Navigation – Plan du site
Événements
Les grandes conférences du Collège de France

David Graeber. Utilité et inutilité du travail / The Revolt of the Caring Classes1

22 mars 2018
p. 36-37

Notes de la rédaction

Retrouvez l’intégralité de la conférence ainsi que les entretiens avec David Graeber et Philippe Descola sur le site www.college-de-france.fr.

Texte intégral

  • 1 « La révolte des classes aidantes ».

1La conférence s’est ouverte sur la présentation du parcours intellectuel de David Graeber par le professeur Philippe Descola, qui a été à l’initiative de sa venue au Collège de France. Cette invitation a aussi été l’occasion de marquer la date anniversaire du début des manifestations de Mai 68.

2Formé à l’université de Chicago, David Graeber a rédigé une thèse sous la direction de Marshall Sahlins, l’une des figures de l’anthropologie contemporaine. Celle-ci, fondée sur un terrain à Madagascar, démontrait la persistance des différences sociales entre les descendants de la noblesse et ceux des esclaves, donnant lieu à une monographie sous le titre Last People en 1987. Ses principaux thèmes de recherche sont déjà présents dans ce livre : la théorie de l’échange, la question des fondements de l’inégalité sociale, les sources du pouvoir et de la domination, la dimension religieuse des organisations hiérarchiques et la question de l’origine de l’État. Ces différents sujets seront abordés de façon quasiment automatique dans les ouvrages suivants, qui sont à la fois savants et accessibles au plus grand nombre, et qui fourmillent d’intuitions appuyées sur une documentation ethnographique et historique que très peu de chercheurs sont en mesure de mobiliser.

  • 2 Pour une anthropologie anarchiste, Québec, Lux, coll. « Instinct de liberté », 2018.
  • 3 Bullshit Jobs [Boulots à la con], Paris, Les liens qui libèrent, 2018 (Bullshit Jobs, Allen Lane, 2 (...)

3Actuellement professeur à la London School of Economics, établissement où a enseigné Bronislaw Malinowski, David Graeber est aussi un militant politique, anticapitaliste, anarchiste, connu du grand public pour avoir été l’une des premières personnalités à s’impliquer dans le mouvement Occupy Wall Street. Philippe Descola a ajouté : « dans ce domaine, David Graeber est aussi un théoricien2, car il n’y a pas une action politique dans laquelle celui-ci se soit engagé qui n’ait fourni une matière théorique profonde et inversement il n’y a pas chez lui de réflexion théorique qui ne contienne l’esquisse d’un programme d’action ». Son dernier ouvrage, Bullshit Jobs3, a ainsi fourni l’amorce de cette conversation sur l’utilité et l’inutilité du travail.

Extraits de la conférence

4« J’ai été particulièrement frappé par l’étude de la page tumblr « Nous sommes les 99 % », créée dans les premiers jours du mouvement Occupy, où les sympathisants trop occupés à travailler pour y participer pouvaient exprimer leur soutien en brandissant des pancartes manuscrites décrivant leur situation, et terminant par la phrase « Je suis les 99 % ». Il y en avait plusieurs milliers et j’ai passé un après-midi à lire systématiquement chacun d’entre eux. La deuxième chose à m’avoir frappé était de découvrir que, non seulement 75 à 80 % des participants étaient des femmes, mais que la grande majorité d’entre elles étaient issues de l’enseignement, de la santé, des services sociaux ou d’un domaine qui implique directement les autres ou l’aide aux autres. Les plaintes exprimées étaient étonnamment les mêmes, à savoir que si l’on insiste pour poursuivre une carrière qui permet de s’occuper des autres, que l’on considère socialement utile, ou socialement non-destructrice, on est inévitablement peu rémunéré et laissé dans un tel état d’endettement qu’on ne peut même pas s’occuper de sa propre famille. C’est ainsi que j’ai d’abord pensé à Occupy comme une « révolte de la classe ouvrière » – mais en réalité celle-ci ouvre une série de questions capitales sur l’organisation évolutive du capitalisme, la nature changeante du travail et les hypothèses sur leur valeur ainsi que la composition de la population active.

