Navigation – Plan du site
Événements

Journée d’étude. « Ma grande Église et ma petite chapelle » : 150 ans d’affinités électives entre le Collège de France et l’École pratique des hautes études (EPHE)

Jean-Luc Fournet
p. 29

Texte intégral

1Quiconque pénètre dans la grande salle du fond des locaux historiques de l’École pratique des hautes études en Sorbonne a le regard attiré par le tableau pendu au mur et la statue qui le flanque sur sa gauche. Le premier est un portrait du latiniste Louis Havet (ci-contre) qui fit ses études conjointement à l’EPHE (dont il fut un des premiers élèves titulaires) et au Collège de France avant de devenir à son tour enseignant à la fois à l’EPHE dès 1872 et au Collège de France en 1885. La statue (voir p.30), elle, est celle du médiéviste Gaston Paris qui fut un des premiers enseignants de l’EPHE après sa création en 1868 (jouant d’ailleurs un rôle déterminant dans l’organisation de la ive section) et qui fut également élu en 1873 professeur au Collège de France avant d’en devenir l’administrateur de 1894 jusqu’à sa mort en 1903. C’est à lui que l’on doit la belle expression que j’ai choisie pour titre de cette journée « Ma grande église et ma petite chapelle » pour désigner les deux établissements entre lesquels il a partagé son enseignement.

Portrait du latin...Portrait du latiniste Louis Havet, huile sur toile, Sorbonne, salle Gaston Paris (EPHE).

Portrait du latiniste Louis Havet, huile sur toile, Sorbonne, salle Gaston Paris (EPHE).

2Ces deux figures symboliquement ancrées dans la topographie de l’EPHE résument bien les liens consubstantiels qui ont uni le Collège de France et l’EPHE dès la création de cette dernière (dans laquelle certains professeurs du Collège ont joué un rôle essentiel) et qui ont contribué à marquer profondément le paysage académique et intellectuel français.

3Depuis le début, le Collège de France et l’EPHE ont été rapprochés et considérés comme des institutions jumelles participant d’une même vision de la science, aussi bien du fait des principes ayant présidé à leur création que pour leurs missions ou leurs principes d’organisation : les deux établissements ont été créés dans le but – j’emprunte la citation à l’article du Larousse du xixe siècle consacré à l’EPHE – « de remédier à la faiblesse de l’enseignement supérieur », chacun à son époque, l’un en 1530, l’autre en 1869. Tous deux se sont fixés comme mission d’enseigner « la science en voie de se faire » (Ernest Renan) : comme le résumait Gaston Paris, « Le Collège de France et l’École des hautes études sont seuls à représenter, dans l’ordre des études historiques et philologiques, la science pure ». Tous deux ont enfin comme principe d’organisation la complète collégialité puisque c’est l’assemblée plénière de leurs enseignants qui prend les décisions en matière de recrutements et – ce qui était encore le cas de l’EPHE il y a une vingtaine d’années – de gestion administrative. Et il y a encore peu, les assemblées de professeurs du Collège de France comme celles des directeurs de la ive section avaient lieu le dimanche – ce n’est plus le cas pour cette dernière depuis son retour en Sorbonne.

Buste en marbre d...Buste en marbre du médiéviste Gaston Paris, Sorbonne, salle Gaston Paris (EPHE).

Buste en marbre du médiéviste Gaston Paris, Sorbonne, salle Gaston Paris (EPHE).

4Le faciès de ces deux établissements a été perçu dès 1868 comme si proche qu’Ernest Renan en tirait argument pour dénier toute nécessité à la création de l’EPHE : « Pourquoi créer un établissement nouveau sous ce titre ? L’École des hautes études existe depuis trois cent cinquante ans. François ier l’a créée en 1530 ; c’est le Collège de France, puisque ce grand établissement représente justement l’élaboration scientifique, à laquelle l’université, corps principalement enseignant, ne saurait suffire ».

  • 1 « La ive section de l’EPHE et le Collège de France : genèse d’une symbiose institutionnelle », Céli (...)

