Navigation – Plan du site
Événements

Une nouvelle contribution à l’histoire du Coran en Égypte au VIIIe siècle : le palimpseste copto-coranique

Éléonore Cellard
p. 31

Texte intégral

Le Coran en Égypte aux VIIe-VIIIe siècles

1En 641 de notre ère, l’Égypte est conquise par les armées musulmanes, dirigées par ‘Amr ibn al- ‘Āṣ, mettant ainsi fin à une longue période de domination byzantine. Mais le pays, dans lequel se mêlent des cultures et des langues diverses – à côté du grec, considéré comme lingua franca, le copte, langue dérivée de l’égyptien ancien, était la langue courante des populations chrétiennes – ne devient pas brusquement islamique. Au contraire, en maintenant dans un premier temps les structures administratives byzantines et protégeant les biens de l’Église, la politique des nouveaux dirigeants encourage un lent processus d’islamisation et d’arabisation. Quelle place occupe alors le Coran dans ce processus ?

Figure 1. Feuille...Figure 1. Feuillet 4r, sans modification des couleurs (avec la permission de Christie’s).

Figure 1. Feuillet 4r, sans modification des couleurs (avec la permission de Christie’s).

Figure 2. Feuille...Figure 2. Feuillet 4v, (retourné), après traitement (avec la permission de Christie’s).

Figure 2. Feuillet 4v, (retourné), après traitement (avec la permission de Christie’s).

  • 1 Du moins son squelette consonantique.
  • 2 Les copies modèles sur lesquelles se basera l’ensemble de la transmission manuscrite, puis imprimée (...)

2La tradition islamique rapporte que le texte coranique aurait été définitivement fixé1 quelques années après la conquête de l’Égypte, à l’initiative du calife ‘Uṯmān ibn ‘Affān (r. de 644 à 656). Cependant, l’Égypte ne fit pas partie des garnisons qui reçurent l’un des quatre – ou sept selon les récits – archétypes coraniques2 produits à cette occasion. Privé de son archétype, l’Égypte a-t-elle joué un rôle dans la transmission manuscrite du Coran ?

  • 3 Sur l’ensemble des témoignages qui nous est parvenu, les dates les plus anciennes sont des actes de (...)

3Il existe un nombre considérable de fragments de manuscrits coraniques, découverts en Égypte au cours de ces derniers siècles : ils constituent un témoignage qui pourrait éclairer les conditions dans lesquelles le Coran s’est diffusé dans cette région. Malheureusement, ces manuscrits sont lacunaires et ne conservent aucune information directe sur la date, le lieu ou les acteurs impliqués dans la copie, et ce, au moins pour les deux premiers siècles de l’Islam3. Dans ces circonstances, le palimpseste dont il va être question ici s’avère extrêmement précieux pour éclairer ces zones d’ombre.

Le palimpseste copto-coranique

  • 4 Christie’s, Art of the Islamic and Indian Worlds Including Oriental Rugs and Carpets, 26 avril 2018 (...)

4En avril 2018, en consultant le catalogue en ligne de la prochaine vente d’art islamique de la maison Christie’s4, j’eus la fortune d’identifier un artefact important pour l’histoire des manuscrits coraniques anciens. Ce document est un palimpseste, dont les neuf folios portent les traces d’un texte sous-jacent copié en onciale copte, effacé pour recevoir le texte du Coran.

  • 5 D’après l’analyse de C. Louis dans E. Cellard & C. Louis, « From Coptic to Arabic: A new palimpsest (...)
  • 6 Voir l’analyse détaillée dans E. Cellard & C. Louis, id.

5Le texte sous-jacent, identifié partiellement, comporte des passages du Deutéronome et d’Isaïe rédigés en dialecte copte sahidique, probablement au vie ou viie siècle, dans une région située entre Le Caire et Assiout5. Quant au texte coranique qui s’y superpose, ses caractéristiques physiques – le style d’écriture, la forme du codex, sa mise en page et ses données textuelles – nous amènent à le situer vers le milieu du viiie siècle6. Son originalité tient au fait qu’il soit un palimpseste : une pratique répandue dans d’autres traditions scripturaires, mais plutôt exceptionnelle dans la tradition manuscrite du Coran. Le palimpseste implique en effet un accès difficile au parchemin, situation qui – d’après les témoins en notre possession – est en contradiction avec la production issue des centres de copie officiels.

6L’étude de cet artefact met donc en lumière un autre contexte de copie du Coran, régional et plus modeste, situé peut-être en Haute-Égypte, au milieu du viiie siècle. Il s’y reflète un système hiérarchisé des copies, étroitement connecté aux grands centres urbains, et témoigne ainsi d’un contrôle rigoureux de la transmission écrite du texte, déjà en vigueur moins d’un demi-siècle après la mise par écrit présumée du Coran.

Le témoignage matériel d’une histoire culturelle plurielle

  • 7 A. George, « Le palimpseste Lewis-Mingana de Cambridge, témoin ancien de l’histoire du Coran », dan (...)

7Par la superposition physique des textes biblique et coranique, cet artefact nous rappelle la proximité matérielle des cultures scribales coranique et copte dans l’Égypte du viiie siècle. Les copistes de ces différentes traditions ne s’ignoraient pas, mais quelles ont été précisément leurs relations ? Si le palimpseste copto-coranique témoigne de la suppression d’une Bible copte au profit d’un Coran, on possède également son contre-exemple : le palimpseste Lewis-Mingana de Cambridge, qui dissimule d’anciens feuillets du Coran, recyclés dans un milieu chrétien7. L’étude de ces matériaux nous amène en définitive à envisager le Coran, non plus comme un document isolé, indépendant des autres cultures matérielles, mais plutôt comme le reflet d’une histoire culturelle plurielle, celle de l’Égypte de la fin de l’Antiquité tardive.

Haut de page

Notes

1 Du moins son squelette consonantique.

2 Les copies modèles sur lesquelles se basera l’ensemble de la transmission manuscrite, puis imprimée du Coran, jusqu’à nos jours.

3 Sur l’ensemble des témoignages qui nous est parvenu, les dates les plus anciennes sont des actes de donation à des mosquées qui remontent au milieu du ixe siècle.

4 Christie’s, Art of the Islamic and Indian Worlds Including Oriental Rugs and Carpets, 26 avril 2018, p. 8-11.

5 D’après l’analyse de C. Louis dans E. Cellard & C. Louis, « From Coptic to Arabic: A new palimpsest for the history of the Qur’an in Early Islam », article en préparation.

6 Voir l’analyse détaillée dans E. Cellard & C. Louis, id.

7 A. George, « Le palimpseste Lewis-Mingana de Cambridge, témoin ancien de l’histoire du Coran », dans Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres (janvier-mars 2011), p. 377-429.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Feuillet 4r, sans modification des couleurs (avec la permission de Christie’s).
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4325/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Figure 2. Feuillet 4v, (retourné), après traitement (avec la permission de Christie’s).
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4325/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éléonore Cellard, « Une nouvelle contribution à l’histoire du Coran en Égypte au VIIIe siècle : le palimpseste copto-coranique », La lettre du Collège de France [En ligne], 44 | 2017-2018, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/4325

Haut de page

Auteur

Éléonore Cellard

Chercheuse (équipe du professeur François Déroche, Chaire Histoire du Coran. Texte et transmission)

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page