Navigation – Plan du site
Événements
Collège de France / Opéra national de Paris

Le Collège de France célèbre les 350 ans de l’Opéra national de Paris

Sabine Cassard
p. 38-39

Notes de la rédaction

Les trois conférences sont à visionner sur le site www.college-de-france.fr.

Le cycle « Le Collège de France invite l’Opéra de Paris » a reçu le soutien de la Fondation Hugot du Collège de France.

Texte intégral

Master class de P...Master class de Philippe Jordan.

Master class de Philippe Jordan.

© Studio J’adore ce que vous faites ! / OnP.

1À l’occasion de son 350e anniversaire, l’Opéra national de Paris organise de multiples manifestations en partenariat avec de grandes institutions culturelles, le musée d’Orsay, la Bibliothèque nationale de France, le centre Pompidou, ainsi que le Collège de France. Pour Alain Prochiantz, il s’agit de poursuivre une politique culturelle amorcée avec les Grandes Conférences en proposant une programmation de très grande qualité : « Notre institution, connue pour l’excellence de sa recherche et un enseignement d’accès totalement libre, s’affirme grâce à ce type de partenariat comme une institution de plus en plus ouverte aux artistes ». Au programme de ces séances, cinq conférences exceptionnelles avec des artistes de renommée internationale, Philippe Jordan, Dmitri Tcherniakov, Hiroshi Sugimoto et Anne Teresa De Keersmaeker, ainsi que le directeur de l’Opéra national de Paris, Stéphane Lissner. Cette collaboration permet d’attirer un large public qui a la possibilité d’assister gratuitement à l’ensemble du cycle de conférences se déroulant dans l’amphithéâtre Marguerite de Navarre au cours de l’année 2018-2019.

Une master class de Philippe Jordan sur des airs de Don Giovanni

2La première étape de ce cycle a débuté le 10 avril 2018 avec une master class dirigée par le directeur musical de l’Opéra, Philippe Jordan. Celui-ci a reçu un accueil très chaleureux de la part du public venu très nombreux pour suivre cette magistrale leçon de musique. Sur scène, les chanteurs de l’Académie de l’Opéra de Paris, Maciej Kwaśnikowski (ténor), Angélique Boudeville (soprano), Marie Perbost (soprano), Danylo Matviienko (baryton), Mateusz Hoedt (basse-baryton) ont chanté des airs du Don Giovanni de Mozart, accompagnés au piano par Benjamin d’Anfray et Alessandro Praticò. « Tout en finesse et dans la bonne humeur, le chef d’orchestre à la fois pointilleux et détendu a accompli en près de deux heures un travail musicalement perceptible. Sa gentillesse et ses traits d’humour ainsi que la modestie et le naturel des jeunes artistes leur ont valu plusieurs minutes de standing ovation » (Brigitte Cormier, forumopera.com). 

Conférence de Stéphane Lissner « Pourquoi l’opéra aujourd’hui ? »

3Le deuxième temps fort a eu lieu le 14 juin 2018, avec la conférence donnée par Stéphane Lissner sur les enjeux contemporains de l’opéra, intitulée « Pourquoi l’opéra aujourd’hui ? ». Le directeur de l’institution lyrique a rendu un vibrant hommage à la maison d’opéra qu’il dirige depuis 2014, tout en livrant sa vision d’un art lyrique porté par l’audace et la modernité. « En me demandant “Pourquoi l’opéra aujourd’hui ?” explique Stéphane Lissner « je pense en même temps à la persistance du genre, à l’étonnement qu’elle suscite d’abord, mais aussi à l’évidence qu’elle représente pour certaines nations, certains corps de métiers investis dans son évolution perpétuelle. L’opéra, à de nombreux égards, devrait avoir disparu depuis longtemps. Pierre Boulez ne disait pas autre chose lorsqu’il appelait à « faire sauter les maisons d’opéra ».

Conférence de Sté...Conférence de Stéphane Lissner.

Conférence de Stéphane Lissner.

© Studio J’adore ce que vous faites ! / OnP.

  • 1 Le texte de la conférence de Stéphane Lissner a été publié sous le titre Pourquoi l’Opéra aujourd’h (...)

4Et pourtant, a t-il poursuivi, « l’opéra continue de surprendre par une sollicitation des sens incroyablement variée et les taux de remplissage atteignent avec constance des niveaux enviables pour une salle de spectacle, tous types de représentations confondus. Être présent physiquement pour entendre et voir l’association virtuose de la partition orchestrale, du texte chanté et de l’univers visuel qui propose d’approfondir le sens de l’œuvre, d’en révéler un aspect insoupçonné ou de l’actualiser : telle est encore aujourd’hui l’aspiration qui attire en nombre le public à l’opéra. Penser l’opéra de demain implique bien sûr de s’interroger sur le public qui le porte, et sur le public à venir, de se demander quelles passions le meuvent et ce qui peut lui être proposé, suggéré. Animé par une ouverture sur le monde qui le constitue, l’art lyrique, porté par l’institution publique, ne peut que porter haut les couleurs d’un avenir moderne, critique et novateur1. »

« Chemins d’une mise en scène », Dmitri Tcherniakov

La Fille de neige...La Fille de neige de Nikolaï Rimski-Korsakov, direction musicale de Mikhaïl Tatanikov, mise en scène et décors de Dmitri Tcherniakov, orchestre et choeurs de l’Opéra national de Paris, Opéra Bastille, 2017.