  • 4 Dette : 5 000 ans d’histoire, Paris, Les liens qui libèrent, 2013 (Debt: The First 5,000 Years, Mel (...)

5[…] Ma recherche sur la moralité de la dette4, comme celle sur les formes contemporaines du travail, se voulait essentiellement une intervention politique : essayer de comprendre les forces et les faiblesses de l’adversaire. Ce que j’ai découvert, c’est qu’au cours du xxe siècle, la plupart des gens vivant dans des pays développés ont vraiment intériorisé la moralité du travail, c’est-à-dire qu’une personne qui ne travaille pas autant qu’elle le pourrait dans un domaine qu’elle n’apprécie pas beaucoup, de préférence sous la supervision d’un chef exigeant, d’une façon ou d’une autre, n’est pas vraiment une personne morale complète, et ne mérite probablement pas l’appui de sa communauté. Cette impulsion très morale avait produit une situation perverse et paradoxale où d’énormes pourcentages de la main-d’œuvre étaient convaincus qu’ils étaient employés à ne rien faire et que si leur emploi disparaissait, cela ne ferait absolument aucune différence.

6[…] Les raisons de l’augmentation du nombre des Bullshit Jobs sont complexes, mais semblent directement liées à la financiarisation. J’ai moi-même inventé le terme « féodalisme managérial » pour désigner la multiplication sans fin des niveaux intermédiaires de l’administration. Cette expression concerne par exemple l’augmentation spectaculaire du personnel administratif dans les universités car la réorganisation de l’éducation pour des raisons institutionnelles a largement provoqué un transfert du pouvoir à une nouvelle classe de faux administrateurs, lequels insistent immédiatement pour que chacun commande une petite armée de subordonnés pour marquer leur statut. Mais elle s’applique aussi à la création de nouvelles couches de fonctionnaires dans la hiérarchie intermédiaire des entreprises, ou bien des industries créatives (producteurs, conservateurs, etc.) dont les principaux métiers semblent souvent obliger les producteurs actuels à consacrer une part croissante de leur temps à des rituels de marketing interne.

7Ce qui m’étonne dans mes propres recherches, c’est l’intensité de la misère et de la souffrance sociale que ces emplois créent – une souffrance d’autant plus aiguë qu’il n’y a pratiquement aucune façon acceptable d’en parler. Cela soulève aussi des questions très intéressantes sur les théories populaires de la valeur sociale puisque, bien entendu, pour un travailleur, croire que sa position administrative, bien rémunérée, ne vaut rien sur le plan social, signifie qu’il croit qu’il existe une norme pour mesurer la valeur autre que la dictature du marché. En fait, non seulement l’évaluation par le marché de la valeur des différentes formes de travail ne correspond pas aux conceptions populaires de ce qu’elles apportent réellement à la société, mais il semble y avoir une relation inverse : à quelques exceptions près, le principe semble être que plus un travail est considéré comme socialement utile, plus il est reconnu comme utile aux autres, moins on est susceptible d’en tirer profit. Je tiens à souligner qu’il ne s’agit pas simplement d’un effet de l’offre et de la demande en tant qu’économistes – même si l’instinct initial des économistes, ou de ceux qui croient que notre société est réellement gouvernée par une logique de marché, serait de dire que ça doit l’être. Par exemple, à l’heure actuelle et depuis quelques années, les États-Unis connaissent une pénurie aiguë d’infirmières qualifiées et une surabondance de diplômés en droit. Pourtant, les salaires relatifs des infirmières et des avocats d’entreprise demeurent inchangés. Il est clair que les vraies raisons du prix du travail, comme du prix de la plupart des choses en fait, ont peu à voir avec les forces du marché, et beaucoup à voir avec diverses formes de pouvoir institutionnel. Mais ce sur quoi je veux vraiment attirer votre attention ici – ce qui est vraiment remarquable – c’est la mesure dans laquelle les gens semblent penser que c’est exactement ce qui devrait être. L’exemple le plus éloquent est sans doute celui des attitudes à l’égard des enseignants du primaire ou du secondaire qui, dit-on souvent, ne devraient pas être payés trop généreusement, car, après tout, « nous ne voudrions pas que des gens motivés principalement par l’argent enseignent à nos enfants ». Mais cette vision semble s’étendre de façon plus globale : les employeurs n’estiment pas seulement que, s’il existe une tâche que quelqu’un pourrait faire pour une raison autre que l’argent (par exemple, le travail de traduction ou de conception graphique), ils devraient vraiment trouver un moyen de la faire faire gratuitement, mais aussi que ceux qui aiment leur travail, ou à qui cela fait plaisir de savoir qu’ils aident les autres, ne devraient pas être payés, ou du moins pas tant que ça, et que ce sont donc seulement ceux qui travaillent pour l’argent qui méritent une somme considérable.

