Navigation – Plan du site
Événements

Bénédicte Savoy. Co-auteur avec Felwine Sarr d’un rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain

Bénédicte Savoy et Sabine Cassard
p. 32-33

Notes de la rédaction

Pour en savoir plus :
L’intégralité du rapport est accessible sur http://restitutionreport2018.com/sarr_savoy_fr.pdf.

Il est également publié aux éditions Philippe Rey/Seuil.

Texte intégral

1Lors de son discours à l’université de Ouagadougou le 28 novembre 2017, le Président de la République a exprimé le souhait que « d’ici cinq ans les conditions soient réunies pour des restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique ». À la suite de cette déclaration, deux universitaires, Bénédicte Savoy, professeur à la Technische Universität de Berlin, titulaire de la chaire Histoire culturelle des patrimoines artistiques en Europe, xviiie-xxe siècle, et Felwine Sarr, professeur à l’université Gaston-Berger de Saint-Louis (Sénégal) ont été missionnés pour remettre un rapport sur ce sujet. Celui-ci a été remis au Président de la République le 23 novembre 2018.

  • 1 Voir p. 93 du rapport.

2Ce travail de recherche intitulé « Rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain. Vers une nouvelle éthique relationnelle » a été élaboré grâce à de très nombreux échanges (150 personnes) avec des personnalités diverses sur le continent africain et en France (universitaires et chercheurs, professionnels des musées, responsables politiques, parlementaires, acteurs du marché de l’art, collectionneurs, juristes, pédagogues, activistes). En complément, des ateliers dédiés à des questions spécifiques ont été organisés, dont l’un au Collège de France sur proposition et sous la direction de Vincent Negri, juriste, chercheur à l’Institut des sciences sociales du politique et Isabelle Maréchal, inspectrice générale des affaires culturelles au ministère de la Culture. Il a été consacré au cadre législatif1 qui est une donnée essentielle dans le contexte français d’inaliénabilité des collections publiques.

  • 2 Voir l’allocution d’Alain Godonou au Forum de l’Unesco sur la mémoire et l’universalité, in Témoins (...)

3Le rapport est organisé en trois parties, « Restituer », « Restitutions et collections » et enfin « Accompagner les retours », suivies d’annexes détaillant la méthode employée et des fiches pratiques sur les dispositions juridiques, des recommandations méthodologiques et un chiffrage des coûts ainsi que des notices descriptives de la quinzaine d’œuvres à restituer en priorité. Il se termine par un recueil des fiches d’inventaires du musée du quai Branly-Jacques Chirac. Les auteurs se sont concentrés sur l’Afrique subsaharienne en raison de la spécificité de cette aire géographique. En effet, au moins 88 000 objets provenant de cette zone sont présents dans les collections publiques françaises, dont près de 70 000 dans le seul musée du quai Branly-Jacques Chirac quand les inventaires des musées africains ne dépassent pas les 3 000 à 5 000 numéros selon les spécialistes. « Je n’avais pas une position très tranchée face à la problématique des restitutions jusqu’à ce que je fasse des recherches dans les archives et que je me rendre en Afrique  », explique Bénédicte Savoy. « J’ai alors ressenti un tel choc en découvrant des salles de Palais vides, en sachant que toutes les œuvres étaient conservées hors du continent africain que ce moment a été pour moi un basculement qui ne m’a plus fait douter du bien-fondé des restitutions ». Les rapporteurs écrivent aussi que « sur un continent où 60 % de la population a moins de vingt ans, il en va d’abord et avant tout de l’accès de la jeunesse africaine à sa propre culture, à la créativité et à la spiritualité d’époques certes révolues mais dont la connaissance et la reconnaissance ne saurait être réservées aux sociétés occidentales ou aux diasporas qui vivent en Europe. La jeunesse d’Afrique, comme la jeunesse de France ou d’Europe, a un « droit au patrimoine2 ».

Que restituer ?

4La première partie du rapport revient sur la définition du mot « restitution » qui « signifie rendre un bien à son propriétaire légitime » et qui soulève plus largement des questions « d’ordre politique, symbolique, philosophique et relationnel ». Les auteurs retracent ensuite l’historique des « captations patrimoniales » qualifiées de « crime contre les peuples » reprenant la citation de Carl Heinrich Heydenreich. Le rapport égrène les différentes formes de spoliations de la période coloniale, butins, missions d’« exploration » et « raids » scientifiques, dons de particuliers et poursuit son inventaire jusqu’aux indépendances et après 1960, période qui voit le trafic illicite des œuvres d’art africaines croître et se mondialiser.

  • 3 Voir p. 17 du rapport.
  • 4 Voir communiqué de l’Élysée du 23 novembre 2018, https://www.elysee.fr.

5Quels sont les objets à restituer ? À cette interrogation, les auteurs répondent que le processus doit être progressif en commençant prioritairement par les œuvres « acquises » ou prélevées par la force ou selon des conditions inéquitables. C’est le cas, par exemple, des statues et regalia provenant du sac des palais d’Abomey (1892) dont le retour est réclamé officiellement par le Bénin depuis 20163. Cette recommandation a d’ailleurs été suivie d’effet puisqu’à la suite de la remise du rapport le 23 novembre, le Président de la République s’est engagé à « restituer sans tarder les vingt-six œuvres concernées4 ».

