Navigation – Plan du site
Activité des chaires

Colloque « Einstein au Collège de France »

« Passage des disciplines : histoire globale du Collège de France, xixe-xxe siècle », 11-12 juin 2018
Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Jean-François Joanny et Céline Surprenant
p. 64-65

Texte intégral

Visite d’Einstein au Collège de France

1En 1914, Albert Einstein avait été invité à donner « les conférences Michonis », organisées à partir de 1905 grâce au mécène Georges Michonis, afin que des savants étrangers fussent régulièrement conviés à intervenir au Collège de France. L’entrée en guerre empêcha Einstein de venir à Paris. Sous l’impulsion de Paul Langevin, professeur de Physique générale et expérimentale au Collège de France (1909-1946), l’invitation fut renouvelée en février 1922, peu après les tests de la théorie de la relativité générale effectués par l’astronome anglais Sir Arthur Eddington en 1919, qui contribuèrent à la renommée mondiale d’Einstein.

2Dans le contexte de l’après-guerre, il était impératif, selon Langevin, de rétablir les relations entre les savants allemands et français, en dépit du sentiment anti-allemand qui poussait certains d’entre eux à s’opposer aux théories d’Einstein et à sa présence en France. Le Collège, que l’astronome Charles Nordmann appela pour l’occasion « le quartier général d’Einstein » parce qu’il était « le centre des discussions » des théories du savant, constitua une exception dans le paysage de l’enseignement supérieur français (voir « Einstein à Paris », Revue des Deux Mondes, t. VIII, 1922). En plus d’exposer ses théories nouvelles devant un public restreint au Collège entre le 31 mars et le 7 avril 1922, Einstein intervint aussi à la Société française de philosophie, où eurent lieu d’importantes discussions avec des professeurs du Collège, notamment Jacques Hadamard, professeur de Mécanique analytique et Mécanique céleste (1909-1937), et Henri Bergson, professeur de Philosophie grecque et latine (1900-1904), puis de Philosophie moderne (1904-1921). C’est à cette occasion que Bergson et Einstein ont débattu de la notion de simultanéité. Ce débat a montré la difficulté du dialogue entre la philosophie et la physique, autour de la métaphysique, comme l’ont fait remarqué Elie During et Jimena Canales. Le Collège s’est ensuite encore singularisé, en créant en 1933 et toujours à l’initiative de Langevin, une chaire pour Einstein, qui avait fui l’Allemagne. Ayant déjà accepté un poste à l’Institut des études avancées de Princeton nouvellement créé (1930), Einstein n’occupa jamais cette chaire.

La réception des idées d’Einstein depuis un siècle

3Contrairement aux idées de Freud et de Darwin, dont l’accueil au Collège a été difficile et qui a fait l’objet de deux colloques précédents, en 2016 et en 2017, la théorie de la relativité d’Einstein y a très tôt été présentée par Langevin, qui en a fait le sujet de ses cours dès 1910-1911. D’autres physiciens du Collège s’y sont intéressés, notamment Léon Brillouin (Physique théorique, 1932-1949), Frédéric Joliot (Chimie nucléaire, 1937-1958), et André Lichnerowicz (Physique mathématique, 1952-1986), de même que des professeurs de philosophie et d’histoire, tel Lucien Febvre (Histoire de la civilisation moderne, 1933-1939), pour qui le bouleversement dans le monde des idées provoqué par la physique d’Einstein, constituait le « grand drame de la relativité venu ébranler tout l’édifice des sciences ». Le colloque, résolument multidisciplinaire, a cherché à rendre compte de ce bouleversement, en étudiant l’impact des idées d’Einstein dans la formation des savoirs et des arts, à partir de la réception de ses idées au Collège de France. Les débats ont porté non seulement sur la manière dont ses théories ont été accueillies dans les sciences physiques, mais aussi dans d’autres disciplines, telle que la poétique. William Marx a montré, par exemple, qu’Einstein a appartenu à l’univers mental et intime de Paul Valéry (Poétique, 1937-1945), et sa présence insistante dans les Cahiers de l’écrivain, qui est allé jusqu’à en faire le protagoniste d’une ébauche de poème inachevé, témoigne de l’emprise des idées du physicien sur Valéry.

Albert Einstein d...Albert Einstein donnant un cours à Vienne (Autriche) en 1921.

Albert Einstein donnant un cours à Vienne (Autriche) en 1921.

4Dans les sciences physiques elles-mêmes, la postérité d’Einstein a donné lieu à des débats entre les physiciens et les historiens des sciences sur la contribution d’Einstein aux diverses branches de la physique, et à leurs applications dans la vie quotidienne. Serge Haroche (prix Nobel de physique 2012) a ainsi détaillé le rôle fondamental qu’Einstein a joué entre 1905 et 1925 dans le développement de la théorie des quantas, malgré les réserves que le savant a pu avoir envers celle-ci. Cela a permis de nuancer l’image publique d’Einstein comme « l’homme de la relativité », et d’accentuer son rôle dans l’essor des technologies actuelles. Le témoignage de la physicienne Hélène Langevin-Joliot sur les travaux et l’engagement de son père, Frédéric Joliot, sur le problème nucléaire a mis en lumière encore un autre aspect des retombées des théories d’Einstein. Parmi les interventions, celle conjointe de Hanoch Gutfreund et Jürgen Renn, de même que celle de Michel Paty, ont d’ailleurs insisté sur le fait que les travaux d’Einstein ne sauraient être isolés de la communauté scientifique née autour d’un ensemble de questions liées au savant, et de la « transformation épistémique » qui en est découlée. C’est dans des termes rapprochés, et en liant Einstein à des penseurs tels que Russell et Whitehead, que Jean-Michel Rabaté s’est intéressé à la « reconfiguration » du modernisme, consécutive à la diffusion des idées d’Einstein en Europe et dans le monde.

5Ces quelques éléments n’épuisent ni la liste prestigieuse des intervenants, ni la richesse des interventions au colloque, notamment, dans le domaine de la philosophie, où les théories sur la relativité ont été assimilées aux principes de l’idéalisme ou du relativisme, confusion que Claudine Tiercelin a cherché à dissiper.

6Avec le soutien financier de PSL (2017-2020), le colloque a été organisé par Antoine Compagnon, Jean Dalibard et Jean-François Joanny, dans le cadre du projet, dirigé par Antoine Compagnon en collaboration avec Céline Surprenant, « Passage des disciplines : histoire globale du Collège de France, xixe- xxe siècle », qui porte sur l’évolution des matières enseignées aussi bien que de celles qui n’y ont pas été admises et qui forment un « Collège virtuel ».

Voir aussi Marc Kirsch, « Albert Einstein et le Collège de France : quelques points d’histoire », La Lettre du Collège de France, n° 13, 2005, p. 34-35.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Albert Einstein donnant un cours à Vienne (Autriche) en 1921.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4467/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 823k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Compagnon, Jean Dalibard, Jean-François Joanny et Céline Surprenant, « Colloque « Einstein au Collège de France » », La lettre du Collège de France [En ligne], 44 | 2017-2018, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/4467

Haut de page

Auteurs

Antoine Compagnon

Littérature française moderne et contemporaine : histoire, critique, théorie

Articles du même auteur

Jean Dalibard

Atomes et rayonnement

Articles du même auteur

Céline Surprenant

Articles du même auteur

Jean-François Joanny

Matière molle et biophysique

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page