Navigation – Plan du site
Prix et distinctions

Le professeur Michel Zink a été élu le 14 décembre 2017 à l’académie française au fauteuil de René Girard

Il a prononcé son discours de réception le 18 octobre 2018
Michel Zink
p. 58-59

Texte intégral

Extraits du discours de réception

1René Girard s’est lancé dans l’aventure américaine par amour de la littérature. Le livre qui, en donnant une première formulation à sa théorie, l’a placé d’un coup au premier rang de la scène intellectuelle se fonde uniquement sur l’analyse de grandes œuvres littéraires. […] C’est, en 1961, Mensonge romantique et vérité romanesque. […] Dès ce livre l’idée essentielle est en place : on ne choisit pas seul l’objet de son désir ; il est imposé par un médiateur. Au commencement n’est pas le désir, comme le pense Freud, mais l’imitation. On désire ce qu’on voit l’autre désirer. Si cet autre […] est réel et proche, il devient nécessairement un rival, puisque le désir se fixe sur ce que cet autre désire ou sur ce qu’on croit qu’il désire ou sur ce qu’il vous laisse croire qu’il désire. Lui-même peut d’ailleurs se mettre à désirer ce que vous croyez qu’il désire en vous voyant le désirer. La vanité stendhalienne et le snobisme proustien n’ont pas d’autre moteur. L’éternel mari ne peut désirer sa femme que si d’autres la désirent. Il ne cesse donc de provoquer leur désir, comme s’il recherchait l’infortune qu’il ne manque pas de s’attirer. La coquette, dans son narcissisme, donne l’impression de se désirer elle-même. Elle se rend ainsi désirable en se constituant elle-même en médiateur et en rival, comme le font aussi les jeunes filles de Balbec, dont la petite bande s’affiche comme refermée sur elle-même et se suffisant à elle-même.

2[…] Le désir est-il toujours mimétique ? René Girard l’affirme contre Freud. Cependant, ses adversaires véritables et désignés, ceux qui justifient le titre Mensonge romantique et vérité romanesque, sont à ce stade ceux qu’il appelle « les romantiques ». Leur mensonge est de laisser croire qu’on ne doit son désir qu’à soi-même. Sont romantiques tous ceux qui se surestiment au point de se croire capables d’inventer et de choisir seuls, librement, leurs engagements et leurs désirs. […] Le premier obstacle à la découverte de la vérité est l’orgueil :

  • 1 Ibid., p. 306.

Dès que le sujet désirant perçoit le rôle de l’imitation dans son propre désir, il doit renoncer au désir ou renoncer à son orgueil1.

3[…] Cette phrase est un prélude à une méditation sur le Christ et à la conclusion de l’ouvrage, dont le point de départ est un commentaire prodigieux de l’épisode déconcertant du démoniaque de Gérasa dans l’évangile de Marc. […] Ce livre sur la littérature s’achève par une réflexion sur l’enseignement du Christ. La pensée girardienne est déjà présente de son origine à son aboutissement.

4[…] Les admirables analyses littéraires de Mensonge romantique et vérité romanesque sont indubitablement justes, appliquées chacune au texte qu’elle éclaire. Mais, sans l’appui qu’elle prend sur le christianisme, la « théorie anthropologique » menace ruine.

5Cette théorie n’a pourtant pas besoin, dira-t-on, de faire appel à une révélation divine. René Girard lui-même le suggère à l’occasion. L’enchaînement du désir, de la rivalité et de la violence mimétiques, le fantasme de la victime émissaire, relèvent de la nature humaine et d’elle seule. Les textes bibliques et l’enseignement de Jésus peuvent les avoir mis au jour grâce à une perspicacité naturelle. Si Jésus considérait que sa mission était de révéler aux hommes le mécanisme de la violence mimétique et l’innocence de la victime émissaire, il peut être « l’homme admirable » de Renan, se vouant à une mission tout humaine.

6Mais ce n’est pas ce que René Girard finit par dire. Sa conviction, exprimée à plusieurs reprises, est que la révélation chrétienne telle qu’il l’entend dépassait les capacités de la perspicacité humaine :

  • 2 Des choses cachées depuis la fondation du monde, p. 265.

Au lieu de lire les mythes à la lumière des Évangiles, ce sont les Évangiles qu’on a toujours lus à la lumière des mythes. Face à la démystification prodigieuse opérée par les Évangiles, nos démystifications à nous ne sont que des ébauches dérisoires et peut-être aussi les obstacles rusés que dresse forcément notre esprit contre la révélation évangélique2.

