mallat, titulaire au Collège de France de la chaire Sciences des données, a participé à un échange avec Stuart Russell dans lequel il a rappelé qu’il est nécessaire de démystifier l’intelligence artificielle. Sa finalité est d’être capable de répondre à une question posée à partir de données, comme par exemple reconnaître un animal dans des images ou être capable de faire un diagnostic à partir de données bio-médicales. Il a expliqué que « Les algorithmes sont une séquence d’instructions qui ont la particularité d’inclure un très grand nombre de paramètres non déterminés à l’avance. Ceux-ci sont fixés dans la zone d’apprentissage. Ainsi, l’algorithme va essayer d’optimiser les paramètres pour ne pas faire d’erreurs. L’objectif tend à généraliser : l’algorithme doit être capable de trouver une bonne réponse pour des données qu’il n’a jamais rencontrées auparavant, et de faire émerger une régularité à l’intérieur des données pour pouvoir extrapoler le résultat. Mais la difficulté que l’on rencontre est que les algorithmes fonctionnent à partir d’un très grand nombre de variables, et qu’ils devront retrouver des sources de régularité parmi ces millions de variables. Les chercheurs en algorithmique se penchent sur ce problème, en particulier sur les réseaux de neurones ».

Plus de moyens pour la recherche

4Alain Prochiantz, administrateur du Collège de France, a ensuite pris la parole pour ouvrir la deuxième partie de la journée en indiquant que « Le rapport Villani soulève de nombreux points qui concernent, au-delà de l’intelligence artificielle, la recherche en général : embaucher davantage de jeunes chercheurs, prolonger la vie active de ceux qui la font vivre, renforcer les liens entre recherche et innovation, faire en sorte que l’industrie digère l’innovation pour augmenter le contenu technologique de son offre. Il y a urgence à trouver des moyens financiers supplémentaires pour la recherche, en dépassant les 2,25 % du PIB affectés à la recherche et au développement car nombre de pays ont dépassé les 3 %. Dans la division mondiale du travail, l’enjeu est de rester dans le groupe qui croit en un avenir construit sur une économie de la connaissance. À côté de la question financière, il est également nécessaire de s’attacher à bousculer les conservatismes, de refuser de suivre ceux qui prétendent irréaliste et impossible ce qui est rationnel et nécessaire, tout en préservant les valeurs de la science. »

Expérimentation, partage, souveraineté : les trois-mots clés du rapport Villani

5En préambule à son intervention, Cédric Villani a rappelé son plaisir et son émotion à revenir au Collège de France après avoir été titulaire du cours Peccot en 2002-2003. Il a ensuite présenté les grandes lignes du rapport rédigé à la suite de la mission d’information confiée par le Premier ministre sur la stratégie française et européenne en intelligence artificielle. Cette mission était composée de Marc Schoenauer (directeur de recherche INRIA), Bertrand Rondepierre (direction générale de l’armement) et de Yann Bonnet (secrétaire général du Conseil national du numérique) et son équipe, Charly Berthet (responsable affaires juridiques et institutionnelles), Anne-Charlotte Cornut (rapporteur), François Levin (responsable affaires économiques et sociales) et Stella Biabiany-Rosier (assistante de direction). Fruit d’un travail de six mois, ce rapport synthétise de nombreuses sources en particulier le rapport France IA, le rapport de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), les travaux de la CNIL et du Conseil d’orientation pour l’emploi, de France Stratégie. 450 personnes ont été auditionnées en France et à l’étranger, l’équipe de la mission s’est déplacée dans le monde entier. Une consultation publique s’y est ajoutée avec la participation de 1 600 personnes.

6Ce travail, a souligné Cédric Villani, a soulevé un grand enthousiasme auquel il fallait donner du sens : « L’intelligence artificielle affecte désormais tous les aspects de nos vies sociales. Ce rapport aborde successivement la politique économique et celle des données, la recherche, l’emploi et la formation, l’inclusion, l’environnement, l’éthique, avec des accents particuliers sur l’éducation, la santé, la mobilité, l’agriculture et la défense. 

7Pour nous approprier l’intelligence artificielle, il faudra développer la recherche fondamentale et appliquée et l’interdisciplinarité. Nous devons soutenir cette recherche et améliorer la qualité d’environnement de nos chercheurs.