6Pour les objets acquis dans des circonstances incertaines, des recherches complémentaires doivent être effectuées. Il est important que ce processus soit respectueux des deux parties engagées soulignent Bénédicte Savoy et Felwine Sarr, « en s’appuyant sur un examen rigoureux, des critères historiques, typologiques et symboliques. […] Et il faut garder à l’esprit que, dans les musées occidentaux, des émotions individuelles et collectives, des fécondations esthétiques et des cristallisations inattendues ont eu lieu pendant des siècles, qui sont au cœur de l’idée de culture et d’humanité ». Les auteurs laissent également le soin aux professionnels des musées et du patrimoine en Afrique et en France, d’élaborer ensemble une méthodologie pratique du retour des œuvres. Pour lever les obstacles liés aux règles de la domanialité publique française, les auteurs préconisent de modifier en fonction le Code du patrimoine, dans une perspective différente du traitement juridique appliqué à deux reprises pour des restes humains, ceux de la « Vénus hottentote » Saartjie Baartman, restitués à l’Afrique du Sud et des têtes maories remises à la Nouvelle-Zélande.

Vue de la zone Afrique, plateau des collections, musée du quai Branly - Jacques Chirac.

Vue de la zone Afrique, plateau des collections, musée du quai Branly - Jacques Chirac.

À gauche, Portes du palais royal d’Abomey (actuel Bénin). À droite, deux statues datant du xixe siècle provenant des palais d’Abomey. L’une représente le roi Ghézo (auteurs : Bokossa Donvide, Sossa Dede, Famille Akati) et l’autre est une statue royale anthropo-zoomorphe sculptée par Sossa Dede. Don Alfred-Amédée Dodds, ancienne collection du musée de l’Homme.

© musée du quai Branly-Jacques Chirac, distribution RMN-Grand Palais / Cyril Zannettacci.

Une réception contrastée

7La conclusion ne laisse aucun doute sur les positions des deux chercheurs, pour qui les restitutions doivent être définitives « [celles-ci initiant] donc une nouvelle économie de la relation, dont les effets ne sauraient se limiter à l’espace culturel ou à celui des échanges muséographiques ». Cette position forte n’est pas partagée par l’ensemble des acteurs, de nombreuses critiques ont d’ailleurs été relayées par voie de presse, dont celle de l’ancien ministre de la Culture Jean-Jacques Aillagon pour qui « ce rapport constitue plutôt un véritable manifeste. La place qui y est donnée à la contradiction ou, au moins, au développement d’opinions réservées, est extrêmement faible5 ». Au Royaume-Uni, le débat ravive la polémique autour du retour des frises du Parthénon, ce qui explique en partie la position des directeurs du British Museum et du Victoria & Albert Museum qui rejettent toute action de restitution. Enseignant à la fois en Allemagne et en France, Bénédicte Savoy note que ces deux pays traitent la question différemment. En Allemagne, le débat public a été très virulent et a conduit le gouvernement à prendre des mesures concrètes et rapides. Monika Grütters, l’équivalent allemand du ministre de la Culture, a déclaré que « l’Allemagne et l’Europe doivent faire face à leur histoire coloniale6 » et a dégagé des fonds annuels de 2 millions d’euros pour financer un programme de recherches sur les collections issues du colonialisme. En France, si l’annonce du président de la République à Ouagadougou a été un élément déclencheur, le débat, déplore Bénédicte Savoy, n’a pas été porté sur la place publique de façon convaincante et constructive. L’un des articles les plus intéressants, nous indique-t-elle, est celui publié par le New York Times qui a rassemblé autour d’une table trois intellectuels, Souleymane Bachir Diagne, Toyin Ojih Odutola et Cécile Fromon7. Tout récemment, l’organisation d’une soirée dédiée au thème « Face au présent : figuration/restitution des objets d’art non-occidentaux dans le monde8 » dans le cadre de la Nuit des idées laisse espérer que le débat infusera progressivement la sphère publique en France.

Haut de page

Notes

1 Voir p. 93 du rapport.

2 Voir l’allocution d’Alain Godonou au Forum de l’Unesco sur la mémoire et l’universalité, in Témoins de l’histoire : recueil de textes et documents relatifs au retour des objets culturels, Unesco, 2011, p. 63.

3 Voir p. 17 du rapport.

4 Voir communiqué de l’Élysée du 23 novembre 2018, https://www.elysee.fr.

5 Voir l’article paru dans Le Figaro du 26 novembre 2018, http://www.lefigaro.fr, et notamment l’interview de Stéphane Martin dans le Figaro daté du 25 novembre 2018, http://lefigaro.fr et Didier Rycknert et Réginald Groux dans La Tribune de l’art, https://www.latribunedelart.com.

6 Voir l’article paru dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung du 15 décembre 2018, https://www.bundesregierung.de.

7 Voir l’article du New York Times du 3 janvier 2019,
https://www.nytimes.com.

8 La vidéo de ces débats est consultable sur https://www.youtube.com.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Vue de la zone Afrique, plateau des collections, musée du quai Branly - Jacques Chirac.
Légende À gauche, Portes du palais royal d’Abomey (actuel Bénin). À droite, deux statues datant du xixe siècle provenant des palais d’Abomey. L’une représente le roi Ghézo (auteurs : Bokossa Donvide, Sossa Dede, Famille Akati) et l’autre est une statue royale anthropo-zoomorphe sculptée par Sossa Dede. Don Alfred-Amédée Dodds, ancienne collection du musée de l’Homme.
Crédits © musée du quai Branly-Jacques Chirac, distribution RMN-Grand Palais / Cyril Zannettacci.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4336/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Savoy et Sabine Cassard, « Bénédicte Savoy. Co-auteur avec Felwine Sarr d’un rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain », La lettre du Collège de France [En ligne], 44 | 2017-2018, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/4336

Haut de page

Auteurs

Bénédicte Savoy

Chaire internationale Histoire culturelle des patrimoines artistiques en Europe, xviiie-xxe siècle

Articles du même auteur

Sabine Cassard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page