La Fille de neige de Nikolaï Rimski-Korsakov, direction musicale de Mikhaïl Tatanikov, mise en scène et décors de Dmitri Tcherniakov, orchestre et choeurs de l’Opéra national de Paris, Opéra Bastille, 2017.

© Elisa Haberer / OnP.

  • 2 Captation réalisée par Chloé Perlemuter lors de la tournée du théâtre Bolchoï de Moscou au Palais G (...)
  • 3 Captation réalisée par Andy Sommer à l’Opéra Bastille en mai 2009.
  • 4 Captation réalisée par Andy Sommer au Festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence en jui (...)

5Enfin, pour clore l’année 2018, Dmitri Tcherniakov a présenté le 8 novembre son travail lors d’une conférence intitulée « Chemins d’une mise en scène ». Celui-ci a commenté des extraits de trois opéras dont il a assuré la scénographie, Eugène Onéguine2 (direction musicale Alexander Vedernikov, costumes Maria Danilova, lumières Gleb Filshtinsky. Orchestre et chœurs du théâtre Bolchoï de Moscou), Macbeth3 (direction musicale Teodor Currentzis, mise en scène et lumières Gleb Filshtinsky. Orchestre et chœurs de l’Opéra national de Paris) et Carmen4 (direction musicale Pablo Heras-Casado, costumes Dmitri Tcherniakov et Elena Zaytseva, lumières Gleb Filshtinsky. Orchestre de Paris, chœur Aedes).

Dmitri TcherniakovDmitri Tcherniakov

Dmitri Tcherniakov

© C.Pele / OnP.

6Au fil de sa présentation, Dmitri Tcherniakov a expliqué avec générosité quelle était sa façon de travailler, et comment ses idées prenaient forme, livrant aux spectateurs le chemin souvent tortueux et douloureux emprunté par sa pensée pour arriver à la création d’une mise en scène satisfaisante : « Même quand je propose des solutions radicales qui bousculent les stéréotypes, le message vient toujours de l’œuvre. Pour moi ce n’est pas la technique qui prime, c’est le contenu de l’œuvre. C’est ce que je m’efforce de retrouver dans mes spectacles. Je n’invente pas un langage théâtral, il est nécessaire qu’il y ait de la foi, qu’on croie à ce qui se passe sur scène, que le spectateur soit connecté. Ma grande satisfaction, c’est quand on ne me parle pas de technique, mais quand on vient me dire « l’héroïne c’est moi, comment as-tu pu comprendre mes sentiments ? Tout ça je l’ai vécu ! Pour moi l’idéal c’est que l’acteur soit intensément présent sur scène. »

Prochaines dates :

Conférence d’Hiroshi Sugimoto, le 14 mars 2019 à 18h30

Conférence d’Anne Teresa De Keersmaeker, le 10 avril 2019 à 18h30

Haut de page

Notes

1 Le texte de la conférence de Stéphane Lissner a été publié sous le titre Pourquoi l’Opéra aujourd’hui ? aux éditions Papiers Musique, 2019.

2 Captation réalisée par Chloé Perlemuter lors de la tournée du théâtre Bolchoï de Moscou au Palais Garnier en septembre 2008.

3 Captation réalisée par Andy Sommer à l’Opéra Bastille en mai 2009.

4 Captation réalisée par Andy Sommer au Festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence en juillet 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Master class de Philippe Jordan.
Crédits © Studio J’adore ce que vous faites ! / OnP.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4379/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Conférence de Stéphane Lissner.
Crédits © Studio J’adore ce que vous faites ! / OnP.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4379/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre La Fille de neige de Nikolaï Rimski-Korsakov, direction musicale de Mikhaïl Tatanikov, mise en scène et décors de Dmitri Tcherniakov, orchestre et choeurs de l’Opéra national de Paris, Opéra Bastille, 2017.
Crédits © Elisa Haberer / OnP.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4379/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Dmitri Tcherniakov
Crédits © C.Pele / OnP.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4379/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabine Cassard, « Le Collège de France célèbre les 350 ans de l’Opéra national de Paris », La lettre du Collège de France [En ligne], 44 | 2017-2018, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/4379

Haut de page

Auteur

Sabine Cassard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page