8C’est presque comme si le vieux dicton stoïcien Ipsa quidem virtus pretium sibi c’est-à-dire que la vertu est (ou devrait être) sa propre récompense, était devenu un principe directeur de notre vie économique ».

Extraits de la conversation entre Philippe Descola et David Graeber

  • 5 Conférence donnée le 29 janvier 1937 au Centre confédéral d’éducation ouvrière de la CGT, qui avait (...)

9Philippe Descola : Nous sommes tous les deux anthropologues. Qu’en est-il de la relation entre la réflexion critique et l’anthropologie ? En 1937, Claude Lévi-Strauss s’exprimait devant un groupe de réflexion de la CGT5 en ces termes : « L’anthropologie est une science révolutionnaire, pas dans le sens copernicien, mais dans celui d’une révolution marxiste-léniniste ». Pourquoi dit-il alors cela ? Parce que l’anthropologie nous permet de voir nos propres institutions avec du recul. Diriez-vous que l’anthropologie comparative est un outil d’importance critique à cet égard ?

10David Graeber : Pour moi, il s’agit de créer une situation pour permettre aux gens de décider d’eux-mêmes quel système économique leur semble adapté. Mes parents étaient des intellectuels de la classe ouvrière et se considéraient comme des radicaux. Ils n’avaient pas de livres sur le capitalisme à la maison, mis à part je crois un volume de Marx, mais ils en possédaient beaucoup sur l’anthropologie, l’histoire et la science-fiction. Ils n’avaient besoin de personne pour leur dire que le capitalisme était une horreur, ils étaient à la recherche de quelque chose de complétement différent.

11Effectivement, nous avons une responsabilité historique, nous sommes les gardiens de toute une gamme de possibilités humaines et le capitalisme libéral a fonctionné, en essayant d’étouffer toutes les pensées alternatives.

12En tant qu’anthropologue, je vois mille façons d’organiser l’économie. Et je réponds toujours : « Alors avant, quand on conduisait des chevaux, on avait vingt-sept façon d’organiser une économie, mais avec un ordinateur, il n’y en a plus qu’une seule. On pense toujours que la technologie donne plus de pouvoir, plus de choix. » Les gens sont un peu perdus quand je leur donne cette réponse.

Haut de page

Notes

1 « La révolte des classes aidantes ».

2 Pour une anthropologie anarchiste, Québec, Lux, coll. « Instinct de liberté », 2018.

3 Bullshit Jobs [Boulots à la con], Paris, Les liens qui libèrent, 2018 (Bullshit Jobs, Allen Lane, 2018).

4 Dette : 5 000 ans d’histoire, Paris, Les liens qui libèrent, 2013 (Debt: The First 5,000 Years, Mellville House, 2011).

5 Conférence donnée le 29 janvier 1937 au Centre confédéral d’éducation ouvrière de la CGT, qui avait pour titre : « Une science révolutionnaire : l’ethnographie ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« David Graeber. Utilité et inutilité du travail / The Revolt of the Caring Classes », La lettre du Collège de France [En ligne], 44 | 2017-2018, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/4367

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page