Navigation – Plan du site
Prix et distinctions

Christine Petit

Chaire Génétique et physiologie cellulaire
p. 56

Texte intégral

1Le Prix Kavli, prix international en neurosciences de l’Académie norvégienne des sciences et des lettres a été décerné en 2018 à Christine Petit, professeur titulaire de la chaire Génétique et physiologie cellulaire. Il récompense son « travail pionnier sur les mécanismes moléculaires et neuronaux de l’audition ». Elle partage ce prix avec l’américain A. James Hudspeth (université Rockfeller, États-Unis) et le britannique Robert Fettiplace (université du Wisconsin, États-Unis). 

2Christine Petit s’est attachée à comprendre le fonctionnement des systèmes sensoriels et tout particulièrement celui du système auditif. Ses travaux sont à l’origine de l’entrée du système auditif dans l’ère moléculaire et de la compréhension de la physiopathologie de ses atteintes.

3Alors que le système auditif résistait à l’analyse moléculaire en raison du petit nombre de ses cellules, Christine Petit en a proposé une dissection génétique qu’elle a mise en œuvre chez l’homme, à travers l’identification des gènes responsables de surdité. En caractérisant les fonctions des protéines codées par ces gènes, et en les regroupant en ensembles fonctionnels discrets, elle a ouvert la voie à l’identification des mécanismes moléculaires qui sous-tendent les propriétés physiologiques singulières des cellules sensorielles auditives (transduction, analyse fréquentielle et temporelle des sons, genèse de distorsions sonores).

4En parallèle, elle a découvert de nouvelles structures et propriétés de ces cellules, essentielles à leur traitement des sons. Avec ses collaborateurs, elle a étendu cette dissection génétique aux neurones du cortex auditif, en mettant en évidence l’existence d’atteintes centrales de l’audition masquées par celles des cellules sensorielles.

5Ses travaux invitent à repenser la signification de tests audiologiques de pratique médicale courante. Ils ont fourni des explications cohérentes de la physiopathologie d’un grand nombre d’atteintes de l’audition ; ils forment un socle des connaissances qui ont permis à son laboratoire (l’unité de génétique et physiologie de l’audition de l’Institut Pasteur, affiliée à l’Inserm) de s’engager dans la recherche de thérapies curatives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Christine Petit », La lettre du Collège de France [En ligne], 44 | 2017-2018, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/4425

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page