8Le deuxième mot-clé est le partage. Le partage des connaissances est en effet à la base du progrès scientifique et technologique. C’est un partage international mais aussi un partage d’expérience entre la France et l’étranger, entre les sphères publiques et privées. C’est un partage entre experts et citoyens. Enfin, il s’agit également de partager des données, pour un bénéfice commun, qui représente une nouvelle forme de solidarité.

9Le troisième axe est celui de la souveraineté. Il s’agira de protéger les citoyens par la loi dans le cadre européen du règlement général de la protection des données, de décider des secteurs que l’on favorise pour le bien public, de décider des valeurs que nous inscrivons dans les algorithmes. Il est enfin nécessaire de mettre en place les instances qui permettront un contrôle éthique indépendant des technologies numériques et de l’intelligence artificielle. »

10Anja Karliczek, ministre fédérale de l’Éducation et de la Recherche d’Allemagne, Carlos Moedas, commissaire européen à l’Innovation et aux Sciences, ont, tous les deux, insisté dans leurs allocutions, sur l’importance et le rôle moteur de l’Europe sur le sujet de l’intelligence artificielle.

La stratégie nationale sur l’intelligence artificielle

Le Président de l...Le Président de la République Emmanuel Macron

Le Président de la République Emmanuel Macron

11En fin de journée, le Président de la République Emmanuel Macron a clôturé le sommet en annonçant une stratégie française ambitieuse, ouverte et progressiste en matière d’intelligence artificielle. En effet, plus de 1,5 milliard d’euros seront investis durant le quinquennat pour soutenir la recherche dans ce domaine, dont près de 400 millions d’euros pour des appels à projets et des défis d’innovation de rupture financés par le Fonds pour l’Innovation et l’Industrie.

12Le Président de la République a défini quatre axes principaux : « conforter l’écosystème de l’intelligence artificielle, en particulier en ce qui concerne les talents, pour développer un véritable réseau de recherche et d’expérimentation ; engager une politique résolue d’ouverture des données afin de favoriser l’émergence en France de champions de l’intelligence artificielle ou d’encourager leur développement ; mener une stratégie de financements et de projets à la fois publique, française et européenne qui permette dans certains secteurs d’accélérer notre présence et de réussir pleinement dans la compétition internationale, de la santé à la mobilité ; penser les termes d’un débat politique et éthique que l’intelligence artificielle alimente partout dans le monde mais dont nous devons poser les termes pour articuler une réflexion, des règles et une compréhension commune. »

13Le Président de la République a également annoncé la mise en place d’un programme national pour l’intelligence artificielle, cordonné par l’INRIA, avec un réseau emblématique de quatre ou cinq instituts dédiés, ancrés dans les pôles universitaires. Les autres objectifs annoncés sont le doublement des capacités de formation à l’intelligence artificielle dans l’enseignement supérieur et la nécessité d’attirer les meilleurs chercheurs sur des chaires individuelles. Il a également lancé l’idée « d’un GIEC de l’intelligence artificielle, pour créer une expertise mondiale indépendante, qui puisse mesurer et organiser le débat collectif et démocratique sur les évolutions scientifiques. » 

Haut de page

Annexe

Pour en savoir plus

Mission Villani sur l’IA -
https://www.aiforhumanity.fr [site consulté le : 12 février 2019]

Vidéo de l’événement :
https://www.youtube.com

Discours du Président de la République :
https://www.elysee.fr

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4309/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Le Président de la République Emmanuel Macron
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4309/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Frédérique Vidal et Yann LeCun
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4309/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Alain Prochiantz
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4309/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Cédric Villani
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4309/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Le Président de la République Emmanuel Macron
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4309/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Anja Karliczek
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4309/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Carlos Moedas
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4309/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Crédits Mission Villani sur l’IA - https://www.aiforhumanity.fr [site consulté le : 12 février 2019]
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4309/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabine Cassard, « Sommet sur l’intelligence artificielle », La lettre du Collège de France [En ligne], 44 | 2017-2018, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/4309

Haut de page

Auteur

Sabine Cassard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page