7Ou plus clairement encore :

  • 3 Ibid., p. 318.

Le fait qu’un savoir authentique de la violence et de ses œuvres soit enfermé dans les Évangiles ne peut pas être d’origine simplement humaine3.

  • 4 Matthieu, 11, 25, Luc 10, 21.

8[…] Les chrétiens peuvent le suspecter de chercher dans le message du Christ un enseignement d’ordre intellectuel, qu’il s’agit d’abord de comprendre, attitude qui s’apparenterait pour eux à une gnose. Que fait-il de la parole du Christ : « Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d’avoir caché cela aux sages et aux habiles et de l’avoir révélé aux tout petits4 » ?

  • 5 Paris, Le Livre de poche, 2001.

9Mais il ne l’ignore pas, cette parole. Il l’ignore si peu qu’elle est au cœur de son livre Je vois Satan tomber comme l’éclair5 (les deux phrases sont voisines dans l’Évangile de Luc). Même si son humilité ne saute pas aux yeux de tous, René Girard se voit du côté des petits et des simples contre l’orgueil des « romantiques », qui imposent leur personne, et celui des savants, qui imposent leur savoir. Il cherche la vérité en prenant garde de ne pas se croire a priori plus perspicace que les voix qu’il écoute et les textes qu’il lit. Cette vérité, sa vérité, elle lui est apparue d’abord dans l’immanence et la fragmentation du roman, non dans l’arrogante construction du penseur. […] René Girard est animé par deux convictions. La première est que la compréhension purement intellectuelle du mécanisme qui conduit du désir à la rivalité, puis à la violence mimétiques ne porte nullement remède à cette violence, si chacun n’a pas l’humilité de se changer soi-même par ce qu’on appelait jadis la conversion du cœur.

  • 6 Isaïe 50, 6-7 ; 52, 14-15 ; 53, 1-3.
  • 7 Isaïe, 53, 4.

10[…] Sa seconde conviction est que « la vision des vaincus » (c’est le titre d’un livre de Nathan Wachtel) est véridique et que, selon le mot de Simone Weil, la justice est l’éternelle fugitive du camp des vainqueurs. Tout se tient. « Un pauvre a crié, Dieu écoute » et celui qui a grandi sans apparence ni beauté, méprisé de tous, celui qui tend le dos à ceux qui le frappent et les joues à ceux qui lui arrachent la barbe, celui qui ne soustrait pas sa face aux outrages et aux crachats, celui qui est défiguré au point de n’avoir plus apparence humaine et de susciter la stupéfaction horrifiée de la foule6, alors que « c’étaient nos souffrances qu’il portait7 », ajoute Isaïe, celui-là, victime innocente, porte la vérité de Dieu et en est la révélation.

  • 8 Luc, 1, 52.

11Oui, le Dieu de René Girard est le Dieu du Magnificat, qui « renverse les puissants de leur trône et exalte les humbles »8. Cela ne souffre aucun doute. Dans un texte de son Cahier de L’Herne sur « Satan et le scandale », qui sont les deux termes par lesquels, selon lui, les Évangiles désignent la rivalité mimétique, il écrit :

  • 9 René Girard, Cahier de l’Herne n° 89, Paris, 2008, p. 120.

Pour devenir la proie du scandale et de son propagateur (Satan), il suffit de préférer à la gloire qui vient de Dieu la gloire qui vient des hommes9.

12En lisant cette phrase, je me regarde tel que je suis en cet instant, au milieu de vous. Et je me tais.

Haut de page

Notes

1 Ibid., p. 306.

2 Des choses cachées depuis la fondation du monde, p. 265.

3 Ibid., p. 318.

4 Matthieu, 11, 25, Luc 10, 21.

5 Paris, Le Livre de poche, 2001.

6 Isaïe 50, 6-7 ; 52, 14-15 ; 53, 1-3.

7 Isaïe, 53, 4.

8 Luc, 1, 52.

9 René Girard, Cahier de l’Herne n° 89, Paris, 2008, p. 120.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Zink, « Le professeur Michel Zink a été élu le 14 décembre 2017 à l’académie française au fauteuil de René Girard », La lettre du Collège de France [En ligne], 44 | 2017-2018, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/4441

Haut de page

Auteur

Michel Zink

Professeur honoraire
Chaire Littératures de la France médiévale (1995-2016)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page