Navigation – Plan du site
Activité des chaires

Colloque « Le climat des deux derniers millénaires »

15 juin 2018
Édouard Bard
p. 66

Texte intégral

Temple du Dieu du...Temple du Dieu du vent de l’ancienne cité de Tulum au Mexique (photographie de l’auteur). La civilisation maya était sensible aux épisodes de sécheresse pluriannuelle.

Temple du Dieu du vent de l’ancienne cité de Tulum au Mexique (photographie de l’auteur). La civilisation maya était sensible aux épisodes de sécheresse pluriannuelle.

1Il est impératif de remettre le réchauffement du dernier siècle dans un contexte temporel plus large afin d’en déterminer la singularité et de distinguer les causes sous-jacentes, naturelles et anthropiques. Les variations climatiques ne se répètent jamais à l’identique, mais les mêmes mécanismes physiques, chimiques et biologiques sont à l’œuvre et peuvent faire l’objet de simulations numériques avec les mêmes modèles utilisés pour prévoir les futurs possibles.

2Le climat des deux derniers millénaires peut servir à tester de multiples hypothèses avec une fiabilité des enregistrements et une couverture spatiale généralement suffisantes. L’étude de cette période permet en outre de considérer l’impact du climat sur les sociétés humaines et d’en étudier les réactions.

3Après avoir exposé le contexte général du colloque, le professeur Édouard Bard a illustré la complémentarité des séries thermométriques instrumentales et des indicateurs paléoclimatiques pour reconstituer des anomalies de température à l’échelle des grandes régions de la planète sur les deux derniers millénaires. Il a aussi introduit l’approche par simulation numérique utilisant des modèles de circulation générale perturbés par les variations des forçages externes (gaz à effet de serre, émissions volcaniques, éclairement et insolation).

4L’apport fondamental de l’étude des cernes d’arbres a été décrit par Jan Esper, professeur à l’université de Mayence, qui a insisté sur les problèmes de calibration des signaux dendroclimatiques et sur la nécessité de la réplication des séries à partir d’arbres provenant d’une même région. Il a aussi distingué l’intérêt des variations de hautes fréquences par rapport aux tendances à long terme des séries dendroclimatiques.

5La complexité de la réponse des sociétés humaines a été abordée par Elena Xoplaki, chercheuse à l’université de Giessen, qui a détaillé le cas du monde byzantin pendant la période correspondant à l’optimum climatique médiéval par le Petit Âge glaciaire. La résilience et la vulnérabilité de cette société fondée sur l’agriculture sont étudiées afin de discerner l’influence du climat sur les événements historiques de cette région (période des croisades, du sultanat mamelouk, de la conquête ottomane, et des révoltes des Celali…).

6Les civilisations humaines installées sous les tropiques sont souvent sensibles aux aléas climatiques. Gerald Haug, directeur à l’Institut Max-Plank de chimie de Mayence et professeur à l’ETH de Zürich, a montré l’utilité des séries paléoclimatiques pour étudier les changements de la pluviosité et de la fréquence des sécheresses afin de mieux comprendre les phases d’expansion et de régression des sociétés anciennes de la Mésoamérique et de l’Asie du Sud-Est.

7Le professeur Jürg Luterbacher de l’université de Giessen a poursuivi en considérant les variations de température et de précipitation de la zone indochinoise. Les avantages et inconvénients des séries dendroclimatiques ont été abordés pour les périodes correspondant à l’optimum médiéval et au Petit Âge glaciaire.

8L’approche par modélisation numérique a été décrite par Myriam Khodri, chercheuse IRD au LOCEAN-IPSL de Paris, qui a insisté sur la complexité des variations climatiques liées à la combinaison de fluctuations intrinsèques du système climatique avec les variations forcées par les causes externes au système.

9Poursuivant sur l’utilisation de la modélisation climatique, Johann Jungclaus, chercheur à l’Institut Max-Planck de météorologie de Hambourg, a montré le rôle de la dynamique atmosphérique et océanographique en Atlantique Nord pour expliquer les fluctuations de température et de précipitations observées au niveau régional en Europe et en Eurasie au cours du dernier millénaire.

10Le colloque a permis d’illustrer l’importance et la diversité des recherches sur les variations climatiques de la période historique. Les débats nous ont aussi permis d’identifier les incertitudes et les problèmes nécessitant de nouveaux travaux scientifiques qui seront utiles pour progresser dans la compréhension des climats passés et dans la prévision des variations futures d’origines humaines et naturelles. Les leçons de l’histoire peuvent aussi nous éclairer dans nos choix actuels, même si notre société moderne est évidemment bien différente en raison de sa démographie et de sa connectivité à l’échelle planétaire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Temple du Dieu du vent de l’ancienne cité de Tulum au Mexique (photographie de l’auteur). La civilisation maya était sensible aux épisodes de sécheresse pluriannuelle.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/4483/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Édouard Bard, « Colloque « Le climat des deux derniers millénaires » », La lettre du Collège de France [En ligne], 44 | 2017-2018, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/4483

Haut de page

Auteur

Édouard Bard

Chaire Évolution du climat et de l’océan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page