5Elle sera malgré tout créée. Mais, au-delà de leurs missions et de leur fonctionnement, c’est surtout par le recrutement de leurs enseignants que, dès 1868, la complémentarité, voire la symbiose entre les deux maisons se manifeste le mieux. Pour reprendre les chiffres que Sergeï Kozlov a donnés dans un article récent1, lors de la première année de l’EPHE, un tiers des directeurs d’études de sa ive section (la section des sciences historiques et philologiques) appartenaient au Collège de France. L’année suivante, c’est 40 %, chiffre qui, après une baisse, va grimper jusqu’à 45 % en 1907-1908. Depuis, les liens entre les deux maisons n’ont cessé. Sur les quelques 400 professeurs du Collège de France qui se sont succédés entre 1868 et 2012, une centaine d’entre eux ont été, avant ou pendant leurs années au Collège de France, enseignants à l’EPHE, soit presque 30 %. Et pas des moindres puisqu’il s’agit, par exemple, de Claude Bernard, Marcel Mauss, Lucien Febvre, Georges Dumézil, Émile Benveniste, Fernand Braudel, Louis Robert, Claude Lévi-Strauss, Roland Barthes… Et actuellement quatre professeurs sont les représentants vivants de ce qu’on pourrait presque appeler une « endogamie institutionnelle ».

6Ce sont ces « affinités électives » que cette journée d’étude du 6 septembre a essayé de creuser, profitant de l’occasion que fut, en 2018, le cent cinquantenaire de l’EPHE (et la publication d’un dense et élégant ouvrage sur l’histoire de cette institution) pour porter un regard rétrospectif sur le passé commun de nos deux maisons et nous interroger sur ce qu’il a pu apporter à la recherche. Ont alterné des études sur l’histoire institutionnelle commune des deux établissements (notamment au moment de la création de l’EPHE), des bilans par discipline et des portraits de quelques personnalités cristallisant le phénomène de symbiose dont je parlais à l’instant et posant l’intéressant problème du double enseignement dans deux établissements – je rappellerai la phrase de Georges Dumézil : « j’ai fait (…) un double service à partir de [1949] monologuant au Collège de France, dialoguant à l’École [pratique des hautes études] » ce qui montre bien leur complémentarité. Au-delà de l’anecdotique, de la prosopographie ou des hasards de croisements institutionnels, cette journée fut l’occasion de réfléchir sur le rôle combiné de deux institutions dans l’histoire des savoirs2.

Pour en savoir pl...Pour en savoir plus : À l’occasion du cent cinquantenaire de la création de l’EPHE, un ouvrage a été publié sous la direction de Patrick Henriet, L’École pratique des hautes études : Invention, érudition, innovation, de 1868 à nos jours, Paris, coédition EPHE/Somogy éditions d’Art, 2018.

Pour en savoir plus : À l’occasion du cent cinquantenaire de la création de l’EPHE, un ouvrage a été publié sous la direction de Patrick Henriet, L’École pratique des hautes études : Invention, érudition, innovation, de 1868 à nos jours, Paris, coédition EPHE/Somogy éditions d’Art, 2018.

Haut de page

Notes

1 « La ive section de l’EPHE et le Collège de France : genèse d’une symbiose institutionnelle », Céline Trautmann-Waller (dir.), De la Philologie allemande à l’anthropologie française. Les sciences humaines à I’EPHE (1868-1945), Honoré Champion, 2017, p. 61-71, notamment p. 64-65.

2 La journée peut être visionnée sur le site www.college-de-france.fr à la page du professeur Jean-Luc Fournet. Les actes seront publiés dans la collection « Passage des disciplines » dirigée par le professeur Antoine Compagnon.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Portrait du latiniste Louis Havet, huile sur toile, Sorbonne, salle Gaston Paris (EPHE).
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4319/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Buste en marbre du médiéviste Gaston Paris, Sorbonne, salle Gaston Paris (EPHE).
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4319/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Pour en savoir plus : À l’occasion du cent cinquantenaire de la création de l’EPHE, un ouvrage a été publié sous la direction de Patrick Henriet, L’École pratique des hautes études : Invention, érudition, innovation, de 1868 à nos jours, Paris, coédition EPHE/Somogy éditions d’Art, 2018.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4319/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 581k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Fournet, « Journée d’étude. « Ma grande Église et ma petite chapelle » : 150 ans d’affinités électives entre le Collège de France et l’École pratique des hautes études (EPHE) », La lettre du Collège de France [En ligne], 44 | 2017-2018, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/4319

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Fournet

Chaire Culture écrite de l’Antiquité tardive et papyrologie byzantine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page